(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Dictionnaire argot-français & français-argot"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automatcd qucrying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send aulomated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project andhelping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep il légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search mcans it can bc used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite seveie. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while hclping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http : //books . google . com/| 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public cl de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //books .google. com| 



/Pt" 




i 




I 



D 



f! 



i" 



Dictionnaire 



Argot- Français 



& 



Français-Argot 



^ 



Tous droits de traduction et de reproduction réservés pour tous les 
pays, y compris la Suède et la Norwège. 

S'adresser pour traiter à M. Paul OLLENDORFF, 28 bis, Rue de 
Richelieu, Paris. 



74u4-Ui. — CoBBEiL. Imprimerie Ko. CiiiTt. 






GEORGES DELESALLE 



Dictionnaire 



1 



Argot-Français 



& 



Fran ça is -Argot 



rRp:FACK 



liK 



JEAN RICHEPIN 



P A R I S 
PAUL Ol.LENDORFF, ÉDITEUR 

aK bis, Rl''E DE RICHELIEU, 28 bi$ 

1896 



PRÉFACE 



Lorsque je publiai, voilà tuiuût<|uinze ans, Tédition détinitive 
(quoique non complète, hélas îj de la Chanson des Gueux, je crus 
devoir y adjoindre un petit glossaire donnant aux lecteurs 
la traduction lidèle des lernies argotiques em|)I()yés dans le 
livre. L^avertissenient, mis en trie de ce glossaire, débutait 
par les lignes suivantes, qu'on me permettra de citer, car mon 
opinion sur la matière n'a point varié d'un iota : 
« Ce serait une œuvre curieuse à faire et terrible à entre- 
prendre, qu'un véritable et véridiipie dictionnaire d'argot. 
Pour la partie liistoricpie, pour l'élymologie et en quelque 
sorte la philosophie des vocables, il ne faudrait pas moins 
' qu'un Littré, consacrant à cette besogne des trésors dc! 
' science et tle patience. Pour l(;s déllnilions précises et les 

• sens actuels des mots en usage, il faudrait un observateur 
« consumant sa vie dans les milieux étranges et souvent peu 

• accessibles où Ion |)arle cette langue inlinimenl variée et 
« renouvelée incessamment. 1/auteur du dictionnaire d'argot 
i devrait donc être à la fois le [)lus consciencieux des rats 
< de bibliothèque et le plus audacieux des batteurs «le pavé, 
i Un pareil homme ne saurait se rencontrer, jinuigine, et, en 

• tout cas, ce n'est certes point votre serviteur qui aura 
1 jamais la prétention de se donner pour ce merle blanc •* 



3970 ..: 



Yl PRÉFACE. 

Le rédacteur du présent Lexique fut-il, lui, cet oiseau rare ? 
Eut-il, même, la témérité de croire qu'il était possible de 
Tètre? Je ne le pense pas. A lire son livre en épreuves, je 
n'ai trouvé chez lui aucune marque d'orgueil, aucune infatua- 
lion de ce genre. J'y ai constaté, en revanche, une extraordi- 
naire |)robité, les preuves d'une copieuse et sagace érudition, 
les agréments d'une claire méthode. C'en est assez pour cons- 
tituer une œuvre estimable, et peut-être la meilleure jusqu'à 
(re jour dans l'espèce, à défaut de l'incspérable chel-d'aîuvre. 

Car la vérité, c'est qu'un lexique de Fargol, un bon, com- 
plet et parfait lexique, n'a jamais élé et ne sera jamais fait. 

Rien que pour la partie historique, et en traitant l'argot 
comme une langue morte, la tâche serait déjà impossible à 
parachever. Les documents, la plupart du temps, sont intra- 
duisibles. Le seul Jargon ou Jobeliu de Villon a fourni des 
variantes d'interprétation innombrables, et qui presque toutes 
reposent sur de fantaisistes conjectures. On n'y est pas même 
(l'accord sur le texte. Chaque commentateur nouveau a sa 
leçon. C'est à peine si M. Longnon, et le subtil Marcel Schwob, 
en ont éclairci quelques passages, et au prix de quels labeurs! 
En dépouillant des archives de procédure, d'introuvables ma- 
nuscrits. L'authentique signitication d'un mot est due ainsi, 
parfois, à des mois et même à des années de fouille sous des 
Alpes de paperasses. Or, à chaque monument, fragment, de 
littérature argotique, et aux dilVérentes époques de l'argot, il 
faudrait autant d'elforts, et pour aussi peu de résultats. L'exis- 
tence d'un homme n'y suffirait point. L'Ecole des Chartes tout 
entière, et en ne travaillant qu'à cela, n'y serait pas de trop, 
et encore serait elle forcée de se faire aider par des décliif- 
Ireurs d'hiéroglyphes, des devineurs d'énigmes, des premiers 
prix de rébus. 

Quant à la partie du lexique ayant trait aux définitions pré- 



PRÉFACE. VII 

cises et aux sens actuels des mots, par quel miracle y procé- 
der? Organisme vivant, en perpétuelle décomposition et re- 
composition, largot est essentiellement instable. Plus vite 
que la langue ordinaire, il se métamorphose. C'est du vif- 
argent. Il passe, court, roule, coule, se déforme, se reforme, 
meurt, renaît, flotte, flue, file, fuit, échappe à la notation. 
L'instantané qu'on en prend aujourd'hui n'est plus ressem- 
blant demain. Aucun fixatif n'en assure l'exactitude. De temps 
en temps une éphémère chanson, un rpfrain devenu populaire, 
une phrase dans un livre de véritable écrivain, un poème au 
rhythme prenant, en fige quelques expressions. Mais tout le 
reste, tout ce qui ne sera pas écrit, tout ce qui n'aura été que 
parlé, où le saisir, comment le retenir? Autant vouloir ramas- 
ser de Teau dans une écumoire, attraper du vent dans un 
filet ! 

N'empêche que la besogne, justement parce qu'elle est folle 
est tentante. Et quand on s'y est attelé, elle ne vous lâche 
plus. 

Songez maintenant à quelle frénésie de travail doit être 
poussé un homme qui entreprend un dictionnaire d'argot tout 
ensemble historique et actuel ! C'est proprement à cette fré- 
nésie qu'a succombé M. Delesalle. Après de longues, patientes 
et fiévreuses années de tenace et dur labeur, il est mort à la 
peine. 

Depuis longtemps déjà son livre était, ou i)lutôt avait l'air 
d'être, terminé. Mais jamais il ne le jugeait tel. Il en recorri- 
geait sans cesse les placards, joignait des fiches nouvelles à 
chaque nouvelle épreuve. Jusqu'aux derniers jours de sa vie, 
il s'obstinait à toujours mieux faire. Il désespérait l'éditeur 
par une farouche et invincible horreur devant la nécessité 
de donner le bon à tirer définitif. A notre époque de besognes 
bâclées et hâtives, c'est là une rare vertu. 



VIII PRÉFACE. 

(I est déplorable que M. Delesalle n*en ait pas été récom- 
pensé en assistant au lé{;itime succès de son œuvre. J'aime 
à croire qu*avant de mourir il aura eu du moins la consolation 
de se rendre justice à lui-même, et la conscience de laisser 
un nom qui, inscrit en bonne place au martyrologe des lexico- 
graphes, y gardera une petite auréole de gloire dumble. 

Jran Richepin. 



18 décembre 1895. 



L'ARGOT 

DEPUIS SON ORIGINE JUSQU'A NOS JOURS 

SON HISTOIRE ET SON DÉVELOPPEMENT 



Au xv« siècle, maître François Villon a composé six ballades, sous 
le litre de Jargon ou Jobelin; nous avons recueilli les mots de ce jar- 
gon qui ont (juclque affinité avec l'argot moderne, dans la l" édition 
avec date (Paris, Pierre Levet, 1480). ('es mots sont expliqués dans 
le Dictionnaire argot- français. 

Le mot jargon est Ires ancien (xin* siècle). 

a Lors tuit discicnt en lur jargun 
■ Qae cil oisax qui si caiitoit... 

(Marie de France, fable XII). 

11 signifie : langage incompréhensible : 

« Il n'y a ne l)e&te n'oyscau 

m Qu'en son jargon ne chante cl cric... 

{Charles d'Orléans, rondeau). 

Son étymologie serait le mot Scandinave jarg^ bavardage, ou le 
mot français ^tirs (mâle de Toie domestique). On dit le jars jargonne 
pour exprimer le cri de cet animal. Villon emploie le mot ger pour 
jars; parler en gier c'était parler le jargon. 

Dans Targot moderne dévidei' le jars, c'est j)arler argot ou le java- 
nais. D'après A. Timmermans, jars est ici un jeu de mot sur l'anglais 
yarn qui signifie fil; le marin anglais dit : « to spin ont a yarn » 
équivalent à « dévider son lil »; celte expression a le même sens que 
dévider son peloton y dire ce qu'on a sur le cœur. 

Le mot jobelin signifie vraisemblablement langage pour tromper 
les jobards. 

b 



X 



L'ARGOT. 



VOCABULAIRE DU JARGON DE VILLON (édit. 1489). 



Abronart. 


Fardij. j 


Ninars. 


Abroaer. 


Feuille (V. Fouillouie). 


Nioer. 


Ance ou Aose. 


Floars. 


I^arouart. 


Andosse ou Endosse. 


Fournir, Fnuriiillcr. 


Passans. 


Ange. 


Frouer. 


Paul mer. 


Antonner. 


Gaillieurs. 


Pelle (V. Pelé). 


Arpes pour Harpei. 


Gaing. 


Piarde. 


Arton. 


Gandins. 


Picons. 


Arraos. 


Gauldousc. 


PIrenalle. 


Aryes. 


Gaultier. 


Placquer. 


Babigner. 


G(>orget pour G orge t. 


Plant. 


Babillaagier. 


Gier pour Gcr. 


Planter. 


Baudrouse. 


Gierement pour Gitremciit. 


Planteur. 


Benars. 


Giffault. 


Plommeur pour Plombeur 


Berard pour Berouard. 


Gourgourans. 


Plue. 


Bis. 


Grain, 


Poix. 


Bisans. 


(îreraes. 


Polliceur. 


Bisac. 


Gris. 


Pollir. 


Bizouart. 


Grume. 


Proyc. 


Blanc. 


Grup. 


Ravault. 


Brocquans. 


Gruppelin. 


Rebigner pour Rebiner. 


Can. 


Grupper. 


Riffault. 


Goffrei-nassis. 


Halle pour Haie. 


Koastre. 


Contre. 


Hallegrup. 


Ront ou Rond. 


Coqueur. 


Harre. 


Ruflle. 


Couloiro ou Touloire. 


Hirenalle. 


Sieurs. 


Cofs. 


Homangier. 


Sire. 


Cmpaull. 


Hurme. 


.^rne. 


Desbouser. 


Hyc. 


Soue. 


Desbourer on Desbourser. 


Hyer. 


Spélicans. 


Desmaquiller (V. Maquiller). 


Juc. 


Sucrie. 


Droguerie. 


Luans. 


Terrant. 


Drone. 


Luer. 


Turterie. 


Duc. 


Macquiller. 


Vendenge. 


Dure. 


Mareux. 


Vendenger. 


Enbourenr (!'). 


Mariage. 


Vendengeur. 


Embrouer (V. Brouer). 


Marieux. 


Vergue. 


Enterrer (xii* siècle). 


Marque. 


Volant. 


EnterveuK. 


Mignon. 


Ys. 


Eschequer. 


Montjoye. 




Espincer. 


Mynsse (V. Mince). 





En 1H99, réditeur Jean Gcssclin publia les œuvres poétiques de Marc 
de Papillon ; nous en avons extrait un sonnet en langage narquois. 

(Les NarquoiSf dans la confrérie des Gueux, étaient les soldats marau- 
deurs qui battaient les chemins et se faisaient héberger par les hôteliers.) 



L'ARGOT. 



XI 



XVP SIÈCLE 



EXTRAIT DES OEUVRES POÉTIQUES DU CAPITAINE LASPHRïSE 
Marc de Papillon (1) M.D.I.G. Paris, Jean Gesselin 

(Bibl. Dat. Réserre Y% 2018) 

Au chapitre intitulé <« Diverses poésies », page 499 : 



80N1TET EX AUTHENTIQUE LA.NOAOE 
SOUDARDANT 

Accipaot du mtrpaut la galière pourrie 
GrïTolant porte flambe enfile le trimard 
Mais eo despit de Gille, ô geuz, toa Girouard 
A la nieUe on lura ta biottc conie. 

Tu peux gourd pioller me credant et morfic 
De l'urnion, du moroe et de l'orgnan criart 
De l'artois blanchemin. Que ton riflant chouart 
Ne rive du courrier l'andrumelle gaudie. 

Ne ronce point du sabre au mion du taudis 
Qui n'aille au Gaulfarault, gergonant de tesis 
Oue ton Journal o flus n'empoupe ta Touillouse 

N'embiant on ronillarde, el de noir roupillant 
Sur la gourde frétille, et sur le gourd vulant. 
Ainsi tu ne luras l'accolante tortouse. 



TRADUCTION 

Ayant reçu de l'hAtelicr une mauraise jumeut, 
Grivolaul, porto-é(»ôc, poursuis ta route. 
Mais en dépit de Gille (fuyard) ton patron, 
Au matin ou verra ti bétc morte, [ô gueux. 

Tu peux bien boire, crois-mui, et mange 
Du chapon, du moutou et do l'oignon bruyant, 
Du pain blanc. Que ton ardent bracquomart 
N'encloue la jolie fille du courrier. 

Xe rosse puint du bâton le garçon d'auberge, 
Qu'il n'iiille se plaindre de toi au patron, 
Que son portefeuille au jeu (de cartes) n'em- 

[plissc ta poche. 
Kn voyageant on boit, et dormant de nuit 
Sur la Imnnc paille, et sur le bon manteau, 
Ainsi tu ne verras pas la corde qui étrangle. 



Le plus ancien ouvrage connu qui ait été fait sur Targot est inti- 
tulé : La Vie généi*euse des Mercclots, gueux et boesmien, par Pechon de 
Ruby (Lyon, Jean JuIIieron, 1596). Puis, entre 1017 et 1026 parut Le 
jargon ou le langage de Margot réformé à Vttsage des Merciei^s porte balles 
et autres tiré et recueilli des plus fameux argotiers de ce temps. Il existe 
plusieurs éditions de cette brochure à la Bibliothèque nationale, elle 

(1) Ci-dessous un quatrain du mi^me auteur qui ne trouve l'galement dans cette édition et 
qat noos rtprodaisons à titre de curiosité : 

C'est un sot qui te blâmerait 
De blâmer l'ivrogne blâmable 
Et sot qui moins t'estimerait 
D'estimer le vin estimable. 



XII L'ARGOT. 

a été souvent réimprimée et éditée sur différents points de la France 
avec des modifications et additions et a servi de base aux nombreux 
vocabulaires argotiques parus depuis. 

Sur une de ces éditions portant le nom d'OUivier Chereau (Paris, 
ches la veuve Du Gauroy) on lit ceci : 

VERS EN ACROSTICHE 
(le nom de l'auteur : Ollivier Chereau) 
A la louange de V Argot 

argot incomparable 

L 'appuf de tons lei soufTreteui. 
L e confort des misérables, 

1 ndigents et nécessiteux ! 

V ive Targot et tous les gueux. 

I e veux que le travail soit bon : 
E ncorc est-il un peu fascheux, 
R enfermé dans une maison. 

G ela n'cst-il pas ennuyeux? 
H a Tive l'argot et les gueux. 
E stre soldat est honorable, 
R élevé jusques dans les cieux, 
E t l'argutier est délectable ; 
A ussi la cuisine vaut mieux. 

V ivo l'argot et tous les gueui. 



« L'antiquité nous apprend et les docteurs de Targot nous ensei- 
« gnent que un roy de France ayant établi les foires à Niort, Fontenay 
« et autres villes du Poitou, plusieurs personnes se voulurent mêler de 
« la Mercerie, pour à quoy remédier, les vieux Merciers s'assemble- 
« rent et ordonnèrent (}ue ceux qui voudraient à l'avenir être mer- 
« ciers se feraient recevoir par les. anciens, nommants et appelants les 
« petits mercelots pechonSy et les autres blechcs. Puis ordonnèrent un 
« certain langage entre eux... » 

Or, c'est en 1441» que Charles Vil dota Niort de trois foires ou francs- 
marchés ; c'est donc à peu i)rès vers cette date que la grande corpora- 
tion des Merciers établit un langage qui ne se comprenait qu'entre 
confrères et ceux-ci dans leurs voyages continuels furent accompa- 
gnés de grapilleurs, de mendiants et de iilous qui formèrent la con- 
frérie des Gueux. 

Les mercelots avaient établi une hiérarchie : 

Le Pèohon. — Apprenti. 

Le Blesohe. — Mercelot petit mercier qui ne tendait que sur on éventaire soipenda à ion cou. 



L'ARGOT. XIII 

Le CkMsme. — Mercier en gros. Porte-balle. 

Le Cagou. — Chef de pasquelin fproviace), faisait la police des Gueux, instruisait les no* 
vices dans l'art de incadier, de simuler des plaies, de voler de mille mauières plus 
ingénieuses les unes que les autres. Les Cugous étaient les lieutenants du grand 
Coesre, chef de la confrérie. 

Les Arohi-Snppôts étaient les savants de la confrérie qui enseignaient le Jargon et le ré- 
formaient à leur guise; ils n'avaient pas d'autre puissance executive. 

Les principaux changements dans le langage argotique étaient faits par les archi- 
suppôts pour dérouter les marpaux qui entérinaient^ c'est-à-dire ceux qui comprenaient 
leur langage. 

Ollivier Chereau les désigne ainsi : « Lei plus scavants, les plus habiles marpauts de 
• toutime l'argot, qui sont des escoliers débauchez et quelques ratichtins, de ces cou- 
■ reurs qui enseignent le Jargon à rouscailler bigorne, qui estent, retranchent et re- 
« forment l'argot ainsi qu'ils veulent et ont puissance de trucher sur le toutime sans 
« 6cher iloutière ». 

Dans le jargon de l'argot réformé le mot archi-boutant (arc-boutant) est synonyme 
d'Archi-Suppôt. L'auteur est un pilier de boutanehe qui mnquille en tnolanche dans la 
vergne de Tours. Les mots : iuppôt, boutant, pilier, sont les équi\alents des appella- 
tions modernes : Poteau et Souteneur (aujourd'hui les plus experts argotiers). 

Le Grand Cioesre. — .Chef ayant les pouvoirs les plus étendus, était élu par les gueux as- 
semblés en États généraux une fois par an ; il était rééligible indéfiniment; on l'appe- 
lait aussi Roi de Thunes. Il exigeait des nouveaux venus dans la confrérie des Gueux, 
le serment dans la formule suivante : 

« Levez votre main gauche. C'est une erreur que les cours du Parlement font lever 
« la droite, c'est celle de quoi nuus torchons le c. et tuons les hommes et faisons 
« tons les maux : la main gauche est la prochaine du cœur, c'est la main bonneste. 
tt Vous promettes sur votre foi, sur la vie, ne déclares le secret. » 

Les mendiants et les malfaiteurs, membres de la confrérie des 
gueux se désignaient selon leur spécialité en drogueries (tromperies), 
c étaient : les Orphelins^ Marcandiei's, Rifodez, Millards^ Malingreux, 
PiètreSf Sahouleux^ Callots, CoquUlardSf Hubins, PolissonSy Di'illes, Franc- 
Miteux, Courtauds de boutanehe^ Convei'tis, Narquois, etc., etc. ; ils 
payaient au Grand-Goesre une redevance annuelle variant de cinq 
sols par tète à deux écus. 

Afîn de pouvoir comparer et juger les transformations de Targot, 
nous donnons ci-dessous le glossaire du petit ouvrage publié un siècle 
après Villon, en 4596 et dont voici textuellement le titre : 

LA VIE GÉNÉREUSE DES MERCELOTS, GUEUX ET BOESMIENS 

contenant leur façon de vivre, subtilités et gergon 
MIS EN LUMIÈRE PAR MONSIEUR PECUON DE HUBY (1) GENTILHOMME BRETON 

ayant été avec enz en tes Jennes ans où 11 a exercé ce bean méUer. 
Plua il a été ajouté un Dictionnaire en langage Blesguien avec l'explication en vulgaire 

A LyOII, par JiAN JdLLICBOII, ATBC PUUISBION. 

(1) Péchon de Ruhy est un pseudonyme dont l'auteur lui-même donne la traduction dias 
la Vie Généreute; cela signifie enfant éTeillé. 



V . 



XIV 

GLOSSAIRE 

Abbaye rofaate. 

Affurard. 

Ambi« Anticle. 

Ambier. 

Aace. 

Ancide (l). 

Anse. 

Aquige-Ornic. 

Aquiger. 

Artois. 

Atrimeur. 

Atrimois ambiant. 

Aabion. 

Auzard. 

Batoclies. 

Baucher. 

Bis. 

Boes. 

Brimard. 

Bruant. 

Brussion. 

Cagou. 

Catrot. 

Chouart. 

Coesme. 

Coesmelotier. 

Coesmelotier huré. 

Coesmeloterie. 

Coesre. 

Comble. 

Comblette. 

Coqaanl. 

Cornant. 

Cornante. 

Cosny. 

Coues. 

Courbes. 

Crie. 

Croslo. 

Dauluage. 

Daulué. 

Estregnaute. 

Filée. 

Fillcr du prois. 

Filots. 

Flambart. 

Flambe. 

Foignart. 

Foigne. 

Forest du proii. 

Fouille. 

L orthographe de ces 
lion de i59G. 



L'ARGOT. 
DE LA VIE GÉNÉREUSE 

Fouîllouse. 
Fouqner. 

Fourdante-fantoche. 
Fourdollo. 
Fourdu. 
Franc-Cagou. 
Francbe-Ripe. 
Franc-Foignart. 
Franches-Tolantcs. 
Franc-Mitou. 
Franc-Pilois. 
Franc-Razis. 
Franc-Kipault. 
Franc-RipoiA. 
I Frétille. 
Froc. 
Georget. 
(jourdi. 
Gousser. 
GouH llazii. 
GouS'é Razis. 
Gratantes. 
Grohant. 
Gueliel. 
llabiu. 
Hanoche. 
Hanoij. 
Ilerpe. 
Huré. 

liuré couchaut. 
Huré Razis. 
Hoquette (la). 
Ingre. 
Lians. 
Liettes. 
Lignan.te. 
Ligots. 
I.imans. 
Lime. 
Louchants. 
Louchettes. 
Mézis. 
Mille. 
Millogère. 
Millogct. 
Minsus Filois. 
Mitouflcts. 
Minois. 
Moulue. 
Orloge (l'). 
Omie. 

mots est exactement celle 



(édit. 1596). 

Ornions. 

Oraioyi. 

Pantièro à miettes. 

Passans. 

Peaux buré. 

l'echon. 

Pelard. 

Pelardier. 

Pelé. 

Pic Tautocbe. 

Pied. 

Pibouais. 

Pilorlies. 

Pilois-vain. 

Platue. 

Port.int-i. 

Possante. 

Proais. 

Quige proys (lu). 

Quilles. 

Razis. 

Ripaudier. 

Ripault. 

Ripe. 

Ripois. 

Rivard. 

Rivarde. 

River. 

Rond. 

Rufe. 

Rupiolo. 

Rusquin. 

Serard. 

Senïs. 

Sœurs. 

Souflard. 

Testouin. 

Tezis. 

Tirnoles. 

Trimé Razis. 

Tronche. 

Truttins. 

Vain Guelior. 

Vaine Louchante. 

Vcrgne. 

Vironno. 

Volant. 

Zeruart. 

Zeruinois. 

Zeruinois-gourd. 

qui existe dans 1 edi- 



L'ARGOT. 



XV 



XVII* SIÈCLE 



DIALOGUE ENTRE DEUX ARGOTIERS 

l'on polisson et l'autre malioffreaz 

Qui le rcBContrenl juile k U Iourd« d'une tergoe. 

TEXTE 

Le Kallngreux. — La haute t'aquige en 
chenastre santé. 

La Polisson. — Et tézière aussi, faaaodel, 
ou trimardes-tu ? 

Le ICalingreux. — En ce pasquelia de Berry, 
on m'a rouscaillé que- trucher était che- 
nastre; et en cette vergne ûche-t'on la 
thune gourdement? 

Le Polisson. — Quelque peu, pas guère. 

Le Ifalingreux. — La rousse y est-elle 
chenastre ? 

Le Polisson. — Nenni ; c'est ce qui mo fait 
ambier hors de cette vergne; car si je 
u'eusM eu du michon, je fusse coni de 
faim. 

Le Ifalingreux. — Y a-t-il un castu dans 
cette vergue ? 

Le Polisson. — Jaspin. 

Le Kalingreox. — Est-il chenu? 

Le Polisson. — Pas guère, les pioles ne 
sont que de frétille... 

Le ICalingreux. — Veux-tu venir prendre 
de la morfe et piausser avec méxiôre eu 
une des pioles que tu m'as rouscaillées ? 

Le Polisson. — H n'y a ni ronds, ni her- 
ptis en raa felouse ; je vais piausser en 
quelque grenasse. 

Le Malingreux. — Eucore que n'y ayez du 
michon ne Ivissez pas de venir, car il y a 
deux menées de ronds en ma henné, et 
deux ornies en mon gueulard, que j'ai 
égraillées sur le triroard ; biuns les faire 
rifToder, veux-tu? 

Le Polisson. — Girole, et béni soit le grand 
havre qui m'a fait rencontrer si chenastre 
occasion ; je vais me réjouir et chanter 
une petite chanson. 

Le ICalingreuz. — Si tu veux trimer de 
compagnie avec mézièrc, nous aquigerons 
grande chère, je sais bien aquiger les lu- 
qaes,engrailler l'ornie, casser la liane aux 
frémions, pour épouser la fourcandière, 
si quelques rovaux me mouchaillent. 



DIALOGUE EXTRE DEUX ARGOTIERS 

l'on mendiant et l'antre mendiant infirme 

Qui te rencoQlrenl à U porte d'une ville. 

TRAOCCTIO» 

Llmpotent. — Dieu te garde en bonne 
sauté. 

Le Mendiant. — Et toi aussi, camarade, 
où vas-tu ? 

L'Impotent. - En ce pays de Berry, on 
m'a dit que mendier était l)on; et en cett« 
ville, fait-on largement l'aumône? 

Le Mendiant. — Quelque peu, pas guère. 
L'Impotent. — La police y est-elle bonne? 

Le Mendiant* — Non ; c'est ce qui me fait 
aller hors de cette ville ; car si je n'avais 
eu de l'argent, je serais mort de faim. 

L'Impotent. — Y at-il uu hôpital dans cette 
Mlle? 

Le Mendiant. — Oui. 

L'Impotent. — Est-il bon? 

Le Mendiant. — Pas beaucoup, les cham- 
bres ne sont que de paille... 

L'Impotent. — Veux-tu venir prendre ta 
nourriture et dormir avec moi dans une 
des chambres dont tu m'as parlé ? 

Le Mendiant. — 11 n'y a ni sous, ni liards 
dans ma poche ; je vais dormir dans quel* 
que grange. 

L'Impotent. — Quand vous n'auriez pas 
d'argent, venez tout de même, car il y a 
deux douzaines de suus dans ma l>ourse 
et deux poules dans ma besace, que j'ai 
attrapi'es sur la route ; allons les faire 
cuire, vcux-tu ? 

Le Mendiant. — Soit, et béni soit Dieu qui 
m'a fait rencontrer si bonne occasion ; je 
vais me ri^jouir et chanter une petite 
chanson. 

Llmpotent. — Si tu veux marcher de com- 
pagnie avec moi, nous ferons bonne 
chère ; je sais bieu faire les faux papiers, 
attraper la volaille, voler les bourses aux 
marches et me défaire du bien volé si 
quelques gardes royaux me voient. 



â 



XVI 



L'ARGOT. 



Le Polisson. — Ah ! le havre garde mézière, 
je ne fus jamais ni foargue, ni doubleux.- 

Le Ifallngreuz. — Ni mézière, non plus, 
je rouscaille tous les luisant au grand 
havro de l'oraison. 



Le Mendiant. — Ah ! Dieu me garde, je 
ne fus jamais receleur, ni voleur. 

Limpotent. — Ni moi non plus, je prie 
tous les jours le bon Dieu. 



Elirait de la brochure Le Jargon. 



L'argot s'est sans cesse transformé depuis son origine, à mesure 
qu'il se répandait. 
Voici quelques exemples les plus anciens : 



VOCABULAIRE 

DE PÉCUON DE RUBY 

159G 


TRADUCTION 


Troltins. Portants. 

Volant. 

Millogère. 

Pelé. 

Gousser. 

Croslc. 


Pieds. 

Manteau. 

Chambrière. 

Chemin. 

Manger. 

Éouelle. 



LE JARGON 
ou Langage de l'Argot réformé 
dont la t*** édition date de 
1617 au plus tôt, et de 1626 
au plus tard, par Olirier 
Chereau. 

Paturons. 

Tabar. Tabarins. 

Cambrouse. 

Trimar 

MorGer. 

Baliverne. 



La plupart de ces mots se sont conservés et subsistent dans les pa- 
tois et le langage populaire. 



XVIII'' SIÈCLE 



Grandval, dans le Vice Puni ou Carlouchc, écrit ceci 



Mais à propos d'argot, dit alors Limosin, 

Ne m'apprendrez-Tous pas, vous qui parlez latin, 

D'où cette belle langue a pris son origine? 

— De la ville d'Argos, et je Tai lu dans Pline, 
Répondit Balagny. Le grand Agamemoou 

Fit fleurir dan^ Argos cet éloquent jargon 

— Tu dis vrai, Balagny, reprit alors Cartouche ; 
Mais cette langue sort d'une plus vieille souche, 
Et j'ai lu quelque part, dans un certain bouquin 
D'argot traduit en grec, de grec mis en latin, 



L'ARGOT. 



XVII 



Et depuis en français, que Jason et Thésée, 
Hercule, otc 

. . . . . et tant d'autres héros 

Qui trimèrent pincer la toison à Colchos, 

Dans te navire Ar/jo, pendant leur long voyage 

Inventeront entre eux ce ^ul)Iime Inngagc 

Afin de mieux tromper le roi Colcbidlen 

El que do leurs projets il ne soupçonnât rien. 

Enfin tous les doubleurs de la riche toison, 
De leur navire Argo lui donnèrent le nom. 
Amis, voici quelle est son étymologie. 



CHANSON 

(1725) . 
Exlrait du Vice puni ou Cartouche. 



TEXTE 

Fanandels en cette piollo 
On vit chenumcnt 
Artoii, Pivois et crioUe 
On a gpurdemont. 
Pitanchons, faisons rio!Ie 
Jusqu'au jugement. 

Icicaille est le théâtre 
Du petit Dardant; 
Fonçons à ce M ion folâtre 
Notre palpitant. 
Pitanchons pivois chenâtrc 
Jusquea au luisant. 



TBADUCTIOX 

Camarades eu cette maison 
On vit bien 
Pain, vin et viande 
On a beaucoup. 
Buvons, amiisous-i ous 
Jusqu'au jugement (dernier). 

Ici est le théâtre 

De Cupidon; 

Abandonnons à ce gamin folâtre 

Notre cœur. 

Buvons le bon vin 

Jusqu'au jour. 



L'argot, c'est une espèce de baragouin que parlent à Paris les (»ueux, 
les Laquais, les Polissons, les Dérroteurs entre eux. On apetle ce jargon 
le langage des gueux, parce qu'il leur est plus commun (]u'aux autres. 
Argoter. Parler Targot, c'est-à-dire un langage obscur et confus qu'on 
n^entend pas. C'est aussi s'exprimer avec difficulté et confusément, 
parler entre ses dents et indistinctement. Artj^licr, pour dire gueux, 
vaurien, vagabond, filoux, [IHctionnaire de Joseph Leroux, 1735. Lion.) 



i 



XVIII 



l'ARGOT. 



XIX' SIÈCLE 



CHANSON EN ARGOT DE VIDOCQ 



Eq roulant de vergDe eo vergne 
Pour apprendre à goupiuer 
J'ai rencontré la mercandière, 
Lonfa mttiura dondaine. 
Qui du pivois solisait, 
Lonfa malura doudé. 

J'ati rencontré la mercandière 
Qui du pivois solisait; 
Je lui jaspine en bigorne 
lx>nra malura dondaine, 
Qu'as-tu donc à morfiicr.' 
Lonfa malura dundé. 

Je lui jaspine en bigorne 
Qu'as-tu donc à roorGler ? 
J'ai du chenu pivois sans lance 
Lonfa, malura dondaine, 
Et du larton savonné, 
Lonfa malura donde. 

Une lourde et une tournante 
Et un pieu pour roupiller. 

J'enquille dans sa cambriole 
Espérant de l'entidcr. 

Je rembroque au coin du rifle 
Un messière qui pionçait. 

J'ai sondé dans ses vallades 
Son carie j'ai pessigué. 

Son carie et sa tocquaute 
Et ses attaches de ce. 

Son coulant et sa montante 
Et son combre galuché. 

Son frusque aussi sa limette 
Et ses tirauti brodanchés 

Crompe, crompe, mercandière 
Car nous serions b<5quiilés. 

Sur la placarde de vergne 
Il nous faudrait gambiller. 



En allant de ville en ville 
Four apprendre à voler 
J'ai rencontré la marchande, 
Lonfa malura dondaine. 
Qui vendait da vin, 
Lonfa malura dondé. 

J'ai rencontré la marchande 
Qui vendait du vin; 
Je lui dis en argot 
I^nfa malura dondaine, 
Qu'as-tu donc à manger et boire ? 
Lonfa malura dondé. 

Je lui dis en argot 

Qu'as-tu donc à manger et boire? 

J'ai du bon vin sans eau 

Lonfa, malura dondaine, 

Et dn pain blanc, 

Lonfa malura dondé. 

Une porte et une clé 
Et un lit pour dormir. 

J'entre dans sa chambre 
Espérant de Y enjôler. 

J'aperçois au coin du feu 
Un homme qui dormait. 

J'ai fouillé dans ses poches 
J'ai pris son argent. 

Son argent et sa montre 
Et ses boucles d'argent. 

Sa. cravate et sa culotte 
Et son chapeau galonné 

Son habit et son gilet 
Et ses bas brodés. 

Fuyez, fuyei, marchande 
Car nous serions pendus. 

Sur la place de ville 
Il Doni fendrait damer. 



L'ARGOT. 



XIX 



Allumés de toutes ces largues. 
Et du trèpe rassemblé. 

Et de ces chariots bons drilles 
Tous aboulaot goupiner. 



Regardés par toutes les femmes, 
Et par la foule rassemblée. 

Et par les Toleurs bons drilles 
Tous Tenant vuler. 



ALTUBlOGRAPHfE DIN MALFAITELU EN AHGOÏ MODEKNE 

Vous me droguez de vous bonnir on bigorne comment je suis de- 
venu pègre et surineur et comment j'ai été paumé marron par la 
rousse et les cognes en train de faire un chop()in. 

Étant gosse j'ambiais dans la cambrouse [)our déflorer la picouse 
avec les camerlucbes. Mon dab m*a refilé plus d'une [)urge et un bath 
reluit, je n'ai plus rapplitiué à la piaule quand ma dabucbe est 
conie. J'ai été afTrancbi par les grincbes qui étaient mes fanandes, 
j'ai commencé par rincer les bagnoles des lartonniers et j'ai fait les 
cambriolles au fric frac. J'enquillais par les vanternes pour barbt)tter 
la camelote et afTurer de la thune. Une sorgue j'ai été pomaqué et 
cnflaqué dans une rafle, maison m'a défourraillé au reluit, jai seule- 
ment coque le taf. J'ai alorsconobrédesamarres d'attaque et mariolles, 
j'avais dix-sept brisijues, je voulais maquiller le truc pour acquiger la 
blanquette, mes ripatons dégueulaient et mes frus<iues était^nt bou- 
linées. 

En jaspinant avec mézigue, un amincbe d'aff me jacte que si je 
veux turbiner il me fera conobrer une gance chouette, des grinchis- 
seurs au fric frac, <ies passeurs de galette à la manipie ties vallreu- 
siers, je lui dis: « gy ». Il m'a conduit dans un bouzingot, on a pi- 
tanché de la moussante et on s'est cinglé le blair. 

N'ayant plus le rond, j'ai embardé dans une carrée où j'ai grinchi 
du plâtre que j'ai coque dans ma profonde. 

J'étais à la bonne, je me suis collé avec une franche largue qui trimar- 
dait dans le trèpe et connobrait le turbin ; je lui refilais des châtaignes 
quand elle rappliquait pas chez le bistro avec la galette des miches. 

Elle était bath au pieu et gironde, la goncesse. J'avais des fringues 
d'altèque et du pèze dans ma fouillouse. Un sorgue, ma marque a 
acquigé un bog et une bride en jonc et j'ai été les laver chez le fourgat 
qui n'a pas voulu me foncer du michon. J'ai nourri un poupard avec 
des poisses de la gance, j'ai aboulé les alênes, le sucre de pomme et 
le rossignol, et j'ai filé le luclrème pour enquiller dans une cambuse 
où j'ai dégoté trois faflots de mille balles, j'ai été pigé et sapé à cinq 
berges de centrouse, malade pendant une longe, j'ai fait la cavale. 

J'étais guéri depuis six marques quand j'ai été en graillé par la 
rousse et renflaqué, mais comme j'avais sonné le sergot, en arrivant 



XX L'ARGOT. 

au bloc, los fliques m ont passé à tabac avant de m'enfourailier au 
collège. Après ma guérison, j'ai écopé un coup do bince sur le caillou 
et j'ai été au caslu. Quand mon guiassc a été recalé, je me suis re- 
nippé et fait astiquer la hure dans la bouloguc d'un merlan et je me 
suis arrosé la dalle avec la rifletle, qui est tombé en frime avec mé- 
zigue, il voulait me faire casser du sucre et manger le morceau, je 
lui ai dit nib, et il m'a pris en filature. J'ai acquigé le roulant vif de 
ceinture pour aller retrouver les aminches au Gros-Caillou, il était 
six plombes de sorgue, quand j'ai dévalé au cabermont du père La Pipe, 
les fanandes pictaient chenu, j'ai briffé de la criolle et liché avec les 
zigues. J'ai trouvé lago un poteau qui m'a bonni qu'il conobrait un 
pantc huppé à Neuilly qui douilterait du carme si on le faisait chan- 
ter. Je lui routasse: « gy, ça fait mon blot nous serons de mèche 
pour le fade, tu maquilleras les caroubles pour débacler la lourde et 
j'enquillerai dans la cambriolle ». Nous avons aboulé chez le pante, 
et j'ai effarouché la blanquette et dos fringues que nous avons mis 
en pacsin, nous avions un aminche qui gaffait, mais il n'a pas re- 
mouché le pante qui rentrait, quand je l'ai rembroqué, comme il nous 
prenait sur le tas, je lui ai refilé un coup de surin dans le colas, j'ai 
dit à mon poteau de crompcr et mézigue s'est fait la paire ; mais le 
tambour s'est mis à jaspiner comme je caletais, je suis tombé en frime 
avec la rousse, j'ai été paumé marron et pigé. Les cognes m'ont con- 
duit chez le quart d'œil qui m'a envoyé à la Cigogne dans le panier à 
salade. Le curieux a voulu entraver dans mes flanches pour me faire 
débiner le truc, le léon est venu me voir avant que je passe au carré 
des gerbes où j'ai eu une attaque de fièvre cérébrale, mon médecin 
m'a refilé une purge, j'ai eu un redoublement de lièvre et les hési- 
teurs opinants m'ont fait gerber à la passe. Maintenant, je capis cette 
lazagne dans la boite au sel à la Roquette en compagnie d'un mouton, 
le maugrée ne m'a pas fait mettre la ligotante de rifie et le ratichon 
me rend visite en attendant d'être fauché par le bince à l'abbaye de 
Monte-à-Regret où je jouerai a la main chaude avec les soubrettes de 
Chariot, j'éternuerai dans le son et on me conduira ensuite au Champ 
do Navels avec une escorte de chardonnerets. 



L'ARGOT. XXI 

OBSERVATIONS PHILOLOGIQUES 

On peut être un homme de génie et parler argot. 

Dans Quatre-vingt-treize de V. Hugo, page 20, on lit : la momignarde 
qui tetie est fameusement gouliafre et encore à la page 62 du même ou- 
vrage on lit : la colère de f inanimée, les coups de coude de Véclair, le 
combliau, terrasser la colère, etc.. etc. (V. Fournel.) 

Ce qui est argot en France, parce qu'il est patois ou neuf, est parfai- 
tement courant et accepté ailleurs; le contraire a lieu aussi. (A. Tim- 
mermans.) 

En Angleterre Targot s'appelle Cant et Slang, 

En Allemagne, Rothwàlsch, 

En Italie, Gergo, 

En Espagne, Germania. 

En Hollande, Dieventaal ou Bargoensch, 

L'argot moderne, plus pittoresque et plus expressif que l'argot an- 
cien, n'a rien de savant et nous est surtout fourni par les illettrés. 

Eugène Sue, Balzac, Victor Hugo, ont introduit l'argot dans beau- 
coup de leurs ouvrages. 

De nos jours le poète Jean Richepin dans son admirable Chanson 
des gueux s'est exprimé dans la langue des purs argotiers. 

L'argot étant l'idiome de la corruption se corrompt vite luî-môme. 
Comme il cherche toujours à se dérober, sitôt qu'il se sent compris, il 
se transforme : aussi l'argot va-t-il se décomposant et se recomposant 
sans cesse. (Larousse.) 

A cause de ce mouvement l'ancien argot reparaît et redevient nou- 
veau enrichi d'expressions toujours pittoresques, simples, énergiques, 
ingénieuses. 

L'orthographe de l'argot est souvent incertaine, les mots transmis 
de bouche en bouche se déforment suivant la façon dont ils sont pro- 
noncés, ils pénètrent peu à peu dans le langage courant el ce n'est 
généralement que l'usage qui consacre la manière de les écrire. 

Jamais cependant l'argot n'avait fait encore l'objet d'un travail de 
linguistique pure. M. Adrien Timmermans, le premier, a consacré à 
la formation de l'argot une étude approfondie, au cours de laquelle il 
nous découvre ses sources étymologiques. Laissant de coté la ques- 
tion de son opportunité, il nous le fait connaître exclusivement comme 
un langage poursuivant son élaboration sous nos yeux. 

En faisant ainsi, l'auteur procède comme le géologue qui nous in- 
vite à observer avec lui l'action contemporaine des éléments pour nous 
montrer les effets qu'ils produisent dans la constitution des terrains 
et pour en conclure que les couches antérieures ont dû se former 
d'une façon identique. 



( 



xxn 



L'ARGOT. 



Aussi bien, en présence des mots et des expressions qui vont se for- 
mant tous les jours à côté du langage établi et naissant par leur vi- 
talité propre sans obéir à d autre loi que le besoin d'exprimer les 
faits d'une façon originale, Tauteur a démêlé clairement que i*argot, 
quand il n'est pas une déformation voulue, trouve le son de ses ra- 
cines irouveltcs dans les sons physiques. Pour Targotier comme pour 
tous les hommes» le son est un signal par lequel un fait se mani- 
feste à rintelligence d'une façon distincte et évidente. 

En se servant de ce son pour faire connaître le fait qu'il rappelle, 
il le fait entrer dans le langage par la voie de l'onomatopée ou de la 
dénomination naturelle. Une fois en possession de ce nom, il l'appli- 
que, par la suite, à tous les agents capables de faire le même acte et 
forme ainsi des dénominations métaphoriques. 

Chaque racine du Dictionnaire de Vargot est la reproduction d'un 
son naturel ; chaque nom une onomatopée primitive ou une applica- 
tion métaphorique de cette onomatopée. 

La comparaison des langues mortes : sanscrit, grec, latin, ainsi que 
des langues vivantes : français classique, anglais, allemand, hollandais, 
italien, etc., avec les productions franches et spontanées de Targot, 
prouve qu'au point de vue de l'onomatopée et de la métaphore les 
expressions nouvelles ont été formées d'après les procédés auxquels 
nous devons les langues qu'une culture supérieure a rendues classiques. 

L'auteur le fait ressortir en mille occasions et rend ainsi l'étude de 
Targot intéressante à un point de vue plus élevé. 

M 'étant attaché à réunir dans ce travail tout ce que Targot, tant an* 
cien que moderne, a produit d'expressions dans ses divers milieux de 
formation, j'ai lieu d'espérer qu'il offrira à M. Timmermans de nou- 
veaux et nombreux sujets d'investigation pour ses savantes études. 

Les mots d'argot sont souvent très imagés. 

Beaucoup sont des corruptions par suffixes ou par abréviations. 

Les suffixes les plus usuels en argot sont : 



œar 

anche 

inche 

ingue 

o 

orgue 

aille 

ière 

uche 

mont 

oque 

égue 

igue 



épicemar 

boutanche 

aminche 


épicier 

boutique 

ami 


buriingue 
camaro 


bureau 
camarade 


bonorgue 
nousaille 


bon 
nous 


mézière 


me ou moi 


arguche 
gilroont 
loufoque 


argot 

gilet 

fou 


méiigue 


me ou moi 



L'ARGOT. XXIII 



Nous ne donnerons pas dans le vocabulaire les abréviations comme 
fana pour fanatique^ topo pour topographie ^ tricule pour matricule, 
ce genre de langage n ayant aucun intérêt au point de vue de largot, 
on peut déformer les mots de toutes façons. Nous ne citerons pas da- 
vantage les expressions grossières qui n ont pas Tesprit pour excuse. 



ABRÉVIATIONS 



cab .... 
can — 
chas . . . 
écol .... 

enf 

F.-M . . . 
héb.... 

mar 

mil 

pays . . . 
polyt. . . 
prost . . . 
Sl-C 
thé. 
typ. 



• • ■ • • 



a. . . 
a. n. 
adv 
f.... 



inl 

m 

n.d.b .... 
ii.pr 

pi 

s 

V 

v.a 

v.n 

v.pr 



# Argot des malfaiteurs. 


© Langage 


populaire. 




O Langage 


familier. 




cabaliste. 


ang 


anglais. 


canotiers. 


ar. al ... . 


arabe, algérien. 


chasseurs. 


esp 


espagnol. 


étudiants. 


flam 


flamand. 


enfantin. 


gr 


grec. 


Franc-Maçons. 


hoir 


hollandais. 


hébraïsme. 


ital 


italien. 


marine. 


lat 


latin. 


militaires. 


port 


[)ortugais. 


paysans. 


prov 


provençal. 


polytechniciens. 


skt 


sanscrit. 


prostitution. 


vx fr 


vieux français. 


Saint-Cyriens. 






théâtre. 


abrév. . . . 


abréviation. 


typographes. 


corr 


corruption. 




dim 


diminutif. 


adjectif. 


ext 


extension. 


adjectif numéral. 


«ig 


figuré. 


adverbe. 


iro 


ironique. 


féminin. 


j.d.m .... 


jeu de mots. 


interjection. 


m. à m 


mot à mot. 


masculin. 


m.déf 


mot déformé. 


nom de baptême. 


met 


métaphore. 


nom propre. 


m. s 


même sens. 


pluriel. 


obsc 


obscène. 


substantif. 


ti.i^. ... ». 


quelque chose. 


verbe. 


qq 


quelqu'un. 


verbe actif. 


s.pr 


sens propre. 


verbe neutre. 


voy 


voyez. 


verbe pronominal. 


v.c.m 


voyez ce mot. 




vx 


vieux, suranné. 



ail allemand. 



DICTIONNAIRE 



ARGOT-FRANÇAIS 



« Mon crime est d'aroir eu la curiosité littéraire de 
M ramasser et de couler dans un moule tr^ traTaîOé la 
« Un^e du peuple. Des dictionnaires de crtto lanip» 
« existent pourtant, des lettrés l'étudient et joaiMeDl4ie 
« sa verdeur, de l'imprévu et de la force de ses imagea. 
« Elle est un régal pour les grammairiens fureteurs. ■ 
Emile Zola, I*réface de CAuommoir, 
Janvier 1877. 



A 



Abadie # s.f. == Abadis. s. m. 

Foule (généralement composée de 
badauds), « J'ai rembroqué un 
abadis du rabouin ». (J'ai aperçu 
une foule du diable.) [Vidocq.J 
J.d.m. sur badauder. [Timmer- 

MANS.j 

Abadis 9 s. m. =: Abadie. 
V.c.m. Hassemblement. 

Abafointé a. Etonné, liébété. 
Formé d'un débris de bah! et 
de /btn/. Assonance de 6a/i/[TiM- 

MERMANS.] 

Abajoues 0s. f. pi. || i. La face. 
S.pr. joues abattues, joues flas- 
ques et pouffantes. || 2. Les fes- 
ses, par extension. 

Abalobé a. Etonné, ébahi. 
De bah ! son de Tétonnement, et 
de lobe pour lippe, lèvre, par 



j.d.m. L'argot dit lobe bée pour 
bouclie bée. [Timmermans.] 

Abatage = Abattage. 

Abat-Jour s. m. Visière. Abat- 
jour des quinqucts, visière que 
mettent les personnes qui ont 
une vue mauvaise. 

Abat-reluit 9 s. m. Abat-jour. 
Visière. 

Abattage O s* i^* IM- Critique 
violente. « Dans toute la presse, 
c'est un véritable abattage, un 
éreintemont. » || 2. Expression du 
jeu de baccarat. 11 y a abattage, 
lorsque le banquier et les deux 
tableaux abattent leur jeu simul- 
tanément. Il 3. Travail vivement 
fait. i( C'est fini ! mais VTai, quel 
abattatfc ! » || 4. Sévère répri- 
mande. « Foutre un abattage. » 

i 



"Tf ! 



■^TT" 



I - I ■■ " .i j y juii.m , ^ uj 



r^«j j . . JF 



ABATTEUR. 



— 2 — 



ABOULER. 



II 5. Graisse d'abattage, ardeur 
au travail. || 6. Vente à i\ibattage, 
vente sur la voie publique (la 
marchandise est abattue sur le 
«ol). Il 7. Un coup qui se présente 
bien au billard. || 8. Avoir de Va- \ 
battage, t^lre bien découplé. 
Abatteur s. m. || 1. Remuant, 
travailleur. || 2. Abatteur de fem- 
mes, de bois, de quilles, vaillant 
«n amour. 

Vous êtes je voy bien grand abatteur de 

'j/uiiles 
Mais au reste honnnste homme et p^yoz bien 

(les fiUes. 
[M. IUgtciu, sat. XI.j 

Abattis s. m. Membres, pied, 
main (allusion aux abattis d'ani-, 
maux). « Je vais te démolir un 
abattis, » (f Numt^rote tfs abattis. » 
Avoir les abattis canailles, avoir 
les membres grossiers. 

Abattoir % s. m. Cellulo dos con- 
damnes à mort, à la Uofiuelle. 
Le condamné n'en sort que pour 
Otre abattu devant la prison. 

Abattre © v. a. ||1. Faire des 
dettes. Il 2. En abattre, travailler 
beaucoup en peu de temps. « Nous 
allons en abattre de la besogne. » 
Il 3. Abattre son jeu, étaler son 
jeu sur la table. 

Abattuci O ^- ni. = Abattafr®. 
Expres.^iori du jeu de baccarat, 
mot déformé. 

Abbaye 9 s. f. Four. I,es voleurs 
se réfugient souvent dans les 
fours à plîïtre, c'est leur cloître, 
leur refuge. Abbaye ruffante^ïaur 
chaud (La Vie généreuse lo%.) 
Abt)aye de Mnnte-à-liegret, Ab- 
baye de Saint-Pierre^ la guillo- 
line {cinq pierres se trouvent 
devant la porte de la prison de 
la l^oquelte, à l'endroit où elle 
«st dressée), u Mon père a épousé 
la veuve, moi je me retire à 
VAbbaye de Monte-à-Iiegret, » [Le 



Dernier jour d'un comlamné.) — 
Abbaye des s'offre à tous (vx), 
maison publique. 

Abbesse s. f. Tenancière d'une 
maison publique. 

Abcès s. m. Individu au visage 
couperosé et boursouflé. 

Abélardiser O ^'' ^' (Autrefois 
Abaylarder,) CliAlrer (nllusion à 
la mutilation d'Abélard par le 
chanoine Fulbert). 

Abéquer 0v. Nourrir. Du vx. fr. 
Abèehicr, donner la becquée aux 
oiseaux. On dit encore dans le 
Poitou et la Vienne abécher 
(prou, ab'chai) avec ce sens. 

Abéqueuse s. f. || 1. Nourrice. 
Il 2. Maltresse d'hôtel. 

Abigotir (S'j © v. pr. Devenir 
dévot, de bigot. 

Abloquer, Àbloquir 9 v. a. 
Acheter, du vieux mol liloqttcr, 
hlorquer , lro(pier, échanger, 
acheter en bloc. 

Abominer v. a. Haïr, détester. 
S'abominer quelque fxn't, s'y dé- 
plaire. « Puis, \\s s'abominaœnt à 
1 hôtel Honcieur, ils trouvaient 
va dégoûtant. » [Ass. Zolak 

Abonné O î*- Habitué. Abonné au 
guignon, n'avoir pas de chance 
habituellement. // est abonné au 
crt/'e?, il est continuellement au café. 

Aborgner (S'i % v. pr. Regarder 
attentivement = Ouvrir l'œil. 

Aboulage s. m. Abondance. 

Aboulée0 s. f. Femme en couche. 

Aboulement s. m. Accouche- 
ment. 

Abouler v. a. || 1. Vcmir, ar- 
river comme une boule, du vx. fr. 
bouler, rouler. 

l'Once tn lartjut! et quelle aboule. 
Sans limace nous cambrouser, 

,KlCIIKPIN.] 

Il 2. Donner, remettre à quel- 
qu'un, « Aboidez la galette! » 
<' Aboulez tous des ronds ou des 



ABOUR. 



3 — 



ACCENTUER. 



liquettes. » (Cri du Peuple , fé- 

. vrier 1886.) || 3. Accoucher. En 
fr. ébouler signifie tomber en 
s'aifnissant. 

Abour s. m. Tamis, crible. 

Aboyeur s. m. || 1. Crieur, 
Voy. Bonisscurj canardier, \\ 2. 
Homme chargé d'appeler les pri- 
sonniers au parloir. || 3. Ceux 
qui font du bruit et empêchent 
les orateurs de parler dans les 
réunions publiques. 

Abracadabrant Q a. Mcneil- 
leux, magique, étonnant, du mot 
cabalistique Abracadabra. w C'est 
renversant, abracadabrant, » 

Abraqué (mar.) a. Attaché, lié, du 

§rec i^ptiyoç, branche qui sert 
e lien. [Timmermans.] 

Abreuvoir s. m. Cabaret. 
Abreuvoir à mouches j blessure 
saignante. [Cur. fr. de Oudin.] 

Abri (A r) # Etre à l'abri, être 
malin, intelligent. 

Abroaart9(V) n.pr. Le brouillard. 

Abrouer 9 (V). n.v. Arriver, par 
extension de brouer, fuir. 

Abricot s. m. La nature de la 
femme. Abricot fendu. 

Abruti (polyL)s.m. Elève acharné 
à Té tu de. 

Abrutir (S') Q v. pr. S'abrutir 
sur une chose , la faire traîner 
en longueur. 

Abs. s. f. Abrév. d'absinthe. 

Absinthe O s* f* Eaire son absinthe 
à La hussarde, en versant goutte 
à goutte. La purée, autant d'eau 
que d'absinthe. Lamazone, avec 
de la gomme. La Vichy, avec 
de l'orgeat. La bourgeoise ou la 
panachée^ avec de l'anisetle. 
— Absinthe de minuit, celle que 
Ton fait avec du vin blanc. Heure 
-de Vabsinthe, le moment où Ton 
prend l'apéritif dans les cafés, en- 
tre H heures et 7 heures. — Faire 
son absinthe en parlant, cracher 



en parlant, on dit aussi, Envoyer 
des posiillons. 

Absinther (S') Q v. pr. S'adonner à 
l'absinthe. S absinther, être absin- 
the, devenir alcoolique par l'a- 
bus de l'absinthe. 

Absorber Q v. a. Manger et boire 
beaucoup. 

Absorption O s. f. (polyl.J Réu- 
nion annuelle dans laquelle An- 
tiques Anciens et Conscrits fra- 
ternisent on absorbant du punch 
cl du Champagne aux dépens des 
Taupins, (nouveaux admis). 

Acacias O *"• pï- Paire ses aca- 
cias, (Mre habitué de l'avenue des 
Acacias au bois de Boulogne, ren- 
dez-vous du monde élégant. 

Académicien O s. m. = Per- 
ruque = Fossile, littérateur de 
la vieille école (1830). 

Académique Q a. Correct. Te^ 
nue académique, bonne tenue. 
Faire des poses académiques, 
prendre des allures affectées. 

Acagnarder (S') O v. pr. S'iso- 
ler, vivre seul dans son coin 
comme un chien. Du lat. canis, 
chien et cagnard, coin en vieux 
français. 

Acajou O s. m. Crâne chauve. 
Avoir un bel acajou, avoir le 
crâne chauve et luisant. 

Accaparer O v. a. Accaparer 
quelqu'un, c'est le circonvenir, le 
poursuivre de ses obsessions. 

Accent # s. m. || 1. Crachat. 
Uftccent était un signe qui consis- 
tait à cracher bruyamment en 
décrivant avec le pouce droit sur 
la joue droite un demi-cercle 
ou arçon (petit arc en vx fr.). v. c. 
m. Il 2. Signal convenu entre les 
voleurs. Avoir de Vaccent, être 
reconnu pour un voleur, à cer- 
tains signes. 

Accentuer Q v. a. Accentuer ses 
gestes, donner des coups. 



ACCESSOIBEB. — 4 — 

Accessoires O s- ni. pi. Vin 

d'aeeeisoires, vin de mauvaise 
qualité ou allongé d'eau, comme 
le vin qu'on donne aui artistes 
qui doivent boire en sciïne. 

Acooerer # v. a. Arranger. 

Acco«rer (S'] # v. pr. S entendre. 

Accolade 9 s. f. Initie. Foulrc 
une arxolaile, donner une gitlc. 

Accommoder v. a. Accommo- 
der quelqu'un au beurre noir, le 
badrc de façon que les coups 
lui laissent des marques noires 
sur le corps. Vn œil au beurre 
noir, œil poclid. — Aceommiider 
à la sauce piquatite, donner un 
coup d'épée, de poignard (s. pr. 
piquer). 

Accordéon s. m. [| i. Cliapcau 
claque == (Jibus, il s'allonge el 
se referme comme un accordéon. 
Il 2. Chapeau défDnc<>, sur lequel 
on s'est assis, plissa comme un 
accordéon. 

Accordeur s. m. Ju)^ de paix. 
— Accordeur de piattos, celui qui 
prend la taille des femmes et se 
permet certains atlouclieinenls : 
il promËne ses doigts comme 
sur les louches d"nn piano. — Ac- 
cordeur de la ramarât. le bour- 
reau ^uand il fait dresser la 
guillotine: il accorde son inslru- 
menl. 

Accoucher v. n. .V' décider A 
parler « AUotix, répond", aecou- 
cheraa-tu'.' i.. Produire un travail 
quelconque ajirès bien des difli- 
culiéa, aliou tir péniblement. 

Accouffler (S') © v. pr. = s'ac- 
couver = s'aocroner. S'ac- 
croupir, du vieux mot, Couf/lc, 
balle de colon, halle; en latin 
cophinut, caisse. ITiUMEaMASs.] 

Accroche'cœnrs s. ni.Voy.Ac- 
ce»( = Arçon. Mêcbc de" che- 
veux bouclés cl collés sur la 
tempe en l'orme de C, signe de rc- 



ACaËE. 



connaissance cnirc les souteneurs. 
Ce mot désigne le souteneur lui- 
même. 

Accrocher ® v. a. Hellre au 
Monl-de-Piété. = Mettre au dou. 
Le dou désigne cet établissement. 

Accrocher IS') © v. pr. Se hatire 
corps à corps. 

Accroc s. m. Olislaelc, anicro- 
che, dillicullé, embarras. Ce mot 
se trouve dans plusieurs diction- 
naires français avec ces différents 
sens. 

Aocroner (S') v. pr. s'acconf. 
lier. .-1 crouei'o» = ù rroupe- 
tom. accroupi. ; Tinmkhii t>s.] 

Acbar © adv. Alirév. d'acharnc* 
ment; sans trêve. " Et d'autor et 
d'arhar, enfonce le jobard. » 
lMoM»;piN.| 

Achetoire © s. f. Monnaie (avec 
laquelle rin ■< .icheto n]. 

Acheter v. Se moquer. ArMer 
quelqu'un, le tourner en i'idiculc. 

Acier © et O «■ i"- Idellr-- du 
baume d'acier, se faire iirraclier 
une dent malade. ~ Langue 
d'acier, mérlianlt langue. 

Aciiqnep |S'j v. pr. Se mettre- 
en mcna^'e. 

Aoœurer. Voy. .li-eii'urer. 

Acoquiner Ji v. a. Allécher, 
tromper, dérivé de coquer, v. e. ni. 

Aooqalnep (S'J @ v. pr. Vivre en 
concubinage, eu mauvaise com- 
pagiii(\ <' Elfe aroquinù il un. 
souillon. » << Elle est acoquinée à 
un ivrogne ». 

Acri 9 "' t'o>''i violent. Ce mol 
est devenu eu fi'anvais " acre " 
(sans acecnl). Il y a de l'arrir 
Ca va mal, le [latron est furieux 
(acrimonieux), — Awi ! silence, 
prenez garde, attention! — yifef 
de Vacri, guetter, faire allenlion. 

AcrAe ou Acres 9 ■■>'• Méliance! 
déliancel « .4crés.' v'ià Tama- 
que!» {Mëiëmer, la Casserole.] 



ACROBATIE. 



— 5 



AFFRE. 



Acrobatie O s. f. Expédient. 
(€ Nous demandons à nos minis- 
tres de se livrer à un autre genre 
d'acrobatie. » [H. Hociiefort.] 

Adam0n. pr. Mouchoir, Fourchette 
ou Peigfie d'Adam, les doigts. 

Addition O s. f. Carte à payer 
au restaurant. On dit aussi '^ la 
carte, 

Adjectiver © v. s. Invectiver, 
Adjectiver quelqu'un, Tinsulter 
mot à mot, lui donner des épi- 
thèles. 

Adjoint s. m. Valet du bour- 
reau. 

Adjudant (mil.), s. m. Tremper 
un adjudant, tremper un mor- 
ceau do pain dans le bouillon 
avant qu'il ne soit allongé d'eau. 
— Adjudant de manège, garde de 
manège (iro.). 

Adroit a. Etre adroit du coude, 
être bon buveur. 

Aérostier s. m. Soldat cjui 
s'occupe de Taérostation mili- 
taire. 

Air 9 s. f. Il 1. Abrév. d' « affaire », 
Maquiller une aff, comploter un 
mauvais coup. Amunche d'aff, 
complice. || 2. Vie (le Vice puni 
de (èrandval). Eau aaff, eau-de- 
vie. « Tu vas me payer Veau d'aff, 
ou je te fais danser. » [Eugène 
Sue. I En grec àçeûto, enflammer ; 
du sanscrit XIV, consumer, brûler. 

Affaire # s. f. Délit ou crime. 
» Ayant appris que le rouquin 
venait de faire une bonne affaire, 
je suis allé lui demander du 
carme, » (Le Crime de Maison- 
Laffitte, 1893, inler. de Petit 
Chariot .) Affaire mûre , afifaire 
prête à mettre à exécution. 
Affaire juteuse, affaire produc- 
tive, qui a rapporté. — Avoir son 
affaire, être ivre ou avoir reçu 
un coup mortel. — Avoir ses affai- 
res, avoir ses menstrues. — Faire 



son affaire à quelqu'un, le battre, 
le tuer. — Affaire à la manque^ 
9 procès. 

Affalement O s. m. Abattement, 
accablement, anéantissement, dé- 
couragement. 

Affaler O ^'' &• Tomber, s. pr. 
Echouer. S'affaler, v. pr. « Tes 
rien poivre, tu vas t affaler ». 
[RicuEPiN, le Pavé,] S'affaler sur 
le pieu, se coucher. 

Affamée s. f. Bouche. 

Affe ou Aff # s. f. Vie, âme. 

Affourcher (S') O (niar.). v. pr. Se 
reposer, S'affourchcr sur ses an- 
cres, se retirer des afifaires. 

Af&Btoler O V. a. Tromper, en- 
jôler, piper (vx fr.). 

AAranchi a. Honnête homme 
amené au crime par des conseils 
de malfaiteurs. — Chêne affranchi, 
voleur. — Fagot affi-anchi, forçat 
ayant Uni son temps. « Devenu 
un franc, un frangin ou un fra- 
lin, c'est-à-dire un frère dans la 
confrérie des voleurs ». [Timmer- 

MANS.] 

Affranchir v. a. PerNcrlir, 
donner des leçons de vol, cor- 
rompre un témoin. Affranchir un 
sinvc pour grinchir, engager un 
honnête homme à voler. Affran- 
chir un pante avec de Vauher, 
corrompre quelqu'un pour de 
l'argent. S. pr. rendre frangin 
(frère, ami); en angl. friend; en 
ail. der Freund, ami. — Affran- 
chir, on dit au jeu qu'une carte est 
affranchie quand elle n'est pas 
exposée h être prise. 

Affranchissement s. m. Per- 
version. (Voy. Affranchir), Profes- 
seur d'affranchissement 0. 

Ain:»anchisseur s. m. Celui 
qui affranchit, v. c. m. 

Afb^e s. f. BlAme, reproche. 
Vieux mot français qui signifiait 
frayeur, effroi, qui ne s'emploie 



AFFUR. 



— 6 — 



AGONISER. 



I 



plus qu'au pluriel dans le sens 
de transesiy anyoisscfif les affres de 
la mort. 

Afltir, Affare # s. m. Profit, bé- 
néfice. Avoir de Vaffur, avoir de 
Pargenl. « Quand je vois mon 
affure, je suis toujours paré... » 
[ViDOCQ.] Du lat. fur y voleur; en 
franc, furet, homme qui cherche 
avec finesse. Varcter, chercher 
curieusement. 

Affùrage s. m. Profit, bénéfice 
d'un vol. Voy. Affur, 

Affurard 9 fs) s. m. Sergent du 
ffuot qui arrêtait les voleurs. 
Voy. Affur. 

AlTurer # v. a. == Affûter =r 
Afluer. Tromper, tirer profil, 
gagner, se procurer. Affurei' de 
Vaubei'j se procurer de Targenl 
par des moyens malhonnêtes. 

Affût (D') ^. Malin, rusé, roué, 
toujours à l'affût de ce qu'il 
désire. Un homme d'affût, un 
homme malin. On emploie celte 
expression dans 1 Orléanais et 
Ton ajoute en plaisantant: So?i pèie 
était canon. En français faté, m. s. 

Affûter V. a. = Affurer = 
Afluer. Aiguiser, disposer, prépa- 
rer. — Affûter ses meules, manger, 
s. pr aiguiser ses dents. — Affïiter 
ses pincettes, se préparer à faire 
une grande marche, marcher. — 
S'affûter le sifflet, le cornet, etc., 
boire. — Affûter quelqu'un, lui 
donner une leçon de finesse, leren- 
dre fin, comme on dit en franc, 
affilier un crayon (le tailler). 

Affûtiaux (pays.), s. m. pi. Affi- 
quets. Voy. Agios, 

Affluer 9 V. a. = Affûter = 
Affurer — flouer à — Tromper. 

Aga (mil.), s. m. Mot arabe algé- 
rien, désigne un commandement 
militaire supérieur. 

Aga inl. Cri que les chasseurs 
font entendre pour encourager 



les chiens. Mot qui marque Télon- 
nement ou Tindignalion, racine 
de gogo. [Timhermans.] 

Agacer, v. a. Agacci' la dent de 
l'hippopotame (l'ivoire), jouer du 
piano. — Agacei' i/n polichinelle 
sur le zinc, boire un grand verre 
d'eau-de-vie sur le comptoir. 

Agaceur (sport.), s. m. :=: Allu- 
meur. Cheval qu'on présente h 
la jument pour savoir si elle est 
prête à la saillie. 

Aganter v. a. Vieux mot qui 
signifiait « saisir, prendre. » Agan- 
ter une claque, recevoir une gi- 
fle, du prov. Aganta, attraper 
avec la main. 

Agate # s. f. Faïence, la faïence 
imite l'agate par son brillant et 
ses couleurs variées. 

Agater v. n. Amadouer, allé- 
cher, attirer à soi par des ma- 
nières doucereuses , du prov. 
Agati, attirer. 

Agenouillée O ^' f* = Avale- 
tout. Fille galante, dont le nom in- 
dique suffisamment la spécialité. 

Age (F.-M.). s. m. Vov. le Manuel 
du franc-maçon, [de bAzox.] 

Agios (pays.), s. m. =:r Affûtiaux. 
Les agios de la mariée, affiquets,. 
ajuslements extraordinaires ou ri- 
dicules. 

Agla (cab.). s. m. Mot cabalisti- 
que. Ce mot prononcé la figure 
tournée vers l'Orienta, paraît-il, 
d'après les cabalisles, un pouvoir 
merveilleux. 

Agobilles # s. f. pi. Outils. « Voici 
toutes mes agobilles, pour beson- 
gner abillement. » (Le Mystère du 
vieil testament.) Vieux mot franc, 
qui signifiait aussi choses malpro- 
pres et do peu de valeur, chiffons. 

Agoniser v. a. Pour Agonir, 
insulter. // m*a agonisé, il m'a 
invectivé. Ce mot dérive du vx 
fr. ahonnir, couvrir de honte. 



AGOUA. 



— 7 — 



AIMER. 



Agoua (can.). s., f. Eau, du prov. 
Agua, eau, qui se prononce agoue. 

Agoat 9 s. m. Eau à boire. 

Agrafe © s. f. Main. Serrer les 
agrafes, serrer les mains. Casser 
Vagrafe, rompre, se brouiller 
(ne plus se serrer la main). 

Agrafer v. a. Pour « agrifFer, » 
arrêter, saisir, accrocher. C'est 
aussi s'attacher aux pas de quel- 
qu'un dans la rue z=Cramponnci\ 
« Il ma agrafé, quel crampon ! il ne 
me lâchait p/Ms/»—^ (Mil.), Consi- 
gner. De griper, agriper, prendre. 

Agrément Q s. m. Agrément de 
banque (bourse), bénéfice réalisé 
à la bourse dans la même jour- 
née. — Avoir de l'agrément, (thé.), 
être applaudi. — Se pousser de 
r agrément 0, s'amuser. 

Agriche0s. m. Maladroit, gauche. 

Agricher # v. a. Aborder, saisir, 
du skt grabhy saisir. [Timmermans.] 

AgrifTer. Voy. Agrafer, skt grabh^ 
saisir. [Timmermans.] 

Agrlncheur 9 s. m. Voleur, grin- 
che, 

Agualuro 9 s. m. Banni. [Macé.] 

Aguicher v. a. || 1. Attirer. 
Aguicher un sinve pour le dégrin- 
goler. Il 2. Exciter. « Elle agui- 
che la soif du petit en rempêchant 
de boire ». TRichepin, la Glu.] 

Ah ! O Voy. Pschutt=i Vlan. Exprès- 
sion de* l'étonnement. [Timmer- 
mans.] 

Ahuri a. Ahuri de Chaillot, 
niais, imbécile (vieux dicton;. 
« Aheuri de Chalieau, Tout es- 
tourdi sortant du bateau ». [Le- 
roux DE LiNCY, Livre des proverbes.] 

Aide-Cargot (mil.), s. m. Pour 
aide-gargoty valet de cantine. 

Aide s. m. Aide-mari, amant de 
femme mariée. — Aller à la cour 
des aides, la femme qui fait des 
infidélités à son mari va à la cour 
des aides. 



Ale-ATe O s. m. Omnibus. « Cri 
de Teffort que le cocher adresse à 
ses chevaux pour leur suggérer de 
marcher plus vile ». [timmer- 
mans.] 

Aigle 9 s. m. Aigle blanc, chef de 
voleurs. 

Aiglon 9 s. m. Apprenti voleur. 

Aigrette O s. f. Avoir son aigrette, 
être légèrement gris, synonyme 
de pompon, panache, etc. 

Aiguille s. f. Il 1. CIc (la clé 
coud la porte). || 2. Barbe c^ui a 
besoin d'être rasée (elle pique 
comme Taiguille). || 3. Signe qne 
Ton fait sur les caries pour tri- 
cher au jeu. Il 4. Aiguille à trico- 
ter les côtes, épée, tleurel. 

Aiguillor O V. n. et v, a. Aiguiller 
la brème, marquer, biseauter le» 
cartes. 

Aiguillette O s. f. Jouer ou ronfler 
à l'aiguillette, paillarder, vieille 
expression qui signifiait défaire les 
férels des braguettes ou les lacets 
des robes. 

Aiguilleur O s. m. Tricheur qui 
aiguille la carte. 

Aile s. f. Bras, par. analogie 
. avec les membres d'un oiseau, en 
argot italien ala, bras. Prenez mon 
aile, prenez mon bras. — Aile 
de pigeon, vieux, suranné. — Faire 
des ailes de pigeon, faire des en- 
trechats. — En avoir dans Vaile, 
être affaibli, annihilé. 

Aileron s. m. Pied, main. 

Aille 9 Terminaison argotique ^ 
comme iergue, orgue, ache, etc. 
Nouzaille, nous. 

Aimant Q s. m. Faire de V aimant, 
chercher à se faire remarquer, à 
attirer l'attention, comme raimant 
attire le fer. 

Aimer Q v. n. Aimer comme sespetit% 
boyaux, aimer comme soi-même. 
— Aimer à crédit, avoir des rap- 
ports avec une tille galante, sans 



AIR. 



— 8 — 



ALLO! 



la payer. — Aimer comme la co/i- 
que^ "détester. 

P *• ™« S^ donner ou avoir de 
ftfir, avoir un air chagrin. — Se 
pousser de Vair^ se sauver. Jouer 
de la fille de Pair, s'enfuir. — 
Vivre de Vair du temps, être sans 
moyens d'existence. — Etre à 
fiittUurs airs, être hypocrite, 
jooer plusieurs rôles à la fois. — 
Se donner des airs penchés, être 
mélancolique, rêveur. 

Aisselle O s. f. Blague sous les 
aUselleSj plaisanterie à part. 

AI # s. m. Flac d'al, sacoche en 
pea«. 

A la elé. O II y a du plaisir, de 
Forgent à la clé. Cette expression 
est explétive ; dérive de la même 
expression employée en musique. 

Alarmiste # s. m. Chien de 
fanrdc (il donne Talarme). 

iltiaehe # s. m. Nom. [Macé.] 

AlboelM n. pr. Allemand. 
« Formé de Al, mutilation de 
Allemand, cl de boche pour tête 
ée kocke = entêté. Boche pour 

bûche ». [TlMMERMANS.] 

iHierse#s. f. Auberge, du vieux 
mottmçais : Alberga-, héberger. 

Alblaos 6. m. Le blanc au jeu 
de dominos. 

Album s. m. Chapeau haut de 
ferme. 

Altees # s. f. pi, vov. Balancer, 

Alentoir 9 adv. Alentour, mot 
déformé. 

Allli (mil.). Il n'a plus d'alfa sur 
les kauis plateaux, il n'a plus de 
cheveux sur la tétc. 

AHsiier (mit.), v. a. et v. pr. S'a- 
Ugmer, tomber en garde pour se 
bsttre. — S'aligner, se mesurer 
avec quelqu'un. — Se faire aligner 
jsr UL pimcarte (mil.), être au 
tdileaa des hommes punis. 

Alfser v. a. Aliser son cylindre, 
être SMlede (métallurgie). 



Allemande (L') 9 s. f. Bougie. 
[Macé.] 

Aller O et v. n. Fournir. Y 
aller de vingt ronds, donner 
vingt sous. — Y aller d'une, de 
deux, payer une, deux bouteilles. 

— Y aller de sa goutte, de sa 
larme, s'attendrir, pleurer. — Y 
aller, se laisser tromper. — Y 
aller gaiement, faire une chose 
de bon cœur. — Allons-y, com- 
mençons. — Aller son petit bon- 
homme de chemin, aller douce- 
ment. — Aller à Dames, recevoir 
un coup et tomber. — Aller oii le 
roi ne va qu'à pied, faire ses be- 
soins. — Aller avec un homme, 
avoir des rapports sexuels. — 
Le cheval va pour l'argent (sport,) 
il doit gagner. — Faire aller quel- 
qu'un, le berner, le tromper. — 
Aller se faire foutre, se faire 
fiche, se faire lanlaire, «'asseoir, se 
vromener, ces expressions signi- 
fient « Envoyer promener)». — Al- 
ler à farche^ RWer chercher de l'ar- 
gent. — Aller à Niort, nier. — 
Aller à Comôerge, aller à confesse. 

— Aller au Carreau (voy. Car- 
reau), — Aller voir défiler les dra- 
gons ^voy. Dragon), — Aller à la 
cour aes aides (voy. Aide), — Aller 
au pot (voy. Pot). — Y aller de 
son voyage, se déranger pour 
rien. — Allez-donc vous laver, 
allez-vous-en. — Aller au trot, 
Aller au vice. Aller au persil, aller 
raccrocher (prost.). — Aller au sa- 
/y*an, manger ce quel'on possède. 

Alliances 9 s. f. pi. Poucettes. 

Alliciant O &• Séduisant, latin 
alliciens. 

Allô! O inl* Mot employé au télé- 
phone pour avertir qu on écoule; 
en gr. aXaXî). cri de guerre vx. fr. 
halloer, poursuivre en criant : 

Mut haUoent crient et huent. 

{.Vie de St-Gilie, llAi), 



ALLONGE-GAMBETTE. — 9 — 



ALPIOU. 



AlloDge-gambette s. m. Vé- 
locipède. 

Allonger v. a. Allonger île 
V argent^ donner de Targenl. 
Allonger sa galette ^ se fendre, 
payer une dépense qui n'est pas 
dans les habitudes. — Allonger la 
ficelle ou la courroie^ augmenter 
une peine — (mil.) faire durer 
une chose, la faire traîner en 
longueur. 

AUonger (S') O v. pr. || 1. Tomber 
de son long par terre. || 2. S'é- 
tirer les bras en bâillant. « Le 
cuir sera bon marché^ le veau 
s* allonge », se dit pour se mo- 
quer de quelqu'un qui s'étire. 

Allumage s. m. Commence- 
ment d'ivresse. 

Allumé a. Enthousiasmé, 
échauffé par la boisson. 

Allumer O ^t ® v. a. et pr. 
Il 1. Voir, regarder, obsen'er, en 
argot italien, Allumare m. s 
« Allume le sergot », regarde, voilà 
un agent. — Allumci'ses clairs, re- 
garder attentivement. — Allumer le 
miston, dévisager, regarder sous 
le nez. — Être allumé, être vu. 
Il 2. Provoquer à l'admiration, 
exciter la curiosité. — Allumer les 
chalands, les allécher par des 
promesses souvent illusoires. 
« I^ galerie s'allume de plus en 
plus. » [UiCHEPiN, le Pave*.] || 
3. S'enthousiasmer, s'enflammer. 
«< Lui, à se frotter toujours con- 
tre ses jupes s'allumait de plus 
en plus. » (Zola, Assommoir,) 
Allumer son gaz ou son pétrole, 
s'enflammer. 4. || Exciter un 
cheval à coups de fouet: « Allume! 
allume! » (Voy. Allumette). 

Allumes s. m. pi. (arg. des bou- 
langers). Morceaux de bois sec. 

Allumette s. f. Attraper une al- 
lumette ronde = être allumé, 
ressentir les premiers effets de 



l'ivresse. Avoir son allumette de 
marchand de vin, être bavard et 
expansif. Prendre son allumette de 
f^ampagne, chanter des chansons 
bachiques. 

Allumettes s. f. pi. Membres 
longs et maigres. 

Allumeur Q s, m. || i. Compère 
chargé de tromper le public par 
de fausses amorces ou de fausses 
I enchères dans les ventes; allu- 
meur de chalands, || 2. Allumeurs 
de gaz, autrefois les lanciers, 
aujourd'hui les dragons , (allusion 
à la lance qu'ils portent et qui 
ressemble à Tinslrument servant 
aux allumeurs.) || 3. Ju^e d'ins- 
truction, chargé d'éclairer une 
affaire. || 4. voy. Agaceur, 

Allumeuse s. f. Prostituée, 
celle qui provoque, qui allume le 
client. Il 2. Femme payée par le 
directeur d'un bal public pour 
danser et avoir l'air de s'amuser, 
elle allume les autres. 

AUumoir O s. m. Appareil à la 
disposition des fumeurs pour allu- 
mer dans les bureaux de tabac. 

Almanach s. m. Almanach de 
vingt-cinq mille adresses, pros- 
tituée. 

Alpa,AlpagaouAlpague0s.m. 
Vêlement, paletot en étoffe légère 
et noire. 

Alphonse O "• ^* ^* Homme entre- 
tenu par une femme. Un Alphonse 
de barrière, « Elle avait un Al~ 
phonse pour qui elle travaillait 
du matin au soir et du soir au 
matin, l'Alphonse est parti » 
(1860, Petits mystères du quartier 
latin). Une pièce de Dumas fils, 
« Monsieur Alphonse » dont le 
héros était un de ces tristes 
personnages a mis ce mot à la 
mode. 

Alpiou # s. m. Voleur > au jeu. 
Terme d'un ancien jeu qu'on ap- 



ANCHE. — 1 

Anche # Tenninnison argotique 
comme aille, orgue, uche. Koul- 
anche, boutique. 

AncboU s. m. Yeux bordés 
iTanckoi^ yeux aux paupières 
rouges al dépourvues de cils, qui 
ressemblent k des tilcLs d'au- 
diois. 

Anchtibbei* ou Knchetlb«r 9 
y. a. Etifcrmer, emprisonner,». pr. 
mettre en rhtibe, mettre en boite, 
en ail. der stiefel, la boite, ins- 
trument de supplice, ang. stocks 
le cbausson, m. s. j^TiHUEnnANs] 

A]ioiclB(L')« (B l»g6) s. m. La 
Messe. 

Ancien, neQ s. |[ I.Hotd'amilié. 
=: Mon vieux. |l 2. L'Ancien, Na- 
]ioléon I". [| 3. Éli've de premiiro 
promotion à l'École polytechnique 
et à l'Kcole de Saint-Cvr. [J 4. 
()ia>-s)le père.lamèro. \\ â. Mon 
ancienne, ancienne maîtresse. 

Ancr«a 9 s.f. Môtrc. 

Anderliqne @ s. m. Tonneau de 
vidange; par cxt., homme sale. 
Uu bas lal. deretro, arritre, el 
liquiflm, liquide. 

AndoBsa @ (T) s. f. ■= KndosM. 
blcliine, dos, épaules, el parext., 
v(*tcmcnl. 

Andoollle $ s. f. Individu sans 
énergie. « Andomite flceltc ». I 
Grand dipendeur d'amiouillei.iia- 
resscux qui prôfi'rc la bonne clière 
au Iravail. — Ce mol semble dé- 
. river ilu fr. indolent, nonctialanl. 
— fnti'L' son oiitloujîftr, poser." Est- 
ce qu'il allait /(ifrit son andouiUe 
encore longtemps?" [Ait. Zoi^-) 

André n. d. b. Mari qui se laisse 
mener par sa Temme (à l'exemple 
de saint André, il a toujours sa 
croix avec lui). 

Angaucha 9 s. f. ^ Ang]ao«. 
Oie. En ail. dans, ang. goose, 
oie, de son cri guttural naanquan, 
ait. gackem. 



Anse=Ang«l= Angle(T)s. m. 

Agent de la force publique. 

\At tnnltdA Aial tout n>iicli. 

VlLLOH. 

Du lat. angere, étrangler; les 
imgels au temps de Villon étaient 
les pourvoyeurs du gibet. — Ange 
jfarifien, individu qui accompagne 
un ivroene A domicile et prend 
soin de lui. — Ces angei pissent, 
il pleut. 
Anglais s. m. |] 1. Créancier. 
Ce mot est dans Harot, avec cette 
aignificalion. 



UB«i«l.-«1.0. 



.nglaii 



Il 3. Paquet posticbe que l'on met 
en montre dans les magasins. || 3. 
(St-C). L'anylais, lieu d'aisance. 

IJ 4. » Ce cheval à de l'anglim », 
signifie que sa confonnalion se 
rapproche de celle du chevat an- 
glais. Il 5. « Elle a ses .inglais >■ 
ou " les Anglais ont dcbaraui' », 
clic a ses menstrues, (allusion 
k la couleur rouge des uniformes 
anglais.) 
Anglaise O et © s. I'. ftcol. Faire 
tiue tinghise, se cotiser pour 
allez che.?. le marchand de vtn, 
chacun son écot. — Jouer à Vnn- 
iilaisc, jeu de sous k pile ou fac«, 
cinq pitees jelées en l'air. Pour 
f trc sûr d'amener face le tenancier 
du jeu a fabriqué des bobèches à 
tronches, en amincissant deux 
gros sous du celé pile el en les 
soudant à l'endroit laminé; mf>me 
Inic pour obtenir pile ; les pit'-ces 
ainsi iiréparécs se nomment 
bobèches à peurs. — Dentu à l'an- 
glaise, dents longues et proi^mi- 
nenlcs. — A l'anglnixe, discri-te- 
mcnl. << Quand on se tue on file 
discrèlemenl, d l'angtaisf. " [Fa. 
Sarcey.] — Pisser àianglaisc [\o\ . 
S'esbigner), s'éloigner en prétex- 



ANGLIGHE. 



— 13 — 



ANTIQUE. 



tant un besoin et ne plus revenir. 
— Mariage à r anglaise, danser à 
Vanglaise, on se rencontre au bal 
et au lieu de danser on va se ma- 
rier à V anglaise, coucher en- 
semble. 

Angliche s. m. || 1. Etranger. 
Il 2. Homme dur. u Ça n'a pas de 
cœur, ce merlanAk, grommola- 
t-il, c'est un angliche, » 

[Victor Hugo.] 

Anglace # s.f. Oie. 

Angoulème # s.f. Gosier, gorge, 

fueule. Se caresser Vangoulême, 
oire et manger, faire bonne 
chère. Faire passer par angou- 
léme, avaler goulûment. Du vx 
mot goule, gueule; en franc, 
goulu, goulafre, glouton. Vx fr. 
engoulet^ avaler. 

AngiMr # v.a. || i. Pendre, du 
lai. angere, serrer, étrangler. ||2. 
Marier. On disait autrefois épowscr 
la veuve (la potence) pour être 
pendu. Cette expression est restée 
danjs Targot pour dire guillotiner. 

Anguille #s.f. Ceinture (la ceinture 
s'enroule comme une anguille). 
Anguille ds buissony couleuvre. 

Anis s.m. De VaniSf exclamation 

expressive de refus, = des dattes 

-=i des ne /les. « T auras d'Vanis 

dans une écopci^, « lu n'auras rien 

du tout. » 

Anisette O s.f. Anisette de Bar- 
billon, eau. 

Aniterge9 s. m. Mouchoir. 

Annoncier (typ.) s.m. Ouvrier 
chargé de la composition et de la 
mise en page des annonces. 

Annuaire (mil.) s.m. Passer r an- 
nuaire sous le bras, être promu à 
Tancienneté. 

Anonchali a. Découragé, du 
franc, nonchalant, paresseux. 

Anquilleuse 9 sA,'=Enquill€use. 
Voleuse à la mitaine, qui se dé- 
chausse, et dont le pied garni 



de bas en forme de mitaine, saisit 
la marchandise qu'elle a fait tom- 
ber, pour la cacher entre ses janv- 
bes (quille^, 

Anse# (B)s. f. Eau, voy. Ance, 

Anse • (V) (B). s. f. Oreille, voy. 
Ance. Une paire d'anses, une paire 
de grandes oreilles écartées. 

Anse s.f. Bras (l'anse est le 
bras des objets, vases, paniers, 
pots, etc.). Offrir son anse, offrir 
son bras. Panier à deux anses, 
personne ayant une autre personne 
à chaque ' bras. — Faire danser 
l'anse du panier, gagner sur la 
dépense du ménage. 

Anspezade (Sl-C). s.m. Elève de 
1" classe. En ital. Imcia spezzata^ 
lance raccourcie, demi-lance. 

Antienne s.f. Moule d*antiennes^ 
prêtre (tigure comique). 

Antif 9s.m. = Antiffé s.f. Che- 
min. — BaWre Tan ti^, marcher, par 
ext., faire le trottoir et aussi diva- 
guer battre la campagne, — Bat- 
teur d'antiffe, vagabond. Pour 
antifle, lo chemin battu par la 
botte, en ail. Stiefel, lat. tibiaU, 

[TlMMKRMA>S.J 

Antiflle9 s.f. Eglise ; du vx fr. An- 
tie, ancienne forme du mot anti- 
que, vieille. 

Antiffler # v . a. et v.n. Marier, (par 
médisance, emprisonner ou mettre 
dans la botte, on lat. /i6m/e[TiM- 
MKRMAXs]). Nous vovons plutôt un 
rapprochement do la cérémonie 
qui a lieu à /'a?ifi//Zc (église). « Ma 
largue fantifflcrai. » signifie m. 
à m. j'irai à l'église avec ma 
femme » (s. en t. « me marier •). 

Antilles 9 s.f. pi. = Attilles, tes- 
ticules, ùésatiller, châtrer. Par 
allusion aux hdtitles, boules de 
hachis. [Timmkrmans] 

Antipather v.a. Détecter, du 
mot franc, antipathie. 

Antique O s.m. || 1. Homme aux 



ANTONME. — 1 

idées arriérées. 3. Elève sorlaal 
de l'école, (poljl.) 
Antanne # s.r. E(;lisc. Pour en- 
tonne, de enlonner, clianlcr le 
commcDCcmcut duo liymnc, 
d'une antiejinc qu'on chante à 
l'éylm. 

Ou tu enui do ce nticliou. 

IChau. dt l'argal.) 

AntonDer#(T]v.a. Marier (à Tii- 
glise), voy. Antonne ^= En- 

AiitrOIflr# v.a. =. EnirûUr, eni- 

Aoûteron $ s. m. (pays) Celui 
qu'on engage pour les travaux de 
la moisson. 

Apaiser 9 v.a. Assassiner. 

Apasclln«T# v.pr. Acelinialer, de 
paciiii ou ]xiqaeliii, pays. S'apas- 
cliner. s'acclimalcr. 

Aplc # s, m. Ail. De piquer (l'ail 
pique la gorfçe). 

Aplècear Q s. m. Ouvrier [aillour 
qui fait les {Grandes pièces, la 
rcdinj^Dlc, l'habil, élu. 

Aplatir v.a. Réduire au silence, 
confondre son cunlradir.lcur. — 
S'aplutir connue une punaise, s'a- 
baisser par de viles tlalli'ries. 

AplatlBsenr Q s. m. Anlnliftcur 
depitces ih six iiimls, celui qui al- 
laclic de l'importance à des riens. 

Aplomb ® s.ni. Être d'uplonib, 
Olre solide, hieu portant. — lUlit- 
quer d'aplomb, regarder quel- 
qu'un bien en face. 

Aplomber 9 v.a. Ktonncr, aba- 
sourdir q.q. par son » aplomb. » 

Aponlchè a. Assis, du lat. 
pane, poslérieurcnicnt. [Timmisb- 

HANS] 

Apoplexie s.f. Apoplexie de 
(ernp/iet',congestionparKuited'ex- 
cés de boisson, de l'expression : 
boire comme un templier, boire 
beaucoup. 



Apoafa-DpheOE-f-Coupsurlafacc. 



Apothicaire Q s.m. Apothicaire 
sans sucrn, ouvrier mal outillé, 
marcliand mal achalandé. 

Ap&tre 9 s.m. Doigt. 

Appaobonner % v. a. Attirer. 

Appareiller (mar.) v.n. Porlir. 

Appas O sn»- Seins. 

Appeler v, a. (thé.) Appeler Aior, 
siffler. 

Apprenti (F.M.) s.m. [>rcmicr 
grade dans la Franc-Mavonnerie. 

Appuyer © v.a el v.n. || 1. Il'ésis- 
ter, insister, — Appuyer sur la 
<dianteretle, toucher k. un endroit 
sensible, serrer le cou à q-q., ce 

aui le fait crier comme lu ironie 
u violon. Il 2. S'appuyer, s'oliVir. 
Cl Je vais m'appui/er tiii riche 
(lueutelon xjp. (thô.) l'oser un 

AppreDtir0s.m. Apprenti. 

Aquarium # s.m. || 1. Chambre 
desdé|iulés. « Ayant ajipris (|u'on 
avait jeté une Iwmbc dans la 
Chambre des dëpuliîs, te malfai- 
teur s'écria : — « Ah ! on a fait 
sauter l'açuariH m. Chouelle, c'est 
le meilleur moyen de faire le 
renouvellement partiel. '> || i. 
s.m. Ilénniondc sonlencurs.S.pr. 
récipient où on mel le jioisson 
ri par suite le iiinqueraïu. 

Aquige-OFiiie 9 ^B| s.m.||l. 
Goujal, valet de ferme. S.pr., ce- 
lui qui tue les poules. || •!. Déva- 
liseurdc poulaillers. En gr. &p«i;, 
poule. 

Aqnlger (B) v.a. || 1. Tromper. 
Il 2. Prendre. 



ic duis celle pLole 






(oii nous prendrons plaisir, n 
nous amuserons). Dérober, mar 



AQUILIN. 



— lo — 



ARDOISE. 



dor. Il 3. Blesser, battre, (quiger) 
endommager. Aquiger les brèmes, 
battre les cartes et aussi les bi- 
seauter. — Mon palpitant aquige 
pour teziguey mon cœur bat pour 
toi. 

AquiliD a. Faire son aquilin, 
bouder, s. pr. faire son nez, faire 
la mine. 

Arabe O s.m. Avare, usurier, 
homme dur et sans pitié. 

Araigne s.f. Crochet dont se 
servent les bouchers pour accro- 
cher la viande. 

Araignée 0s.f. || i. Sorte de voi- 
lure légère. Il 2, Araignée de bas- 
tringue, fille qui fréquente le 
bastringue. — Araignée de comp- 
toir, marchand. — Araignée de trot- 
toir, csLmc\oi,i\\\cp\ïh\\q\ïo. Il 3. 
Avoir une araignée dans le pla- 
fond, déraisonner, divaguer. || 
4. Pattes d* araignée, chatouille- 
ment. 

Araotequé 9Deux francs (40 sous) , 
m. déf., quarante. 

Arbalète # s.f. Croix de cou. 
Arbalète d'antonne, de chique, de 
priante, croix d'église. 

Arbl. (mil.) s.m. Arabe. 

Arblco (mil.j s.m. Dim. d'arbi, 
arabe. 

Arbif # s.m. Violent, emporté. 
M. déf., signifie homme qui se 
rebiffe, se regimbe. 

Arcasien % s.m. Malin, qui 
exploite les imbéciles, qui monte 
Varcat. v.c.m. 

Arcasineur, Arcasse % s.m. 
Mendiant à domicile. 

Arcat # s.m. Monter un arcat, 
écrire de prison pour demander 
une avance sur un trésor enfoui 
dont on promet de révéler la place, 
qui bien entendu n'existe pas; ce 
genre de lettre s'appelle lettre de 
Jéi'usalem. D'arcane, mystère, 
chose cachée. 



Arcavot # s.m. Mensonge, trom- 
perie. 

Arche # || 1. s.f. Coffre. Aller à 
Varche, chercher de l'argent. Du 
vx mot arque, coffre, dont on a 
fait archives, lat. arca, coffre. || 2. 
Pendre Varche à quelqu'un, l'im- 
portuner. Se fendre Varche, se 
tourmenter, s'ennuyer. « Il avait 
bougrement l'air de se fendre 
Tarclie. » (.Mètémer, la Chair.) 
Il 3 Je /ai fends Varche, je |)rends 
(se dit en faisant une levée au jeu 
de cartes). || 4. Q Arche de Noé, 
TAcadémie. 

Archicnbe O ^'^' Ancien élève de 
l'Ecole normale. 

Archipointa % s.m. Archevêque. 

Archi-suppôt % s.m. Passé maître 
dans la connaissance de l'argot 
(voir la notice historique de l'ar- 
got). M Archi-suppôt de Vargot. » 
1 Architecte (F. M.) s.m . Dieu. 
« L'Architecte de Vunivers. Le su- 
p'ème Architecte, » 

Arco # s.m. Avare. De la même 
origine que le holl. hark, râteau, 
l'instrument qui gratte. [Timmer- 

MANS] 

Arçon s.m. = Accent. Signal 
convenu entre voleurs. 

Arçonner v.a. Apostropher 
quelqu'un, avertir, donner l'a- 
larme, voy. Arçon =z Accent, 

Arcpinser' % v.a. = Arquepin- 
cer. Prendre, saisir, arréler, dé- 
rober. Arquepincez mon anse, 
prenez mon bras. Arcpincer Vom- 
nibus, prendre l'omnibus. Des 
mots arc et pincer. On dit dans 
le m . s. pincer au demi cercle, 
(Larchky) 

Ardent, e 9 s.m. Cierge, chandelle, 
bougie. — Fauche-ardents, mou- 
chettes. 

Ardents # s. m. pi. Yeux, (vx) 

Ardoise 9 s.f. Avoir Vardoise, 
avoir crédit. C'est sur une ardoise 



ARGA. — 

que les débitants {restaurateurs 
ou marchands do vin) inscrivent 
les dépenses de leurs elienls. — Se 
fourrer une ckoKe dans l'ardoise, 
se j;raver une chose dans la mé- 

Arga # s.m. Pari. ■< Pour mon 
arj/nje serai ton dévoué jusqu'à 
la mort ». [IUr.\ssk.J 

Arganean s. ni. Anneau réunis- 
sant tli'ax l'ur^nls. 

Argent Q s. m. Argent mignon, 
argent quo se procurent ccriitincs 
t'ominrs inariËcs, par dos moyens 

Argonjl 9 s.ni. iargon, tn. déf. 

V. Laojonji. 
Argot % = Argnohe s. m, Sot, 

ArgoM # H. Dupé, f 'info argolé, 
individu sultis.inl qui est Ix-rné. 

Argoter V. u. Parler ar^iot, V.n 
iml. ga-'v), de (jor^'e, langat;e ou 
pirguuillenicntincom|iréhensililc 

Argoteor 0s.ni. Qui parle argot. 

Argotier O s.in. (k'hti i(ui a cou- 
tume de parler aigol. Voleur. 

Argonaln ^ s. m. [| I. Policier. 
|!2. .Mallrc-ouvriiT. 

Arguche % s.ni.||l. \vfi\\. du 
i;r. '*?■[«;, en lai. Anjun. gnrdinn 
célèhre; j'avf^t est In tangue îles 
prisons. Ar'juehr, (juinles-ienec 
d'uriiol et ski. ttca, liant. || 3. # 
Kiaih, soi. Kn t'ranv. le mol iir~ 

, dc^s niaiseries. 

Arguemine # s.f. Main. Compo- 
sition hylirido itc laeler, en da- 
nois rai/t-, graller, amasser, et de 
mini' [lourmain. ]TiMiiKnMA:«s| 

ArlH Q s. m. (Contrariété, cmliairas, 
obstacle. Ilu skt. usregng, infor- 
tnntr, mallirur. w fr. lurie m. s. 

Aricotenr s.ni. Ilourrcan, (Vi- 
vmm] il coupe l'endroit où se 
forme le langage guttural appelé 



16 — ARNAQUEH. 

' l'argol. Ces! le mémo organe 

!|u'on désigne dans boire à tire- 
ariijot ; c est lui encore qu'on 
entend dans ragonner, roncliOR- 
ncr, Filler, elc, etc. jTihmkrma.ns.] 
AHstarqne Qn.pr. l'n petit mon- 
sieur iiiii parte liant au tliéAlre. 
ArlBto0 s.m. Aiirév.d'art'fifon'ufe, 
personne qui a des manières élé- 
gantes, distinguées. « Faire Tu- 

Arlstocrata # s. m. Prisonnier 
qui a les inovens de prendre sa 
nourriture A la cantine. 

Arlequin @ s.m. = Btjoiix. Ito- 
|;atons, restes de viandes de toute 
sorle, d'un le nom d'arlequin, 
composé de morceaux divers 
comme l'Iialiil de ce personniigi>. 
Marchand d'arUquins =^ hijau- 

Arme0 (mil.) s.f. fmfcr l'arme à 

Armée O "■'■ Il t-Armèe dti aalut, 
sorte do seele religiensu fondée 
en Anglelerreen IS04. |1 i.Armie 
roulante, c'élnil aiilrefois la eliaine 
des for^'als, conduite par les ro- 
veaux (gendarmes). 

Armoire s. f. || I. Télé 'iiiil.l. 
Il 2. Armoire d gliin; le ijualre 
d'un jeu de eartes. Il :t. Armoire 
à pu tarit, violoncelle, eoni re- 
liasse k cordes. I{ 4. Armoire à 
poih, sac ilu soldat d'infanlerie. 

Araac ^1-- Arnacbe. 

Amacbe 9 s.f. r^Amar, |)olice. 
Syii. de renifle jKirce qu'i-llc fourn- 
non ne: |en lai. n'ims}, dans les 
affaires des voleurs. Arnncbe est 
la prononciation normande pour 
renaflie. [Tiumkrh.ins.] 

Arnaque 0&.f. Tromperie, trahi- 
son. — Être àVumigue, lr(im|)eur 
(lui ne se laisse pas tromper. 
Jouer t'uinwjue, se nioi|uerde la 
police, la berner (voy. Ilewich,'. 

Araaquer % v. Préparer une 



ARNAUD. 



— 17 — 



ARTIGHE. 



fraude au jeu (voy. Renâcle), 

Arnaud a. (pour renaud). Être 
arnaudy renauder, £lre de mau- 
vaise humeur. 

Arnauder © v.n. Murmurer, m. 
déf. pour renauder. Variante de 
renâcler. [Timmermans.] 

Amélie % n.pr. Rouen. Du nom 
de la petite rivière la Renelle, 

Arnellerie 9s.f. Roucnnerie. 

Arnif 9 s.m. La police. Pourreni/Ze. 

[TlllMERMA>'S.] 

Arpagar #n.pr.Arpajon(S.-et-0.}, 
m. déf. 

Arpes % (V) s. pi. Barreaux pour 
Aorpes, v.c.m.. 

Arpète ou Arpette s.m. Ap- 
prenti, du mot arpenter, Tapprenti 
va, vient, ei arpente dans 1 atelier 
ou les rues continuellement. 

Arpion s.m. = Harpion, Pied. 

J'ai l'arpion plus dur que des clous. 

(J, RicHKPix, Chant, de* Gueux.) 

Du vieux mot arpion, griffe. En 
franc, harpon, harponner. « Che^ 
linguer ou plomber des arpions. » 

Arpions s.m. pi. Les doigts de 
pied. 

Arquepincer voy. Arcpincer. 

Arquer (S') v.pr. Se voûter, se 
courber en vieillissant. 

Arracher v.a. Arracher du chien- 
dent^ chercher une dupe, ou Toc- 
casion de voler. — Arracher son 
copeau, travailler consciencieuse- 
ment. — Arracher un pavé, (ona- 
nisme). 

Arrangemaner v.n. Tromper, 
duper. — Arrangemaner son velin, 
battre sa femme. 

Arranger 9 v.n. Arranger un 
pante, duper, tromper ou battre 
un bourgeois. 

Arrangèar Q i^^S* ^^^ cercles] 
s.m. Celui qui arrange les cartes 
et les séquences. 

Arrêter v.a. Arrêter les frais, 



suspendre une chose commencée. 
Cette expression vient du jeu de 
billard, où on arrête les frais 
quand on cesse de jouer. 

Arrière-train s.m. Derrière. 

Arriver O ^'«n. Un homme arrivé, 
qui a sa position faite. — Arriver 
premier, dépasser ses concur- 
rents. 

Arrondie 9 s.f. Montre. 

Arrondir (S') O v.pr. || 1. Econo- 
miser, augmenter ses propriétés. 
Il 2. Etre enceinte. 

On s'a fait arrondir el'globc. 

(And tiiLL, la Mute à Bibù) 

Arrondissement s.m. Chef-lieu 
d"* arrondissement, ïemmQ enceinte. 

Arrosage Q s.m. ||i. Acompte 
sur une dette. || 2. Tournée d'ar- 
rosage, tournée bue sur le comp- 
toir. 

Arroser Q v. Payer, arroser tin 
créancier, lui donner un acompte. 
Arroser ses galons (mil.) régaler 
ses camarades à l'occasion de sa 
promotion. 

Arroseur 9 8,m. Arroseur de ver-- 
douze. Jardinier, maraîcher. 

Arrosoir O s.m. Coup d'arrosoir, 
tournée chez le marchand de vin. 

Arsenal # s.m. Arsenic (m. déf.). 

Arsonner # v.a. || 1. Fouiller. || 2. 
Pratique de Tonanismc chez la 
femme. 

Arsouillè s.m. Voyou ignoble. 
Milord Varsouille, homme riche 
qui vit dans Torgie. Avoir l'air 
arsouillè, avoir Tair canaille. Dé- 
formation du vx mot : souillart, 
canaille, vaurien. 

Art (F.-M.) s.m. Art royal, la 
Franc-Maçonnerie . 

Arthar n.d.b. Bellâtre, voy. 
Amant de cœur, 

Arthurine0 Prostituée, la femme 
de Varthur. 

Artiche # s.m. jj i. Porte-mon- 

2 



ARTICLE. 



— 18 — 



ASSEOIR. 



naic. — Secouer TaWicAe, fouiller 
un ivrogne et le dévaliser. Artiche 
pour galette^ argent, de apToç, 
pain, galette. I/argent est rond 
comme la galette. [Timmermans.] 
Il 2. Le derrière. 

Article O s.m. Faire V article, 
vanter une personne, un objet. 
Etre fort sur Varticle, bien con- 
naître une chose. — Etre porté 
sur CarticICf ôlre amoureux, luxu- 
rieux. — Être à V article de la mort, 
sur le point de mourir. — Payer 
son article quatre (typ.), payer sa 
bienvenue. 

A.rtie # s.m. = Arlifrzz Artiffc 
z=Arton. Pain, du gr. SpToç, pain, 
Prov. Artoum. — Artie de Mculan 
ou savonné, pain blanc. — Artie 
du Gros-Guillaume, pain noir. — 
Artiede guinaut, pain moisi. 

Artilleur O s.m. Ivrogne (celui 
qui fait manœuvrer le canon du 
marchand (\o \in). ^ Arlilletirs de 
la pièce humide ou artilleurs à ge- 
noux, infirmiers militaires. 

ArtisA s.m. I/argot, langage de 
ceux qui appellent le pain artie. 

Artiste © s.m. || 1. Etre artiste, 
dépenser son argent sans compter 
et ne pas penser au lendemain. 
Bohème sans souci. || 2. Balayeur 
[qui manie le pinceau (balai)"). || 
3. Vétérinaire (pays.) || 4. Cada- 
vre qui figure à la' Morgue. 

Artois (B) s.m. Pain (voy. Artie). 

Arton (V) s.m. Pain (\o\. Artie). 

Artoupan 0s.m.Garde-chiourme. 

Arvans (V) part.pr.pl. Se réjouis- 
sant. 

Arrë 9 s.m. Dupe. 

Arves (V) a. pi. Réjouis. 

Ab Qm, Il 1. Le numéro I. Un 
potage à Cas! au cabinet ou à la 
table qui porte le n» i an restau- 
rant. Il 2. As percé, as seul de 



sa couleur 
bouillotte). 



^expression du jeu de 
1 3. Avoir des as dans 



.son jfeii, avoir de la chance. — JB^re 
à /*as, avoir beaucoup d*argent. 
Il 4. © .4,s de carreau, ruban de la 
Légion d'honneur. || 5. Avoir l'as 
de carreau dam le dos, le sac au 
dos (allus. à la forme) ou être 
bossu. ]| 6. .4s de pique, l'anus, 
par ext., homme nul =r cul. 
Il 7. Fichu comme Vas de pique, 
mal bâti, mal vêtu. || 8. Vei7/cr 
a Vas, ouvrir l'œil, faire attention. 

Asinet Qs.m. Kxpression du jeu de 
dominos, le double-un. 

Asinver V. a. Abrutir q.q.(sini?e). 

Asperge © s.f. Aspei-ge montée^ 
individu maigre et de grande 
taille. 

Aspergés © obsc. s.m. Membre 
viril. 

Asphaltais O s.m. Flâneur. = 
Polisseur d'asphalte, badaud. 

Asphyxier©v.a.Boire. Asphyxier 
un pen'oquet, boire un verre 
d'absinthe ; allus. à la couleur. 
Asphyxier le pieirot, boire un 
verre de vin blanc ; allus. à la 
couleur blanche du pierrot. — 
Être asphyxié, ivre mort. 

Aspic © s. m. Médisant, calomnia- 
teur ; allus. îiu venin du serpent. 
On dit en parlant d'une personne 
médisante, qu'elle à une langue 
de vipère,\n vipère ne recèle pour- 
tant pas le venin dans sa lan- 
gue. 

Aspiquer 9 v.a. Calomnier (voy. 
Aspic). 

Aspiquerie % s.f. Calomnie, mé- 
disance. 

Asseoir© v.pr. S\isscoir, tomber 
(par ironie). — Envoyei' quel- 
qu'un s'asseoir, le congédier, ren- 
voyer promener. « Allez vous as- 
seoir >», « taisez-vous » ; allus. 
à ce c[ue dit le président à la fin 
d'un interrogatoire. — « Asseyez- 
vous dessus », « imposez-lui si- 
lence, étouffez ses cris » ; uossez 



ASSERMENTÉ. 



19 — 



ATTACHE. 



...îc: vous dessus! » — S^asseoir 
dessus^ faire fi d'une chose. — 
S'asseoir sur le bouchon, s'asseoir 
par terre. 
Assermenté O ^- ^^^^^ asseiTnentce 

(en carte), inscrite à la police. 
Assesseur s. m. O Partenaire 

(arg. des joueurs). 
Assiette s.f. Avoir Vassietle au 
heun^Cj ôtre dans Faisance, avoir 
sa grande part de chance. — Acca- 
parer rassicite au beurre, prendre 
tout pour soi. 
Assister v.a. Porter des provi- 
sions, des douceurs à un détenu. 
Voy. Paunc. 
Assôce s.f. Abrôv. d'associé. 
Associée (typ.) s.f. Epouse, femme 

légitime. " 
Assoiffé a. et s.m. Altéré, qui 

a toujours soif. 
Assommoir 0s. m. Débit devins 
cl liquoriste où Ton boit des al- 
cools inférieurs qui assomment 
les consommateurs. Poi\)re d'as- 
sommoir, eau-de-vie inférieure 
z= Vitriol, 
Astec0 s.m. =:Astéque z=z Aztè- 
que, Avorton, malingre, chétif, 
rachiliquc; par ext. homme de 
peu de valeur; allus. aux Aslè- 
ques, peuplade de l'ancienne 
Amérique. 
Astic(mil.)s.m. || l.Itlpée. Du franc. 
asticoter, faire de peliies piqûres. 
Il 2. Tripoli qui sert au nettoyage 
du fourniment, de Tépée par con- 
séq ;ent. Aller à Castic, faire le 
nettoyage du fourniment. |1 3. 
Polissoir (cordonniers). 
Asticot O S- "ï- Il *• Vermicelle ; 
allus. à la forme (vermisseau). 
Il 2. Maîtresse de souteneur. || 
3. Asticot de cercueil, verre de 
bière (j.d.m.). || 4. Membre viril. 
Asticoter v.a. Harceler, aga- 
cer. 
Astique s.m. Abrév. d'asti- 



quage, nettoyage. « Faire VasU- 
que, » 
Astiqué a. Propre, net. 



Bien astiqua., propr'oommo un sou, 
11 est gentil, mon p'tit pioupou. 

Astiquer v.a. |j 1 .Battre, frap- 
pera coups d\istic. On dit encore 
frapper d'estoc, Esliqucr signifiait 
frapper de la pointe. || 2. Nettoyer 
(mil.). Il 3. S^astiquei\ v. pr. 
(onanisme). || 4. Se chamailler. 
Il 5. Astiquer pour asticote^', 
agacer. 

Atelier (F.-Mj s.m. || 1. Endroit où 
se réunissent les Francs-Maçons. || 
2. Chambre à coucher (arg. des 
filles). 

Aticher voy. Atiger. 

Atigé # a. et s.m. Malade, 
blessé. Planque aux a f/V/cs, hôpi- 
tal, du lat. altinqere, atteindre. 

Atiger v.a. Frapper, blesser. 
Atiger chei', défigurer, saisir. 

Atome O s.ni. Atomes crochus, élé- 
ments mvstérieux d'une sympa- 
thie réciproque. [L. Larchey]. 
« Nos atomes crochus ne se con- 
viennent pas. » [MÉRIMÉE.] 

Atouser Âv.a. Encourager, don- 
ner de Vatout (du courage). 

Atout s.m. Il 1. Courage. Avoir 
de Vatout, avoir du courage. || 2. 
Coup violent. «flpcerotrMna^oM^.» 
Il 3. Capacités, talents, chances de 
réussite. — Avoir tous les atouts 
dans son jeu, avoir toutes les 
chances pour réussir dans une 
affaire. 

Atrimeur (B.) s.m. Larron, ma- 
raudeur. 

Atrimois (B.) s.m. Atrimois 
ambiant, voleur, brigand. De tri- 
mar, chemin, et ambrer, marcher. 
S. pr. ; voleur de grand chemin. 

Attache O s.f. Abrév. d'attache- 
ment. ||1. Liaison intime ||2« 
Boucle 9 Attaches d'huile, bou- 



ATTACHER. 



— 20 



AUSEIGNOT. 



des d'argent. Attaches (roncfity 
boucles en or. 

Attacher v.a. Attacher un hi- 
dorty une gamelle à quelqu'un^ le 
dénoncer, Taceusçr. 

Attaque © s.f. ^i* attaque ^ vive- 
ment, sponlanémenl. — Homme 
(TaUaquef homme d'action. — 
Y aller d'attaque^ vigoureuse- 
menL — Etre d'attaque^ ôtre vi- 
goureux, ne pas bouder à la be- 
sogne. 

FaitTrairoentun froid d'altaquo, 

(J. KicHfcpiK, Chamon de» Gueux.) 

(un froid vif). — « Coupeau mar- 
diait de l'air esbroull'eur d'un ci- 
toyen qui est d'attaque, » (L\4s.s. 
Zola). 

Attelage O s.m. Attelage double, 
quatorze de rois au jeu do pi- 
quet. - Un bon attelage^ deux 
amis inséparables. 

Attendrir (S') v.pr. se griser, 
éire ému. 

AWInar voy. Atiger. 

AtticBole s.f. Sorte de crépi- 
nette normande. 

N'imparte où nous nous empalons 
ITmrLBqahi*, d'brifTe et d'ro{»alons. 
Uuâqa'fbis d'saucisse et d'nttignolet. 
(J. KicaRPiN, La Chanson det Gtievx.) 

Attoochease 9 s.f. Prostituée, du 
iranç. attouchement. 

Ajfctrapage0 s.m. || 1. Discussion, 
dispute, u Avoir un attrapage 
avec un cocher. » || 2. Critique 
acerbe et souvent méchante. 

Attrape s.f. Plaisanterie. 

Attraper v.a. || 1. Faire un por- 
trait ressemblant. « Attraper la 
reuemblance ». ||2. Critiquer, in- 
jurier, éreinter une i)ersonne ou 
une œuvre. || 3. Attraper quel- 
tfuuHf lui faire des reproches, Tad- 
moncsler. || 4. Attraper Vognon y 
taféoe^ payer pour les autres, re- 
eevoiriin coup qui ne vous était 



pas destiné. || 5. Attraper le lustre 
(thé.), ne pas pouvoir atteindre la 
note voulue dans un chant. |[6. 
S^tttraper Q v. pr., en venir aux 
injures et aux coups. 

Attrape-science s.m. Apprenti 
cordonnier, par ext. désigne tous 
les apprentis. 

Attrapeur O s.m. Critique acerbe 
et souvent malveillant. 

Attrimer 9 v.a. Attrimer les ro- 
bauXy faire courir les gendarmes. 
S.pr., aller au trimar (cliemin). 

Attriquer 9 v.a. Acheter. — 
Acheter des objets volés. — Attri- 
quer surlevei-be, acheter à crédit. 

Attriqueur s.m. Acheleur. — 
Uecéleur, qui achète les objets 
volés. 

Attristé 9 s.m. = Hiboux. Voleur 
qui optTo la nuit. 

Aubade O s.f. Donner raubade, 
faire un sacrifice matinal à Vénus. 

Auber 9 (V) s.m. Argent, mon- 
naie. = Aubert. « Plus iVaubert 
n'était en fouillouse. » [Rabelais.] 
Du vx mot haubert y coite de 
maille, la maille était une petite 
monnaie de valeur variable. On 
em])loie souvent encore l'expres- 
sion : « N'avoir ni sou ni maille. » 

Aubion (B) s.m. Bonnet. 

Aumône s.f. Voler à VaumônCy 
voler chez un bijoutier des objets 

?|u'on place dans la main de 
aux mendiants stationnant à la 

porte et auxquels on semble faire 

Vaumône, 
Aumônier 9 s.m. Voleur à Tau- 

mdne, v.c.m. 
Année 9 s.f. Douzaine. 
Aûs O s.m. (arg. des employés de 

commerce). Celui qui ne sait pas 

ce qu'il veut, qui ennuie et fait 

déranger les employés pour rien. 

= Margoulin. 
Auseignot 9 s.m. Complice, aide, 

allié. 



AUSTO. 



— 21 — 



AVÈNE. 



Austo = Ostot (mil.) s.m. Salle 
de police, prison = OstiOf du vx 
mot ost ou hostf armée. 

Autan (6) s.m. = Haut-temps. 
Il 1. Grenier, du lai. ultus^ haut, 
le grenier étant dans le haut de 
la maison. |j 2. Lieu élevé. 

Autant O (ïnil.) adv. A recommen- 
cer. 

Autel (F.-M.) s.m. || 1. Table de- 
vant laquelle est assis le véné- 
rable. Il 2. O Autel de plume t lit. 

Mais, Iris, Mvez-Tous la coutume ? 
Avez-vous pu l'en croire à son serment? 
ileax que ion fait sur un autel de plume 
Sont aussitôt emportés par le Yent. 

Il 3. Autel de besoin^ prosti- 
tuée. 

Auteur O s.m. Pore ou mère. 
« L'auteur de mes jours. » « Mon 
auteur. » 

Autor s.m. Abrév. d'autorité. 
Paire de V autor ^ être autoritaire. 
D'autor et d'achar, d'autorité. 
Travailler d'autor et d'achar, tra- 
vailler avec opiniâtreté. — Pren- 
di'e d'auforj prendre de force. — 
Jouer d'autor (à Técarté), c'est 
jouer sans demander de cartes. 

Autre O L'Autre = i'^ncien.Napo- 
léon l**". « Ah ! si V Autre était en- 
core là ! » — Etre l'autre^ être le 
perdant d'une partie, être la vic- 
time, la dupe. 

Auvercrnat # s.m. Avaler V auver- 
gnat, communier. 

Auverpin s.m. Auvergnat, m. 
déf. Par ext., on désigne les 
commissionnaires et les cnarbon- 
niers du nom d'auverpms, parce 
que ceux qui exercent cette pro- 
fession sont généralement Auver- 
gnats. 

Auverpinches s. m. pi. Gros 

. souliers (d'Auvergnat). 

Auxiliaire 9 s.m. Détenu faisant 
les fonctions de domestique. 



Ausard (B) s.m. Ane. 

Avachi O ^' Homme sans courage 
et sans énergie. 

Avachissement Q s.m. MBuque 
de courage, abattement. 

Avaler v.a. Avoir avalé une 
chaise percée, avoir mauvaise ha- 
leine. — Avaler sa chiffe (lan- 
gue), sa cuiller, sa fourchette, 
ara/«' sa gttffe (mar.), avaler le 
goujon (pécheur), avaler ses ba- 
guettes (se dit d'un tambour). 
avaler sa canne (se dit d'un tam- 
bour-major), mourir. — Avaler 
la doultur, boire un petit verre 
d'eau-de-vie. — Avaler son pons- 
sin, être congédié, c'est-à-dire 
être repoussé. — Avoir avalé le 
pépin, être enceinte (allus. à la 
pomme d'Eve). — Avaler le luron, 
Vauvergnat ou le polichinelle # 
communier. 

Avale-tout s.f. (Obsc.) Pros- 
tituée. (Fellatrix.) = Agenouil- 
lée. 

Avale- tout-or a % m. Voleur de 
diamants qui quelquefois les 
avale. 

Avaloir s.m. ou Avaloire f. Go- 
sier (avaler). 

Avancé O a> Progressiste à ou- 
trance. « C'est un avancé, » 

Avantages s. m. pi. Seins. 

Àvant-CŒur s.m. = Avant-postes, 
s.m. pi. = Avant-scène s.f. Seins 
(allusion à leur saillie). Il y a du 
monde aux avant-postes, à l' avant- 
scène, signifie que la personne à 
une forte poitrine. 

Avant-courrier s.m. Mèche 
anglaise à percer. 

Avant-scène voy. Avant-cœur. 

Avaro s.m. Dommage, accident, 
du franc, avarie. 

Aveindre v.a. Atteindre un 
objet élevé et le saisir, 

Avëne s.f. Avoine : dm lat. 
avena. 



AVERGOT. 



— 22 — 



BABIGNER. 



Avergot 9 s. m. Œuf. En argot 

ital. alberlot, 
Avertlneux © a. m. = Grincheux^ 

grognon. 
Avesprir 0v.n. Faire nuit, dulat. 

vespeVy soir. 
Aveugle a. Potage, bouillon 

aveugle, bouillon faible (sans 

yeux). 
Aveulir (S') O ^'•P''- S'amollir, 

du franc, vcule, mou. 
Avocat © s. m. Avocat bêcheur, 

1. Procureur de la République. 

2. Celui qui déblatère sur ses ca- 
marades, médisant (lyp.). 



Avoine © s.f. 
de-vie (mil.). 



1 1. Ration d'eau- 
2. Coups de fouet. 
Dontier de Vavoine à un cheval , 
fouetter (par iro.). || 3. Recevoir 
de ravoine, être rebuté par celle 
qu'on aime. 
Avoir v.a. ©O Avoir le bras long, 
être dans une situation à pouvoir 
protéger quelqu'un, avoir de l'in- 
hucnce. — Avoir du sable dans les 
yeux, avoir envie de dormir. — 
Avoir du pain sur la planche^ 
avoir des économies. — Avoir du 
chien dans le ventre, être hardi 
jusqu'à la témérité. — Avoir de 
beaux cheveux j ùiremsAm'is, se dit 
d'une chose laide (iro.). — Avoir 
quelque chose dans le ventre, avoir 
des eapacités, de la valeur. — 
Avoir des mots avec quelqu'un, se 
f«1cher avec lui.— Avoir à labonne, 
avoir de l'affection pour quel- 
qu'un, aimer. — Avoir vu le loup, 



se dit d'une fille qui n'a plus sa 
virginité. — Avoir son pain cuit, 
avoir sa position assurée. — Avoir 
mangé de Voseille, être de mau- 
vaise humeur. — Avoir mal aux 
cheveux, avoir mal à la tête par 
suite d'excès de boisson. — Avoir 
la jeau trop courte, néter. — 
Avoir l'oreille du public, être 
écouté et, par ext.,étre bien vu. 

— Avoir Cétrenne d'une chose, 
l'avoir le premier. — Avoir l'es- 
tomac dans les talons, avoir faim. 

— Avoir les côtes enlong,ùirc pa- 
resseux. — Avoir le pouce rond, 
être adroit. — Avoir le compas 
dans rœil, voir les choses exacte- 
ment. — Avoir quelqu'un quelque 
part, mépriser, se moquer de ce 
que peut dire une personne. = 
avoir dans le cul. — Avoir cam- 
pos, avoir congé. — Lavoir en- 
core, avoir encore sa virginité. — 
N'avoir rien du côté gauche, man- 
quer de cœur. — En avoir sa cla- 
que, avoir trop d'une chose. — 
N'avoir pas inventé la poudre, le 
fil à couper le beurre, être sot, 
nigaud. — Ne pas avoir sa langue 
dans sa poche, avoir la langue 
bien pendue, savoir parler, avoir 
la langue déliée. 

Aze © s. m. Ane, vx mot franc., du 
lat. asinus, âne. 

Azor © s. m. Chien. — Appeler 
azor, siffler. — Partir à cheval sur 
azor (mil.) partir le sac au dos. 

Aztèque voy.Astec. 



Baba © a. Étonné, ébahi, stupé- 
fait. « Etre baba, en rester baba, » 
Onomatopée énonçant la bouche 
qui bée. [Timmermans] 



Babahissant O ^' Etonné (Événe- 

ment, 22 septembre 84), ébahi. 
Babanquer 9 v. Bien vivre. 
Babigner©(V)v.n. Rabi lier, pour 



BABILLANDIER. — 23 — 



BADIGEONNER. 



babiner. Remuer les babines^ nom 
naturel des lèvres. [Timmermans.] 

Babillandier s.m. Libraire. 

Babillangier 9 (V)v.n. Babiller, 
ext. de babigner. 

Babillard s.m. ||1. Journal, 
livre, billet. Griffonneur de 6a6i/- 
lardSf journaliste. || 2. 9 Confes- 
seur. 

Babillarde 9 s.f. IJI. Pendule, 
montre. Il 2. = Babille s. f. let- 
tre, supplique. 

Ma largue part pour Versailles 
Aux pieds d'sa majeslé, 
EU' lui fonce un « babillard » 
Pour m faire défourailler 
(V. H. Le dernier jour d'un condaron('>). 

— Babillards volante^ télégramme, 

dépêche. — Porteur de babillar- 

des^ facteur. 
Babillarder 9 v.a. Écrire. 
Babillardeur 9 s.m. Ecrivain. 
Babiller 9 v.a. Lire. 
Babilleur s. m. Journal, livre. 
Babiner v.n. voy. Babigner. 
Baboue s.f. Faire la baboue, 

faire la moue, la grimace. J.d.m. 

sur baboUj bonne d'enfants, ori- 

§ inaire dos Indes; racine de 
ouder. [Timmermans.] 

Baboua. babouin s.m. Bouton 
sur la lèvre. J.d.m. sur bobo. [Tim- 
mermans.] Fr. Babine, lôvre pcn-r 
dante. 

Babouine f. Lèvre, bouche 
lippue. Se lécher les babouineSySe 
pourlécher, se régaler, se délecter. 
Variante de babine, nar j.d.m. sur 
babouin, angl. apc, ail. a^e, singe. 
[Timmermans.] 

Babouiner 9 v.a. Manger. 

Bac O s.m. || I. Abrév. de bacca- 
rat. Tailler un bac, jouer au bac- 
carat. Il 2. Abrév. de baccalauréat. 
Voy. Bachot. 

Bacchante 9 s.f. La bacchante, 
la barbe. Les bacchantes s.f. pi., 
les favoris. Réminiscence de 



Tall. fiacfte, joue, variante debon- 
che, bec. [Timmermans.] 

Bâchasse s.f. Travaux forcés, 
autrefois, le bagne, les galères. 
Allusion au mot 6ac, oateau, 
en holl. bak, bassin. [Timmermans.] 

B&che s.f. Il i. Casquette, (elle 
couvre la tête comme la bâche 
couvre un camion chargé.) || 2. 
Se mettre dans la bâche, se mettre 
dans le lit, s.pr.,sou8 la couver- 
ture. Il 3. Enjeu. 

B&cher(se)(mil.)v.pr. || i.Se met- 
tre dans la bâche, v.c.m. || 2. Bâ- 
cher, v.n. On va nous bâcJœr, nous 
loger. 

Bachot O s.m. Baccalauréat. 
« Passer son bachot. » 

Bachotier O s.m. Aspirant au 
baccalauréat ou celui qui prépare 
au bachot. • 

Bachotter O v.n. Voler au jeu. 

Bachotteur Q s.m. Compère du 
grec qui vole au jeu. Il tient \ey 
bâches (enjeux) et semble couvrii 
de sa protection le joueur qu'on 
veut tromper. 

Backer (sport) O s.m. || i.= Book- 
maker, v.c.m. Il 2. Parieur sur un 
seul cheval. 

Bacon 9 s.m. Porc, cochon. Ce 
mot est usité dans certaines con- 
trées de la France, avec ce sens. 
En angl. 6acon, lard. 

Bacreuse s.f. Poche; profonde 
ou basse et creuse. [Timmermans.] 

Bade s.f. Lèvre. 

Baderne O s.f. Personne usée, 
vieillie. Galeux. « Vieille baderne.» 
Une baderne dans la marine si- 
gnifie un paillasson fait de vieux 
cordages. | LarcheyJ 

Badigeon s.m. Fard, maquil- 
lage. En ail. bctiinchen, lat. tin-^ 
gère, teindre. [Timmermans.] Se 
coller du badigeon, se farder. 

Badigeonner v.a. Farder. — 
Badigeonner la femme au puits^ 



BADIGOINCES.- 



— 24 — 



BAGUENAUDER. 



mentir, s.pr., barbouiller la Vérilé 
qu'on représente sortant d'un 
puits. 
-BadifiToinceB 0s.f.pl. |M- Lèvres. 
Il 2. Joues. Jouer des badigoinces, 
se caler les badigoinces, manger. 
De bades^ lèvres, el goinces, en 
liai, guandef }oucs, [Timmermans. ] 

Badingue = Badinguet,0 i^-pr* 
surnom donné à Napoléon III. 

BadiD guette, Q n.pr. surnom de 
l'impératrice Eugénie, femme de 
Napoléon III. 

Badingniste Q = Badingouin. Ba- 
dingateux, Badingueitsard, Sur- 
noms injurieux donnés aux bona- 
partistes. 

Badouillard O s.m. Viveur, no- 
ceur (1840-1850). De 6ad«s, lèvres. 
Il s'en sert pour manger comme 
le badaud pour badauder ou béer. 

[TiMHERMANS.] 

Badouille s.f. Homme sans 
énergie, qui se laisse gouverner 
par sa femme. Mou comme des 
hades flasques. [Timmerma:ss.] 

Badouiller v.n. Nocer, courir 
les endroits de plaisir. 

BadoulUerie s.f. Noce, or- 
gie. 

Baffe s.f. = Baffre, v.c.m. 
Gomme paff^ imitation du bruit 
d'un coup de pistolet. En angl. 
buffet, coup. Der Pu/fer^ en aU., 
pistolet. [TniMiRMANs.J 

Baffer v.a. Donner une gifle. 

Baffre s.f. Gifle, coup. « L'ac- 
coucheuse, là-dessus, lui a hlclié 
une baffre^ v'ian 1 en plein mu- 
seau. » (Ass. Zola.) \oy. Baffe, 

Bàf!rer v.n. Manger goulûment. 
Variante de babouiner. [Timmkr- 
XANs.] Du skt box ou 6t^' m.s. 
(Burnouf.) 

Bafouillage s.m. Bredouil- 
lement. Nuance phonique de la 
racine de babiller. [Timmermans.] 

Bafouiller v.n. Bredouiller. 



Bafouilleur, euse s. Bredouil- 
leur. 

Bagatelle s.f. Faire la baga- 
telhy action charnelle. — Les baga- 
telles de la porte, le boniment du 
saltimbanque à la porte de la bara- 
que; chose insignifiante précé- 
dant une action principale. — 
S*amuser avec une femme aux 
bagatelles de la porte, prélimi- 
naires de l'amour. 

Bagnole s.f. || i. Taudis, gale- 
tas, bouge. Il 2. Mauvaise voiture. 
t( La maigre salade.... que les 
bonnes femmes poussent devant 
elles dans leurs bagnoles à bras » 
(RicHRPiN, la Glu.) 

Bagotier 9 s. m. Individu qui 
attend les voyageurs dans les 
gares et suit en courant lour voi- 
lure pour décharger les bagages 
à destination. 

Bagou s.m. || 1. Bavardage, élo- 
quence. Bagoult, do bagouler 
(vx fr.), parler à tort et à travers. 
En ail. la racine Backe, mandi- 
bule, répond à 6a. Gou et goult 
sont des mutilations de gueule. 
[Timmkrmans.] 

Bagoul 9 s.m. = Bague s.f. Nom 
propre (état civil) . 

Bagoulard s.m. H&bleur, ba- 
vard, voy. Bagou, 

Bagouler 9 v.n. Parler à tort et 
à travers. 

Baguenaude s.f. Poche. Par 
allusion au fruit du bagucnaudier 
que les enfants font claquer entre 
leurs mains. La gousse du fruit 
estassimiléeàune poche. [Timmer- 
MANs.] Baguenatide à sec, poche 
vide. Baguenaude ronflante, poche 
bien garnie. 

Baguenauder0 v.n. Se promener, 
flâner. S.pr., se promener les 
mains dans les poches. La bague- 
naude est une amusettc. Le mot 
est formé de bague pour bouche» 



BAGUETTE. 



— 25 — 



BALANCEMENT. 



en ail. Backe, mandibule, et de 
naude pour nez, comme dans 
renaud pour rcnache. Baguenau- 
der est badauder de la bouche et 
du museau ou nez. [Timmermans.] 

Baguette Q s.m. || 1. Jambe mince 
et fluette. Baguettes de tambour^ 
membres grêles. |] 2. Mener à la 
baguette^ mener durement. 

Bahut O s.m. Il 1. Pension, école. 
Bahut spécial, école militaire de 
Sainl-Cvr. Bakut paternel, msihon 
paternelle. || 2. Mobilier. « fui 
oazanié tout mon bahut, » 

Bahuter (St.-C). v.n. Faire du 
tapage. 

Bahuteur (écol.) s.m. || i. Mau- 
vais écolier qui change souvent 
de pension. || 2. Tapageur. 

Baigne-dans-le-beurre s.m. 
Souteneur (le maquereau s'accom- 
mode au beurre). 

Baigneuse 9 s.f. Chapeau de 
femme à la mode au xviii« siècle. 

Baignoire s.f. Baignoire à Bon- 
Dieiij calice. 

Bâiller O v.n. Bâiller au tableau 
(thé.), se dit d'un artiste qui n'a 
qu'un bout de rôle dans une pièce, 
il est inscrit au tableau et n'a 
presque rien à faire. — Paire 
bâiller le colas, guillotiner (ouvrir 
le cou). 

Bain s . m . Prendre un bain, boire 
beaucoup. — Aller au bain, aller 
se promener. — Bain de pied, 
excédent d'une tasse de café qui 
déborde dans ta soucoupe. « un 
moka sans bain de pied, » — 
Prendre un bain de pied, être 
déporté = Aller à la Nouvelle. 

— Bain qui chauffe, so\ei\ brûlant 
qui amènera la pluie. 

Bain-marie s.m. Personne d'un 
caractère nonchalant. Pemme au 
bain-marie, femme nonchalante. 

Baiser v.a. (Obsc.) Coïter. 

— Se faire baiser, se laisser 



tromper, duper. — Baiser le cul de 
la vieille, ne pas marquer un seul 
point dans une partie, perdre une 
série de parties. = Etre baisé en 
canard, — Je suis bai$é,ic suis pris. 

Baissier s.m. (Bourse) Celui qui 
joue sur la baisse des fonds 
publics. 

Baiseuses s.f.pl. Lèvres. 

Balte s.f. Maison. (Yidocq.) 

Bajaf s.m. Grossier, goujaL 
Qui aboie après les gens; de 
aboyer, en angl. to bay, [Timmer- 
mans.] 

Bajoter A v.n. Jacasser. 

Bajoues O s.f.pl. Joues flasques eX 
pendantes. Du mot fr. bajoue, 
partie de la tête de cochon. 

Bal s.m.Elre dans le 6a/,élre dans 
une position critique. — Bal blanc 
O bal intime entre jeunes gens. 
— Bal de têtes Q bal en ïenue de 
soirée dont les invités ont la tète 
grimée. — Bal de V estomac 
mauvais estomac. — Allei' au bal 
(mil.) aller à la salle de police. — 
% Prison. Poteaux de bal, amis 
de prisons. Par abrév. de ballon, 
m. s. 

Balade s.f. Promenade. Etre en 
balade. Faire la balade, se pro- 
mener. 

Balader v.n. || 1. Promener, 
marcher. Se baladei\ ne rien faire. 
Il 2. 9 Choisir, chercher, 

Baladeur, euse s. Celui qui a 
l'hîibitude de se promener, d^aller 
et venir; pronrieneur. 

Baladeuse s.f. Petite voiture de 
marchand ambulant. 

Balai s.m. Cendarme. -Agent 
de police (il chasse les marchands 
ambulants). — Balai de l'estomac, 
épinards. — Donner du balai, con- 
gédier renvoyer. — Faire balai 
neuf, faire du zélé, se dit d'un do- 
mestique zélé. 

Balancement O s.m. Renvoi. 



BALANCER. 



— 26 — 



BALLONNÉ. 



Balancer O v.a. Berner q.q., lui 
faire perdre son temps, lui conter 
desbalançoires (LARCiiEY).^9Ba- 
lancei' sa largue y quitter sa femme. 

— @ Balancer la tinette = Vider 
ThomaSf vider la tinette. — # © 
Jeter. — Balancer ses alênes y cesser 
de voler. — Balancer q,q,y le ren- 
voyer. « Encore un qui veut d'ia 
braise y fvas V balancer, » — Ba- 
lancer ses chasseSy regarder, veil- 
ler. — Balancer le chiffon rouge, 
parler, m. à m., remuer la langue. 

— Se balancer le chinois (obsc), 
onanisme. — Balancer une laza- 
flrnc, envoyer une lettre. — ^Ba- 
lancer sacanncy le vagabond qui 
devient voleur balance sa canne. 

Balançeur s. m. Balançeur de 
braviCy changeur. 

Balancier s.m. Faire le balan- 
ciery attendre q.q. en allant et 
venant comme un balancier. 

Balançoire s.f. Mensonge, 
mystification. (Dr Jallais, 1854.) 
« Tai assisté hier à la première 
des Folies-Nouvelles, quelle ba- 
lançoire ! » — Envoyer à la balan- 
çoircy envoyer promener q.q. 

Balançoirs*9 s. m. pi. Barreaux de 
fenêtre. 

Balançon s.m. Marteau de fer. 

Balander v.n. Mendier, porter 
la besace. = Battcnder = Betten- 
der, 

Balandrin s.m. Balle de col- 
porteur. 

Balanstiqaer % v.a. Voy. Bal- 
loter (2). 

Balayage O s.m. Renvoi, élimi- 
nation. <( On a fait un balayage 
complety » « on a congédié le per- 
sonnel de la maison. » Mise au 
rebut. 

Balayer Q v.a. || 1. Se dit d'une 
femme qui balaie le sol avec ses 
jupes traînantes. ||2. Balayer les 
plancfies (thé.), jouer un bout de 



rôle dans un lever de rideau. || 3 . 
Congédier. 

Balayeuse Q^.f. ||4. Volant de 
dentelle cousu après la robe. || 
2. Femme qui laisse traîner ses 
jupes sur la chaussée. 

Balcon O s.m. Il y a du monde au 
balcony se dit d'une femme à la 
gorge opulente. 

Baleine s.f. || 1. Vague de la 
mer. || 2. Rire comme une baleincy 
rire en ouvrant une grande bou- 
che. 

Balladeuses 9 s.f. |)1. Testicu- 
les. 

Ballant s.m. Bras. On dit en 
franc, marcher les bras ballants. 

Balle s.f. Il 1. Ballet. |1 2. Tête, 
visage. « Oh! ctte balle! » || 3. ('a 
fait ma balle! Ça fait mon affaire. 
Il 4. Rater sa balky manquer une 
belle occasion, une bonne 
affaire. || 5. Raide comme balle y 
carrément, rondement, brusque- 
ment. || 6. Etre rond comme une 
balky avoir bu ou mangé beau- 
coup. Il 7. Le franc. Ça m'a coûté 
deux balles, ça m'a coûté deux 
francs. || 8. Faire la balle èlasti- 
que, rester sans manger, avoir le 
ventre creux comme une balle 
gonflée d'air, jeûner. 

Ballon O s.m. || 1. Derrière. En- 
lever le ballon, donner un coup 
de pied au derrière. || 2. Prison. 
Etre en ballon, être emprisonné. 
Il 3. Venïre. Gonfler son ballony 
Hve enceinte. || 4. Carguer son 
ballony relever ses jupes. || .H. 
Monter en ballony farce de régi- 
ment qui consiste à suspendre le 
lit d'un conscrit pendant qu'il est 
couché. Il 6. Se Ickher du ballon, 
s'enfuir. |l 7. Ballon à cellotes,\oï- 
ture cellulaire. || 8. Verre à boire 
(allus. de forme), jj 9. Verre de 
bière servi dans un ballon (8) . 

Ballonné # a. Emprisonné. 




■* ^ 



BALLONNEMENT. — 27 — 



BANQUE. 



Ballonnement s. m. Arresta- 
tion, emprisonnement. 

Ballonner v.a. Arrêter, mettre 
en prison. 

Ballot s. m. Homme grossier. — 
Il y a du ballot, il n'y a pas d'ou- 
vrage (arg. des tailleurs). 

BalloterQv.a. || 1. Chômer. || 2.0 
Jeter. Balloter un client avalant, 
jeter un homme à l'eau après 
ravoir volé, son corps suit le cou- 
rant en aval. 

Balochard © s.m. Personnage de 
carnaval à la mode dans les bals 
masqués de i 840 à i 850. (Rigaud. ) 

— Ouvrier spirituel, insouciant, 
gai, tapageur quelquefois. 

Balocher v.n. || i. Courir les 
bals publics, noccr. ||2. Voler, 
rodôler. || 3. FlAncr en rigolant. 

(J. RlCIlKPlN.) 

Balocheur s.m. == Balo- 
chard (2). 

Balots s.m .pi. Les lèvres. Angl. 
6i//, J3ec, bouche. [Timmermans.1 

— Les testicules. {J. Uiciikpi>.) 
Balouf adv. Excessivement, 

très fort. La lance tombe à balouf, 
la pluie tombe très forL Le mot 
énonce un objet fortement gonflé : 
ang. to blow, souffler. [Tlmmer- 

MA>S.] 

Balthàzar Q s*^- ^>rand repas, 
banquet. « Ah ! mes enfants, ^wei 
Balthàzar !un gueuleton chouette! » 

Baluchon s.m. Paquet. « J'ai ou- 
blié mon baluchon dans Tom- 
nibus. » 

Banban Q s.m. et f. Boiteux, boi- 
teuse. « Mam'zelle Banban. » La 
cloche mise en branle fait en- 
tendre un bruit pareil à banban, 

[TiMSIERMANS.] 

Banc (mil.) s.m. || i. Pied de banc, 
sergent. || 2. Banc du ciel, dans 
Pargotdescarriers, signifie couche 
de pierre dans le haut d'une car- 
rière. Il 3. Envoyer au banc, ren- 



voyer, congédier, jj 4. (typ.) Table 
qui reçoit les feuilles imprimées. 
Bancal (mil.) s.m. Sabre recourbé, 
arqué comme les jambes d'un 
bancal. 

Et je me icns (icr, ingambe, 
D'un plumet sur mon colbac 
D'un bancal et du flic-flac 
De ce machin sur ma jambe. 

A. DB Chatillon. 

Bancale n.pr. Maison Bancale, 
maison mal famée. Du nom de la 
Bancale qui tenait la maison où 
fut assassiné Fualdès. 

Dedans la maison Bancale, 
Lieu de proslilulion. 
Les bandits de l'Avcyron 
Vont faire leur bacchanale. 

{Complainte de Fualdèt.) 

Bande Q s.f. || 1 . Coller sous bande, 
réduire un adversaire, mettre 
q.q. dans une situation difficile. 
Il 2. Bande d'air (thé.), frise pour 
figurer le ciel dans un décor de 
théâtre. || ^. Bande à l'ai se, homme 
impuissant. || 4. Ba??(?e 7îo/rc, asso- 
ciation occulte pour faire dos opé- 
rations de bourse, des affaires 
commerciales ou industrielles plus 
ou moins honnêtes. || 5. 11 y a 
une bande sur l'affiche, (rclUchc), 
se dit d'une femme indisposée. 

Bander Qv. || 1. (obsc.) Etre en état 
d'érection. || 2. Bander la caisse, 
s'enfuir en emportant la caisse. 

Bandeur Q (obsc.) s.m. Homme 
vaillant en amour. 

Bannette s.f. Tablier. 

Bannière s.f. Chemise. Être en 
bannière, être en chemise, en pans 
volants. 

Banque 9 s.f. || l.Ruse,tronf)perie. 
Il 2. Paire la banque, préparer une 
escroquerie, entente entre escrocs. 
Il 3. La banque (thé.) troupe de 
théâtre, les forains. || 4. Paye des 
ouvriers, (typ. )Fairc6an7ue6/éc/fe, 
ne pas loucher ce qu'on pensait. 



BANQUETTE. 



— 28 — 



BAUOMÈTUE. 



Jl 5. 9 Etre de la banque^ avoir 
roit à une part dans un vol 
comme complice. |1,6. Q i*'a»^c de 
la banque, faire valoir la mar- 
chandise. 
Banquette s.f. Menton. Allu- 
sion à la forme. 
Banqueslngue 9 s.m. Banquier. 
' Banquiste O s.m. || 1. Tout indi- ' 
vidu qui, sous prétexte d^afTaires, | 
trompe son client. || 2. Saltim- 
banque. 
Baptême s.m. T Ho.— -Se me tire 



démocratie. [Rig\ult.] || 4. Avoir 
de la barbe, vieillir. Une histoire 
qui a de la barbe, vieille histoire 
qui a couru de bouche en bouche. 

Barbeau s.m. Souteneur. 

Barbet (le) 9 m. Le diable. 

Barbillon s.m. || 1. Souteneur. 

2. Anisette de Harbillon, eau. 

3. Barbillons de Beaucc, lé- 
gumes. Il 4. Barbillons de Varcnne^ 
navels. 

Barbise ou Barbiset # s.m. 



voy. Barbe (1). 
5iir les fonts du baptême, se mettre ! BarbistesQ -i"- Il i. Elève de l'ins- 
dans rembarras. j titution Sainte-Barbe. || 2. Ouvrier 

Baquet s.m. || i. Baquet inso- ' qui prend souvent des barbes (qui 
lenty blanchisseuse. || 2. Baquet de ! se grise) (typ.). 
science, baquet de cordonnier où ' Barbet s.m' || 1 . Vol au barbot, 
trompent le cuir et la poix. || 3. ; voy. Barbolage, || 2. Canard; (il 
Pierre à laver les caractères (typ.) barbote). 

Eir Q s.m. Sorte d\^tablisscmenl , Barbotage 9 s.m. Voler dans les 
public qu'on pourrait appeler en 



franc, buvette. Ce mot nous vient 

de rang. « English and american 

Bar, » 
Barant0(vx.}, s.m. Ruisseau. Du 

celtique Baranton, en ail. Born, 

source. 
Baraque O s.f. || 1. Terme de mé- 



poches =: Faire le bar bot. 
Barbote % s.f. Visite des détenus 

en arrivant à la prison. 
Barboter 0v. || 1. Fouillerdansles 
poches et par ext. voler. || 2.(iro- 
gner. 
Barboteur s m. |{ 1. Celui qui 
barbote, v.c.m. || 2. Crognon. 
pris pour désigner une maison mal ! Barboteuse s.f. Prostituée qui 
tenue. || 2. La baraque, sorte de; raccroche les hommes dans la 
poule au billard inventée en i884. rue et barbote dans leurs poches. 
Il 3. fmil.) Chevron. || 4. Armoire ; Barbotier 9 s.m. Canapé, 
d'écolier. ! Barbotin # s.m. — Vol. — Produit 

Barbaque 9 s.f. Viande. 
Barbaudier 9 s.m. Portier, gui- 
chetier. Pour barbotici\ qui bar- 
bote (fouille) les visiteurs à la 



d un vol. 

(ni 
J'ai fla!«quù du poivre à la rouHsc. 



Anr{y« mon dcrniiT barltotin 



porte des prisons, fil fait comme 
le canard qui fouille la bourbe 
pour trouver ce qu'il lui faut.) 

[TlMXERMANS.] 

Barbe % s.f. || 1. Jeune souteneur. 
Il 2. Prendre une barbe, se 
griser. On a son pompon, son plu- 
met, sa barbe (de la plume du 
plumet). [TiMMERMANs.] Il 3. Viet7/e 
barbe, désigne un vétéran de la 



(RlCHEPlH.) 

Barbue 9 s.f. Plume (d'oiseau). 

Barca % adv. (ar.al) Assez. 

Bardeau (typ.) s.m. Casse de dé- 
charge. En ang. board, planche, 
rayon, armoire. ITimmermans.] 

Baril s.m. Baril de moutarde ^ 
derrière. 

Baromètre O s*^* insigne de dé- 

fiuté qui se porte à la boutonnière. 
1 se compose d'une cocarde tri- 



BARQUE. 



— -29 — 



BATAILLE. 



colore en (3niail, entourée de 
rayons; le milieu est traversé par 
une main de justice. Sur la cocarde 
sont gravés ces mots : «République 
française, Chambre des députés. » 

Barque s.f. A la barque ! à la 
barque! Cri de la rue pour annon- 
cer la vente des huîtres. 

Barre 9 s.f. Aiguille. 

Barré 0a. Enfermé.Cest un cerveau 
barré y c'est un sot. Femme batrée : 
femme atteinte d'arclilude. 

Barreau (typ.) s.m. Levier qui fait 
mouvoir là vis d'une presse. 

Barrée 9 s.f. Échelle. 

Barrer 0y.a. || 1. Réprimander. 
Il 2. Quitter son ouvrage || 3. La 
rue est barrée^ signifie qu'on a un 
créancier dans la rue dont on ne 
veut pas rtre aperçu. || 4. Fermer. 
Bairer le boulon ^ ne pas travailler. 
Il 5. Se barrer v.pr. s'en aller. 

Barres 0s.f.pl. Les mâchoires. Se 
rafraîchir les barres , boire; allu- 
sion à une partie de la mâchoire 
(lu cheval. 

Bas O s.m. Ban-bleu, femme de 
lettres. — Baf de bufftt, 
vieille femme coquette. — Etre 
bas percé j être sans le sou. — Bas 
du cul, personne contrefaite, qui 
a de petites jambes. — Bas 'le 
plafondf individu au front étroit, 
qui a peu de. cervelle, et par 
suite est peu intelligent. — Bas de 
casse (typ.) partie inférieure de la 
casse où sont les petites lettres. 

Basane 9 s.f. Jj 1. Amadou. Dans 

Villon on trouve le mot bazenne 

avec ce sens. || 2. Peau humaine. 

||3. Tat7/er une basanCf geste 

de défi. 

Bascule s.f. Guillotine. 

Basculer v.a. Guillotiner. 

Base O s.f. Il 1. Derrière, (se dit 
d'une personne assise). || 2. Se 
porter surlabase (mil.), s'aligner. 

Basile O Hypocrite, fourbe. Du 



nom d'un personnage du Bar- 
bier de Séville, de Beaumarchais. 

Bas-off. (polyL) s.m. Adjudant 
sous-ofiicier! 

Basourdir 9 v.a. Abasourdir, 
assommer. 

Basse s.f. La terre. 

Bassin s.m. l^ersonnagc impor- 
tun, ennuyeux, agaçant. 
I Bassinant a. Ennuyeux, agaçant. 

Bassiner v.a. Agacer, ennuyer, 

importuner. 
! Bassinet s.m. Cracfter au bassi- 
net, donner de l'argent malgré soi- 
— Avouer, faire des confidences. 

Bassinoire s.f. || 1. Personnage 
ennuyeux = liassin. |j 2. Montre 
très grosse (allusion à la forme). 

Basson s.m. Jouer du basson. 
Péter, J.d.m. (son bas). 

Basta adv. z=zBarca. Assez ; du vx 
mot baster, suffire, ou de Tesp. 
basta, m. s. 

Bastide O ^'^' Maison de campa- 
gne en Provence. 

Bastimage s.m. Travail; action 
de porter le bAï. [Timmermans.] 

Bastinguer (se) (mar.) v.pr. Se 
cacher. Do bastingage, syn. el con- 
génère du holl. vesting, forte- 
resse, défense. 

Bastringue s.m.||t. Maison 
mal famée, bal de dernière caté- 
gorie. De bouser ou buser, ang. 
to bouse, boire (buse) et trinquer. 
Le sens primitif est cabaret. [Tim- 
mermans.] Il 2. 9 Etui dans lequel 
les malfaiteurs mettent les outils 
nécessaires à leur évasion, ils le 
cachent parfois dans leur anus et 
le nombre d'objets qu'il contient 

. eslexlrîiordinaire. || 3. Instrument 
pour scier le fer. 

Bastringuer v.n. Courir les 
bastringues. 

Bataclan s. m. Bagage. Mobilier. 

Bataille Q s.f. La bataille des Jésui- 
tes, onanisme. = Cinq contre un. 



BAT-CONTRE. 



— 30 — 



BATTOIR. 



Bat-contre 9 s.m. Pédéraste 

(Passif). 
Bâte ou bath a. || 1 . Beau, joli, 
bien, neuf. C'est bâte! c'est joli. 
On écrit bath dans le sens de 
beau ; l'explication sous-enten- 
due c'est qu'en voyant le mot 
Bath sur le papier àlettres com- 
mun, on s'est imaginé que cela 
voulait dire do bonne oualilé : 
cela fait anecdote. (Le Temps.) 
Il 2. EtredelabatCjùiTC heureux. 
Il 3. Du bate^ de Tor ou de l'ar- 
gent. Du skt bâta, brillant et bat, 
or, argent. Il 4. Faire bâte, mur 
la police, c'est arrêter un voleur. 

Bateau s.m.||l. Les bateaux 
sont des souliers longs et largos 
dans le langage populaire. ||2.0 
Monter un bateau, mener en bateau, 
ces expressions signifient tromper, 
donner le change, promettre une 
chose qu'on ne pourra tenir, éga- 
rer les recherches (j.d.m.sur ba- 
daud et son congénère baie, amu- 
selte, plaisanlorie, mensonge). 
[TiMMERMANS.J || 3. Daus Ics maga- 
sins de nouveautés on désigne 
par l'expression bateau de pom- 
mes, un arrivage de clients de la 
province. 

Batelage % s.m. Tromperie, du- 
perie. 

Batelée s.f. Réunion de gens 
qui ne se connaissent pas, assem- 
blée. 

Batelier s.m. Battoir de blan- 
chisseuse. 

Bath voy. Bâte. 

Batiau (typ.) s.m. Aligner son 
batiau, s arranger pour obtenir 
une bonne paye. — Parler batiau, 
parler des choses du métier. 

Batif, ve a. voy. Bâte. 

Bâtiment s.m. Etre du bâti- 
ment. « Cest un copain, il est du 
bâtiment », il est de notre métier, 
il exerce notre profession. 



Bâtir v.n. Il 1. Bâtir sur le de- 
vant, être enceinte, prendre du 
ventre. || 2. (Tvp.) Mettre en 
pages, caser sur la forme. 

Batoches CB) s.f.pl. Testicules. 

Bâton 0s.m. || l.fi62(oncrct/;r, fusil. 
Il 2. O Bdton mei'deux, individu 
désagréable, d'un commerce dif- 
ficile : « Il est comme un bâton 
mrrdcux, on ne sait par où le 
prendre. » || 3. Men^^ une vie de 
bâtons de chaise, faire la noce, 
mener une vie désordonnée. || 
4. Bâton de réglisse, nègre. || 5. 
Bâton de chaise, de cire, jambe. || 
6. Bâton de petroquet, petite 
maison. 

Bâtonnet O s.m. Avoir de la chance 
au bâtonnet, réussir en amour. 

Batouse 9 s.f. Toile. 

Batousier 9 s.m. Tisserand. 

Battage s.m. Mensonge. = 
Monter le coup. « Tout ça c'est du 
battage et dii montage de coup », 
« ça n'est pas sérieux. » 

Battancourt 9 s.m. Soulier. 

Battant s.m. || 1. Le cœur, 
parce qu'il bat. || 2. Le gosier. 
Sepousser un verre dans le battant, 
boire. Je n'ai rien dans h: battant, 
je suis à jeun. || 3. 9 a. m. Neuf, 
on dit en franc., il est tout bat- 
tant neuf; c'est une redondance. 
Il 4. La langue. 

Battante s.f. Cloche, sonnette. 

Batte s f. = Bath s.m. Argent 
(monnaie). Du ski. bat, or, argent. 

Batterie s.f. || 1. Bataille. || 2. 
Voy. Battage. 

Batteur s.m. || 1 Menteur. || 2.. 
Batteur de dig-dig, voleur qui 
simule l'épilepsie, soit pour dé- 
tourner l'attention pendant que 
ses complices opèrent, soit pour 
exciter la pitié des passants. 

Battoir s.m. Main. « En avant 
les battoirs, mes enfants, applau- 
dissons ferme ». 



BATTRE. 



— 31 — 



BAZAR. 



Battre % v.a. et n,\\\. Tromper, 
dissimuler, feindre. « Je battrai 
si bien que je défie le plus malin 
de ne pas me croire emballé pour 
de bon. » (Vidocq). || 2. Battre 
comtouij faire le niais, jouer le 
rôle de compère. | 3. Battre l'un- 
tify espionner. | 4. Battre mo- 
rassBy crier au secours. || 5. Battre 
en ruiney fouiller, visiter. || 6. Bat- 
tre un ban, nier. || 7. Battre 
le pavé, battre l*antiffe, marcher, 
aller par les rues cherchant une 
place. Il 8. Je m'en bats rœil, ça 
m'est égal. || 9. Battre le beurre^ 
jouer à la bourse. || 10. Battre Job, 
dissimuler. = Faire le Job, faire 
Timbécile. Il 11. Battre la dèchc, 
être dans la misère. || 12. Battre 
sa flemme, flAner. || 13. Battre son 
quurtf raccrocher. | 14. Battre le 
bnquetj marcher en se frottant 
les jambes Tune contre Taulre. 
Il 15. O Battre son plein. La 
saison bat son pleine on est en 
pleine saison a affaires. La fête 
bat son plein, elle est dans toute 
sa splendeur. 

Baucher (se) © (B) v.pr. Se mo- 
quer. En ital. bayidre^ dire des 
baies, des mensonges. [Timmer- 

MANS.J 

Baucoter 9 v.a. Agacer, fréquen- 
tatif de baucher. 

Bande s.f. Mal vénérien. 

Baudr ou illard s. m. Fuyard. 
A rapprocher de berdouille, ven- 
tre, intestins. =: Foireux. 

Baudrouiller v.n. || 1. S'enfuir, 
filer. Il 2. Se promener; à rappro- 
cher de vadrouiller. 

Baudru 9 s.m. Fouet, courroie. 
hebaudrouse, v.c.m. Le mot franc. 
baudrier parait avoir la même 
origine. 

Baudrouse (V) s.f. Cordon (en 
cuir) pour la pendaison. 

Bauge • s.t. Il 1. Coffre. || 2. Ven- 



tre (le ventre est le coffre hu- 
main). Ail. Bauch, ventre. [Tim- 

MKRMANS.] 

Baume O s.m. || 1. Baume d'acier, 
pince pour arracher les dents; 
par iro., la dent enlevée le mal 
disparaît, le baume est excellent. 
Il 2. Baume de porte en terre, 
poison. 

Bausse s.m. Patron. Bausse 
fondu, patron qui redevient ou- 
vrier ou employé, après avoir fait 
de mauvaises affaires. (En holl. 

baas). [TiMMERMANS. I 

Bavard (mil.) v.m. || 1. Livret mi- 
litaire qui porte la feuille de pu- 
nition et relate la conduite du 
soldat. Il 2. 9 Avocat. 

Bavarde • s.f. || 1. Bouche. ||2. 
Langue. 

Bavaroise s.f. Bavaroise aux 
choux, absinthe avec de Torgeat. 
Bavaroise de cocher, verre de 
vin. 

Bave (V) s.f. Bavardage. 

Venex-y Tarlotz, cliamberières, 
Qui savez si bien les manières 
Ea dij^ant mainte bonne bave. 

(ViLLOW.) 

Baver © v.n. ||1. Parler, pour 
bavarder. \\ 2. Baver des clignots, 
pleurer. || 3. Il en bave, il en est 
étonné. || 4. Baver sur quelquun, 
en dire du mal, = Bavtr sur 
V orque 0. 

Baveux s.m. || 1. Personne mé- 
disante, qui parle à tort et à tra- 
vers. i| 2. (Typ.) Caractère d'im- 
primerie qui bave, qui n'est pas 
net. 

Bavocher (typ.) v.a. Maculer. 

Bayafe 9 s.m. Pistolet, revolver. 
En argot ang. barking iron, litté- 
ralement, fer qui aboie. [Tim.mer- 

MANS.J 

Bayafer v.a. Fusiller. 
Bazar s.m. ||1. Etablissement 
quelconque. || 2. Mobilier. || 3. 



BAZARDER 



— 32 — 



BEIGNE. 



Maison publique. || 4. Petite mai- 
son. 

Bazarder v.a. Vendre. « J'ai 
bazardé mon saint frusquin et je 
me suis tiré » « j'ai vendu ce que 
je possédais et je suis parti. » 

Bazardier s. m. Celui qui tient 
un bazar, individu qui fait des 
déballages de marchandises dans 
des boutiques louées à la journée. 

Bé0s.m. Il 1. Hotte de chiffonnier. 
||*i. • a. Voy. Béard. 

Béard 9 a. Acauilté; Rester béard, 
rester tranquille. Roupiller béard, 
dormir paisiblement. On peut 
rapprocher ce mot du mdt béati- 
tude, félicité, bonheur. 

Beauté s.f. Q Beauté du diable, 

■ fraîcheur de jeunesse. 

BébéO^*^* Il l.Enfantenbasâge. 
Il 2. Mot d'amitié. « Mon bébé, tu 
serais bien gentil de m 'offrir 
quelque chose. » 

Bëbéte O II 1- s. et a. Niais. 
Il 2. s.f. Mot enfantin pour dési- 
gner un animal. 

Bec s. m. || 1. Bouche. — 17m fin 
bec, gourmet, — Casseï' du bec, 
sentir mauvais de la bouche. — 
Se rincer le bec, boire. — Tortil- 
ler du bec, manger. — Rivei^le bec, 
faire taire. — Taire son bec, se 
taire. — Cela m'a passé devant le 
bec, j'ai eu une occasion dont je 
n ai pu profiter. || 2. Bec de gaz, 
sergent de ville (il est planté 
comme un réverbère dans la rue 
pourguideretprotéger le passant). 

Bècane0 s.f. Machine, locomotive. 
Elle siflle comme Toiseau appelé 
bécan, mot formé de bec. [Timmer- 

MANS.] 

Bécarre O &• Élégant == Chic, 

Pschutt, Vlan, Urf, 
Bécasse s.f. Femme grande, 

maigre et niaise. 
Becflgue Q s.m. Becfigue de cor- 

donnier^ oie. 



Bêcher v.a. Dire du mal. Bé' 
cher en douce, critiquer, so 
moquer. J.d.m. sur 6ec; donner des 
coups de bec. [Timmermans.] 

Bêcheur s.m. Critique, médi- 
sant. Avocat bêcheur, ministère 
public. 

Bécot s.m. Petit baiser du bout 
des lèvres. 

Bécoter v.a. Donner des bécots. 

Becquant s.m. Poulet, coq, 
animal de basse-cour qui bec- 
queté. 

Becquante s.f. Poule. 

Becquetance s.f. Nourriture. 

Becqueter v.a. et v.n. = Tor- 
tiller du bec. Manger. « Allons bec- 
queter! » 

Bedon O s.m. Ventre. Avoir un 
môme dansle bedon, être enceinte. 
Du mol franc, bedaine, gros ventre. 
Congénère de boudin et de Tital. 
budelli, intestins. [Timmermans.) 

Bedonnant Q^- Ventrebedonnant, 
gros ventre. 

Bedonner O v.n. Grossir du ven- 
tre, s'engraisseï' de la sueur du 
peuple, 

Bedouillard s.m. Niais. 

BedoulUe s.f. Ventre. 

Beefsteak s.m. Heure des repas. 
Ilest beefsteak! c'est l'heure d'aller 
becqueter. V.c.m. et aussi bifteck. 

Beffeur s.m. Trompeur. En ital. 
beffare, tromper. [Timmermans.] 

Bègue  s.m. Avoine. Variante de 
becquetance. [Timmermans.] 

Béguin s.m. || 1. Caprice amou- 
reux. Avoir un oéguin, aimer q.q. 
ou q.q.c. par caprice. I| 2. Tête. 
(le béguin est une coiffe de toile 
avec bride sous le menton). On a 
un béguin^ on est coiffé ou toqué, 
par j.d.m. sur toque, ou touché 
par un coup de marteau, emblème 
du dérangement de Tesprit. [Tim- 
mermans.] 

Beigne0s.f.=Beignet s.m. Coup. 



BÊLANT. 



— 33 — 



BERLLNË 



Skt. 6an(/a, frapper. [Timmermans.] 
Bêlant 9 s.m. Mouton. 
Belét 9 s.m. En argol des maqui- 
gnons, rosse. 
Belette @ s.f. Pièce de 50 centimes. 
Belepiqne n.pr. Q II a filé sur Bel- 
gique, se dit du caissier qui est 
parti en emportant Targent, du 
commerçant en fuite, de l'escroc 
qui a levé le pied, etc. 
Bélier © s.m. Cocu, mari Irompé 
Belle © s.f. Il 1. Quand deux ad- 
versaires au jeu ont gagné chacun 
une partie, on fait la belle, qui 
est décisive. || 2. La perdre belle, 
perdre une uartie presque gagnée. 
Il 3. Belle an nuit, femme galante 
qui raccroche la nuit. || 4. % Etre 
de belle, n'avoir rien à craindre de 
la justice. 
Belle-minette Q s*^* Courtisane 
élégante. .< M. \... emporta de 
notre belle-minette une impres- 
sion si favorable qu'il lui jura de 
revenir lui apporter le témoi- 
gnage de sa vive gratitude». (Gil- 
Blas 1894.; 
Belle-petite O s.f. Femme ga- 
lante (1818). 
Ben adv. Bien. « Ah ben zut 

alors! » 
Benard (V) © s.m Sot, en franc. 

benêt. 
Bônéf. © s.m. Bénéfice (abrév.). 
Bénévole © s.m. = Roupiou, 

Jeune interne en médecine. 
Béniesenr O s.m. ||i. Personne 
qui trouve tout bien, qui parle de 
tout avec componction. || 2. Faux 
brave homme. 
Benoit ©s.m. Tenancier de maison 
publique, souteneur. 

La vrai vérité, 
C'est qules benoîts toujours licbeul, 
Et s'graissent les balots. 
(J. RfCHCPUi. Chans. des Gueux.) 



Benoiton n. pr. O M"" Benoiton, 
femme qui est toujours en pro- | 



mcnade, liors de chez elle, comme 
le personnage de la pièce de Vic- 
torien Sardou dans La famille Be- 
noiton. 

Béotien Q s.m. Personnage igno- 
rant et bélc. 

Beq © s.m. (arg. des graveurs). 

Tpfl vil I 
Béqnet Q s.m. jj 1. (thé.) Addition 
. ou changement fait en marge sur 
ic manuscrit d'une pièce de théâtre. 
Il 2. (typ.) Petit morceau de pa- 
pier où l'aufeur écrit ce qu'il 
faut ajouter à une copie, à une 
épreuve. 
Béqneter© voy. Becqueter v.a. 
Béqnillard= Béqnillenr O s.m. 
Il i. Boiteux. Il 2. % Le bourreau 
qui pendait à la 6évm7/(* (potence). 
Béqaillarde = Béquille • s.f. 

Potence ; allusion à la forme. 
BéquiUer ©v.a. etn. || 1. Manger. 

Il 2. Boiter. || 3. Pendre. 
Béquilleur s.m. || i. Mangeur. 

Il 2. 9 Bourreau qui pend. 
Berard (V.) s.m. Pour Herouard. 
Soldat-bandit. Du tlam. beroover^ 
bandit. 
Berceau (typ.) s.m. BAti qui en- 
toure le train, 
Berdonillard voy. BedoniUard. 
Berdouillë = Bedonille © s.f. 
Ventre. « T'as bouffe des haricots 
que ta berdouillë gonllc. (Ricub- 
piN, le Pavé.) 
Berge # s.f. Année. 
Bergère s.f. || i. © Dernière carte 
d'un jeu battu. La bergère marche 
derrière son troupeau. [Larcuey.] 
Il 2. (typ.) Femme. 
Beribono 9 s.m. Nigaud. 
Berlander © v.n. Flâner. De par, 
à l'excès, et une réminiscence de 
lanterner, de lentus, lent ; en ail. 
lattern ou schlendern, ilaner. 

[TlMMKRMANS.] 

Berline 9 s.f. Petit employé de 
commerce. 



BERLOQUIN. 



— 34 — 



BIBBLOTEUR. 



Berloqnin s. m. Ck)rdonnicr =. 
Beurlot =. Buif = Ambassadeur 
= Choumaque = Passifleur. 

Berla 9 s.m. Aveugle. Dans le 
patois du nord de la France le 
moiberlou désigne un homme qui 
louche. Du franc, berlue, trouble 
de la vue, qui lui-môme vient du 
mot argot berlue, couverture : on 
a comme une couverture sur les 
yeux. 

Berlae 9 s.f. Couverture. 

Bernard Q s.m. Derrière. — Aller 
voir Bernard, aller aux lieux d'ai- 
sances. 

Bernatier s.m. Vidangeur. 

Berniqaer0v.n. S'en aller pour ne 
plus revenir. Du franc, bernique, 

Îioint du tout. En ail. baar nicht, 
TiMMERMANS.] 

Berri O s.m. |M. Capote d'études 
à l'Ecole polytechnique. || 2. 
Hotte de chiftonnicr. 

Berribono # voy. Beribono. 

Berry Q voy. Berri. 

Bertelo 9 s\m. Franc (monnaie). 

Bertrand s.m. Voleur volé. Du 
nom d'un personnage de V Auberge 
des Adrets. 

Berzelius O (<-^col.) s.m. Pendule, 
montre. 

Be8ef=:Bezef0(ar.al.) Beaucoup. 

Besouille = Bezouille s.i. 
Ceinture. De l'ilal. bczzi m. s. 

Bessons m. pi. Seins. Vx mot qui 
signifie jumeaux. 

Bète s.f. Voleur au jeu qui fait 
semblant de ne pas savoir jouer 
pour mieux tricher. — BHe à cor- 
nes, fourchette. — Béte à pain, 
onlretcncur, mari. — Béte au bon 
Dieu, personne excellente, d'un 
caractère très doux. 

Bettander 9 v.n. = Battandei^, 
mendier. Ail. betteln, mendier. 

[TiMMERMANS.] 

Betterave s.f. Nez rouge et en- 
luminé. 



Betting Q (sport) s.m. Mot ang. 
désignant ce qui se rapporte aux 

f^aris de courses. Betting-book^ 
ivre de paris. Betting -men, pa- 
rieurs. Betting-room, salon où Ton 
parie. 

Benglant s.m. Café-concert où 
Ton chante. 

Beugler v.n. Chanter. 

Bengne s.f. voy. Beigne. 

Beurlot ^ s.m. == Beurloqnin. 
Cordonnier. 

Beurre s.m. Argent. — Faire 
son bewre, réussir, gagner de l'ar- 
gent. — Mettre du bewre dans ses 
(ipinards, améliorer ses affaires, 
augmenter son avoir. — Cest un 
beurre! cela se fera facilement, 
simplement, naturellement. — 
Œil au bewre noir, œil noirci par 
un coup. — A toi)- du beurre sur 
la tête, avoir commis plusieurs 
crimes. 

Beurrier 9 s.m. Banquier. 

Bezef adv. :^ Besef. Beaucoup. 
Mot ar. al. 

Blard # s.m. Côté. 

Blbard s.m. Grand buveur. 

Bibarde s.f. Vieille femme 
débauchée. 

Blbarder v.n. Se débaucher en 
vicillisant. 

Bibasse s.f. = Birbasse. Vieille 
femme. 

Blbasserle s.L Vieillerie. 

Blbassier v.n. = Bibard, bu- 
veur. — (Typ.) Grognon. 

Bibelot s.*m. Parties génitales. 

Bibelotage0s.m. Faire du bibelo- 
tagc, s'amuser à des riens, faire 
de petits travaux sans impor- 
tance. 

Bibeloter v.a. || 1. Faire du 6i- 
belotagc,' v.c.m. || 2. Vendre ou 
acheter des objets de curiosité. 

Bibeloteur s.m. Celui qui fait du 
bibelotage, bibeiotei\ v.c.m. — 
Collectionneur de bibelots. 



k 



BIBELOTIER. 



— 35 — 



BIGNET. 



Bibelotier s.m. ^ (typ.) Typo- 
graphe par occasion. 

Blbi • s.m.ljl. Fausse clé. ||2. 
Moi. « Ça, c'est à bibi et bibi 
c'est moi. » || 3. Se dit aussi pour 
Bicétrc par abrév. 

Bibiche O s.f. Mot d'amitié. 

Bibine s.f. ||i. Buvette. || 2. 
9 Sœur de charité. 

Bibli s.f. O Bibliothèque par abrév. 

Biblot0voy. Bibelot. 

Bibon s.m. Vieux garçon, de 
birbe et birbon. 

Biche O s.f. Surnom donné aux 
femmes galantes (1857). 

Bicher Q v.n. « Ça biche », ça va, ça 
prend, c'est bien. 

Bicherie O s.f. Mot qui désignait 
les femmes calantes vers i857. 
« La haute bicherie parisienne. » 

Bichet9 s.m. Mensonge. 

Bichette O s.f. Ma bichette! mot 
d'amitié. 

Bichon s.m. || 4. (obsc.) Sodomite. 
Il 2. O ^^^ bichon, mot amical. 
Il 3. Souliers à rubans. 

Bichot 9 s.m. Evécjue ; de l'angl. 
et Tall. Bischoff qui signifie dans 
les deux pays, à la fois « Evéaue » 
et « vin chaud », à cause ae la 
couleur de cette l)oisson qui est 
la même que celle de la soutane 
cpiscopale. 

Bicler 9 v.n. Cligner. Bîder de la 
mirettey cligner de l'œil. De bis, 
de travers, et oculus, œil. [Tim- 

MERMANS.J 

Bicycle O s.m. Vélocipède à deux 

roues. 
Bicyclette O s.f. Petit vélocipède 

à deux roues. 
Bicycliste O s.m. Vélocipédiste. 
Bidache s.f. = Bidoche. 

viande; j.d.m. sur bidon pour 

bedon, ventre. [Timmkrmans.] 
Bidard Q s.m. Individu qui a de 

la chance. = Veinard. 
Bidel#n.pr. LafosseàBidel, dépôt 



de la préfecture de police. Du 
nom d'un célèbre dompteur d'a- 
nimaux féroces. 

Bidet 9 s.m. Ficelle oui établit 
une communication clandestine 
entre les prisonniers à des étages 
différents. 

Bidoche s.f. Viande ; de bidon 
v.c.m. 

Bidon s.m. = Bedon, Ventre. 
— Attacher un bidon, dénoncer. 

Bidonner v.a. || 1 . Boire beaucoup. 
Il 2. Dénoncer. 

Bier 9 v.n. Mendier. Bier sur le 
toutime, mendier de toutes façons. 
Vx. fr. hier, aller. 

Bière O s.f. Boite d'un jeu de do- 
minos. 

Biffard s.m. Bourgeois. 

Biffe s.f. Il {.Travail du chiffon- 
nier. Il 2. Loque pouvant servir à 
essuyer, à etïacer ou biffer ; en 
ang.' to whipe, effacer. [Timmer- 
MANS.] Du ski bid fendre, déchi- 
rer. 

Biffer v.n. = Bouffer = Briffer. 
Il 1. Manger. || 2. Ramasser des 
chiffons. 

Bifferie O s.f. Mauvaise mar- 
chandise. 

Biffetons.m. || 1.0 Contremarque. 
Il 2. 9 Lettre. || 3. Donner sur le 
biffeton, dévoiler les antécédents 

• • • * • * 

Biffln s.m. |i 1. Chiffonnier. || 2. 
Fantassin. 

Biffre s.f. Nourriture. 

Bifteck s.m. Bifteck à Macquart, 
rosse, vieux cheval bon à être 
abattu. Du nom d'un équarrisseur 
de chevaux. — Faire du bifteck, 
monter à cheval, voy. Beefsteak. 

Bigard 9 s.m. Trou; variante de 
bouche, bec, [Timmkrmans.j 

Bige, Bigeot ou Bigeois 9 s.m. 
Dupe; altération de pigeon. [Tim- 

MERMANS.] 

Bignet0s.m. Coup. Manger deshi- 



BIGORGNION. 



— 36 — 



filRlBI. 



gnets après la Pentecôte, recevoir 
des coups (O). De beigne, m. s. 

Bigorgniou s. m. Mensonge. 

Bigorne 9 s.m . a. Argot, argotique. 
Rouscailler ou jaspiner higoi'nc. 
Parler argot. Sonnet bigorne , 
sonnet argotique. Du vx. mot 
biguei\ changer, troquer : Targot 
n*est qu'un langage bigué, d'où le 
dim. bigorne. [Larchey.] 

Bigorneau s. ni. Soldat d'infan- 
terie de marine. 

Bigorniau s.m. Auvergnat. 

Bigoter v.n. Prier. Ang. to beg, 
demander. TTimmermans]. 

Bigrement O ^^v. = Bougrement. 
Beaucoup, lri*s, superlativement. 

Bijouter v.a. Voler des bijoux. 

BÛouterie s.f. Avance d'argent. 

BUoutier s.m. Marchand d'ar- 
lequins v.c.m. — Bijoutier en cuir, 
ou sur le genou, savetier. 

BUoax0s.m.pl. vov. Arlequin. 

Bilboquet s.m". || 1. Vieille 
femme, petite et grosse. || 2. Litre 
de vin. [Rigaud.] h 3. (Typ.J m. pi. 
Ouvrage de ville, adresses, billets, 
circulaires. 

Bile O s.f. Se faire de la bile, se 
contrarier, se tourmenter. 

Billancer 9 v.n. Payer sa dette, 
faire son temps de prison. 

Billanchage 0s.m. Payement. 

Biliancher v.a. Payer, donner 
de l'argent (de la tilù). De bille 
ou 6i7/o/i, barre de métal. [Timmer- 

MANS.] 

Billard O s.m. Décoller o\i dévisser 
son billard, mourir. — Q (Obsc.) 
Jouer au billard ang lais, onanhmc. 

Billardier 9 s.m. Voleur qui 
remplace les billes de billard en 
ivoire par des billes de plâtre co- 
lorié. 

Bille s.f. Il 1. Tête « Ah I quelle 
bonne billel » || 2. = Billemont, 
monnaie, du franc, billon m.s. || 3. 
Bille de billard, crâne chauve. 



Billemont s.m. || 1. # = Billemu^ 

che, billet. || 2.=:Bt7/e,v.c.m.(2). 
Biller v.a. et n. = Billancher„ 

v.c.m. Payer. 
Billet O s.m.Je t'en fous mon billet, 

je te le certifie. — Prendre un billet 

de parterre, tomber. 
Bince 9 s.m. Couteau. 

Souvent lardé d'un coup de bince 
1.0 michelon nu se sauvait. 

(RiCHEPUf, Triolets de Navet). 

Pour pince, de pincer, comme en 
ail. Kneip, canif, de kneiper ou 
kneifen, pincer. On fait allusion 
au ressort. [Timmermans.] 

Bine s.f. Hotte. 

Binelle 9 s.f. Faillite, banque- 
route. 

Binellier 9 s.m. Failli, banque* 
routier. 

Binette s.f. T(He, visage, phy- 
sionomie. 

Oh ! la la, elle gueule, 
C'ttc binelle! 

(Bhuaxt.) 

Du nom de Bine/, fabricant de per- 
ruques au XVII" siècle; on disait 
alors quand on était bien coiffé 
qu'on avait une jolie binette. 

Bingre 9 s.m. Bourreau qui n'est 
pas fils de bourreau. 

Biqne s.f. Vieille bique, vieille 
rosse; terme injurieux. — Bique et 
bouc, hermaphrodite. 

Birbasse s.f. Vieille femme. 

Birbasserie 9 s.f. Vieillerie. 

Birbassier voy. Bibassier. 

Birbe s.m. = Birbon. Vieillard,, 
barbon. « Vieux birbe » (pléo- 
nasme). — Vieux mendiant, de 
rital. birbone et birbante, gueux 
et coquin, ou du vx fr. briber, 
mendier, (Rabelais) qui lui-m(>mc 
vient de bribes, restes de cuisine 
que Ton donnait aux mendiants. 

Birbette s.f. Augmentatif de 
6ir6e, v.c.m. 

Biribi # s.m. = Birlibi = Calots 



k 



BIS. 



— 37 



BLAGUER. 



. Il 4. Jeu de hasard composé de 

- trois quilles creuses, ou simple- 
ment trois coques de noix et une 
petite boule en liège. || 2. © Ba- 
taillon de discipline en Afrique. 

Bis (V) a.Gris jaune.firun était son 
synonyme. 

Bis 0'(B) s.m. La nature de la 
femme. 

Bisac (V) s.m. voy. Bisans. 

Bisans (V) part.pfés.pl. Vents du 
nord qui noircissent les visages 
des pendus. Du v. biser, noircir, 
v.c.m. dans Littré. = Bizard = 
Bizac = Bizouarty bise. 

Bisard (V) © s.m. || 1. Vent. Voy. 
Bisans. \\ 2. Soufflet pour souffler 
le feu. (Ail. der Puster, énonce le 
venljcomme labise.) [Timmrrm^lns.] 

Biscaye # n.pr.Ric(^tre (hôpital). 

Biscayen 9 s.m. Pensionnaire de 

. Bicétre. 

Biscop © s.f. Casquette ; en holl. 
Bisschùp:= episcopus. Mitre d'évO- 

que. [TiMMERMANS.] 

Bisooter © v.a. Embrasser. 
Biscuit © s.m. Argent (monnaie). 
Bise (enf.) s.f. Donnei* une bise^ 

embrasser; m.à.m. Donner un 

baiser. 
Btser (enf.) v.a. Embrasser. 
Bismarck O &• Couleur brun clair 

(1867). 
Bisot # s.m. Ami. 
Bisqaer © v.n. Bouder, rager 

sourdement, être vexé. liai. Wzza, 

colère. [Timmermans]. 
Bissard © s.m. Pain noir, pain 

bis. 
Bissestre # s.m. (O) Malheur, 

déveine. « Il me porte bissestre ». 
Bistoqner © v.a. Coïter. 
Bistoqnette © s.f. Membre viril. 
Bistot © s.m. = Boufion, Jeune 

apprenti, débutant dans le com- 
merce. 
Bistourné © s.m. Cor de chasse. 
Bistro © s.m. Marchand de vin. = 



Mastroc = Mastroquet, voy. Bas- 
tringue, 

Bitte (obsc.) s.f. Membre viril. 

Bitter (obsc.) v.a. Action char- 
nelle. 

Bitume O s.m. Le trottoir. Demoi- 
selle du bitume, raccrocheuse. 
Polir le bitume, flâner dans la rue, 
= arpenter V asphalte. 

Biture © s.f. = Cuite = Culotte. 
Ivresse. Se flanquer une biture, 
s'enivrer. 

Biturer (se) © v.n. Se griser. 

Bizac (V) s.m. voy. Bisans. 

Bizard voy. Bisard. 

Bizouart \V) s.m . voy. Bisans. 
— Bizouart, signifie aussi le mem- 
bre viril dans Villon. 

Biznth (écol.) s.m. Elève de pre- 
mière année à l'Ecole centrale. 

Blackboulasse Q s.m. Refus, 
renvoi. Echouer dans un examen, 
ne pas être nommé dans remploi 
ou les fonctions qu'on sollicite, 
c'est le blackboulage. 

Blackbouler Q v.a. Renvoyer, 
refuser. « Etre blnckboulé k un 
examen, dans une élection ». 
Ang. blackOidl, boule noire. 

Blafard 9 s.m. Pièce d'argent 
monnavé. 

Un ccu (lambanl neuf, un hla fardât cinq balles. 
(J. RicHKfiN, Chanson des Gueux). 

(L'argent est d'un blanc terne) 
Blafarde (la) 9 s.f. La lune. 
Blague O s.f. Il i. Volubilité de 
parole. « C'qu'il en a une blague! » 
Il 2. Mensonge, plaisanterie. 
« Le « péril clérical » m'est tou- 
jours apparu comme une blague 
électorale». [Fa. Coppée.] «C'est 
une bonne blague. » Blague dans 
U coin, plaisanterie à part. || 3. 
Blagues à tabac, seins mous et 
pendants. 
Blaguer O v.n. (| 1. Causer. || 2.' 
Mentir. || 3. Blaguer quelqu'un^ le 



BLAGUEUR. 



— 38 — 



BLOC. 



plaisanter, se moquer de lui. 

Blaguear Os.m. || i. Individu qui 
pérore. || 2. Menteur. 

Blaichard s.m. Commis, employé. 
« Et les ouvriers se moquent des 
déjetés y des blaichards ». (Riche- 
pin, le Pavé.) 

Blair # et s.m. Nez. « Vhlair 
coule comme un nez d'veau.yi {J. Ri- 
chepin). — Jacter du blair ^ parler 
du nez. — Se cingler Vblair = se 
salir le nez^ se griser ; allus. au 
nez du blaireau, allongé en hure, 
organe de souffle : flare. [Timmer- 

■ MANS.] 

Blaireau (mil.) s.m. Conscrit, 
recrue = un bleu. 

Blaireauter (art.) v. a. Peindre 
avec trop de soin. 

Blanc (V) s. et adi.ni. || # 1. L'ar- 
gent, par ext. de sa signification 
en vx fr. : joie, liesse. || © 2. 
Mangeur de blanc, souteneur. 
Il Q 3» ^l^'f* blanc comme neige, 
être innocent. || # 4. Etre à blanc, 
avoir un faux nom. || 5. Q ^'^Ire 
pas blanc, être dans une mauvaise 
situation, dans Tembarras. || 
6. Avoir le foie blanc, être poltron, 
lâche, prêt à toutes )es trahisons. 
Il 7. (lyp.). Jeter du blanc, inter- 
ligner.' 

Blanchet (typ.) s.m. Feutre dont 
on garnit le tympan pour amortir 
le roulage. 

Blanchinet Q s.m. = Pdle =i Pâ- 
lichon. Le blanc au domino. 

Blanchir (journ.) v.n. Faire des 
lignes très courtes : 
« — Ah !... 

— Le voici... 

— Soyez le bienvenu » 
Blanchisseur s.m. Avocat. 
Blanchisseuse s.f. Blanchis- 
seuse de tuyaux de pipes (obsc). 

Blandir v.a. Flatter. De blan- 

dices, caresses. 
Blanqueter # v.a. Argentcr. 



Blanquette 9 s.f. Argenterie^ 
monnaie d'argent. De sa couleur 
blanche* 

Blanquettier 9 s.m. Celui qui 
blanchit de la monnaie de cuivre 
pour la faire passer pour de l'ar- 
gent. 

Blard vov. Blavard. 

Blasé •'a. Enflé. 

Blasonné O ^' Noble, titré. 

Blavard 9 s.m. Châle. 

Blave =Blavin 9 s.m. || 1. Mou- 
choir. Il 2. Cravate, foulard. En 
ang. to blow the nose et en ital. 
sofflare \l naso, veulent dire se 
moucher, littéralement soufflerie 

nez. [TlMMER.MANS.] 

Blaze s. m. Nom propre; du 
fr. blason. 

Blé # s.m. Argent (monnaie). AU. 
Blech, fer-blanc. [Timmermans.] 

Bléchart = Bléche a. Laid, 
médiocre, mauvais. Devenir blé^ 
ckard, devenir vieux, dépérir. — 
Faire blèche, rater une chose, faire 
coup nul. (Pour blanc, pâle, en ail. 

bleich. [TlMMERM.\NS.] 

Bleu s.m. et a. O II LConscrit, 

recrue. || 2. Du petit bleu, vin du 

broc. Il 3. Ccst bleu ! fen suis bleu, 

c'est étonnant! J'en suis étonné. 

Il 4. Colère bleue, grande colère, 

(le visage en devient bleu). 

I 5. Passer au bleu, disparaître. 

I 6. On en a vu des bleues, des 

grises, de foutes les couleurs, on a 

eu des difficultés. 

Bleuet s.m. Billet de banque 
(il est imprimé en bleu). 

Blindé O a. Il 1. Etre en garde 
contre une chose. = Cuirassé. « Je 
ne crains rien, je suis blindé. » || 2, 
Etre gris. « Cquil en a une cuite, 
il est blindé. » 

Blindocher (se)0 v.pr. Se griser 
légèrement. 

Bloc s.m. Il 1. Prison, salle de 
police; du vx fr. blocus, donjon. 



P^ 



BLOCKAUS. 



— 39 — 



BOCOTTER. 



• Il 2. Mont-de-piété. « Tai mis 
ma toquante au bloc pour payer 
rproprio. » || 3. Achat en solde, en 
bloc. « Faire un bloc, » 

Blockaus O s. m. Shako (ancien 
modèle), chapeau haut de forme. 
Syn. de couvert, de Tall. Block- 
haus y guérite construite avec 
des poutres, d'où blocus. [Timmer- 

MANS.] 

Blond s. m. Beau blond, le soleil. 
— O Se dit pariro. d'un homme 
qui n'est ni beau ni blond. [Lar- 

CHEY.] 

Blonde O s.f. Un bock de bière 

blonde, par opposition à la bière 

brune. « Garçon ! une blonde ! » 

Il 2. © Maîtresse (amante). || 3. 

Bouteille de vin blanc. 

Bloquer 0v.a. et n. |{ 1. Mettre en 
prison, consigner. || 2. Abandon- 
ner, vendre. || 3. (lyp.) Mettre une 
lettre sens dessus' dessous à la 
place de celle qui manque. 

Bloquette(enf.) s.f. Jeu de billes. 
« Jouer à la bloquette. » 

Bloqair# v.a. Vendre ou acheter, 
solder. := Abloquir, 

Bloquissenr 9 s. m. Soldeur, 
acheteur ou vendeur. 

Blot©s.m. Il l.Prix. [| 2, Ça fait 
mon blot, ça me convient. || 3. 
AfiFaire, part. « Une chose qui fail 
nib dans mes blois, c'est une chose 
qui ne fait rien dans mes attri- 
butions, qui ne fait pas mon 
affaire ». [J. Richepin.] 

Bloum s.m. Chapeau haut de 
forme. 

Bluster O O- v. a. Secouer, tour- 
menter. 

Bob 9 s.m. =:Boepne s.f. Montre. 
Allus. à la bobine. [Timmkrmans]. 

Bobe s.f. voy. Bobéchon. 

Bobèche # s.f !^ Bobèche à tronches, 
bobèche à fleurs, voy. Anglaise. 

Bobéchon s.m. Tôle. Se monter 
le bobéchon, se monter la tête, 



s'illusionner. Var. de bobine^ 
bobe, par j.d.m. sur bobèche. 

[TlMMKRMANSj 

Bobelins s. m. pi. Bottes. bot<r 
tines. 

Bobinasse s.f. T(Me. 

Bobine O s* 1- Tùie. « // n'a plus de 
fil sur la bobine >s « il n'a plus de 
cheveux sur la tète ». 

Bobinot0 s.m. La tète. 

Bobo (enf.) s.m. || 1. Mal. « J'ai bobe 
à la tète. » — Il n'y a pas de bobo^ 
cela ne fait rien, il n'y a pas de 
mal. En gr. ^j^tîiv, tumeur. [Tm* 

MERMANS.J 

Bobonne O s.f. Mot d'amitié d'un 
mari à sa femme. — Mot enfantia 
pour désigner la bonne. 

Bobosse s. Bossu, bossue. 

Boc = Bocard O i^* IM • maison 
publique. || 2. Café ; de bock v« 
c. m. 

Bocal s.m. Estomac. » Se rem- 
plir le bocal, se rincer le bocal. « 
9 Camelote en bocal, marchandise 
en vitrine. 

Bocard voy. Boc. 

Boche s.m. Allemand. — Tête de 
boche, entêté. 

Bock O s.m. Verre de bière. Ver» 
1840, deux brasseurs de Munich 
avaient le monopole de la fabri- 
cation de la bière forte ; l'un d'eux 
donna à sa brasserie le nom 
de Salvator (sauveur); l'autre, lit 
peindre sur son enseigne un bu- 
veur lerrassé par un bouc, en ail. 
Bock. Ce mot, après avoir désigné 
le contenu, désigna ensuite le 
contenant, il se trouve dans le 
supp. du Dict. de Littré avec 
cette désignation : «Contenu d'un 
grand verre ». Aujourd'hui le bock 
est un verre très épais avec une 
anse. 

Bocker O v.n. Boire de la bière, 
m. à m., boire des bocks. 

Bocotter v.n. Grogner. 



BOCSON. 



— 40 — 



BOMBÉ. 



^ocson s.m. Maison publique. 

Boes (B) s.m. Bois. 

Bœaf0s. m. Ouvrier tailleur. — 
Cest bœuf, c'est chic. (St-Cyr.^ — 
Etre le ôcpm/", travailler pour rien. 

— Se mettre dans le bœuf, se 
' mettre dans la misère. — Avoir 

son bœuf^ être en colère. — Cest 
bœuf^ c'est énorme. — Mettre un 
bcBuf^ une forte carte au jeu de la 

* manille parlée. « Mettez un bœuf». 

Boffette 0s.f. Souftlet. Ang. buf- 
fet, coup. 

Bogr • s. m. = Bogue s.f. Montre. 
Bogue d'Oiicnt, bogue en jonc, 
montre en or. Bogue en plâtre, 
montre en argent. 

Bogniste # s.m. Horloger; du 
skt. banga, frapper. I. horloge 
marque les heures par des coups 

. de marteau. 

Bohème (la) 0.n« pr. Ensemble de 
personnes gaies et insouciantes 

Sui vivent au jour le jour : « La 
ohème n'a rien et vit de ce 
Qu'elle a. La Bohème, c'est le stage 
de la vie artistique, c'est la pré- 

• face de l'Académie, de l'Hôtel-Dieu 
ou de la Morgue ». [Murger.] 

Bohème O s.m. Celui qui mène la 
vie de bohème, 

Boilean @ s.m. Soulier percé (ca- 
lembour). 

Boire v.a (thé.) Boire du lait, être 
heureux d'un succès remporté. — 
(Thé.) Boire une goutte, (^tre siftlé. 
Boire de l'encre, arriver |)our 
boire quand tout le monde a flni. 

— Boire à la grande tasse, se 
noyer. O Boire un bouillon, subir 
uncpcrle.— (Obsc.)« Femme <7Mi 
boit à même la bouteille ». 

Bois O s.m. Etre dans ses bois, ôtrc 
dans ses meubles. — Etre du bois 
dont on fait des flûtes, être ac- 
commodant, de bonne composi- 
tion. — « On n*est pas de f^ois », 
la nature réclame ses droits. — 



# les bois durs, repris de jus- 
tice. — Bois pourri, amadou. — 

— Bois tortu, vigne. — (Typ.) Bois 
de fond, de tête, de marge, de 
gai*niture, bois dont on garnit la 
forme. 

Boisé a. = Avoir des cornes, 
être cocu. 

Boisseau s.m. || 1. Shako. — 
Chapeau haut de forme. || 2. Litre 
de vin. 

Boitard 9 s. m. Le Temps; pour 
boiteux, il est irrégulier. 

Boite O s.f. Il 1. Maison mal tenue. 
Il 2. La boite, désigne le théâtre 
pour l'artiste, l'ateiier pour l'ou- 
vrier, le collèce pour l'écolier, le 
bureau pour l'employé, le chez- 
soi pour tout le monde, etc. « Etre 
de la boite iK — (Typ.) Faire sa 
boite, distribuer lès caractères 

dans la casse. — O ^^^l^ <* ^^^' 
fies, chapeau. — Boite aux dé- 
gelés,\a. Morgtie. — Boîte aux do- 
minos, cercueil. — Boites au lait, 
mamelles. — Boite au sel, crâne. 

— Boitis à violon, souliers. — 
Fermer sa boite, se taire. « Allons, 
silence, ferme ta boite, — (Mil.) 
Coucher à la boite, coucher à la 
salle de police. — # Boite à ou- 
vrage, l'endroit où l'on introduit 
le spéculum. — Boite à viande, 
cercueil. — Boite à Pandore, boite 
qui renferme de la cire pour 
prendre les empreintes des ser- 
rures. — Boite à pantes, lupanar. 

— Boite à aiguës, gilet. 
Boiter 9 v.n. Boiter des châsses, 

être borgne ou loucher. 

Boldnc O s-m. Ruban rose en co- 
ton, qui sert à faire des paquets. 

Bolivar O s. m. Chapeau évasé, 
(1820). 

Bombe O s.f. Entremets glacé. — 
(Mil.) Partir en bombe, aller en 
partie de plaisir, faire la fête. 

Bombe O s.m. Bossu. 



BON. 



41 — 



BONNETEUR. 



Bon (V)s*fn. # Bon, victime dési- 
gnée pour un vol. — Avoir bon, 
prendre en flagrant délit. — Etre 
le boTif arrêté, accusé et coupable. 
— O (Typ.) Bon à tirer, mots in- 
diquant que tout est bien, qu'on 
peut tirer. — Mon bon^ terme 
d'amitié. — Nous sommes des bons, 
=2 H y a du bon, ça va bien, 
nous sommes sauvés. 

Bonbon s. m. Bonbon à liqueur 
ou fondant, écrouelle. 

Bonbonnière O s.f. |[ 1. La nature 
de la femme. || 2. Jolie petite mai- 
son. 

Bonde 9 r= Bande v.c.m. — Les 
bondes, maisons centrales. 

Bondé O »• " C* était bondé,>^ rempli, 
(plein comme un tonneau jusqu'à 
)a « bonde. ») 

Bon-Dieu 0s.m. (mil.) Poignard, 
sabre (la lame et la poignée for- 
ment une croix). — // n'y a pas 
de bon Dieu, il le faut. 

Bondieusard s.m. || 1. Dévot. 
Il 2. Fabricant d'objets de piété, 
chasublier. 

Bondieuserie s.f. Articles de 
piété. 

Bonhomme O s.m. Se mettre dans 
la peau du bonhomme, être bien le 
personnage qu'on veut représen- 
ter. — Creuser son bonhomme, in- 
terroger q.q., robser>'er, Tétudier 
pour savoir ce qu'il vaut ou ce 
qu'il pense. — Se secouei' le bon- 
homme, onanisme. 

Boniment Q s-"^* Discours, an- 
nonce verbale dun spectacle, ra- 
contars. De bonir, parler. 

Bonimenter O v. Expliquer, ra- 
conter. 

Boniqne 9 s.m. Vieillard. 

Bonir # v.a. et n. Dire, parler, 
raconter. — Bonir au ratichon, se 
confesser. 

Boniasenr 9 s.m. Péroreur, celui 
qui faille boniment à la porte pour 



annoncer une vente, un spectacle. 
— Bonisseur de la batte, témoin à 
décharge. 

Bonjean (O.) O s. m. Cocu. 

Bonjour s.m. Faire son bonjour (O.) 
Communier. — Dire bonjour à 
sa moitié, acte charnel ;=l>onn«r 
r aubade. — % Voleur au bon jour ; 
= BonjourÛT, voleur oui s'intro- 
duit le matin dans les hôtels 
garnis pour opérer. 

Bonne O S'f • Prendre une chos" A la 
bonne, l'accepter avec plaisir. 
Avoir quelqu'un à la bonne, se dit 
de q.q. qui plaît. 

Bonnet Q ©s.m. [j l.Jcu de bon^ 
neteau (v.c.m.) qui consiste à faire 
passer la carte de dessus à la place 
de celle de dessous. || 2. Ligue sc- 
crMe enlre plusieurs ouvriers d'un 
atelier. || 3. Bonnet Sévéquc ou 
As de pique, croupion d'une vo- 
laille, serviette pliée affoclant la 
forme d'un bonnet d'évéquc. || 
4. Bonnet de coton, bonnetier. — 
Bourgeois arriéré, aux idées 
étroites. || 5. Bonnet de nuit, per- 
sonne triste et morose. 

Bonneteau = Bonnet O s**"* 
Jeu de bonneteau, sorte de jeu de 
cartes, qui n'est le plus souvent 
(|u'un tour de passe-passe où le 
joueur est dupé par le banquier 
ou bonneteur. Celui-ci opère gé- 
néralement dans la banlieue de 
Paris et dans les trains qui re- 
viennent des courses. Le bonne- 
teur a trois cartes loilées, trois as 
par exemple ; il les fait passer 
avec dextérité les unes sur les 
autres. Le joueur doit désigner où 
se trouve 1 as de trèfle. (Il y a tou- 
jours un compère qui connaît l'as 
de trèfle, fait un pari et gagne). 
Voy. Consolation, 

Bonneteur p s*i"* Joueur de ton- 
neteau, qui opère principalement 
dans les trains de courses ; (il est 



BONNETON. 



— 42 — 



BOUCnE-TROU. 



généralement doublé d'un soute- 
neur). 

BoDneton O s. m. Bonnetier. 

Bonnichon s.m. Chapeau de 
femme; du fr. bonnet. 

Bono adv. Bon, bien. 

Bonze Q s.m. Personnage qui pon- 
tifie v.c.m. Le bonze estunprélre 
chinois. 

Bookmaker O (sport) s.m. Indi- 
vidu qui tient les paris aux 
courses. Ang. book, livre, et to 
make, faire, d'où maker, faiseur. 

Boquabelle % s.f. Bouche. 

Borde s.f. Maison de campagne. 

Bordée s.f. Etre en hord/.e, tirer 
une bordéCy s*amuscr,fairc la noco. 

Borgne (le) s. m. || i. L'anus. 
Il 2. As. Le borgne dans V herbe à 
la vache, Tas de trèfle. 

Borepner v.a. Hogarder. 

Bosch = Boche s.m. Allemand. 

Boscot s.m. Boscote s.f. Bossu, 
bossue. 

Bosse O s.f. Se flanquei\ se fiche 
une bosse, s'enivrer, manger beau- 
coup, prendre avec excès. — 5»V 
fiche une bosse de rire, rire beau- 
coup. — Rouler sa bosse, aller de 
tous les côtés, changer de place. 
— Tomber sur la bosse ou sur le 
poil, ballre q.a. 

Bosselard (écoi.) s.m. Chapeau 
haut de forme. 

Bosseler (se) O v.pr. Se bosseler 
le tube, se friser les cheveux. 

BoBsmar s.m. Bossu. 

Bossus (thé.) m. pi. Il y a des bos- 
sus, on va siffler. 

Botte O s.f. Proposer la botte, ce 
qu'on appelait au xviu" siècle la 
chosetie. 

Bottes s.f. pi. A propos débottés, 
à propos de rien. — Graisser les 
bottes, donner le viatique in extre- 
mis. — Graisseï' ses bottes, se pré- 
parer à partir. — Des bottes, des 
quantités. 



Botter v.a. Ça me botte, cela me 
va, cela me convient. — Botter le 
cul, donner des coups de pied au 
derrière. 

Bottoche 9 s.m. Fusil. 

Bouant0s.m. Cochon (il se vautre 
dans la u boue ». 

Boubane 9 s.f. Perruque. 

Boabouilie0 s.f. Mauvaise cuisine. 

Bonc s.m. Homme lubrique. 

Boncan = Boasin Q s.m. Bruit, 
vacarme. — Faire du boucan, faire 
un scandale bruyant; du latin 
bucciiius et du grec Huxavr,, trom- 
pette. Kn provençal, bousin, m. s. 

Boucanade 9 s.f. Corruption d'un 
juge ou d'un témoin. — Coquer la 
boucanade, corrompre. 

Boucaner v.a. et n. || I. Puer» 
m. à m. sentir le bouc. || 2. Cor- 
rompre ; J.d.m. sur boucaner, fu- 
mer; bokkintj en holl. veut dire 
hareng saur. [Tlmmermans.] 

Boncanenr s.m. Vaurien, 
homme qui fréquente les mau- 
vais lieux. 

Boucaniëre s.f. Femme dé- 
bauchée. 

Boucard 9 s.m. Bouliaue. 

Boucardier 9 s.m. Voleur qui 
dévalise les boutiques. — Boucar- 
dier (jambilleur, colporteur. 

Bouche O s.f. A bouche que veux- 
tu, en abondance. — Avoir la 
bouche en cœur, parler avec affec- 
tation, préciosité. 

Bouche-rœil s.m. Pièce de 
monnaie. 

Boucher s.m. Chirurgien. 

Boucher Q v.a. et n. Boucher un 
trou, donner un acompte sur une 
dette. — Etre bouché, avoir l'esprit 
borné. Boucher un coin à q.q»y 
le faire taire brusquement et 
quelquefois le battre, mettre à la 
raison. 

Bouche-trou s.m. i. Q Personne 
ou chose qui n'est utile que lors- 




BOUCHON. 



— 43 — 



BOUGRE. 



qu'il s*agit de remplir une lacune. 
2. (The.) Artiste qui joue les 
bouts de rôle. 
Bonchon s. m. || 1. = Pouchon 
= Pochon. Bourse, poche. || 
2. Bouteille de vin cachetée. 
(J. RiCHEPiN.) Il 3. Dix ans de 
prison. || 4. Bouchon de carafe, 
diamant faux de dimension 
exagérée. 

C'est ainsi que Sarah Berubard 
Comme Ton a des Saint-Bernard, 
Des éléphants ou des girafes, 
A trois lionceaux familiers. 
Dont un seul coûte des miliers 
(Prix fort) do bouchon» de carafe». 

(E. Bebgerat.) 

Bouchonner (O) v.a. Bourrer. 
Donner des coups de poing (arg. 
des cochers). 

Boaclag-e 9 s.m. I 1. Arrestation. 
[1 2. Fermeture. | 3. Menottes, 
liens. 

Boucle s.f. Se serrer la boucle, 
se priver de manger; = se serrer 
le ventre. 

Boucler v.a. || 1. Fermer, pour 
bâcler, fermer une porte avec un 
bâton ; en prov. baclar fermer, du 
lai. baculus, bâton. — Boucler ses 

■ miretles, fermer les yeux. |) 2. 
Enfermer, emprisonner. « Le 
grand Charles a été bouclé par la 
rousse. » || 3. Boucler sa bavarde, 
se taire. 

Bouclette # s.f. Serrure. 

Boucon (O) # s.m. Poison. Le bou- 
con du Lombard (O), 1556). 

Bouder v.a et n. Bouder à la 
besogne, travailler sans goût, sans 
courage. — Bouder sur le mastic, 
n'avoir pas faim, manger difficile- 
ment; de mastication, mâcher. 

Boudin s.m. !| 1. Verrou (il est 
souvent rond comme un boudin). 
Il 2. Les boudins, les doigts gros 
et ronds. || 3. Estomac. Se remplir 
le boudin, manger. { | 4. Faire du 
boudin^ verser le sang. | 



Boudinage s.m. Réveillon où 
Ton mange du boudin. 

Boudiné O s.m. = Gommeuz. 
Jeune élégant ridicule. 

Boudiner (art.) v.n. Dessiner les 
objets ou les membres en leur 
donnant la forme d'un boudin 
rond et uni. 

Boue s.m. Trou. 

Boueux s.m. || 1. Celui qui ra- 
masse les ordures sur la voie 
publique. || 2. (Typ.) Caractère 
d'imprimerie qui ne vient pas 
nettement. 

BouiTard s.m. Fumeur. 

Bouffarde Q s.f. Pipe (en fumant 
on envoie des bouffées de fumée). 

Bouffarder v.n. Fumer la pipe. 

Bouffardiëre s.f. || 1.0 Fumoir. 
Il 2. # Cheminée. 

Bouffe-la-balle s.m. Homme 
bouffi, goinfre. 

Bouffer v.a. et v.n. manger. = 
Bâfrer, manger goulûment. — 
Bouffer la botte, bouffer son carme, 
manger son argent. — Bouffei' le 
chat •=. Paire minetle (obsc). — 
Se bouffer le nez, se mordre le 
nez, dans une rixe, et par ext., 
se battre . — Bouffer de la botte 
(mil.), faire de la prison. 

Bouffeter v.n. Bavarder. 

Bouffeur s.m. Mangeur. 

Bougette s.f. Poche. 
.... SCS bougettes pleines d'argent. 

[Rabklais]. 

Bougie0s.f. Il 1. Canne. || 2. Pièce 
de cinq francs en argent (elle 
éclaire). 

Bougon = Bougonneur O s-"^- 
Grognon ; du vx mol bouquer, 
gronder. (Larchey.) 

Bougre s.m. || 1. Epithète popu- 
laire. Bon ou mauvais bougre, bon 
ou mauvais garçon. — Bougre à 
poils, homme solide et énergique. 
Il 2. Jurement. « Ah bougre! fui 
perdu 1 » Du vx fr. boulgre, albi- 



BOUGBEMENT. 



— 44 — 



BOULOT. 



geois. M Frère Jacques, inquisiteur 
des boulgres de la province de 
France ». (Ducange.) || 3. Pédé- 
raste. 

Bougrement adv. Beaucoup, 
très. « Il est bougrement fort. » 

Bouif a. et s.m. || I. Faiseur 
d'embarras. |{ 2. Mauvais ouvrier, 
=1 savetier, . 

Bouillabaisse O s-^- Mélanjçe 
hétéroclite; du m. fr. soupe faite 
avec différents poissons. 

Bouillon s.m. Bouillon aveugle, 
bouillon sans yeux qui manque de 
graisse. — Bouillon de canard^ 
eau. — Boire un bouillon, perdre 

. de Targent dans une affaire. — 

. liouillon pointu, lavement. — 

. Bouillon qui chauffe, pluie mena- 
çante, lorsque le soleil luit sur un 

• fiel nuageux. — Bouillons (pi.), 
les articles qui restent en maga- 
sin, les journaux, les livres de- 
venus invendables. — Bouillon 
gras, vitriol ; du nom de la femme 
(■ras, qui jeta du vitriol au visage 
de son amant. 

Bouis s.m. Fouet. 

Bouis-bouis 9 s.m. || 1. Marion- 
nette. Il 2. Ca6ou/o(, établissement 
infime. 

Boulange s.f. || i. Boulangerie. 
Il 2. 9 Boulange aux faffes, la ' 
Banque de France. 

Boulanger 9 s.m. ;| 1 . Le diable, ; 
(il fait cuire les âmes). || 2. Char- ; 
bon nier, par iro. || O 3. Remercier 
$on boulanger, mourir. 

Boulangisme O s*"^- Opinion fa- 
vorable à la politique au général 
Boulanger (1887-88). 

Boulangittte O s*^* Partisan du 
boulangisme (iSSl-m) , 

Boule s.f. Il i. Fête foraine. || 2. 
Télé. // a perdu la boule, il est 
fou. — Boule de son, figure ayant 
des taches de rousseur. — Boule 
de neige, un nègre, par opposition. 



' Il 3. Chien bouledogue (abrév.). 

— Avoir les yeux en boules de loto^ 
avoir de gros yeux proéminents. 
— Boule jaune, potiron, citrouille. 

— Boule de son {mû.) pain de mu- 
nition. 

Bouleau s.m. Travail. 

Boulendos s.m. Bossu. 

Bouler 0v.a. Pousser, rouler. — 
Envoyer bouler, refuser, envoyer 
promener, renvoyer. — Bouler 
quelqu'un, le battre. 

Boulet O s.m. Traîner son boulet, 
traîner après soi q.q. ou q.q.c. qui 
vous est à charge, qui est lourd à 
supporter. — © Boulet à côtes ou 
à quaie, melon. 

Boulette QsA, Faire des boulettes, 
faire des bêtises, des erreurs, fai 
fait une boulette, j'ai eu tort de 
faire cela ; cette phrase implique 
un regret. 

Boulevardier O ^•^* Habitué du 
boulevard. — Esprit boulevardiei-, 
Tesprit parisien du boulevard. 

Boulevardiëre O s.f. Femme ga- 
lante qui fréquente les boulevards. 

Boulin 9 s.m. Trou fait à la bou- 
Unnire, v.c.m. 

Bouline 9 s.f. Collecte entre fi- 
lous. 

Bouliner 9 v.a. ||1. Percer un 
trou. Il 2. Voler en se servant de 
lu houlinoire comme instrument 
d'effraction. M 3. Déchirer. || 4. 
Blanchir. 

Boulingu^i* v.a. jM. Diriger, 
conduire. || 2. 9 Déchirer. 

Boulinoire 9 s.f. Vilebrequin. 

BourMich' O "• pr. Boulevard 
Saint-Michel. 

Boulon 9 s.m. Vol au boulon, vol 
exécuté avec un crochet par le 
trou du boulon à la devanture 
d'un magasin. 

Boulonner v.n Travailler. 

Boulot s.m.. Boulotte s.f. O Per- 
sonne petite et grosse, m.à.m., 



BOULOTTAGE. — 45 — 



BOURBIER. 



ronde comme une boule. « Une 
petite boulotte. » — Pain boulot, 

Eain rond presque comme une 
ouïe. 

Boalottage Q s.m. Nourriture, re- 
pas, banquet. « Un boulottage épa- 
tant, » — houlottage dec,„ (obsc). 

Boalotter O v.a. et v.n. manger. 
Ça boulotte^ ça va à peu près, 
assez bien. — Boulotter le chat, 
(obsc). 

Boum ! O (int.) Cri par lequel le 
garçon annonce au consomma- 
teur qu'il s'apprôte à le senir. 
« Garçon, un bock! — /Joum/ voilà, 
monsieur. » 

Boaquets (typ.) s.m.pl. Venir par 
bouquets, marquer plus dans cer- 
tains endroits que dans les autres. 
— Voilà le bouquet ! le dénoue- 
ment, bon ou mauvais. 

Bonquine O s*^* Barbe sous le 
menton comme les poils d'un 
bouc. 

Bourbe (la) n.pr. Hôpital de la 
Maternité. 

Bourbeux s. m. Paysan. 

Bourbillon80(<^col.) s.m.pl. Duvet 
qui s'attache à la plume et qui 
empêche de former les lettres. 

Bourbon s.m. Mez bourbon, nez 
dont la forme est particulière à la 
famille des Bourbons. 

Bonrdeau s.m. Bordel ; on di- 
sait aussi bordeau ou boi^dcaux. 

Par force en nos mations violèrent nos filles. 
D'où naquit le bourdeau^ qui s'oslevant debout, 
A l'instant comme un Dieu, s'estendit tout par- 

[tout. 

(H. RÉtsNiKR, Sat.\t). 

Bourdons.m. |[ i.9 Fille publique. 
Il 2. (typ.). Ligne ou mot ouolié 
par le compositeur. 

Bourdonniste (typ.) s.m. Compo- 
siteur qui faitdes bourdons, v.c.m. 

Bourgeois s.m. Homme par- 
venu, égoïste content de lui- 



môme, arrogant avec les faible% 
avec cela poltron ; rétrograde. 

Croutelevés et marmiteux 

De NeverSf de Chartre ou deTulle, 

Spatalocinèdes piteux, 

CouveKs de gale et de pustule, 

Ce bimrgeoisqiù récapitule 

— Etant ladre, mais folichon, -.• 

Le quantum de votre sportule. 

C'est de la viande de cochon. 

[LAURBirr Taii.hadb] 

Bourgeoise s.f . La bourgeoise^ 
la patronne d'une maison. I/époux 
appelle sa femme la bourgeoise, 

Bourgeron s.m. Petit verre 
d'eau -de-vie. 

Bourguignon (le) 9 n.pr. Le so- 
leil. 

Bourlingue s.f. Etre dans la 
bourlingue, dans une position 
gênée, précaire. 

Bourlinguer v.a et n. Vivre 
péniblement. 

Bourlingueur s.m. Qui a de la 
peine à vivre. 

Bourrache s.f. 9 Cour d'assises. 
Marguillei' de bowrache, juré. 
De la bourrache, ennuyeux. Faire 
de la bourrache, se mettre en co- 
lère (m. à m. être bourru). 

Bourrasque s.f. La rafle de po- 
lice. 

Bourre-coquins s.m.pl. Hari- 
cots. 

Bourre-de-soie s.f. Femme 
richement entretenue. 

Bourrée © s f . Coups de poing. 

Bourreur (typ.) s.m. Bourreur de 
lignes, compositeur qui complète 
un texte à la dernière heure. — 
Le bourreur de pègres, le code 
pénal. 

Bourriche s.f. |j 1. Niais. — 
Femme riche et niaise. || 2. Tôte. 

Bourrichon s.m. Tète. Se mon- 
ter le bowrichon, s'illusionner, se 
monter la tôle. 

Bourricot voy. Kif-kif . 

Beurrier 0*^ s.m. Fumier, tai 



BOURRIQUE. 



— 46 — 



BRADER. 



d'ordures. — Baquet à ordures. 

Bourrique # s.r. Dénonciateur, 
agent de police. — Faire tourner 
en bourrique, ahurir, étourdir, 
stupéfier, abrutir. 

Bourriqner #v.a. || 1. Dénoncer. 
Il 2. Coïter (obsc). 

Bourser (se) © v.pr. Se coucher. 

Boursicoter O v.n. Jouer à la 
Bourse. 

Boursicoteur = BoursicotierQ 
s.m. Celui qui joue à la Bourse. 

Boursier Q s.m. Celui qui tra- 
vaille à la Bourse. 

Bouscaille 9 s.f. Boue. 

Bouscaiilenr 9 s.m. Qui ramasse 
la boue, les ordures sur la voie 
publique, balayeur. 

Bouse s.f. Bouse de vache, plat 
d'épinards. 

Bousiller v.n. Travailler vite et 
mal. 

Bousilleur s.m. Gaspilleur, 
mauvais ouvrier. 

Bousin s.m. Il 1. Il Boucan, va- 
carme, bruit. Il 2. Lupanar. 

Bousiner v.n. Faire du bruit, 
du vacarme, du scandale. 

Bonsineur s.m. Tapageur. 

Bousingot0 s.m. || 1 .voy. Boiisi- 
ncur. ||2. Cabaret de bas étage. 

Boussole s.f. T^te, cerveau. 
Perdre lahoussole, perdre le Nord 
ou la tramontane, devenir fou. 

Boustifaiile O s.f. Nourriture. 
Ce qu'il faut pour la u bouche ». 

[TiMMERMANS.] 

BoQStifailler v.n. MangCF. 
Bout s.m. Bout-coupé, Israélite 

(allusion à la circoncision). — 

Bout de cul, petit individu. — Be- 

cevoir son bout (arg. des tailleurs), 

recevoir son congé. 
Bontanche = Boutange # s.f. 

Boutique. Courtaud de boutanche, 

employé de magasin. 
Bouteille s.f. (Mar.) Latrines. 

(Larchey.)— o Avoir de la bon- 



teille, se dit d'une chose promise 
qui ne se fait jamais. — Avoir un 
coupd^ bouteille, Hre un peu gris. 
Bottterne s.f. La bouterne est 
une boite vitrée où sont exposés, 
aux foires de villages, les bijoux 
destinésauxjoucurs que la chance 
favorise. Le jeu se fait au moyen 
de huit dés pipés. Il est tenu par 
une boutemièi'e, qui est le plus 
souvent une femme de voleur ». 

(VlDOCQ.) 

Bouternier s.m. Voy. Bou- 
terne. 

Boutique s.f. Il i. Maison mal 
tenue, mal achalandée, (c En 
voilà un bazar, quelle boutique! » 
Il 2. Etui que les bouchers s'atta- 
chent au côté pour mettre les 
outils II Z.Etre de la boutique = 
Etre du bâtiment, v.c.m. || ï. Al- 
lons, il faut fermer boutique, il 
faut cesser et s'en aller. || 5. Mon- 
trer sa boutique, se dit lorsqu'une 
femme tomoe et qu'on aperçoit 
ce qui ne se montre pas ordinai- 
rement, (pro pudor). 

Boutoge voy. Boutanche. 

Bouton O s.m. Chatouiller le bou- 
ton (obsc). — Bouton depieu, pu- 
naise, (Uigald) allus. de forme. 

Boutonnière O s.f. Petite bles- 
sure qui fait une ouverture à la 
peau comme une boutonnière. 

Boutord 9 s.m. Tabac à chiquer. 
(M.à.m. Bout tordu.) 

Box O s.m. Mot ang. qui signilie 
slalle d'écurie. 

Boxon s.m. Lupanar. 

Boye 9 s.m. Gardien. Vx mot * 
qui désignaitle bourreau du bagne. 
(En ital. boja, bourreau, littérale- 
ment: serviteur, sergent ; en holl. 
bode, domestique.) [Timmermans.] 

Brac 9 s.m. Nom propre. 

Brader v.a. Vendre de vieilles 
choses au rabais. A Lille, le se- 
cond lundi de la foire, (en sep- 



BRAILLARDE. 



— 47 — 



BRICOLE. 



tembre) est le jour de la braderie^ 
chacun vend sur le trottoir les 
vieux objets dont il veut se débar- 
rasser. Cette vieille coutume 
donne ce jour-là un aspect très 
pittoresque à la ville. (Ang. io bar- 
ter, troquer.) 

Braillarde 9 s.f. Caleçon. Du vx 
mol braieSj culottes. 

Braire © v.n. Pleurer. 

Braise s.f. Argent, monnaie. 
L'or est couleur de braise incan- 
descente. 

Braiser© v. n. Payer. 

Braiseur s. m. Homme prodi- 
gue. 

Brancard s.m. Fille publique 
(vieille). — Bras ; « Je me con- 
nais en brancards de dames, c'est 
pas ça du tout. » [Macê, Mon pre- 
mier aHme.] — Serrer le brancard, 
serrer la main ; (comparaison du 
bras avec un brancard). — Bran- 
card de laine, membre paralysé. 

Branche Q s.f. Ma vieille branche, 
mon vieux camarade, mon vieil 
ami. 

Brancher V. a. et v.n.0 Accrocher. 
(O) # Pendre. 

Brandillante = Brandilleuse 
s.f. Cloche, sonnette. 

Branlante© s.f. Pendule. Cloche. 

Branlezinc 9 s.m. Carillon. 

Branqae © s.m. Ane. S.pr. etfig., 
imbécile. 

Braqnemart © s.m. Membre 
viril. 

Bras 9 a. Grand. — Avoir le bras 
long, être tout-puissant, influent. 

Brasser 9 v.a. Falsifier. Brasser 
des faffes, faire de faux papiers. 

Brasset % a. Gros. 

Brave (O) © s.m. Faire le brave, 
menacer. 

BréchetQs.m. Estomac, «De pe- 
tites brassières qui ne leu venont 
pas jusqu'au brichet, » [Molière, 
Le festin de Pierre]. # Bréchet 



mouche, mauvais estomac. — 
Avoir le bréchet dans les gadins, 
avoir faim, m. à m. avoir Tes- 
lomac dans les talons. — En ail. 
brechen, rompre. 

Bréchetelles O s. m. pi. Espèce de 
gâteau sec et cassant qu'on mange 
dans les brasseries. AH. Bretzel, 
de brechen, casser. 

Bredoche © s.f. Centime. 

Bredoaille O s.f. Etre bredouille, 
rentrer bredouille, rentrer de la 
chasse sans avoir rien tué, avoir 
manqué une affaire, ne pas 
avoir réussi dans ce qu'on cher- 
chait. De bei^douilles, intestins : 
ennuyé, em... [Timmkrmans]. 

Bréguilles 9 s.f. pi. Pierreries, 
joyaux. Corr. de broquiUe, v. 
cm. (2). 

Breloque © s.f. Pendule. — Battre 
la breloque, avoir le cerveau dé- 
traqué comme une vieille pen- 
dule. 

Brème # s.f. Carte. Maquiller les 
brèmes, jouer aux cartes. — Brème 
de paquelin, carte géographique. 
— Etre en brème = Etre en carte, 
être inscrite à la préfecture et 
avoir une carte de prostitution. 

Brèmer 9 v. Jouer aux cartes. 

Brémeur s.m. Joueur de cartes. 

Brémier 9 s.m. Fabricant de 
caries. 

Bressant O n.pr. Coiffure Bres- 
san!. Genre de coiffure comme 
la portait Bressant, artiste du 
Théâtre-Français. 

Bribauder v.n. Vagabonder; ce 
mol se trouve avec ce sens dans 
le glossaire genevois de Jean 
Humbert. 

Bricabracologue Q s.m. Collec- 
tionneur de vieilles choses, ama- 
teur de bric-à-brac. 

Bricard © s.n. Escalier. 

Bricheton © s.m. Pain. 

Bricole © s.f. Petite chose, travail 



BRICOLER. 



— 48 — 



BRISEUR. 



mal payé. Cent de la bricole^ ça 
ne vaut' rien. Brin, branche, en 
ang. sprig, [TimmkrmansI. 

Bricoler v.a. et v.n. Travailler 
à des riens, à des bricoles, v.c.m. ; 
passer d'un travail à un autre, ne 
pas faire grand'chose de bon. 

BricoUer O © v.a. Sacriiier à 
Vénus. 

Bricoleur s.m. = Bricolier. 
Celui qui bricole, voy. bricoler, 

Bricule # s.m. Officier de paix, 
pour circule, mot déf. ; Tofticier 
de paix circule et fait circuler. 

Bride s.f. || 1.0 Chaîne de monire. 
Il 2 # xMenottes. || 3 • ChalQC de 
forçat. 

Brider 9 v.a. |Ji. Interdire, dé- 
fendre. Brider la lourde, interdire 
la porte. — Etre bridé à la clé, 
être en interdiction de séjour. 
Il 2. Ferrer un forçat. 

Bridoux 9 s.m. Fou. 

Briffe # s.f. Nourriture, pâture, 
mangeaille, subsistance, pain. Pas- 
ser à bnffe, aller manger. Var. de 
brouter. [Timmkrmans], ' 

N'imporU* où nous nous empâtons 
D'arlequins, d'briffe el d'rogalons. 

(J. KicHKiMN, C'A. des Gueux). 

Briffer v.n. Manger. Kngr. «^pC^, 
je mange. |Timmkrmans.] Lnfr. brif- 
fer, bouffer, manger avidement. 

Bris&dier s.m. || 1. Chef des 
garçons dans un grand établisse- 
ment public. Il 2. = 6ein(//'e, pre- 
mier garçon boulanger. 

Brigands s.m. pi. Cheveux; par 
j.d.ni. sur bringe, brosse. 

Brlga-nte # s.f. Perruque, voy. 
Brigands. 

Brig^eants s. m. pi. Voy. Bri- 

Brigaolet s.m. Pain. 
Brlllard # s.m. Pièce d'or, (elle 

brille). 
Brimade O s.f. Épreuve vcxatoire 

infligée aux nouveaux arrivés. 



dans une école ou au régiment. 
On brise les nouveaux arrivés 
comme on fait d'une chaussure 
neuve- qu'on veut accommoder à 
son pied. Ang. to break a horse, 
dresser un cheval. 

Brimard (B) % s.m. Bourreau, 
voy. brimade. 

Brimer O v.a. Infliger une brimade, 
v.c.m. 

BrimeorQ s.m. Celui qui inflige 
une brimade, ceux qui la font 
subir. 

Brindeziiigae0a. || Livre. « Il 
estenbrindezingue. Il est dans les 
brindeiingues ». Du vx mot brinde^ 
libation, et zing, en arg. comp- 
toir, « Boire sur le zing ». || 2. 
Voy. Bastringue (2). 

Bringue s.f. Une grande brin- 
gue, femme nonchalante et dé- 
gingandée ; du prov. bringo; 

Grande bringo^ dounas tous gardo. 

[X. FoUCADLT.] 

Mettre en bringues, mettre en 
morceaux: briser; de Tall. 6rc- 
chen, m. s. 

Brioche O voy. boulette, 

Briolet s.m\ Piquette, petit vin 
de Brie. [Larciiey.] 

Briquet O s.m. Voy. Battre (14). 

Bri8acqae0s.m. Vacarme à tout 
briser. 

Brisant # s.m. Vent. (Du fr. brise^ 
vent léger.) 

Briscard s.m. Vétéran, vieux 
troupier (il porte des brisqueSy 
v.c.m.); par ext., ancien, vieillard. 
Lai. priscus, ancien. 

Briser O v.a. || i.Sela bnser, s'en 
aller, s'enfuir. « Briser ou brûler 
la politesse. » || 2. (Typ.) Inter- 
rompre le travail. || 3.* # Escro- 
quer. 

Briseur # s.m. Celui (]ui achète 
de la marchandise et qui disparaît 
sans la paver, il se la brise, 

I 



BRISQUARD. 



— 49 — 



BROYER. 



Brisquard s.m. voy. Bnscard. 

Brisque s.f. || 1. (mil.) Galon, 

. chevron. Vieille brisque y vieux 
troupier. || 2. % Année. 

Brisure s.f. (typ.) Temps d'arrôt 
dans le travail. # Escroquerie. 
Voy. Briseur, 

Brobuante # s.f. Anneau, bague. 

Broc0 s.m. voy. bredoche. 

Brocante s.f. Brocantage, du 
vx.m. brocante, perche où Ton 
suspendait la marchandise. — 
9 Bague. 

Broche O s.f. Petite valeur com- 
. merciale. 

Broches s.f.pl. Dents. Broches 
rouillées^ dents gâtées. 

Brochet 9 s.m. Souteneur. Brochet 
à la mie de pain, jetine souteneur. 

Brocquans (V) s.m. pi. Bagues, 
ioyaux, bibelots, petits objets ; du 
bas lat. abrocator, qui désigne 
celui qui fait le commerce de ces 
objets. 

Brodage # s.m. Ecriture. 

Brodaucher # v.a. = Broder. 
Ecrire. — Brodancher la couenne, 

* tatouer. 

Brodancheur % s.m. Brodeur. 
Il 1. Ecrivain. || 2. Brodancheur à 
la plaque, aux macarons, à la cym- 
bale, notaire, huissier, à cause 
des panonceaux qui sont à la 
porte. Il 3. Tatoueur. 

Broder # || 1. voy. Brodancher \.r. 
Il 2. Exagérer. « Broder une his- 
toire. » 

Brodeur voy. Brodancheur # s.m. 

Brodeuse # s.f. jj 1. Pédéraste. 
Il 2. Plume pour écrire. 

Bronze (St-G.) s.m. Artilleur, ar- 
tillerie. 

Broquillage # s.m. Tromperie qui 
consiste à vendre du strass pour 
du diamant, du cuivre pour deVor. 

Broquille s.f. JM. # Minute. Deux 
plombes trente broquilles, deux 
heures trente minutes. || 2. Bague, 



boucle d'oreille. On trouve dans 
Villon Brocquans avec ce sens. 
Il 3. Ghose sans valeur. X en pas 
faire une broquille, ne rien faire ; 
du gr. ^pcLyiyç, petit. — Vol à la 
broquille voy. broquillage. 

Broqnilleur s.m. Voleur qui 
vole les bijoutiers en substituant 
le strass au diamant. [Golombey.] 

Brosse s.f. 0|| 1. voy. Zut. \\ 2. 
(Typ.) Imprimer à là brosse, im- 
primer sans presse. 

Brossée O s.f. Raclée, s.pr. et 
fig. Recevoir une brossée, perdre 
beaucoup de parties au jeu. 

Brosser Q v.a. Brosser quelqu'un^ 
le battre, s. pr. et fig. Brosser 
quelqu'un aux dominos, au jacquet ^ 
le gagner. — Se brosser le ventre, 
ne pas manger, et par cxt., se 
passer d'une chose, se bj'osser. 

Brouée s.f. || 1. Gorrection. || 
2. Fuite. « Tous mes grains ont 
pris la brouée ». (Vie de saint 
Christophe, Mystère de maître 
Ghevalet, Grenoble 1530.) 

Broner % v, a. Transporter, ce 
mot a fait le mot fr. brouette. 

Brouillard s.m. CAa^ser le brouil- 
lard, prendre un verre le matin. 
= Tuer le ver. — Etre dans les 
brouillards, être légt'^rement ivre. 
Faire du brouillard, fumer. 

Brouillotte s.f. # La nuit. 

Broussailles s.f.pl. Etre dans les 
bi'oussailles, être ivre. — Che- 
veux en broussailles, cheveux en 
désordre. 

Brouta (St- G.) s.m. Discours==Laïttô. 
Du nom d'un professeur excellent 
orateur. 

Brouter0v.a. || 1. Manger. || 2.Gro- 
gner. 

Broutiller O v.a. et n. Parler de 
choses sans importance, de vé- 
tilles. 

Broyer O v.a. Broyer du noirf 
être triste, chagrin, ennuyé. 

4 



BRUANT. 



— 50 — 



BUVEUR. 



Bmant (B) # s.m. Le tonnerre ; 
pour bruyant. 

Bruge # s.m. Serrurier. Du vxfr. 
bruger, frapper. 

Brngerie # s.f. Serrurerie. 

Bruit (O) © s.m. Renom, re- 
nommée. 

Brûlage s.m. Débâcle. 

Brûlant # s.m. Foyer, feu. [J. Ri- 

CHEPIN. I 

Brûlé ® a. Il 1. Usé. Je suis brûlé 
chez mon tailleur^ mon crédit est 
fermé. Il 2. Démasqué. « Le truc 
est découvert, il est brûlé, » 

Brûlée © s.f. Correction. 

Brûle-gueule s.m. Pipe si 
courte qu'elle brûle la bouche du 
fumeur. 

Brûler O >'•». En brûler une, fumer 
une pipe, une cigarette. — Brûler 
une voiture^ la aépasser avec une 
autre. — Brûler les planches /jouer 
la comédie avec verve, entrain. 
— Briller du sucre, lorsqu'on a dû 
subir un spectacle répugnant, été 
en contact avec un individu taré, 
on dit : brûlons du sucre, comme 
on ferait pour assainir un endroit 
infecté. — Brûler la politesse à 
quelqu*un, s'en aller saiis l'aver- 
tir. — Vous bntlez! vous appro- 
chez du but, vous y êtes presque. 
Ça brûle, vous êtes* sur le point de 
trouver. — % Brûler le pégnot, 
effacer la trace d'un vol. 

Brulotte # s.f. Lanterne. 

Brunette # s.f. La nuit. 

Brusslon (B) s.m. Maréchal. 

Brutal ("Vjs.m. Canon. Faire toussez- 
le brutal, tirer le canon. 

Bu a. Etre bu, être gris. « Xsuis 
bu, » 

Bûche s.f. Allumette. Bûche 
plombante j allumette qui sent 
mauvais. 

Bûcher 0v.n. Travailler avec cou- 



rage et acharnement. — Se 6m- 
cher, se battre. 

Bûcherie s.f. Lutte, rixe, ba- 
taille. 

Bûcheur s.m. Travailleur 
acharné. 

Budgétivore O s.m. Celui qui vit 
aux frais de l'Etat, sans rendre 
des senices suffisants : il grève le 
budget. 

Buenretiro O s.m. || 1. Maison de 
campagne || 2. Cabinet d'aisances. 
Motesp., bonne retraite. 

Buffet s.m. Corps humain, 
ventre. — Damer devant le buffet^, 
n'avoir rien à manger. — Rémou- 
leur de buffet, joueur d'orgue. 

Buif 0s.m. Cordonnier. 

Buquer # v.n. || 1. Voler dans 
une boutique en demandant de la 
monnaie. [Vidocq.] Voy. Boucard, 
Il 2. Battre très fort comme 
avec une bûche, dérive de bûcher 
m. s. 

Bureau (mil.) s.m. Bureau arabe, 
absinthe avec de l'orgeat, (e» 
Afrique). — Bureau des pieds, 
salle de l'anthropométrie à la pré- 
fecture de police. 

Burettes s.f. pi. Paire de pis- 
tolets. 

Buriner v.n. = Bûcher. Tra- 
vailler. 

Burlin = Burliugue # s.m. Bu- 
reau. — Burlingue du quart, com- 
missariat de police. 

Burue8 s. f. pi. Testicules. 

Bustingue 9 s.f. Hôtel garni. 

Butre 9 s.m. Plat. 

Butte (la) # s.f. I/échafaud. 

Butter 9 v.a. || i. Tuer, assassiner. 
Il 2. Guillotiner. 

Batteur % s.m. || 1. Assassin. 
Il 2. Bourreau. 

Buveur Q s m. Buveur d'eno'e, bu- 
reaucrate. 



c. 



— 51 — 



CABOTIN. 



G 



C. © s.m. Etre un c, ôtrc un 
imbécile, un niais. Abrév.), 

Ça pr. dém. — Cest ça, c'est 
bien, c'est très bien. — Pas ça, 
rien du tout. — Il a de ça, il est 
riche, il est fort, il a de Tesprit. 
Cette phrase se complète généra- 
lement par un sifçne explicatif. — 
Elle a de ça, elle a une opulente 
poitrine. — Faire ça = Faire le 
tniCf faire Tamour, se prostituer. 
« Entre voler et faire ça, elle ai- 
mait mieux /aire ça. » {Ass. Zola.) 

Gab O s.m. || 1. Voiture anglaise 
dont le cocher se trouve derrière, 
sur un siège élevé ; c'est le fiacre 
de Londres. || 2. Abrév. de c.abo- 
tirij v.c.m. || 3. © Chien, abrév. 
de ca6o. 

Gabaiide©s.f. Chandelle. Estour- 
bir la cabandey éteindre la chan- 
delle. 

Cabanon Q s-^^* Maison de cam- 
pagne en Provence. 

Cabas © s.m. Vieux chapeau. 
— Vieux cabas f vieille femme 
mal attifée. 

Cabasser © v.n. || 1. Médire. 
Il 2. Tromper (vx tr.) || 3. Voler. 

Gabasseur © s.m. Celui qui trahit 
ses complices par ses indiscré- 
tions. 

Gabasson © s.m. Chapeau de 
femme démodé. 

Gabe © s.m. || 1. voy. Cabo (2) =z 
Cleb, Il 2. Elève de troisième 
année à TEcole normale. 

Gabéce © s.f. Tête. 

Gabermon # s.m. = Gaber- 
mnche. Marchand devin, désigne 
l'établissement et aussi celui qui 
le tient. Du fr. cabaret. 



Cabestan 9 s.m. Agent de police^ 
officier de paix. ^Delvau.] Par 
j.d.m. sur ca6o, chien de garde, 

[TiMMERMANS.] 

Cabillot (mil.) s.m. Soldat à bord 

d'un navire. 
Cabinet © s.m. Aller au cabinet, 

aller à la selle. 
Câble © s.m. Cdble à rimouque^ 

amarre de touée. 

C'est le coup des b&leurs et du cible i rimouque. 

(X. RicHBPi.x, la Mer.) 

Cabo © S.m. || 1. Abrév. de ca6o-. 
tin, v.c.m. ||2. Chien (de c/a6aiid, 
qui a fait clabauder, crier, abover). 

Cabochard © s.m. || I. tête. 

Nous iiomm's rien bath ! nous épatons 
Du cabochard AUX trottignolles. 

(J. RiciiEPiN, La Chanson des Gueux.) 



2. Chapeau. En fr. la caboche 
est un clou court à grosse tète. 
Caboche © s.f. Tète. 

Entrant je«. me heurte la caboche et le pié. 
Dont je tombe en arrière, eslourdi de ma cheule. 

(M. RftGKiKs. Sat. XI.) 

Cabochon s.m. © || 1. Rosse à la 
lôte produite par un coup. \\ 2. 
(Typ.) Vignette. || 3. (O) Cabochon 
de' rubis (met.) Prépuce. 

Cabosse © s.f. = Caboche. Tète. 

Cabot © s.m. Il i. Abrév. de c«6o- 
<in, v.c.m. || 2. Caporal. || 3.Chion. 
— Cabot du quart d'œil, secrétaire 
de commissaire de police. 

Cabotin O s.m. Acteur. Ce mot a 
toujours un sens méprisant; de 
cabausty auberge. [Ducangb.] Les 
comédiens parisiens méprisent 
leurs confrères ambulants réduits 
à jouer dans les cabots en pro- 
vince. 



CABOTINAGE. — 52 — 



CAFÉ. 



Cabotinage O s. m. Action de 
jouer la comédie., de caboiiner, 

Gabotiner v.n. || 1. Faire le métier 
de cabotin, courir le cachet dans 
les caboulots. || 2. Fréquenter les 
cabotins. Le cabot est le chien, 
ainsi nommé parce qu'il jappe, 
e'csl-à-dire exerce son javeau ou 
gaviot pour îiboyer. Par une allu- 
sion méprisante, il devient le nom 
de Tacteur. Çabaasef' pour jaboler 
ra[)pelle également le gaviot ou 
la jappe. [Timmermans.] 

Gaboulot s,m. Cabaret infime. 

Cabriole s.f. Faire la cabriole, 
faire Tamour. << La petite madame 
Vigouroux faisait la cabriole du 
matin au soir dans son charbon. 
(rA.s8. Zola). » vov. Cambriole. 

Cabriolet s.m. || "^1. Hotte de 
chiffonnier. || 2. Corde mu- 
nie de deux poignées qui sert à 
tenir les malfaiteurs par le poi- 
gnet. Il 3. Trique. 

Cabriolenr % s.m. voy. Cam- 
brioleur. 

l3abrion s.m Gamin méchant 
et taquin. 

Gachan (O) n.pr. AlUr à Ca- 
chan se cacher, (Arcucil-Cachan, 
J.d.m.) 

Caehemar % s.m. Cachot. 

Cachemire Q s.m. Torchon. Don» 
ner tm coup de cachemire, essuyer. 
« Garçon, un coup de cachemire ». 
— Cachemire d'osier, hotte; (se 
met sur le dos comme un châle 
de cachemire.) 

Caclie-misère s.m. Vêtement 
ample qui cache de vieux vête- 
ments qu'on use par dessous. 

Cachemite # s.m. Cachot. 

Gache-laid=Cachenezs.ni.(O)0 
Masque. 

Cacher v.a Manger. 

Cachet Q s.m. Soufflet, gifle. 

Caciqae (écol.) s.m. Premier de 
section ; (Ecole normale.) 



Cadavre s.m. || i. Corps hu- 
main. Se refaire le cadavre, se 
réconforter. Promener son ca- 
davre, se promener en flânant. 
Se garnir le cadavre, manger. 
Il 2. Méfait secret. Savoir où est 
le cadavre, avoir la preuve que 
q.q. a commis une mauvaise ac- 
tion. Il y a un cadavre entre eux, 
il, y a complicité. Il 3. Bouteille 
vide. Il 4. Jouer le cadavre, s'a- 
charner au jeu après un banquier 
dans une période malheureuse. 

Cadelle # s.f. Chaîne de montre. 

Cadène = Cadenne # s.f Chaîne. 
Du latin caiena, chaîne, ce mot 
est français et désignait autrefois 
la chaîne de fer servant à attacher 
les forçats. En fr. cadenas, ser- 
rure mobile. 

Cadet s.m. jj 4. Derrière. 

Il 2. # Paquet d'objets volés. 

Fargué du cudet, chargé «l'objets 

volés. Il 3. # Instrument qui sert 

à forcer les portes. ' 

Cadichon # s.m. Montre (semble 
dériver de cadran). 

Cador % s.m. = Cabot. Chien. 
Cador du quart d\vil —•• Chien du 
commissaire, secrétaire de com- 
missaire de police. 

Cadonille (mil.) s.f. Gourdin. 

Cadran s.m. Montre. — Cadran 
solaire, derrière. 

Cadratin (typ.) s.m. || i. Morceau 
de fonte pfus bas que les lettres 
pour ménîiger des espaces blancs. 
Il 2. Chapeau haut de forme. 

Cafard O s-"^* -Avoir un cafard dans 
le ehoubersky = être toqué, timbré. 

Cafarde # s.f. I^ lune (elle se 
cache parfois derrière les nuajjes). 

Cafarderv.n.etv.a. || i.QEsmon- 
ner, rapporter des propos malveil- 
lants, dénoncer hypocritement. 
Il 2. (mil.) Protéger. 

Café s.m. Prendre son café, rire 
aux dépens de q.q. 




CAFETIÈRE. 



— 53 — 



CALEBASSE. 



Cafetière © s,f. Tôte, visage. Se 
mouiller la cafetière, se griser. 

« Ohé i Dorondard, tu t'a mouillé la eaf- 

tière. » 

Gaflgnon (O). s.m. Puanteur. 

Gaflot s.m. Café mauvais. 

Cafouiller 0v.a. Chercher. Augm. 
de touiller. 

CiLge © s.f. Atelier vitré. — Il n'a 
plus de mouron sur la cage, il n'a 
plus de cheveux sur la lôtc. 

Gaf^ton 9 s.m. Hanneton. 

Gagnardier (O) # s.m. Gueux. 
Du laL canis, chien. 

Gagne s.f. H 1. Chienne hargneuse. 
. Il 2. = Cogne, v.c.m. .|| 3. (O) 
Prostituée. 

Gagner v.n. Etre lâche, pares- 
seux. 

Cagnotte O s-^* Il ^* Bénéfice du 
jeu réservé pour une dépense en 
commun. Il 2. La tirelire qui ren- 
ferme ce bénéfice. En fr. une ca- 
gnoUe est un petit cuvier pour la 
vendange, en usage dans le Lot- 
et-Garonne. 

Gagou 9 (B) s.m. Lieutenant du 
grand Coesredhus la confrérie des 
gueux. Dans Targ. moderne, vo- 
leur qui instruit les autres. 

Gahuah s.m. Café, dans larg. des 
soldats d'Afrique. 

Caillasse s.f. Graviers, cailloux. 

Caille s. f. Caille coiffée, femme 
amoureuse. 

Caillé # s.m. Poisson, (il porte des 
écailles, généralement). 

Cailli s.m. Cresson de fontaine, 
(patois rouennais ) Pour caille- 
lait. 

CaiUon s.m. tj 1 . Tête. Se sucer 
. le cmllou, s'embrasser. — Caillou 
déplumé, chauve. — N'avoir plus de 
mousse sur le caillou, n'avoir plus 
de cheveux sur la tête. || 2. Dupe. 
Avoir son caillou, avoir trouvé 
une dupe. 



Caïman s.m. Mendiant En fr. 
quémander, mendier. 

Caire (V) s.m. Argent, richesse. 
D'après A. Yitu, ce mot signifie 
plutôt richesse et se confond avec 
mine, apparence, d'où il dérire. 
C'est en >vallon la forme ds mot 
lat. cara, venant du gr. xapa, tête : 
fr. chère, signifiant visage. 

Les dupes sont privez de eaire» 

(VlLUMI.) 

Caisse QsA. Battre la caisse, parler 
de soi, se faire de la réclame. — 
Came d'épargne, bouche. 
Mettre à la caisse d^ épargne, man- 
ger. # Caisse signifie « au milieu •, 
indication du bonneteur à son 
compôrc. 

Caisson (mil.) s.m. La tête. — Se 
faire sauter le caisson, se bràler 
la cervelle. 

Calabre # s.f. Teigne; défor- 
mation de « glabre » qui signifie 
dépourvu de poils, et de caMU, 
m s. 

Calain 9 s.m. Vigneron. Corr. de 
Calvin, 

Calance (typ.) s.f. Chômage. 

Galancher# v.n. Mourir; [Riob- 
piN, Césarine] de caler,t ni.8. 
avec le suffixe anche. 

Calande s.f. Promenade. 

Galandriner v.a. Se promener 
(faire une calande) = polir ras- 
phalte. En fr. calandre, cvlindre 
pour lustrer les étoffes. — traîner 
la misère. 

Calbombe s.f. Bougie, torche, 
falot. Yar. de cabande. 

Calé O ^* ^' ^^^ c^^ ^ AsfMre, 
il connaît bien l'histoire; — Sire 
calé, avoir de l'argent, être à son 
aise. — Tsuis calé, je su» bien 
là, je ne bouge plus. 

Calebasse s.f. Tête. — Femme 
grande et maigre, mal habîHée. 
— Vendre la calebasse, dénoncer. 



CALÈCHE. 



— 54 •— 



CAMBRIOLEUR. 



— Les calebasses, s.f.pl. Seins 
tombants. 

Calèche # s.f. Calèche du préfet, 
voilure cellulaire. 

Caiège # s.f. Femme galante, 
élégante (femme calée), 

Galence (typ.) s.f. voy. Calance. 

Galer # © v.n. et \\pr. Chômer. 
Caler des boulins, ne rien faire, 
m. à m. faire des trous. — Caler, 
pour caner, v.c.m, (i), (2). — Se 
caler, se poser, se dresser. — Se 
caler les amygdales, boire. — Se 
caler les joues, se les caler, manger. 

— Caler sa biture, vomir après 
s'être enivré. 

Galeter # v.n. S'en aller, se sau- 
ver, s'enfuir. 

Calenr0 (Ivp.) s.m. || i. Ouvrier 
qui travaille à Theure, qui n'a 
pas un travail régulier ou qui 
chôme. Il 2. Garçon de café qui 
travaille en extra. || 3. Flâneur. 
De Tall. kellner, m. s. 

Galiborgne s.m. Borgne; ébor- 
gné d'un caloL 

Calicot O s.m. Employé de la nou- 
veauté. — Calicote, employée ou 
femme d'employé de la nouveauté. 

CalUatte # s.f.' Cachot. Boulotter 
. de la calijaite, être au secret, se 
dit aussi d'un prisonnier puni de 
cachot. 

Galin s.m. Tonnelet d'élain dont 
se servent les marchands de coco. 

« I..e8 clients vont f^tis ft la Wallace. 
Mon câlin reste plein ; jo suis un daim ! » 

[J. RicHCPi?!, Chant, des Gueux.] 

Le «câlin » est une composition 
de plomb et d'étain dont l'alliage 
et l'usage viennent de la Chine. 
Galino Q s.m. Homme naïf, auquel 
on attribue des réflexions plus 
niaises les unes aue les autres. 
« J'ai commandé aeux pantalons 
à mon tailleur,, dit Calino, mais 
je suis inquiet, parce qu'il ne m'a 



pris mesure que d'un. » Du vieux 
mot câlin niais. 

Galinotade Q s.f. Naïveté. 

Calinte # s.f. Culotte. 

Gallot s.m. vov. Calot. # Dé à 
coudre, coqulHe de noix. Du fr. 
calotte, petit bonnet, qui lui- 
même vient du vx mot cale, ca- 
puchon. On « écale » les noix. 

Galoqaet s.m. || i. Chapeau 
de femme || 2. Couronne, jj 3. 
Voy. Callot. 

Galorgne s.m. Borgne. Var. de 
caliborgne, j.d.m. sur lorgner. 

Calot # s.m.voy. Ca//of, Biribi (1) 
Il 1. Teigneux' (la teigne couvre 
la télé comme une calotte). 
||2.GËiL 

« La bouch' plus p*lit* que les calotte » 

[RiCHCPIK.] 

Calotte0s.f. |J TTcigne. || 2.Gifle. 

Calottée O «•»• ï^oitc de fer-blanc 
pour mettre des asticots (pé- 
cheurs). 

Galotter Q v.a. Gifler. 

Calottin O s.m. Prêtre, homme 
d'église (le prêtre, le bedeau por- 
tent la calotte). 

Galonqnet O s.m. Etudiant en 
médecine. 

Calvados O s.m. Eau-de-vie de 
cidre. « Un calvados , garçon ! » 
un verre d'eau-de-vie de cidre. 

Calvigne % s.f. Vif^e. M. déf. 

Calvin 9 s.m. Raisin. 

Camarde (la) # s.f. La mort. 

Camarder # v.n. Mourir. 

Camarlnche s.m. = Camaro 
= Camerluclie. Camarade, ami. 

Camboler v.n. Tomber. 

Cambouis (mil.) s.m. Soldat du 
train. 

Cambrian # s.m. = Combrieu. 
Chapeau. 

Cambriole s.f. Chambre, qu'on 
écrivait autrefois cambre. 

Cambrioleur Q s.m. Voleur qui 
dévalise les chambres, les appar- 



GAMBRIOTTE. 



— 55 — 



GAMPÉGHE. 



temenls, mêine les maisons, à 
Taide d'escalade et d'effraction. 

Gambriotte s.f. = Cambriole. 
Petite chambre. 

Cambronne! n. pr. O Merde! 
v.c.m. Victor Hugo dans les Misé- 
rables (^2« partie, livre I, chap. xiv) 
décrit la bataille de Waterloo et 
termine ainsi : « Un général an- 
glais, Golvillc selon les uns, Mait- 
land selon les autres, leur cria : 
Hraves Français, rendez -vous! 
Cambronne répondit : Merde ! » 

Gambronse # s.f. || 1. La cam- 
pagne, la banlieue de Paris. 
Il 2. Servante de la campagne. 

Gambrouser % v.n. Servir, être 
en service. 

Fonce la largue, cl qu'elle aboulc 
Sans limace nous cambrotiser. 

(KlGHEPI?(.) 

Gambroasien s.m. voy. Cam- 
brousi^. Paysan, campagnard. 

Gambrousier 9 s.m. ||1. Voleur 
de campagne, vagabond. || 2. Au 
marché du Temple, les cambrou- 
siers faisaient indistinctement 
commerce de linge ou de meubles, 
d'objets de toilette ou de ferrailles. 
[Larchey] {Petit Journal^ 65.) \\ 
3. Paysan, campagnard. 

Gambronx0 s.m. Valet de ferme, 
domestique, garçon d'hôtel. Vxfr. 
camperoux. 

Gambuse s.f. jj i. Cantine. 
Il 2. Logis, chambre, petite mai- 
son. 

Gamelot s.m. || i. Crieur de 
journaux, petit marchand de la 
rue qui vend des objets de peu de 
valeur. !-e camelot (du lat. came- 
îuSy chameau) était une étoffe 
grossière et commune, en poil de 
chameau ou de chèvre. Coesme, 
qui signifie <c bon mercier » dans 
le langage blesquien, a fait coes- 
melotieTy marchand, coesmelotrie^ 
mercerie ; nous voyons donc dans 



ces mots Torigine du mot camelot 
et de ses dérivés. || 2. Voleur. 

Camelote # s.f. Marchandise. 
Camelote en pogne^ camelote dans 
le pied, flagrant délit de vol. Voy. 
Camelot. 

Cameloter O v.a. || 1. Vendre. 
Il 2. Vendre ou acheter des mar- 
cliandises de basse qualité, ou de 
peu de valeur. Voy. Camelot. 

Camelotier Q s. ml Colui c^ui vend 
de la marchandise de qualité infé- 
rieure. Voy. Camelot. 

Camerluche s.m. = Camar- 
luche. Camarade, ami. 

Camisard (mil.) s.m. Soldat des 
compagnies de discipline . Ils 
portent une blouse blanche sem- 
blable à une « chemise ». 

Camoufle s.f. Chandelle. Âllus. 
au camouflet sorte de chalumeau 
pour envoyer de la fumée au nez 
de quelqu'un, la chandelle est 
fumeuse. 

Camouflé a. Travesti, déguisé. 
Du fr. came, coquille et moufle 
ou mufle, museau, visage. 

Camouflement % s.m. Travestis- 
sement, déguisement. 

Camoufler v.a. # Frelater. Camou- 
fler la bibine, frelater la boissçn. 
Camoufler le pivots, frelater le 
vin. — Se camouflai', se déguiser, 
se grimer. 

Camouflet 9 s.m. Chandelier. 
Par j.d.m. sur camouflet, fumée 
qu'on souffle sous le nez dans un 
tuvau de papier en forme de chan- 
delle. 

Camp s.m. Fiche le camp, s'en 
aller. 

Campage # s.m. Fuite. 

Campagne s.f. Aller à la campa- 
f/ne,sedit d'une femme ([ui va faire 
un séjour forcé à la prison de 
Si-Lazare. 

Campe 9 s.f. Campagne, pays. 

Campôche s.m. Vin de mauvaise 



CAMPER. 



— • 56 — 



GANTER. 



qualité. « Un vei're de château- 
campéche. » 

Camper v.n. Fuir, pour dé- 
camper. En fr. avoir campos, 
avoir la clef des champs. 

Camphre s.m. Eau-de-vie. En 

médecine, on emploie Teau-de-vie 

« camphrée». On a d'abord dit un 

. cflmphré pour un homme alcoolisé. 

Camphrier © s.m. Buveur ou 
marchand d'cau-de-vie. 

Camus (O. 1556), © a. Demeurer 
camus, être étonné. 

Camuse # s.f. Carpe. Elle a le 
museau court et plat, camus. 

Gan (V) s.m. Chef. J)e khan, chef 
tartare. 

Canage © s.f. Agonie. De Tex- 
pression fr. faire la cane (m. à m. 
faire le plongeon dans rétcrnilé). 

Canaille O s.f. Franche canaille. 
Fieffée canaille. « Le bon peuple, 
dans celte expression « une fran- 
che canaille », met un peu de 
pardon gouailleur, un rien d'in- 
dulgence. Il a raison. Tout vaut 
mieux que l'hypocrisie. » [Fr. 

COPPÉE. J 

Canapé # s.m. Lieu de rendez- 
vous des p^érastcs. 

Canard O s.m. || i. Journal. 
^1 2. Fausse nouvelle, feuille qui 
, 1 annonce et que Ton crie dans la 
rue. Il 3. Fausse note dans une 
exécution musicale. — « Mon petit 
canard », mot d'amitié. (De quan- 
quan, qui est devenu le mot ca- 
nard ; il se retrouve dans cancan, 
dire sans fond et souvent mal- 
veillant : ainsi jaser rappelle 
rang, goose, oie, eXjarguer, jar- 
villei', le jars, le mâle de Toie. 
Le canard fait des contes comme 
la mère Toie). [Timmermat^s.] 

Canarder © v.a. Tromper, racon- 
ter des mensonges. — Canarder 
sans fafiot, chasser sans permis. 

Ganardier O s.m. || 1. Journa- 



liste. Il 2. Fabricant de fausses, 
nouvelles, celui qui les annonce 
et qui les propage. || 3. Composi»- 
teur à rimprimerie d'un journal. 

Canasson © s.m. Cheval. Vtetar 
canasson, vieille rosse. — Mon 
vieux canasson! mot d'amitié. 

Cancan © s.m. Danse échevelée 
qui a précédé le chahut vers i 830. 

Cane © s.f. La mort. Voy. Canage, 

Caneçon © s.m. Caleçon. 

Est-e*qu'un mâle a besoin d'iimaco, 
D'can'çon^ d'flaneir? C'est d* la grimace. 

(RiCHEnrr). 

Caner © v.n. I|L Avoir peur ou 
faire la cane. I 2. Mourir. 9 Caner 
la pégrenne, mourir de faim. || 
3. Aller à la selle ; la peur donne 
la colique. 

Caneur © s.m. Poltron. 

Canfonine ©s.f. Chambre, cham* 
brée. 

Caniche © s.m. Ballot; (les coin» 
forment des oreilles comme celles- 
d'un caniche). — Se mettre un 
caniche sous Vœil, porter un 
monocle. 

Canicide O s-"^* ^<^lui qui tue les 
chiens, ennemi des chiens. « Lozé 
le Canicide, » M. Lozé, préfet de 
police, en 1892, prit un arrêté 
déclarant que tous les chiens 
trouvés sur la voie publique se- 
raient tués. (Ce mol est fr.) 

Canne s.f. || i. O Casser sa canne. 
Mourir. || 2.#Homprcsonban. — 
Etre en canne, être en résidence 
obligée. Il d.QFlanquersacanne,. 
donner son congé. 

Canner © v.a. voy. Caner. 

Canon © s.m. Verre. <t Siffler un 
canon sur le zinc. » 

Canonnier # s.m. Voleur qur 
fraclure les portes. 

Cantaloup O s.m. = Melon. Im- 
bécile, niais. 

Canter (sport) s.m. Galop d'essai. 



/ 



GANTER. 



— 57 — 



CARAFE. 



Ganter v.n. Pour chanter, 
« Faire canter quelqu'un. » 

Gantharidè a. Leste. « Un dessin, 
un tableau cantharidé, une chro- 
• nique canlharidée. » 

Canton s.ni. Prison. Du fr. 

. cantonner, séparer, isoler. 

Cantonnier # s.m. Prisonnier. 

Cannlant a. Embêtant, obsé- 
dant. 

Canule s.f. = Raaeur. Homme 
importun, ennuyeux. 

Canùler v.a. "Ennuyer, impor- 
tuner. 

Caoutchouc s m. Mont-dc- 
Piété. Le caoutchouc prête, (s'é- 
tire) (j.d'i"') 

Capahuter v.a. Assassiner son 
> complice pour s'approprier sa part 
du butin. 

Cape # s.f. Écriture. 

Capet s.m. Chapeau. 

Capine # s.f. Maison de Técrivain 
public. 

Capir # v.a. Écrire. 

Capiston (mil.) s.m. Capitaine, 
adjudant-major. 

Capitaine # s.m. || 1. Agioteur 
véreux ; (pour capitaliste). 

Capitainer 9 v.n. Faire des affai- 
res véreuses, agioter à la Bourse. 

Capital O s.m. Virginité. « Perdre 
son capital ». 

Capiteux O ^* Qui monte la tête. 
« Un vin capiteux, une femme 
capHeuse. » 

Capitonner (se) v. pr. Se vétir 
chaudement. 

Capitulard O s.m. Lâche, soldat 
qui capitule, homme qui se dé- 

. robe. 

Caporal O s.m. Certaine qualité 
de tabac à fumer. — Le petit Capo- 
ral, Napoléon I". 

Capot (thé.) s.m. Trou du souf- 
fleur. 

Capote Q s.f. Capote anglaise, 
préservatif. — Chercher la capote, 



chercher à faire son partenaire 
capot au jeu de cartes. 

Capou # s.m. Ecrivain public. 

Caprice O s.m. Foucade en amour« 
Faire des caprices, se dit d'un 
homme qui a du succès auprès 
des femmes, et réciproquement. 

Capsule s.f. Chapeau haut de 
forme, shako d'infanterie. 

Captif O a. Promener son ballon 
captif, donner le bras à une femme 
enceinte. 

Capucin (chas.) s.m. Lapin de 
garenne, lièvre. 

Capucine s.f. Etre soûl jusqu'àla 
troisième capucine, être conlplô- 
tement ivre. 

Gaquer0 v.n. Aller à la selle. 

Car O s.m. Tramway. Le mot car^ 
vient de char (qui lui-même a fait 
carrosse), aurait plus de raison 
d'être dans le dictionnaire fran- 
çais que le mot ang. tramway. 
Dans le Nord on nomme carton 
l'homme qui conduit les chariots. 

Carabin Q s.m. Etudiant en mé- 
decine. — (O) # Carabin de la 
comète, voleur. 

Carabiné O ^- Energique, forL 
violent. = Corsé — Avoir un plU" 
met carabiné, être gris. — Une gui^ 
gne carabinée, déveine persistante. 

Carabiner O v.n. Jouer timide- 
ment. [Delvau.] 

Carabiniers O s.m. pi. Arriver 
comme les carabiniers, arriver en 
retard. Dans les Brigan^ls, opérette 
d'Offenbach, l'acteur Baron com- 
mande une patrouille de carabi- 
niers et tout son rôle consiste à 
traverser la scène plusieurs foif 
dans la pièce en disant : 

Nous sommes les carabiniers, 
La sécurilé des foyers. 
Hais, par un malheureux hasard, 
Au secours des parliculiera 
Nous arrivons toigours trop tard. 

Carafe s.f. Bouchons de carafe^ 



CARAMBOLAGE. -— 58 — 



CARME. 



strass, diamants faux de dimen- 
sions exafférécs. Voy. Bouchon. — 
Pouelter de la carafe, sentir mau- 
vais de la bouche . — Faire rire les 
carafes^ faire rire les personnes 
les plus graves. 

Carambolage s.m. Chocs suc- 
cessifs, chute. 

Carambole # s.f. Vol à Téla- 
lage. 

Caramboler v.n. |ll. Tom- 
ber, se heurter. || 2. Sacrifier à 
Vénus. 

Carant s.m. Planche. 

Carante • s.f. || i. Table. || 2. Ar- 
moire, cachette. 

Carapata s.m. Marinier qui 
traîne son bateau (il carapate), 

Carapater v.n. Marcher. 
Se carapater v.pr., s'en aller se 
promener, s'enfuir. 

Ben ! c'est comm'çà. nal j'suis voyou, 
£l dans mon Paris j'carapate 
Comme un asticot dmi'un mou. 

(J. RicHRPiN, La Chanêon des Gueux.) 

Du skt. car, aller et pada, pied. 

[BURNOUF.] 

Carapatln s.m. Fantassin, voy. 

carapater. 
Caravane s.f. || i. Voiture de 

nomade. = Roulotte. || 2. Réunion 

de femmes galantes; (il y a dos 

chameaiujc). 
Carbeluche # s.m. Chapeau. 

Carbeluche galicé, chapeau de 

soie. Du fr. carbet, toiture pour 

abriter les embarcations; avec le 

suffixe arg. uche. 
Carcagne 9 s.m. =:Garcagno. 

Usurier, avare; du gr. yapxCvoç, 

cancer. 
Carcan s.m. Rosse, et par 

ext., méchante femme grande et 

maigre. 
Carcasse s.f. Corps humain. 

« Je ne donnerais pas deux sous 

de sa carcasse. » j] 2. Charpente 

d'un décor. 



Garcassier (thé.) s.m. || 1. Celui 
qui fait la charpente d'un décor, 
le bâti. Il 2. Celui qui fait le scé- 
nario d'une pièce. 

Garder v.a. Cardei' quelqu'un, 
le griffer. — Carder le poil = Crê- 
per le chignon, se prendre aux 
cheveux. 

Cardinale # s.f. ||1. La lune, 

quand elle est rouge ; on l'appelle 

la blafarde quand elle est pâle. 

1 1 2. Les cardinales, les menstrues. 

Gare # s.f. Cachette. — Mettre à la 
care, mettre de côté. — Voler à la 
care, subtiliser des objets en 
achetant ou en en marchandant 
d'autres, escamoter une pièce 
auand on rend la monnaie, glisser 
aes cigares dans sa manche ou 
dans ses poches on ayant l'air de 
les choisir. Du skt. kur, voler. 

Garée =: Carrée s.f. (chambre. 

Carême # s.m. Amoureux de ca- 
rême, amant platonique. 

Garer % v.a. Mettre à part, de 
côté. Vov. Care. 

Garenr 9 s.m. Voleur à la care, 
v.c.m. 

Cargo # s.f. Fardeau, charge. 

Gargot s. m. Canlinier, cuisinier, 
pour uargot, de gargote. 

Caribener 9 v.a. Voler «à la care, 
v.c.m. 

Garistade (typ.) s.f. Secours d'ar- 
gent. 

Carie 9 s.m. 1 1 1 . Argent, monnaie ; 
de cari, monnaie bavaroise. || 2. 
Gravier. 

Carlhie (la) # s.f. La mort. 

Carme s.m. pour Carie. \\i. Ar- 
gent, monnaie. Carme à Vestorgue, 
fausse monnaie. |{ 2. Pain. Les ou- 
vriers des carrières de plâtre 
donnent le nom de miches de qua- 
torze sous ou têtes de moines 
(carmes), aux masses calcarifères 

3ui ressemblent à la forme qu'on 
onne aux pains appelés miches. 



CARMER 



— 59 — 



CARTE. 



Carmer # v.a. Payer. 

Garmenr # s.m. Payeur. 

Carnaval ©s.m. Personne de mise 
excentrique et ridicule. « Quel 
accoutrement! quel caitiaval! » 

Carne s.f. Mauvais cheval , rosse, 
par ext., coquin. — De la came, de 
la viande coriace ; du lal. carnis, 
chair. 

Caron s.m. Vieux papier qu'on 
remet en fabrication. 

Carottage s.m. Mensonge, 
tromperie, ruse, artifice. 

Carotte s.f. Adresse, artifice, 
ruse. Tirer une carotte, mentir, 
tromper adroitement. — Cheveux 
carottCf cheveux rouges. 

Carotter v.a. |ji. Eluder. (St-C). 
Carotter le sei*vice, éviter ou di- 
minuer le travail. ||2. Tromper, 
mentir. || 3. Carotter l existence, 
mener une vie misérable. 

Carottier s.m. Celui qui carotte, 
v.c.m. dans ses différentes accep- 
tions. = Tireur de carottes, 

Caronblage # s.m. Vol à Taide 
de fausses clés. Formé du son de 
clavus, clampe, a^ampon, qui sug- 
gèrent le sens de crochet. [Tim- 

MERMANS.] 

Caronble # s.f. ||i. Fausse clé. 
Il 2. Le soir, la nuit. 

Caroublenr % s.m. Voleur. Voy. 
Caroublage. Caroublenr au fnc- 
fraCy celui qui vole avec effraction. 

Carpe s.f. Faire la carpe, se 
trouver mal, s'évanouir. 

Carquois s.m. Hotte. 

Carre # s.f. Cachette. Carre du 
paquelin, banque du pays. 

Carré s.m.||l. Palier, plate- 
forme aux différents étages d'une 
maison. Il 2. Elève de deuxième 
année à l'Ecole centrale. || 3. voy. 
Carrée, || 4. Numéro du conscrft, 
orné d'un dessin de circonstance 
qu'on attache au chapeau avec 
<dc5 rubans de couleurs variées. 



Carreau s.m. || 1. Carrefour. 
C'est dans la rue des petits car- 
reaux, formée des carrefours (jue 
se réunissaient les corps de métier, 
d'où est venue l'expression aller 
au carreau, — Le carreau du Tem- 
ple. — Le carreau des Halles. — Les 
musiciens de banlieue se réunis- 
sent rue des Petits-Carreaux, le 
dimanche matin ; c'est là qu'on les 
engage pour la journée. — Aller 
au carreau, s.pr. aller chercher un 
engagement rue des Petits-Car- 
reaux. Il 2. O Monocle. « Avoir 
un carreau dans l'œil. » || 3. # 
Instrument d'effraction. 

Carrée s.f. Chambre, chambrée. 
Carrée des petites gerbes, chambre 
correctionnelle. — Carrée du re- 
bectage, cour i\e cassation, m. à m. 
chambre où on reparle d'une 
affaire. 

Carrefour s.m. Carrefour des 
écrasés, endroit où se rencontrent 
plusieurs rues, oui amènent des 
encombrements ae voilures et par 
suite des accidents. 

Carrer v.a. et v.pr. Cacher. || Se 
cancer, 1. Se cacher. ||2. Se re- 
dresser. 

Carreur 9 s.m. = Careur, Re- 
celeur. Voy. Care, 

Carrousse © adv. Faire carrousse, 
boire en vidant chaque fois son 
verre (de Va\\,garaus, complète- 
ment vidé). 

[Dieux. 
Us font journellement carrousse avccqu'les 

(M. RtGiiiEii, Sat. II.) 

Carrnche # s.f. Prison. — Comte 
de la car ruche, geôlier. 

Gartaude # s.f. Imprimerie. 

Cartaudé 9 s.m. Imprimé. 

Cartauder # v.a. Imprimer. 

Cartaudier 9 s.m. Imprimeur. 

Carte Q s.f. Etre en carte, être ins- 
crite à la préfecture de police. 
Vov. Brème, 



CARTELLO. 



— 60 — 



CASSER. 



Gartello Q s. m. Di pi-imo cartel lo 
de premier ordre (de l'ital.). 

Carton O s.m. De carton, sans so- 
lidité, sans valeur, qui manque de 
sérieux. « Artiste, comédien de 
carton, » Bicoque de carton, mai- 
son légèrement construite. — Ma- 
nier, maquiller le carton, jouer aux 
cartes. 

Cartonner v.n. Jouer aux 
iîartes. 

Cartonnear = Gartonnier, s. m. 
Joueur de caries. 

Cartouche (mil.) s.f. Avaler sa 
cartouche, mourir. 

Carnche # s f . = Carruche. Pri- 
•son.iSe rattache à carer, cacher, 
et à carcer, prison. [Timmermans. 
Du skt. kârâ, prison. [Burnoof. 

Cajrvel 9 s.m. Bateau. Esp. cara- 
vella. 

Cas (O) s.m. Nature de Thomme 
cl de la femme. Montrer son cas, 
montrer sa nature. 

Mon coi qui se lève et se hausse 
Bave d'une eslrangre façon ; 
Belle, vous foumistcs la sausse 
Lorsque je fournis le poisson. 

(M. RicNivR, itanees). 

CSasaqae s.f. voy. Gasaqnin. 

CSaaaqain s.m. == Casaque, Le 
dos, le corps. Tomber sur le casa- 
quin, frapper sur le corps. Avoir 
le casaquin garanti, être bien 
couvert. 

Cascade O s-^- Faire des cascades, 
faire la noce, faire des excentri- 
cités. 

Cascader Q ^''^' Il ^ • Faire des 
cascades. || 2. Chanceler, dégrin- 
goler. 

Dis-moi, Vénus, quel plaisir trouTes-tu 
A faire ainsi casetider ma vertu ? 

{La Belle Hélène), 

Cascadeur, ense O s. Qui fait des 
cascades, « C'est une cascadeuse », 
c'est une femme peu sérieuse, qui 
fait des excentricités. 



Casoaret s.m. Misérable. — # 
Pièce de deux francs. 

Casimir Q s.m. Gilet; du nom 
d'un tissu de drap croise et léger. 

Casin O s.m. Sorte de jeu de bil- 
lard. « Poule au casin, » 

Casoar s.m. || 1. (Sl-C.) Plumet. || 
2. Volaille, oiseau. 

Casque O s.m . Avoir le casque,Si\oir 
mal à la tête après un excès de 
libations — Casque à mèche, bon- 
net de coton. 

Casqner v.n. || i . Payer. « Mon 
vieux, il a de l'os, il faut le faire 
casquer,» \\ 2. Ne pas casquer,rcïU' 
ser une chose. 

Casquette s.f. Argent perdu au 
jeu — celui qui casque, — Etre 
casquette = Etre pompette, légè- 
rement gris, — Casquette à pont, 
souteneur. Vers 4875, ces intéres- 
sants personnages portaient géné- 
ralement des casquettes très 
hautes. 

Casqueur s.m. Celui qui paye 
pour les autres. 

Cassant # s.m. || \, Noyer (arbre). 
Il 2. Biscuit de mer. 

Cassante 9 s.f. || 1. Amande, noix^ 
noisette. {| 2. Dent. 

Casse-cœurs O s.m. Viveur élé- 
gant lancé dans la galanterie, sé- 
ducteur. 

Casse-gnenle s.m. || 1. Tripot, 
bal public où il y a souvent deîy 
rixes. || 2, Mauvaise eau-de-vie. 

Casse-museau s.m. Coup sur 
la figure. 

Casse-poitrine. s.m. || \, Pédé- 
rastre. ||2. Mauvaise eau-de-vie. 

Casser O ^'-s* ^^ succès à tout 
casser, succès bruyant. — Se la 
atisser = Se la briser, s'en aller. 

— Casser sa ficelle^ s'évader. — 
Casser sa canne, son pif, dormir. 

— Casser le cou à unlapin, manger 
un lapin. — Casser le goulot, cas- 
ser le cou à une nègressse, débou- 



CASSEROLAGE. 



— 61 — 



CÉNACLE. 



cher une bouteille. — Se casser 
le neZj quand on va chez q.q. pour 
le voir et qu'on ne le rencontre 
pas, on se casse le nez. Quand on 
se rend au théâtre, s'il n'y a 
plus de place ou qu'on fait relâ- 
che, on se casse le nez à la porte. 

— Casser sa pipe, mourir. — Cas- 
ser sa cruche ou son sabota perdre 
sa virginité. — Casser du suQrCj 
médire, faire des racontars mal- 
veillants. — Casser du hcc, sentir 
mauvais de la bouche. — Casser 
la croiUe, manger au pied levé. 

— Casser son œuf^ accoucher. — 
Casser une thune ^ changer une 
pièce de cinq francs. % Avouer. 

Casserolage 9 s. m. Dénoncia- 
tion. 

Casserole s.f. || i. La casserole, 
hôpital du Midi, où Ton soigne la 
syphilis par le traitement au mer- 
cure. Passer à la caf^sei'ole, f'irc 
soigné au mercure m. à m. être 
élamé. Il 2. Récurer la cassei'ole, 

• se purger. || 3. Casserole voy. 
Marmite. — Casserole en argent ^ 

• femme qui entrelient largement 

- un souteneur. || 4. Mouchard, dé- 
nonciateur. Passer à la casserole, 

' être dénoncé. Coup de casserole, 

dénonciation. 
Gassenr Q n^- Avoir rair casseur, 

avoir Tair provocant, tapageur. 

# Dénonciateur. 
Casse-vitre # s.m. Diamant. 
Gassin s.m. Petite maison (du 

lat. casa, m. s.). 
Cassine s.f. Maison mal tenue, 

où le travail est dur, etc. Du lat. 

- casay maison. 

Cassolette s.f. Ouvrir sa casso- 
lette, lâcher un vent. P/om6er de /a 
cassolette avoir mauvaise haleine. 

Castapiane O s.f. Gonorrhée. 

Caste # s.m. Caste de charrue, 

- quart d'écu. [Larchey.] 
Castor O s.m. Matelot ou officier 



de marine qui reste à terre sans 

jamais naviguer. 
Gastorin s.m. Chapelier. 
Gastrole # s.f. pour Cassef*ole^ 

v.c.m. 
Castu # s.m. Hôpital. (J.d.m. 

qu'as-tu?) [Larchey.) 
Gastuc # s.m. Prison ; château des 

malfaiteurs, du vx fr. castel. 
Cataplasme s.m. Soupe épaisse. 
Gatapnltneux O ^- Magnifique = 

Enlevant. 
Catau s.f. Catin. 
Gatiche # s.f. Catin. 
Catog^an Q s.m. Sorte de chignon 

postiche. 
Gatrot (B) s.m. Chapon. De cas- 
trat. 
Gauchemardant a. Ennuyeux, 

embêtant. 
Ganchemarder v.a. Ennuyer. 

Se cauchemarder, s'ennuver. 
Causer 0v.n. Se mesurer. « Ses 

vrais pairs et compagnons avec 

lesquels il se trouvait à l'aise et 
. chezlui et pouvait caiwer, c'étaient 

les lutteurs et les hercules. » [J. 

RiCIIEPIN.] 

Gavale # s.f. Évasion. 

Gavaler (se) v.pr.01. S'en aller, 
s'enfuir, courir. Cavaler desstiSf 
courir sus, || 2. # S'ennuyer, 
« Mes chers copains, cque ça 
m'cavale,à Mazas me voilà bouclé. >♦ 
Il 3. v.n. Cavaler au rebectage, se 
pourvoir en cassation. — Cavaler 
cher au rebectage, se pourvoir en 
grâce. 

Gaver # v.a. Tromper. 

Gavé # a. Niais, facile à tromper* 

Gavée 9 s.f. Eglise. 

Gayenne O n-pr» On désigne ainsi 
un ancien cimetière des environs 
de Paris. 

Gayon # s.m. Garant, caution. 

Ce # s.m. Argent. — Tout de ce, 
très bien. 

Génacle Qs.m. Réunion intime au. 



CENDRILLON. 



62 — 



GHAMBARD. 



tour d'un personnage qu'on ad- 
mire et qu'on adule. « Former un 
cénacle. » 

Gendrillon O s*f- Jeune fille qu'on 
laisse à la maison sans lui offrir 
de distractions, et dont la famille 
se sert comme d'une ser\'ante. 

Central s. m. |[i. # Habitué des 
prisons centrales. || 2. O Elève de 
TEcole centrale. Il 3. O Employé 
au bureau central dans uneadnii- 
nistration. 

Centrale s.f. || 1. O L'École cen- 
trale. « Aller à Centrale. » || 2. 

# Prison centrale. 

Centre s.m. || 1. O Centre de gra- 
vité, derrière. ^— Perdre son centre 
de qravitéy tituber, chanceler. \\ 
2. # Nom propre. Centre à res- 
torgucy centre à blanc, faux nom. 

Centriot s.m. Surnom, sobri- 
quet. 

Centrouse # s.f. Maison centrale. 

Cep s.m. Nez. 

Cerbère O s.m. Concierge, portier. 

Cercle # s.m. || l. Pièce de mon- 
naie. Il 2. Bague. O ^twcé au 
demi-cercle, pris à Timproviste. 

Cerclé s.m. || 1. Tonneau. || 2. 

# Sourcil. 

Cercleux O s.m. Viveur, habitué 
des cercles. « Ces inutiles, ces 
soireux, ces cercleux, qui sou- 
tiennent-ils? A qui donnent-ils 
le travail ou la vie? » (Plaidoirie 
de M* Félix Decori, affaire du Bet- 
ting Club.) 

Cerf s.m. Se déguiser en cerf, 
s'en aller, s'enfuir, s'évader. 

Cerf-volant s.m. Femme qui 
dépouille les enfants dans les 
promenades publiques, aux bois 
de Vincennes ou de Boulogne. Elle 
se promène dans le bois comme 
un cerf, en volant; (j.d.m.) 

Cerneau s.m. Jeune fille inno- 
cente. 

Certificat • s.m. Petite cuiller. 



ChabanaisQs.m. || 1. Bruit, scan- 
dale, branle-bas. || 2. Maison de 
tolérance, située dans la rue de 
ce nom. « Aller au chabanais. » 

Chabier % v.n. S'évader. 

Chabrol Q s.m. Faire Chabrol, mé- 
langer du vin avec du bouillon. 

Chacal (mil.) s.m. Zouave. 

Chaffourer (se) v.pr. Se gratter, 
^'égratigner. [Delvau.] 

Chafrioler (se) O >*-pr. Se cha- 
frioler à quelqu'un, s'attacher à 
q.q. 

Chahut O s.m. Il r Danse éche- 
velée qui a remplacé le cancan. 
Lat^méedu chahut, bande joyeuse. 
Il 2. Dispute, querelle violente, 
bruit, tumulte. Des vx m. fr. 
chahute et cahute, baraque, tau- 
dis. — Les prostituées au moyen- 
âge étaient reléguées dans* ces 
taudis où se faisait beaucoup de 
tapage. 

Chahuter O v n. || 1. Danser le 
chahut, v.c.m. || 2. Faire du bruit, 
du vacarme. || 3. Renverser, cul- 
buter. 

Chahuteur O s.m. Celui qui cha- 
hute. Voy. Chahuter dans ses di- 
verses acceptions. 

Chaillot O n-pr. A Chaillot! lais- 
sez-moi tranquille! Envoyer à 
Chaillot, envoyer promener. A 
Chaillot les gêneurs ! chassez les 
gêneurs! Voy. Ahuri, 

Chaleur. — Ah chaleur ! Exclama- 
tion répondant à une chose qui 
dcplait et qu'on ne veut pas faire. 

Chaloupe s.f. Femme de forte 
tournure. — Paire le pas de la 
chaloupe orageuse, danse écheve- 
lée, s'agiter comme une chaloupe 
par un temps d'orage. — Faire la 
chaloupe, se tenir mal. 

Ghalouper v.n. Danser le cha- 
hut, v.c.m. Voy. Chaloupe. 

Chambard O s.m. Boule verse* 
ment, par ext. bruit, vacarme» 



^ 



CHAMBARDEMENT. 



— 63 — 



CHAPELET. 



tapage. « Faire du chambard. » 
Du vx fr. champartj droit féodal 
qui consistait à prélever une cer- 
taine quantité sur les produits 
d'un fief; le cultivateur avait ses 
terres champartées. 

Chambardement O ^-"i* ^'^y- 
Chambard. 

Chambarder O v*^* Faire du 
chambard, v.c.m. 

Chamberlan s. m. Ouvrier en 
chambre qui travaille chez lui. 

Chambert # s. m. Bavard, indis- 
cret. 

Chamberter 9 v.n. Commettre 
des indiscrétions. 

Chamboler v.n. Flâner. 

Chambrer O v.a. C*est en style 
de tripot, enfermer un innocent 
dans une chambre close à tout 
conseiller profane et lui soutirer 
de Targenl, par des moyens con- 
nus: présence de dames agui- 
chantes et de grecs savianls, car- 
tes biseautcos, Champagne eni- 
vrant, etc. [Fernand Vanderkm, 
Kevue bleue, n« 46-1894.] 

Chameau Q s.m. || 1. Femme de 
mauvaise vie. « La vie est un dé- 
sert, et la femme est un chameau 
qui sert à le traverser. » Du skt. 
kdmiy débauché. [Burnouf.J || 2. 
= Rossard, exploiteur. 

Champêtre O a- ^^^^ champêtre! 
c'est drôle, c'est ridicule. 

Champoreau Q s-"^- IM« Mélange 
de toutes sortes de liqueurs. || '2. 
Mélange de c^fé au lait et de 
rhum. Il 3. Café préparc à froid 
avec des grains simplement con- 
cassés. De Tesp. ciamporao, qui 
désigne ce mélange. 

Chançard O s-^* Celui qui a de 
la chance. 

Chancre s.m. Usurier ; (c'est un 
chancre rongeur qui vous ruine 
peu à peu). 

Chand s.m. Abrév. de marchand. 



« Le chand de vin, le chand d'ha-^ 
bits, » * 

Chandelier s.m. || i. Nez. U en 
sort des chandelles. (Rigaud.) |j 2. 
Souteneur. 

Chandelière s. f. Femme qui tient 
une maison de jeu clandestine. 

Chandelle0s.f. || i. Bouteille. |l 2. 
Liquide qui sort du nez quand il 
devrait être mouché comme uno 
chandelle. || 3. Agent do police ;(ii 
éclaire la justice). 

Change O s.m. Dans Targ. dos 
grecs, c'est substituer un jeu bi- 
seauté à un autre. 

Chan£fer0v.n . Changer son poisson 
d'eau, uriner. 

Chanoine s.m. Rentier. 

Chantage O s.m. Extorsion d'ar- 
gent sous menace de révéler un 
secret, m. fr. 

Chanter v.n. et a. || 1. Faire chan- 
ter, faire du chantage, v.c.m. || 2. 
Dire. Que me chantes-tu là? que 
me dis-tu là? || 3. Ça ne me 
chante pas, ça ne me plaît pas. 

Chanterelle Q s.f. Appuyer sur la 
chantereÀle. \\ 1. Insister sur une- 
chose. I 2. Toucher à un endroit 
sensible ou serrer la gorge de 
q.q. à le faire crier. (Larciiky.) 

Chapardage0s.m. Maraudage, vo? 
sans importance. 

Chaparder 0v. a. = Chiper. Dé» 
rober, marauder. 

locontioent mantheaulx ehappez... 
^ViixoN, bail. IV). 

chapper, du lat. capere, prendre,. 

on a fait chaparder, puis par 

corr. choper et chiper. 
Chapardeur0s.m. || 1. Celui qui 

vole de menus objets, maraudeur. 

Il 2. Un mari chapardeur, mari 

qui trompe sa femme; (il maraude.]^ 
Chapelet % s.m. Chapelet de 

Saint' François, chaîne qui sert k 

lier les condamnés. 



CHAPELLE. 



— 64 — 



CHASSEPOT. 



flhapelle s.f. || {.Faire chapelle, 
se dit d'une femme qui se chaufie 
en écartant les jambes et en 
relevant ses jupes. || 2. Faire 
des chapelles^ s arrêter dans les 
débits de boisson en faisant une 
promenade ou en rentrant chez 
soi. Il 3. O Coterie, réunion = 
cénacle. « C'est aux indépendants, 
à ceux qui ne suivent pas telle ou 
telle chapelle., et qui ont su garder 
leur liberté d'action, à crier 
alerte. » (A. Vaillam, anarchiste, 
décembre 93.) 
Chapon s.m. Religieux. 
Ghapaiser v.a. Tailler, couper. 
Du vx fr. Chapuis, billot sur 
lequel on coupe et taille la viande. 
Charabia Q ^-^i* Parler charabia, 

parler auvergnat, parler patois. 
Charcuter Q v.a. Faire une opé- 
ration chirurgicale, amputer, 
tailler dans la chair. 
Charcatier Q s.m. || 1, Chirur- 
gien. Ij 2. Individu qui gâche le 
travail. 
Chardonneret # s.m. Gendarme. 
Charenton Q "-pr- Prendre une 
correspondance pour Charenton, 
prendre une absinthe; (l'absinthe 
rend fou, dit-on.) 
Charentonnade Q S'^- Folie, di- 
vagation, aberration. 
Chargée O s.f. Travail excentrique. 
Tomber dans la charge, écrire des 
choses abracadabrantes, peindre 
des tableaux incohérents, etc. 
Chargé (être) (O) a. Etre ivre. 
Charger v.n. Pour un cocher, 
signifie prendre des voyageurs ; la 
fille qui a raccroché un client a 
chargé. — Se charger v.pr., s'eni- 
vrer. (O. 1556.) 
Charibotage % s.m. Écriture; du 
ht. sci'ibere, écrire. [Timmermans. 1 
Charlemagne Q n-pr. Faire Char- 
lemagne, se retirer du jeu quand 
on a gagné. 



Gharier v.n. et v.a. = Char- 
rier. Voy. Charriage. 
Chariot • || i . Rusé, malin. 

Il 2. Bourreau. 
Charmant # a. Galeux. 
Charmante (la) # s.f. La gale. 
Charmer v.a.0C/iariiier les puces^ 
se griser. — # Charmer un chien^ 
le faire taire. 
Charon # s.m. Yoy. Charrieur. 
Charogneax s.m. Hargneux, 
grognon ; c'est la fusion de ces 
deux mots. 
Charretée s.f. En avoir une 
charretée, en avoir beaucoup, être 
gris, etc. 
Charriage # s.m. Escroquerie. 
Charriage à la mécanique^ c'est le 
coup du père François^ passer un 
foulard au cou d*un passant et 
Tétrangler en le portant sur le 
dos pendant qu'un autre le fouille. 
Il est charrié, porté. 
Charrier # v.n. et v.a. Voler. Voy. 
Charriage. — Charrier quelqu'un, 
se moquer de lui; le calomnier 
aussi. 
Charriear % s.m. = Charron. 
Voleur qui fait le charriage, 
v.c.m. 
Charron # s.m. = Chanieur, 

Voy. Chan'iage. 
Charrue s.f. Charrue complète, 
quinte et quatorze et le point; (au 
jeu de piquet.) 
Chartreuse s.f .^Chartreuse de vi- 

dangeur, verre de vin du broc. 
Chasse s.f. Foutre une chasse, 
poursuivre, réprimander. — (Mil.) 
Peloton de chasse, peloton de pu- 
nition. 
Chasselas O s-i"* Raisin. 
Chassemar s.m. Chasseur. 
Chasse-noble # s.m. Gendarme. 
Chassepot O s.m. Fusil modèle 
1866. « A Mentana les chassepots 
ont fait merveille. » (Général de 
Failly, 2 novembre 1867.) 



CHASâBR. 



— 65 — 



CHAUSSETTE. 



Chasser v.n. et a. Partir, s'en 
aller, fuir. — Chasser desdignotSj 

Eleurer. — Chasseï* le brouiHardj 
oire la goutte. 

Gh&sses (les) 9 s.f.pl. = Châssis. 
Les yeux. La chassie est une sorte 
d'humeur qui s'attache aux yeux. 
On dit des yeux chassieux en fr. 

Ghassear O s. m. Jeune homme 
de douze à quinze ans, qui est 
employé dans les cercles, les 
cafés, les restaurants pour faire 
les courses des clients, il porUiit 

, généralement une livrée garnie de 
Brandebourgs comme le doiman 
des chasseurs à cheval. 

Gh&ssis 9 s.m..pl. || 1. Voy. Chas- 
sée. Il 2. Paupières. 

Ghassue # s.f. Aiguille à coudre. 

iShammure s.f. Urine. 

Chat O s.m. Il i . La nature de la 

femme. Boulotter le chat (obsc). 

j 2. Mon petit chaty mot d'amitié. 

I 3. Avoir des chats dans la gorge^ 

être enroué. Il 4. Couvreur. (Ri- 

GAOD) Il 5. Fnand. (O 1556) 

Châtaigne s.f. Soufflet, gifle. 

rû beau y coUcr des ehàtai'nea^ 
A r'pique au tas tous les samedis. 

(AxD. Giix.} 



Cbâteaas.m. || i. • Château de 
Vombre, bagne. || 2.0Al)rév. de 
Chateaubriand^ v.c.m. 

Chateaubriand O s*"^* Pièce de 
bœuf. <c TJn chateaubriand aux 
pommes, » 

Chatelleraolt s.m. Couteau; 
on fabrique beaucoup la coutelle- 
rie à Chatellerault. 

Chaton 9 s.m. Individu charmant. 

Des vrais ehatons 

Quaod nous naviguons l'vent en poupe. 
(RicaKPiN, ^a//<u/e des loupeurs.) 

Ghatonillage # s.m. Vol au poi- 
trier, v.c.m. Chatouillage au 
roupillon, vol pratiqué sur un 
dormeur. 

Chatouiller v.a. O Chatouiller le 



bouton, (obsc.) — Chatouiller les 
oreilles, {\MeT.^% Chatouiller un 
roupillon, dévaliser un dormeur. 

Chatte s.f. || i. O Femme douil- 
lette et lubrique. || 2. # Pédé- 
raste. Il 3. Pièce de cinq francs. 
(Delvau) 

Ghand Q&.lly faisait chaud, la si- 
tuation était dangereuse. — Il fei^a 
chaud quand on m'y repincera, je 
ne recommencerai plus. — Chaud 
de la pince, être chaud, ravoir 
chaud, vaillant en amour. — 
Mettre au chaud (obsc). — Se tenir 
chaud, se tenir sur ses gardes. 

Chaude-lance s.f. Gonorrhée. 

Chandlère s.T. Chaudière à 6ou- 
dins blancs (obsc). 

Chaadron s.m. Mauvais piano. 
Taper sur le chaudron, jouer du 
piano. 

Chaudronnier s.m. Cuirassier. 

Ghauffe-la-conche s.m. Mari 
cocu (il chauffe le lit pour un 
autre). Par ext. se dit d un mari 
qui se laisse mener par sa femme. 

Chauffer O ^'^' Activer, encoura- 
ger. — Chauffer des enchères. — 
Chauffer une affaire, poursuivre 
une affaire avec acharnement. 
Chauffer une femme, lui faire la 
cour. — Chauffer le four, boire 
beaucoup, faire ripaille. — Se faire 
chauffer une idée^ une affaire, se 
la laisser prendre par un autre 
qui en a eu vent. 

Chauffeor s.m. || 1. Entrepre- 
nant avec les femmes. || 2. Boute- 
en- train. 

Ghaufoarnier s.m. Garçon de 
café. 

Chanmir v.a. Perdre. 

Chausser v.a. || 1. O Convenir. 
Ça me chausse, ça me va, ça me 
convient. 

Chaussette s.f. || i. Essence de 
chaussettes, sueur des pieds. 
Il 2. Chaussettes russes, bandes 



o 



CHAUSSEUR. 



— 66 — 



CHEVAUX. 



de toile qui remplacent les chaus- 
settes. Il 3. Gant. 

Chausseur s.m. Cordonnier. 

Chausson Os. m. || i. Gâteau fourré 
de confiture. || 2. Vieux chaus- 
son^ femme qui se laisse aller. 
Il 3. Putain comme chausson, 
femme très débauchée qui chausse 
tout le monde, comme le chausson 
convient à tous les pieds. || 4. Boxe 
française et chausson, lutle à coups 
de pied. 

Chaussonner v. Battre à coups 
de pied. 

Chauvir v.n. Chauvir de Voreille, 
baisser l'oreille. 

Je chauvy de l'oreille et demeurant pensif, 
(U. Rkgmer, Sat. VIII). 

Chelincfuer v.n. Puer. Chelin- 
guer du corridor, du goulot, du 
bec, sentir mauvais de la bouche. 

Chelipoter v.n. Voy. Chelinguer, 

Et quand qu'on a su«^, çà eh'Upofe. 
(J. RicHiPiN, La Chcuuon des Gueux.) 

Chelof s.m. = Pieu = Pucier, 
Je vais à chelof, je vais au lit. De 
Tall. srhlafen, dormir. 

Chemineau Q s.m. || 1. Ouvrier 
qui voyage, s. pr., qui va par les 
chemins; désigne surtout les ter- 

* rassiers. jj 2. Le pain qu'on faisait 
à Rouen pendant le carême. 

Chemise s.f. || 1. Etre dans la 
chemise de quelqu'un, inséparable. 
Tous les deux, c^est le cul et la cAe- 
/mse, ils sont inséparables. || 2. Car- 
tonnage léger qui sert à classer 
des papiers. || 3. Comptt'r ses che- 
mises, vomir, [j 4. Chemise de con- 
seiller, linge volé. 

Cheoâtre % a. -= Chenu. Bon. 

Chêne % s.m. Homme riche. Paire 
suer un chéna, faire donner de 
l'argent à une personne riche. 
— Chi^ne affranchi, voleur. 

Ghenevis (6)0 s. qï. Argent, mon- 
naie. 



Chenil Qs.m.Taudis, galetas, s. pr., 
logement des chiens, sale loge- 
ment. 

Chenille s.f. = CheniUon s.m. 
Avorton. — Femme laide. 

Chenique s.m. Genièvre, eau- 
de-vie. 

Cheniqueur s.m. Buveur d'al- 
cools. 

Chenoc % a. Mauvais, usé. 

Chenu 0a. Bon, excellent; du skt. 
snih, aimer. (Burnouf) 

Chenument adv. Bien. Il est 
chenument bâché, il est bien ha- 
billé. 

Cher # adv. Difficile. — Se cavaler 
cher, s'évader difficilement. 

Chérance 9 s.f. Faire chérance, 
faire bonne chère. 

Cherche à.)0 Expression de joueur. 
A rien, s. pr., qui cherche à faire 
un point. « fen ai quarante à 
cherche », «j'ai quarante points, et 
vous, cherchez à en faire, vous 
n'en avez pas »>. 

Chercher O v.a. Chercher la petite 
bête, être méticuleux en toutes 
choses. — Chercher des poux dans 
la tête à quelqu'un^ chercher à le 
trouver en défaut, chercher noise. 

Chèrer 9 v.n. Faire la noce, faire 
bonne -chère. 

Chérot 9 adv. Cher., (coûteux) 

Chétif s.m. Apprenti maçon. 

[RiGAUD.] 

Chealard s.m. Ivrogne, gour- 
mand. Pour gueulard. 

Cheval (O)0s.m. Grossier person- 
nage, butor. — Cheval de retour, 
récidiviste déjà condamné aux 
travaux forcés. — Etre bon cheval 
de trompette, ne pas s'effrayer 
du bruit (un bon cheval de trom- 
pelle ne s'effraye pas . 

Chevaux s.m. pi. Les figures 
et les dix au jeu de cartes. — 
Chev'iux à doubles semelles, les 
jambes. 



CHEVALIER. 



— 67 — 



CeiENLIT. 



Chevalier Q s.m. Chevalier du 
lustre^ claqucur. — Chevalier du 
croctiety chiffonnior. — Chevnlier 
de la grippe y voleur à l'étalage 
(il agrippe, j.d.m.). — Chevalier 
de la petite épée, coupeur de 
bourses. (M. Régnier, sat. X.) 

Ghevea O s. m. Difticullé. « // y 
trouvera des cheveux, »> « il y a 
un chei^eu, » il y a un empêche- 
ment, un obstacle. — Avoir un 
cheveu dam son existence, avoir 
un chagrin, un souci qui vous 
empoisonne Texistence. — // a 
de beaux cheveux, il a une vilaine 
tournure. — Avoir mal aux che- 
veux, avoir mal à la tôte par 
suite de libations trop copieuses. 
— Se faire des cheveux, s'ennuyer 

Ghevillard s.m. Boucher* en 
gros. 

Cheville s.f. Mettre la cheville 
dans le trou, faire Tamour. 

Chevilles s.f.pl. Pommes de 
terre frites (elles sont générale- 
ment coupées en forme de che- 
villes). 

Chèvre s.f. Gober la chèvre, se 
mettre en colère. 

Chevron O s.m. A voir des chevrons, 
vieillir dans une affaire, avoir des 
états de service. 

Chevronné O s.m. Ancien dans 
une place, dans une prot'essio.i. 

Chézeaa s.m. Maison ; (son 
chez soi.) 

Chialer0 v.n. Pleurer. 

Chialear s.m. Pleurnicheur. 

Chiarder (écol.) v.a. Implorer. 

Chiasse s,f. Avoir la chiasse, 
avoir peur. 

Chibis # adv. Pâtre chibis, s'échap- 
per de prison. Chibis! prenez 
garde l 

Chic 9 s.m. Acolyte , compère du 
joueur de bonneteau appelé bon- 
net ou tenancier. 

Chic O s.m. et a. Ce mot est français, 



dans le sens do habileté, brio. Il 
signifie beau dans le langage fa- 
milier; il a engendré les var. et 
syn. suivants : Chicard, chican- 
dard, chicardo, chicoeandardf sa- 
pe rchic , copurchic, bnthf urf, 
pschutt, vlan, ah, etc., etc. 

Ghican s.m. Marteau. (Ang. to 
kick, regimber, en parlant du 
cheval qui rue.) [Timmermans.] 

Chicandard a. Voy. Chic, 

Chi ^he! O Exclamation qui porte le 
défi de faire une chose. « Tu 
n'oserais pas, allons donc, eAic/ie/» 

Chicorée s.f. Réprimande 'amère 
comme la chicorée.) — Etre de 
chicorée ^ être grondé. 

Cnieo 0Os.m. E^recAien, être avare. 
— P/7 Mer lific/iien, dormir. — Snre- 
garder en chiens 'le faienc, se dé- 
fier Tun de Tautrc. — Anoir du 
chien, avoir le feu sacré, de l'ori- 
ginal i lé. — Avoir du chien dans le 
ventre, être courageux. — Chien 
du commissaire, employé du com- 
missariat. — // fait u'i temps de 
chien, il fait mauvais; wt temps 
à ne pas mettrn un chien à la 
porte, c'est encore un plus mau- 
vais temps. — Une faim du chien, 
faim canine. — Se conch'^r en 
chien de fusil, se coucher en 
repliant les jambes. — (Typ. ) Chi^n 
perdu, article ou alinéa qui sert à 
remplir une colonne dans une 
pu!)lication. 

Guienchien O s.m. Mot d'amitié. 

Chiendent s.m. Airarher du 
chien /eut, chercher une dupe ou 
l'occasion de voler. — Votd le 
chiendent! \o\\k la difficulté. 

Chienlit s.m. Garôme-prenant. 
Individu masqué qui court les 
rues en temps de carnaval, cou- 
vert d'oripeaux dégoûtants et en 
loques. — A la chienlit! cri des 
enfants courant après les masques 
pour se moquer de leur accou- 



GBIENNER. 



— 68 — 



CHLNEUU. 



trement. C'est une corr. de il a 
chié au lit, c'est honteux. — Crier à 
la chienUif huer. 

GhienDer v.n. Etre avare, regar- 
der à la plus petite dépense. 

Ghiennerie s.f. Avance. 

Ghier v.n. et v.a. Faire chier^ 
= Emmerder^ etc. Tu me fais 
chiei', tu m'ennuies, tu me donnes 
la colique par les raisonnements. 
— Gueuleton à chier partout, 
repas extraordinaire. — Gueule 
à chier dessus, iigure répugnante, 
désagréable, renfrognée, — En- 
voyer chier, envoyer promener. — 
Chier des châsses, des yeux, pleu- 
rer. — Chier du poivre, s'en aller 
au moment où l'on pourrait être 
utile. — Chier sur Vœil ou dans 
la main, être ingrat. — Avoir 
chié sa graisse, maigrir. — Chier 
de petites crottes, vivre pénible- 
ment. — Avoir chié la colonne, 
être fier, arrogant. — Il a chié 
dans mon panier, dans mes bottes, 
il m'a fait une sottise, je ne veux 
plus entendre parler de lui. — 
Chier sur la besogne y travailler 
sans courage. — Chier dans ses 
bas, dans ses culottes, avoir peur. 

Ghierie s.f. Quelle chierie, quelle 
chose fâcheuse, quel ennui. 

Ghieur s.m. Chieur d^encre, 
bureaucrate, écrivain. 

Ghiffarde s.f. || 1 # Pipe. || 2. • 
Assignation, papier timbré, sai- 
sie etc 

GhilTe s.f. Il 1. Métier de chiffon- 
nier. Il 2. Chiffon. || 3. Homme 
mou et sans force. « Mou comme 
une chiffe. » || 4. Zig de la chiffe, 
chiffonnier. || 5. La langue. «Faire 
crosser la chiffe. » Voy. Crosser. 

Ghifférlinde s.f. Boire wie chif- 
ferlinde, boire un petit verre 
d'eau-de-vie. 

Ghifferton s.m. Chiffonnier. 

Ghiffon s.m. || 1. Mouchoir. 



Il 2.Figure chiffonnée. I| Z.^Chif- 

fon rouge, langue. 
Ghiffonnage s.m. Métier de 

chiffonnier. 
Ghiffonnée s.f. Femme galante. 

(elle se laisse chiffonner) 
Ghiffonner v.n. Faire le métier 

de chiffonnier. — Ça m'achiffonné, 

ça m'a contrarié. 
Chiffonnier # s.m. Voleur de 

mouchoirs. 
Ghiffornion s.m. Foulard. 
Ghifi^nard s.m. Grognon. 
Ghig^ner v.n. Pleurer. 
Ghinafi^e s.m. || 1. Travail. Voy. 

Chineur, Romanichel. \\ 2. Critique 

méchanteet ironique, dépréciation. 
Ghine s.f. Alle^' à la chine, faire 

la chine == Chiner, v.c.m. 
Ghiner v.n. || 1. Travailler. 

Mais ^ m'reiid malnd' quand que f chine. 

iJ. Ricutrm.) 

Voy. Chineur. \\ 2. Critiquer, se 
moquer, persifler. « Il a chiné la 
pièce toute la soirée. » ^ 

Chineur s.m. || 1. « En ar^ot, 
chineur signifie travailleur et vient 
du verbe chiner: tous les ouvriers 
en général sont des chineurs. Ce 
mot se spécialise pour désigner 
une race particulière de travail- 
leurs : elle campe en deux tribus 
à Paris, l'une dans les environs 
de la place Maubert, l'autre à 
Ménilmontant et a donné autre- 
fois son nom à la rue de la Chine. 
Les chineurs sont des colons et 
non des Parisiens de naissance ; 
ils vont de porte en porte, dans 
les quartiers populaires, et pro- 
posent leur marchandise. » (Jean 
RiCHEPiN, Le Pavé.) Aujourd'hui 
ce genre de travail s'est de plus 
en plus répandu : il y a des per- 
sonnes qui, ayant été ruinées, 
utilisent leurs anciennes relations 
pour placer des marchandises chez 



CHINFRE?ïIAU. 



— 60 — 



CHOSE. 



les amis et connaissances; ce 
sont les chineurs de la haute, \\ 
2. Celui qui critique mécham- 
ment, de parti pris — = Bêcheur, 

Ghinft^eniau s.m. || i. Colifir 
chet. ||2. Gifle. 

Chinoia s.m. Cafetier. 

Ghinoiser # v.n. Chinoiser jaspiUy 
parler argot. 

Ghiottes s.f.pl. Cabinets d'ai- 
sances. 

Ghipe s.f. Action de chiper. 

[RiGAUD.] 

Ghiper O ^«a* Commettre des lar- 
cins, des vols sans importance 
= Chaparder, 

Ghipette s.f. || 1. Ça ne vaut pas 
chipette^ ça ne vaut pas grand' 
chose. Il 2. # = Tribade = Les- 
bienne = Gougnotte, v.c.m. 

Ghipie s.f. Femme acariâtre et 
méchante. 

Ghipoter O v.a. et v.n. Chercher 
des clioses à redire, tâtillonner, 
marchander. 

Ghipoteur, ense s. Personne 
qui est méticuleuse avec les mar- 
chands, qui tâtonne, qui hésite à 
acheter, qui marchande. « On ne 
trouvait pas des masses de pra- 
tiques aussi bonnes, payant rec^cr, 
pas chipoteuse, pas râleuse, » (L As- 
sommoir, Zola.) 

Ghiqaage # s.m. Bataille, rixe. 

Ghique s.f. Poser sa chique, se 
taire. « Pose ta chique et fais le 
mort.») — Ça ne vaut pas une chique, 
çanevautpasgrand'chose. — .4 voir 
une chique, être ivre. — Couper la 
chique à quelqu'un, Tinterrompre, 
fermer la bouche, faire taire. 
Avoir sa chique , être grognon. 

Chiqué Q a. C'est du chiqué, c'est 
bien fait, naturellement, sans 
étude. Voy. Chic. 

Chiqnement O ^^v. Avec chic, 
v.ç.m. 

Ghiquer v.a. || 1. Manger. 



Il 2. O Travailler de chic. \. 
cm. 

Ghiquer (se) v. pr. Se battre. 
On trouve déjà dans Rabelais le 
moi chiquenaude, (petit coup sur le 
nez). 

GhiqueurOs.m.Celuiqui travaille 
de chic, d'instinct, d'après sa 
propre inspiration. 

GhocaUlon (p)0 s.f. jj 1. Chiffon- 
nière. Il 2. Femme ivre. 

Ghocnoso O ^* Chocnosogue, choc- 
nosof, chocnosophe. Beau, superbe, 
magnifique. Qui a le chic rus9e. 

Ghocolat # s.m. Compère du 
bonneteur, f ' - 

Gholôra s.m. jj i. Raclures de 
fromage. || 2. Zinc, ziiiguenr [Ri- 
ga ud]. Il 3. Personne très mé- 
chante. 

Gholet 9 s.m.' Pain blanc (riche). 

Cholette #- s.f. Chopine (demi- 
litre). 

Choper v.a. Prendre, saisir, 
attraper, arrêter. 

Ail' s'a fait chopor dans la me, 

(Ma Gigolette, Chanson de Ut rue.) 

Du lat. capere, m. s. 

Ghopin 9 s.m. || i. Profit, aubaine, 
Il 2. Vol, produit d'un vol. 
Il 3. Faire un chopin, faire la 
connaissance d'une femme. 

Ghopiner v.n. et v.a || 1. Boire, 
m.àm.,boiredeschopines. jj 2. Vo- 
ler, prendre, choper, v.c.m. 

Ghopper v.n. Voy. Choper. 

Choquotte s.f. *|| 1. Os çras. 
Il 2. C^est de la choquotte, c'est bon. 
De choc représentant le skt. su, 
bon, suka agréable. [Burnouf.] 

Chose O S- i°v. et s.f. — Avoir fatr 
chose, avoir l'air contraint, embar- 
rassé. — Etre tout chose, être tout 
interdit, interloqué. — Chose ou 
Machin, celui dont on ne se 
rappelle pas le nom, ou dont on 
ne veut pas se souvenir. 



/ 



CHOSETTE. 



— 70 — 



CIVARD. 



Ghosette (O) Q s.t. Faire la cho- 
se tte, faire l'amour. 

Chou O s. m. Il 1. Bêle comme un 
chou, très bêle. || 2. Mon chou, 
mot d'amitié. |j 3. Escroquerie, 
entreprise qui ruine ceux qui ont 
apporté les fonds. 

ChouMi s. m. Cœur. 

Chouart (B)#s.m. Membre viril. 

Ghoubersky C ^•^' Avoir une 
fuite au choubtrsky, vesser, s'ou- 
blier, 

Ghoacarde (mil.) s.f. Brouette. 

Chouchouter O v.a. Choyer, dor- 
loter. 

Choucroute s.f. Mangeur de 
choucroute. Allemand. 

Choué # a. Pris. (Comme Toiscau 
parla tendcrie à la chouette.) [Tim- 

MERMANS.] 

Chouette = Chouettard = 
Chouetto. O S- Ron, beau, bien, 
parfait : qui appâte, allèche, séduit 
comme la w chouette » attire Vol- 
9eau.[TiMMERMA!ssl.Voy.rAo7M0</e. 

Chouettement Q adv. Parfaite- 
ment. 

Chouflik =Chouflique0Savetier. 

Choufllquer v.n. Faire du mau- 
vais ouvrage, saveter. AH. Schuh, 
soulier et flicken^ raccommoder. 

Choufliqnenr s.m. Savetier, et, 
par exl., mauvais ouvrier. 

Chouia-Chouia (mil.) adv. Douce- 
ment. Mot ar.-alg. 

Chouine # s.f. Tabac à priser. 
Son de Taspiration nasale. [Tim- 

MERMANS.] 

Choule O 8-f' Synagogue. 
Choumaque 0* s.m. Cordonnier. 

AU. Schuhmacher, m. s. 
ChouriD 9 s.m. Pour Sun'n, v.c.m. 

Skt. Çiriy couteau, xur, couper; 

gr. Çupro, tondre. [Timmermaiss. | 
Chouriner % v.a. pour Suriner, 

v.c.m. 
Chourineur 9 s.m. Pour Surinei/r, 

v.c.m. 



Chrétien O a. Qui contient de 
Tcau. « Du vin, du lait chrétien. » 
Il est fiaptisé. 

Chrysalide O s.f. Individu qui se 
renferme chez lui, qui vit seul, 
retiré. 

Chtibes s.f. pi. Bottes. Ail. 
Stiefel, m. s. 

Chnrluper0v.n. Boire beaucoup. 

Chuter Q v.n. Faire tomber (au 
fig.) un acteur en poussant Tex- 
mation chut! chut! 

Cibige s.f. Cigarette. 

Giboulard = Ciboulot s.m. La 
tête. « Taper sur le ciboulard, >» 

Ciel s.m. O {méL)Le ciel plumant $f s 
/>ot/fes, ciel nuageux. (IUcuepin, l*t 
Mef\) 

Cierge s.m. Agent de police, qui 
monte la garde droit comme un 
cierge. 

Cig = Cigale = Ciguë # s.f. 
Pièce d'or. 

Cigogne (la) % s.f. Palais de jus- 
tice, préfecture de police. « Je 
monte à la Cigogne. » (Vidocq). 

Ciment % s.m. Prise de tabac. 

Cinglée s.f. Ivresse. 

Cingler v.a. Se cingler le blair, 
se griser. 

Cinq a.n. Cinq contre un (ona- 
nisme). — Cinq et trois font huit, 
boiteux. 

Cipal s.m. Garde municipal 
(abrév.). 

Cire s.f. Avoir la cire à Vceil, 
avoir les yeux chassieux. 

Cireux s.m. || 1. Homme à 
figure sale et répugnante. || 2. In- 
dividu qui a mal aux yeux. 

Cité s.r. Ciféd'amoiir,*prostituéc. 
« Je Tai appelée feignante, cité 
d'amour, chenille, etc.». (Macé.) 

Citron s.m. Tête. 

Citrouillard s.m. TtMe. 

Civade 9 s.f. Avoine, vx fr. m.s. 

Givard © s.m. Prairie, gazon. 
Voy. cive. 




CIVE. 



■— 71 — 



COCANGES. 



Cive © s.f. Herbe. Du fr. cive, es- 
pèce cultivée du genre ail. 

Clair 9 s. m. CEil. Allumer ses 
clairs, ouvrir les yeux. — Souffler 
ses clttirs, dormir. 

Glampin s.m. Paresseux, propre 
à rien. 

Glaquette s.f. Bavard. 

Claque s.m. Maison publique. 

Claqae ^ s.f. En avoir sa claque, 
en avoir assez, ^tre surmené, 
fatigué. — Voy. Cliques. 

Glaqaë s.m. Mort. — La boite aux 
claqués, la Morgue. 

Glaquedent Q s.m. || 1. Maison 
publique. || 2. Maison mal famée. 
Il 3. Cercle mal famé. 

Claquepatin s.m.= Misérable; 
m.à. m. bomme dont la savate cla- 
que contre le talon : 

Venez à moi, claquepatin»^ 
Loqueteux, joueurs de musettes. 

(J. RlCBEPIM.) 

On trouve dans Villon le mot c7i- 
queftatin m. s. 

Claquer v.a. etv.n. 1| 1 . Dissiper. 
Claquer sa galette, dépenser son 
argent. || 2. Mourir. || 3. Manger. 
(Larchet.) 

Claude n.d.b. Imbécile. « Cf'pot 
comme un claude » . 

Clavin # s.m. jj 1. Gou. || 2. = 
Calvin, v.c.m. Raisin, vigne, vi- 
gneron. 

Gleb % s.m. Gbien. Gorr. de cab. 
v.c.m. (3). Hébreu kelp, animal 
qui clabaude. 

Clé O s.f. Avoir perdu sa clé, avoir 
la diarrhée. — A In clé, formule 
ironiauement confîrmative (|ui 
s'emploie à propos de tout. (Lar- 
chet.) « // y aura du cUampayne 
et des femmes à la rlé. — Il ij a 
eu des embêtements à la dé, » 

C16ricafard0 s.m. Dévot byj)0- 
crite. 

Cliché s.f. Colique. De clifoire 
« seringue » de sureau. 



Cliché O s.m. Banal, suranné. Cest 
un vieux cliché, c'est une formule 
courante, surannée. 

Client # s.m. || 1. Cest le volé, 
pour le voleur. M 2. Q Individu 
quelconque. « Qu est-ce que c'est 
encore que ce client-là? » 

Clignote s. m. pi. Yeux. — Baver 
des clignots, pleurer. 

GlinquaiUe (O) s.f. Argent, 
monnaie du fr. clinquant, brillant. 

Cliques s.f. pi. Prendre ses* cli- 
ques et ses claques, s'enfuir. 
« Lorsque Taulre a vu le sang, 
elle a pris ses cliques et ses cla- 
ques «... (IWssommoir, Zola.) 

Cliquettes s.f.pl. |{ 1. Oreilles. 
Il 2. Jambes. 

Cloche s.f. Déménager à li clo- 
che de bois, déménager clandesti- 
nement, sans payer et sans bruit; 
(la clocbe de boîs n'a pas de son.) 

Cloporte s.m. Concierge, por- 
tier; (il clôt la porte.) 

Cloque s.f. || l.Pour Cloche, dm- 
poule. « Avoir des cloques aux 
pieds. » Il 2. Vesse, pet. 

Cloquer v.n. Péter. 

Clos-cul s.m. Dernier-né d'une 
famille. 

Clou s.m. Il i. O Mont-de-piété. 
« Mettre au clou.» \\ 2. Prison j«alle 
de police. || 3. Attraction princi- 
pale. kLccIou de la pièce. Le c/om du 
Salon. >> Il i. Clous de girofle, dcnls 
noires et gâtées. || 5. River le clou 
à quelqiitm,'\c mettre à bout 
d'arguments, en avoir raison. || 
6. Mauvais. C'est un clou, il est 
mauvais. Il joue comme un don, 
il joue mal. 

Clous # s.m. pi. Outils de voleur. 

Clouer v.a. Clouei^ le bec à qucl- 
quun, le faire taire. Clouer quel- 
quun.=:z River le clou, v.c.m. (5). 

Cocanges % s.f.pl. Coquilles de 
noix= Biribi, v.c.m. (1). Jeu de 
cocanges, sorte de jeu de bonne- 



COCANGEUR. 



— 72 — 



COL. 



teau (v.c.m.) où Ton se sert d'une 
boule et de coquilles de noix. 
Ccst un jeu tenu par des filous. 

Cocattgemr # s.m. Sorte de bon- 
neteuvy v.c.m. et les mots cocon- 
ges et bonneteau. 

Cocantin Q s.m. Homme d'affai- 
res. 

Cocarde s.f. Tèie.— Avoir sa co- 
carde f son ptumet^ être gris. Syn. 
de pompon, 

Gocarder (se) vj^r. Se griser. 

Cochemar s.m. Cocher .- 

Cochon s.m. Homme dépravé. 

Cochonnerie s.f. || 1. Ordure. 
Il 2. Dépravation, obscénité. 
« Faire des cochonneries, » 

Coco 0s.m. Il i. Tôle. Avoir te coco 
fêlé, être un peu fou, quelque- 
fois tout à fait. — Dévisser le coco, 
étrangler. || 2. Individu. « Un 
drôle de coco, un vilain coco. » 
« Elisa était simplement en cours 
de dressage, le «coco» qui avait 
entrepris de la dompter était un 
jeune homm« de bonne famille, 
et dès sa première rencontre avec 
elle, il lui avait fracassé la mâ- 
choire. » [Eclair i9 mai i894.] || 3. 
Se garnir le coco, manger. || 4. 
CEuf (enf.). || 5. Mauvaise eau-de- 
vie. 

Cocon (polyt.) s.m. Condisciple de 
première année. 

Cocotte s.f. Il i. Femme galante. 
Il 2. Avoir la cocoUe, avoir la 
gonorrhée. 

Cocotterie Q s.f. Réunion de 
femmes galantes. 

Gocufler v.a. Faire cocu. Etre 
cocufié, être cocu. 

Coesme (B) s.m. Bon mercier. 

Goesmelotier (B) s. m. Mercier. 
Coesmelotier huré, marchand gros- 
sier. 

Goesmelotrie (B) # s.f. Mercerie. 
D'où est venu le mot camelote, 
marchandise de peu de valeur. 



Coesre (B) # s.m. Le premier des 
GueuK = Cotre, chef de bande 
dans Targ. moderne. « Leur coire 
me proposa d'être des leurs, on 
faisait la grande soûlasse sur le 
trimar. » [Vickhi Hugo.] Dex«*f i*ç, 
seigneur. [Timmekmans.J 

Cœur s.m. Mettre du tœwr twr 
le carreau, vomir. — Cœur d'iati- 
chaut, infidèle. — Par cceur, se 
passer de... Dîner par cœur, se 
passer de dîner. 

Coin:*e0 s.m. Corps humain. Avoir 
un bon coffre, être solide, bien por- 
tant. Se garnir le coffre, mançer. 

CoATk^-fort 9 s.m. Wagon cellu- 
laire pour transporter les pri- 
sonniers. 

Colfk*er (Acad.)v.a. Enfermer, em- 
prisonner. Se faire coffrer, se 
faire mettre en prison. Voy. 
Coffres-massis, 

Coffres -massis (V) s.m. pi. Pri- 
sons, cachots de pierre. On dit 
aujourd'hui coffrer pour mettre 
en prison (Acad.). 

Cognade # s.f. Gendarmerie. 

Cogne # s.m. Gendarme. Dans 
Targ. moderne on désigne aussi 

f)ar ce mot les agents de police, 
es sergents de ville. 

Cogner v.a. Frapper, battre. 
Ce mot est français ^uand il s'ap- 
plique aux choses; il a un sens 
beaucoup plus large en argot. 
Cogner les sergots, battre les 
agents. — Cogner une femme, (O) 
faire Tamour. 

CogD^gi s.m. Cognac. 

Coiffer v.a. Faire cocu. — Etre 
né coiffé, avoir de la chance. — 
Coiffer sainte Catherinp, rester fille. 

Coin O s.m. Coin de feu, veston 
d'appartement. 

Coire 9 s.m. Voy. Coesre, 

Coire s.f. Ferme. Métairie. 

Col O s.m. Sf pousser du col, faire 
des embarras, faire le fier. 



COLAS. 



— 73 — 



COMBLE. 



Cotas 0s.in. 0<m. — Tratkcher le 

colas, l^illotiDer. 
Gplbasse 9 s.m. Chambre. [Mé- 

TÉKIER.] 

Ciolin 9 s.m. voy. Colas, Tampon. 
CSoliqae O ^-ï- Colique cornue, 

érection. 
Gellabo O ^'^' Gonaborateur. 

(abrév.) 
Collage s.m. Ménage irré^lier. 

Union iïïégitîme. 

L'ttDfi après l'autre, en camarade, 
C'est rupin, mais V collage, bon Dieu! 
Toujours la raém'ehanireus'de «eu ! 
M'en parles pas, ça n'rend malade. 

XAju). Gux.] 

Collant o s. et a. || 1. Quclqn^un 
on auelque chose dont on ne peut 
se aébarrasser. Les Femmes ool- 
ImiteSf yandevillc de Léon Gan- 
dilloL II 2. (thé.) Maillot. 

Gollardè # s.m. Prisonnier. 

Colle s.f. Il I. Eti'e à la colle, 
marié à la colle, x'wre en ménage 
sans être marié. || 2. Fiche une 
colle, poser une question difficile, 
ou embarrassante à un candidat 
dans un examen. || 3. Mensonge. 
= Carotte, 

Collé O a. Efre coUé, être puni. Le 
collégien mis en retenue ou privé 
de sortie est collé. 

Collège # s.m. Prison. 

Collésieii # s.m. Prisonnier. 

Coller v.a || 1. Appliauer : « CoUer 
une teigne. » || ^. Mettre : Collei- 
au dote, mettre en prison on au 
montnde-piété. i< Colle -toi ça dans 
le coco, » avale ça, m. à m. mets-toi 
ça dans le corps. || 3. Se coller, se 
mettre en ménage sans se marier. 
|f4. CoUer quelqu'un, le mettre à 
biout d'arguments, le laisser in- 
terloqué. Il 5. Se coller une douce 
ou un ra<s/s (onanisme). || 6. CoUer 
sous bande, acculer. Cette expres- 
sion vient du jeu de billard. || 7. 
Punir. 



CoUetla s.m. = Collin, vx.m. 

Colleur (écol.) s.m. Examinateur. 

Collier # s.m. Cravate. 

GoUic^aon s.m. Cocher. Le co- 

. cher qu'on appelle Colligncn se 
considère comme gravement in- 
sulté, un cocher de ce nom aymt 
commis un assassinat. 

CoUoqner v.a. « Il m'a colloque 
les comommations à la manille », 
il m'a fait payer les consomnnt- 
tions. — « Il nia colloque son 6oa- 
homme et fai été cramponné toute 
la journée», il m'a imposé la com- 
pagnie d'un individu ennuyeux, 
importun. 

Colo (mil.) s.m. Colonel (abrév.). 

Colombe O s-^- Femme légère. 
« J'ai rencontré une colombe sur 
le boulevard, elle m'a pris pour 
un pigeon. » 

Colon (mil.) s.m. = Coh. Colonel. 

Colonne s.f. S'imaginer avoir 
chié la colonne, se croire un per- 
sonnage important. -> Se pour la 
colonne (onanisme). — Monter une 
colonne, faire un récit long et 
détaillé. 

Coloquinte s.f. Tète, ic Taper 
sur la coloquinte. • 

Goltiger # v.a. Arrêter. « Ost 
dans la rue du Mail où j'ai été 
coltigé. » [Victor Huoe, Dernier 
jour d'un con'lamné.] 

Coltin s.m. Force. 

Coltiner v.n. Faire un travail 
qui exige de la force. 

Goltineur s.m. Fort de la halle, 
homme qui porte des fardeaux. 

Comberge # s.f. Confession. Aller 
à comberge, aller à confesse. 

Comberger O "V'.a. || i. Confesser. 
Il 2. Compter. (Larchey.) 

Combergo s.m. Confessionnal. 

Comblance Q s.f. Par comblance. 
par surcroit, par complaisance. 
(Rasasse ) 

Comble # (B) s.m. Chapeau. — 



COMBLETTE. 



— 74 — 



CONDÉ. 



C*est un comble, c'est extraordi- 
naire. — Jeu des combles, jeu de 
mois. « Le comble de Tagilité, 
c'est jeter un objet du haut de la 
tour EiflFcl et descendre assez vile 
pour le recevoir sur la tête. » 

Gomblette (B) s.f. La tôte. 

Gombre s. m. voy. CombrieUy cha- 
peau. Du blesquien, comble, m. s. 

Gombrie # s.f. Pièce d*un franc. 

Gombrier s.m. Chapelier. 

Gombrieu s.m. = Combre ^zCom- 
briau. Chapeau. Du blesquien 
Comble et Comblette, v.c.m. 

Gomédie s.f. Etre à la comédie, 
être sans le sou. — Envoyer à la 
comédie, congédier. 

Gomète s.f. || l.Q Civière en usage 
pour le transport des enfants au ci- 
metière. « Deux corbillards de 
dernière classe, suivis de la comète 
des enfants, emportaient les mal- 
heureux à leur dernière de- 
meure. ». Il 2. Individu qui est 
considéré comme portant la dé- 
veine au joueur. (Arg. des Grecs.) 
voy. Jettator. \\ 3. Tirer des plana 
sur la comète, s'ingénier à trouver 
le moyen de réussir. || 4. # hc- 
filer la comète, être dans une pro- 
fonde misère. 

Gomme © (conj.) C'est comme aco, 
c'est comme ça. — Comme if, 
comme il faut (abrév.) — Tes 
comme if, tu as Tair bien comme 
il faut. 

Gomme Q adv. « Comme s'il en 
pleuvait >», beaucoup. 

Gommissaire s. m. Petit broc 
de vin. 

Commode # s.f. Cheminée. 

Gommodier % s.m. Déménageur. 

Gommanard = Gommuneux Q 
s.m. Partisan ou combattant de 
la Commune en 4871. 

Compagnon Q s.m. Anarchiste. 
« Les anarchistes s'appellent entre 
eux compagnons. Le compagnon 



Ravachol est un de leurs martyrs. » 
9 Compagnon de la pince et du 
croc, voleur, cambrioleur. 

Compas Os.m. Allonger son com- 
pas, faire de grandes enjambées, 
marcher vite en ouvrant les jambes 
comme les branches d'un compas. 

Complet O s.m. Un complet, un 
vôtementcompletjChezle tailleur. 

Compliment Q s.m. Rengainer son 
compliment, s'abstenir de parler 
alors qu'on avait l'intention de 
dire quelque chose. 

Comprendre O v*^* ** ^' ^^ ^^^' 
prend », il n'est pas embarrassé, il 
csidébrouillard, il ne se tourmente 
pas. 

Comprenette Q s.f. Intelligence. 
Il na pas la comprenette facile, il 
ne saisit pas bien facilement, il ne 
comprend pas bien. 

Compte s.m. « i/ a son compte » , il 
en a assez. « Quelle volée ! il a 
son compte », il a été assez battu. 
« Quelle cuite! il a son compte », 
il a assez bu. 

Comte 0s.m. Menteur.' J.d. m. avec 
corUe, histoire inventée. — %Comte 
de carurhp, geôlier. — Comte de 
caslu, infirmier. 

Comtois # s.m. Battre comtois, 
mentir, faire des contes. 

Con s.m. Niais, imbécile. Ce 
mol s'entend à chaque inslant 
dans la rue parmi les gros mots 
et les interpellations des cochers, 
des charretiers, des ouvriers qui 
se querellent. 

Conasse # s.f. Une honnête femme; 
dans le langage des prostituées, 
ou celle d'entre elles qui n'a pas 
encore la carte de la préfecture. 

Condé # s.m. Il 1. Maire. Grand 
condé, préfet. Demi-condé, adjoint. 
Condé franc, magistrat qui s'est 
laissé corrompre. Jl 2. Permission, 
faveur, généralement accordées 
par le maire de la commune pour 




CONDICE. 



— 75 



CONSERVES. 



les foires, les jeux cl les exhibi- 
tions sur la voie publique. 

Gondice # s.f. || 1. Cage clans la- 
quelle on enferme, à bord des 
navires, les condamnés à la trans- 
portation. || 2. Habitation des 
condamnés aux travaux forcés, à 
la Nouvelle-Calédonie. 

Condition 9 s.f. Chambre, maison. 
Faire une condition, voler, avec 
effraction, dans une chambre, une 
maison. Changer de condilion, 
déménager. 

Conduite O s.f. Faire la conduite, 
chasser avec voies de fait. (Lar- 
CHET.) — Faire la conduite de Gre- 
noble, chnsscr à coupsde bâton. — 
Acheter une conduite, s'amender. 

Cône # s.f. La mort, vov. coni. 

Coneau s. m. voy. Con. Niais, im- 
bécile. 

Conerie © s.f. Erreur, bêlise, 
soltise. 

Confetti O s. m. pi. Les confetti 
parisiens sont do petits ronds 
multicolores en papier, de la 
candeur d'une lentille, au'on se 
jette dans la rue pendant les fêles 
du carnaval. Cet amusement a 
été inauguré en 1892. « Confetti 
et serpentins, à qui nous devons 
tant de grâce et dont l'origine 
demeure ignorée. Un jour, ils 
apparurent, et la ville s'égaya 
d un caprice libertin, une ravis- 
sante mutinerie permit d'aimables 
échanges. Les tommes ne furent 
point les dernières à accepter les 
privautés que celte artillerie au- 
torise, ell'obsédante bataille s'en- 
gagea. Le carnaval renaît joyeux, 
fibre et vivace, bon enfant et 
gaulois, dans sa fantaisie pitto- 
resque et bariolée. Il a" suffi, 
pour que nous assistions à ce ré- 
veil tant souhaité, d'un petit rond 
de papier léger, qui volMe, im- 
pertinent, dans l'air qu'il remplit 



de sa poussière multicolore. » 
{Eclair, mars 94.) 

Confirmer O v.a. Confirmer quel- 
qu'un, le souffleter, le gifler. 

Confiture s.f. || 1. Excréments. 
Il 2. Gratification donnée par les 
emprunteurs dans les cercles aux 
individus qui leur prêtent de l'ar- 
gent. « X...„ intorroçô par le 
président, a soutenu n avoir pris 
aucun intérêt usuraire. — Quand 
les emprunteurs remboursaient, 
dil-il, ils donnaient ce qu'ils vou- 
laient comme gratification. — Oui, 
vous appeliez cola la confiture? 
fait le président. » (9« chambre 
correctionnelle, il avril 94). 

Confiturier s.m. Vidangeur. 

Coni # s.m. Un mort, cadavre. 
Omnibus à conis, corbillard. Du 
blesquien cosny, m. s, 

Conir # v.a. Tuer, voy. coni. 

Coniller v.n. Disparaître = Faire 
le mort. De Coni, v.c.m. 

Conjungo s.m. Mariage. 

Connaissance s. f. = Bonne 
amie. Maîtresse. « Aller trouver 
sa connaissance. » 

Connaître O v.a. La connaître 
dans les coins, être débrouillard, 
malin, rusé, retors. — Connaître 
une femme, (O) faire V amour. 

Conobrer # v.a. Connaître. Déf. 
de connaître, lai. coynosctre. 

Conscience s.f. || 4. Se coller un 
cataplasme sur la conscience, man- 
ger la soupe. « Met>-toi ca sur la 
conscience,» TïïRngc ça. || 2. (lyp.) 
Ouvrier payé à la journée. 

Conscrit s.m. = l. (écol.) Nouvel 
élève. Il 2. Novice. 

Conservatoire s.m. || 1. Monl- 
de-piété. — Elè^^e du conserra- 
toire de la Villette, mauvais chan- 
teur. 

Conserves O ^-^-P^* Les pièces du 
répertoire au Théâtre -Français 
ou à rOpéra-Comique. 



' I 

i 



\ 



CONSIGNE. 



— 76 — 



COQUINE. 






Gonsi^e s. f. Il a mangé la con- 
signe, il a contrevenu aux ordres 
donnés, il est arrivé en retard. 

Consolation Q s-^- ^<^u de hasard 
qu'on appelait autrefois la par- 
faite (égalité) ; se joue avec des 
dés. Un des premiers qui installa 
la parfaite à Taller et au retour 
des courses, était un marchand de 
biioux qui, lorsqu'il avait dépouil- 
lé les joueurs, leur offrait un bijou 
en loterie comme consolation. 

Contre # (V) s.m. Compagnon, 
associé. CesiValter ego. 

Contrebasse s.f. Le dos, et 
aussi usa partie basse». 

Contre-coap 0s.m. Contremaître. 

Contremarque s.f. Contremar- 
que pour Pantin, ordonnance de 
médecin, (billet pour se faire en- 
terrer à Pantin.) 

Convalescence # s.f. Etre en 
convalescence^ être en interdiction 
de séjour. 

Conversation Q s.f. Conversation 
criminelle, flagrant délit amou- 
reux, par ext. du s.fr. adultère. 

Copaille s.f. Pédéraste. 

Copain s.m. vov. Copin. 

Copeau s.m. ouvrier qui tra- 
vaille le bois. — Arracher son co- 
peau^ cracher, expectorer. — # 
Coup de vague avec copeaux, 
effraction. 

Copie (typ.) s.f. Manuscrit à com- 

Eoser. * — Pisser de la copie^ écrire 
eaucoup. — Pisseur de copie, 
celui qui écrit beaucoup, des 
articles sans valeur, sans intérêt. 

Copin s.m. Copine s.f. O = 
Copain. Ami, amie; camarade, 
compagnon. 

Gopurcliic O s.m. == Gommcux, 
Jeune élégant. 

Coquage s.m. Dénonciation. 

Coqaar= Coquillard s.m. Imbé- 
cile, bête. Animal à coquille. On 
dit aujourd'hui mollusque^ moule 



et huitre pour désigner un indi- 
vidu bête, (amolli.) 

Goqnard (B) s.m. Maréchal ferrant. 

Coquebin Q s.m. Chaste, inno- 
cent, puceau. 

«~ Aimez-Toas les chastes? 

— Hein?... les « coqoebins *?... 

{GitrBlas, il mai 1894). 

Coqner % v.a. Dénoncer. — De 
caqueter, donner ou envoyer à la 
façon d'un coup de patte. — Co- 
quer le rifle, incendier. — ^^ Cogner 
le taf, effrayer. — Coquer le poi- 
vre, empoisonner. — Coquer son 
centre, dire son vrai nom. 

Coquear (V) % s.m. Dénonciateur. 

Coqueurs de pains et plommeors affectei. 

[Vu.u)ii] 

Dans le patois lyonnais on trouve 
choquer, baiser, embrasser. — 
Coqueur de pains si^ifiait celui 
qui baise Thostie. L'idée de baiser 
a fait traduire « dénoncer » par 
coquer (allusion au baiser de 
Judas). Le cogueur vient dénoncer 
les projets de vol à la police de 
sûreté, ce métier s'appelle co- 
quage. [Gaisler.] Ce mot a fait le 
mot fr. coquin, — Coqueurde bille 
ou de braise^ capitaliste, comman- 
ditaire. 

Coquillard s.m. || i. Œil. Je 
m'en tamponne le coquillard = Je. 
m'en bats VœilAe m'en moque. Par 
j.d.m., du holl. kyken, regarder, 
ail. gucken, [Timmermans.] || 2. Pè- 
lerin (à cause des coquilles que 
portaient autrefois les pèlerins). 
Il 3. = Coquar, v.c.m. 

Coquille s.f. (typ.) Erreur typogra- 

Ehique. O Coquille de noix, petit 
ateau léger. % Assiette. 
Coquillon s.m. Pou. 
Coqain # s.m. Coqueur. Dénon- 
ciateur. 
Coquine # s .f. Etre en coquine. 
(pédérastie). 



CORBEAU. 



— Tl — 



COTE. 



Corbeau O s.m. || 1. Henri Becque, 
dans une comédie intilulée les 
Corbeaux, jouée au Théâtre-Fran- 
çais, a montré ce que sont ces 
hommes de loi, rapaces et insa- 
tiables, qui sentent le cadavre elqui 
viennent pour se partager sa dé- 
pouille comme les corbeaux sur un 
charnier. || 2. Frère de la Doctrine 
Chrétienne (allusion au costume 
noir). Il 3. Croque-mort (il vient 
toujours là où il y a un cadavre, 
comme le corbeau). || 4. Voleur 
dans les cimetières. 

Corbillard s. m. Un caillou à 
ealer les roues de corbillard, 
figure triste et renfrognée. 

Gorbuche # s.f. Plaie. 

Corde © s.f. Se mettre la corde au 
cou, s'engager, se lier; avoir une 
liaison malheureuse; se mettre 
dans l'embarras. — Tenir la 
corde, avoir la bonne place pour 
arriver le premier dans une 
course, ou pour Tobtention d'une 
faveur, d'une place, être le pre- 
mier sur la liste des postulants. 
— Faire des cordes, rester long- 
temps aux lieux d'aisances. 

Corder 0v.n. S'accorder (m. déf.). 

Comage s.m. Ronflement. 

Com^nche 9 s.f. Au jeu du bon- 
net, faire la cornanche, c'est mar- 
quer d'une corne la carte qui 
§agne et en battant les cartes la 
écorner, puis en corner une autre 
en laisant le saut. 

Cornant (B) s.m. Bœuf. 

Cornante <B) s.f. Vache. 

Ctornard s.m. Cocu. 

Corne s.f. I| 1. = Cornemuse y 
cornet, v.c.m. || 2. Clairon. 

Gomemaee s.f. Le gosier, la 

forge. Se rincer la cornemuse, 
oire. 
Gornemnseax s.m. Vent du 

Sud (arg. des pécheurs). 
Corner (O) v.n. Sentir mauvais. 



Cornet s.m. Gosier. Se mettre 
quelque chose dans le cornet, man- 
ger ou boire. 

Cornette s. et a. O II l.Cocu. Il est 

cornette, il est cocu. — Faire 

quelqu'un cornette, le faire cocu. 

Il 2. Femme trompée par son 

mari. 

Corniche s.f. || 1. (écol.) École de 
Saint-Cyr. || 2. Chapeau. 

Cornichon Q s-^* Il 1* Aspirant à 
l'Ecole de Saint-Cyr. || 2. Niais, 
sot. Il 3. Veau. Dim. de cornant, 
v.c.m. 

Cornière s.f. Étable (où l'on 
met les cornants et les cornichons, 
v.c.m.). 

Corridor s.m. Gosier, gorge. 
Se rincer le corridor , boire. — 
Repousser du coriidor, avoir mau- 
vaise haleine. 

Corsé O 21' Plantureux, copieux. 
Un gueuleton corsé. 

Corser Q v.a. Compléter, aug- 
menter, fortifier, m. â.m. donner 
du corps. 

Corvette # s.f. Etre en corvette. 
(pédérastie) 

Cosaque s.m. Homme grossier 
et mal élevé. 

Cosne # s.f. Auberge. 

Gosny (B) s.m. Mort = Coni dans 
l'arg. moderne des voleurs. 

Cesser 9 v.a || 1. Dépenser. [Ri- 
GAUD.] Il 2. Dévaliser, ^o\ir écasser, 
tirer de la cosse. 

Goste # s.f. La mort. 

Cofttel s.m. Souteneur. 

Costo 9 s.m. Qui fait partie de la 
coterie des costels v.c.m. « Allez 
donc interroger, dans un bar de 
Belleville, une trentaine des cars 
« costo », tous repris de justice, 
ne vivant que de rapine... » Ecktir, 
19 mai 1894.) 

Cote s.f. (sport) Tableau des book- 
makers. (Polyt.) Séance des cotes, 
brimades. 



COTE. 



78 



COULEUVRE. 



Côte s.f. Etre à la côte, être 
gôné, à bout de ressources. — 
Avoir les cotes en long, être pares- 
seux. 
Côté s.m. N^avoir 7^en du côté 
gauche y n'avoir pas de cœur, 
manquer de courage, de sensibi- 
lité. — Du c(5(é que cesl pas vraif 
du mauvais côté. 
Gôtelard s.m. Melon. 
Côtelette s.f. Pisser sacôteletlCj 
accoucher. — Les côtelettes, les 
favoris. 
Côtier s.m. || 1. Homme chargé 
d'atteler les chevaux de renfort 
pour les montées. ||2. Cheval de 
renfort pour monter les côtes. 
Cotillon s.m. Femme. Faire 
danser le cotillon, battre une 
femme. 
Coton s.m. Peine, difficulté. « Il 
y aura du coton. » — Filer un 
mauvais coton, être dans une po- 
sition fâcheuse. 
Cottage O s*in* Maison genre 

anglais. 
Cotte s.f. Pantalon de travail. 
Cotteret s.m. = Fagot affranchi. 

forçat libéré. 
Couac O s.m. Faire un couac, don- 
ner une fausse note. 
Couche s.f. £n avoir une couche, 
être sot, niais. — Les nouvelles 
couches (s. ent. sociales), les 
hommes de progrès, les avancés 
de tous les partis. 
Coucher 0v.n. Tête à cowiher à la 
porte, individu à mine suspecte, 
nomme laid et repoussant qu'on 
ne voit qu'avec déplaisir. — A 
quelle heure quon te couche? tu 
ne vas pas bientôt te coucher? 
tu nous ennuies. 
Coucou s.m. Il 1. Cocu. || 2. Pen- 
dule, horloge, montre, tous les 
appareils en général qui indiquent 
l'heure, par ext. de coucou, hor- 
loge ancienne dont la sonnerie 



ressemble au cri du coucou. 
Il 3. Paire coucou, jouer à cache- 
cache. 
Coude s.m. Lâche-moi le coude, 
laisse-moi tranquille. — Lever le 
coude, boire. 
Couenne s.f. || 1. Niais, imbé- 
cile. Il 2. Couenne de lard, brosse. 
Il ;>. Peau. — Se faire gratter la 
couenne, se faire raser. — Frotter 
la couenne (O), faire l'amour. 

Coues (B) s.f. Maison. 

Couesu % s.m. Montre. 

Couiile s.f. Testicule. — iVc 
bander que d'une, avoir peur. — 
Avoir des couilles au c, être 
courageux. — N'avoir pas de 
couilles, manquer de courage. 

Couillè s.m. Individu. 

CouiUet 9 Plan de couillet, at- 
tente vaine, prison préventive, 
subir une peine imméritée, faire 
de la prison pour rien. 

Couillon0s.m. || 1. voy. Couille, 
Il 2. voy. Couyon, 

Couillonner v.n. voy. Couyon- 
ner. Plaisanter. 

Couiner v.n. Se lamenter. 

Coulage s.m. Gaspillage, perte oc- 
casionnée par la négligence ou le 
manque de surveillance. 

Coulant s.m. 1. Lait. || 2. Cra- 
vate (nœud coulantj. 

Coulante s.f. {| 1. Gonorrhée. 
Il 2. Laitue. 

Coule s.f. Etre à la coule = Etre 
à la hauteur, dans le mouvement, 
être au courant d'une chose, être 
capable, intelligent. 

Coulé a. Perdu (comme un na- 
vire au fond de la mer). 

Couler v.a La couler douce, se la 
couler, vivre insouciamment, m. à. 
m., laisser couler la vie. 

Couleur s.f. || 1. = Carotte, 
Mensonge. || 2. Gifle. 

Couleuvre s.f. || 1. Mensonge, 
pour couleur. Conter des cou- 



COULOIR. 



— 79 — 



GOURAILLER. 



leuvres, mentir. || 2. Paresseux 
(fainéant comme une couleuvre). 

Couloir © s.m. = Citriidor, Bou- 
che, gorge, gosier. 

Couloire (V; s.f. Canal de l'u- 
rètre. 

Goap © O s.m. Monter le coup à 
quelqu'un, le tromper par des 
promesses que Ton sait ne pas 
tenir. — Ça vaut le coup^ ça vaut 
la peine de s'en occuper. — Elle 
vaut le coup (obsc). en parlant 
d'une femme. — Coup du lapin y 
le dernier coup. — Avoir un coup 
de sirop y coup de feu ^ coup de bou- 
teille, coup de chasselas , coup de 
picton, être gris. — Coup de 
chien, mauvais tour, trahison. — 
Avoir un coup de marteau, ôtre 
toqué. — Avoir un bon coup de 
fourchette, avoir bon appétit. — 
Coup du médecin y verre de vin , 
après la soupe. 

Après la soupe un coup do vin 
Ole un dcnior au médecin. 

(Vieux prov.) 

— Tu ne te donnes pas de coupai de 
pif'd, tu ne dis pas de mal de toi, tu 
fais ton éloge. — Coup de pied 
de Vénus^ maladie vénérienne. — 
Donner les coups de poing de la 
fi't, donner un coup de collier, ac- 
tiver la besogne pour la (erminer. 

— Donner le coup de pouce, avan- 
cer une pendule. — Coup de so- 
leil, ivresse. — Se donner un coup 
de torchon, se battre. — Donner 
un coup de pied à la caisse, de- 
mander une avance d'argent. 

— Le coup de l'absinthe, l'heure, 
le moment. — % Coup d*i casse- 
roi'^, dénonciation. — Coup du 
père François=-Charriige (v.c.m.) 
à la mécanique. — Coup ae tron- 
che, coup de tôte. Coup d**. vague, 
7ol non prémédité, rouiller les 
poches, détrousser. — Coup de 



hasard [O), bâtard. — Coup de 
pouce, effraction. 

Coupe © s.f. Tirtrsa coupe, nager. 
— Etre sous la coupe de quelquun, 
sous la dépendance. 

Coupé % a. Sans le sous = Fawhè. 

Coupe-choux (mil.) s.m. S ibre. 

Coupe-ficelle (mil.) s.m. Ailiticier 
d'artillerie. 

Coupe-file O s.m. Laiss(r/.-i)asser 
délivré par la préfecture de po- 
police (il permet de couper la file 
et de passer avant les autres). 

Couper © v.a. et v.n. Croire. Je 
n'y coupe pas, je n'y crois pas. 
Couper dedans, croire ce que Von 
vous dit, adhérer à une proposi- 
tion. — Couper dans le pont, se 
laisser naïvement tromper. Allu- 
sion au truc des cartes (faire un 
pont, c'est cintrer légèrement la 
partie supérieure d'un jeu de 
cartes pour faire « couper « où 
l'on veut). — Couper la chique à 
quelquun, l'interrompre, le faire 
taire. — Ça m'a coupé la chique, 
je n'ai plus rien dit. — Ça te la 
coupe ! ça t'étonne, tu ne dis plus 
rien. — Ça vous coupe la gwule à 
quinze pas, ça sent mauvais de très 
loin. — Couper la musette, couper 
la gorge et aussi la parole. — 
Se couper, se trahir en racontant 
un fait, dire ce que l'on tenait à 
cacher. — Coujter la queue à 
son chien, se faire remarquer 
par une excentricité. — (Thé.) // 
cherche à me couper mes eff'ts, 
il m'empêche, par ses mouve- 
ments ou ses répliques, de pro- 
duire l'effet que je voudrais dans 
mon rôle. 

Coupe-sifflet © s.m. Couteau. 

Coupolard Q s.m. Académicien 
(il siège sous la coupole de Tins- 
tilut). 

Courailler © v.n. Traîner par les 
rues, courir après les femmes. 



i 



COURANT. 



— 80 — 



CHACHER. 



t*- 






!•*■ 



W. 



Gourant s. m. Se déguiser en cou- 
rant d'air, s'en aller, s'enfuir. 

Courante (la) s.f. La diarrhée 
(O, 1556) (indisposition qui fait 
courir). 

Coiirbe % (B) s.f. Épaule. Les uns 
ticbent une courbe de moruCy 
d'autres un morceau de cornant. 
(Le langage de TArgot.) 

Gourer % v.a Se courer, se garer. 

[RlGAUD.J 

Coureuse s.f. || i. Femme qui 
se prostiluOy qui court après 
les nommes. || 2. Machine à 
coudre. || 3. Plume (pour écrire). 

Courir O0 v.a. et v.n. Cowir la 
muuse, le guilledou, courir après 
les filles. — (Sport) Faire courir, 
avoir une écurie de courses. % 
Se courir, s'enfuir. 

CU>nrriéri8te Q s.m. Journaliste 
qui fait les articles sous les rubri- 
ques « Courriers » des théâtres, 
du sport, de la bourse, etc. 

Conrt-&-patte s.m. Fantassin, 
artilleur à pied. 

Courtaud % s.m. Employé. Cour- 
taud de boutanche, employé de 
magasin. — Abreuver le courtaud, 
(O) laire l'amour. 

Courte (la) obsc. s.f. Membre 
viril. 

Goort-bonillon s.m. Le grand 
court-bouillon, la mer. 

Courtier % s.m. Voleur qui com- 
bine les vols. 

Courtiser Q v.a. Courtiser la dame 
de pique, jouer fréquemment aux 
cartes. 

Coosin 9 s.m. Tricheur au jeu. 
(arg. des Grecs) 

Coûter v.n. Ça coiîte les yeux 
de la tête, ça coûte cher. 

Coussinet s.m. Genou ; (allusion 
aux coussinets entre lesquels sont 
maintenus les arbres tournants). 

Couvrante s.f. || 1. Casquette. 
Il 2. Couverture. 



G ouvre-amour Q s-™* Cha^au, 

âhako. 
Couvreur s.m. || i. Chapelier, 

Il 2. (F.-M.) Celui qui garde ou 

qui ferme la porte. 
Couvrir Q v.a. Couvrir ta femelle 

(O, 1556), engendrer (en parlant 

des animaux). 
Couyon s.m. == CouiUon, Làehe. 

Êoltron. « Couyon comme la lune, » 
e Coilly ou Couilly village de 
l'arrondissement de Meaux, le 
quatrain suivant recueilli dans 
Us adages français explique le 
sens donné à ce mot syn. de 
Couilly on habitant de Couilly: 

« Mil cinq cent vingt et qualre 
«I CoilIy f^t pris sans combattre ; 
« Et les blés furrat engel^ 
« Et maints gens diHibonorés. * 

[L. RlGAUD.] 

Couyonnade s.f. = Cottillon- 
nade. || 1. Lâcheté. || 2. Niaise- 
rie, vétille. « Couyonnade en bâ- 
ton, » 

Couyonner v.n. et v.a. = Covil- 
lonner, \\ 1. Avoir peur, reculer 
, devant une chose à accomplir. 
Il 2. Couyonner le service = Caro - 
ter, éviter la besogne. || 3. Plai- 
santer. Est-ce que tu couyonnc»? 
Est-ce que tu plaisantes? || 4. 
Couyonner quelqu*un, le berner. 

Coys (V) s.m. Cabane, maison, ca- 
baret, cellier. C'est le môme mot 
3UC chaix en usage dans le midi 
e la France. Du latin casa. 

Crabosser v.a. Faire des bos- 
ses, bossuer. Chapeau crabosst^, 
écrasé et bossue. 

Crache O a. Ressemblant : « C'est 
son père tout craché ». 

Cracher 0©v.a. et v.n. Cracher 
son âme, son embouchure, mourir. 
— Cracher au bassinet, donner de 
l'argent. — Cracher blanc, des 
pièces dix sous, du coton, avoir soif. 
— îfepas cracker dessus, aimer une 



GRACHOia. 



— 81 



CREVAISON. 



chose, ne pas dédaigner. — Faire 
cracheTy forcer à donner de Tar- 
gent, faire parler. — 9 Crachery 
taire des aveux. 

Crachoir © s. m. || 1. Bavard. Te- 
nir le crachoir, être seul à parler. 
Abuser du crachoir, garder seul 
la parole, sans laisser parler les 
autres. || 2. Réquisitoire. 

Crampe s.f. Fuite, évasion. Ti- 
rer sa crampe, prendre la fuite. — 
Tirer une crampe, (obsc.) 

Gramper 0v.n. \\ i. Corr. de dé- 
camper, fuir. Il 2. Coïtcr. (obsc.) 

Crampon s.m. Individu te- 
nace et importun. « 0"^' cram- 
pon l » 

Cramponner v.a. S*attacher à 
q.q. avec acharnement, Tobséder. 

Cran s.m.Q LfXcherd'uncran, aban- 
donner. — Se serrer le cran, se 
modérer, se priver. — Avoir son 
cran, être gris. — JÎ^re à cran, être 
inquiet, irrité, anxieux. 

Crâne O ^* ^^ ^-i^- ^^ ^ ^'^ crâne 
toupet, il est bien audacieux, té- 
méraire. — Faire le crâne, faire 
le fanfaron. 

Crâner v.n. Faire le fanfaron. 

Crflnenr s.m. Fanfaron. 

Crapaud s.m. || 1. Gamin, en- 
fant. « Est-il drôle, ce crapaud- 
là! n Il 2. Genre de fauteuil 

£capitonné et très b as. || 3. 9 
Cadenas. 

Crapser v.n. Mourir. 

Vlà dans l'bataillon d'Ia guiche ! 
Comment craps'nt les dos. 

(J. RlCIEPlIf.) 

Var. de crever. 

Crapnlos s.m. Cigare d*un sou. 

Craquelin s.m. Menteur. Du fr. 
craque, mensonge. 

Crasse s.f. vilenie, indélica- 
tesse. « Faire une crasse ». 

Cravache (sport) s.f. Etre à la cra- 
vache, pressé, activé; (pour arri- 
ver au but le cheval est cravaché.) 



Crô a. Pour sacré. « Cré nom! 

Cré mâtin ! » 
Créateur s.m. Artiste; il crée. 
— Faire mousser ou se balancer 
le créateur; (onanisme). 
Créature O s.f. Terme de mépris 
à l'adresse d'une femme; « Une 
sale créature. » 

Crebleu int. Pour sacrebleu. 

Credo O s-î"- Il *• Profession de 
foi. Il 2. Crédit. || 3. Aveu. 

Crème s.f. Être fait crème, être 
dupé par son complice, m. à. m. 
être écrémé. — (O) O Le meil- 
leur; «C'est la crème des hommes». 

Crémer Q v.a. Brûler. Se faire 
crémer, demander à être incinéré 
après sa mort. 

Crêpage s.m. Bataille, rixe; 
« Crêpage de chignon, » 

Crêper (se) v.pr. Se crêper le 
toupet, le chignon, se battre, = Se 
prendre aux cheveux. 

Crépin s.m. Cordonnier; saint 
Crépin est le patron des cordon- 
niers. 

Crépin (Saint-) s.m. = Saint- 
Frusquin. Tout ce qu'on possède. 

Crépine s.f. Bourse de cuir. 

Crépon O s.m. Paquet de faux 
cheveux que les dames portent 
dans leur chevelure. « Mettre â^i 
crépon. » 

Grés 9 adv. Vite. 

Crespinière % adv. Beaucoup. 

Cresson s.m. Hn'aplusde cres- 
son sur le caillou, il est chauve, 
m. à. m., il n'a plus de cheveux 
sur la tête. 

Crétini8erOv.a.Abrutir,stupéfier. 

Creuse s.f. Gorge. 

Creuser O v.a. Approfondir. Se 
creuser la cervelle, chercher. 
Creuser une idée, l'étudier, l'ap- 
profondir. 

Creux s.m. || 9 1. Logis. || Q2. 
Voix. « Avoir du creux. » 

Crevaison s.f. Faire sa crevai» 

6 



CREVANT. 



— 82 — 



CROQUER. 



son, être très malade, sur le point 
de mourir. 
Grevant a. O ^'^^^ crevant! c'est 
drôle î c'est bizarre, extraordi- 
naire. 
Grevard s.m. Enfant mort-né. 

Grève-la faim @ s.m. Malheu- 
reux, misérable. 

Grever v.a. Tuer. = Crever la 
gueule, la peau j la paillasse. « Vo- 
tre intention est formelle : vous 
voulez a*ever un bourgeoiSj et 
comme vous n'avez j)as les moyens 
d'action du sublime Ravachol, 
vous vous servirez de votre instru- 
ment de travail, le Iranchet! » 
(Int. de Léaulhicr, anarchiste 
condamné en 1894.) — Se crever, 
se fatiguer. — Crever la pièce de 
dixsouSy (obsc.) sodomie. — Cre- 
ver l*œil au diable, réussir malgré 
. les obstacles, la déveine. 

Grevette Q s.f. Femme galante. 
« Allons dîner, il y aura des cre- 
vettca ». 

Gri 9 int., signifie v k gauche », , 
indication du bonncleur à son | 
compère ;i'awe signifie «à droite». ! 

Griarde© s.f. || I. Poule. | 2. | 
Lime, scie. || 3. % Sonnette. | 4. 
Serrure. 

Griblage = Griblement % s.m. 
Cris. 

Gribler v.n. Crier. Cribler à la 
grive. Crier : Voilà la police ! A la 
garde ! 

Gribleur % s.m. Crieur. — Cri- 
bleur de verdûuze, marchand des 
quatre-saisons. — Cribleur de 
lance, arroseur. — Cribleur de 
f)'us(/uos, marchand d'habits. 

Gric s.m. Eau-de-vie. 

Gric-croc! int. A ta santé! 

Gricon-criquette (O) Sacrifice 
à Vénus. 

Gri-cri O s.m. Grillon. 

Grie (B) # s.f. = Grigae. Chair, 
viande. 



Grignolier % s.m. Boucher. 
Gria O s.m. || i. = Cran. « Être 

comme uti crin. »\\2.Atous crins ^ 

endiablé. 
Grin-crin % s.m. Violon. 
Griole9s.f.=Cri6. Chair, viande. 
Gristalliser (se] Q ^'-pr. S'im- 

Slanter, s'immobiliser. — (Polyl.) 
aner. 

Gristi O int. voy. Sacristi. (abrév.l 

Groasseur s.m. Corbeau, (il 
croasse) 

Groc 9 s.m. Escroc, (abrév.) 

Groche s.f. Main. 

Grocher (se) © v.pr. = S^accro- 
chei\ en venir aux prises, se 
battre. 

Grochette % s. t. Clé., 

Crocodile s.m. Il l.Q l^^l ranger qui 
suit les cours de l'Ecole Saint- 

• Cyr. Il 2. Usurier, créancier. 

Groire O v.a. Croire que c'est ar- 
rivé, être prétentieux, s'en faire 
accroire. — « J'te crois », cer- 
tainement. 

Groissant s.m. || i. Demeurer* 
rue du Croissant, être cocu. || 
2. # Gilet. 

Groix (O)0s.f. Argent, monnaie. 

« Je n'ai ni croix, ni pile, » 
«I Je n'ai pas d argent. » 

Grolle s.f. = Crosle, écuelle, 

plat, assiette. 
Grôme % s.m. Crédit. 
Gromper v.a. voy. Cramper (l). 
Grompire s.f. Pomme de terre. 

Mot wallon, de l'ail. Grundbirne, 

poire de terre. 
Gronée s.f. Ecuelle. 
Groquant s.m. || 1. # Rat. || 2. 

Croquante, souris. || 3. (O) Q In* 

dividu mal élevé, qui ne sait pas 

vivre. Homme de rien, du vx. fr. 

croquart; m.s. [Froiss.vrt] 
Groquenots s.m. pi. Souliers; 

(ils craquent.) 
Groquer v.n. Esquisser. Gentil 



CROQUET. 



— 83 — 



CUISINIER. 



à croquer^ c'est gentil, à peindre. 

(O)Manger. — Croquer la pie yho'ire. 
Croquet s. m. Individu irritable. 
Grosle (B) s.f. Ecuelle. 
Grosse s.f. Réquisitoire. 



Grosser Q v.a. 
tre un accusé 



I i . Requérir con- 
2. # Receler. || 
3. 9 v.n. Sonner. U ci'osse trois 
'plombes, il sonne trois heures. 

Grosseur s. m. || 1. Avocat, 
ministère public. || 2. Receleur. 
Il 3. Sonneur. 

Grotals.m.(polyt.)SergentàrEcole 
polytechnique. 

Grottard s. m. Trottoir. 

Grotte s.f. Etre dans la crotte ^ 
être dans la misère, avoir des 
ennuis. — Crotte de pie^ pièce 
de oOcentimes. — Cro^fed'ermt/c, 
poire cuite. — Crotte de chocolat ^ le 
plus répandu des chocolats d'é- 
Irennes, se présente sous forme 
de crottes. Une crotte se compose 
d'un intérieur en pAlc d'amandes 
ou en crème, et d'une envelopoe 
formée d'un mélange de chocolat 
et de beurre de cacao. 

Grotte a. Cul crotté^ femme 
sale, négligée. 

Grottin0 s.m. Ramasser le crottin 
des chevaux de 6o4S, ne rien faire, 
être sans place. 

Groume s.f. Crédit. (Rigaud) 

Groumier s.m. Celui qui fait 
crédit. 

Croupière Q s.f. Tailler des crou- 
pières à quelqu'un^ lui causer des 
embarras, des ennuis, etc. 

Croupir v.n. Mon dîner croupit 
dnns le battant, mon dîner ne 
digère pas. 

Croustiller v.n. Manger. 

Groûte Os.f. || i. Individu arriéré, 

qui ne sait rien.J| 2. S'embêter 

comme une croate de pain derrière 

une malle, s'ennuyer beaucoup. 

Il 3. Mauvais tableau. 

Croûton s.m. || 1. 0= Croûte, 



V. c .m. Il 2. Mauvais peintre. 

Groûtonner O v.n. Faire ae mau- 
vais tableaux. 

Cruche O s.f. = Cruchon s.m. 
Imbécile, niais. 

Crucifie s.m. Personne décorée, 
(qui porte la croix.) 

Crucifix s.m. Crucifix à res- 
sorty à Vesbrouffe, pistolet, re- 
volver. 

Crupault (V) % s.m. Pot. 

C'ti pr. Celui. CVi-/à, celui-là. 
Cti'là qui m'emm... flui fiche une 
beigne, celui-là qui m'ennuie, je 
lui donne une gitle. 

Cube O s.m. Elève de troisième 
année à l'Ecole centrale. 

Cucurbitacé O s.m. = Melon. Im- 
bécile, niais. 

Cueillir v. Arrêter. « On Ta 
cueilli à sa porte et conduit au 
dépôt. » 

Cuiller s.f. La main. Serrer la 
cuiller, serrer la main. 

Cuir s.m. Peau. Tanner le cuir^ 
battre. 

... Ah ! cousin qu'elle a le nei Joli, 
Le minois égrillard, le cuir iin et poli. 

[REG.fARD, le Bal, se. VU.] 
Le beau corps, le beau cuiri 

[La FoxrAi!!e, Roi Candaule,] 

Cuir de brouette, bois. — Escar- 
pins en cuir de brouette, sabots. 

Cuire % v.n. Se faire cuire, se 
faire arrêter. — Etre cuit, être 
condamné. — O Cuire dans son 
jîis, avoir chaud, transpirer. 

Cuisine O s.f. || i. Paire la cuisine 
d'un journal, préparer le journal, 
dans tous ses détails. || 2. 9 Pré- 
fecture de police. 

Cuisiner O v.n. et v.a. Travailler. 
L'agent de la sûreté cuisine les 
prévenus, il cherche à les faire 
avouer. 

Cuisinier s.m. || 1. Agent de la 
sûreté. || 2. Secrétaire de la ré- 
daction dans un journal. 



CUITE. 



— 84 — 



CYGNE. 



Cuite s.f. Ivresse : (c Une cuite 
caTabinée. » 

Gniter (se) O v.pr. Se griser. 

Gaivre O s-w^» ^^^ cuivres, les 
instruments de cuivre dans un 
orchestre. — Astiquer les cuivres, 
nettoyer la batterie de cuisine, 
(en cuivre.) 

Gai © s. m. Niais, imbécile. — Cul 
dephmb, homme de bureau. — 
Avoir quelqu'un dans le cul, dé- 
tester, mépriser. — Enlever le cul 
à quelqu'un, le gronder, le battre. 
— Montrer son cul, faire faillite. 
(Rigaud) — Cul terreux, jardi- 
nier. — Tirer au cul, travailler 
mollement, sans énergie. Les 
fabricants de papier peint em- 
ploient le levier à la main, et 
pour donner plus de pression et 
déployer moins de force ils s'as- 
soient sur Textrémilé, ce qui est 
moins fatigant; ils appellent cela 
tirer au cul, 

Gnlbntant s.m. Pantalon, cu- 
lotte. Des m.fr. cul, derrière, et 
butant, soutien. 

Culbute s.f. ||l.voy. Culbu- 
tant. Il 2. O -P^i^^ 'a culbute, 
faire faillite. 

Culot s.m. Dernier né d'une fa- 
mille. — Le culot, la fin d'une 
chose. — Avoir un vrai culot, être 
osé = Avoir du toupet. 

Calotte O s.f. Il i. Perte qui cn- 

Îlobe toutes les autres. (Larchey) 
I 2. = Cuite, ivresse ; Thabitude 
e boire fait prendre au nez une 
couleur foncée, il se culotte. || 3. 
Aimer la culotte rouge, aimer les 
militaires. 



Culotter (se) O v.pr. Se gri- 
ser, voy. culotte (2). 

Culotteur Q s.m. Culotteur de 
pipes, fumeur qui passe tout son 
temps à fumer la pipe. 

Cupidon s.m. Chiffonnier; (il 
porte une hotte à la place d'un 
carquois). 

Curé s.m. Sac de charbon. — 
Cîiré de campagne, # (prost.) 
prostituée, bonne à tout faire^ 
qui sait se 7*etourner. 

Curieuse (la) s.f. La préfecture 
de police. 

Curieux © s.m. Juge d'instruc- 
tion, président de cour. 

Cycle O s.m. Vélocipède. 

Cycle'woman O s.i. Femme qui 
s'adonne au sport vélocipédique : 
« Aujourd'hui sera couru un 
match entre deux de nos plus 
charmantes cyclewomen, sur le- 
parcours de Paris à Yille-d'Avray 
et rclour. » 

Cycliste O s.m. Vélocipédiste. 

Cyclisme O s.m. Sport vélocipé- 
dique. 

Cyclope s.m. Derrière. (Rigaud) 
= Le borgne ; (il n'a qu'un œil,) 

Cylindre s.m. Tu t'en ferais 
péter le cylindre, =iTu fen fei'ais 
mourir, tu ne le voudrais pas„ 
c'est au dessus de tes forces, ex- 
pression de refus formel. — 
Aliser son cylindre, être très ma- 
lade; (argot des métallurgistes.) 

Cymbale s.f. La pleine lune. 
Les cymbales, panonceaux. 

Cygne s.m. Pièce de vingt 
francs. Pour ciguë, v.c.m. 



DAB. 



— 85 — 



DANSER. 



D 



Dab =:Dabe % s.m. Père, patron, 
maître. Grand dab, Dieu, roi. 

Mais grand Dah qui se f&ebe, 
Dit: par mon ealoquet 
Ly ferai danser une danse 
Où y a pas d'plancber. 

[V. Hdco]. 

Chef. Dab de la cigogne ou des 
renifieurs préfet de police. Du 
skt. da, nourricier. [Timmermans] 

Dab d*argent0 s. m. Spéculum. 
Cramper avec le dab d'argent, 
passer à la visite sanitaire, (arg. 
des filles publiques.) 

Babérage s.m. Bavardage. 

Dabèrer © v.n. et v.a. Bavarder. 
Hébreu dabar, parler. [Timmer- 
mans] 

Dabesse % s.f. Mère, patronne, 
maîtresse, reine, f. de dab, v.c.m. 

Dabot # s.m. Souffre - douleur. 
[Larchky] 

Dabuche # s.f. = Dabesse, voy. 
Dab. Bourgeoise, nourrice. 

Dabachette % s.f. Jeune mère. 
Dim. de Dabesse, dabuche, v, ces m. 

Dache (ar. alg.) Envayer àdachr, 
[le perruquier des zouaves), en- 
voyer promener. 

Bagorne s.t. Vieille femme 
laide et chagrine. 

Bague 9 s.m. Couteau. 

Daim s.m. Niais, imbécile, 
dupe. Daim huppé, homme riche 
et Détc. 

Baie 9 s.m. Monnaie d'or ou d'ar- 
gent. 

» Faut pas aller cliez Paul Niquct 
Ça vous consomm' tout voir' pauvr* dale. m 

[P. Dlra.xd.] 

Balle s.f. Gosier, bouche. S'ar- 



roser, se rincer la dalle, boire 

Un*, deux, trois, longtemps, beaucoup. 
Il faut s'arroser la dalle 
Du cou. 

(RlCSKPOl). 

Dalzar s.m. Pantalon ; pourpon- 
talzar, m.déf. 

Dame s.f. Dame blanche, bou- 
teille de vin blanc. — Aller voir 
ces dames, aller au lupanar. — 
Courtiser la dame de pique, jouer 
souvent aux cartes, être joueur. 

Damer v.a. Damer une fille, la 
séduire. 

Danaldes % s.f. pi. Paire jouer les 
danaides, battre. [RigaudJ 

Dandiller v.n. Sonner, pour 
tintiller. Lat. (intinnire. Le tinte- 
ment ou le toctoc du battant sur 
le manteau de la cloche a ser\i 
par la suite de nom pour Pacte de 
dandiner, dodeliner, etc. J^Timmer- 
Mans] 

Dandiiles s.f. pi. Cloches, clo- 
chettes, sonnettes, grelots. 

Dandilloii0 s.m. Cloche, carillon. 
Taquiner le dandillon, tirer la 
sonnette. 

Dandiner v.a. Battre; faire 
comme le battant du dandillon. 

Dandines s.f. pi. Coups. 

Danse s.f. || 1. Coups. Fiche une 
danse, battre. || 2. Mauvaise odeur. 

Danser v.n. et v.a. Payer. 
« Danser d'un louis. » — [m 
danser, être obligé de payer, être 
battu; (au pr. et au fig.) — Faire 
danser, battre. — Dansa' devant 
le buffet, n'avoir rien à manger; 
c'est aussi la vraie danse du ven- 
tre. —Danser du bec, danser tout 
seul, sentir mauvais de la bou- 



DANSEUR. 



— 86 — DÉBANQUER. 



che. — La danser, =: sauter le 
pas, mourir. 

Danseur s.m. Dindon. 

Dar-dar = Dare-dare % adv. 
Vivement, rapidement. 

Dard s.m. Membre viril. — 
Filer comme un dard, fuir rapi- 
dement. 

Dardant (le) % n.pr. L'Amour. 
Le petit Dardant, Cupidon. 

Dardelle s.f. Deux sous. 

Dare-Dare adv. voy. Dar-Dar. 

Dariole s.f. || 1. Coup de poing. 
Il 2. Sorte de pâtisserie enroulée 
comme un saucisson. Comparez le 
holl. draayen tourner een draai, 
une torgniole, coup donné d'un 
tour de bras. [Timmermans] 

Dariolet s.m. Dariolette s.f. 
Entremetteur, proxénète, femme 
qui favorise les entreprises ga- 
lantes, (on appelait Dariolette la 
confidente d'Elisennc dans Ama- 
diSj le célèbre roman de cheva- 
lerie). — Souteneur; (se trouve 
avec ce sens dans Mat. Régnier.) 
Dariolet est le surnom marseillais 
du maquereau ; ce mot est formé 
du latin dorsum et du vx fr. riulè 
(rayé) ou bariolé, bigarré. 

Darioleur s.m. Pâtissier qui 
fait la dariole, v.c.m. 

Daron s.m. Daronne s.f. % =r 
Dab, dabesse, dabuche^ v.c.m. Da- 
ronne du Mec des Mecs ou du 
Grand Havre, la Vierge, m. à m. 
mère de Dieu. — Daronne du 
Dardant, Vénus, mère de TAmour. 

Dark-horse (sport) s.m. Cheval 
inconnu. (Ane. cheval ténébreux.) 

Daube s.f. Cuisinière. Holl. 
doopen, plonger dans un bain, 
dans une sauce, mettre à la daube. 
[Timmermans] 

Daubée # s. t. Raclée, ang. todub, 
frapper. 

Danbeur s.m. Maréchal fer- 
rant. 



Dauche s.m. et f. Père, mère. 
Var. de dab et daron. 

DaufTe % s.f. = Dauphin s.m. 
Instrument d'effraction. 

Dauluage (B) % s.m. Mariage. 

Daniuè (B) % s.m. Marié. 

Dauphin % s.m. || 1. Souteneur. 
Il 2. Dauffe, \.c,m. 

Davone % s.f. Prune. 

Dé Q s.m. Domino. On dit : 
« Faisons une partie de dominos, 
on prend sept dés ». Poser un 
dé culotte, c'est poser un domina 
seul de son point. 

Dead beat (sport) s.m. Course 
nulle ; lorsque deux chevaux ar- 
rivent ensemble au poteau. (Ang. 
épreuve morte.) 

Débâcle 9 s.f. Accouchement. 

Débàcler v.a. || i. # Ouvrir, pour 
déboucler. — Débàcler son chouan, 
ouvrir son cœur. |1 2. Accou- 
cher. 

Débâcleuse s.f. || 1. Sage- 
femme. Il 2. Femme qui a souvent 
des enfants. 

Débagouler v.a. Parler, faire 
un discours. 

Déballage O s.m. Le déshabillé 
d'une femme : « // n'y a phs rien 
audéballage, faux cheveux, fausses 
dents, faux tétons, faux derrière, 
etc., que reste-l-il? — >> Audébal- 
lage, au saut du lit. — Etre volé 
au déballage, être déçu sur les 
charmes d'une femme au désha- 
billé. 

Déballer v.a. et v.n. jj i. Mon- 
trer, faire voir. « Il a déballé ses 
paperasses pour mVxpliquer son 
afniire.» || 2.Fairescsbesoins. || 3. 
Se déballer, v.pr., se déshabiller. 

Déballeuse 0s.f. voy. Débâcleuse, 
=: Déballeuse de petits salés. 

Débander (obsc.) v.n. S'arrêter en 
bon chemin. 

Débanquer O v.a. Faire sauter la 
banque. 



M 



DÉBARBOUILLER. — 87 — 



DÉCATIÇSAGE. 



Débarbouiller (se) v.pr. Pour 
se dèbi'ouiUer^ v.c.m. 

Débardenr Q s.iri. Personnage de 
carnaval. 

Débarquer O v.a. Renvoyer, chas- 
ser, faire partir. « La majorité n\i 
qu'une chose à faire, dit-on dans 
lesgroupeSjC'estdele débarquer,» 
[BiAURiCE Barrés] — Se débarquer^ 
v.pr. ne plus vouloir participer à 
une affaire, y renoncer après s'être 
embarqué. 

Débecqueter v. Vomir. 

Débinage Q s-^- Propos mal- 
veillants, critique acerbe et mé- 
chante. 

Débine s.f. Misère, pauvreté. 

Débiner O v.a. Dire du mal.Dcôt- 
ner le truCy dévoiler une chose. 
Se débiner j v.pr. s'en aller. 

Débineur s. m. = Bêcheur, 
Il 1. Médisant. || 2. Celui qui ré- 
vèle une chose tenue cachée. 

Déblayer v.a. (pays.) Couper 
les blés. 

Débonder v.n. Faire ses besoins. 

Déborder v.n. Vomir. 

Déboucler 9 v.a. = Débdder. 
Il 4. Mettre en liberté. || *2. Accou- 
cher. Il 3. Ouvrir. 

Déboudeur % s. m. || i. Médecin- 
accoucheur. Il 2. Le geôlier de 
prison quand il ouvre la porte. 

Débouler v.n. Accoucher. 

Déboulonner v.a. Vendre. [Ri- 
gaud] 

Débourrer v.a. Instruire. — 
Déboun^er sa pipe. Se débourrer y 
v.pr. faire ses besoins. 

Débouscailler v.a. Décrotter. 

Débrider v.a. || 1. Débrider la 
margouleltef manger. || 2. 9 Ou- 
vrir, crocheter une porte. — Dé- 
brider les châsses, ouvrir les yeux. 
Il 3. Autoriser. 

Débridoir % s.m. Clé, fausse clé. 

Débringuée % a. Tenue débrin- 
ffuée^ tenue débraillée. De brin- 



guCy var. de branche, considérée 
ici comme ligot. [Timmerhans] 

Débrouillard Q s.m. Celui qui 
sait se débrouiller , qui se lire 
toujours d'affaire. 

Débrouiller (se) O v.pr. Savoir 
se débrouiller, savoir s'arranger. 

Décadener % v.a. Enlever les 
chaînes. Vov. Cadène. 

Décadent Q s.m. Adepte d'une 
école littéraire et artistique dite 
décadente. Les décadents sont des- 
sinateurs, peintres, poëtes, écri- 
vains, etc. Est-ce parce qu'ils con- 
tribuent pour leur grande part à 
la décadence de l'art? 

Décalitre s.m. Chapeau haut de 
forme. 

Décanillage s.m. Déménage- 
ment. Décanillage à la manque^ 
déménagement clandestin. [J. Ri- 
en epin] 

Décaniller v.n. S'en aller. De 
de, marquant l'action de s'éloi- 
gner, et du skL kan, aller. [Bur- 
nouf] 

Décarcasser v.a. Décarcasser 
quelquun, le battre à outrance. 
— Se décarcasseï' y v.pr. Se donnei 
du maL 

Décarrade # s.f. || 1. Fuite. 
Il 2. Evasion. || 3. Acquittement, 
liberté, sortie de prison. || 4. Dé- 
part. 

Décarre % s.f. voy. Décarrade, = 
décarrement. 

Décarrement 9 s.m. voy. Décar- 
rade, = décatre. 

Décarrer v.a. || 4. S'en aller. 
|| 2. Fuir. Il 3. S'évader. Décarrei' 
à la batCy décarrer de bellCy sortir 
de prison. « Le gueusard décarre 
avec son camarade. » [Vidocq] 

Décartonner (se) v. pr. Dé- 
périr. 

Décati a. Usé, fané, vieilli. 

Décatir (se) v. pr. Vieillir. 

JDécatissage s.m. Décrépitude. 



DÉCAVAGE. 



— 88 — DÉDURAILLER. 



« Quelle déchet quel décatissage, 
mes amis I » (VAss. Zola) 

Dècavage0 s.m. Ruine complèle. 
Etat du joueur décavé. 

Décavé s. m. Ruiné. Joueur qui 
n'a plus d'argent dans sa poche. 

Déchanter v.n. Etre désen- 
chanté, revenir à la réalité. 

Déchard s. m. Individu en 
dèche, (v.c.ra.) qui se trouve habi- 
tuellement dans la misère. Du fr. 
déchoir, tomber dans une situa- 
tion malheureuse ; gr. 86W, avoir 
besoin; en dauphinois dechi, dé- 
faut, faute. [Glossaire des patois, 
Onofris] 

Décharge s.f. (Sens obsc.) 

Décharger v.n. etv.a. (Sens obsc.) 

Déchargeur s.m. (Sens obsc.) 

Déche s.f. Ruine, misère, pau- 
vreté « déchéance ». Etre en dè- 
che, battre la dèche, être pauvre, 
misérable. Voy. Déchard. 

Décher % w^l!^ Décher du carme, 
donner de Targent. Dépenser. 

Décheuz s.m. voy. Déchard. 

Déchiqueté 9 a. Malheureux. 

Déchirée a.f. Elle n'est pas trop 
déchirée, elle est encore gentille. 

Déchirer (mil.) v.a. Déchirer delà 
toile, faire un feu de peloton, une 
pétarade. — Déchirer la toile, 
péter. 

Dédancher (se) v.pr. Se dé- 
mettre un membre. 

Déclaquer v.n. Dire ce qu'on a 
sur le cœur. 

Déclassé Q s.m. Celui qui n'a 
pas la position qu'il devrait avoir 
dans la société, étant données son 
intelligence et son instruction. 

Déclouer v.a. Dégager du Mont- 
de-piété, m. à. m. retirer du clou, 

Décognoir (typ.) s.m. Nez. 

Décoller v.n. S'en aller, se sé- 
parer, divorcer. 

Décolleté Q a- Style, langage dé- 
colletéf grivois. 



Décompte (mil.) s.m. Blessure 
mortelle. Recevoir son décompte, 
recevoir un coup mortel, mourir. 

Déconner v.n. || 1. Radoter. || 2. 
Etre impuissant. 

Décors s.m. pi. Bijoux. 

Découdre v.n. En découdre, se 
battre en duel. 

Découvrir v.a. Découvrir la peau 
de quelqu*un, le faire avouer. 

Décrasser v.a. || 1. Décrasser 
quelqu'un, lui donner la pre- 
mière instruction, l'instruire. || 
2. Débaucher, par extens. du sens 
précédent. 

Décrépir v.a. Endommager. 
Décrépir la figure à quelqu'un, lui 
endommager la figure. 

Décrocher v.a. Sonner, (vx) 
— Décrocher un enfant, le mettre 
au monde. Par extens. décrocher 
un petit salé, avorter ou faire 
avorter. — Décrocher ses tableaux, 
se mettre les doigts dans le nez. 
Se faire décrocher, se faire fu- 
siller. — Décrocher la timbale = 
Avoir lapalme, remporter le prix, 
avoir un succès, réussir. || Il se 
décroche deux plombes, il sonne 
deux heures. 

Décrochez -moi -ç& s.m. Fri- 

Eier. « Acheter un vêtement au 
écrochez-moi ça ». 

Décréter v.n. Coïter. (M. Régnier, 
épigr, XIII) 

Décrotter v.a. voy. Décrasser. 

Déculotter v.n. Faire faillite. 
(Larchey) 

Dedans adv. O Mettre quelqu'un 
dedans, le tromper. — Mettre de- 
dans, emprisonner. — Donner dC' 
dans, se laisser mystifier. — Être 
dedans := être dans les vignes du 
Seigneur, être gris. 

Dédire (se) 9 v.pr. Se dédire cher, 
être à l'agonie. (Rigaud) 

Dédurailler v.a. Déferrer un 
cheval. 



DÉFALQUER. — 89 — 



DÉGOTER. 



Défalquer # v.n. Faire ses be- 
soins. 

DéDardenr s.m. Pour dé far- 
gueuTy déchargeur. — Voleur; 
m. à. m. qui décharge du far- 
deau. 

Défargner 9 v.n. Pour décharger 
(au pr. et au fig.), céder. Sedéfar- 
guer v. pr., se débarrasser. 

Déficher 9 v.n. Bâiller. 

Défiger v.a. Réchauffer. 

Défiler (se] v.pr. S'enfuir. = 
Béfiler la parade. 

Déflaque s.f. || 1. Excrément. 
Il 2. Boue. 

Tiens ! i' rent' dans sa baraque. 
La mienne est i ciel ouvert 
Arec un parquet d'déflaquet 
Cest pas rigolo l'hiver. 

(J. KicHcrm, La Ckanion de* Gueux.) 

Il 3. (Sens obscène). 
Déflaquer v.n. || 1.0 Aller à la 

selle. Il 2. (Sens obscène). 
Défleorlr % v.a. voy. Déflorer. 
Déflorer # v.a. Déflorer la picouse, 

voler du linge qui sèche sur une 

haie. 
Déformer v.a. Briser, défoncer : 

« J'vas te déformer un abatlvi. » 
Defon s.f. voy. Desfoux. 
Défonralller 0''v.n. || 1. Courir. 

Il 2. Sortir de prison ; (où Ton est 

enfermé comme dans un four.) 

Il 3. Tomber, (vx) 
Défonrgaer 9 v.a. Racheter, re- 
prendre pour de l'argent un objet 

qu'on a vendu. 
DédRrlmoasser v.a. Dévisager. 

De frimousse, visage. 
'Détringaé a. Débraillé. Yar. 

de débringué. 
DéfHsguer (se) v.pr. || 1. Se 

débrailler. || 2. Défringuer, v.a., 

prendre des vêtements; aussi les 
voler. 
Défmsquer v.a. Déshabiller. 
Défim8qiilner0 v.a. voy. Défrus- 
quer. 



Dégazonner (se) O v.pr. Perdre 
ses cheveux. 

Dégel s.m. Mortalité, héca- 
tombe. 

Dégelé s.m. = Refroidi (par 
antithèse). Défunt, cadavre. 

Dégelée s.f. Volée de coups, 
correction. 

Dégeler v.a. = Refroidir (par 
antithèse). |j 1. Tuer. || 2. Se dé- 
geler v.pr., se dégourdir, cesser 
d'être une gourde, un niais. 

Déglingué 9 s.m. Débraillé, chif- 
fonné. 

Déglinguer % v.a. Débrailler, 
chiffonner. 

Dégobiller O v.a. Vomir. 

Dégoiser v.a. Chanter. « DégoU 
ser une chanson. » Ce mot est 
fr. dans le sens de parler avec 
volubilité, et de chanter, en par- 
lant des oiseaux. 

Dégommade s.f. = Dégom- 
mage. Congé, destitution. 

Dégommage s.m. || 1. voy. 
Dégommade. \\ 2. Décrépitude." 

Dégommé a. jj 1 . vov. Décati, 
Il 2. Destitué =B/acA-6oM7^. 

Dégommer v.a. Destituer. — 
Se dégommer, v.pr., enlaidir. 

Dégorger v.a. || 1. Dégorger sa 
sangsue {ohsc). \\ 2. Avouer. || 3. 
Faire rendre gorge, se faire ren- 
dre ce qu'on vous a pris ou em- 
prunté. Il 4. Vomir. 

Dégosiller v.a. voy. Dégoiser. 

Dégoter = Dégotter v.a. || i. 
Regarder, chercher, trouver. /)é- 
goUe-moi donc ça! signifie, sui- 
vant le sens de la conversation 
engagée : Regarde-moi donc ça ; 
cherche, ou trouve-moi donc ça. 
Il 2. Apercevoir. 

Quoi donc que j'dégote dans l'noir. 

{La Muse à Bibi). 



3. Découvrir. Je Vai dégotté 
carré sous une roulante, je l'ai 



DÉGOTTAGE. — 90 — 



DEMI-MONDAINE. 



découvert caché sous une voilure. 

Dégottage s. m. || 1. Décou- 
verte. 

Dégouler v.n. || i. Tomber. || 2. 
Dépérir. 

Dégoulinage s.m. Ëcoulement 
lent. « Il dégèle, c'est un dégou- 
linage général. » 

Dégouliner v.n. Couler douce- 
ment. « Maladroit, je vous de- 
mande une friction et ça me dé- 
gouline dans le dos. » 

Dégoutation s.f. Personne ou 
chose dégoûtante, répugnante : 
« Une vraie dégoutation. » 

Dégoûté a. « Tu n'es pas dé- 
goûté », tu as du goût, tu appré- 
cies. — N'être pas dégoùlé, ac- 
cepter ce qui devrait dégoûter. 

Dégraisser v.a. Le garçon de 
recette va dégraisser à domicile, 
c'est-à-dire chercher de l'argent. 

Dégraisseur s.m. Garçon de 
recette. 

Dégrimoner (se) v. pr. Se dé- 
mener, s'agiter, se débattre. 

Dégringolade s f . := Dégringo- 
lage s.m. || 1. © Vol. || 2. # As- 
sassinat. 

Dégringoler v.n et v.n. Voler. 
% Dégringoler un paute^ tuer un 
bourgeois. 

Déguenlade s.f. == Dégueu- 
lage s.m. Vomissement. 

Dégueularder0 v.n. Médire : « Si 
tu dégiieulardes sur les amunches, 
j'te bouche la fiole. » 

Dégueulas a. Dégoûtant, répu- 
gnant. 

Dégueulatif = Dégueulatoire 
a. voy. Dégueulas. 

Dégueulèr v.a. et n. || 1 . Vomir. 
Il 2. Dénoncer. 

Dégaeulis s.m. Vomissement. 

Déguis 9 s.m. Déguisement. 

Déguiser (se) Qv.pr. Se déguiser 
en cerfj en courant d'air, s'en 
aller, s'enfuir. 



Déjeté a. = Décati = Déchiré. 
N*étre pas déjeté^ 6tçe encore bien 
de sa personne malgré son âge. 

Déjeuner Q s.m. Déjeuner de sa- 
leily couleur pAle qui passera vite 
au soleil. — Déjeuner de perro- 
quel, biscuit trempé dans le vin. 

— Déjeunera la fourchette, duel. 
Délasser v.a. Dessoûler. 
Delenda Carthago O s.m. Idée 

fixe de destruction. 

Délicoquentieuz adv. Superla- 
tif de délicieux. 

Délirant O a. Magnifique, idéale- 
ment beau. 

Délouffèr v.n. = Déguevler, 
Vomir. 

Démancher (se) O v.pr. Se dé- 
mener, se donner du mal. 

Démantibuler (se) v.pr. voy. 
Se démancher. 

Démaquiller 9 v.a. Défaire. 

Démarger v.n. = Démurger^ 
vx mot. S'en aller. 

Démarquer v.a. O Plagier. 
(Journ.) Démarquer le linge, faire 
un article de journal d'après celui 
d'un confrère. 

Démarqueur O s.m. Plagiaire. 

Démarrer v.n. Partir. Du fr. 
démarrer, rompre ses amarres. 

Déménager Q v.a. et v.n. Expul- 
ser, fte vas déménager, je vais te 
mettre dehors. — Déménager par 
la cheminée, brûler ses meubles. 

— Déménager à la cloche de bois, 
à la ficelle, à la lune, déménager 
clandestinement. — Déménager, 
déraisonner. 

Demi-aune s.f. Bras. 

Demi-cercle s.m. Pincer au 
demi-cercle, surprendre, arrêter 
au passage. 

Demi-kilo s.m. Ghopine. (1/2 li- 
tre) 

Demi-lune s.f. Fesse. 

Demi-mondaine O s.f. Femme 
galante. 



DEMI-MONDE. — 91 — 



DÉPOSER. 



Demi-monde O ^•'"* ^^ monde 
galant. Go mot vient d'A. Dumas 
nls auteur d'une comédie portant 
ce litre. 

Dumas à la plume féconde. 
De son père di^ie h^rilier 
Ce défenseur du demi-monde 
£yt le charmeur du monde entier. 

Demi-stroc s.m. Demi-seticr. 
(1/4 litre) 

Demi-sup. s.m. Demi-bouteille 
de vin supérieur, (abrév.) 

Démoc0s.m. Démocrate, (abrév.) 
— D^moc-soc,démocratc socialiste, 
(abrév.) 

Demoiselle s. f. || 1. O ^^^ demoi- 
selles, les filles en général, dans 
l'acception méprisante : « Demoi- 
selles du bitume. » Il 2. Bouteille 
pleine. Casser le cou à la demoi- 
selle, déboucher une bouteille. 

Démolir O v.a. || 1. Détruire, par 
des paroles ou des écrits, les 
théories émises par d'autres. || 2. 
Destituer. || 3. Tuer. 

Démolisseur O i^- s- Détracteur 
systématique : « Henri Rochefort 
passe pour un démolisseur. » 

Démonétiser v.a. Discréditer. 
— Se démonétiser Y.fiT., se perdre 
moralement. 

Démorfllage 9 s.m. Démarquage. 
Par j.d.m. sur morfil, le fil ou 
tranchant du couteau. 

Démorfller^ v.a. Démarquer une 
carte morfilée (marquée) par un 
grec. (Rigaid) 

Démorganer O v*^* Il ^ • Rabattre 
le caquet, m. àm., enlever la mor- 
gue. Il 2. Se soumettre après une 
observation, une réprimande. 

Demorre % s.m. Individu. 

DémouchetéO a* «* Le coup a porté, 
ça n'était pas démoucheté,» c'est-à- 
dire il a piqué. On devrait plutôt 
dire le contraire : '< C'était démou- 
eheté. » 

Démarger 9v.n. Voy. Démarger. 



Dénicheur s.m. Dénicheur de 
fauvettes, celui qui cherche les 
jeunes filles pour les débaucher. 

Denier Q s.m. Denier à Dieu, 
prime d'argent, donnée au con- 
cierge par lo nouveau locataire 
d'un apparlcment. 

Dent s. t. O ^^loir une dent contre 
quelqu un j on \ou\o\t à q.q. — 
Avoir de la dent, être bien con- 
sence ; se dit d'une femme : « Elle 
a des cheveux, de Vœil et de la 
dent.)> 

Dentelle s.f. De la dentelle, bil- 
lets de banque. 

Dépagnoter (se) Q v.pr. Sortir de 
son lit. 

Dépailler v.a. Déménager. 

Département O^- 11)- Département 
du Bas-Rhin, derrière. J.d.m. 

Dépendear s.m. Dépendeur 
d\indouilles, homme de haute 
taille et de petit esprit. 

Viconentaussidosballancmm, des sans douilles 
Faint'antfl, suce[>ot8, gran<ls dèpeudeurs dan- 
Quidans IcscabàrcUonttu^lenriedoi!* [douilléê 
Et qui uc fout jamais œuvre do leurs dix doigts. 

[RicHEPm, La mer]. 

Dépenser V.a. Dépenser sa salive, 
parler. 

Dépiaaler v.n. Découvrir le do- 
micile. — Se dépiauter \.\iT., dé- 
ménager. 

Dépiauter = Dépioter v.a. 
Il 1. Enlever la peau. Dépiauter 
un lapin, récorchcr. || 2. Désha- 
biller. 

Déplanquer % v. || i. Découvrir 
une chose cachée. I)<î/)/angucr son 
faux centre, dévoiler son faux 
nom. Il 2. Reprendre des objets 
que Ton a engagés. 

Déplumé a. Chauve. — Cam- 
buse des déplumés. Sénat. 

Déponer0v.n. Faire ses besoins. 

Déporter v.a. Sortir quelqu'un, 
le mettre à la porte, (j.d.m.) 

Déposer v.a. Déposer une pêche ^ 



DÉPÔT. 



92 — 



DESGRIEUX. 



un kilo^ son buUetiny faire ses 
besoins. 

Dépôt s.m. Dépôt de la préfec- 
ture de police, prison provisoire 
en attendant la décision du juge 
d'instruction. 

Dépoter y. a. Dépoter un en faut y 
le mettre au monde. 

Dépotoir s.m. || 1. Pot de 
chambre. (Rigaud) || 2. 9 Confes- 
sionnal. 

Dépuceleur O s.m. Dépuceleur 
dis nourrices, de femmes enceintes, 
faux don Juan qui se vante de 
bonnes fortunes qu'il n'a pas ou 
d'accomplir une besogne déjà 
faite. 

Dérager v.n. Cesser d'être en 
colère. 

Déraillé O &• voy. Déclassé. 

Déralinguer (maV.) v.n. Mourir. 

Derby (sport) s.m. M. ang. Le 
Derby est une course qui a lieu à 
Chantilly pour essayer les chevaux 
de trois ans. 

Dernier O s.m. Avoir le der- 
nier, avoir le dernier mot, par- 
ler le dernier dans une discus- 
sion. 

Dérober (se) (sport) v.pr. Se dé- 
tourner de son chemin. 

Dérondiner 9 v.a. Payer. 

Dérouiller O v.a. Dérouiller son 
bra^ucmard. (obsc.) — Se dé- 
rouW/cr v.pr., se mettre d'aplomb, 
se donner des forces. 

Derrière s.m. Se lever le der- 
rière le premier, se lever de mau- 
vaise humeur. — Quelque chose de 
derrière les fagots, quelque chose 
qu'on a mis de côté précieusement 
pour le retrouver au moment op- 
portun : le bon vin se met à la 
cave derrière les fagots, et pen- 
dant le temps qu'on met à brûler 
ceux-ci, le vin a vieilli et il est 
meilleur. 

Désargoter % v.a. Mettre au cou- 



rant de la façon de voler, rendre 
malin. 

Désarrer 9 v.n. Fuir. 

Désatiller % v.a. Châtrer. 

Desbourer (V) v.a. Voler, dé- 
pouiller. Opposé à rembourcr, 
remplir. 

Desbourser (V) v.a. voy. Des- 
bourer, signifie littéralement en- 
lever la bourse, opposé à rem- 
bourser, rendre Targcnt. 

Desbouser (V) v.a. Dérouler, dé- 
voyer. S. pr., sortir de la bouse 
qui se trouve sur la route. 

Descendre v.a. Descendre quel' 
qu'un, le tuer. — Descendre la 
garde, mourir. — Descendre à la 
crémerie, se livrer au libertinage 
entre femmes. 

Descente s.f. Descente de lit, 
habitué des prisons. — Prostituée. 
— Descente de gosiei^, soif insa- 
tiable. 

Desdolt s.m. Devoir conjugal. 

Loritqua par impuissance ou par mcspris, la 

[nuict. 

On fausse compafi^ic ou qu'on manque au des- 

[}à. RÉGNiEii, sat. XI] [duict. 

Désenflaquer (se) v.pr. Se 
tirer d'embarras. 

Désennayeur s.m. Souteneur. 

Désentiflage # s.m. || 1. Sépara- 
tion. Il 2. Divorce. 

Désentifler (se) # v.pr. Divorcer, 
se séparer. 

Désert (Polyt.) s.m. C-abinet d'ai- 
sances. 

Desfoux s.ï. = Defou = Casquette 
à pont, à trois ponts, casauette 
spéciale aux souteneurs, elle est 
bouffante et de forme élevée. Son 
nom est celui d'un chapelier qui 
en avait la spécialité. 

Desgenais O n.pr. Raisonneur, 
moraliste. Nom d'un personnage 
de la pièce : Les Filles de marbre, 
de Théodore Barrière. 

Desgrieux O i)*pr* Amant peu 



DÉSHABILLER. — 93 — 



DEUX. 



scrupuleux. Des^rieux était Ta- 
mant de Manon Lescaut. 

Déshabiller O v.a. Déshabiller 
quel(fu*un, le montrer sous son 
vrai jour, dévoiler ses défauts, ses 
vices, mettre à nu les turpitudes ; 
On dit habiller pour charger de 
reproches, de réprobation. 

Desiderata O s.m.pl. Désirs, 
(lat.) 

Desideratum O s.m. Désir, (lat.) 

Desmaqniller (V) v.a. = Déma- 
quiller, défaire. Voy. Maquiller. 

Désoler % v.a. Jeter à Teau. Pour 
dessaler. 

Désosse s.f. Ruine, détresse. 
Jouer la désosse, être ruiné. 

Désossé a. Maigre : « Un grand 
désossé, » 

Désosser v.a. Bourrer de coups. 

Dessalé s. m. Noyé. 

Dessalée a. Morue dessalée, 
fille prostituée. 

Dessaler (se) v. pr. || 1. 9 Se 
noyer, se Daigner. — Dessaler le 
client à la faux, jeter la victime à 
Teau après l'avoir dévalisée. M 2. 
Boire quand on a soif. || 3. 
(Typ.) S'acquitter. 

Dessaloir % s.m. Baignoire. 

Dessous s.m. || 1. O Vêtements 
de dessous : « Avoir des dessous 
aguichants. » « Les filles aux gor- 
ges provocantes et aux dessous 
parfumés.» || 2. # Amant de 
cœur (vx. mot). || 3. O Tomber 
dans le troisième dessous, être dans 
une misère complète. — Au théâ- 
tre, une pièce qui ne réussit pas, 
tombe dans le troisième dessous. 
Il 4. Les dessous d'une affaire, les 
côtés cachés, mystérieux. 

Dessus s.m. jfl. # Amant sé- 
rieux. Il 2. O ^ dessus du panier, ! 
le meilleur. || 3. Le front : « Avoir 
le dessus découvert. » | 

Destuc 9 s.m. De moitié dans un : 
vol : « Etre destuc. » 



Détacher v.a. Détacher un pain, 
donner un coup, une gifle. (Sport) 
— Se détacher du peloton, se dit 
du cheval qui dépasse les autres. 

Détaffer v.a. voy. Affranchir. 
Donner du courage à qui a peur. 

Bétail s.m. Cest un détail, c'est 
superflu, ce n'est rien. — % Faire 
le détail, couper sa victime en mor- 
ceaux. 

Détailler O v.a. Bien dire. « Dé- 
tailler un rôle, un couplet bien 
détaillé. » 

Détaroquer % v.a. Démarquer. 
Détaroquer ma limace, démarquer 
ma chemise. 

Déteindre v.n. Mourir. 

Dételer O v.n. = Renoncer à faire 
la fête, se ranger. 

Détosse % s.f. = Dèche. Pauvreté, 
misère. Gr. 8u<jtu/tî, malechance. 

[TlMMERMANS] 

Détourne % s.f. Vol à la détourne, 
détourner des marchandises dans 
un magasin. 

Détourneur # s.m. Voleur. Voy. 
Détowme. 

Détraquage O s.m. Dérange- 
ment. 

Détraqué Q a. et s. || 1 . Fou. « Cer- 
veau détraqua. » || 2. voy. Névrosé. 

Dette O s.f. Payei' une dette, faire 
son temps de prison. 

Deuil O s.m. Ongles en deuil, on- 
gles sales. — Porter le final de sa 
blanchisseuse, ayoir du, linge sale. 
% Grand deuil, café avec eau-de- 
vie. Demi-deuil, café sans eau-de- 
vie. — Il y a du deuil, c'est dan- 
gereux, mauvaise aifaire. 

Deux a.n. Les deux sœurs, les 
fesses. — Les deux cocottes, le 
nombre 22. — Deux mille deux 
cent vingt-deux, deux piques, 
deux cœurs, deux trèfles et deux 
carreaux dans la même main, au 
jeu de la manille. — Deux sur dix, 
attention! les deux yeux sur les 



DEVANT. 



— 94 — 



DIRIGEANT. 



d(» doigts : avertissement d'avoir 
à se méfier, dans l*arg. desem- 
ployés de bazar, (obsc.) — La 
peau de mes deux = Zut, 

Devant a. et adv. O devant de 
gilet, la poitrine. — Passer devant 
la glace, passer à la caisse, (der- 
rière laquelle il y a souvent une 
§[lace) pour payor' les consomma- 
tions. — 9 Passer en justice, de- 
vant le juge dinslruction. 

Déveinard O ^•^' Malheureux 
qui n'a pas de chance : u Un de 
ces ouvriers dth^einards qui ont 
compté sur le coup de fortune du 
nouvel an. « [Uiciikpin, Le pavéA 

Déveine Q J'-*- = Guvjne=z Mal- 
chance, Guignon. 

Dévidasse % s. m. Bavardage. — 
Dévidage à ic^itorguCf accusation 
fausse. Les malfaiteurs appellent 
ainsi Tacle d'accusation. 

Dévider % v.n. et v.a. Bavarder, 
Dévidei* son peloton , raconter tout 
ce qu'on sait, dire ce qu'on a sur 
le cdMir. 

Dévideur 9 s. m. Bavard. 

Dévierger v.a. Dépuceler. 

Dévisser v.a. Dévisser le coco, 
étrangler. — Dévisser son billard, 
mourir. — Se dévisser v.pr., être 
dangereusement malade. 

Dévoyé 9 a. Acquitté. 

Diable % s.m. ||1. Agent provo- 
cateur. Il 2. Coffre-fort. —Le dia- 
ble en prendrait les atmes, c'est 
indigne, révoltant, exorbitant, 
extravagant. — Aller au diable au 
vert (j)our Vauvert), faire une ex- 
pédition lointaine. 

Diamant s.m. || 1. Clou : « J'ai 
chargé la marmite de poudre 
rhloratéo, dite poudre verte et je 
l'ai garnie de clous comme pro- 
jectiles. » Il ajouta en souriant : 
« Desdmma/</s,cela s'appelle ainsi 
dans le peuple, où l'on dit des 
souliers Lien ferres qu'on y met 



des diamants. » (Interr. d'Aug. 
Vaillant, auteur de l'attentat du 
Palais-Bourbon. 9 décembre 93.) 
|[2. Pavé; (on te taille comme le 
diamant). 

Dieu O s.m. // n*y a pas de bon 
Dieu (qui puisse m*en empêcher), 
je ferai cela quand même. — 
Manger le bon Dieu, être dévot. 

Dig-disAs.f. Epilepsie. — Batteur 
de dig-iUg, individu qui simule 
l'épilepsie sur la voie publique 
pour inspirer la pitié et exploiter 
les personnes charitables. Var. de 
tic- lac f toc-toc : il tape des jam- 
bes. 

Dis^elette # s.f. Bague. Du lat. 
digitus, doigt. 

Dig^onneur s.m. Grognon. 

Digne % s.f. Prostituée. 

Dig^ne-digue 9 s.f. voy. Dig-dig, 

Dijonnier s.m. Moutardier. La 
moutarde de Dijon est renommée. 

Dimasine # s.f. Chemisette. 

Dinde s.f. Niaise, imbécile, 
dupe. 

Dindon s.m. Niais, imbécile, 
dupe. Etre le dindon de la farce, 
être la dupe d'une mauvaise plai- 
santerie. 

Dindonner v.a. Duper, tromper. 

Dindornier % s.m. Infirmier. 

Dîner Q s.m. Diner par cœur, ne 
pas dîner. — Dînvr en ville, 
manger sur la voie publique. 

Dinguer 0v.n. Envoyer dinguer, 
envoyer promener. On balance un 
objet pour le lancer. Le verbe ba- 
lancer est syn. de dinguei-, var. 
de dandiner, dandillcr, dodeli- 
ner, dodo. 

Dire O v.a. Ça ne me dit rien, cela 
ne me tente pas. -^Je 7ie te dis que 
ça, je n'ai pas besoin de t'en dire 
plus long, cela suffit, tu dois être 
édifié. — Si le cœur vous en dit, 
si cela vous plaît. 

Dirigeant s.m. et a. Personnage 



DISCUSSION. 



— 95 — 



DOSSIËRE. 



du gouvernement, homme politi- 
que en vue. — Les classes dirigean- 
tes, ceux qui voudraient gouverner 
la société sans compter avec le 
progrès. 

I>i8ca8sion s.f. Avoir une dis- 
cussion avec le pavé, tomber dans 
la rue. 

I>i8qualifler Q v.a. Discréditer. 
(Sport) Disqualifier un cheval^ le 
déclarer liors concours. 

Disqae © s.m. ||1. Le derrière. 
Il 2. Pièce de monnaie. — Siffler 
au disque, demander de Targent. 
— Faire la cour à une femme jus- 
qu'à ce qu'elle vous ouvre la voie. 

Distingué O s.m. Double bocky 
v.c.m. 

Divette O s.f. Chanteuse d'opé- 
rette ou (le café-concert qui brille 
au premier rang dans son genre. 
Dim. de Diva, mot italien qui si- 
gnifie déesse. 

Dix-huit a.n. Souliers dix-huit, 
souliers ressemelés ; (2 fois *Ji 
J.d.m. 

Dixième O {polyt.)s.m. Passer au 
dixième, devenir fou. 

Dix-sept s.m. Le patron, Tins- 
pecteur, dans un magasin de nou- , 
veaulés. Les employés se |)révicn- 
nent entre eux de l'arrivée du 
patron en criant : Dix-sept! 

Doche # s.f. Mère. (Uigaud) Da- 
nois daegge, allaiter. Var. de 
dabe, dabuche. [Timmkrmans] 

Dodo et enf. s.m. Le lit. — Se 
mettre dans le dodo, se coucher. 
On dodeline de la tôle quand on 
est pris de sommeil ; en gr. Ôauw, 
dormir. [Timmermans] 

Dog-cart Qs.m. Genre de voiture 

pour la chasse. Ang. 
Dogue 9 s.m. Chien. Le costel a 
son dague, sa digue et son dogue. 
Dogner v.n. Donner des coups 

de tôte comme les béliers. 
Doigt O s.m. Se fourrer le doigt 



dans Vœil, se tromper, voir mal 
une affaire. Doigts de mort^ 
salsifis. 
Domino s.m. DenL — Jeu de domi- 
nos, les mâchoires. — Jouer des 
dominos, manger. — Bouder aux 
domiwos, avoir des dents de moins. 

— Domino culotte, n'avoir qu'un 
seul domino du même point dans 
son jeu. — Poser le double six eu- 
lotte, c'est n'avoir que ce six-là 
dans son jeu, c'est un dé culotte. 

Donne 9 s.f. Regard. La donne 
souffle mal, le regard est mauvais. 

Donner % v.a. et v.n. Donner du 
vague, vagabonder, chercher un 
couj) à faire. — Donner quelqu'uji, 
le dénoncer, le livrer à la justice. 

— Se la donner, se donner de Vair, 
s'en aller. — Donner duns, donner 
dedans, = Couper dedans, croire 
h. — Donner dans le panneau, = 
Couper dans le pont, se laisser 
tromper naïvement. 

Donneur Q (sports s.m. Celui qui 
reçoit les pans; (il donne un che- 
val.) 

Dorancher % v.a. Dorer. 

Dorancheur % s.m. Doreur. 

Dorenchiant. s.m. Paresseux, 
fainéant ; (décomposer le mot pour 
en comprendre le sens). 

Dormir Q v.n. Dormir en gen- 
datme, ne dormir ((ue d'un œil, 
faire semblant de dormir. 

Dos 9 s.m. Souteneur. =z Dos 
vert, = Dos d^azur. — Scier le dos, 
ennuyer, agacer. — En avoir plein 
le dos, être ennuvé d'une chose, 
accablé de travail, d'ennuis. — 
Etre dans le dos, être dans une 
position critique ou désespérée. 

— Avoir les pieds dans le dos, ùire 
recherché par la police. 

Dose s.f. En avoir une dose, =z 
une couche, (de bêtise), être béte. 

— Avoir sa dose, avoir assez bu. 
Dossiëre # s.f. Prostituée qui a 



DOUANIER. 



— 96 — 



DRINGUIER. 



un souteneur; (un dos) — Dossière 
de sattey chaise. 

Douanier s.m. Absinthe. 

Doublage = Doublé s.m. 
Il 1. Mensonge. || 2. Vol. 

Doublée s.f. Volée de coups, 
correction. — Fkhe une doublée , 
battre. 

Double-face s.f. Armoire à 
glace. 

Doubler v.n. || 1. # Mentir. || 2. Vo- 
ler. — O I>ouhler le cap, se dé- 
tourner de son chemin pour ne 

I pas passer devant la demeure d'un 

, créancier ou de toute autre per- 
sonne dont on ne veut pas être 
vu. — Doubler un rôle, apprendre 
un rôle pour remplacer un ar- 
tiste en cas où celui ci ne pour- 
rait jouer. 

Double-six # || 1. s.m. Nègre. || 
2. O Poseur, fat; (j.d.m.) au jeu 
de dominos, c'est généralement 
celui qui a le double-six qui est 
le « poseur. » 

Doubleur % s.m.||i. Menteur. 
Il 2. Voleur. 

Doublin # s.m. Pièce de deux 
sous. 

Doublure Q s.f. Acteur chargé do 
remplacer un autre dans un rôle. 
Les doublures se touchent , la 
poche est vide. 

Douce s.f. Il 1. # Soie || 2,D(msse, 
fièvre. — O A la douce, douce- 
ment. En douce = En douceur, 
tranquillement. — Se la couler 
douce, vivre tranquillement, sans 
souci. — Se coller une douce, 
(obsc.) onanisme. 

Doucette % s.f. FJme. 

Douceur # s.f. La faire en dou- 
ceur, voler sans bruit, dépouiller 
q.q. sans lui faire de mal. 

Douillard % s.m. || 1. Homme qui 
a de l'argent. || 2. Cheveux. 

Mes tas d'douillardM m'aerrent d'chapeau. 

(J. RicaiFin). 



Douille 9 s.f. Argent. — Les douil- 
les, les cheveux. — Douilles sa- 
vonnées, cheveux blancs. — Se 
faire des douilles = Se faire des 
cheveux, s'ennuyer. 

DoulUer # v. Payer. Douiller du 
carme, payer avec de la monnaie. 



I 1. Edredou. 
3. Innocent. 



Douillet # s.m. 
Il 2. Crin, duvet. 

Douillette Q s.f. Robe de cham- 
bre, veston ouaté d'appartement. 

Douillnre # s.f. Chevelure. 

Douleur s.f. Avaler on étrangler 
la douleur, boire un verre d'eau- 
de-vie. — Papier à douleur, pa- 
pier timbré, protêt. 

Douloureuse O s.f. = Addition, 
La carte à payer. 

Dousse # s.f. = Douce, fièvre. 

DouBsin % s.m. Plomb. 

Doussiner % v.a. Plomber. 

Doux O s.m. Liqueur sucrée : « Du 
doux, un verre de doux. »> 

Dragée s.f. Balle, projectile : 
Recevoir une dragée, recevoir une 
balle. — Se piquer la dragée, 
s'enivrer. 

Drageoires # s.f. pi. Les joues. 
C'est entre les joues qu'on écrase 
les dragées. 

Dragons s.m. Aller voir défiler 
les dragons, n'avoir pas de quoi 
manger. 

Drague s.f. Escroquerie, vol. 
Monter une drague, préparer une 
escroquerie. 

Dragueur s.m. voy. Drogueur. 

Dric s.m. = Truc, ruse, etc. 
«Pour le truc, le dric, le Âl, le 
r'fil, le flair, le blaire, à lui la 
pose. » [j. Ricuepin] 

Dringue0 s.f. z^Frousse, Trouille. 
Il 1. Peur. Il 2. Diarrhée. || 3. voy. 
Thune. En ail. Dreck, excrément. 

Dringnelle s.f. Pourboire de 
de l'ail, trinkgeld m. s. 

Dringuer v.n. || 1. Avoir peur. 
Il 2. Faire ses besoins. 



DRIVE. 



— 97 — 



DYNAMITER. 



Drive s.f. Noce, débauche. Etre 
en drive, être en noce, pour dé- 
rive. 

Drogue s.f. Mauvais, méchant, 
voy. Droue, 

Droguer v.n. cl v.a. || 1. Atten- 
dre, = Croquer le marmot, \\ 
2. % Demander. || 3. Tromper. 

Droguerie (V) s.f. Tromperie. 
De l'ail, trug m. s. que Ton pro- 
nonce troug et dont nous avons 
fait le mot truc, artifice, combi- 
naison. 

Drogneur # s.m. Trompeur. — 
Drogneur de la haute, escroc d'al- 
lure distinguée. 

Droguiste % s.m. Voleur qui ex- 
ploite les personnes charitables. 

Droite (la) Q s.f. Ensemble des 
députés ou des sénateurs qui 
siègent à la droite du président de 
rassemblée. Cest le parti des 
stalionnaires et des rétrogrades. 

Droitier Qs.ni. Député qui siégea 
la droite du président. Voy. Droite, 

Drôle O â- v<* ^'^^^ P^s di'ôle, c'est 
ennuyeux, c'est fâcheux, regret- 
table. — Drôle de paroissien, =. 
Drôle de coco, individu qui n*est 
pas sympathique. 

Drolichon a. Cest drolichon, 
drôlet, Dim. de drôle, comique. 

Dromadaire Os. m. \oy. Chameau, 

Droue (V) s.f. Mauvais grain, 
drogue. 

Drouillas8e0 s.f. Colique. 

Duc (V) s.m. Il 1. L'oiseau de nuit. 
|| 2. Le pendu oui est au haut 
des branches, à la tôle. || 3. Le 
Chef. Il 4. # Duc de Guiche, Geô- 
lier, guichetier. 

Duce (le) s.m. Indications, 
signes de convention que se font 
les grecs pour tricher. = Dusse. 
Lat. ducere, conduire. 



Duchesse % s.f. Femme d'un chef 
de bande. Voy. Duc. (3) 

Dulcinée Q s-i^* Amante, mal- 
tresse par iro. (du nom de Tamante 
imaginaire de Don Quichotte.) 

Dumanet n. pr. Fantassin. = 
Pioupiou, Tourlourou, etc. 

Duo s.m. Duo d'amour, yeux po- 
chés. 

Dur O s.m. et a. Dur à cuire, 
homme aguerri, solide, intré- 
pide. — Etre dur à la détente, 
tenir à son argent. — (Typ.) Etre 
dam son dur, travailler avec ar- 
deur. 



Dur (le) # s.m. 
travaux forcés. 



1. Le bagne, les 

2. Fer.]|3. Eau- 



de-vic. Il 4. Le chemin de fer, = 
Le dur mort, — Travailler sur le 
dur, voler en chemin de fer. 

Dnraille # s.f. Pierre fine, dia- 
mant. — Dnraille sur mince, dia- 
mants sur papier. Les marchands 
de diamants en gros les enve- 
loppent dans des chiffons de 
papier. 

Dure # (V) s.f. La dure, || i. La 
terre. || 2. La maison centrale. 
Voler à la dure, voler, détrousser 
avec voies de fait. 

Durëme s.m. Crème, fromage 
blanc. 

Durillon 9 s.m. Travail. 

Durin % s.m. Fer. 

Duriner # v.a. || 1. Frapper avec 
du fer. Il 2. Ferrer. 

Dusse (le) # s.m. voy. Duce. 

Dynamitard = Dynamiteur Q 
s.m. Celui qui emploie les explo- 
sifs pour faire de la propagande 
par le fait ; (théories pratiquées 
par les anarchistes) 

Dynamiter Q v. Faire sauter, 
détruire, tuer au moyen de la dy- 
namite ou de tout autre explosu. 



EAU. 



— 98 



ÉGLUSER. 



E 



Eau s.f. Marchand d'eau chaude, 
limonadier. — Etre dans les eaux 
grasses, occuper un poste élevé 
dans une administration, dans 
les finances. — Eaux basses, les 
eaux sont basses, manque d'argent. 
— Eau de moule ou eau de savon, 
absinthe avec beaucoup d'eau. — 
Eau d'aff, eau- de-vie. Eau d'aff 
tarte, mauvaise eau-de-vic. Eau 
d'aff chaune, bonne eau-de-vie. 

Bbasir v.a. Assassiner, as- 
sommer. Du vx fr. A bassir, abattre. 

Ebattre {à*) # v.pr. S'ébattre dans 
la ti'jne, voler dans la foule. 

Eberluer O v.a. Etonner q.q. 

BboufTer (s') O v.pr. Rire aux 
éclats. La racine reproduit le son 
qui accompagne 1 éclat de rire 
qu'il était impossible de contenir, 
les joues trop bouffies forçant les 
lèvres à se disjoindre et à dire 

bOUff, pouff! [TlMMERMANS] 

Eboulé a. Etre étendu noncha- 
lamment. 

Ecacher v.a. Écraser, (vx). 

Ecafoter v.a. Ecaler. Ecafoter 
des noix, enlever Técale. 

Ecaf cuiller v.a. || 1. Ecraser. 
112.= Ecafoter, Ecafouiller des 
noix, écaler des noix. 

Ecaillé s.m. Souteneur, (pois- 
son.) 

Eoarboniller v.a. = Ecra- 
bouiller. Ecraser, pulvériser. — 
S'écarbouiller , v.pr. disparaître, 
s'en aller. De crever et de la ter- 
minaison oniller qui marque la 
répétition de Tacte, en lat. ulare, 
en 9\\.eln, [Timmermans] 

Ecarter Q v.a. = Postillonner. 
Ecarter la dragée, (vx.) écarter du 



fusil, envoyer de la salive en par- 
lant. 

Echalas Q s.m. || i. Jambe maigre. 
Il 2. Personne grande et maigre. 
« Quel grand échalas! » (pléon.) 

Echappé O s.m. Echappé de Ma- 
zas, malfaiteur. 

Echarpé Qa-Revôtu d'une écharpe. 
«Les patrons et patronnes de la- 
voir, ècharpés de bleu ou de rouge.» 

Echasses s.f.pl. Jambes maigres 
et longues. 

Echassier Q s.m. || 1. Celui qui 
monte sur des echasses. || 2. Per- 
sonne qui a de longues jambes. 

Echassodrome s.m. O établisse- 
ment où ont lieu les courses d'é- 
chassiers. 

Echaudé v.a. Etre échaudé, être 
exploité. =. Ècorché, 

Echelle s.f. Faire monter à Vé- 
chelle, faire mettre en colère. 

Echellier s.m. Coiffeur, perru- 
quier. 

Echigner (s') O v.pr. Se fatiguer, 
s'éreinter. Pour échiner, assom- 
mer. 

Echin O s.m. Médecin du sérail ; 
pour hakim. 

Echineur0s.m. Mauvais critique. 

Echoppe s.f. Atelier. 

Echotier O s.m. Rédacteur de 
journal chargé des échos. 

Eclairage O s.m. Argent, enjeu. 

Eclairer O v.n. || 1. Donner de 
l'argent. || 2. Miser au jeu. 

Eclairenr p s.m. || i. Enlrete- 
neur, celui qui donne de l'argent, 
bailleur de fonds. || 2. Compère 
du grec, (il lui amène des dupes) 

Ecluse s.f. Lâcher V écluse, pisser. 
Ecluser v.n. Pisser. 



ÉCOPAGE. 



99 — 



EFFET. 



Ecopages.m.voy. Abattage (1). — 
Coup, réprimande. HoU. schop, 
coup de pied. [Timmrrmans] 

Bcoperv.n.etv.a. || i.Q Recevoir 
des reproches, des coups; être 
victime. || 2. Boire. [Rigaud] Ail. 
der Schoppcn, ch opine. || 3. # 
Ecoper la ccntrouse, ôlre con- 
damné à subir sa peine dans une 
maison centrale. 

Ecopenr s.m. Qui a Thabitude 
d'écoper, v.c.m. ^1). 

Scorche-cul s.m. Faire une 
chose à écorche-culy malgré soi. 

Ecorcher v.a. Faire payer trop 
cher. 

Ecornage # s.m. Vola Vécornage, 
faire une ouverture à la devanture 
d'un magasin et attirer les objets 
à soi à 1 aide d'une tringle. 

Ecorné % s.m. Accusé, inculpé. 

Ecorner % v.a. Injurier. Ecorner 
les boucards, fracturer les bou- 
tiques. 

Ecorneur % s.m. Ministère public. 

Bcornifler # v.a. Ecornifler à la 
passe, tuer d'un coup de feu. [Ui- 
CHEPi^, Les morts bizarres,] 

Ecossais O "-P^* •S^'*^ enEcossaiSy 
être sans pantalon. 

Ecosser 9 v.n. Dépenser. 

Ecosseur s.m. Employé qui 
ouvre les lettres égarées à la 
poste ou retenues par ordre. 

Ecouter Qwvl. « Je f écoute »,certai- 
nement, sans nul doute. — « Ecoute 
s'il pleut »), silence! [Rigaud] 

EcrabouUler v.a. voy. Ecar- 
bouillei\ 

Ecrache s.f. Papier. Ecrache à 
Vestorgue ou tarte Jaux passe-port. 

Bcracher # v.a. Montrer son 
passeport, voy. Ecrache, 

Ecrasement O s.m. Encombre- 
ment, bousculade dans la foule. 

Ecraser v.a. Ecraser une bou- 
teille , boire une bouteille. — Ecra- 
ser un grain, en écraser un, péter. 



— Ecraser des tomates , avoir ses 
menstrues. 

Ecrevisse Qs-f- = Cardinal (allu- 
sion à sa couleur quand elle est 
cuite). — Errevisse de boulanger, 
homme fourbe. — Ecrevisse de 
rempart, garde national. — Avoir 
une ecrevisse dans la tourte, dans 
le vol-au-vent, être extravagant. 

Ecriteau 9 s.m. Mettre un écnteau 
à une femme, dire qu'elle est votre 
maîtresse, quand c'est faux. 

Ecrivasser Q v.n. Ecrire des 
choses sans valeur, écrire mal. 

Ecrou O s.m. Monnaie d'écrou, 
payer ses amendes par la prison. 

Ecuèlle s.f. Assiette. 

Ecume s.f. Etain. — Ecume de 
terre, zinc. 

Ecnmer % v.a. Ecumer la bon- 
togue, enfoncer la boutique. 

Ecumenr s.m. Etameur. 

Ecnmoire O s.f. Visage troué par 
la petite vérole. 

Ecarer v.a. Ecurer le chaudron, 
se confesser. 

Ecureuil s.m. Celui qui fait 
tourner les roues ou les poulies à 
la main. 

Ecurie s.f. Nettoyer ses écuries, 
se mettre les dpigts dans le nez. 

Edredon s.m. Edredon de trois 
pieds, botte de paille. — Faire Vé- 
dredon, voler un étranger; (arg. 
des filles.) [Rigaud] 

Effacer v.a. Détruire. — Effa- 
cer un plat, manger un plat. — 
Effacer une bouteille, boire une 
bouteille. 

Eff'aroucher v.a. Voler. 

Effare ucheur s.m. Voleur qui 
commet de petits vols =: Chipeur, 
— Effaroucheur de guinches, vo- 
leur dans les bals publics. 

Effectif O s.m. Avoir son effectif, 
se dit d'une femme qui a un 
amant. 

Effet O s.m. Faire des effets de, 



EGALIER. 



— 100 — 



EMBARRAS. 



faire étalage de. — E fluets de po- 
che, étalage d'argent. — Eff'ets 
de manckettes, luxe, étalage de 
linge. 

Egalier (arg. des joueurs) v.a. Ega- 
lier les cartes, couper un jeu de 
«tartes. 

Xffalité 9 s.f. Parfaite égalité, jeu 
de hasard, appelé aussi la par- 
faite, v.c.m. 

Egard s.m. voy. Esgard. 

Egayé s.m. Celui aux dépens 
duquel on rit. 

Egayer (Thé.) v.n. et v.a. Siffler. 

— Egayer l'ours, siffler la pièce. 

— Se faire égayer^ se faire siffler. 
Eglisier s.m. Homme qui fré- 
quente Téglise. 

EgnalTant a. Vov. Egnolant (2). 

Bgnaffer v.a. Écraser de sur- 
prise, émerveiller. [Rigai^d] Ce 
mot énonce Tébahisscment par le 
son du nez tel qu'il se montre 
dans le mot ail. schnauben, aspi- 
rer. Durant l'attention les ifaïfs 
béent : ils sont badauds ; s'ils 
ouvrent la gueuk, on les appelle 
gogos et les voilà désignés comme 
égnaffés parce qu'ils ouvrent les 
narines toutes larges, comme pour 
aspirer ce qu'on leur raconte. En 
russe nofs, nez. [Timmhrmans] 

Egnolant a. |j 1. Assommant. 
Il 2. Extraordinaire, étonnant. = 
Egnaffant, Voy. Egnaffer, 

Egnoler v.a. Assommer, en- 
nuyer, fatiguer. 

Egout v.n. Bouche. — Tierce à 
Vègout, tierce basse, tierce au neuf. 

Egrené O a. Service des égrenés, 
service des journaux envoyés sous 
bande, par un seul exemplaire. 

Egrugeoir0s m. Chaire à prêcher. 

Egrnger Q v.a. Prêcher. 

Egyptien (Thé.) s.m. Mauvais ac- 
teur. [Rigaud] 

Elastique Q a. Large, souple. 

Elbeuf O s.m. Vêlement. 



Electeur s.m. Client. L'électeur 
a bien voté, le client a remis une 
bonne commission. 

Eléments Q s.m. pi. Argent, dans 
l'arg. des joueurs. [Larciiey] 

Eléphant Q s-^* Entremetteur. 

Elève s.m. (mil.). Elève cabot ou 
élève martyr, élève caporal. 

Elixir s.m. Elixir de hussard, 
eau-de-vie. 

Elogier v.a. Faire l'éloge. 

Emailler O v.a. Opération qui con- 
siste à injecter des liquides sous 
la peau du visage pour remplir 
les vides ; c'est un maquillage 
compliqué. 

Emballement O s.m. || 1. Enthou- 
siasme exagéré. « Pendant les fêtes 
franco-russes en 1893, ce n'était 
plus de Tenthousiasme, c'était un 
em6a//emen( général.» || 2. Empor- 
tement. Voy. Emballer. 

Emballer Q v.a. Emprisonner. — 
S'embaUe7\ v.pr., s'enthousias- 
mer, aller trop loin ; s'empor- 
ter, etc. — S'emballer pour une 
affaire, se lancer à fond de train 
dans une affaire. — Etre emballé, 
être en colère. 

Emballes © et Q J^f.pl- Paire des 
emballes, faire des embarras. 

Emballeur s.m. Agent de po- 
lice. — Emballeur de refroidis, 
croque-mort. 

Embaluchonner v.a. Empa- 
queter. 

Embarbé # a. Corné. 

Embarbement# s.m. Accès d'épi- 
lepsie. [Larciiey] 

Embarber % v.n. Entrer, rentrer. 

Embarbotter (s') = Embar- 
boailler(8') Q v.pr. S'embrouil- 
ler en parlant. 

Embarder et (mar.) v.n. et v.a. 
Il 1. Se tromper. || 2. Violer. 

Embarras^s. m. Serrure. 0Afe/(re 
une fille dans l embarras, la rendre 
enceinte. 



* . 



EMBAUDER. 



— 101 — EMMASTOQUER. 



£mbander # v. a. Violenter, 
violer. 

Embaumé O s.m. Fashionablc. 

Embellemerder (s') ©v.pr. Avoir 
une belle-mère. 

Emberlificoter Q v.a. Embarras- 
ser, embrouiller, entortiller. — 
FicoteVy au lieu de faire, comme 
d'autres fois on dit fier, fréquen- 
tatif de ficere, pour facere : ma- 
nœuvrer de façon à coquer la ber- 
lue, [TimmermaNs] 

Emberlificote ur Q s.m. Malin qui 
sait entortiller. 

Emberquiné O ^•^' Moraliste 
exagéré. 

Emberqniner Q v.a. Ennuyer en 
racontant des fadaises. 

Embêtement O ^-i^- Ennui, mau- 
vaise bumeur, affaire ennuyeuse, 
etc. 
Embêter O v.a. Ennuyer. — S'em- 
ht ter comme une croûte de pain 
derrière une malle, s'ennuyer for- 
tement. — iVc pas s'embêter, être 
dans une position agréable, en- 
viable. 
Emblème s.m. Mensonge. — 

Casser des emblèmes, mentir. 
Emblémer = Emblèmir v. 

Tromper, mentir. 
Embobiner v.a. Entortiller, en- 1 

jôler. 
Embohèmer (s') O v.pr. Fréquen- 
ter les bohèmes, v.c.m. 
Emboîter v.a. et v.n. || 1. O Em- 
boîter le pas, suivre. || 2. (thé.) Se 
faire emboîter, z= Se faire attra- 
per, être interpellé, sifflé par le 
public. Il 3^Entrer,pénétrer,serrer 
de près. [I^rcuey] 
Emboacaner0v.a.etv.n. || 1. Aga- 
cer, ennuyer, irriter. [Larchev] 
Il 2. Puer. [Riciiepin] || .3. S'em- 
boucaner, v.pr., s'ennuyer. 
Embouchure s.f. Atotr une 
bonne embouchure, avoir une 
bonne denture. 



Embooreuz (1^) (V) s.m. Bour- 
reau. 

Pas ne scavait oingnons peller. 
Dont Vemboureux lui rompt le suc. 

(Vu.LOIi.) 

Embroquer 9 v.a. Regarder. 

Embrouer(V)v.n. S'en aller, s'en- 
fuir. Voy. Brouer. ppûjioç, mau- 
vaise odeur. 

Embrouillamini s.m. Imbro- 
glio, fouillis, embarras, chaos. 

mhpouillapdAr (s!*\ ff^ v.nr. sV- 



Embrouillarder (s*) v.pr. s'e 

nivrer. 
Embrouiller v.a. Nivu ni connu, 

je f embrouille, on ne peut plus 

rien y reconnaître. 

Embroussaillé O ^* Cheveux em- 

broussaillcs, cheveux en désordre. 

Embuement s.m. Atmosphère 

viciée, empuantie. 
Embusqué (mil.) s.m. Soldat 
ayant un emploi, dispensé de 
l'exercice et des corvées, secré- 
taire du trésorier ou du major, etc. 
Emécher (s') v.pr. Se griser lé- 
g^remenl. Etre émèché, être légè- 
rement gris. 
Emécheur (arg. des joueurs) s.m. 
= Allumeur, ('elui qui allèche 
les dupes, qui les engage à jouer. 
Emérillonner (s*) v.pr. Se 
I mettre en gaîlé. 
Emigré s.m. Emigré de Go- 

moirhe, sodomite. 
Emmaillotter % v.a. Préparer, 
combiner. — Emmaillotter un 
môme, combiner un vol. 
Emmaillottenr s.m. Tailleur. 

[RicAiD] 
Emmanché s.m. || 1. Gauche, 

maladroit. || 2. Pédéraste. 
Emmargouillis s.m. Individu 
grossier. Qui engueule les gens : 
gueule = margoulette, de mar, 
pour moure, bouche, et gouillis^ 
acte de la gueule ou goulotte. [Tim- 

MERMANS] 

Emma8toquer0v.n. S'engraisser, 



EMMÉCHER. — 102 — 



EMPOIGNER. 



manger beaucoup. Ail. Masiochs, 
bœuf engraissé, bœuf gras. 

Bîmmécher {8')0v.pr. voy. Emécher. 

Emmener v.a. ft*emm,.ène à la 
campagne, je me moque de toi. 

Bmmerdement0 s.m. Ennui, em- 
barras, soucis. Emmerdement sur 
toute la li{fnej ennui général. 

BmBierder0v.a etv.pr. Mépriser. 
« Temmerde la cour, je respecte 
messieurs les jurés. » (Le dernier 
jour d'un condamné,) — S'em- 
merder, v.pr. s*ennuyer. 

Emmerdenr s.m. Personnage 
ennuyeux, importun. 

Emmieller v.a. voy. Emmerder. 

Emmitonner v.a. Entortiller, 
enjôler, flatter. 

Bmmoutarder v.a. voy. £m- 
merder, 

fimos' s.f. Emotion (abr.). 

Emotionner (s') Q v.pr. Avoir de 
l'émotion. 

Emoncheur 9 s.m. Hevolvcr. 

Émonver {s') v.pr. Se remuer, 
s'agiter. 

Bmpaffe % s.f. Drap de lit. 

Bmpairer0 v.a. Bourrer de nour- 
riture. — S'cmpaffer v. pr., se 
soûler. 

Empaillé O a. et s.m. Inerle, bote, 
niais. — Avoir Vair empaillé^ man- 
quer d'énergie, d'activité. 

Empaler v.a. Tromper, = en- 
fler (1). 

Empanurg^er (s') Q v.pr. Suivre 
le mouvement, les idées des au- 
tres. Allusion aux moutons de 
Panurge. 

Empavé # s.f. Place, carrefour. 

EiDpôcbear0 s.m. Importun, gro- 
gnard qui trouve un malin plaisir 
àempOcher les autres de s'amuser. 
« Les membres de la Ligue contre 
la licence des rues sont des em- 
pêcheurs de danser en rond. » 
'pans la Blariée à Vencan, aux Va- 
riétés, on dansait une ronde, l'ac* 



teur Lefcbvre, qui était pied-bot 
voulait toujours faire sa partie 
dans ces danses et sa présence 
dérangeait la ronde. Un soir une 
figurante lui dit : « Restez à l'avant- 
scène, vous êtes un empêcheur 
de danser en rond, » Le mot fit 
son chemin.) 

Empereur s.m. Vieux souliers, 
(du nom d'un savetier oui les re- 
vendait près des Halles) (Rigaud) 

Empétarder v.a. Pédérastie, 
(obsc.) 

Empiergeonner (s*) S'empê- 
trer. (Ricuepin) 

Empifrage = Empift*emeiit s. 
m. = Empiftrerie s.f. Glou- 
tonnerie. 

Empiler % v.a. Duper. 

Empioler # v.a. Emménager; 
rentrer ou s'enfermer chez soi. 

Empire Q a.inv. Style empire, or- 
nementation dans le style du pre- 
mier Empire. 

Emplanquer # v.n. Arriver. 

Emplaque (!') % s.m. La police. 

Emplâtre Q s.m. ||i. Personne 
sans énergie, sans courage. || 2. 
9 Empremte à la cire (clé ou 
serrure). || 3. Cravate-plastron. 
Il 4. Portée de cartes à l'usage 
des grecs. 

Em plâtrer v.a. = Enci*oùter. 
Etre emplâtre, être engagé dans 
une affaire sans pouvoir en sortir, 
être immobilisé dans un endroit 
quelconque . — S' et» plâtrer, y, pr. 
s'enfoncer. 

Emplucher % v.a. Piller, pour 
éplucher, nettoyer avec soin. 

Empoignade s.f. || 1. Alterca- 
tion. Il 2. Réprimande. 

Empoignant Q &• Emouvant. 

Empoigne s.f. Main. Acheter un 
objet à la foire d'Empoigne^ le 
voler. Voy. ampoigne. 

Empoigner O^-^* Réprimander, 
gourmander, critiquer violem- 



EMPOIGNEUR. — 103 — 



ENDÉGHER. 



ment. — Etre empoigné, être ému, 

Empoignenr Q s. m. Critique 
acerbe, méchant de parti pris. 

Empoisonnenr s.m. Restaura- 
teur, marchand de vin, débitant 
quelconque. 

Bmpoivrer (s') © v.pr. S'enivrer. 

Bmporhes 9 s. m. pi. Nuages. 

Emporter v.a. Quelle drogue! 
Ça vous emporte la gueule, ça vous 
brûle la gorge, la bouche. — Em- 
porter le chat, se mêler d'une 
affaire qu'on ne comprend pas et 
qui ne vous cause quedeTennui. 
— Emporter le morceau^ réussir 
d'emblée. 9 Escroquer. 

Emporteur % s.m. Voleur qui se 
fait livrer de la marchandise à 
domicile et qui s'échappe en 
remportant sans la paver. 

Emposeur % s.m. Pédéraste. 

Empoté a. et s.m. Gauche, 
guindé, maladroit. 

EmpouBtenr 9 s.m. Escroc qui 
vend de mauvaise marchandise 
après avoir alléché le client à 
l'aide de compères. 

Emprosenr s.m, =z Emposeur, 
Pédéraste. 

Emprunté Q ^* Gêné, embarrassé. 

Empnroté % a. Pauvre. 

Ému a. Gris. Légèi^ement ému, 
un peu gris. 

Encabotiner (s') O v.pr. Fré- 
quenter les cabotins, v.c.m. 

Encadrer Q v.a. Il est à faire en- 
cadrer, il est drôle, amusant. 

Encaisser O v.a. Recevoir. En- 
caisser un soufflet, recevoir un 
soufflet. 

Encarnavalé O ^* ^^1 habillé, 
affublé, comme avec un costume 
de carnaval. 

Encarrade 9 s.f. Entrée. 

Encarrer v.n. Entrer. 

Encarté O s.m. Les encartés des 
Facultés, étudiants inscrits dans 
les facultés. 



ï 



Encartée O s.f. Femme en carte 
ui est soumise à la surveillance 
e la police. 

Encarter O v.a. Mettre une femme 
en carte, Tobliger à avoir une 
carte pour exercer la prostitu- 
tion. 

EDcasquer 9 v.n. = Tomber sur 
le casque, frapper sur la tète. 

Enceintrer v.a. Mettre en- 
ceinte. 

Encensoir # s.m. Donner des 
coups d'encensoir, flatter. 

Encharibotter v.a. et v.n. || 

1. Ennuyer, embarrasser. || 2. 
Etre en colère. De escarbot, in- 
secte encarapaçonné, aussi appelé 
fouille-merde. [Timmermai^is] 

Enchetiber v.a Arrêter, enfer- 
mer, emprisonner. S.pr., mettre 
en chtibe, mettre en botte. 

Encliiferné a. Pour enchifrené, 
embarrassé par un rhume. 

Enci|>le # aav. Ensemble. 

Encloné s.m. || 1. Maladroit. || 

2. Pédéraste, sodomite. || 3. Voy. 
Enclouer, 

Enclouer v.a. Engager. M.àm., 
mettre au clou, v.c.m. « Où est ta 
toquante? — Je l'ai enclouée. » 

Encoffier % v. Tromper. 

Encoliflucheter (s') v.pr. Met- 
tre des colifichets. 

Enconner v.a. Coïler. 

Encoqueluchonné O ^- Amoura- 
ché. 

Encornailler v.a. Faire cocu. 

Encotillonner (s'] v.pr. Avoir 
toujours des femmes autour de soi. 

Encre O s.f. Buveur d*encre, écri- 
vain. 

Encrotter (s') v.a. Se salir. 
M. à m., se mettre dans la crotte; 
(au pr. et au fig.) 

Encroûter Q v.a. et pr. voy. em- 
pldtrer, 

Endécher v.a. Se mettre dans 
la dèche, v.c.m. 



ENDIMANCHÉ. — 104 — 



ENFLER. 



Endimanché Q ^* Habillé avec 
recherche, (le dimanche étant un 
jour de repos pour les travailleurs, 
ceux-ci mettent leurs plus beaux 
habits ce jour-là.) 

Endimancher (s') O v.pr. S'ha- 
biller avec plus de soin que de 
coutume. 

Endormage s. m. Action d'en- 
dormir. Vol à Cendormage^ en- 
dormir la victime à Taide d'un 
narcotique avant de la dévaliser; 
on endort aussi son attention par 
d'autres moyens. 

Endormeur s. m. || i. Voleur à 
Vendormage, v.c.m. || 2. O Per- 
sonnage ennuyeux. 

Endormi s.m.JI 1. Personne 
nonchalante. || 2. Juge. 

Endormir # v.a. et v.n. || i . Tuer, 
étourdir. || 2, Endormir que Iqu un y 
l'ennuyer, détourner son attention 
pour mieux le tromper. j| 3. O 
s endormir sur le rôtif sur le mas- 
tiCy sur le fricot, traîner une chose 
en longueur. ||4. Mentir. 

Endos' s.m. Dos, échine. 

Endosse (V) # s.f. Vêtement. Ra- 
boter Vendosse, battre. — Les en- 
dosses, les épaules. 

Endroguer v.a. Chercher un 
coup à faire. 

Endroit Q s.m. Il a eu des torts à 
mon endi'oit, il a eu des torts en- 
vers moi ;(j.d.m.). 

Endurer (can.) v.n. Cesser de 
ramer. 

Enfant 9 s.m. Enfant de la matte, 
voleur. — Enfant de chœur de 
guillotine, gendarme. — Filer 
Venfant, introduire la ftince mon- 
seigneur sous une porte. — En- 
fant de chœur, pain de sucre; (vx) 
demi-setier de vin rouge. — En- 
fant de giberne, enfant de troupe. 
— Enfant de garce, enfant de 
trente-six fierez, enfant de pros- 
tituée. O Enfant de Vamour, bâ- 



tard. — Enfant de la balle, celui 
qui a appris ou qui exerce le 
même métier crue son père, (thé.) 

Enfer O s-"^- ^n désigne par ce 
nom l'endroit où sont déposés les 
publications dangereuses ou obs- 
cènes à la Bibliothèque nationale. 

Enferré # a. Arrêté. 

Enflfré O s.m. Pédéraste. 

Enftfrer = Enflgner O v.a. Se 
livrer à la pédérastie. = En- 
filer (3). 

Enfig^nenr = Enfifreur # s.m. 
Pédéraste. = Enfileur, 

Enfilade ^ s,f. |M. Tromperie, 
escroquerie. « L'afiairede Panama 
a été une sérieuse enfilade pour 
les actionnaires. » || 2. Arrestation 
en flagrant délit. 

Enfilage s.m. voy. Enfilade, 

Enfiler v.a. ||1. Enfiler quel- 
qu'un, le tromper : Etre enfilé, être 
trompé. Il 2. Arrêter. || 3. = En- 
fifrcr=iEnfigner, (obsc.) || 4. « Se 
faire enfiler, » S'en/î/cr, v.pr. s'en- 
gager dans une affaire désas- 
treuse ; jouer et perdre conti- 
nuellement. ||5.S'eiî/î/e»%manger: 
S'enfiler un bifteck. — Enfiler des 
bi'iques, jeûner. || 6. Enfiler des 
perles, flâner. 

Enfileur s.m.||1. Trompeur, 
escroc. || 2. Pédéraste. 

Enflaneller (s') v.pr. Boire 
chaud. (Larchey) 

Enflaqner 9v.a. || i. Condamner, 
enfermer, emprisonner. || 3. Met- 
tre, endosser, empaqueter. || 3. 
Dénoncer un complice, jj 4. 
Emmerder. 

Enflé s.m. Bouffi, gonflé d'or- 
gueil ; faiseur d'embarras : « Ohé 
V enflé \ » 

Enflée # s.f. Vessie. 

Enfler v.n. Boire d'un trait. 
— Enfler une femme,- la rendre 
enceinte. — Enfler quelqu'un^ le 
faire payer ou le tromper. 



ENFONCÉ. 



— 105 — 



ENRAGER. 



Enfoncé O ^* Dupé. 

Enfoncer Q v.a. ||i. Tromper. 
Il 2. Vous n'êtes pas taillé pour la 
lutte au billard, je vovs enfonce^ 
je suis plus fort que vous. 

Enfoncenr Qs-m. Trompeur, es- 
croc.— Ew/'onccwr de portes ouver- 
tes^ faux brave, bravache, vantard. 

Enfoncier O^.m. Crédit enfoncier, 
banque véreuse ;j.d.m. sur Crédit 
Foncier. 

Enfonrailler # v.a. Arrêter. 

Enfirayer © v.a. Enchanter. AH. 
freien, rechercher Tamitié d'une 
femme, chercher à lui plaire. 

[TmilERMANS] 

Enl^imer 0=Enl^imon88er0 

v.a. Dévisager. 

Engailleur 9 s. m. Trompeur. 

Engamé # a. Enragé. 

Enfanter O v.a. Capter, prendre. 
© v.pr. S'enganter^ s'éprendre, 
être amoureux. 

Engerber # v.a. = Enfonrailler, 
Arrêter. 

English O S'i^- Anglais. 

Engluer v.a. Saisir, prendre, 
arrêter. — Engluer la chevêche^ 
arrêter la bande, (de malfaiteurs) 
comme on englue les oiseaux en 
les attirant avec la chevêche, (oi- 
seau de proie). [Timmermans]. 

Engourdir % v. Tromper. 

Engracier % v.a. Acquitter. 

Engrailler % v.a. Attraper, saisir. 

Engrainer % v.a. et v.n. || 1. At- 
tirer, allécher. || 2. Arriver. 

Bnguenlade s.f. = Engueulage 
s.m. = Engueulement s.m. 0. 
Il 1. Réprimande. || 2. Discussion 
grossière. 

Engueuler © v.a. Interpeller vio- 
lemment, réprimander. — S'en- 
gtieuler, v.pr. se disputer gros- 
sièrement. — Avoir des semelles 
qui engueulent le trottoir, avoir 
des semelles qui se détachent de 
la chaussure. 



Engneulenr © s.m. Homme gros- 
sier et violent. 

Enguenser © v.a. Enjôler. 

Enguigner © v.a. voy. Embêter, 
S'enguiyner, v.pr. s'embêler. 

Enguirlander v.a. || 1. Embellir. 
Il 2. Faire valoir une chose, jj 3. 
Flatter. 

Enjuponné # s.m. Magistrat, juge, 
avocat; ils portent la robe : « Pour 
un enjuponnéy vous êtes un bon 
zig I » [A. Matthey] 

Ei^luponner (s') O v-pr. voy. En- 
cotillonner. 

Enlevé a. O et (thé.) || i. Réussi. 
Il 2. Entraînant. 

Enlevée Q s.f. Correction, répri- 
mande. 

Enlever v.a. (thé.). Jouer avec en- 
train : « Enlever une scène, » 
— © Enlever le cul ou le ballon à 
quelqu'un, battre, donner un coup 
de pied au derrière.— 9 S'enlever, 
v.pr. avoir faim, (être léger au 
point de s'enlever comme un bal- 
lon) = Faire Godard, 

Enleveur O s.m. Lovelace, don 
Juan, coureur de filles. 

Ennuyer (s*) © v.pr. || 1. Etre 
laid. Il 2. Mourir. 

Enquiller || 1. © v.n. Entrer, 
avoir un emploi: S'cngui/Zer v.pr., 
s'introduire. || 2. 9 v.a. Cacher 
un objet volé entre ses jambes : 
« Enquiller une thune de came- 
lotte, » cacher sous ses jupons 
• une pièce d'étoffe. De quille,ydmbe 
an arg. 

Enquilleur # s.m. Compère du 
boîineteur, 

EnquiUeuse # s.f. Vov. Enquil- 
1er (2). 

Enquiquiner © v.a. Mépriser, 
dédaigner; se moquer, bafouer 
= Se foutre. 

Enrager © v.a. Exciter. « Elle sa- 
vait que ce temps mou enrageait 
les hommes. » [Zola] 



ENRAYER. 



— 106 — 



ENTRIPAILLER. 



Enrayer Q >'•"• voy. Dételer. 

Enrhumer 9 v.a. Ennuyer. 

Enroniller Q v. Ne pas laisser en- 
rouiller ses dents, manger vite. 

Ensecréter '0 v.a. Agencer une 
marionnette. 

Enseigne # s.f. Enseigne de cime- 
iière, prêtre. 

Entablement 0s.m. Les épaules. 

Entaaler % v.n. || 1. Entrer dans 
une maison, emménager. || 2. En- 
trer en fraude, (contrebandiers.) 

Enterrement O ^^ ® s.m. || i. 
Tristesse. « C'était navrant, un vé- 
ritable enterrement. » || 2. Enterre- 
ment de première classey éreinte- 
ment dissimulé par des éloges. 
(Larchey) || 3. Reiet d'un projet 
de loi par la Chambre, après dis- 
cussion. Il 4. Morceau d arlequin 
(v.c.m.) ou de charcuterie entre 
deux tranches de pain, sand- 
wich du pauvre. 

Enterver (V)# v.a. || i. Interro- 
ger. Il 2. Comprendre Targot. Ce 
mot était déjà usité au xn<' siècle. 
Il 3. v.n. (obsc.) CoUer. 

Une autre jeune cerrelle 
Put découvert sans chandelle 
Comme il allait enterver 
Une nymphe à son lever. 

Bnterveux(V)s.m.pl. Importuns, 
ceux qui entravent. 



Rebignez tost ces enterveux. 



(Viu.oi«.) 



Entif 9 s.m. voy. Antif. 
Entiffer0v.n. voy. Antiffer. 
Entiffle s.f. voy. Àntiffle. 
Entiffler #v.a. || i. voy. Antiffler, 

Il 2. Entrer. || 3. Enjôler. 
Entonne # s.f. voy. Antonne. 
Entonner v.a. || 1. Antonner. 

Il 2. Boire. Entonnei* comme un 

chantrcy boire beaucoup, (j.d.m.) 
Entonneur s.m. Buveur. « Le 

plus fort entonneur de bière. » 
Entonnoir s.m. || i. Buveur. 



|| 2. Gosier. — Entonnoir de 
zmc, gosier rendu insensible par 
Texcès de boisson. — JEnfonno/r à 
patte, verre à pied. 

Entortillé a. et s.m. |j 1. Em- 
barrassé, maladroit. || 2. Capté, 
circonvenu. || 3. Pédéraste. 

Entortiller v.a. || i. Circonve- 
nir, capter : « Il m'a entortillée, je 
me suis laissé faire. » || 2. En- 
nuyer : « Ahl ce qu'il m'eiUor- 
tUle! il m'ennuie. » 

Entourber v.a. Embrouiller. 
(Larchet) s.pr. envaser. 

Entraîner (s')0 v.pr. Se préparer, 
s'habituer à faire une chose, se 
soumettre à un régime pour obte- 
nir un résultat déterminé. 

fintravafi^e # s.m. Education dans 
le vol. 

Entraver v.a. Comprendre» 
entendre. — Entraver le jars, en- 
traver bigorne ou argucfie, com- 
prendre Targot. — «Entrave six 
plombes qui crossent », entends-tu 
six heures qui sonnent ». 

Entraverse # s.m. Travaux for- 
cés. 

Entrecôte s.m. Entrecôte de 
brodeuse ou de lingère, mor- 
ceau de fromage de Brie. 

Entrée O s.f. Faire Centrée d'un 
artiste, Tapplaudir à son entrée 
en scène. — Entrée des artistes, 
anus, (la porte de derrière) 

Entremettier (cuis.) s.m. Cuisi* 
nier chargé de préparer les en- 
tremets. 

Entresort s.m. Baraque de fo- 
rain, (où Ton « entre et sort » 
continuellement.) 

Entreteneur s.m. Bailleur de 
fonds, celui qui subvient à Ten- 
tretien d'une femme galante. 

Entripaillé a. Individu qui a 
un gros ventre. 

Entripailler (s*) v.pr. Manger 
beaucoup. 



ENTROLER. — 107 — 



ÉPINARDS. 



Sntrôler # v.a. = Antroler. Em- 
porter. 
Bntrôllement % s.m. Vol. 

Mercure seul tu adoreras 
Comme dabe de YentrôUement. 

(ViDOCQ.) 

Bnturer # v. n. Mentir. 

Enturenr % s.m. Menteur. 

Sntyper {h*) % v.pr. Prendre un 
amant. 

Envelopper (art.) v.a. Dessiner 
les contours. 

Enviander v.a. (obsc.) Rendre 
enceinte. 

Envolé O A- Individu remuant, tou- 
jours prôt à s'en aller. 

Envoyé Q a.»» A A / ça c'est envoyé ! » 
c'est bien dit, bien répliqué. 

Envoyer v.a. Envoyer quelqu'un 
à la balançoire, à l'ours^ au bain, 
baigner, faire lan laire, faire fiche, 
faire foutre, dinguer, pisser, vhier, 
envoyer à Chaillot, à bâche, aux 
pelotes, envoyer promener, écon- 
duire repousser. — Envoyer à la 
comédie, faire chômer, arrêter le 
travail. — Envoyei* des coups de 
pied aux mouches, s'évertuer pour 
rien. — % Envoyer à Niort, refu- 
ser. — Envoyer dormir, assommer 
d'un coup de poing. 

Epais O ^- Un homme épais, 
homme grossier, butor, rustre. 

Epargne s.f. Mettre à la caisse 
d'épargne, manger. 

Epargner v.a. Epargner le poi- 
tou, prendre des précautions 

Sour effacer les traces d'un vol. 
[.à.m. ménager avec soin le « pu- 
blic », Tempêcher de voir. 
Epargnenr Q s.m. Econome : 
« Nous sommes un peuple de 

! paysans, un peuple d'^ar^/neurs. >: 
Gambetta, 1878) 
Epastronillant a. voy. Epatant. 
= Epatnrou/lant, = Epatouflant. 
Etonnant. 



Epastrouiller v.a. voy. Épater, 
Etonner. 

Epatage s.m. = Epatera Epa- 
tement. Etonnement. 

Epatamment adv. Etonnam- 
ment. 

Epatant a. Etonnant, voy. 
épater. 

Epate s. f . Epatage = Epatement. 
Etonnement. — Faire de l'épate ou 
son épate, faire des embarras. 

Epatement s.m. = Epatage» 
Etonnement. 

Epater v.a. || 1. Etonner, inter- 
loquer, éblouir : « J'ai été épaté, » 
Il 2. voy. Esbrouffer, Le mol 
épater signifie exactement ouvrir 
une large bouche, signe de Té- 
tonnement, de Tébahissement. 

Epatenr s.m. O = Esbrouffeur, 
Vantard et hâbleur.— # Revolver. 

Epée s.f. Coup d'épée de Sa- 
voyardj coup de poing. 

Eperlan s.m. Faire un éperlan, 
porter un petit enfant au cimetière, 
(langage des croque-morts.) 

Epice #s.f. Coimet d'épices, capucin. 

Epicé O ^- Cher, d'un prix élevé. 

Epicemar s.m. Epicier. 

Epicéphale (écol.) s.m. Chapeau, 
(du grec) 

Epicer 9 v.a. Railler. [Larcuet] 

Epicerie Q s.f. Mesquinerie. 

Epice- vinette 9 s.m. Epicier. 
I Larciikt] 

Epicier Q s.m. Mesquin, ordinaire. 

— C'est un cher épicier, il se fait 
payer très cher. 

Epileptiqne Q s-^"* Individu ex- 
centrique, qui se démène comme 
un épileptique. — Coco épilepti- 
que, Champagne. 

Epiler v.a. Se faire épiler la 
pêche, se faire raser, couper les 
cheveux. 

Epinards O s. m. pi. Voy. Beurre. 

— Plat d'épinnrds , paysage d'un 
vert trop uniforme. — Epaulet{e 



' '' -- 



ÉPINGLE. 



— i08 — 



ESBROUFFEUR. 



à graine dépinards, épaulcttes 
d'officiers généraux. — © Aller 
aux épinards, recevoir de Tar- 
gent d'une fille publique. 

Epingle s.f. Avoir son épingle 
au col, avoir droit à un verre payé 
chez le débitant. — Etre ivre. — 
(Obsc.) Ramasser des épingles, 
pédérastie. — Tiré à quatre épin- 
gles, velu méticulcusement. 

Epingle O a- Soigné. 

Epinglettes.f.# Vol à Vépinglette 
voy. Nib, 

Epiploon (écol.) s.m. Foulard, 
chemise. 

Epitonner (s') Ov.pr. Avoir du cha- 
grin. Pour se pistonner. [Larchet] 

Eplucheuse s.f. (obsc.) Eplucheuse 
de lentilles, = Got/yno^e, tribade. 

Bpoilant a. Voy. épatant. 

Eponge s.f. || \. Epousé, maî- 
tresse. Il 2. Eponge aor, avoué. 
Il 3. Ivrogne. 

Epoque O s.f. Menstrues : « Avoir 
son époque ou ses époques. » 

Epouffer (s^) % v.a. S'enfuir. 

Epoulardeuse s.f. Ouvrière de 
la Manufacture des tabacs. 

Epoase O © s.f. Maîtresse. 

Epouser 9 v.a. Epouseï' la ca~ 
marde, mourir. — Epousci' la 
fourcandiére, se débarrasser d'un 
objet volé Quand on est poursuivi. 
— Epouser la veuve, étre^illotiné. 

Epouseur (pays.) s.m. Fiancé. 

Epousseter 0v.a. Epousseter une 
belle, coucher avec une femme. — 
Se faire epousseter, se dit d'une 
femme qui couche avec un homme. 

Epoux s.m. Amant. 

Eprouvé 9 s.m. Condamné gracié 
en partie de sa peine à cause 
de sa bonne conduite. 

Equerre s.f. Fendre son équerre, 
marcher à grands pas, s'enfuir. 

Equiangle = Equilatéral = 
Equipollent Q 3* ^g^^- Ç^ ^'^st 
^ •equilatéral, ça m'est égal. 



Erailler#v.a. || l.Tuer. || 2.= £n- 
grailleTy prendre. 

Ereinter O v.a. Maltraiter. 

Ereinteur O s.m. Critique violent. 

Ergamé % a. Enragé. 

Ergot s.m. Se fendre r ergot, 
fuir. [Michel] 

Ermite % s.m. Voleur de grand 
chemin. 

Es. 9 s.m. Escroc, [abrév.). 

Esbalanoer % v.a. Pousser, re- 
jeter. 

Esballonner (s') 9 v.pr. S'évader, 
m. à m., sortir du ballon, v.c.m. 

Esbasir % v.a. voy. Ebasir, tuer. 

Esbigner (s') v.pr. S'enfuir, 
s'esquiver. — S^esbigner dans sa 
boite à puces, aller se coucher. — 
v.a. Mourir. D'ex, marquant le 
point de départ, et du \\.fT.binner, 
s'en aller secrètement. 

Esblinder v.a*. Stupéfier, anéan- 
tir. AU. blind, aveugle, ébloui. 

[TlMMERMANS] 

Esbloquant a. Etonnant. 
Esbloquer v.a. Etonner, stupé- 
fier. 

Parait que j'suis dab ! ça m'eabloque 

(J. RicHEiMN. Chanson des Gueux.) 

Esbrouffant0 a.Etonnant.Comme 
en holl. bluffen, être ampoulé. 

[TlMMERMANS] 

Esbrouffe O s.f. Embarras, fanfa- 
ronnade. Faire des esbrouffes, 
faire des embarras. % Vol à 
Vesbrouffc, vol à la bousculade. 
— fesciller d' esbrouffe, violer, m. 
à m. prendre de force. — Estourbir 
d'esbrouffe, assassiner dans la 
rue, attaquer soudainement. Du 
vx. fr. esboufer, éclabousser. 

Esbrouffer v.a. Faire des em- 
barras, être insolent. 

Esbrouffeur^ s.m. || 1. Fanfaron, 
hi\blcur, vantard, faiseur d'em- 
barras. Il 2. Voleur à Vtsbrouffè, 
v.c.m. 



ESGABRANTE. 



— i09 — 



ESGOURD. 



Bscabrante # s.f. Echelle ; du fr. 

escabeau. 
Escaffe s.f. Coup do pied au 

derrière, (vx.) Ski. çapha, sabol. 

[TiMMKRMANS] 

BsoalTer v.a. Donner un coup 
de pied, (vx) 

Esoafignon s.m. Souliers, (vx) 
Sentir de Vescafignony puer des 
pieds. 

Escale %sA. Trois francs. Demi-pile 
et eacale, cinquante-trois francs. 

Escam s.m . Escamoteur, (abrév. ) 

l^scane % s.f. A Vescane! fuyons! 
Voy. Escaner. 

Escàner % v.a. et v.n. || 1. Oter. 
y 2. Fuir. De canej\ avoir peur. 
[L\rcuey] 

Escape = Escaponche = Es- 
capouchon s.m. \oy. Escarpe. 

Escaper = Escaponcner % v.a. 
voy. Escarper, 

Escârbouiller v.?.. voy. Ecar- 
bouiUer = EcrabouiHei\ 

Escarcher v.a. Regarder. 

Escare % s.m. Contre temps. 
(Lvrchey) 

Escarer % v.a. Empêcher. 

Escareur % s.m. Individu qui 
trouve toujours des obstacles qui 
Tempôchent de rt^ussir. 

Escargot s.m. Vagabond. — Es- 
cargot de trottoir, sergent de ville. 

Escarpe % s.m. Voleur, assassin. 

Escarper v.a. Voler, assassiner. 
Escarper à la capahuty voy. Capa- 
hutei\ 

Escarpin s.m. Escarpin de Li- 
mousinf esr.arpia en cuir de 
brouette y sabots. — Escarpins re- 
nifieurs, souliers crevés, (ils aspi- 
rent Peau.) 

Escarpiner (s') v.pr. S'enfuir, 
= Se tirer des pieds. 

Escarpolette (thé.) s.f. Charge, 
= Balançoire, (Delvau.) 

Escaver v.a. = Escarer. Empo- 
cher. 



Eschequer (V) v.a. et n. || 1 .Éviter, 
Il 2. S'enfuir, se retirer, (d'après 
A. ViTu) 

Esclaffer (s') Q v.pr. Rire aux 
éclats : <( S'esclaffer de rire. » 

Esclavager Q v.a. Rendre es- 
clave. 

Esclave O s.m. Domestiaue, gar- 
çon de café, employé quelconque. 
Ce mot s'emploie en plaisantant, 
familièrement. 

Esclot s.m. Sabot, (patois gas- 
con.) 

Esclotier s.m. Sabotier. 

Escoffier v.a. Tuer. 

Escogriff'e s.m. Homme grand 
et mal bAli : « Grand escogriffe. » 
Escogriffe signifie en fr. valeur, 
escroc. 

Escouade (mil.) s.f. Envoyer cher- 
cher le parapluie de l'escouade, 
envoyer promener qui vous en- 
nuie.' 

Escouille % s.f. = Oche. Oreille. 

Escoutes % s.f.pl. Oreilles. 

Escrabouiller v.a. Ecraser, 
mettre en bouillie. 

Escrache s.f. = Ecrache. Papiers, 
passeport. 

Escracher0v.a. ^ic.rarhei\ \\ \. 

Interroger. || 2. Demander un 

passeport. (Rir.AUD) Montrer son 

passeport. || 3. Injurier, insulter. 

Il 4. Regarder. 

Escrime (mil.) s.m. Écrivain, (pour 
scribe.) 

Escrimer (s') v.pr. S'esci-imer 
du derriérCy sacrifier à Vénus, 
(obsc.) 

Esganacer 9 v.n. Rire. Remuer 
la ganache en riant ; (la ganache 
est la mâchoire inférieure du che- 
val.) 

Esgard = Egard % s.m. Faire 
Vesgard = Faire Vesque^ garder 
une part de vol qu'on était con- 
venu de remettre à des complices. 

Esgoard % a. Perdu. 



ESGOURDE. 



— 110 — 



ESTORGUE. 



Esgoarde = Esgoarne = Es- 
goaverne % s.f. Oreille. Débri- 
der l'esgourde, écouter. 

Esgoarder 9 v.n. Ecouter. 

Espagnol s.m. Vermine, pou, 
puce. 

Espalier O s.m. Groupe de figu- 
rants. 

Espèce O 8*f- Quelle espèce ! cette 
expression sous-entend toujours 
une épithèlc désobligeante : « Es- 
pèce a imbécile. » 

Espérances O s.f. pi. Avoir des 
espérances, avoir un héritage en 
perspective. 

Espincer (s') (V) v.pr. S'enfuir 
= arg. moderne s'esbigner = 
Jouer des pinces f des pincettes; du 
vx mot espinche, pince. 

Esponton % s.m. Paria, (vx mol.) 

Esprit O s.m. D'après les doclri- 
nes spirites, Tâme ou esprit est 
le principe intelligent en qui ré- 
sident la pensée, la volonté et le 
sens moral. 

Esqae % s.m. Faire Vesque, Voy. 
Esgard,' 

Esquinte 9 s.m. i| 1. voy. Es- 
qiiintement (2). — Vol à Vesquinte, 
vol à Taide d'effraction. || 2. 
Abtme. (F. Michel) 

Esqulntement s.m. || i. Lassi- 
tude excessive. || 2. Bris, coups 
violents. 

Esquinter % v.a. l| i. Briser, 
assommer de coups. || 2. Fatiguer, 
harasser. — O v.pr. S'esquinter 
le tempérament ou les tripes, se 
fatiguer beaucoup. 

Esqulnteur % s.m. Voleur qui 
emploie les moyens violents. 

Essayer (thé.) v.a. Essayer le trem- 
plin, = Lever le rideau, jouer au 
commencement de la soirée. 

Essence s.f. Essence de chaus- 
settes, odeur ou sueur des |)ieds. 
— Easence de parapluie, pluie. 

JEissayer O v.a. Essuyer les plâtres. 



Il i. Etre le premier locataire 
d'un logement neuf. || 2. Occuper 
une place le premier, provisoire- 
ment, en attendant qu'un autre 
l'occupe définitivement. 

Estable % s.f. =: Estaphle, poule. 
(Rigaud) 

Estafe # s.f. || i. Poule. || 2. Ba- 
lafre. Du fr. estafilade, m. s. 

Estaffler % s.m. Chat. (Rigaud) 

Estaffion s.m. || 1. Chat. !| 2. # 
= Estafe^ balafre. 

Estafon 9 s.m. Chapon. 

Estamper v.n. Estamper quel-- 
quun, le tromper, le mettre à 
contribution forcée, lui emprun- 
ter de l'argent sans le rendre. = 
Carotter : « Je crois être, une de 
ceux qu'il a le plus estampés et 
le plus chinés; je mettrais la 
main au feu qu'il me traitait cou- 
ramment, pour le moins, de sale 
bourgeoise. » [Séverine] 

Estampeur s.m. Escroc. Voy. 
Estamper. 

Estampiller v.a. || i. Donner 
un coup de poing violent qui 
laisse une marque. || 2. Marquer 
au fer rouge. 

Estaphe % s.f. Coup. voy. Estafe. 

Estaphle % s.f. voy. Estable. 

Estasl a. Heureux, (pour exta- 
sié.) 

Estlo 9 s.m. = Estoc. Esprit : « Il 
a de l'estio. » 

Estoc % s.m. Esprit, malice : H a 
de Vestoc, il a de l'esprit. 

EstomO s.m. Estomac, (abrév.) 

Estomac O s.m. Voy. Balai. — 
Avoir de V estomac, avoir du cou- 
rage ; avoir de l'argent pourjouer 
ou pour soutenir une affaire; 
avoir de l'audace au jeu. 

Estomaqué a. Etonné, stupé- 
fait, interloqué. 

Estomirer (s*J v.pr. S'extasier. 

Estoque 9 s.f^. = Estorgue. Faux. 

I Estorgue % s.f. Fausseté. Châsse 



* * * 



V 

k 



ESTOUFFER. 



111 — 



ÉTRANGLER. 



à Vestorgue^ yeux louches, yeux 

méchants. 
Estoaffer © v.a. voy. Étouffer, 
E8toarbir0v.a. Assommer, tuer. 

D*es augm., et du skt. turvy faire. 

En prov. es^ourôta, tomber en 

frappant, étourdir, assommer, 

tuer. 

Per ettourbia lou Salanas, 
Et rarmmdo que s'avanço 

(L. MODTltR.) 

— S^estourbir v.pr., se suicider. 
En ail. sterben^ mourir. 

Bstonrbisseur s.m. Meurtrier. 

— Estourbisseur de clous de gi- 
rofle, dentiste. 

Estrade 9 s.f. Boulevard, chemin, 
rue. [\x mot) 

Bstrangoaillade s.f. Étrangle- 
ment. 

Estrangouiller v.a. Étrangler. 

— Estrangouiller un litrCf boire 
un litre. 

Estregnante (B) # s.f. Ceinture. 

Estropier v.a. Estropier un 
pouletf manger une aile ou une 
cuisse de poulet. 

Estao = Estuqae # s.m. Part de 
vol. 

Estaqaer v.a. || 1. Battre. || 2. 
Recevoir sa part. 

Etagère O s.i. |J 1 . Femnve char- 
gée de servir les desserts dans 
les restaurants. || 2. Partie d'un 
café qui se trouve sur le devant et 
qui est ouverte Tété . 

Etal s.m. Poitrine d*une femme. 

Etalage s.m. Poitrine de 
femme. 

Etaler v.a. et v.pr. Étaler sa 
marchandise = S'étaler, tomber. 

Etamé 9 s.m. Récidiviste. 

Etamer v.a. Condamner pour 
récidive. 

Etanche a. et s.f. Avoir le gou- 
lot en étcnche, avoir soif. — Être 
à Vétanche, être à sec, (sans ar- 
gent.) 



Etats O s.m. pi. Être dans tous 
ses états f être en colère. 

Eteignoir0s.m. il l.Nezenforme 
d'élcignoir. || 2. Chapeau, bonnet 
de nuit. || 3. Personne qui, par 
son attitude triste, empêche les 
autres de s'amuser. 

Eteindre v.a. Éteindre de la 
braise, dépenser de Targent. — 
Éteindre son gaz, mourir. 

Eternaer v.a et v.n. Mourir. 
Étemuer dans te sac ou dans le 
son, être guillotiné. 

Etincelle O s-^* Ruban de la Lé- 
gion d'honneur, (il étincelle à la 
boutonnière.) 

Etoffes % s.f.pl. De Targent. 

Etoile O s-^* Artiste qui brille au 
premier rang. Voy. Vedette. — 
(Mil.) Avoir les dtux étoiles, être 
général de brigade. Avoir les trois 
étoiles, être général de division. 

Etoaffage s.m. Escamotage. 
Étouffage de braise, escamotage 
d'argent, (grecs) 

Etouffe % s.m. Maison de jeu 
clandestine. 

Etouffer v.a. Avaler. — Étouffer 
tine négresse, un perroquet, boire 
une bouteille, une absinthe. 

Etouffeur s.m. Buveur. 

Etouffoir0 s.m. || i. voy. Étouffe. 
Il 2. Endroit où il fait une chaleur 
étouffante. 

Etourdir 9 v.n. || 1. Solliciter. 
Il 2. Tromper. || 3. Tuer, assom- 
mer. 

Etoordissement # s.m . Requête, 
demande. 

Etourdisseur % s.m. Solliciteur. 

Etrangère s.f. Q Piç^^^r l étran- 
gère, être distrait, penser à une 
chose autre que celle dont on 
devrait s'occuper. 

Etrangler v.a. I| i. Etrangler 
lachandelle,Vùicïnare. || 2. Etran- 
gler une dette, payer une dette, 
l II 3. Boire, étrangler un pen*o- 



ÊTRE. 



— 112 — EXTRÉME^NCTION. 



quet, « J'vais en étrangJer une », 
je vais boire une absinlhe. — 
Etrangler la douleur ^ boire à 
jeun. 

Btre v.n. L'être (cocu), être 
trompé par sa femme. — Être avec 
quelqu'un, être à ta colle, v.c.m. 
(1). — En être\ (faire partie) il 
y a toujours un sous-entendu : 
Etre de la police, ôlre pédé- 
raste, etc. 

Etrenne s.f. Le premier client 
qui vient acheter : « Ce$t mon 
étrenne, » c'est ma première 
vente. 

Etrenner v.n. voy. Ecoper, — 
« Si tu n'es pas sage tu vas etren- 
ner ^ » lu vas être corrigé, rece- 
voir des coups. 

Etrier (mil.) s. m. Avoir les ctriers 
trop courts, avoir les jambes 
courtes et arquées. 

Etrillage s. m. || 1. Perle d'ar- 
gent. Il 2. Tromperie. 

Etriller v.a. || 1. Faire payer 
trop cher. ||2. Battre. 

Étroite s.f. Pnidc. 

Tu ferais pas tant lV^ro//r à c'I'hcure 
Sij'l'aurais laissi!^ l'fout' dans l'eau. 

{La Mute à Bibi.) 

Étronner v.n. Aller à la selle. 

Etudiant s. m. Etudiant de la 
grève, maçon. 

Étudiante s.f. Maîtresse d'étu- 
diant. 

Étui s.m. Il 1. Vêtement. || 2. 
Cercueil. 

Eudoxie (mil.) s.f. Chaise percée. 

Eustache # s.m. Couteau de 
poche. 

Evacuer v.n. Evacuer du cou- 
loir, vomir. 

Évanouir (s') v.pr. || 4. Dispa- 
raître, s'enfuir. || 2. Mourir. 

Évanouissement s.m. Dispa- 
rition. 

Évaporer v.a. Voler avec 



adresse. — S'évaporer, v.pr., s'en- 
fuir. 

Évasant a. voy. Epatant, 

Eventail 0s. m. Éventail à bourri- 
que, bâton, gourdin, canne. — Re- 
tourner son ér^7itai7, renoncer aux 
plaisirs de l'amour : « Une femme 
qui a été adorablement belle et 
qui, quoique ayant retourné son 
éventail depuis quelques années, 
est encore fort entourée. » (Gil- 
Blas, ^894.) 

Éventrer v.a. Eventrer la né- 
gresse, déboucher une bouteille. 

Ëvéque O s.m. Voy. Bonnet. 
Evêque de campagne, pendu. 

Évu part, passé. Eu :<i ]la s'évu 
des ma/Xeurs,» il a eu des malheurs. 

Excellent O &• << Tiens, cet excellent 
bon, comment vas-tu? » cher ami, 
comment vas-tu? 

Exécuter O v. Interdire l'entrée 
de la Bourse à un spéculateur 
qui ne peut pas payer ses ditfé- 
rences et le signaler aux agents 
de change et aux remisiers. 

Exécuter (s') Q v«pr. S'exécuter 
à la bonne franquette, payer sans 
se faire prier. 

Exécution s.m. O^i^een interdit 
d'un spéculateur à la Bourse. 

Expédier Q v.a. Expédier quel" 
qu'un, le congédier. — Expédier 
quelqu'un dans l'autre monde, le 
tuer, l'empoisonner. 

Expert O s.m. F.-M. Celui qui 
introduit les invités. 

Exploiter O v.a. voy. Ecorcher, 

Exproprié a. Etre exproprié, 
mourir. 

Extinction O s.f. Faire une chose 
jusqu'à extinction de chaleur na^ 
turelle, jusqu'à ce qu'on soit à 
bout de force. 

Extrême-onction O s.f. Secours 
d'argent donné par l'administra- 
tion des jeux de Monaco aux 
joueurs décavés, v.c.m. 



FABE. 



— 113 — 



FAGOT. 



F 



Pabe 9 s.f. Poche. 

Fabrication % s.f. || Passer à 
la fabrication A. ôtre arrêté. — 2. 
Etre refait, trompé, dupé. 

Fabriquer v.a. || 1. Faire. 
« Qu'est-ce que tu fabriques là?» 
Qu'est-ce que lu fais là? || 2. Etre 
fabi'iquéf être volé au jeu. — 
# Etre arrêté. || 3. • Travailler, 
voler, dévaliser. || 4. Fabriquer 
aux bateaux, donner des coups 
de pied dans le ventre, m.à.m. 
travailler à coups de souliers. 

Façade s.f. Figure. — Démolir la 
façade à quelqu'un, lui donner 
des coups dans la figure. — Faire 
sa façade, se farder. 

Face % s.f. Monnaie. Avoir des 
faces^ avoir de l'argent. — pi. 
Accroche-cœurs. Avoir des faces, 
= Avoir des roufftaquettes, voy. 
Accent. — O ^^^^ à main, lor- 
gnette. 

Faciès O s. m. Figure, visage, 
face. (Lat.) 

Facteur % s.m. Sergent de ville 
(il est employé des postes... de 
police.) 

Factionnaire s.m. Etron. — 
Poser un factionnaire, faire ses 
besoins. — Aller relever un fac- 
tionnaire, aller chez le mar- 
chand de vin boire un verre qu'on 
a fait servir d'avance sur le 
comptoir. 

Facturier p (Thé). Etre bon factu- 
rier, savoir faire une bonne pièce. 

Fadage % s.m. Partage d'un vol, 
butin. 

Fadard a. et s.m. Elégant. 

Fadaçse s.f. Fade. 

Fade # (mil.) s.m. Part de 



vol. — Carmerson fade, payer sa 
part. — Donner son fade,* payer 
sa cotisation. — Toucher son fade, 
toucher son prêt. — Avoir son 
fade, être saoul. — Payer son 
fade, subir sa peine. 
Fader % v.n. et v.a. Etre fade, 
être bien partagé, avoir sa bonne 
part. — Fader chérot, coûter cher. 

— (Mil.) Fader quelqu'un dans 
une distribution, lui donner une 
large part. (Ce qui est assigné 

!)ar le destin ou le sort : fatum. 
TiMMERMANSJ 

Fadeurs s.f.pl. Sentimentalités 
banales. 

FaflTe % m. || 1. Papiers d*iden- 
dite. Il 2. Pajfe à rou/ol^er, papier 
à cigarette. || 3. Billets de ban- 
que, voy. Boulange et braser. 

Faflot 0* s.m. jll. Paperasse. || 2. 
Livret. M 3. # Billet. — Fa/l'it ga- 
raté, billet de banque; du nom de 
Garât dont la signature se trouvait 
sur les billets de banque. — Fa- 
fiot mâle, billet de mille francs. — 
Fa/io^/femc/Ze, billet de 5« francs. 

— Fnfiot en bus âge, billet de 
HO francs. — Fafiot à parer, certi- 
ficat. — Fafiot à piper, mandat 
d'amener. — Fafiot sec, passeport 
régulier. — Fafiot à roulotter, pa- 
pier à cigarette. Il 4. Souliers d'oc- 
casion. (Larchey) 

Fafloteur % s.m. (| {.Papetier. 

Il 2. Paperassier, écrivain. || 3, 

Banquier. || 4. Savetier. (Larchet) 
Fafloter v.n. Paperasser. 
Faflard 9 s.m. Passeport. — Fo" 

flard d'emballage, mandat d'à* 

mener. 
Fagot O s. ||i. Elève de l'école 

8 



FAGOTER. 



— 4i4 — 



FALZAR. 



forestière. || 2. De denière les fa- 
gots, voy. Derrière. \\ 3. Cama- 
rade. Syn. de branche^ vieille 
branrhe, v.c.m. |l 4. 9 Ancien 
forçat, sous la surveillance de la 
police. Fagot affranchi, libéré. 
Il 5. Vieillard. 

Fagoter v.a. Faire une chose 
sans soin, sans {i;oût. — De Vou- 
vragc fagoté^ mal fait. — Etre fa- 
goté, être mal habillé, avoir une 
vilaine tournure. 

Faiblard a. Faible. 

Faibloche s.f. Allumette en 
bois. 

Faïence s.f. Arg. des couvreurs. 
Tuile. 9 Ferrement des for- 
çats. 

Faierie s.f. (V). Subtilités. 

Rassurez -vous en droguerie 
Et faierie. 

(Villon) 

Faignant s.m. Fainéant, pa- 
resseux. 

Faîne s.f. Sou. 

Fainin s.m. Centime. 

Faire Q ^'«^i» ^t v.n. Faire un 
homme f faire une femme, faire une 
conquête galante. (L\rchey) — 
Faire le botuevard, le trottoir, la re- 
tape = Raccrocher, v.c.m. — Faire 
les consommations, joucr les con- 
sommations au café. — Faire la 
place, aller offrir la marchandise 
à domicile. — Faire les cuirs, 
faire les cafés, etc., vendre des 
cuirs, des cafés, etc. — Faire, 
faire ses besoins, (s. ont.) — Le 
faire, sacrifier à Vénus. — Se 
faire dessous, être gâteux. — 
(Thé.) Faire îa salle, remplir une 
salle de spectateurs dont la sym- 
pathie vous est acquise. — Faire, 
i. Voler. Faire le porte-monnaie, 
le mouchoir. « Il m'a fait mon 
parapluie. » — 2. Tromper = 
Faire au même. = Refaire, — H 
ne faut pas me la faire il ne faut 



pas me faire croire ça. La faire 
à Voseille, m. s. — % Faire Go- 
dard, avoir faim. = S'enlever, 
v.c.m. (3) — Faire chibis, faire un 
peigne, s'évader. — Faire des 
yeux de hareng, crever les yeux. 

— Faire nonne, être complice d*un 
méfait. — Se faire la paire, faire 
Vabja, s'enfuir. — Faire le ser, 
faire le guet. — Faire, arrêter. 

— Faii'c aux cliquettes, donner un 
croc-on-jambe. — (Arg. des filles) 
Faire la souris, dévaliser un 
homme. • — Faire un caillou, trom- 
per un client. — Faire l'homme, 
se prostituer par métier. (Larchet) 

— (Arg. des grecs) Paire le pay- 
San, voler au jeti dans un cabaret. 

— Faire la veinne, tuer la vieille 
femme. (Larchey) 

Faisan % s.m. Celui qui vend à 
vil prix des marchandises ache- 
tées à crédit. 

Faisander (se) v.pr. Devenir 
vieux. 

Faisant O s.m. Camarade de col- 
lège. (Michel) 

Faisjeur O *>•*"• Trompeur, ex- 
ploiteur, escroc. 

Faiseuse s.f. Faiseuse d'anges, 
femme qui se charge de faire 
avorter. 

Faitré % a. FAre faiiré, être sous 
le coup d'une condamnation cer- 
taine. 

Fallait v, Q « Fallait pas qu'il y 
aille », <( il ne devait pas agir 
ainsi. » 

Faldès 9 s.m. Aller chez Faldès, 
partager. De fade v.c.m. 

Falot (mil.) s.m. Lanterne à Tusage 
des rondes de nuit. « Halte au fa- 
lot ! » 

Palourde # Voy. Fagot (4) = Cot- 
teret, réclusionnaire. — Palourde 
engourdie, cadavre. 

Falzar0 s.m. Pantalon de travail. 
(Rigaud) 



i 



FANANDE. 



— 415 — 



FAUCHEUX. 



Fanande = Fanandel # s. m. 

Il 1. Ami, camarade, compagnon. 

V'ià les fanand's qui radinent, 
Ohé ! las u pociietégf 

{Chanson de» Gueux). 

Il 2. Complice. 

Fanfe ou Fanfière % s.f. Taba- 
tière. 

Fanfouiner % v.n. Priser. Ono- 
matopée de l'aspiration du tabac. 

Fanfouioeur % s.m. Prisour. 

FantaboBses (mil.) s.m. Fantas- 
sins. J.d.m. F^nte-à-bosses = 
Fentes-seins, 

Fantaisie (mil.) O s.f. = Faire 
fantaisie^ ne pas se mettre à Tor- 
donnance, mettre des bottines, 
manchettes, cols, etc. — Fan- 
taisie sur la tringle, onanisme. 

Fantaisiste O s.m. Homme qui 
ne fait rien suivant Tusage ordi- 
naire, original. 

Fantasia O s.f. Cest de la fan- 
tasia, c'est une chose faite par 
caprice, ce n'est pas sérieux. 

Far! % adv. Par! far! vite! vite! 

Faraud s m. || I. Fier, orgueil- 
leux. Faire son faraud, faire le 
fier. Il 2. 9 Monsieur. 

Faraudec % s.f. Mademoiselle. 

Faraudëne % s.f. Madame. 

Farce a. et s.f. C'est farce, c'est 
drôle, comique. — Faire des 
farces à sa femme, lui faire des 
infidélités. 

Farceur, ense0 s.m. Pas sérieux. 

Farcher # v.n. Faucher. (3) 

Fard s.m. Avoir un coup de 
fard = Piquer un fard, rougir. 

Fardage s.m. Tromperie, cou- 
vrir des produits avariés avec des 
marchandises de choix. 

Farder (se) v.pr. Se soûler. 

Fardis (V) s.m. I*ardeau, charge. 
De farder, charger. 

Farfouillard = Farfouilleur 
s.m. Celui oui farfouille, cher- 
cheur; chuchoteur. Voy. Far- 



fouiller, — • = Vante, dupe. 

Farfouiller v.a. et v.n. Cher- 
cher, farfouiller dans le buisson. 
— Farfouiller dans le tympan, 
chuchoter. 

Fargotter % v.a. Uougir. 

Fargue % s.f. || 1. Charge (far- 
deau). Il 2. Charge (accusation). 

Farguement % s.m. Chargement. 

Farguer # v.a. || 1. Charger, au 

prop. et au fig. || 2. Avouer. 3. 

Se /argfMcr, v.pr., se cacher. 4. 

Etre far gué, être muni, pou nu. 

Il »H. Rougir; De farder, m. s. 

Fargueur % a. et s.m. || 1. Char- 
geur. Il 2. Témoin à charge. || 3. 
Ministère public. 

Faridon = Faridoo daine s.f. 
Etre à la faridon, être dénué de 
ressources. 

Farineux a. Excellent. (Dklvau) 

Farniente Q s.m. Paresse. 

Farnandel s.m. Voy. Fanande, 

Farrago O s.m. Amas confus. 

Fassolette % s.f. Mouchoir de 
poche. 

Fatigue % s.f. Travail des forçats. 

FaubergA s.m. Langue. 

Faubert (mil.) s.m. Epaulette. 

Faubourg Q s.m. Etre faubourg 
Saint-Germain, être distingué. 

Faubourien O s.m. Ouvrier habi- 
tant les quartiers excentriques. 

Fauchants = Faucheux % 
s m. pi. Ciseaux. 

Fauche-Ardentes. m. Mouchettes. 

Faucher v.a. et v.n. || i. % Fau- 
cher le grand pré = Faucher au 
dur, aller aux travaux forcés, jj 
Il 2. Etre fauché, cire décavé, 
ruiné, sans le sou. |[ 3. Faucher 
dans le pont = Couper dans le 
pont. \oy. Couper. \\ 4.Cuillotiner. 

Faucheur % s.m. || i. Voleur qui 
coupe les poches, les chaînes de 
montre. Il 2. Bourreau. 

Faucheuse s.f. La guillotine. 

Faucheux s.m. || 1. # voy. Fau- 



FAUCHON. 



— Ii6 — 



FERBLANTERIE. 



cheur. Il 2. (pays.) Celui qui fau- 
che. Il 3. 9 m. pi. Ciseaux. 

Fauchon s.m. Sabre. 

Faachure % s.f. Coupure. 

Fauffe 9 s.f. = Fausse. Tabatière. 

Faussante % s.f. Fausse déclara- 
lion de nom et d'adresse. 

Fausse % s.f. = Fauve = Fauffe. 
Tabatière. 

Fausse-couche s.f. Avorton. 

Fauter v.n. Commettre une 
faute. On dit d'une fille qui a un 
enfant, qu'elle sl fauté. 

Fauve # s.f. = Fauffe. Tabatière. 

Fauvette # s.f. Fauvette à tête 
noire, gendarme. "(Rigaud) 

Faux 9 s.f. Gerbe r à la faux, con- 
damner à mort =: Faucher {^). 

Faux-col s.m. Mousse au-dessus 
du verre. « Unbock sans faux-col I «> 

Fave 9 s.m. voy. Foflard. 

Favori O (sport) s.m. Cheval en fa- 
veur avant la course, considéré 
comme ayant le plus de chances 
de la gagner. 

Fayot s.m. Haricot. En prov. 
faiou, en lat. faseolus m. s. 

Fée s.f. Il i. Amour. 112. # 
Jeune fille, maîtresse. — Fée aux 
yeux verts, absinthe. 

Fèe Garabosse s f . Vieille 
femme laide et méchante. 

Fèesant % a. Amoureux. 

Feignant s.m. = Faignant. 
Fainéant. 

Fêler v.a. Avoir le coco fêlé = 
Etre loufoque, v.c.m. — Se fêler 
v.pr., devenir fou. 

Félibre O s.m. Membre d'une so- 
ciété poétique composée de Pro- 
vençaux, qui a pour président le 
poète Mistral. 

Félibrige O s.m. Ce qui se rap- 
porte aux coutumes et au genre 
(le poésie des fèlibres, v.c.m. 

Felouse #s.f. I^our fenouse, v.c.m. 
l^rairie. 

Femelle s.f. Femme, dans un sens 



méprisant. « Quelle snle femelle! » 
Féministe O s.m. Partisan de Té- 

mancipation de la femme. 
Femme s.f. Femme à soldats, 

firoslituée qui recherche particu- 
ièrement les soldats. — Faire une 
femme, voy. Faire. — Badigeonner 
la femme au puits, mentir. Voy. 
Badigeonner. 

Fenasse s.f. Fainéant. 

Fendant = Fendard s.m. 
Matamore, fanfaron; « Faire son 
fendard. » 

Fendante s.f. Porte. 

Fendre v.a Fendre le cul (à une 
carte), la prendre avec une carte 
supérieure. «Je lui fends le cul», 
je prends ! — (Mil.) Fendre Voreille 
à quelqu'un, le mettre à la re- 
traite, — Se fendre, v.pr., être 
généreux. — Se fendre dun litre, 
payer un litre. « Cinq sous de 
pourboire 1 le gonce ne s'est 
pas fendu. » 

Fenêtre s.f. Faire la fenêtre, 
femme qui attire les hommes 
chez elle en se mettant à sa fe- 
nêtre. — Boucher une fenêtre à 
quelqu'un, donner un coup de 
poing sur l'œil. — # Mettre la 
tête a la fenêtre, être guillotiné ; 
(passer son cou dans m lunette). 

Fenêtrière s.f. Femme qui fait 
la fenêtre, v.c.m. 

Fenin =Fainin0s.m. Centime. 
Ail. Pfenning^ m.s. 

Fenouse % s.f. Prairie. Du vx mot 
fen, foin. 

Fêodec^a. Arbitraire. Dufr.féodal. 

Fer s.m. Employer les fers, em- 
ployer les forceps. — Fer à cheval, 
oarbe taillée en fer à cheval. 

Fer-blanc s.m. Soldat de ^er- 
blanc, soldat sans bravoure. — 
Rognures de fer-blanc, médailles 
d'argent, décorations. 

Ferblanterie s.f. Etaler sa fei'- 
blantei'ie, porter des décorations . 



r 



FERBLANTIER. — 117 — 



FICELLE. 



Ferblantier s.m. Commissaire 

de la marine. 
Ferlampier s.m. = Fei'lanf1ier. 
Il 1. Malheureux, misérable. 
I 2. % Bandit. De Tall. verlump- 
teTf déguenillé. 

Ferlandier % s.m. = Ferlampie}', 
Bandit. 

Ferlingante % s.f. Faïence, vais- 
selle. 

Ferloque8 0s.f. pi. Vieilles loques. 

Fermer v.a. Fermer son plomb, 
sa boîte^ se taire. 

Féroce a. el s.m. Cest un fé- 
roce, il est tout entier à son de- 
voir. — Il nest pas féroce, il n'est 
pas capable. [Larchey] 

Ferraille s.f. Monnaie de 
cuivre. — Faire crosseï^ sa fer- 
raille, faire sonner son argent. — 
Ferraille doranchée, bijouterie en 
doublé. 

Ferrer0 v.a. Ferrer le goujon, le 
faire mordre à Thameçon. — FAre 
ferré, être fort sur une chose. 
Ferrer les cigales, perdre son temps. 

Fertan<re = Fertille % s.f. 
Paille. Mot du Centre de la France. 
Elle frétille quand on Tagite. 

Fertillante % s.f. Vov. Fertange, 
Paille. 

Fesse s.f. Fille, femme. — Maga- 
sin de fesses, maison où il y a 
beaucoup de femmes. 

Festillante # s.f. = Frétillante. 
Queue. 

Festonner Q v.n. Faire des zig- 
zags en marchant, comme quand 
on est ivre. 

FôtardOs.m. Viveur, noceur. 

Fôte s.f. Fcte de boudins, réveil- 
lon, où Ton mange des boudins. 
— Etre de la fête, être riche. — 
Faire la fêle, s'amuser, mener 
la vie largement. 

Fétiche O s.m. = Porte- bonheur. 
Objet auquel on atlribue la pro- 
priété de porter bonheur. 



Fen s.m. Q ^' "V ^ ^" 7"^ ^" Z"^"» 
il n'y a rien vu; (il a été ébloui, 
aveuglé). — Ne pas s' embêter dans 
les feux de file, être indépendant. 
[ L\rchey] 

Fénille (V) s.f. Bourse, et par ext., 
poche. O Pf^il^ de choux, publi- 
cation éphémère, journal sans 
importance. — Prendre quelqu'un 
par ses feuilles de chou, lui tirer 
les oreilles. Aller voir la feuille 
à Venvers, s'asseoir, se coucher 
sous les arbres. — Vin de trois 
feuilles, vin de trois ans. — Faire 
feuille de rose, (obsc.) 

Feuillet s.m. Pédérastie. Retourner 
le feuillet, (obsc.) 

Feuilleté O *• Oàteau feuilleté, 
gâteau dont les parties sont super- 
posées en feuilles légères. — Se- 
melle feuilUtée, semelle dont les 
couches de cuir se détachent. 

Fiacre O s.m. Faire une chose 
comme un fiacre, faire une chose 
de travers. — Jouer comme un 
fiacre, mal jouer. « Mon cher 
ami, — me dirais-je dans un 
court monologue. — depuis vingt 
ans, tu gouvernes comme un fiacre, 
et tu fêrais mieux d'aller sur- 
veiller tes salades. » [Fr. Coppée] 
Remiser son fiacre, mourir ; ^se dit 
d'un cocher). 

Ficeler v.a. || 1. Se /Ice/er, s'ha- 
biller. Bien ficelé ou mal firclé, 
bien ou mal habillé. || 2. Suivre, 
zrz filer. fRiGAi:!)] 

Ficelle O s*^- <^' »• Il *• Moyen. 
Truc de métier, procédé facile. 

— (Thé.) Procédés vulgaires que 
l'on emploie pour faire une pièce 
ou pour y jouer un rôle. Les fi- 
celles font mouvoir les marionnet- 
tes. Il 2. a. Malin, rusé, flatteur. 

— Homme ficelle ,. homme d'une 
habileté sournoise. — Chevnl fi- 
celle, cheval de course léger et 
décousu. (Larchey] — (Mil.) Fi- 



FICHAISE. 



H8 — 



FIGNOLEUR. 



celle rouge, soldat de première 
classe. 

Fichaise Q s.f. = Foutaise. Ccst de 
la fichaise, ce n'est rien. 

Fichant Q sl. ^= Foutant, En- 
nuyeux, embêtant, contrariant. 

Ficher © v.a. Faire. Qu'est-ce qu^ 
tu fichts? qu'est-ce que tu fais? 
Tu n'en fiches pas un clou, tu n'en 
fais rien. 

Ficher v.a. Mettre. On va te 
ficher à la porte, on va te ren- 
voyer, te mettre à la porte. — Se 
ficher, v.pr., se moquer = Se 
foutre, v.c.m. « Use fiche de moi, » 

Fichtre Juron. Var. de foutre, 
fouchtra! 

Fichtrement adv. = Bougre- 
ment, Exlrùmcment. 

Fichu a. Perdu, ruinc^ — Il est 
fichu de ne pas venir, il est capable 
de ne pas venir. — Etre mal fichu, 
être dans une position critique. — 
Fichu comme quatre sous, il est 
mal habillé. 

Fidibus O s. m. Allumette de pa- 
pier. De fidelibus, nom que l'on 
donnait aux étudiants allemands, 
ceux-ci allumant ordinairement 
leurs pipes avec ces tubes de pa- 
nier, formés le plus souvent des 
l'cuillcts où étaient écrits les dis- 
cours à eux adressés par les pro- 
fesseurs. 

Fielders (sport.) s. m. pi. Ensemble 
des individus qui ont fait des 
paris de courses contre un ou 
plusieurs favoris, v.c.m. [Parent] 

Fienter v.n. Faire ses be- 
soins. 

Fier a. ïl a un fier toupet, il a 
un fameux aplomb. 

Fier-à-bras s.m. Ce mot qui 
en fr. signifie fanfaron, désijçne 
un homme fort dans le langage 
populaire. De Fierabras nom du 
roi légendaire du cycle carlovin- 
gicn qui osa défier d'une seule 



fois six des preux de (iharle- 
magne. 

Fierot a. et s.m. Fier. 

Fiea s.m. Enfant. 

Fièvre 9 s.f. Aecùs de fièvre céré- 
brale, accusation pouvant entraî- 
ner la peine capitale. — Redou- 
blement de fièvre, réquisitoire dans 
une affaire entraînant la peine de 
mort. 

Fiferlin = Fifrelin s.m. Sol- 
dat. [Rigaud] — Faire la part au 
fifrelin, être tombé au sort. 

Fifi s.m. Vidangeur; (vx.) Ce 
mot qui se trouve dans le suppl. 
du Dict. de Liltré figure déjà avec 
ce sens dans une ordonnance de 
<3oO. 

Fiflot (mil.) s.m. := Lignard. Fan- 
tassin. 

Fifï*elin= Fiferlin s.m. Peu 
de chose. «Ça ne vaut pas un 
fifrelin, » ça ne vaut pas grand'- 
chose. 

Figaro s.m. Avoir un figaro, ex- 
pression des garçons de café pour 
désigner le client qui ne donne 
pas de pourboire. Ils s'avertissent 
entre collègues en criant : « Pas- 
sez le Figaro ! » 

Figé s.m. Juge; (il semble figé 
sur son siège). 

Figer (se) % v.pr. Avoir froid, 
s'engourair. 

Fignard = Figne = Flgnedé 
s.m. Anus. 

Fignolade # (thé.) s.f. Enjolive- 
ment. 

Fignole a. Joli 

Alors ahoula du sabri 
Moure au briftanl comme un cabri 
Due fignole goAselinc. 

[J. RlCHKPI.x]. 

Fignolé a. Enjolivé. 

Fignoler Q v.a. Finir avec soin, 
enjoliver. 

FignoleurQ s.m. Homme méticu- 
leux dans son travail, enjoliveur. 



FIGURANT. 



— 419 — 



FINI. 



Figurant (Ihé.) s.m. Celui qui ne 
fait que paraître dans une pièce, 
sans avoir rien à dire. — Figurant 
de la Morgue f individu qui a mau- 
vaise mine, pâle, défait, qui res- 
semble à un cadavre. 

Fissuration (thé.) s.f. Ensemble de 
ligurants. 

Figure s.f. Derrière. — Avoir 
une figure comme le cul tVun pauvre 
homme^ avoir une figure rouge et 
ronde. — Figure de papier luàchè, 
visage pâle. > 

Figurer (thé.) v.n. Paraître sur la 
scène sans avoir rien à dire. 

Fil s.m. Lâcher un fil, uriner. 
— Ne plus avoir de fil sur la bo- 
bine, de cheveux sur la tétc. — 
N'avoir pas inventé le fil à couper 
le beurre, n'être pas malin. — Fil 
en quatre, eau-de vie. — % Fil dt 
soie, voleur. 

Filage % s.m. = Filature. Action 
de filer une carte. Voy. Filer, 

Filandreux O ^' ^t* S\m. Style 
filandreux, prétentieux et en- 
nuyeux. 

Filasse s.f. Cheveux filasse, chc- 
veuxd'un blond fade. — Se fourrer 
dans la filasse, aller se coucher. 

Filature = File % s.f. Surveil- 
lance exercée par un agent de la 
sûreté. — Lâcher de la filature à 
quelqu'un, prendre quelqu'un en 
filature, le suivre partout. 

Filée (B) # s.f. Barbe. 

Filer v.a. || 1. • Voler. || 2. Q 
Suivre, surveiller. — O Filer 
une carte, tricherie qui consiste 
à donner une carte pour une autre ; 
(joueurs.) — Faire filer, dérober. 
[Rigaud] — # Se filer, v.pr., 
s'introduire subrepticement. — 
O Pil^ le parfait amour, courtiser 
avec passion. — Filer le plalo, 
aimer platoniquemenl. — (Mar.) 
Filer son cable pur le bout, s'en- 
fuir. — Filer son nœud, s'en 



aller. — 9 Filer une pelure, voler 
un paletot. — Filer la comète^ 
être sans domicile et se prome- 
ner toute la nuit dehors. 
Filet O s.m. Jet de liquide, très 
mince. « Un filet de vinaigre. » 

— Lâcher un filet, uriner. — Avoir 
le filet bien coupé, être bavard = 
Avoir la langue bien pendue. 

Fileur Q s.m. Agent de la sûreté, 
ou individu quelconque qui en 
sur\'eille un autre. 

Pileuse % s.f. Individu qui fait 
donner de Targent à des voleurs, 
sous menace de les dénoncer. 

Pillasse s.f. Fille de mauvaises 
mœurs; fille sale, grossière. 

Pille O © s.f. FUte a amour, pros- 
tituée, exploitée par une autre. 

— Fille en carte, fille soumise^ 
prostituée surveillée par la police. 

— Fille de maison, fille de lupanar. 

— Pille de marbre, courtisane in- 
téressée et sans cœur. — Pille re^ 
misée = Vieille garde, v.c.m. — 
Une fille, une bouteille. 

Piller du prois (B) v.a. Faire ses 
besoins. 

Fillette s.f. Demi-bouteille. 

Filoche % s.f. Bourse. — Avoir sa 
filoche à jeun, bourse vide. — Fi^ 
loche du trèpe, le palais de la 
Bourse. 

Pilote (B) # s.m.pl. Cheveux. 

Filsange # s.f. Filoselle. 

Fils-de-fer O s.m.pl. Jambes lon- 
gues et fluettes. 

Pin O s.f. Faire ime fin, se 
marier. 

Fine O s.f. Fine Champagne • Un 
verre de fine. » (abrév.) — La 
plus fine, matière de vidange. — 
Fine pégrenne, agonie. — 
(St-G.) Fine-galette , Saint-Cyrien 
non gradé. — Fine basane, cava- 
lier de Sainl-Cyr. 

Finette s.f. Poche secrète. 

Fini O a. Usé. Homme fini, homme 



FINOGHER. 



— 120 



FLAMBERT. 



usé au physique et au moral, 
quelquefois* des deux façons. 

FinocherOv.a.=Fiçfno/er,Y.c.m. 

Fiole © s.f. Tôte, visage, figure. 
I Xai soupe de ta fiole^ n m.à m., 
j'ai assez de ta tôte, j'ai assez de 
toi. 

Fioler © v.a. |] 4. Boire. Fioler le 
rouomme^ boire de Teau-de-vie. 



2. 9 Dévisager. 

Fioleur s.m. Buveur, ivrogne. 

Fion O S-'"- Donner le coup de fion 
à 9t<«/9uec^o$e,parachever,donner 
le dernier coup de main. 

Fionner O v.n. Faire le beau, pa- 
rader, se pavaner. 

Fionnear Q s.m. Elégant préten- 
tieux. 

Fioritures O s.f.pl. Paire des fio- 
ritures, faire des enjolivements, 
ajouter des agréments de fantaisie. 

Fiotte © s.f. Petite fille. 

Fiquer % v.a. Poignarder, donner 
des coups de couteau. 

Fiqaes % s.fjpl. Bardes. 

Fiscal a. Elégant. [Larchet] 

Fish s.m. Souteneur ; (poisson 
en ang.) 

Fissure O s.f. Avoir une fissure, 
être un peu fou. 

Fiston s.m. Mon fiston, mot 
d'amitié. 

Five o*clock tea O s.m. Thé de 
cinq heures ; (an^l.) iiéunion de 
personnes qui a heu dans l'après- 
midi, et où Ton offre le thé, avec 
des gAleaux. 

Fixé adv. Cest fixé! c'est en- 
tendu. 

Flac 9 s.m. Flac d'al, sac d'ar- 
gent; pour flac de dale = Fla- 
cuL 

Flache s.m. = Flanche, v.c.m. 

Flacher0v.n. = Flancher, v.c.m. 
Plaisanter. 

Flacon s,m. Soulier. Déboucher 
ses flacons, se déchausser. 

Flacul # s.m. = Flac. \\ 1. Lit. 



Il 2. Sac d'argent. Pour flague, 
= blague, sac. [Timmermans] 

Flafla O s.m. Etalage. « Faire du 
flafla, » Ostentation vaine ; (flare^ 
souffler.) 

Flageoler v.a. Flatter. (Corr. 
de cajoler.) 

Flageolets Q s.m. pi. Jambes 
minces. « Etre monté sur des fla- 
geolets, » Traduction comique du 
lat. tibia, jambe et flûte. [Timmer- 

MANS] 

Flageoleur s.m. Flatteur. 

Flamangol s.m. Trompeur de 
filles. 

Flambant a. et s.m. || i. Ecla- 
tant, superbe. « Tout flambant 
neuf. » Il 2. (mil.j Artilleur à 
cheval. 

Flambard s.m. || 1. = Flam- 
bant. Sabre. || 2. Matelot, et par 
ext.', canotier. 

Tas d'chicards, 
Ta» d'flnmbarfi.t^ 
, Les canotiers de la Seiiie, 
Sout partout bien reçus, 
El partout font du chahut. 

Flambarde s.f. Chandelle. 

Flambart (B) # s.m. = Flam- 
bard. Poignard. Couteau poi- 
gnard. 

Flambe (B) s.f. Epéc. # Petite 
flambe, couteau. 

Flambeau s.m. |l i. O Homme su- 
périeur qui se distingue par son 
talent. || 2. 9 Affaire, métier. || 3. 
Invention. || 4. Avoir le flam- 
beau, être habile, adroit. 

Flamber v.n. || 1. Briller. ||2. 
Amuser le public ; (arg. des fo- 
rains.) |l 3. Etre /Îaw6^, malade, 
sans espoir de guérison. 

Flamberge s.f. Epée. Mettre 
flamberge au vent, dégainer. De 
flambe, épée, et de rail, bergen, 
abriter. [Timmermans] 

Flambert Q s.m. pour Flambard* 
Poignard. 



FLAMSIK. 



— 121 — 



FLEMME» 



Flamsik = Flamsique % s.m. 
Flamand. 

Flan O s.m. Du flan = Des nèfles 
==■ Zutj non. — Donner du flan ou 
de la galette, ne rien donner. — 
A la flan, simplement, franche- 
ment. z= A la bonne flanquette 
('pour franquette). — % (Test du 
flan, c'cRt permis. — Voler à la 
flan, voler à Taide de fausses 
clés, dans la première maison 
venue, sans préméditation. 

Flanc O s.m. Etre sur le flanc, être 
alité pour cause de maladie. — 
S'en battre les flancs, s'en moauer. 

Flanchard s.m. = Plancneur. 
Poltron. 

Flanche % s.f. [| 1. Malice, ruse. 

— Grande flancne, jeu de roulette 
et de trente-et-quarante à Monaco. 
Il 2. s.m. 9 Affaire. Cest un 

mauvais flanche, c'est une mau- 
vaise affaire. 
Flancher v.n. || i. Avoir peur; 
(pour fléchir, devenir flasque.) 
# Tricher. Tenir un jeu clan- 
destin pour attraper les badauds. 

— Flanckei' au frotin, jouer au 
billard. — Flancher à la resaute, 
jouer à la balle. 

Flanchet % s.m. Part, lot. 

Flanchenr s.m. || 1. Poltron. 
Il 2. % Joueur. 

Flandrin s.m. || 1. Paresseux; 
«< Grand flandnn, » || 2. Flamand ; 
do Flandre. 

Flâne s.f. Flâneur, flânerie. 

Flanelle s.f. = Flâneur. — (Test 
de la flanelle, faire flanelle, aller 
dans une maison de tolérance 
sans y rien dépenser. «Par j.d.m. 
sur flâner. 

Flâneuse O s.f. Soplia, chaise- 
longue. 

Fl&nocher -= Flânotter v.n. 
Augm. de flâner. 

Flanquage s.m. Action de flan- 
quer, v.c.m. 



Flanque s.f. Plaisanterie, rail- 
lerie. 

Flanquer v.a. voy. Ficher =z 
Foutre. — Flanquer à la porte, 
mettre à la porte. En ang. tofling, 
lancer. 

Flaqnada adv. Aller à fla- 
quada voy. Flaquader. 

Flaquader v.n. Faire ses be- 
soins. 

Flaqnadin ^s.m. Lâche, poltron. 

Flaque # s.f. Sac de femme, voy. 
flacul. 

Flaquer v.n. = Flaquader, 

Il 1. Faire ses besoins. — Faire 

flaquei*quelqu' un, VcnnnyerVem.., 

bêler. — Flaquer des châsses, 

pleurer. || 2. Mentir. 

Flaquet % s.m. || 1. Gousset. [Mi- 
chel] Il 2. Plafond. 

Flasquer v.n. = Flaquer. 
Faire ses besoins; rXaxdç, plat. 
[TiMMRRMANs] Flasqucr du poivre 
à quelqu'un, le fuir. 

Flatar % s.m. Fiacre. 

Flanper v.a. Battre. Var. de 
frapper pour flapper, en ang. to 
flap, to wallop, donner un coup 
de la main plate ou d'un instru- 
ment fait comme elle. [Timmermans] 

Fléchard s.m. = Flèche s.f. 
Sou. Deux flèches desemper, deux 
sous de tabac. 

Flèmard s.m. Paresseux, celui 
qui travaille lentement. 

F16mer v.n. = Avoir la fléme, 
v.c.m. ne pas travailler. 

Flemme = Flème s.f. || 1. Pa- 
resse. — Avoir la flemme, être 
paresseux. — Battre la flemme, 
ne rion faire. 

Mine' qu'on pourra tirer sa flemme. 
On fra touH les jours el' lundi 1 
Oui, mais si n'y a pus d'ialronspèmc, 
Qui qui fra la paye 1 sam'di. 

(A. BacANT). 

Il 2. Paresseux; « Cest une rude 
flemme. » Du fr. flegme, froideur. 



FLEUR. 



422 - 



FLOUEUR. 



Fleur © s.f. Fleurs rouges, mens- 
trues. — Fleur de macadam y pro- 
stituée qui raccroche. — Pleur du 
mal, tribade. — Fleur des pois, 
élégant. % — Fleur de mai = 
Fleur de mari pour fleur de Marie, 
j.d.m. virginité. — Etre fleur, 
être sans condamnations, être 
sans le sou. 

Flearant % s. m. Bouquet. 

Flearon % s.m. Mensonge. 

Flibocheuse s.f. Soupeusc af- 
famée et rapace. (Rigaud) 

Flic-flac % s.m.= Fric-frac, oftrac- 
lion. — Fair£ le flic-flac, fracturer. 

Flic-flaquer v.n. Fracturer une 
serrure. 

Fligadier s.m. Sou. 

Flingot s.m. || 1. Fusil. Ali. 
flinte, fusil de chasse. || 2. Fusil 
de boucher. || 3. Corps humain. 
— Se garnir le flingot, manger. 

Flingue (mar.) s.f. voy. Flingot (i). 

Flippe s.f. Il 1. Faire un flippe, 
voy. Philippe, \\ 2. Mauvaise com- 

fiagnie, voyou. Var. de fripouille, 
TlMMERMA>'8] 

Fliquadard = Fliqnard s.m. 

= Flique. Agent de police. 
Flique % s.m. Agent de police. 

Il flaire. 

Flirt,Flirtages.m.=FlirtationO 

s.f. Badinage, causerie, sorte d'in- 
timité entre homme et femme, qui 
n'est ni de ramilié,ni de l'amour. 
Voy. flirter, (prononcez fleuri). 

Flirter Q v.n. Causer, échanger 
ses impressions. Du vx fr. fleuretn\ 
babiller, à rapprocher de l'expres- 
sion française « conter lleurellc »>, 
faire des compliments levers. Ce 
mot nous est revenu anglicisé. 
(Voy. flirta 

Flirteur Q s.m. Qui aime à flirter, 
v.c.m. et flirt. 

Floars (V) adj.m.pl. Habiles, 
adroits. Ce mot a formé le mot 
fr. floueur. 



Flogie (V) s.f. Toison. Rapprocher 
ce mot des mots fr. floche, flocon. 

Flome 9 s.f. voy. Floume. 

Flon- fions s.m. pi. Refrains in- 
signifiants. Chansons triviales. 

Floppée s.f. Il 1. Volée de 
coups. Il 2. Quantité, foule. « Il y 
avait une floppée de monde au 
bois dcVincennes.»Du gr. koXùç, 
nombreux et tzzUo, frapper. 

Flopper v.a. Battre. 

Floquot 9 s.m. Tiroir. 

Florès s. O Faire florès, réussir; 
par exi. du s. fr. briller du lat. 
flores, fleurs; comparaison avec la 
plante ({ui réussit à fleurir. 

Flotiére % s.f. voy. Floutière. 

Flottant s.m. || i. Poisson. || 2. 
% Bal de souteneurs. (Rigaud) 

Flottante 9 s.f. Rmbarcation. 

Flottard Q s.m. Élève de TEcole 
navale. 

Flotte O 8-f- IM- Pension en ar- 
gent. i< Il a reçu sa flotte; Sa flotte 
est airivée, » || 2. Société, réu- 

. nion. Être de la flotte, faire par- 
tic de la société, de Fassociation. 
Du vx fr. flotte, foule. || 3. # 
Bain. 

Flotter v.n. Nager. Se faire 
flotter, se noyer. Faire flotter, 
noyer. 

Flotteur s.m. || 1. Nageur, jj 2. 
Noyé. 

Flou a. et s.m. |M. # Non, rien. 
Faire flou, no rien trouver. Du 
lat. fluidus, fluide. || 'Z^Flou-chipe^ 
lilou = Chipeur. (Abrév.) 

¥lou8Lnt% s.m. Le flouant, la salle 
de spectacle. (Larchey). — Le jeu. 

Floue % s.f. Foule m. déf. du vx 
fr. floltc, m. s. 

Flouer # v.a. et v.n. Voler au 
jeu, escroquer. 

Flonerie s.f. Tromperie, escro- 
querie, filouterie. 

Floueur s.m., Floueuse s.f. 
Trompeur, voleur, escroc. 




FLOUME. 



— 123 — 



FORGER. 



Floume # s.f. = Flomc. Femme. 

Floutière # s.f. voy. Flou (4). 
Non, rien. 

Flobe # s.f. Peur. 

Flober v.n. Voy. Flamber (2). 
Jouer la comédie.* 

Flume © s. m. Crachat. — Avoir 
des flumeSf s\»ngorger. 

Flûte s.f. Jambe. — Jouer ou 
se tirer des flûtes, se sauver. — 
Astiquci* ses flttteSy se préparer à 
fuir. — Ajuster ses flûtes, prépa- 
rer ses moyens craclion. — Avoir 
toujours la flûte au cul, i)rendre 
souvent des clvslôres. — Flûte, 
des flûtes, non. terme de mépris, 
parait être une var. de zut. 

Flùtencul s.m. Apotliicaire. II 
donnait autrefois des clystères. 

Flùter v.n. Boire.*— Cest 
comme si vous flûtiez ou vous 
chantiez, vous aurez beau faire, 
c'est inutile. Envoyer flûte)', en- 
voyer promener. 

Flux O s.m. Avoir le flux, avoir 
peur. (HiCal'd) 

Fluxion % s.f. Peur. Pincer une 
fluxion, avoir peur. 

Focard 9 s.m. Fou; dér. de lou- 
foque. 

Fœius# (écol.). Elève de première 
année à ITJcole de chirurgie. 

Fogner v.n. Faire ses besoins. 

Foie 9 s.m. Foie blatic, hlche, pol- 
tron qui abandonne ses complices 
pour les dénoncer. — Avoir les 
foies blancs, manquer de courage. 

Foignard (B) s.m. Soldat. 

Foigne # (fi) s.f. La guerre. 

Foin s.m. Faire du foin, faire 
du bruit. 

Foiradè s.f. voy. Flu.v. 

Foire s.f. Diarrlîéc, du lai. foria, 
— Acheter à la foire d'Empoigne, 
voler, voy. AmpoUjnc. 

Foirer 0\'.n. Avoir peur. Ext. du 
s. fr. 

Foireux s.m. Poltron. 



Foiron s.m. Derrière. 

Foisonner v.n. Pour empoison- 
nei'. Sentir mauvais. 

Folichonnade s.f. Galté. 

Folichonnette s.f. Gaie, folAIre. 

Folichonnenr O s-^^- Boule-en- 
train. 

Foncer || 1. v.n. Foncer à Vap- 
pointcment, se faire payer. — Fon- 
cer sur qucbfu^un, se précipiter. 
Il 2. v.a. Donner, payer. «Fon- 
cer du pèze. » Il 3. ©Se foncer, 
v.pr., se griser. 

Fonction (lyp.) s.f. Faire des fonc- 
tions, faire tout ce qui est en de- 
hors de la composition, du cli- 
chage et du tirage. 

Fond s.m. Être à fond décale, être 
sans le sou. — # Fond de pèche, 
nombril ; allus. de forme. 

Fondant © s.m. Beurre. 

Fondre © vn. Disparaître. — Se 
sauver. 

Fondrière © s.f. Poche. 

Fonfe©s.f.Voy. Pauffe=zFonfière, 

Fonts s. m. pi. '© Être sur les fonts 
de baptême, être engagé dans une 
mauvaise alîaire. 

Forage 9 s.m. Vol au forage ou à 
la graisse, vol qui consiste à creu- 
ser les bijoux pour en enlever Por 
et le remplacer par du plomb, 
en laissant les marques du poin- 
çon. [Riga II»] 

Forcir Q v.n. Fortifier. 

ForesqueA s.m. Forain (marchand). 

Forest du prois (la) (Bj s.f. Haut 
de chausses. 

Forêt # s.f. For(}t de Mont-Rubin, 
égout. 

Forêt noire © s.f. Carreau du 
Temple. 

Forfait Q (sport) s.m. Déclarer for^ 
fait, retirer un cheval avant la 
course. 

Forfante#s.m. Forfanterie (abr.). 

forger || i. (Flquit.) v.n. Rassem- 
bler les jambes d'un cheval. || 2. 



FORGERIE. 



— 124 — 



FOUILLOTTER. 



v.a. O Créer. Forger un mot, in- 
venter un mot. 

Forgerie s.f. Mensonge. 

Forme (sport) s.f. Ce cheval est en 
forme, il est prêt pour faire une 
bonne course. # La forme, vx m. 
Case ou cellule du pilori ou gibet 
de Montfaucon, Villon l'appelait 
la hurme , de Tesp . kot*ma , 
forme. 

Formiste (art.) s. m. Peintre ou 
sculpteur qui s'attache surtout à 
la forme. 

Fort a. « Ça n'est pas fort, » ça 
n'est pas intelligent, ça n'est pas 
extraordinaire. — « Cest plus fort 
que jouer au bouchon avec des 
confetti; on ajoute môme : dans la 
neige quand il fait du vent »,« c'est 
invraisemblable, impossible! ^ 

Fortanche # s.f. Fortune. — Vola 
la bonne foi'tanche, vol à la bonne 
aventure. 

Forte s.f. En dire de fortes, dire 
des choses incroyables, impossi- 
bles, etc. 

Fort-en-gneule s. m. Braillard, 
qui est très fort en paroles, mais 
qui manque d'action. 

Fort-en-mie s. m. Homme gros. 

Fort-en-thème Q s. m. Jeune 
homme qui a eu du succès dans 
ses études. 

Fortifes s.f.pl. Fortifications 
(abrév.). 

Fortification Q ^•^- Bande de 
billard. Etre protégé par les for- 
tifications, avoir sa bille contre 
la bande (terme du jeu de billard). 

Fortin 9 s. m. Poivre. 

Fortinière % s.f. Poivrière. 

Fossé O s.m. Sauter le fossé, se 
marier. 

Fossile O IM' ^' Ancien, suranné. 
Il 2. s. m. Académicien. 

Fouailler v.n. Manquer de cou- 
rage quand il faut en avoir, recu- 
ler au moment du danger. 



Fouailleur s.m. Poltron, qui 
recule devant un danger, 

Fouataison % s.f. Canne. (Rigaud) 
— Fouataison lingrée, canne à 
épée. — FouataUon mustarée^ 
canne plombée. Formé de fouet 
et du suffixe aison. 

Fouatter = Fouetter 0v.n.Puer. 

Foucade s.f. Elan imprévu» 
Travailler par foucades, travail- 
ler par occasion, seulement quand 
on y est disposé. 

Fouchtra s.m. = Fichtre, en 
auvergnat. — Un fouchtra, un au- 
vergnat, par ext. un charbonnier, 
un commissionnaire, parce que 
ce sont généralement des Auver- 
gnats qui exercent ces professions. 

Fouettant a. Puant. 

Fouette-cul s.m. Maître d'école ; 
(vx.) 

Fouetter v.n. Puer. Fouetter du 
goulot, avoir mauvaise haleine. 

Fouetteur s.m. Faisan; ^il 
fouette de sa longue queue.) 

Fougueur 9 s.m. Pour fourgueur. 
Receleur. 

Fouille (B) # s.f. = Fouillouse, 
Bourse. 

Fouiller Q v.a. Tu peux te fouil- 
ler, non ; m.à.m. : cherche en vain 
dans toutes tes poches, tu ne trou- 
veras pas ce que tu cherches, tu ne 
réussiras pas. 

Fouilleur s.m., Fonilleuse s.f. 
9 Individus chargés de fouiller 
les prisonniers, ou les personnes 
qui entrent dans les hôpitaux ; en 
général, tous ceux qui fouillent. 

Fouilleuse # s.f. Poche. = 
Feuille, Fouille, Fouillouse. « Plus 
d'aubert n'était en fouillouse. » 
[Rabelais] Du lai. /b//i.s, bourse; 
altéré sous l'influence de fouiller. 

Fouillonné a. Cassé, brisé^ 
éclaté. 

Fouillotter 0v.n. = Trouillotter. 
Sentir mauvais. Foeteo, puer. 



Ik 



FOUILLOUSE. 



— 125 — 



FOURNAISE. 



Pouillouse (V) (B) % s.f. Bourse, 
et par ext. poche. Où Ton fouille, 
voy. Fouilleuse, 

Fouinard s. m., Fouine s.f. O == 
Fouineur, Malin, rusé, qui dé- 
couvre les bons coups à faire. 

Fouiner O v.n. S'occuper des affai- 
res des autres, se mêler de ce qui 
ne nous regarde pas, imiter la 
fouine qui fourre partout son 
museau. 

Fouineur © s.m. voy. Fouinard, 

Fouitenard % s.m. Pantalon. A 
rapprocher de fouaiier, v.c.m. 

Foulage © s.m. Travail pressé. 
Voy. Fouler. 

Foule s.f. Faire foule, amasser, 
attirer le monde ; avoir du succès 
en public. 

Fouler 0v.a. Se fouler larate, tra- 
vailler beaucoup. — Il ne se foule 
pas le pftignet, la rate, il ne se la 
foule pas, il ne fait pas grand' 
chose, il est paresseux. 

Foultitude s.f. Quantité. De 
foule et de la terminaison de mul- 
titude. 

Fouquer (B)#v.a. Bailler, donner. 

Four s.m. Gosier. — Chauffer 
le four, boire beaucoup. — Faire 
four, ne pas réussir. Abrév. de 
fourvoyer, [Ch. Toubin] Apocope 
comme les mots : occas, type, 
démoc, etc. — # Four chaud, \\ i . 
Poche. Il 2. Torture. || 3. Enfer. 
Four banal, omnibus. 

Fouraillis # s.m. Lieu de recel. 

Fourbi s.m. (ar.al.) || 1. Métier, 
truc. — Connaître le fourbi, con- 
naître tout ce qui concerne sa 
profession. || 2. (mil.) Bâcler un 
fourbi, nettoyer la chambre d'un 
officier. I| 3. # Argent provenant 
de vol; (Larchey) friponnerie. 

Fourbis s.m. Commerce, ieu, 
travail. « A c' four bis-là, on n fait 
pas fortune, » 

Fourcandière # s.f. Voy. Épouser, 



Fourche # s.f. Fourche à faner, 
cavalier (soldat). 

Fourchette O s.f. || \, C'est une 
belle fourchette, personne de bon 
appétit. Il 2. Doigts. Se servir de 
la fourchette du père Adam, man- 
ger avec les doigts. — Marquer à la 
fourchette, marquer plus de points 
({u'on n'en a fait en jouant. 9 
Coup de fourchette, enfoncer deux 
doigts écartés dans les yeux. 

Fourchu # s.m Bœuf. 

Fourchue # s.f. Receleuse. 

Fourdante fantoche (B) s.f. 
(irandc justice. 

Fourdolle (B) s.f. Potence. 

Fourdu (B) s.m. Pendu. 

Fourgaine # s.f. Canne en jonc. 

Fourgatte s.f., Fourgat s.m. 
Receleur. 

Fourgature # s.f. Marchandise 
recelée. 

Fourgonnier # s.m. Canlinier du 
bagne. 

Fourgue # s.m. = Fourgat. Re- 
celeur. 

Fourguer # v.a. Vendre à un re- 
celeur. 

Fourline # s.f. || 1. Voleur à la 
tire. Il 2. Meurtrier. 

Fourliner # v.a. Voler adroite- 
ment. 

Fourlineur # s.m. vov. Fourline. 

Fourlourd # s.m. Malade. 

Fourlonrde # s.f. Infirmerie du 
bagne. 

Fourlourer # v.a. Assassiner. 

Fourloureur # s.m. Assassin. 

Fourmillante # s.f. Foule. 

Fourmiller # v.n. Marcher vite. 

Fourmilion # s.m. || 1. Fourmil- 
ion aubeuire,houTse, Il 2. Marché. 
Fourmilion à cabots, marché aux 
chiens. Fourmilion à guyets, mar- 
ché aux chevaux, 

Fourmillonneur # s.m. Mar- 
cheur. 

Fournaise # s.f. La fournaise ^ 



FOllRNALISTE. 



— 126 



FRALIN. 



faux monnayeur qui écoule la 
fausse monnaie pendant que son 
complice fait le guet. 

Fournaliste s.m. Ouvrier pâ- 
tissier. 

Fourneau # s.m. et a. || i. Vaga- 
bond, mendiant, habitué des asi- 
les de nuit et des fourneaux phi- 
lanthropiques. — Démurger en 
fourneau, s'en aller sans rien 
dire. || 2. Imbécile. « Va doncy 
eh ! fourneau ! » 

Fournier © s.m. NI. Cuisinier 
dans un café. || 2. Voy. Verseur, 

Fournil 9 s.m. Lit. 

Fourniller voy. Fournir. 

Fournion s.m. Vermine. 

Fournir = Fourniller (V) (obsc.) 
v.a. Coïter. « Car je veux fourniller 
en ton joli fourneau, » (Marc de 
Papillon 1597) Du lat. fumus, 
fourneau, qui a fait le m. fr. for- 
niquer. 

Fourniture Q s.f. Herbes que Ton 
met dans la salade. 

Fourobe # s.f. Fouille. 

Fourober 9 v.a. Fouiller. 

Fourrager v.a. etv.n. voy. Pelo- 
ter. 

Four rageur s.m. voy. Peloteur. 

Fourrer v.a. et v.pr. S'en 
fourrer dans le gilet ou par le bec, 
manger; m. à m., mettre dans le 
four. — Se fourrer le doigt dans 
Vœil, se tromper. 

Fourrier O © s.m. Faire le bon 
fourrier, se conserver sa pari 
après avoir servi les autres. Faire 
le mauvais fourrier, n'avoir plus 
sa part après avoir fait un par- 
tage. 

Foutaise s.f. Bagatelle, peu de 
chose. 

Foutimacer = Foutimasser 
v.n. S'occuper à des riens, dire 
des niaiseries, 

Foutimacier s.m. Celui qui ne 
fait rien de bon. 



FoutinetteO s.f^ Femme galante; 

(1792) 
Foutiste O s.m. -= Tmenfoutiste, 
Individu indifférent à tout ce qui 
se passe. 
Foutoir (obsc.) s.m. Boudoir 

galant. 
Foutre v.a. cl v.pr. || 1. Eoffcn- 
drcr. Du gr. 9JTeûti>, m. s. || 2. fou- 
ire le camp, s'en aller. Altération 
du lat. fuggere castra. || 3. Se fou- 
tre du monde, se moquer du 
monde. Ce mot est grossier, on 
dit plus familièrement fiche, 
v.c.m. Il 4. é.m. (obsc.) Sperme. 
Il 5. int. Juron = Fichtre! =: 
Fouchtva ! 
Foutrean0s.m. Bataille; (se fou- 
tre des coups.) 
Foutriot == Foutriqaet s.m. 
Il 1. Avorton. || 2. = Jean foutre^ 
propre «'i rien. 
Foutu a. =: Fichu, v.c.m. 
Fouyou s.m. Gamin de Paris. 
Frac # s.m. Paletot. 
Fracassé # s.m. Celui qui porte 

un paletot, (un frac). (Rigaud) 
Fracasser v.a. Fracasser quel- 
qu'un, le rouer de coups. 
Fracturer v.pr. Se la fracturer, 

= Se la bnser, s'enfuir. 
Fragrance Q s.f. Atmosphère em- 
baumée. Du lui.froyrans, parfumé. 
Fraîche s.f. Sortir à la fraîche, 
sortir le matin ou le soir, quand 
la température est fraîche. # La 
fraîche, la cave. 
Frais O ^* <^^ s.m. Mauvais. « Ça 
un artiste? Allons doncl // est 
frais le coco ! » — Etre frais, être 
dans une situation embarrassée. 
Mcllre quelqu'un au frais, = à 
Vombre, en prison. — Faire ses 
frais, être dédommagé des frais 
que l'on a pu faire, réussir. 
Fralin s.m., Fraline s.f. Frère, 
sœur; par ext. ami, amie. Voy. 
Frangin. 



FRANC. 



— 127 — 



FRICOTER. 



Franc s. et a.m. || i. Mensonge; 
ironie. (Larchey) || 2. Lieu fré- 
quenté par les malfaiteurs. Tapis 
franc, cabaret de voleurs. || 3. # 
Franc-bourgeois f voleur du grand 
monde. (Rigaud) || 4. % Franc de 
maison, receleur, logeur de vo- 
leurs. (Michel) || î». O ^'^ranc fileur 
individu qui file à l'étranger pour 
échapper au service militaire. || 
6. # Cest fi'anc! Il n'y a pas de 
danger. || 7. (mil.) Cest franc! il 
y a exemption, congé. « Pas 
d'exercice demain, c'est franc! » 
Il 8. # Affilié par serment à une 
bande de malfaiteurs. (Larchey) 
Il 9. # Pranc-can-eau, punition 
infligée aux prisonniers, elle con- 
siste à coucner en cellule sans 
lit, (sur le carreau). || 10. # 
Homme sûr, éprouvii. || 11. (Bj 
FrnnC'Cagou, lieutenant du roi; 
FranC'foignart, capitaine; de foi- 
gne, guerre. Pranc-Mitou, Dieu; 
PranC'Pilois , président; Franc- 
RaziSy pape; Pranc-RipauUy roi; 
PranC'hipoiSf prince. 

Franche (B) s.f. Franches volantes, 
anges. Franche Ripe, reine. 

Franchir # v.a. Donner un 
baiser. 

François 9 n.pr. Le coup du père 
François, voy. Coup, 

Frangin s. m.* Frangine s.f. 
Frère, sœur; par'ext. ami, amie. 
= Fralin. — Frangin dub, oncle. 
— Frangine dabuche, tante. — 
Frangin d'altèque, beau -frère. — 
Ils ne sont pas frangins, ils ne sont 
pas amis. — Aller chez les fran- 
gins, aller chez les Frères (de la 
Doctrine chrétienne). — Frangine, 
sœur de charilc. 

Frangir 9 v.a. Casser. 

Franguettier # s. m. Tricheur. 

Frapouille © s.f. = Fripouille. 
Vaurien. 

Frappant Q ^- Ressemblant. 



Frappart # s.m. Marteau. •=zPère 
ou frère frappart. 

Frapper v.a. et v.n. O^oy. Taper, 
Frapper au monument, mourir. 

Fraternel O s. m. Frère. 

Fraudeur % s.m. Boucher. 

Frégate % s.f. || i. = Coi-vette, 
l*cd6raste. || 2. (mar.) Chapeau 
bicorne. 

Frelampier0 s.m. voy. Fcrlam- 
pier. 

Fremillante # s.f. = Fourmil- 
lante, Assemblée, foule. 

Fremion 9 s.m. Violon. 

Fréquenter (8e)Ov.pr. Onanisme. 

Frère s.m. Etre frères de lit, 
deux individus qui ont la même 
femme. # Frères de Vattrape, 
agents de la police secrète = La 
Sûreté, — Frèie Thunard, pièce de 
cinq francs. — Frère Frappart, 
marteau. — Freine Jacques, ins- 
trument d'effraction. 

Frérot # s.m. Frérot delà cuque, 
filou. (Michel) 

Frétillante # s.f. || 1. Queue. || 2. 
Danse. || 3. Plume (d'oiseau). 

Frétille (B) s.f. =FertiUe. Paille. 

Frétiller 9 v.n. Danser.' « Frétil- 
ler de la croupe. » 

Frétillon Q s.f. Crisatte, jeune 
fille délurée. 

Fretin % s.m. = Fortin, Poivre. 

Friauche # s.m. jjl. Assassin. 
(I 2. Condamné à mort pourvu en 
cassation. (Delvau) 

Fricassé a. Perdu, ruiné. 9 
Etre fricassé, être condamné. 

Fricassée s.f. Fricassée de mu- 
seaux, embrassades. — Raclée. 

Fric-frac 9 s.m. Effraction. 

Frichti % (ar. al.) Fricot, régal. 
Ail. Fruhstùcken, déjeuner. 

Fricotage s.m. (mil.) Faire du 
fricotage voy. Fricoter, 

Fricoter Q "v.n. et v.a. || i. = 
Tripoter = Faire de la gratte, 
faire des bénéfices illicites. || 2. 



FRICOTEUR. 



428 — 



FROISSEUX. 



= Carotter le service^ voy. carot^ 
ter (1). 

Fricoteur O s.m. ||4. (^elui qui 
fricote.yoy.FricoterU). \\ 2. (mil). 
Celui qui *sc débrouille et a tou- 
jours ce qu'il lui faut. 

Frigoosse0 s.f. || i. Cuisine, fri- 
cot. Il 2. Bénéfice illicite. 

Frigousser v.a. et v.n. || 1. 
Faire la cuisine, jj 2. Faire des 
flrigousseSj v.c.m. /2). 

Frileux s.m. Poltron. 

Frimage # s.m. ||1. Confronta- 
lion. I| 2. Action de frimer, v.c. 
m. (3). Voy. Frime. 

Frimager # v.n. Etre con- 
fronté. 

Frime O s.f. Rien. // est venu pour 
la frime y il s'est dérangé pour 
rien. Cest pour la frime^ de la 
frime, = Cest du frimage, ça 
n'est pas sérieux, c'est pour rire, 
pour faire semblant. Frime à 
la manque, individu laid, défi- 
guré. — Tomber en frime avec 
quelqu'un, le rencontrer nez à 
nez. Voy. Frimer (2). 

Frimer v.n. et v.a. || 4.= Mar- 
quer. Je frime aussi bien que toi, 
je fais aussi bonne figure. || 2. Û 
frime mal, il a mauvaise mine. 
(12. Regarder. Il 3. Faire sem- 
blant, feindre. 

Frimousse s.f. Figure, visage. 
Cest pour ma frimousse, c'est 
pour moi. 

Frimousser 9 v.n. Tricher; m. à. 
m. se réserver les caries à figures 
ou frimousses, | Larchey] 

Frimousseur # s.m. Tricheur. 

Fringue s.f. = Frusque. Vête- 
ment. « Il n'y avait pas de frin- 
gues à la botte, » Voy. Fringuer, 

Fringuer 9 v.a. Habiller, vêtir, 
costumer. — Se fringuer v.pr., 
s'habiller. Bien fringue, bien ha- 
billé. 

Fringueur 9 s.m. Tailleur, mar- 



chand d'habits, costumier, habil- 
leur. 

Frio # s.m. Peur. 

Friod a. Froid (anagramme). 
i< Il fait friod! » 

Fripe s.f. || 1. Nourriture. Du fr. 
friper, manger avidement. — Faire 
la fripe, faire la cuisine. || 2. La 
fripe, friperie. 

Fripier s.m. Cuisinier, gargotier. 

Fripouille s.f. Gredin, voyou. 
De la fripouille, chose sans va- 
leur, du fr. friperie. 

Friques # s.f.pl. Vieux vête- 
ments. 

Friqnet # [s.m. Mouchard. (Mi- 
chel) 

Frire v.a. Il n'y a rien à frire, 
il n'y a rien à faire, aucun parti 
à tirer. — Frire des œufs à quel- 
qu'un, préparer un méchant tour. 
# Frire un rigolo, voler, en l'em- 
brassant, une personne qu'on 
s'excuse ensuite d'avoir prise pour 
une autre. 

Frisco = Frisbi a. = Frisquet. 
Froid. « 11 fait fHsco, » 

Frise O s.f. (thé. ) Toucher les frises, 
aller aux frises, avoir un grand 
talent d'artiste, s'élever dans son 
art. (met.) 

Friser # v.n. et v.a. Voler. — Priser 
son nase, = Faire son nez, être de 
mauvaise humeur. 

Frisquet Q a. Il fait frisquet, il 
fait froid. 

Frisquette O s.f. Gentille. 

Frit a. Etre frit = Etre cuit. 
Perdu, ruiné. — # Condamné. 

Frites s.f.pl. Pommes de terre 
frites. « Deux sous de frites. » 

Friturer v.a. || 4. Faire la cui- 
sine. Il 2. Manger. 

Froart (V) s.m. voy. Floars. 

Froc (B) a. Double. 

Froid s.m. N'avoir pas froid aux 
yeux, être brave, intrépide. 

Froisseux = Frollaud = Fret- 



FAOLEUSE. 



- i29 - 



FUMISTERIE. 



laax # s. m. Traître, calomnia- 
teur. (Larchey) 

FrôleusèOs.f. Prostituée qui rac- 
croche. 

Froller # v.n. Frollersur la balle, 
dire du mal de q.q., le dénoncer. 

Fromage O ® s*'"* Aller manger 
du fromage, aller à Tenterre- 
ment. 

Fromgi s.m. Fromage, (abrév.) 

Front s.m. Avoir le front dans 
le cou, être chauve. 

Froque © s.f. Voy. Frusque, 

Frotin © s.m. = Frottin, Billard. 

Frottant # s.m. =Froisseux, etc. 
Traître. 

Frotte # s.f. La gale. 

Frotteur s.m. Erotomane se frot- 
tant aux femmes dans la foule. 
(Larchey) u II est souvent difficile 
de distinguer un pick-pochet d'un 
frotteur. » (Macé.) 

Frottin © s.m. = Frotin. Jeu de 
billard. 

Frouer (V) v.a. et v.n. Tromper, 
flouer. Frouer, c'est faire entendre 
un sifflement sourdpour attirer les 
oiseaux et les prendre au piège. 

Frouftroa © s.m. || 1. Froissement 
d'étoffe sur elle-même (onomato- 
pée). « Faire du froufrou avec sa 
robe. » Il 2. # Passe-partout. 

Frouftrouter © v.n. Faire du frou- 
frou, y. cm. [i). 

Frousse (la) # s.f. Peur. Avoir la 
frousse, avoir peur. Ne s'emploie 

Su'avcc rarliclc. [J. Richepin] On 
it cependant : quelle frousse! 
?[uelle peur! Onomatopée comme 
risson. 
Fruge © s.f. = Quelle. Provision 
accordée sur la vente de certains 
articles. « Faire de la fruge. » 
Fruger © v.a. Mettre une provision 
sur un article dont on veut pous- 
ser la vente. 
Fruit O s.m. Fruit sec, élève ou 
étudiant qui ne peut réussir dans 



ses examens {il sèche dans les 
écoles). 

Frusque © s.f. Vêtement = Fro- 
que, qui a formé les mots fr. dé- 
froque et défroquer. — Frusques 
boulinées, vêtements déchirés. 

Frusque © s.m. Laquais en livrée. 
Voy. Frusquei\ 

Frnsqner © v.a. Habiller, vêtir. 
« Elle est bien frusquée. » 

Frnsqnin # s.m. Habits (jarg. de 
l'arg. réf.). Le saint frusquin, l'a- 
voir, tout ce qu'on possède. 
(( Boulotter son saint frusquin, » 

Frusqniner © v.a. =zFrusquer, 
Habiller. 

Frnsquinenr © s.m. Tailleur. 

Fumer © v.a. et v.n. || 1. Etre en 
colère. Du gr. 0ujidç, colère par 
altération = Fumer à froid = 
Fumer sa pipe = Fumer sans to- 
bac^ être contrarié, concentrer sa 
colère. || 2. # Se battre, jj 3. Q 
Etre fuméf être perdu, ruiné, ma- 
lade à mourir. |) 4. Fumer ses ter- 
res, être enterré dans sa propri- 
été. — Epouser une personne 
riche. 

Fumeron s.m. || 1. Jambe maigre, 
comme un fumeron. jj 2. Fumeur. 
Il 3. Hvpocrite. (Rigaud) || 4. Mu- 
lâtre. 

Fameuse Qs.f. Chaise de fumeur. 

Fumiste O s.m. Farceur, mystifi- 
cateur, mauvais plaisant (homme 
dont les actes ne sont que de 
vaines fumées). « Un fumiste s'est 
attaché à mon inviolable per- 
sonne. Aujourd'hui, il m'impro- 
vise candidat à l'Académie. Je 
fume beaucoup, mais ce n'est pas 
une raison pour qu'il me traite 
comme une simple cheminée. » 
[Clovis Hugues] — Farce de fu- 
miste, mauvaise farce. — (mil.) 
Etre en fumiste, être en chapeau 
haut de forme (tuyau de poêle). 

Fumisterie O s.f. Plaisanterie, 



FUSAIN. 



— J30 — 



GAFFER. 



mauvaise farce, mensonge, mys- 
tification. Voy. Fumiste, 

Fusain s. m. Prôtre (il est noir 
comme le fusain). O Avoir du fu- 
sairit être ingénieux, avoir Tesprit 
inventif. — Mariage au fusain^ 
union libre. 

Fusée s.f. Lâcher une fusée, 
vomir. 

Fusil O s.m. Il 1 . Chasseur. C'est 
un excellent fusil , c'est un excel- 
lent chasseur. — Changer son fusil 
d'épaule, changer d'idée, d'opi- 
nion ou de manière de faire. 
Logement en coup de fusil, loge- 
ment long et étroit. « Un loge- 
ment en coup de fusil qui sem- 
blait bâti pour une anguille. » 
[Zola, Ass.J II 2. Corps, esto- 



mac. — N'avoir rien à se mettre 
dans le fusil, n'avoir rien à man- 
ger. — Repousser du fusil, avoir 
mauvaise haleine. — Se rincer le 
fusil, boire. — Son fusil écarte, 
se dit d'une personne qui envoie 
de la salive en parlant. || 3. # 
Fusil de toile, bissac, besace. — 
Aller à la chasse avec un fusil de 
toile, mendier. 

Fusiller v.a. Lancer de la salive 
en parlant. — Fusiller le pavé, se 
moucher avec les doigts. — Fusil- 
ler le plancher, marclier vite. — 
Fusiller ses invités, offrir un mau- 
vais repas. # Fusiller le fade, dé- 
penser de l'argent volé. 

Futaille • s.f. Vieille futaille^ 
vieille femme. 



G 



Gabari s.m. Passeï* au gabari, 
perdre au jeu. [Uicaud] 

Gabatine s.f. Raillerie. 

Gabegie s.f. Fraude, tromperie. 
Il y a de la gabegie, il y a de la 
fraude. Voy. gabelou, 

Gabelou 0*s.m. Employé d'octroi 
et des contribulions indirectes, 
douanier. Du vx mot gabelle. 

Gaber v. Se moquer. 

Gâchage s.m. (jaspillage. 

Gâcher v.n. et v.a. Gdmer serré, 
travailler activement. — Gâcher du 
gros, faire ses besoins. . 

Gâcheur s.m. Compagnon char- 
pentier; chef de chantier. 

Gâchis s.m. Il y aura du gâchis 
cela se gAlcra, cela ira mal. 

Gadin s.m. || 1. Bouchon. 
Il 2. Vieux chapeau. || 3. Soulier. 

Gadouard0 s.m. voy. Boueux. 

Gadoue s.f. || 1. Femme sale. || 2. 
Prostituée dégoûtante. Du fr. ga- 



doue, matière fécale; breton : 
gadalcz, femme débauchée. (Dic. 
breton) 
Gaffe 9 s.m. Gardien, garde. — 
Gaffe à gad, garde à cheval. — 
Gaffe des Aiachabées, gardien tle 
la morgue ou de cimetière. — 
Gaffe de sorgue, garde de nuit. 

— Etre en gaffe, êlre aux aguets. 

— Faire le gaffe, faire le guet. Du 
lat. cavcre, veiller sur... 

Gaffe s.f. Il 1. Langue. Du celti- 
que, gaflach, dard. Avaler sa 
gaffe, mourir (devenir muet). || 1. 
Maladresse = impair. Q « Com- 
mettre une gaffe. Ex : 

— « Qu'est-ce que c'est donc 
que cette grue qui danse avec ce 
petit blond? » 

— « Cher Monsieur, c'est ma 
femme. >> 

Gaffer # v.n. |j 1 . Regarder, aperce- 
voir, surveiller, guetter. — Gaf- 



GAFFEUR. 



'— 131 — 



GALOcne. 



fer la mireite^ ouvrir Voeil. || 2. 
Commettre une bévue. 

GafTeur O s.m. M i. Maladroit. 
Il 2. % Celui qui fait le guet. 

Gaffier = Gaffre # s.m.]| 1. Gar^ 
dien, surveillant. || 2. = Gaffeur y 
celui qui guette, qui surveille. 

Gaflller # v.n. || i. Surveiller. 
= Avoir VœiL 

Gaga s.m. =: Gâteux, Vieillard 
qui retombe en enfance. 

Gagat n.pr. Habitant de la ville de 
St-£tienne. 

Gahisto # s.m. Diable, (mot 
basque) 

Gail = Gaillard = Gaille = 
Gailler # s.m. Cheval. — Voleur 
au gailj voleur de voitures. AH. 
der GaM/,guilledin . (cheval hongre ) 

Gaillieurs (V) s.m.pl. Trompeurs, 
pipeurs. A rapproclier du mot fr. 
gaillard. 

Gaillon s.m. Cheval. 

Gailloterie s.f. Ecurie. 

Galmar a. Gai. 

Gaing (V) B # s.m. Butin. 

6aitte # s.f. Argent. AH. Geld^ m.s. 

Gala O s.m. Festin, banquet. 

Galapiaa = Galapiat = Gala- 
pian s.m. Vaurien = Pas 
grand'chose. Museur, fainéant; il 
bée, il badaude, comme ses con- 
génères le gogo, le gobeur^ le gaf- 
feur, le gavroche, la gouape, le 
galopin. Le radical se rapproche 
de celui de ^a/ow6et, gosier, flûte, 
voix,etdeclabauder. [Timmermans] 

Galbe O s.m. = Chic, v.c.m. « Etre 
truffé (ou pourri) de galbe. » 

Galbeux Q ^* Qui a du galbe, des 
contours gracieux ; beau , bien 
fait, séduisant, élégant, gracieux. 
a C^est tout ce qu'il y a de plus 
galbeux ! » Skt. halpa, forme. 
[Burnouf] 

Gale © s.f. Méchant, (insuppor- 
table comme la gale.) « Mauvaise 
gale. )> 



Galerie Q s.f. Poser pour la galerie, 
viser à Teffet sur le public. 
« D'ailleurs, la galerie n'est jamais 
dupe de ccHe farce. »fFR. Coppée] 

Galette s.f. || 1. Argent. Boulot^ 
ter sa galette, dépenser son ar- 
gent. — Relever la galette, pren- 
dre Tarffentd'une fille, (souteneurs) 
Il 2. Mauvais soulier; (feuiHeté 
comme une galette.) [Rigaud] 
Il 3. Matelas, (plat comme une ga- 
lette). Il 4. Femme maigre, (plate.) 

Galfâ.tre s.m. Gourmand, goulu. 
Ang. to gulp up, avaler. [Timmer- 

MANS] 

Galice 9 a. Carbeluche galicé, 
chapeau de soie. 

Galienne % s.f. Jument. 

Galier s.m., Galière s.f. % Cheval, 
jument. = Gallier. voy. gail. 

Galifard s.m. || 1. Commission- 
naire. Il 2. Saute-ruisseau. [Lar- 
chey] Il 3. Ajiprenti. [Rigaud] 
Il 4. Cordonnier. [Delvau] || 5. Ga- 
lifarde, s.f., demoiselle de maga- 
sin. Il 6. Bouchon. 

Galilée (typ.) n.pr. f. Aller en Ga- 
lilée, mettre la composition sur la 
galée. 

Galiote s.f. = Gaye. Partie enta- 
mée entre une dupe et deux grecs. 
[Larchey] AHus. au maquigno- 
nage, au métier de ceux qui trafi- 
quent du gail, cheval. 

Galipetenr s.m. Clown. Voy. 
Galipettes. 

Galipettes s.f. pi. Sauts, ca- 
brioles, ce Paire des galipettes. » 

Galipot s.m. Excrément. Du fr. 
galipot, résine-poix. 

Galipoter v.n. Faire ses besoins. 

Galletausse % s.f. voy. Galtouse. 

Gallier # s.m. == Gail. Cheval. 

Gailipoteux (mH.) s.m. Recrue. 

Galli-Trao s.m. = Poireux, 
Poltron. Abrév. de galipot et de 
traqueur. 

Galoche s.f. || i. Jeu de galoche, 



Galons. 



— !32 — 



GANNALISER. 



jeu du bouchon. || 2. # Menton. 
Galons (mil.) s.m.pl. Arroser ses 

galons, régaler ses camarades à 

Toccasion d'une promotion. 
Galop O s.m. Réprimande. Fiche 

un galop f réprimander. Syn. de 

danse par exagération. 
Galopade s.f. vov. Galop. 
Galopin s.m. l^etit verre de 

bière. 
Galoubet O ^•^' Voix, et par ext., 

{[Osier. Avoir du galoubet y avoir de 
a voix. 

Galouser # v.n. Chanter. 

Galtos (mar.) s.m. Gamelle de ma- 
rin. — Plisser à galtos^ aller man- 
ger la gamelle. 

Galtouse # s.f. Argent = Galette. 

Galtron # s.m. Poulain. De gail, 
cheval. 

Galnche # s.f. Galon. 

Galucher # v.a. Galonner. 

Galnchet s.m. Valet (jeu de 
cartes). 

Galnpe s.f. Prostituée. 

Galupier s.m. Amant de la ga- 
lupe, v.c.m. 

Galure s.f., Galurin s.m. Cha- 
peau. Lat. galera.XsLT. decaloquet, 
calotte j etc. 

Galvaudage O s.m. Tripotage. 
[Iarchey] 

Galvauder Q v.a. Flftner, ne rien 
faire de bon. — Se galvauder, v.pr., 
se compromettre de toutes les 
façons. 

Galvaude ux s.m., Galvaudense 
s.f. II i. Propre à rien*. 
Il 2. Femme qui mène une vie dé- 
réglée. 

Gamahucher v. a. Lambere 
interfeminalia. 

Gambette s.f . Jambe. — Jouer des 
gambettes, s'enfuir. — Gambette de 
satou, béquille, jambe de bois. 

Gambier O n. pr. Tête ou moule à 
Gambier = Tête de pipe, individu 
qui a une figure laide ou comique 



(du nom d'un fabricant de pipes). 

Gambillard Q s.m. Danseur. 

Gambille O s-^* Jambe. 

GambiUer O ^'«n. Danser, sauter. 

Gambillenr s.m. || J. Danseur. 
9 Gambilleur de tortouse, pendu. 
Il 2. a. Voy. Boucardier. 

Gambillottê O s.f. Boiteuse. 

Gambriade # s.f. || 1. Dame bien 
mise. 1 1 2. Danse, cancan. 

Game # s.f. liage, hydrophobie. 

Gameler # v.a. || 1. Dénoncer. 
Il 2. = Laisser en panne, v.c.m. 

Gamelle s.f. voy. Casserole. (4). 
9 Attacher une gamelle, dénon- 
cer. Abandonner, quitter. Se 
mettre une gamelle, s'évader. 
Tremper une gamelle, une soupe. 
Donner des coups. — GatneUe, 
Auge de maçon. 

Gamme s.f. Monter ou faire 
chanter une gamme, admonester, 
réprimander, gronder. <« Les gosses 
gueulent à la tortorc. — Monte z'y 
leur une gamme et quils nous 
foutent la paix. » 

Ganache (thé.) s.f. Jouer les gana^ 
ches, jouer les rôles de vieillards 
ridicules. Lat. grena, joue; ang. to 
gnash, serrer les mâchoires. [Tim- 

MERMANS] 

Gance # s.f. || i. Mauvaise compa- 
gnie. Il 2. Réunion de malfaiteurs. 

Gandille # s.f. Sabre, épée. Ap- 
partient au même ordre Je mots 
que yIvuç, la hache, coin, cognée, 

etc. 1 TiMMERMANS] 

Gandin Q s.m. || i. = Gommeux. 
Elégant, du nom de l'ancien bou- 
levard de Gand, qui était la pro- 
menade à la mode. Il 2. Tromperie. 
— Monter ou hisser un gandin à 
un gonce, duper un bourgeois. 
Il 3. Gandin d' allègue, personnage 
décoré. 

Gandouse s.f. Pour gadoue. 
Ordure. 

Gannaliser O ^'-a* Embaumer. Du 



GANT. 



— 133 — 



GAS. 



nom de Gannal, chimiste inventeur 
d'un procédé d'embaumement. 

Gant O s.m.Se donner des gants, se 
faire valoir. — Donner des gants à 
une femme f lui donner de l'argent en 
plus du prix convenu avec la mai- 
son, (arg. des maisons publiques) 

Ganter (j v.a. et v.n. Convenir, 
bien aller. « Cette robe la gante, » 
lui va bien. « Cette femme le gante, 
lui convient. » — Ganter un vieux, 
rechercher un vieillard pour 
amant, (arg. des filles) — O Ganter 
juste, ganter 5 ^/2,ôtre avare avec 
une femme. 

Gap # s.m. Guet. 

Garçon 9 s.m. Voleur endurci. 

— Garçon de cambrouse, voleur de 
campagne. — Garçon de campagne, 
celui qui dévalise les passants. 

— (Thé.) Garçon d'accessoires, em- 
ployé chargé des accessoires. 

— © Garçon à deux mains, garçon 
boucher qui travaille tantôt à 
Tabattoir tantôt à l'étal. 

Gardannes O s.f.pl. Coupons de 
soies. 

Garde 1| 1. s.f. Avoir une garde 
à carreau = Se garder à carreau, 
se tenir prêt à tout événement. — 
Etre de la garde nationale = Etre 
gougnotte, v.c.m. — Vieille garde, 
vieille femme galante. || 2. s.m. 
# Gardes nationaux, haricots. 

Garde-mang^er s.m. Cabinet 
d^aisances. 

Garder (se) O v.pr. Se garder à 
carreau, se tenir sur ses gardes, 
éviter, faire attention. <c Qui se 
garde à carreau n*est jamais ca- 
pot. » (Dicton pop.) Voy. Garde {i). 

Gardes-côtes © s.m. pi. Seins 
maigres et plats. 

Gardien s.m. (mil.) Gardien de 
bananes, soldat de l'infanterie de 
marine. 

Garé Q a* ^l^^ 0^^ <^«* voitures, 
être rangé, prudent. 



Garg^amelle = Gare^aronssa 
= Gargoine = Gargouenne 
= Gargonille = Gargoulette 
= Gar gousse s.f. Gosier. Se 
rincer la gargamelle, boire. De 

gosier, en gr. yaprapitay. 

Gargariser (se) v.pr. (thé.) 
Faire des gammes au piano. — 
Faire rouler les r en chantant ou en 
récitant. — Se gargariser avec une 
romance, chanter une romance. 
— Se gargariser le fusil, boire. 

Gargarisme O s.m. Petit verre. 
[Rigaud] 

Gargot s.m. || 1. Gargote. || 2. 
Boucher en gros. 

Gargouillade s.f. Nourriture. 

Gargouiller v.n. Avoir des 
borborygmes. 

Gargonler # v. n. Nager. 

Gargue # s.f. Abrév. de Garga- 
melle, (v.c.m.) Gosier. 

Garibaldi # n.pr. Coup de Gari^ 
baldi == Coup de bélier = Coup 
de la rencontre, coup de tête dans 
Testomac. 

Garnaffe # s.f. Ferme. Mot déf. 
de grenasse, grenier, grange = 
gernaffe, 

Gamaffler = Gamafle # s.m. 
Fermier. Voy. garnaffe. 

Garni s.m*. Chambre ou hôtel 
meublé. 

Garnir (se) O v.pr. Se garnir lebo- 
cal, manger. 

Garnison s.f. Avoir de la gar- 
nison, avoir des poux sur la tôle. 

Garno s.m. voy. Garni. 

Garrotage # s.m. Vol au garro- 
tage =. Coup du père François, 
voy. coup. 

Garnche • s.f. || i. Roue, instru- 
mentde supplice. || 2. Prison,dans 
l'arg. moderne. 

Gas O s.m. Il i. Garçon. « Mon 
gas. Petit gas. » — Mauvais gas, 
mauvais garçon. || 2. Individu. 
« Un rude gas. n 



GASPARD. 



— I3i — 



GA.VROCHE. 



Gaspard s.m. ||i. Chat, pour 
guépard. || 2. Rat. [Rigaud] 

Gat # s. m. Chat, (vx mot pro- 
vençal) [Larchey] Esp. gato m. s. 

Gâteau a. et s.m. Q Maman ou 
papa gâteaUj personne qui aime 
et qui gâte les enfants. — (Thé.) 
GdteaUf s.m. Nuage artificiel oui 
sertà faire les apparitions dans les 
féeries ou les changements à \iie. 

GÂte-pàte s.m. Lutteur de pre- 
mier ordre. 

Gâteuse O s.f. Houppelande, par- 
dessus très long. 

Gâteux O n. et s.m. = Gaga. Indi- 
vidu qui retombe en enfance, im- 
bécile. 

Gâtisme Q. s.m. Etat d'une per- 
sonne <^ui retombe en enfance, 
imbécillité. 

Gan # s.m. Poux. Gaux picantiSj 
poux de corps. 

Gauche O »• et s.f. Donner à 
gauche^ se tromper, s'écarter de la 
ligne droite. — (Mil.) Jusqu'à la 
gauche, jusqu'au dernier, jusqu'à 
la fin. — La gauche, repas des 
employés dans les maisons de 
commerce. — Aller à gauche, aller 

. manger. — La Gauche, ensemble 
des députés ou des sénateurs qui 
siègent à la gauche du président 
de l'assemblée ; c'est le parti pro- 
gressiste et avancé. » fcc Centre 
gauche. La Gauche modérée. L'Ex- 
trême Gauche. » 

Gaucher = Gauchier O s.m. 
(antith. de droitier). Membre qui 
siège dans une assemblée à la 
gauche du président. Voy. Gauche. 

Gaudille # s.f. voy. Gandille. 

Gaudineur s.m. Peintre dé- 
corateur. 

Gaudins (V) s.m.pl. Brigands. On 

trouve le mot goain au xiv" siècle, 

du vx fr. gaud, bois, forêt ; les go- 

. dins étaient des brigands qui se 

réfugiaient dans les bois. 



Gaudissard Q s.m. Commis vova- 
geur,. hâbleur. (Personnage d*un 
roman de Balzac) 

Gaudrioler Q >*•"• S'amuser. 

Gaufre s.f. Faire des gaufres, 
personnes marquées de la petite 
vérole qui s'embrassent. — Moule 
à gaufres, visage marqué de la pe- 
tite vérole. 

Gauldouse (V) s.f. Maison publi- 
(^ue. Du lat. gaudium, joie, et de 

I ang. house, maison. 

Gaullier lua la gauldouse gaudve. 

(VlLLCX). 

Gaule # s.f. Gaules de jettard, 

barreaux des fenêtres de prison. 

Gaule (ou échalas) d'omnicroche, 

conducteur d'omnibus. 
Gaulé s.m. Cidre. 
Gauler v.a. Battre à coups de 

bâtons. Par ext. du s. fr. 
Gaultier (V) s.m. Gueux, qui 

court la grand'route. 

Gaultier lua la gauldouse gaudye. 

(Villon). 

Ganpe s.f. Prostituée de bas 

étage. Pour gouape. 
Gausse s.f. Plaisanterie, farce. 
Ganssiller v.a. Se moquer. 
GavacheO II i. a. Peureux, timide. 

Il 2. s.m. Auvergnat. 
Gave # s.f. = Gève. Estomac. (Ri- 

CHEPIN) 

Gavé = Gaviolé # s.m. et a. In- 
dividu bourré de nourriture. — 
Faire les gavés, voler les ivrognes. 

Gaveau s.m. = Gavol. Compa- 
gnon. 

Gaviot s.m. Gosier. Du vx fr.. 
gave, lat. gavus. m. s. 

Gavot s.m. || 1. • voy. Gavé. \\ 2. 
voy. Gaveau. 

Gavroche s.m. Gamin de Paris. 

II gaffe en curieux, et fait son 
éducation dans la « rue » ; suffixe 
oche pour uche. 



GAYE. 



— 135 — 



GERNAFIER. 



Oaye = Gayet s.m. = Gail. Che- 
val. Du skt. haya, m. s. [Bornouf] 
Oaye # s.f. Yoy. Gaiiote. 
Gaz @ s.m. Eau-de-vie. (Delvau) 

— Avoir une fuite de gaz dans 
VestomaCy roter. — Allumer son 
gaz, regarder. — Eteindre son gaz, 
mourir. — Lâcher le gaz, péter. 

Gazette O s.f. Personne bavarde 
toujours à Taffut et au courant 
des faits divers. — Lire la gazette, 
n'avoir pas de quoi manger et 
regarder les autres à table. 

Gaader0 s.m. Pôteur. 

Gazon s.m. Cheveux, perruque. 

— Il n'a plus de gazon sur la ter- 
rasse, il n'a plus de cheveux sur la 
tôle. — Se ratisser le gazon, se 
peigner. 

Gazouiller v.n. || i. Parler, 
chanter. || 2. Puer. De gaz. 

Géant 9 s.m. Montagne de géant, 
potence. 

Geffirard O s.m. Double cinq au 
jeu de dominos. [Rigaud] 

Geignard = Greigneur s.m. 
Pleureur. Du fr. geindre. 

Oendarme s.m. || i. Hareng 
saur. Il 2. Logeur en garni. || 3. 
Cigare d'un sou. || 4. Fer à repas- 
ser, (vx) Il 5. Vin blanc môle de 
sirop de gomme. || 6. Grande 
femme revôche. (Delvau) || 7. 
Moisissure sur le vin. (patois berri- 
chon) Il 8. Dormir en gendarme, 
faire semblant de dormir. 

Gendelettre O s.m. Homme de 
lettres. <( Un gendelettre, » 

Générale s.f. Battre la générale, 
trembler, claquer des dents. 

Gréneur Q s.m. Importun, Voy. 
Chaillot, 

Geneviève s.m. Genièvre. 

Génisse s.f. Femme effrontée. 

Oëniteur Q s.m. Père. 

Genou O s.m. Tête chauve. — Avoir 
son genou dans le cou, être chauve. 

— Fairedu genou, frôler la jambe 



d'une femme avec son genou sous 
la table. 

Genrenx O ^' c^ s.m. = Gom- 
meux. Poseur ridicule. (Larchey) 

Gentleman Q s.m. Homme bien 
élevé, de bonne compagnie. 
(Sport) Gentleman rider, nomme 
du monde qui monte dans les 
courses. Mots ang. 

Géo (écol) s.f. Géométrie, (abrév.) 

Georget (V) (B) s.m. || 1. Pour 
gorget. Pourpoint. Du mot gorge ; 
le pourpoint la couvrait. || 2. Gilet, 
dans Targ. moderne. « Les rupi- 
nes et marquises leur fichent les 
unes un georget, les autres une 
lime. » (Arg. réf.) 

Ger (V) s.m. Pour jar ou giei\ Jar- 
gon. Parler en gier, c'était parler 
le jargon, comme dans « babillan- 
gier », babiller. 

G«rbe # s.m. Année de prison. — 
Planque de gerbes, cour d'assises. 

— Gerbe des catiches, bureau de la 
police des mœurs. 

Gerbe # s.m. Condamné. 
Gerbement #s.m. Condamnation. 

— Etre en gerbement, passer en ju- 
gement. 

Gerber 9 v.a. Juger, condamner. 

— Gerber à la grotte, condamner 
aux travaux forcés. — Gerber à la 
passe ou à la faux, condamner à 
mort. Gerberàlavioque, condam- 
ner, à perpétuité. J.d.m. sur grip- 
per, agripper. [Timmrrmans] 

Gerbier % s.m. Juge ; jure ; avocat 

d'office. 
G^rbierres # s.f. pi. Fausses clefs. 

(Rigaud) 
Gerce s.f. Pour garce. Prostituée. 

— % Maîtresse. 

Germanie Q ï^-pr. Aller en Germa- 
nie, remanier. J.d.m. : Je r'manie, 

G^rnaffe # s.f. Ferme, voy. gar- 
naffe, 

Gemafier s.m., Gernafle s.f. % 
= Gamafier voy. Garnaffè. . 



GÉSIER. 



— 136 — 



GIGOLETTE. 



Gésier © s.m. S'airoser le gésier, 
boire. 

Gesseur s.m. Grimacier, pré- 
tentieux. (Delvau) 

Geste O s.m.JI 1. Voy. Accentuer. 
Il 2. Fait, action, exploit. « Qu'im- 
porte la mort des vagues huma- 
nités, si par elles s'atfirme Tindi- 
vidu! Le geste de Vaillant est 
beau. » [Laurent Tailhadb] 

Get = Geti # s.m. Jonc. (Michel) 
Corr. de stick, canne. 

Grève # s.f. Voy. Gave. 

Gi ^ adv. = Gigot = Gy, Oui ; cer- 
tainement; bien ; bravo. Du xi*' au 
XV* s. les Français se sentaient 
indifféremment du w pour le </, 
ToM, Vœ et même pour le h. 

Gibasse s.f. Seins développés 
en apparence, flasques en réalité. 

Gibe#s.m. || 1. Chapeau. De ^i&tis, 
v.c.m. Il 2. Argent, subsistance, 
moyens d'existence. 

Gibelotte s.f. Gibelotte de gout- 
tière, chat. 

Gibernard s.m. =: Raseur. Im- 
portun. 

Giberne s.f. || 1. Derrière. (Lar- 
chey) Il 2. Prostituée qui fré- 
quente les soldats. — Tailler ou 
faire porter une giberne à quel- 
qu'un, raconter une histoire en- 
nuyeuse, donner une corvée désa- 
gréable. (Palat) 

Giberner v.a. = Raser. En- 
nuyer. 

Gibier s.m. Prédestiné à. — 
Gibier de Cayenne, gibier de po- 
tence, malfaiteur. — Gibier à com- 
missaire, femme publique. 

Gibus O ^'^' Chapeau mécanique. 
Du nom de Tinvcnteur. 

Gicler O v.a. et v.n. = Gigler = 
Gisclcr = Jicler. Jaillir. (Onomat.) 
Gicler des mirettes, pleurer. 

Gier (V) s.m. Voy. Ger. 

Gièrement (V) aclv. Avidement. Du 
h. ail. Gierigkeit, avidité. 



Giffault (V) s.m. Le derrière = Le 

joufflu. Du vx fr. giffe, joue. 
Giffe s.f. Pour gifle. Soufflet. 
Giflle (V) s.m. Gibet. Potence. 



Prince arrière de Roel 
Et n'eussiei-TOus denier ne plue 
Qa*aa giffle ne laissez la pel, 
au gibet ne laiêsez votre peau) 
'^our l'emboureux qui rompt le suc. 

(VlLLOW) 



Pi 



Giflle (V) s.f. Joue, visage. 

La giffle gardez de rurio. 

|VltJLOΫ). 

Du vx fr. giffe m. s. devenu Jaf- 
fies dans Targ. des malfaiteurs. 
Ce mot ne figure dans ce diction- 
naire que pour permettre la com- 
paraison avec le précédent, em- 
ployé aussi par Villon dans son 
Jobelin. 
Gig O s.m. Petite voiture légère 

(elle saute). 
Gigler O v.a. et v.n. Voy. Giclei\ 
Giçolette Q s.f. Grisette,* faubou- 
rienne courant les bals publics. 
(Larchet) — Nous nous arrêtons 
à la définition de Larchey, et nous 
croyons, comme J. Richepin, que 
ce mot vient de gigue, jambe ; 
giguer, marcher, dans le langage 
populaire. Le sens de gigolette 
n'a été dénaturé que par le succès 
d'une chapson populaire dans la- 
quelle le mot gigolette figure pour 
la seule raison de consonance. 
Cette chanson est une parodie 
d'une romance gracieuse intitulée 
Perdue du compositeur Doria ; elle 
se terminait par ce vers : 

Ma Rosinetto, hélas 1 jo l'ai perdue. 

Il s'agissait alors d-un jeune 
homme qui avait perdu sa fiancée ; 
les parodfistes en ont fait un igno- 
ble souteneur dont la marmite a été 
arrêtée, et il dit : 

Ha Giffolette, hélas I je l'ai perdue. 
A s'a fait choper dans la rue. 



GIGOLO. 



— 137 — 



GIVERNER. 



Ainsi, la gigolette est devenue 
synonvmc de marmitey mais son 
étymologie est la môme que celle 
des mots guinckey guinguette et 
enfin grise tte. 

Gigolo s.m. Petit jeune homme 
qui danse dans les bals publics. 

Gigot © Il 1. s.m. Cuisse. — He- 
muer les gigots, voy. Gigotter. || 2. 
adv. = Gi. v.c.^m. 

Gigot-fin O s*^* Comte de gigot- 
fin, gros mangeur. 

Gigotter O ^'^' Danser, sauter, 
gambader. 

Gigue O s.f. Jambe. — Grande 
gigue, femme grande et mince. 

Gigaer0 v.n. = Gigotter, v.c.m. 

Gilboqae # s.m. Billard. Mot déf. 
pour bilOoque. (bille, boquet) 

Gilet s.m. S'emplir le gilet, 
manger. — Avoir le gilet doublé 
de flanelle, avoir mangé une bonne 
soupe. O ^>^^^ ^ cœur, élégant, 
fashionnable. 

Giletière O s-^« Chaîne de montre. 

Gilles n.pr.m. Paire Gilles, s'en- 
fuir secrètement. 

Gilmont # s.m. Gilet. 

Gilqain s.m. Coup de poing. 
(Rigaud) 

Gin O s.m. Genièvre, (mot ang.) 

Gingeole O s.f. Cadet la gingcole, 
homme grand et maigre. — Grand 
dégingandé. Skt janghu, jambe. 

[TlMXERMANS] 

Gingin s.m. Avoir du gingin, 
avoir de Tesprit, de rintelligence. 

Ginginer v.n. Faire une œil- 
lade. « Elle gingine à mon en- 
droit. » (Gavailm.) — Faire aller 
les yeux deçà delà, môme racine 
que guingois, dégingandé. [Tim- 

HERMANS] 

Ginglard, Ginglet, s.m. = Pi- 

colo. Vin léger, aigrelet. Du mot 
fr. ginguet, laiblc. 
Ginguer || 1. v.n. Ecarter les 
jambes. — AU. Ich ging, je mar- 



chai. Il 2. # v.a. Mettre en prison. 
— A rapprocher d'anchetibber, 
v.c.m., mettre dans la botte les 
gigots, en ail. der Schinke, le jam- 
bon, der Schenkel, le tibia. [Tim- 

MERMANS] 

Girafe Q s.f. Peigner la girafe, ne 
rien faire. 

Giries s.f.pl. Manières, minau- 
deries. « Elle fait des giries, » Du 
s.f. Jérémiades. Doléances hypo- 
crites. 

Girofle # a. Beau, gracieux, gen- 
til. — Belle, aimable. 

Giroflée O s.f. Gifle. — Fiche une 
giroflée à cinq feuilles, donner une 
gifle. 

Giroflerie # s.f. Amabilité. — 
Gentillesse. — Gracieuseté. 

Girol # int. Soit. 

Girole # adv. voy. Gi. 

Girond # a. *et s.m. Beau. — 
Etre girond, être beau, être dans 
une bonne situation. — Paire son 
girond, faire le beau, poser. 

Gironde s.f. Jolie, mignonne, 
gentille. 

L'esgourd' çirond' comme un* Ostende. 
(L'oreille mi^oane comme ane builre d'Os- 

tende). 
(J. RicRKTiN, Chanson de* Gueux.) 

Girondin % s.m. Dupe. (Rigaud) — 
Le girondin a donné, le badaud 
s'est laissé tromper. 

Girouette O s.f. Personne qui 
change d'idée ou d'opinion à cha- 
que instant. 

Giscler v.a. et v.n. Voy. Gicler, 

Gite s.m. Dans le gîte, ce qu'il y 
a de mieux. — Ouvrage fait dans 
le gite, fait avec beaucoup de soin. 

Gitre #. Pour fitre. J'ai. 

Gitrement (V) adv. = Giérement. 
Avidement. — Du h. ail. geizig^ 
avide. 

Giverner # v.n. Vagabonder. Du 
fr. s'hiverner, s'exposer aux pre- 
miers froids pour s'y endurcir. 



GIVERNEUR. 



— 438 — 



GNOGNOTE. 



CriTernear9 s.m. Vagabond. — 
# Givemeur de reprouOs, corbil- 
lard. 

Crlace O s.f. Passer devant la glacCf 
perdre des consommations au jeu. 
— # Devant la glace^ devant la 
justice. 

Crlacière % s.f. Glacière pendue, 
réverbère. 

-Glacis % s.m. Verre ^ boire. — 
Glacis de lance, verre d'eau. — 
Glacis refroidi, réverbère. 

Olaçon Q s.m. Homme grave, qui 
ne témoigne que de la froideur en 
toutes choses. 

Glaire @ s.f. et m. Pousser sa 
glaire, bavarder. 

Glaive (F.-M.) s.m. || 1. La justice 
divine. 112. # Guillotine. — Pas- 
ser sa 6i7te au g/atre^étre guillotiné. 

Glas s.m. Rabâcheur 

Glaude s.m. Imbécile. 

Glaviot s.m. Crachat. Du vx. fr. 
gave, gosier. 

Glayiotter 0v.n. Cracher. 

Glaviottenr s.m. Cracheur. 

Glier= Glinet % s.m. .Le diable. 
Déformation de gueliel, v.c.m. 

Glissade O s.f. Chute (au fig.) — 
Faire une glissade, faire une faute, 
chuter. — Faire des glissades, 
changer souvent d'amant. 

Glissant 9 s.m. Savon. 

Glisser O v.n. Se laisser glisser, 
mourir. 

Globe s.m. || 1. Le ventre. — 
S\'tre fait arrondir le globe, être 
enceinte. 

On s'a fait arrondir el' globe, 
Kh bien 1 ça prouv' qu'on n>st pas dliois. 

{La Muse à Bibi.) 

Il 2. Les globes, les seins. 
Glochette # s.f. Poche. (Larcdey) 
Gloria. O s.m. Eaurdc-vie qu'on 

fait brûler dans le café. 
Glorieuses O s.f. pi. Les Glorieuses, 

les trois journées de la révolution 

de 1830. 



Gloa-glon (onomatopée). Faire 
glou-glou, verser à boire à la 
ronde. 

Gloasser v.n. Parler. 

Glu s.f. Avoir de la glu ou de la 
poix aux mains, être maladroit. — 
Etre collant comme la glu = Etre 
crampon, être gênant, importun, 
encombrant. 

Gluant s.m. = Collant, \\ i. Im> 
portun, encombrant. || 2. Enfant à 
ta mamelle. 

Glnau s.m. Crachat. — Lâcher 
son gluau, cracher. — 9 Poser un 
gluau à quelqu'un, Tarréter. — 
Faireposer un gluau, faire arrêter, 
tendre un piège. 

Glutouse (la) % s.f. La figure. 

Gnac s.m. Discussion, dispute. 

— Il y a du gnac, il ne faut pas s'y 
fier. 

Gnaf s.m. = Gniaffe. Ouvrier 
cordonnier, savetier. Altération 
depignouf, homme grossier. [Lar- 
chey] 

Gnafle s.f. Revers. — Après 
rafle, gnafle, après fortune, revers. 

— On renifle, on renâcle, on fait 
un nez. [Timmermans] 

Gnan-gnan Q s.m. Personne non- 
chalante, s'occupant à des niaise- 
ries et ne disant que des banali- 
tés. 

Gnare (chas.) s.m. = Guenard. 
Rabatteur. 

Gniaffe s.m. Voy. Gnaf, 

Gniaffer0 y.a. Saveler, rapetasser. 

Gniasse s.m. Mon gniasse, moi. 

— Ton gniasse, toi. — Pour mon 
nez, ma tète, ma personne. AU. 
Schnautz, nez, mutle. [Timmer- 
mans] 

Gniff a. Clair, limpide. — Pivois 
gniff, vin clairet. — • Pour nif, de 
natif, naïf, d'origine. [Timmermans] 

Gnognote s.fT C'est de la gno^ 
gnoie, ça ne vaut pas grand'chose , 
ce n'est rien. . 



GNOLE. 



-- 139 — 



GODAREK 



-Gnole s.f. || i. Gifle (pour tor- 
gnolé), « Je vais f fiche une gnole. » 

2. Imbécile. « Quelle gnole! » 

3. a. Niais. « Cest gnole, » 
-Gnolenr © s.m. || 1. Ouvrier cha- 
pelier en chambre qui fait la re- 
mise à neuf. La plupart des 

' gnoleurs sont étrangers, beaucoup 
de Polonais ; la matière pre- 
mière leur est fournie par les 
marchands d'habits, et par TAn- 

fleterre où les chapeaux « hauts 
e forme » sont abondants. || 2. = 

Gnan-gnan. v.c.m. 
Onon s.m. Coup. <c Recevoir, fiche 

un gnon. » 
Oob s.m . Voy. Gobin. 
Oobage s.m.*^ Amour. (Rigaud) 
Oobante a.f. Femme gobante, 

femme très séduisante. (Larchet) 
Oobbe # s. m. Il 1. Houlette pour 

amorcer le poisson, jj 2. Voy. Go- 

belot. 
Oobelln # s.m. jj 1. Crochet. ||2. 

Dé. à coudre, (petit gobelet) 
Gobelius O s.m. et n.pr. Racoleur 

de dupes pour les tripots. — Le 

docteur Gobelius. m. s. 
-Gobelot 9 s.m. = (iobbe. Galice. 
Oobelottage. s.m. Repas co- 
pieux 



1 4 . Bien boire 
2. S'amuser, 



Oobelotter v.n. 
et bien manger, 
faire la noce. 

Ctobelotteur s.m. Noceur. — 
Qui aime à gobelottcr. v.c.m. 

Gobe-mouche s.m. ||i. Imbé- 
cile qui croit tout ce qu'on lui dit. 
Il 2. «Espion. 

Ctobe-prane s m. Tailleur. (Mi- 
chel) 

Oober v.a. Aimer, estimer. — 

- Gober quelqu'un, aimer q.q. — 
Etre gobé, être aimé. — Il a gobé 
la prune, il Ta cru, ou c'est lui 
qui est la victime. — La gober, 

' mourir, être victime. — Gober sa 
chèvre, son bœuf, être en colère. 



. — Se gober, v.pr., être orgueil- 
leux, satisfait, fier de soi-même. 

Gobeson « s.m. Verre. (Larchey) 

Gobet s.m. || 1. Vaurien. (Del- 
VAu) Il 2. Quartier de bœuf. (Ri- 
gaud) — Les gobets, morceaux de 
rebut qu'on vend à vil prix. 

Gobette « s.f. Payer la gobette, 
payer à boire. 

Gobènr O s.m. Naïf, badaud. 

.« Un gobeur s'amuse partout, un 

rien l'émeut ou l'enthousiasme ; 

les Parisiens sont ou sceptiques 

ou gobeurs. » 

Gobichonnade s.f. =Gobichoii- 
nage s.m. = Gobelottage = 
Bigolade, v.c.m. — Ital. gabbare, 
s'amuser de q.q. 

Gobichonner v.n. = Gobelot- 
tcr = Rigoler, v. cm. 

Gobichonnear s.m. voy. Gobe^ 
lotteur, 

Gobilleup % s.m. Juge d'instruc- 
tion. (Larchey) 

Gobin s.m. = Gob. Bossu. (Ri- 
gaud) 

Gobseck O s.m. Avare, usurier. — 
Qui gobe ou avale sec, homme 
avide. [Timmermans] Type d'avare 
créé par Balzac. 

Godaille s.f. Amusement, noce, 
festin. 

Godailler v.n. S'amuser. — Lat. 
gaudere, se réjouir, vx. franc. 
goder, m. s. 

Godaillerie s.f. voy. Godaille. 

Godaillenr s.m. Noceur. 

Godan0 s.m. Propos en rair,conte. 
— Tomber, couper dam le godan, 
croire naïvement. — « Je ne tombe 
pas, ou je ne coupe pas dans ces 
godans^là, » je ne crois pas à ces 
contes-là. 

Godancer v.n. = Tomber dans 
le godan, v.c.m. 

Godard0s.m. Réjoui. Du Lat. gau- 
dere, se réjouir. — N.pr.Mari d'une 
femme enceinte ; du nom d'un ce- 



GODDAM. 



— HO — 



GORRET. 



lèbre aéronauto. Voy. Ballon (3). 
Goddam=Goddem(3s.in .Anglais. 

« Avec Goddam en Angleterre, 
on ne manque de rien nulle part. » 
[Mariage de Figaro. [Bbadmarchiib.] 

Godelle # Pipe. 

Godiche = Godiehon Q s. m. 

Bon enfant» naïf, crédule. 

Godiller O v.n. Voy. Bander. 

GodiUear Q s*^* ^oy. Bandewp. 

Godillot (mil.) s.m. || 1. Soulier. — 
Du nom d'un fabricant de chaus- 
sures, fournisseur de Tarmée 
(1870) Il 2. Conscrit; (Rigaud) 

Godin 9 s.m. Voy. Gaudins. 

Godinette s.f. || i. Maîtresse. |j 
2. Jeune fille aimable et gaie. 

Goffear # s.m. Serrurier. 

Gog©s.m. (Abrév.)voy. Goguùnau, 

Gogo Q s.m. Il 4. Imbécile, cré- 
dule. || 2. Dupe. — Attrape gogo^ 
tromperie, escroquerie. 

Gogoter0 v.n.Puer ,voy, goguenau. 

Gogotte a. Faible.*— Avoir la 
vue gogotte, avoir la vue faible. — 
Etre gogotte, être naïve, crédule. 

Goguenau = Goguenot (mil.) 
s.m. Lieux d'aisances, latrines, 
tinettes, pot de chambre ; baaucl. 

Goguetier O s.m. Habitué d une 
goguette. — Celui qui la dirige. 

Goguette O s.f. Société lyrique. 
La goguette a dégénéré : sous ce 
nom on attire le public dans des 
sous-sols fumeux et empestés, où 
de soi-disant amateurs chantent 
et disent leurs compositions; le 
plus souvent ce sont des insanités 
obscènes, car, chose incroyable, 
la censure ne pénètre pas dans 
ces cloa(jues et le sergent de ville 
obligatoire les écoute, ahuri! 

Goï O s.m. Voy. Goye. Chrétien. 

Goinft*e # s.m. Chantre. 

Golnft*ette s.f. Bouche. 

Goiper # v.n. = Gouaper, v.c.m. 

Goitreux O s.m. Imbécile, crétin. 



Gomberger % v.a. Compter. 

Gomme O s.f. La gomme, la haute 
gomme, jeunesse élégante jus- 
qu'au ridicule. 

Gommeuz O s.m. = Gandin = 
Genreux = Dandy, etc. Jeune 
homme élégant, ridicule. 

Gonce = Goncier s.m. = 
Gonze = Gonziei\ Individu quel- 
conque. — Goncier à la manque, 
Individu sans le sou, ou sans 
attraits.» C'est-il pas injuste, qu'un 
goncier à la manque comme celui- 
là ait une poniffe pareille I » 
(J. Richepin) — Gonce à la flan, 
déballeur. Gonse, si^ifiait autre- 
fois niais. — AU. Gans, oie. 

Gondolant O ^* ^'^^^ gondolant t 
c'est à crever de rire. = C'e$t 
tordant, Voy. Gondoler! 

Gondolé O &* Tordu, replié sur lui- 
même, ratatiné (le papier jeté au 
feu se gondole avant de s'entlam- 
mer). — « Je me suis gondolé, » je 
me suis tenu les côtes de rire. = 
Je me suis tordu. 

Gondoler (se) O ^•Pi'- |M • Se tor- 
dre, se rouler, se replier sur soi- 
même. Il 2. Par ext., rire aux 
éclats = Se tordre. Voy. GondxH 
tant. Gondolé. 

Gonflé % s. m. Porte-monnaie 
bien garni. 

Gonflée a.f. Enceinte. (L.\rchey) 

Gonfler v.a. Gonfler une femme, 
la mettre enceinte. 

Gonze s.m. Voy. Gonce. 

Gonzesse s.f. || i. Femme quel- 
conque. IJ 2. Maîtresse. — Gonzesse 
à Vamache, femme en carte ; sous 
la surveillance de la police. 

Gonzier s.m. Voy. Gonce. 

Goret s.m. Premier ouvrier cor- 
donnier. 

Gorge % s.m. Etui. 

Gorgniat s.m. Homme sale. 

Gorret s.m. Contremaître me- 
nuisier. 



à 



GOSSE. 



— 141 — 



GOUPLIiN. 



Gosse O IM' s.m. Veau morl-né. 

Il 2. S.2 g. Enfant, jj 3. s.f. Jeune 

femme. « La goase m'attend pour 

dîner.» — Mot celtique gos, petit. 

Il 4. s.f. Mensonge (du vx mol 

gausse t m. s.) 

Gosselin s.m. || i. Ami, cama- 
rade. Il 2. • Pédéraste. 

Gosseline s.f. Yov. Gosse. (2) 
[I i . Petite fille. || 2.' Toute jeune 
fille. 

Treize ans, pas plus, appas naissants, 
Des traits moins jolis qu'agaçants, 
La Gosseline. 

(P. Thimouillat.) 

Ang. goslifif petite oie. 

Oosser v.a et v.n. Mentir. 

Gosse ur = Gossier s.m. Men- 
teur. 

Got s.m. Il i. # Pou. Il 2.0 int. 
Oui ; parfaitement ^= Gi =. Go = 
Gigot, 

Goteor # s.m. Débauché. 

Gothoii=GotoiiO s.f. Prostituée. 
— Abrév. de Marguerite, Margot, 
Margoton. (Littrè) 

Goaache s.f. Figure. 

Goaalante # s.f. Chanson. 

Goaaler % v.a. et v.n. Avouera la 
justice. — Goualer en danse, chan- 
ter. — Goualer à la chienlit, v.c.m. 

Gonaleur s.m . , Gonalease s.f. 
Il 1. Chanteur. || 2. Camelot, chan- 
teur de rue. 

Gouape s.f. = Gouapeur, etc. 
Vagabond; débauché; vaurien; 
paresseux, etc. — La gouape, la 
clique. 

Goaaper v.n. || 1. Vagabonder. 
Il 2. Ne rien faire de bon. ||3. 
(mil.) Faire la noce. 

Gonapeur = Goipeur = Gonë- 
peur s.m., Gouapeuse s.f. 
Voy. Gouape. 

Gouffeur s.m . = Goffeur. Serru- 
rier. 

Gouffler % v.a. et v.n. Manger. — 
De gave, gosier. 



Gouge s.f. Prostituée. 

Gougne O s.f. Voy. Gougnotle. 

Goagnottage Q i.n. Conjonction 
contre nature de la femme avec la 
femme. 

Gougnotte O s.f. Qui se livre au 
gougnottage, v.c.m. = Gougne, 
ChipetlCy Gousse, Lesbienne, Puce 
travailleuse. Satin. 

Gougnotter Q v.n. Se livrer au 
gougnottage, v.c.m. 

Gouille s.f. Envoyer à la gouille, 
envoyer promener. 

Gouiiron s.m. Gamin. (Delvau) 

Gouine O s.f. Prostituée, du gr. 
Y'jvTj, femme. 

Goujaterie O s.f* = Gonjatisme 
s.m. Action qui est celle d'un 
goujat. 

Goujon s.m. || 1. Dupe, qui 
mord àlliameçon. j 2. Jeune sou- 
teneur (petit poisson). — Ferrer 
le goujon, pécher à la ligne. — 
Lâcher son goujon, vomir. — Gou- 
jon d'hôpital, sangsue. — Avaler 
le goujon, mourir. 

Goujonner v.a. Duper. (Delvau) 

Goule s.f. = Gueule. Bouche. 

Goulot s.m. Plomber, chelinguer, 
repousseï* ou trouillotter du gou- 
lot, avoir mauvaise haleine. — 
Jouer du goulot, boire. 

Goulu # s.m. Il 1. Poêle. || 2. Puits. 
Il 3. s.f. La goulue, femme qui a 
une grande bouche. 

Goupillon s.m. Membre viril. 

Goupinage # s.m. || i. Travail. || 
2. Vol. (travail des voleurs) 

Goupine # s.f. Ilardes en loques. 

Goupinè # a.= Loqueteux. = Mal 
goupiné, habillé de loques. 

Goupiner v.a. || 1. Travailler. || 
2. • Voler. 

Goupineur 0s.m. || i .Travailleur. 
Il 2. • Voleur. 

Gouplin s.m. Ij l.Pot. || 2. s.f. Gou- 
pline, pinte ae vin. Le petit bî^ton 
garni de soies de porc, qui sert à 



GOUR. 



— 142 — 



GRAILLON. 



nettoyer les pots et les bouteilles 
se nomme en fr. goupillon, voy. 
gruppelin, 

Gour 9 s.m. Pot : pour gourde. 

Grourd s.m. Friponnerie. (Mi- 
chel) Voy. gourer, (i) — (pays). 
Blé gourd, blé gonflé par rhumi- 
dité ; du lat. gurdus, gras. 

Gourde # s.f. Boucle d'oreille. 
(Larchey) 

Gourde s.f. = Gourde s.m. 
Imbécile, (engourdi) ; du lat. eu- 
curbitay calebasse de la même 
famille que le melon et le corni- 
chon. En fr. être dégourdi, ces- 
ser d'élre gourde, 

Gourdement adv. Beaucoup; 
du lat. gurduSy gras. 

Gourd-Razis (B) s.m. Archevê- 
que. 

Gourdi (B) s.m. Bon vin. 

Gourer % v.a. = Gourrer.\\ 4. 
Tromper. Vx. fr. falsifier, du lat. 
gun*ire, contrefaire le chant du 
rossignol, et par ext. des autres 
oiseaux. [A. Vitu]||2. Se gour- 
rer v.pr., se tromper. || 3. Se car- 
rer, se redresser. (J. Uichepin) 

Goureur % s. m. = Gourreur, 
Trompeur. 

Gourgandine O s.f. Femme dé- 
bauchée. 

Gourgandiner Q v.n. Fréquenter 
les filles. 

Gourganer v.n. Faire de la 
prison. 

Gourgourans (V) part.pl. Trom- 
peurs. — Du vx fr. gourd, beau- 
coup, et gourer, tromper. 

Gourgousser v.n. be plaindre. 
Récriminer. (Houtmt) 

Gourgousseur s.m. Grognon. 

Gourre # s.f. Vol à la gourre, 
escroquerie minime. 

Gourrer % v.a. Voy. Gourer. 

Gourreur # s.m. Voy. Goureur. 

Gouspin s.m. Vov! Goussepain. 

Gouspiner v.n. ^aire le voyou. 



Gousse s.f. Voy. Gougnotte. 
Goussepain s^m. = Gouspin. 
Il i. Gamin, galopin. || 2. Voyou. 

Puis il prit son petit coateau de goussepain^ 
Dépouilla le grefûer, «t lui fil sa toilette. 

(J. UicHEpLN, Chanson des Gueux.) 

Gousser (B) % v.a. et v.n. Man- 

f[er. — Travailler du « gosier. >» 
TiMMERMANS] 

Goussé-Razis (B) s.tn. Abbé. 

Gousset s.m. || 1. Avoir le gous- 
set pefré, n'avoir pas d'argent dans 
sa poche. Il 2. Rifler du gousset, 
sentir des aisselles. 

Goût s.m. Faire passer le goût 
du pain, tuer. 

Goutte s.f, Donner la goutte, 
donner à têter. — Boire la goutte, 
boire un verre d'eau-de-vie. — 
Boire une goutte, perdre de l'ar- 
gent dans une affaire. — Payer 
Ta goutte à quelqu'un, le battre. — 
Goutte militaire, gonorrhée per- 
sistante, chronique. 

Gouttière s.f. Gibelotte ou lapin 
de gouttière, chat. 

Gouvemement s . m . « if on gou- 
vernement, » ma femme. 

Goy e = Goy m s. m . = Goï. Ch ré- 
tien. (dans l'arg. des juifs) — 
Rdler le goye, tromper le chrétien. 

Goye 9 s.m. = Pante. Dupe. 

Grâce s.f. Faire des grâces, 
faire des manières. 

Gracier O v.a. Ce mot est fré- 
quemment employé pour « com- 
muer une peine », en fr. il signi- 
fie « pardonner ». 

Graffagnarde s.f. || i. Mauvais 
tableau. {\ 2. Commerce de mau- 
vais tableaux. [Uigaud] — Var. de 
grilfonnage. 

Graffer 9 v.a. Voy. Agrafer. 

Grafigner v.a. Ramasser des 
chiffons. Pour agrafer. 

Grafin s.m. Chiffonnier. 

Graillon s.f. || i. Cuisinière 
malpropre. « ifaric Graillon. » 



GRÂlLLONNEp. 



— i43 — 



GRATIN. 



Il 2. Crachat. <c Avoir des grail- 
lons dans la gorge. » 

Graillonner v.n. jj 1. Cracher. 
||2. # Ecrire. Il 3. • Parler. 

Graillonnenr O s.m. Homme qui 
crache beaucoup. 

GralUoniiease s.f. Blanchis- 



Delvau] 
I 1. Argent, 



seuse par occasion. 
Qrain (V) s.m. 
denier, écu. C'était autrefois un 
petit poids dont on se servait pour 
titrer l'or, jj 2. Pièce de 50 cen- 
times. [Delvau] — Aroir ungrain, 
être un peu fou. — O Avoir son 
grain f être ivre. — Etre dans le 
grain^ être aisé. 

. Mais pour ce qu'estant là je n^ estait dans 

[le grain. 
(M. RKCHiEt, Sat. X.). 

Grain de brune, foulard (le mal- 
faiteur s'en sert la nuit à la brune 
pour étrangler). 

Graine O s.f. || 1. Graine d'épi- 
nardSt épaulelte à gros grains 
des officiers supérieurs. || 2. 
Graine de bois de lit, punaise. || 3. 
Enfant. — Quelle graine ! quel en- 
fant insupportable! — Mauvaise 
graine, mauvais gamin. 

Graisse s.f. jj 1. Argent. || 2. # 
Voler à la graisse (Grèce), j.d.m., 
voler au jeu. 3. Tromper en 
donnant du cuivre pour de Tor. 
Il 4. Graisne d'abattage, force. 

Graisser v.a. Graisser ses bottes, 
se préparer à partir, être près 
de mourir. — Graisser les bottes 
à quelquun, lui donner le via- 
tique = Graisser les ripatotis, — 
Graisser la marmite, payer sa 
bienvenue au régiment. — Gi'ais- 
ser la patte, payer largement 
(grassement). 

Graisseur © s.m. = Grec Tri- 
cheur. 

Grand a. Faire le grand voyage, 
mourir. — % Grand Meudon, of- 
ficier de paix; agent de la sûreté. 



Grand-calot (mil.) s.m. Généra? 
commandant à TEcole de St-Gyr. 

Grandetire # s.f. GrandYoute. 

Grand trimard 9 s.m. La 
grandVoute. * 

Granitique Q sl, \\ i. Grandiose. 
Il 2. Impérissable. — Allusion à 
la dureté du granit. [L.archey] 

Graoudjem 9 s.m. Charcutier. 
[Rigaud] 

Graphique % a. Crotté. Maculé. 

Grappe s.f. Jus de grappe, vin. 

Grappin s.m. La main qui em- 
poigne. — Poser le grappin sur 
quelqu*un, Tarrôter. — Mettre le 
grappin dessus, saisir, prendre, 
arrêter. 

Grappiner v.a. Prendre, saisir, 
arrêter. 

Gras a. et s.m. Gras-à-lard, 
replet, t- IL y a gras, il y a de- 
l'argent, il y a abondance. — Il 
ny a pas gras, il n'y a pas 
grand'cnose. — Parler gras^ par- 
ler grossièrement, dire des mots 
grossiers ou obscènes. — Avoir 
son gras, être tué. — Recevoir un 
gras, un coup. — Les gras, lieux 
d'aisances. 

Mais les pauv' loufoqu's balaient. 
Les gras d'nos lai^ées. 

{Chanson des Gueux.) 

Gras-bœuf (polyl.) s.m. Bouillon* 
et bœuf. 

Gras-double s.m. || 1. Mem- 
brane de Pestomac du bœuf. 
Il 2. Feuille de plomb qui sert 
pour la toiture. — % La faire au 
gras-double, voler le plomb des 
gouttières. 

Gras-doublier % s.m. Voleur de 
plomb. 

Grasse 9 s.f. et a. || 1. Coffre-fort. 
[Uigaud] Il 2. a. Faire la grasse 
matinée, se lever tard. 

Gratantes (B) s.f. pi. Les mains. 

Gratin O s.m. || i . = Gomme. Jeu- 
nesse élégante. — Société choi- 



GRATINANT. 



— 144 — 



GRENUE. 



sic. || 2. © Tape. — Refiler un 
gratin , recevoir une lape. 

Oratinant = Gratikié O s. m. 
== Boudiné, Jeune élégant ridi- 
cule. 

Gratiner Q y-"^« Appartenir au 
gratin, v.c.m. (I). 

Gratis # adv. Etre gratis malade^ 
être en prison. 

Graton % s.m. Rasoir. 

Gratouille 9 s.f. = Gratte, Gale. 

Gratouse # s.f. Dentelle. — Gale. 

Gratte # s.f. || 1. = Gratouille, 
Il 2. Faire de la gratte, économi- 
ser aux dépens des autres. L'ou- 
vrier qui conserx^e pour lui le dé- 
chet de la matière première qui 
lui a été confiée pour faire son 
travail, fait de la gratte. Bénéfice 
retenu en cachette. 

Gratte-ooaenne s.m. Barbier. 

Grattée s.f. = Brûlée , raclée. 

Gratte-papier s.m. || 1. Homme 
de bureau. || 2. Scribe. || 3. (mil.) 
Fourrier. 

Gratter v.a. et v.n. Devan- 
cer. — Se faire gratter, se faire 
raser. — Gratter quelqu'un, le 
battre. — Il n'y a rien à gratter, 
il n'y a pas de profil à tirer. 
— Gratter le pavé, être misérable. 

Grattoir s.m. Rasoir. 

Graveur s.m. Graveur en cuir, 
savetier. 

Gravois % s.m. Battre le gravais, 
manger les restes d'un dîner le 
lendemain. 

Great-attraction Q ^'^- Grande 
attraction, (anglicisme) 

Grebige (typ.) s.f. Ligne où se 
trouve le' nom de l'imprimeur, 
sur une publication. 

Grec O s.m. Tricheur, joueur de 
mauvaise foi. Ce mot se trouve 
dans la plupart des dictionnaires 

. français avec ce sens. 

Grèce s.f. La Grèce, monde des 
grecs, v.c.m. 



Gredinette O s.f. Jeune fenune ru- 
sée. 

Gréer (se) (mar.) v.pr. S'ha- 
biller. 

Greffer # v.n. Souffrir de la faim. 
Jeûner. 

Greffier s.m. Chat. — Dépouiller 
un greffier, écorcher un chat. 

GrefOr v.a. Voler habilement. 

Grelasson s.m. Patron d'une 
maison peu importante. 

Grêle s.m. Mattre tailleur. — 
Var. de grelasson. 

Grelot O s.m. Faire sonner son 
grelot, se faire remarquer. — 
Mettre une sourdine à son grelot, 
modérer son enthousiasme, sa fa- 
conde, son langage. 

Grelotteuz O s.m. = Boudiné, 
Jeune élégant ridicule, grotesque. 

Grêla 9 s.m. Yoy. Grenu. 

Greluchon Q s.m. || 1. Amant de 
coeur d'une fille publique. || 2. Ap- 
prenti sou teneur. 

Grelachonner O v.n. Faire le 
greluchon. v.c.m. 

Gremes (V) s.m. pi. Bois du gi- 
bet. — Du h. ail. gremlich, ter- 
rible. 

Grenadier s.m. Pou. — Avoir 
des grenadiers dans la tignasse, 
avoir des poux dans la chevelure. 

Grenasse % s.f. Grange. Grenier. 

Grenoble n. pr. O ^oy- Conduite, 

Grenouillard s.ml || 1. Buveur 
d'eau. Il 2. Amateur de bains 
froids. 

Grenouille (la) O s.f. Le fonds de 
caisse. — Manger la grenouille, 
voler l'argent de la caisse. — 
Bouillon de grenouille, eau. 

Grenouiller v.n. Boire de l'eau. 

Grenouillère O s.f. Emplacement 
d'une rivière adopté pour la bai- 
gnade en pleine eau. 

Grenu # s.m. Blé, avoine. 

Grenuche # s.f. Voy. (h-enu. 

Grenue = Grenuse # s.f. Farine. 



GRÉS. 



— 445 — 



GRIVE. 



Grès # s.m. Cheval. [Michel] 

Grésillonner v.n. Demander du 
crédit. 

Grevier # s.m. Forme de griviei'. 
[LarcheyI 

Gréviste O s.m. Ouvrier en grève. 

Grèzillon s.m. Prise de tabac. 

Griaches % s.f.pl. La tinette dans 
les prisons. 

Gribier 9 s.m. Soldat. [Larchey] 

Griblage # s.m. Plainte. [Delvauj 
— De grubUvy grogner. 

Gries.m., Grielle s.f. #Voy. Gt'is. 
Froid. 

GrilTard s.m. Chat. 

Grlffarde # s.f. Plume. [Rigaud] 

Griffer • v.a. = Grifler. || i. Vo- 
ler. [Delval] Il 2. Prendre, saisir. 

Griffeton 9 s.m. Soldat. 

Griffeur % s.m. Brigadier de 
prison. 

Griffon # s.m. Faire griffon, s'oc- 
troyer la plus grosse pari dans le 
partage d un vol. 

Griffonnante # s.f. Plume. 

Griffonner # v.n. Jurer. 

Griffonneur s.m . Voy. Ba6(72ard. 

Griffer # v.a. Voy. Griffer. 

Grigne s.f. Grimace. 

Grigner v.n. (irimacer. 

Grignon 9 s.m. Juge. [Higaud] 

Grillante # s.f. Cigarette. 

Griller O v.a. Griller une sèche^ 
en grillei* une^ fUmer une ciga- 
rette. — ' Griller quelqu'un^ le 
dénoncer. — Affaire gnllée, af- 
faire manquée. — Etre grillé, 
avoir son crédit coupé, avoir 
' perdu la confiance. 

Grilleur0s.m. Fumeur. [Larcuey] 

Grilleuse s.f. Grilleuse tie blanCy 
repasseuse. [Delvau] 

Grimé # a. Arrêté. — Var. de 
gripper, agripper. 

Grimoire # s.m. Gode pénal. [Del- 
vau] — Grimoire mouchique, ca- 
sier judiciaire. 

Grimpant s.m. Pantalon. 



Grinchage s.m. — GrinchiS' 
sage. Vol. 

Grinche s.m. =: Grincheur = 
Grinchisseur. Voleur. 

Grincher % v.a. || 1. Grogner. 
Il 2. Voy. Grinchir, 

Grincheur % s.m. Voy. Grinche, 

Grincheux s.m. Grognon. Gro- 
gnard. 

Grinchir v.a. =:zGi'incher, Voler, 
(voir au dict. fr. arg. les mots 
Vol, Voler, Voleur,) 

Grinchissage # s.m. Voy. Grin- 
chage, 

Grinchisseur s . m .Voy. Gi'inche, 

Gringalet O s.m. Avorton. 

Grlngue s.m. Pain. — Marchand 
de grlngue, boulanger. -• 

Grinte s.f. Figure renfrognée. 

Gripis9 s.m.:= Grippe-fleur=z Gris- 
pin = Grispis, Meunier. 

Grippard = Grippart s.m. 
Chat. 

Grippe # s.f. Signe de reconnais- 
sance, de ralliement. 

Grippe-cheville % adv. Faire 
gnppe'Cheville, voler. 

Grippe-fleur % s.m. Voy. Gripis. 

Grippe^ésns # s.m. Gendarme. 

Gripper v.a. Saisir. 

Gris (le) (V) s.m. = Grie = Grielle, 
Il 1. Le froid. || 2. Le vent. — On 
dit faire grise mine, pour rece- 
voir froidement. 

Grisaille s.f. Sœur de Charité. 

Grisbis 9 s.m. Argent, monnaie. 

Grise O s.f. et a. fj 4. £n voir de 

gnses, avoir du mal, avoir de la 

peine, des malheurs successifs. 

Il 2. Sœur grise. Sœur de charité. 

Griserie O s.f. Légère ivresse. 

Grisotter (se) O v.pr. Se griser 
légèrement. 

Grispin =. Grispis 9 s.m. Voy. 
Gripis. 

Grive 9 s.f. || 1. Garde, patrouille. 
— Cribler à la grive, crier à la 
garde. — Corps de grive, corps de 

iO 



GRIVETON. 



— 146 — 



GUEULARD. 



ffarde. — Hmmais de grive , uni- 
forme. Il 2. La guerre. 

Griveton # s.m. Voy. Griffeton, 

Grivier # s.m. Grevier. Soldat. — 
De grive, guerre. — Griviei- de gaffes 
senlinelle. 

Grohant (B) 9 s.m. Porc. U a un 
groin. 

Groin s.m. La bouche, la par- 
tie inférieure du visage. — Se lé- 
cher le groin, s'embrasser. 

GroUer © v.n. Gronder. 

Gromiau s.m. Gamin. 

Grondin # s.m. Porc. 

Groom O s.m. Jeune valeL — Du 
vx fr. gromme, serviteur. 

Gros O s.m. Le commerce en 
pros. — Travailler dans le gros, 
il est dans le gros, faire, ou être 
employé dans le commerce de 
gros. — Gros frères, cavaliers de 
réserve. 

Grosse # a. Grosse cavalerie^ les 
plus grands criminels du bagne, 
rélat-major du crime. — Grosses 
lèvres, pot de nuit. 

Grotte # s.f. Etre à la grotte^ être 
au bagne. 

Grouchy O s.m. Article arrivé en 
relard à Timprimerie, comme 
Grouchy à Waterloo. 

Grouiller (se) # Se dépêcher. 

Grouillis-groDiilot0s.m. Fouil- 
lis, grouillement. 

Groulasse = Groale s.f. = 
Trottin. Apprentie. — Prov. 
groultty m. s. 

Groumer v.n. Grogner, gronder. 

— Holl. gromme, [Timmermans] 
Grouper v.a. Arrêter, saisir. 

— De grup (V) pendu, accroché. 
Grubler % v.n. Grogner. 

Grue O s-f- Il *• Prostituée. Du 
vx fr. gruis, m. s. ribaude, grus. 
Il 2. Niaise, imbécile. || 3. Faire 
le pied de grue, attendre. 

Gruerie O s.f. || 1. Balourdise. 
Il 2. Réunion de femmes ga- 



lantes, (c Les Folies sont le ren- 
dez-vous de toute la gruerie pari- 
sienne. » 

Grame (V) s.m. Ce mot désignait 
les arbres qui souvent rempla- 
çaient la potence, au moyen âge. 
S. pr., bois ayant encore son 
écorce. Voy. Grimes. 

Grup (▼) s.m. et a. Pour gruppé, 
pris. Pendu, accroché. 

Gruppelin (V) s.m. Petit pot. — 
Dim. de Crupault, v.c.m. 

Grupper (V) v.a. Prendre, arrêter, 
saisir, voler, accrocher. — Vxmot 
fr. devenu gripper. Voy. Agrafer. 

Gruyère s.m. Morceau de 
gniyèi*e, visage marqué de petite 
vérole. 

Guadeloupe s.f. Bouche. 

Guano s.m. Excrément quel- 
conque. [DelvauJ 

Guedouze % s.r. = Guidouze. 
La mort. 

Gueliel (B) n.pr. Le diable. 

Gnelte O s.f. = Fruge. Remise ou 
prime accordée à un vendeur sur 
certaines marchandises. 

Guelter O v.a. = Fruger. Mettre 
de la guette (v.c.m.) sur certaines 
marchandises. — Article guetté, 
article sur lequel il y a une prime 
pour le vendeur. 

Guenard (chas.) s.m. Voy. Gnare. 

Guenaud9 s.m.,Guenaude, s.f. 
Sorcier. 

Guenille s.f. = Guenillon s.m. 
Souillon. Guenipe. 

Guenon s.f. = Singesse. Pa- 
tronne; (la femme du singe.) 

Guérite s.f. Guérite à calotin, 
confessionnal. — Officier de gué- 
rite, simple soldat. 

Guette s.f. Gardien. — Chien de 
bonne guette, chien de garde. 
— Etre de guette, être sur ses 
gardes. 

Gueulard % s.m. || 1. Poêle. 
Il 2. Sac, bissac. — Gueularde 



GUEULARDISC. 



— 447 — GUINCHEUR. 



s.f., pochCybesacc. || 3. Gourmand, 
gourmet. 

Gaeulardise s.f. || 1. Gourman- 
dise. M Totor, lu n*auras plus de 
raisiné, ce serait de la gueular- 
dise à la fin. » |l 2. Friandise. 
« Tous les dimancnes, on se paye 
pour dessert une petite gueular- 
dise. » 

Gueale © s.f. Bouche. — Casser 
la gueule^ donner des coups vio- 
lents sur la figure. — Faire sa 
gueule, bouder, faire le dédai- 
gneux. — Avoir une bonne gueule , 
avoir une figure avenante, sym- 
pathique, ou un visage grotesque. 

— Taire sa gueule, se taire. — 
Fort en gueule, fanfaron, brail- 
lard. — Avoir la gueule de bois, 
avoir le palais desséché le lende- 
main d'une noce. — Rincer la 
gueule à quelqu'un, payer à boire. 

— Se rincer ta gueule, boire. — 
Porté sur sa gueule, qui aime ù 
bien boire et manger. — GueuU 
d*empeigne, gueule de raie, sale 
gueule, vilaine figure. — Donner 
un coup de gfueti/e,crier,chanter. — 
Avoir de la gueule, avoir de la voix. 

Gueulée s.f. Repas, nourriture. 

— Chercher la gueulée, chercher 
de quoi manger. 

Gueuleton s.m. Repas, banquet, 
noce. 

Gueuletonner v.n. Banqueter, 
faire la noce. 

Gueusard O s.m. Mot d'amitié. 

Gueuse Os.'f. Prostituée. — Courir 
la gueuse, courir après les femmes. 

Gueux s.m. Petit pot en grès 
qui sert de chaufferette, (v.c.m. 
au F. A.) 

Gueux-Gueux s.m. Mot d'a- 
mitié. 

Guibe =:z Guibolle = Guiboune 
= Guiches.f. = Guibon s.m.= 
Gigue, Jambe. Du gr. yuiov m. s. 
-^ Guibe à la mangtie, jambe para- 



lysée. — Guibe de satou, jambe de 
bois. — Jouer des guibolles, mar- 
cher, courir, s'enfuir. — % Gui- 
bonne carrée, jambon. 

Guibollard Q s.m. = Jocrisse = 
Calino. Niais, imbécile. 

Guibolle, Guibonne, O ® ctc< 
Voy. Guibe, 

Gniche n.pr. Duc de Guiche . 
= Guichemar, guichetier, gardien 
de prison. 

Gniche # s.f. = Rouflaquette = 
Accent, Jm Guiche^ ensemble des 
souteneurs. 

Gare au bataillon d*Ia guiche; 
C'est nous qu'est les dos. 

(Chant, de* Gueux.) 

— Les guiches, les cheveux. 

Gnichemar 9 s.m. Voy. Guiche, 
n.pr. 

Gnidouze % s.f. Voy. Guedouze, 

Gnignard O s.m. Individu qui à 
la guigne, v.c.m. 

Guigne O s.f. = Déveine. Guignon. 
Malchance. De guigner, regarder 
à la dérobée, guetter ; pour les 
personnes superstitieuses la gui- 
gne est un maléfice produit par 
le mauvais œil, voy. Jettator, 

Guigne -à -gauche. Guigne -à- 
droite s.m. Borgne. 

Quignolant Qa, Pour guignonnant, 
Malheureux,déplorablc,ennuyeux. 

GuignoUe # s.m. Gendarme. 

Guimbard 9 s.m. = Panier à sa- 
lade, voy. Paniei', 

Guimbarde s.f. j| 1. Guitare. 
Il 2. Mauvaise voiture, vieille 
voiture. || 3. Porte. [Riga un] 

Guinal 9 s.m. Juif. 

Guinaliser v.n. et v.a. || 1. O 



2. Circoncire, 
i. Bal public, 
2. s.f. Danse. 



v.n. 

Faire de l'usure. 
Guinche 9 s.m. | 

bal de barrière. 

— De gigue j ïambe; à rapprocher 

de guinguette. 
Guincher v.n. Danser. 
Guincheur # s.m. Danseur. 



GUINDAL. 



— 448 



HANE. 



Guindal s. m. Verre. — Enfla' 
le guindal, boire. — Faire un 
guindaly boire à la ronde. 

Guinder(thé.) v.a. Guinder les por- 
tes, attacher les battants de porte 
avec des ficelles. 

Guinée O Nymphe de Guinée, né- 
gresse. 

Guinguette s.f. Grisette qui 
fréquente les guinguettes, les ca- 
barets où Ton danso. 



Guirlande # s.f. Chaîne d'accou- 
plement des forçats. 

Guirlandeur Q s-^^* Flatteur. 

Guitare Q s.f. || 1. Rengaine. — 
Cest toujours la même guitare, 
il répèle toujours la même chose. 

Jl 2. Plainte ; le son monotone 
e la guitare ressemble à une 
plainte incessante. 
Gy • adv. || 1. Voy. Gi. \\ 2. = 
Girol, soit. [P. Boissière] 



H 



Ha O = Pschutt = Vlan. Élé- 
gant ; exclamation admirative. 

Habillé s.m. Habillé de soie^ 
porc; (J.d.m.) habillé de soies. 

Habiller v.a. || i. Médire. || 2. 
Réprimander. — Habiller quel- 

. çutin,endiredumal.72ra6ien/ia- 
billél » (par ir.) — v.pr., S'habil- 
ler en sauvage, se mettre nu. — 
S'habiller de sapin, mourir. 

Habin (B) 9 s.m. Chien. 

Habiner % v.n. et v.a. Mordre. — 
Pour happer. [Timmermans] 

Habit O s . m. Habit du père Adam, 
nudité. — O Habit rouge. Anglais. 
— Habit noir \\i. Bourgeois. 
(Delvau) Il 2. Menteur. (Rigaud) 

Habitant s.m. Vermine. 

Habitongue # s.f. Habitude. (Mi- 
chel) 

Hàblichon # s.m. lenteur du fr. 
hâbleur. 

Hacher O v.a. Hacher de la paille, 
prononcer mal le français comme 
certains Allemands. (Rigaud) 

Haire (V) s.f. Peine, exclamation 
douloureuse, lamentation, gémis- 
sements. 



Sans faire baire 
Ne bault braire. 



(Villon). 



Hàle (V) s.m. Voy. Halle, s.m. 

Halénes # s.f.pl. == Alênes, Outils 
de voleur. 

Halle (V) s.m. Pour hâle. Air sec 
et chaud qui brunit le teint. — 
Etre mis au hâle signifiait être 
pendu. 

Halle s.f. Halle aux draps, lit. 

Hallebarde Q s.f. // tombe des 
hallebardes, il pleut à vous trans- 
percer comme le feraient des 
nallebardes. 

Hallegrnp (V) s.m. Gibet. Potence. 
— De halle et gi-up v.c.m. 

Halot O s.m. Soufflet. Voy. HalU. 

Haleter % v.n. et v.a. || 1. Souf- 
fler. || 2. Souffleter. 

Halo tin % s.m. Soufflet de che- 
minée. (Rigaud) 

Hancher (se) v.pr. Se camper 
sur la hanche. 

Handicap (sport) s.m. jj 1. Course 
dont la distance et les poids ne 
sont indiqués qu'après rengage- 
ment. Il 2. # Jeu de la consolation, 
v.c.m. 

Handicaper = Handicapeur 
(sport) s.m. Celui qui établit une 
échelle de poids selon la valeur 
des chevaux dans un handicap. 

Haae # s.f. Bourse. Casser la 




HANOCHE. 



— 449 — 



HERBE. 



hanCf voler la bourse. Du celti- 
que han^ maison, logis (Fargent 
loge dans la bourse). 

Hanoche (B) s.f. Jument. 

Hanois (B) s.m. Cheval. 

Hanneton Q s.m. Idée fixe. — 
Avoir un hanneton ou une arai- 
gnée dans le plafond y être un peu 
fou. — Encore son hanneton ou 
son araignée qui le travaille, il 
déraisonne. 

Happer v.a. Fuir. 

Et lai soudain de happer le taillis ; 
Laissant le pauvre sot dedans le margouilUs. 

(Gbardval). 

Happin s.m., Happine s.f. % 
Chien. (Grandval) 

Happiner 9 v.a. Mordre. 

Harauder v.n. Médire. — De 
haro. 

Hardi a. Hardi à la soupe, pa- 
resseux! 

Hareng 9 s.m. Faire des yeux de 
hareng, crever les yeux. 

Haria s.m. = Aria, Embarras. 

Hariadan- Barber eusse 9 n.pr. 
Le Christ. (Vidocq) Pour Havria- 
dan, de Targ. Havre, Dieu, et de 
la terminaison an, qui se rencon- 
tre dans Nathan, Mathan, etc., et 
allus. à la couleur de la barbe du 
Christ. 

Haricauder v.n. Chamailler. 
(Delvau) — En patois normand, 
haricoter. 

Haricot O s.m. Les Haricots ou 
Vhôtel des Haricots, autrefois pri- 
son de la garde nationale. — # 
Haricots verts, apprentis voleurs. ; 
— Il agrippe, il ^atte. Il est jeune i 
(vert). — Le haricot lire son nom , 
de la vrille ou crochet au moyen 
duquel il se soutient en grimpant. 
Hark en holl. veut dire râteau, 

f>etite herse. Var. de harpion, 
TiMMERMANS] 

Haricotteur % s.m. Bourreau. 
Harmonie # s.f. Paire de V har- 



monie, faire du vacarme. (Grand- 
val) 

Harnaché a. Mal habillé. (Del- 
vau) 

Harnais s.m. Habits. — Harnais 
de grives, équipement militaire. 

Harpe % s.f. Barreau de fer gril- 
lant la fenêtre de prison. — Pin- 
cer de la harpe, être en prison. — 
Jouer de la harpe, tricher au jeu. 

Harpigner (se) v.pr. Se battre. 

Harpion s.m. =:Arpion. Main, 
pied. (Grandval) 

Harponner # v.a. || i. Arrêter. || 
2. Assaillir. 

Haat-de-tire % s.m. Culotte. 

Hante Q s.f. La haute, la classe 
riche de la société. = High-life. 
« Etre de la haute, » — La 
haute bicherie, ensemble de fem- 
mes galantes richement entrete- 
nues. 

Hauteur Q s.f. Etre à la hauteur, 
être capable, intelligent (sous-ent. 
de sa tâche, de sa mission ou de 
son mandat). 

Hantocher % v.n. Monter. (Del- 
vau) 

Hant-temps # s.m. Voy. Autan. 

Havane O s<m. || i . Petit chien de 
race havanaise. || 2. Tabac ou ci- 
gare de la Havane. Il 3. Couleur 
marron clair comme le tabac de 
ce nom. 

Havre (V) 9 s.m. Le Grand Havre, 
Dieu. — un havre signifie au pro- 
pre un port, un renige. Dieu est 
le havre où le pêcheur trouve son 
salut. — D'après A. Vitu, il se 
peut que havre ait été employé 
pour afire, cruauté, horreur. ~ 
Havre ou avre , par j.d.m. de 
rang, over, supérieur. [Tihmer- 

MANSj 

Herbe s.f. L'herbe à la vache, 
le trèfle (jeu de cartes). — Manger 
Vherbe par la racine, être enterré. 
— Herbe sainte, absinthe (plante).. 



HERBIÈRE. — 150 — 



HOUSTE. 



Herbiëre s.f. = Femme sauvage, 

prostituée qui fait son métier dans 

tes champs. 
Hérésie Q s*^* Hérésie en amour, 

pédérastie. 
Hérétique O s.m. Hérétique en 

amour, pédéraste. 
Herpe (B) s.m. Liard. 
Herplis # s.m. Liard. 
Hers O S'ïï>- Maître. (Larchet) — 

De Tall. Herr, monsieur. 
Hiboa O s.m. = Attristé. Voleur 

qui opère la nuit. 
Hic O s.m. Voilà le hic! voilà le 

point difficile I la difficulté. . 
High-Life (le) O (^ngO s.m. = 

La haute v.c.m. (m. à m. la haute 

vie). Le grand monde. — a. = 

Select, distingué. 
Hirenalle (V) s.f. Le hérissement 

des cheveux. De Tang. hair, che- 
veux, et nail, clou. 
Hirondeau s.m. Atelier de 

tailleur où l*on change souvent 

d'ouvriers. 
Hirondelle s.f. || 1. Ck)mmis 

voyageur. — 2. Ouvrier tailleur, 

nomade, || Hirondelle de grève, 
■ gendarme. || Hirondelle d'hiver 

— 1. Marchand de marrons. — 2. 
Ramoneur. || Hirondelle de la 
mort 1. Croquemort. || 2. Gen- 
darme qui assiste à une exécution 
capitale. || IHrondelledeponts,yaL' 
gaDond,qui couche sous les ponts. 

Hisser v.a. Appeler en sifflant. 

(Rigaud) 
Histoire s.f. Parties génitales. 

— Les histoires, les menstrues. — 
Pour; histoire de rire, pour rire. 

Hitz (Y) s.pl. Cordes. En fr. his- 
ser, élever, hausser à Taide de 
cordage. 

Homard s.m. || i. Soldat de la 
ligne. (Delvau) || 2. Spahi. (Ri- 
ga un) — Faire cuire son homard, 

• rougir = Piquer un fard. 

Homicide s.m. L'hiver (il est 



fatal aux malades et aux malheu- 
reux). 

Homme 0O s.m. Mon homme, mon 
mari, -r- (typ.) Homme de bois, 
ouvrier qui seconde le metteur en 
pages. — Homme de qualité, sou- 
teneur. — Homme à femmes, 
amateur de femmes. — Homme de 
paille = Prête-nom, individu res- 
ponsable d'une affaire dirigée par 
un autre. — Homme au sac, 
homme riche. — Homme sand- 
wich, individu qui se promène 
dans les rues avec une affiche 
devant et derrière lui. — 9 
Homme de lettres, faussaire. 

Hommelette s.f. Individu sans 
force, sans énergie. 

Honnête (V) # s.m. Le printemps. 

Hôpital # s.m. Prison. (Vidocq) 

Hoquette (la) (B) s.f. Balle du 
gueux, qu'il portait sur le dos. 

Horizontale O s.f. Femme ga- 
lante. 

Horloger s.m. Mont-de-piété. 
— Mettre sa montre chez Vhorlo- 
ger, la mettre au mont-de-piété. 

Homangier (V) (obsc.) v.a. Ck)T- 
ter. — De l'esp. horno, four. 

Horreurs s.f.pl. || i. Propos liber- 
lins. c< Dire des horreurs. » || 2. 
Libertinage. «Faire des hometirs. » 

Horse-steak O s.m. Biflek de che- 
val (ang.). 

Hosto 9 s.m. Prison. — Du vx fr. 
hostel, maison. 

Hôtesse (r) # s.f. La Mor^e. 

Hotterian s.m. Ghifl'onaicr, qui 
porte la hotte. 

Houillier s.m. Vendeur au ra- 
bais de gibier avarié. 

Housette s.f. Botte. — Traîne- 
cul les housettes, individu dont le 
fond de culotte tombe sur les 
talons. (RicHfPiN) 

Houssine # s.f. Bâton. = Jean de 
VHoussine. 

Honste # adv. Filez, allez-vous-en. 



nUBIN. 



— 151 — 



IDÉE. 



— Houste à la paillej allez-vous- 
en. 

Hubin 0s.in.= Huppin, Mendiant 
disant avoir été mordu par un 
chien enragé et aller en pèleri- 
nage à Saint-Hubert. (Larchet) 

Hagrement (adv.) Beaucoup. 

Huile # s.f. = Beurre. || 1 . Argent. 
Il 2. Vin. — Huile blonde, bière. 

— Huile de bras ou de poignetSy 
force musculaire. — Huile de co- 
IretSj coups de bAton. — Jeter 
de Vhuile, être bien mis, avec re- 
cherche. 

Hailer v.a. Huiler la pince à 

quelqu*un = Graisser la patte, 

donner de Targent dans la main. 
Huileux O s.m. = Embaumé = 

Gommeux = Qui jette de Vkuile. 

Elégant prétentieux et ridicule. 
Huissier s. m. Concierge. 
Huître O s.f. Il 1. Niais, imbécile. 

Il 2. Crachat. 
Hultrlfler O v.a Abrutir. 
Humecter (s') O vpr. S'humecter 

les amygdales, boire. 
Humilié (D s.m. Le dos ; (il se 

courbe racilement.) 
Hunter (sporl)s.m.Cheval de chasse. 

(ang.) 
Hnppln s.m. Voy. Hubin. 
Hure s.f. Visage', figure. — Se 

faire ratisser la hure, se faire 

raser. 
Huré (B)0s.m. || 1. Mauvais vin. || 

2. Huré couchant, le soleil. || 3. 



Huré Razis, évoque. || 4. Riche, 
dansTarg. desvoleurs,pour Aupp^. 
(Larchey) 

Hurepols a. Excellent. 

Hurf O a«inv. ets.m. =: Urf=Chxc, 
V. ces m. — Bruit se produisant 
lorsqu'on absorbe une boisson, 
comme pschutt, quand on la siffle 
et qu'on la trouve délicieuse. 

[TlMMERMA!^s] 

Hurler O v.n. Chanter, crier. 

Hurlubler s.m. jj 1. Vagabond 
(Richepin)|I2. Idiot. Il 3. Fou; 
Var. de hurluberlu. 

Hurme (V) s.f. La forme. — C'é- 
tait la case ou cellule du pilori ou 
du gibet de Montfaucon. ^ De 
l'esp. horma, forme. 

Hussard s.m. Husaard d'ab- 
baye =■ Gendarme de la guillotine 
ou de la veuve, gendarme qui 
assiste aux exécutions capitales. 
— Hussard à quatre roues, con- 
ducteur d'artillerie. 

Hussarde 0s.f. Voy. Absinthe. 

Hust-must 9 int. Grand merci ; 
(Grandval) pour : 1 thank y ou 
much; (ang.) m. s. [Timmermans] 

Hydropique s.f. Femme en- 
ceinte. 

Hye (V) s.f. Membre viril, puis- 
sance virile. 

Prince planteur quand tous aauldrez la hye. 

(Villon), 

Hyer (V) v.n. Coïter. 



I désigne le cœur dans l'arg. des 
grecs. Ainsi, pour faire savoir à 
un joueur si son partenaire a 
beaucoup de cœurs dans la main, 
le compare commence une phrase 
par un I : c< Il y a du monde ici 



ce soir. » — S désigne le trèfle, 
M le pique, V le carreau. 

Iclcallle=Iclgo=:Igo 9 adv.Ici. 

Idée O s.f. Une idée, un peu, un 
rien. « Une idée d'absinthe avec 
beaucoup d'anisette. » ^ Donner 



IGNORAMUS. 



— 152 



INFECT. 



des idées à quelqu'un^ lui inspirer 
des désirs amoureux. 

Ignoramus = Ignorantin O 
s.ni. Frère ignorantin, Frère de la 
Doctrine chrétienne. Par ext. du 
nom à'ign&i'antins que se don- 
naient à eux-mêmes les membres 
d'un ordre religieux fondé en 1495 
en Portugal, et introduiten France 
par Marie de Médicis. 

Illégitime s. 2 g. || 1. Maîtresse 
de mari. || 2. Amant de femme 
mariée. (Larcuey) 

Illico O IM- adv. Immédiatement. 
— Motlat.,m.s. ||2.s.m.Grogcon- 
foctionné en fraude dans les hô- 
pitaux. (Larchey) 

Il pleut O Formule négative. 
« Payes-tu à diner? — // pleut. — 
// pleut à verse ^ jamais de la vie. 

Imberbe # a. Vierge. 

Imbiber (s') O v.pr. Boire. 

Immense O ^- Extraordinaire, 
« Cest immense! » ce mot a été 
popularisé par l'acteur Daubray 
dans « La Jolie parfumeuse ». 

Immobilité O ^-f* Mercenaire de 
l'immobilité, modèle de peintre. 

Immortel O ^*^- Académicien. 
« Les quarante immortels ». 

Impair Q s.m. Bévue. — Paire un 
impair, échouer ou commettre 
une bévue. — Il n'y a pas d'im- 
pair, il n'y a pas de danger. 

Impavide O ^- Brave, (qui ne trem- 
ble jamais.) 

Impayable O &• Curieux, réussi. 

Impénétrable % s.m. Coffre-fort. 

Imper a. et s.f. ||1. Impérial. 
(abrév^ll 2. Impériale d'omnibus. 

Impériale O s.f. Barbe taillé^ en 
pointe sous le menton, comme la 
portait Napoléon III. 

Impossible Q a. Excentriaue, ri- 
dicule, Costume impossible, cos- 
tume grotesque, ou simplement de 
mauvais goût. 

Impôt 9 s.m. Automne. 



Impressionnisme Q s.m. École de 
peiriture ultra-réaliste. (Rigaud) 

ImpressionnisteQ s.m. Qui fait de 
la peinture ultra-réaliste. 

Impare O s.f. Femme galatite. 

Incohérent O s. et a. m. Les arts 
incohérents, le bal des incohérents, 
rexposition des incohérents, réu- 
nion de jeunes gens, et souvent 
d'artistes de talent qui, dans le 
seul but de rire et d'amuser le pu- 
blic, font des excentricités. 

Incommode % s.m. Réverbère, 
lanterne. La lumière gène les 
malfaiteurs. 

Incommodé # a. Être incommodé, 
être pris en flagrant délit. 

Inoonnobré 9 a. Inconnu. 

Inconséquence O s.f. Légèreté de 
paroles, de conduite. 

Inconséquent O s.m. Léger dans 
ses paroles ou dans sa conduite , qui 
parle sans songer aux conséquen- 
ces que son langage pourrait avoir. 

Incurable # s.m. Condamné à 
mort. 

Indécrottable O ^- Incorrigible. 

Index s.m. Travailler à Vindex, 
travailler à prix réduit. 

Indicateur. Q s.m. Individu qui 
indique aux policiers les mauvais 
cou[)S préparés par des malfai- 
teurs dont il est Vami et souvent 
le complice. — Délateur. 

Indienne # s.f. Habits, vêtements. 

Indifférer © v.n. Ça m'indiffère, 
ça m'est égal. 

Indigent © s.m. Voyageur d'im- 
périale d'omnibus. (Rigaud) 

Indompté # s.m. Cofl're-fort. 

Inexpressible O s.m. Pantalon. 

Infante Q s.f. Mon infante, ma 
maîtresse. 

Infanterie © s.f. Entrer dans l'in- 
fanterie, élre enceinte; J.d.m. 
sur enfanter. 

Infect O «• C'est infect! c'est mau- 
vais, c'est dégoûtant. 



INFECTADOS. 



— 153 — 



ITOU. 



InfectadosO&*in* Cigare d'un sou. 

Inférieur Q a. Celam'est inférieur ^ 
cela m'est égal. (Rigaud) 

Infirme O &• ^t s.m. Homme nul, 
incapable. — Jouer comme un 
infirme, mal jouer. 

Influencé O ^- -^^^^ influencé, 
commencer à ôtre gris. 

Ingliche = Inglichmann O s*^* 
Anglais. 

Ingrat % a. Être ingrat, ne pas 
savoir voler. 

Ingre % (B) s.m. Ck)uteau. 

Ingriste Q s-n^- Peintre deTécole 
dlngres. 

Ingurgiter Q v.a. Ingurgiter son 
bilan, mourir. 

Inoulsme O s.m. C*est ruisselant 
d^inouïsme, c'est incroyable, extra- 
ordinaire, inouï. 

Inquiétude s.f. Avoir des in- 
quiétudes dans les mollets, avoir 
envie de donner un coup de 
pied. 

Insecte s.m. || 1. Volaille. ||2. 
Oiseau. (Rigaud) 

Inséparables O s.m.pl. ||1. Es- 
pèce de petite perruche qui ne 
peut vivre qu'étant accouplée. || 2. 
Cigares qui se vendent par deux; 
(pour 15 cent.) 

Insinuant % s.m. Apothicaire. 
(Rigaud) 

Insinuante 9 s.f. Seringue. 

Insinuation % s.f. Clvstère. 

Insolpé 9 a. et s.m. Insolent. 

Inspecteur O s.m. Inspecteur des 
pavés II 1. Flâneur. || 2. Employé 
qui cherche une place. 

Inspiré 9 s.m. Front. 

Installer (mil.) v.a. Exposer le 
fourniment pour l'inspection. 

Instantanée O s* f* Prostituée, (ses 



amours ne durent qu'un instant) 
Matrone. 



Institutrice s.f. Maquerelle 



Instruit % a. Etre instruit, être 
adroit voleur. 



Insurgé s.m. Insurgé de Romilly, 
étron. 

Interver % v.a. Voy. Enterver, 

Interviei«rO s.m. Entrevue, (angl.) 

Interviei«rer O v.a. Avoir une en- 
trevue avec une personne pour ob- 
tenir d'elle des détails sur une 
chose qu'elle connaît particulié- 

. rement, ou sur sa vie, ses habitu- 
des, sa manière de travailler. 

Intime s.m. O (thé.) Claqueur. 
(Larchey) 

IntransigeantQs.în. Homme poli- 
tique aux idées arrêtées, n'admet- 
tant aucune transaction. 

Inutile O s.m. Notaire. 

Invalidé O s.m. Député dont 
l'élection est annulée par la Cham- 
bre. 

Invalo s.m. Invalide. 

Invite s.f. Invitation secrète. — 
Faire une invite à Vas; (expression 
du jeu de whist.) 

Ipéca (mil), s.m. Médecin; (abrév. 
d'ipécacuana.) 

Irlande n.pr.f. || 1. (enf.) En- 
voyer en Irlande! au jeu de bille, 
c'est envoyer à droite ou à gau- 
che. Il 2. # Envoyer en Irlande, 
expédier un objet de la prison. 

Ironiste O s.m. Gouailleur, mo- 
queur, persifleur, railleur. « A 
peine quelques ironistes se sont- 
ils souvenus de l'admirable fable 
des Animaux malades de la peste. » 
[Fr. Coppée] 

Isolage 9 s.m. Abandon. 

Isoler 9 v.a. Abandonner. 

Isoloir O s.m. || Se mettre surViso- 
loir, 1 . Se séparer de ses anciens 
amis. 2. Jouer un solo. 

Italiques O &• ^^ s.m.pl. (lyp.). 
Avoir les jambes italiques, être 
bancal. 

Itou adv. Idem; même; aussi. 
Du lat. item, qui vient du skt. 
iti, ainsi : Dérivés fr. identifier, 
identique. 



ITRER. 



— 154 — 



Itrer % v.a. Avoir, posséder. — Se 
conjugue sans le t : Ires-tu une 
cibige? as-tu une cigarette ? 

Ivoire O s.m. Faire un effet 



JAB. 



(i'tvoire, rire en faisant voir une 
jolie denture. — Taquiner Vivoire^ 
jouer du piano. 



Jabot s.m . Estomac. Poitrine. 
— S^arroser le jabot, boire. — 
Faire son jabot, se bourrer de 
nourriture. Var. de gaviot, 

Jaboter.9 v.a. et v.n. Interroger. 

Jacasse Os.f. Bavard. 

Jacasseur Q s.m. Bavard. 

Jacobin % s.m. Pince à effraction. 

Jacqueline s.f. |[ i. Sabre (Mi- 
chel). Il 2. 9 Prostituée. 

Jacques O n.d.b.m. || 1. Jacaues 
fionAomme,lc peuple français. || 2. 
Imbécile, niais. Faire le Jacques, 
faire Timbécile. || 3. Faire Jac- 
ques Déloge, s'en aller clandesti- 
nement. Il 4. 9 Pince à effraction. 

Jacquets s.m*. Mollets. — Grand 
Jacquot, bavard importun et sot. 

Jactage s.m.. Jactance s.f. O ==. 
Bagou, v.c.m. Bavardage. Ext. du 
s. fr. 

Jactation s.f. Yov. Jecligation. 

Jacter v.n. || 1. Parler. || 2. Ra- 
conter. Il 3. Crier. « Jacter un bo- 
niment, » 

Jacteur s.m. || 1. Causeur, ora- 
teur. Il 2. Bavard. 

Jaffe © s.f. Soufflet. 

Jaffier % s.m. Jardin. 

Jaffln 9 s.m. Jardinier. 

JafXle % s.f. Soupe. 

Jalo 9 s.m. Chaudronnier, qui tra- 
vaille le cuivre «jaune », en ang. 

yellow. [TiMMERHANS] 

Jambe s.f. Ça te fait une belle 
jambe, tu es bien avancé. '^Jam- 
bes en coton, jambes molles. — 
Jambes en manches de veste, jam- 



bes torses. Bancal. — Faire jambe 
de vin, boire vaillamment. — S'en 
aller sur une jambe, ne prendre 
qu'un verre en passant. — Lever 
la jambe, danser le chahut, v.c.m. 
— Faire tine partie de jambes 
en Vair, sacrifier à Vénus. 

Jambon s.m. M 1. Guitare. || 2. 
Mandoline. || 3. Cuisse. 

Jambonneau s.m. || 1. Ife plus 
avoir de chapelure sur le jambon- 
neau, n'avoir plus de cheveux sur 
la tête. Il 2. Mandoline. — Gratter 
du jambonneau, jouer de la man- 
doline. 

Jambonner % v. Battre à coups 
de pied. 

Jappe s.f. Bavardage, caque- 
tage. — Avoir de la jappe, bavar- 
der. — Tais ta jappe! tais-toi. Du 
fr. japper, aboyer, fig. crier. 

Jaque s.m. Vêtement, jaquette. 
Le jaque était autrefois un vête- 
ment dos hommes de guerre, le 
plus souvent fait de peau de cerf. 

Jaquette 9 s.f. Bavard , menteur. 

Jar s.m. = Jars. Argot. — Dévi- 
der, entrave^', jaspiner le jars, par- 
ler argot. — Du fr. jars, mâle de 
Toie. On dit le jarsjargonne pour 
exprimer le cri de cet animal. 
Villon emploie le mot ger pour 
jars; parler en gier, c'était parler 
le jargon. — Dévider le jars est 
une allusion à l'expression de 
Targ. des marins ang. : to spin a 
yarn, dévider du fil, enfiler une 
longue histoire [Iimmeamans]. 



JARDIN. 



— 155 — JÉRUSALEM. 



Jardin s.m. Jardin des claqués y 
cimetière. — Faire du jardin sur 
quelqu*unf se moquer. 

Jardinage s.m. || i. Moquerie. 
Il 2. Médisance. 

Jardiner v.n. et v.a. Se mo- 
quer. — Jardiner qnelqu^un,\e faire 
parler, lui faire dire ce qu'il cher- 
che à cacher. — Syn. de bêcher 

. quelqu'un, lui donner des coups 
de bec. 

« Les gODciers qui nous jardinent, 
I s'ront vraiment yiés. » 

J. RicHEPi!!, Chcuu. des Gueux, 

Jardineur s.m. Celui qui cher- 
che à faire parler q.q., à le faire 

avouer. 
Jardinier # s.m. Voleur. Voy. 

Charriage. — Racoleur de dupes 

(navets) pour les maisons de jeu. 
Jargolle 9 n.pr.f. Normandie. 

(Pays du jargon). 
Jargollier % s.m. Normand. 
Jargouiller % v.n. Baragouiner. 
Jargner O v.a. = Dévider lejar, 

v.c.m. 
Jarnaffe # s.f. Jarretière. 
Jarret (mil.) s.m. Lever le jarret, 

marcher en colonne. 
Jarretière s.f.# Ghainede montre. 
Jars s.m. Voy. Jar, 
Jarvillage 9 s.m. j| 1. Entretien. 

Il 2. Confidence. 
Jarviller # v.n. || 1. Parler. ||2. 

Faire des confidences. 
Jasante % s.f. Prière. 
Jaser 9 v.n. Prier. 
Jaseur 9 s.m. Prôtre qui dit la 

messe. 
Jaspin # Il 1. adv. Oui. || 2. s.m. 

Bavardage. 
Jaspinage 9 s.m. Voy. Jaspin (2). 
Jaspinement % s.m." Aboiement. 
Jaspiner^ v.a. et v.n. || 1. Causer, 

bavarder. || 2. Aboyer — Var. de 

japper. 
Jaspineur # s.m. || i. Bavard. || 

2. Chien. 



Janne # s.m. || 1. Eté. ||2. Eau- 
de-vie. Il 3. O Etre peint en jaune, 
être trompé par sa femme, jj 4. 
Hire jaune, c'est faire contre for- 
tune bon cœur, paraître satisfait 
quand on ne Test pas. 

Jaanet s.m. Pièce d*or. 

Jannier s.m. Débitant d'eau- 
de-vie. 

Javanais O s.m. Langage conven- 
tionnel qui consiste à intercaler 
dans les mots les syllabes va ou 
av. Ex : « C'est simple et facile, » 
« ce vast sivample avet façavile. » 

Javard # s.m. Lin. Il est javelé, 
mis en faisceau. 

Javotte s.f. Bavard. 

Javotter v.n. Bavarder. 

Jean de la Vigne # Crucifix. 
L*ar^otier appelle la vigne, la 
calvigne à rapprocher du mot 
calvaire, montagne où le Christ 
fut crucifié. 

Jean de l'Houssine # Voy. Hous- 
sine. 

Jean-Fesse = Jean-Foutre 
Vaurien. Canaille. 

Jean-Jean O s-™- IM* Nigaud, 
niais. || 2. Jeune soldat, recrue. 

Jean-qui-ne-peut j Impuissant. 

Moyqui n'ai pas le nei d'eslre Jean-gui-ne-peut. 

(M. RâciiEa, sat. XI). 

Jean-Raisin O Vigneron. 

Jectigation s.f. = Jactation. 
Mouvement inquiet des malades. 

Jèdot (polytech.) s.m. La pluie 
(m. à m. jet d'eau). — On prétend 
que ce mot doit son origine à un 
M. Jédot, professeur de lavis. 
(Larchey) 

Non, jamais d*la vie 

JVavais vu pareil jV(fof , 
Et comme j'étais sans parapluie 
Il m*eût plus plu qu'il plût plus t6t. 

Jérusalem n.pr.f. O Lettre de Jé- 
rusalem, lettre écrite de la prison 
en vue d'extorquer de Targent. — 
Jénisalem-poney, âne (Slang). 



iÈSABEL. 



— 4b6 — 



JOLI-CŒUR. 



j' 



Jésabel (St-G.) n.pr.m. Ragoût. 

Jésaite 9 s. m. Il 1. Cafard, hypo- 
crite, jj 2. Dindon. — Les jésuites 
ont importé le dindon aAmérique 
sous le règne de François I«^ 

Jésus % s. m. Il \. Petit-Jésus, 
petit enfant, innocent. || 2. Jésiis 
à quatre sous, petit enfant malin- 
gre et souffreteux. || 3. Jeune gar- 
çon (sodomitc). 

Jet % s.m. Canne, jonc. 

Jetar == Jetard 9 s.m, Cachot, 
prison, salle de police. 

Jeté © a. Etre jeté, être soûl (Ri- 
ga ld). 

Jetée # s.f. Mètre. 

Jeter v.a. Jeter du cœur sur du 
carreaUy jeter son lest, vomir. — 
Jeter un froid, produire une im- 
pression pénible. — Jeter de la 
grille à quelqu'un, c'est lui lire sa 
condamnation. — % Jeter une 
mandole, gifler. — Jeter au feu, 
dénoncer. 

Jettator Os.ni. Mot italien qui si- 
gnifie « Jeteur de sort », celui qui 
est doué du mauvais œil, supersti- 
tion généralement admise en Ita- 
lie = Comète,. 

Jeu O s.m. Il 1. Etre vieux jeu, 
élre en retard sur le progrès. || 2. 
Faire le jeu, (sport) faire prendre 
à un cheval la tète de la course au 
début, afin d'obliger les autres à 
dépenser toute leur force et de 
pcrmellre à un second cheval de 
la même écurie de gagner la 
course. || .3. Q Le gi^andjeu, chez 
les cartomanciens, le grand jeu 
de tarots. || 4. Raffinements volup- 
tueux. Il 5. # Assassinat. 

Jeune O || 1. a. Pas si jeune, pas 
si bêle. — Il est trop jeune, il 
manque de savoir, d'expérience. 
Il 2. Faire le jeune homme, s'amu- 
ser, sortir sans sa femme pour 
aller faire une partie de plaisir. 
Il 3. Avoir son jeune homme, son 



petit jeune homme, être gris. || 4. 
s.m. Petit d'un animal. « Un 
jeune de chien. » 

Jepne-France O n.pr.f. || i. On 
appelait ainsi le parti des roman- 
tiques vers 4830. |j 2. Les Jeune- 
France, la jeunesse. 

Jeunesse O ^•^' Jeune fille. 

Ji # adv. = Gi, Oui. 

Jiclep= Jigler v.a. etv.n. © Voy. 
Gicler. 

Jinglard s.m. Yoy, Ginglard^ 

Jiroble 9 a. = Girofle, Joli. 

Job 0s.m. Niais, benêt. — Monter 
le job à quelqu'un,\Q tromper. — 
Se monter le job, s'illusionner. 
« Allons donc, ce jjarçq^-là se 
monte le job, il croit que c*est 
arrivé. » (Abrév. de Jobard.) 

Jobard O s.m. = Job. Niais, ba- 
daud. Du vieux mot jobelin, lan- 
gage des jobs (voleurs) , qu'ils 
employaient pour tromper les 
jobelins, c'est-à-dire les niais 
qu'on enjobeline. 

Mais pour mieux, rônjobclincr 
Diclc»-lui ce qu'il ne fut onc 

{Farce de Calbain), 

Ce mot se trouve dans la plupart 
des dict. fr., et ne se retrouve ici 
que pour expliquer ses dérivés. 

Jobarder O^'î^- Tromper, duper. ' 

Jobarderie O s.f. Badauderie, 
voy. jobard. 

Jobelin 9 s.m. Langage qui sert à 
tromper les niais, yoy. jobard. 

Jobisme O s-"^- Pauvreté, dénue- 
ment. — désignation dans le 
malheur, ail. à Job de l'Ancien 
Testament. 

Jocko O s.m. et a. Boulanger. — 
Pain jocko, pain long. 

John-Bull O ^^ peuple anglais. 

Jojo a. et s.m. Joli (abrév.). — 
Faire son jojo, faire l'enfant, 
faire l'imbécile. 

Joli-cœur O s.m. Homme douce- 



JOLIESSE. 



— 157 — 



JUGBOTTE. 



reux. — Faire le joli-cœur^ dire 
(les fadaises. 

Joliesse Q s.f. Beauté, u La jo- 
liesse d^unc fille. » 

Jonathan n. pr. O ^rère Jonathan^ 
le peuple des Etats-Knis. 

Jonc # s.m. Or. — Bob en jonc, 
montre en or. — Etre sur les joncs, 
ôtre en prison. 

Joncher (V) # v..a. || i. Dorer. || 
2. Tromper. 

Joncherie (V) # s.f. Tromperie. 

Jonoheur % s.m. Trompeur. 

Jonclier 9s.m. Orfèvre. (Larchey) 

Jonquille O ^* ^^<'^< jonquille 
mari trompé, (allusion à la couleur 
de la jonquille). 

Jordonne O Madame Jordonne, 
femme autoritaire, (j.d.m.) 

Jorne # s.m. Jour. 

Joseph n.d.b. || 1. O Cocu. || 
2. Homme chaste. — Ne fais donc 
pas ton Joseph, ne fais pas l'inno- 
cent. || 3. Papier Joseph, sorte de 
papier à filtrer (du nom de Tin- 
venleur Joseph Montgolfier). 

Joséphine n.d.b O Faire sa José- 
phine, faire la prude. 

Jouaillon = Jouasson O s.m. 
Joueur qui joue mal, qui ne sait 
pas jouer. 

Jouasser = Jouailler Q v.a. 
Mal jouer. 

Joues.f.©Scca/er/iesjOMes,manger. 

Jouer Qy.ii et v.n. Jouer de quel- 
qu'un, le faire marchera sa guise. 
« Alida joue du petit Gaston, elle 
le fait casqucr dur. » — Jouer 
la fille de l'air, jouer des flûtes, 
s'en aller, s'enfuir. — Joueides 

• dominos, manger. — Jouer de 
Vorgue, routier. — % Jouer de la 
harpe, jouer du violon, scier des 
barreaux de fer. — Jouer du fifre, 
se passer de manger. — Jouer du 
vinfft'deux, jouer du couteau, 
poignarder. — (Joueurs) Jouei^ le 
point de vue, voir par-dessus les 



cartes du banquier. — Jouer le 
cadavre, ne se mettre à jouer que 
lorsque la chance s'est déclarée, 
achever la ruine du perdant. 
(Larchky) 

Joufllu © s.m. Voy. Giffault. 

Jouste © adv. = JÙxte. Près, con- 
tre. — Lat. juxta. 

Jonvins O s.m. pi. Gants; (du nom 
d'un fabricant renomméj. 

Joyeuse % s.f. Epée, rapière ; (du 
nom de l'épée de Gharlemagne.) 

Joyeux © (mil.) s.m. Les joyeux, 
soldats des bataillons d'Afrique. 

C'est DOU8 les joyeux^ 

Les petits joyeux, 
Qui n*ODt pas froid aux châsses, 

Les petits joyeux. 
Qui D'oot pas iroid aux yeux. 

(A. BauAXT.) 

Jubile (la) © s.f. Peau économisée 
par l'ouvrier gantier sur celles 
au'on lui a confiées pour tailler 
aes gants. — GVst la gratte qui 
change de nom. 

Juc (V) s.m. Perchoir. — Lat. jm- 
^um, sommet, hauteur ;fr. jucher. 

Judacer © v.a. Trahir. 

Judalser % v.a. Voy. Judacer. 

Judas O n.pr. m. Traître. — Baiser 
de Judas, baiser hypocrite. — 
Bran de Judas, tache de rousseur. 
— Le point de Judas, le nombre 
13; (De Judas, disciple qui tra- 
hit et livra Jésus-Christ.) 

Judasser © v.a. Vov. Judacer. 

Judasserie © s.f. 'fraltrise. 

Judée 9 n.pr.f. Préfecture de 
police (située autrefois dans la rue 
de Jérusalem.) 

Juge © s.m. Il Juge de paix © I. 
Bâton. — 2. Jeu de cartes, tourni- 
quet de marchand de vin ; (j.d.m.) 
c'est lui qui désigne le perdant, 
celui qui paie. 

Jugeotte s.f. Il 1. p Bon sens. || 
2. Jugement, opinion. — Avoir de 
la jugeotte, avoir du bon sens, du 
jugement. 



JUGULANT. 



— 158 — 



LACET. 



Jugulant O 3* Ennuyeux. 

Juguler O v.a. Ennuyer, impor- 
tuner. Du fr. jou£, lat. jugum, 

Jules n.d.b. Tinelte, pot de 
chambre. — (miL) Tint les oreil- 
les à JuleSf porter la tinetle dans 
la fosse, -r- Passer la jambe à JukSy 
vider la tinette qui sert aux hom- 
mes punis de salle de police. 

Jumelles 9 s.f.pl. Fesses. 

Jupasse = Jupière s.f. Con- 
fectionneuse de jupons. 

Juponnier s.m. Homme qui court 
après les femmes. 

Jus 0s. m. Il i.Vin. \\2,0 Avoir du 
juSj avoir de Télégance, du chic. 



3. Jus de chique, jus de cha- 
peau, mauvais café. || 4. Donner 
du jus de bâton, battre. || 5. Jus 
de réglisse, nègre. 

Juste 9 s.f. La cour d'assises. 

Juste-milieu s.m. Derrière. 

Justification (typ.) s.f. Faire la 
justification, arranger les lignes 
d'une composition selon la largeur 
du format. 

Justine I n.d.b. f. Marier Justine, 
prendre une décision subite. 

Juteux I s.m., Juteuse s.f. Elé- 
gant. Voy. Jus (2). — Excellent. 

Juxte 9 adv. \oy. Jouste. 

Jy # adv. Voy. Gy, 



K 



Kangurou O s.m. Vol au kan- 
guroUy vol commis par des femmes 
dans les magasins ou aux étala- 
ges, elles cachent les objets dans 
une grande poche dissimulée sous 
la robe. Voy. Enquillcuse, 

Kaoudji s.m. (mil.) (ar. al.) 
CM, 

Kébir s.m, (mil. ar. al.) Chef de 
corps. 

Kif-kifadv.0(ar. al) Pareil, équi- 
valent. = Kif'kif bouricot. 

Kilo s.m. Il 1. Litre de vin. jj 2. 



Faux chignon. || 3. Poser un kilo, 
faire ses besoins. 

Klebjer v.n. Manger. — Du 
slave chleba, pain. 

Krach s.m. O = C^<^ (^)- Malheur, 
Ruine. Effondrement d'une affaire 
ou de plusieurs affaires qui ont des 
affinités. « Le krach des cuivres 
faillit être fatal au Comptoir d'es- 
compte. » Le dictionnaire hollan- 
dais-français d'Abraham Blusse 
(1811), donne ce mot avec ce sens^ 

Kyrielle s.f. Quantité. 



Labadens O s.m. Ancien condis- 
ciple. 

Labago 9 adv. Là-bas. 

Là-bas adv. || 1. Elle est là-bas, 
=A/a campagne, elle esta Saint- 
Lazare (prison). \\ 2, % =: La 
Nouvelle, le bagne. 

LAbatrock # s.m. Tabac* 



Labourer O v.n. Préparer un 
travail. 

Lac — s.m. Etre dans le lac, être 
perdu, se trouver dans une situa- 
tion désespérée. Du fr. lacs, 
piège, on dit tenir quelqu'un dans 
ses lacs. 

Lacet s.m. jj 1 . Casser son lacet 



LACEUR. 



— 150 — 



LAMPISTRON. 



divorcer, action de se séparer 

Il 2. 9 s.m.pl. Menottes. 
Laceur % s. m. Etranglcur. — 

Gendarme. 
liftchage s.m. Abandon. 
liftohard rr= Liâchetozi % s.m. 

Diamant de vitrier. 
liftche a. et s.m. Réciter la prière 

de saint Liiche, dormir. 
Lâcher v.a. O Abandonner, 

délaisser. « Lâcher d'un cran. » 

— Lâcher le coude : Allons, lâche- 
moi le coude f laisse-moi tranquille. 

— Lâcher la perche, la rampe, 
mourir. Q Lâcher l^eau, lâcher 
Vécluse^ uriner. — (thé.) Lâcher la 
scène, mal jouer. — Se lâcher, 
v.pr., expulser un vent. — Se lâ- 
cher d'une tournée, payer à boire. 

Lâcheur O s.m. Celui qui aban- 
donne ses amis au moment où 
ils comptent sur lui ; c'est un trou- 
ble-féte. 

Lacromuche # s.m. Maquereau. 

Lad (sport) s.m. Valet d'écurie 
(mot. ang.). 

Laffe 9 s.f. Soupe. 

Lago # adv. || 1. Là. || 2. Yoy. 
Suint-Lago. 

Lagout # s.m. = Agout. Eau. 

Laigre # s.L = Lègre. Foire. (Ri- 
ca id). 

Laine s.f. Avoir de la laine, 
avoir de l'ouvrage. — # Tirer la 
laine, voler; j.d.m. sur alênes, 
outils de voleurs. 

Laine # s.m. Mouton. 

Lairrer # v.a. Assembler. 

Laisée # s.f. Prostituée (m. déf. 
pour baisée), « Et de sa laisée àoni 
il ne fout rien, moi j'en aurais fait 
une femme colosse ». (J. Riche- 
pin.) = Lèsebombe, Lésée. 

Laisser v.a. Laisser ses bottes 
quelque part, laisseï' fuir son ton- 
neau, mourir. — Laisser pisser le 
mérinos, attendre le moment fa- 
vorable. — Laisser tomber son 



pain dans la sauce, être malin. 

— Se laisser aller, se décourager et 
se négliger. 

Lait 9 s.m. Lait à broder, encre; 
c'est aussi « la salive » avec 
laquelle le prisonnier écrit entre 
les lignes à Tencre qui sont lues^ 
au greffe de la prison ; lorsque le 
destinaire veut faire apparaître 
récriture cachée, il lui suflît de 
badigeonner la lettre avec de 
Tencre ordinaire, et ensuite de la 
laver à grande eau, le procédé . 
est simple et facile, un de nos 

f)lus habiles agents de la sûreté, 
e brigadier R, Ta exécuté devant 
nous en moins de temps qu'ils 
n'en faut pour l'expliquer. — Lait 
de cartauaier, encre d imprimerie. 

Laïus O s.m. Discours. — Piquer un 
laïus, faire un discours. — Sécher 
le laïus, ne pas faire sa composi- 
tion en discours français. 

Lambin s.m. jj i. O Jeune niais. 
Il 2. (mil.) Recrue; (qui ne sait pas 
manœuvrer.) 

Lame Q s.f. Tireur émérite à 
l'épée. — Vieille lame, vieux ca- 
marade de régiment. — Fine lame,. 
homme malin, spirituel. — Etre 
couché sous la lame^ être enterré.» 

La Mine % n.pr. Le Mans. 

Lampas s.m. Gosier. 

Lampe | s.f. Verre à boire (F.- 
M.). — // n'y a plus d'huile dans la 
lampe, il est affaibli, sur le point 
de s'éteindre; (de mourir.) 

Lampe-â-mort s.m. Buveur,* 
ivrogne incorrigible. 

Lampée s.f. Gorgée. 

Lampie % s.f. Repas. 

Lampion s.m. || 1. Bouteille. || 
2. CEil. — Lampion fumeux, œil 
chassieux. — Eteindre ses lam- 
pions, dormir. || 3. Chapeau haut- 
de-forme. Il 4. Agent de police. — 
Lampion rouge, poste de police*- 

Lampistron % s.m» Lanterne. 



LANÇAGE. 



— 160 — 



LAiNTERNE. 



Lançage O s.m. Action de lancer, 
v.c.m. 

Lance s.f. || 1. Eau, pluie. |J 2. 
Tuyau d'arrosage. Voy. Lancier. 
|| 3. Lance de saint Crépin, alône 
QC cordonnier. 

Lancô © Il 1. Légi'renienl pris de 
boisson. Il 2. s.ni. Coup de pied, 
lancé dans le vide ou sur q.q. 

liancequine s.f. Pluie. — De 
lance. 

Lancequiner v. n . = Languiner, 
voy. Lansquiner, 

liancequineur s.m. Voy. Lans- 
quineur. 

Lancer || 4 . v.a. O Mettre en relief, 
donner un renom. — Lfincer une 
femme, la produire dans le monde 
galant. — Lancer son prospectus, 
attirer Tattention, se faire remar- 
quer. — (Thé.) Lancer le mot, 
accentuer un trait d'esprit. — || 2. 
O Se lancei\ v.pr., s'enhardir. 
Il 3. v.n. Pisser. 

Lanceur Q s.m. Celui qui sait faire 
valoir une affaire; qui la lance. 
« Lanceur d'affaires. >» 

Lanceuse Q s.f. Ancienne femme 
f;alante qui fait Téducatiou des 
jeunes, qui les lance. 

Lancier s.m. || 1. Q f-»^^ Lanciers, 
genre de quadrille à la mode sous 
le règne de Napoléon III. || 2. 
Lancier du préfet, arroseur pu- 
blic. Il 3. Individu quelconque. 

i}\i6 quj'y fouirai dans la trompette, 
A c'IanrierXà., s'il vient ^i^ant? 

(J. RicHRPiN, Chanson dv$ Gueux.) 

Lancinant O &• Ennuyeux, embê- 
tant. 

Lanciner O v.a. Ennuyer, embêter. 

Landau s.m. Landau àbaleines, 
parapluie, [(iranpval] 

Landernau Q n.pr. Il y aura du 
bruit dans Landernau, on en par- 
lera, cela fera du bruit. 

Landier # || 1 . s.m. Employé d'oc- 
troi. Il 2. a. Blanc. 



Landiére s.f. Boutique de foire. 
— De Landit, foire. 

Landore # s.m. Paresseux ; pour 
l'endormi. 

Landreux % a. Malade. 

Langue Q s.f- Lawjue verte, langage 
oui tient le milieu entre l'argot 
des voleurs et le langage popu- 
laire : c'est l'argot du peuple, lan- 
gage vert, âpre comme le fruit 
qui n'est pas mûr. — Avaler sa 
langue, mourir. — Donner sa 
langue au chat, renoncer à devi- 
ner. — Langue fourrée, <* miscerc 
linguas oscuiando. » (obsc.) 

Languilleur O s.m. Individu qui 
examine la langue des porcs aux 
abattoirs afin de s'assurer s'ils 
sont sains. 

Languiner % v.n. = Lancequiner 
=z Lansquiner \\ 1. Pleuvoir. 
Il 2. Pleurer. 

Lanlaire adv. O Envoyer faire 
lanlaire, envoyer promener. 

Lansquailler 9 v.n. = Lascniller 
= LescaiUer. Uriner. 

Lansque O s.m. Lansquenet, 
(abrév.) 

Lansquinage s.m. Ij i. Arro- 
sage. || 2. Pluie. Il 3. Pleurs. 

Lanaquine Q s.f. ^^ Lançe- 
quine. Eau, pluie. 

Lansquiner v.n. =: Lancequiner 
= Languiner. \\ 1. Arroser, mouil- 
ler. Il 2. Pleuvoir. || 3. Lansquiner 
{des châsses), pleurer. 

Lansquineur s.m. r= Lance- 
quineur. Arroseur. — Lansqui- 
neur du rif, pompier. 

Lanterne (6) s.f. ||i. • Fenê- 
tre. Entroïlei' à la lanterne, voler 
en s'introduisant par la foiiêlre. 
Il 2. Œil. Il 3. Ventre. — Avoir 
la lanterne, se taper sur la lan- 
terne, avoir faim, \o. ventre 
creux comme une lanterne. || 4. 
Vieille femme galante. || 5. liadou- 
ber la lanterne, bavarder. 



LANTERNER. 



— 161 — 



LARTON. 



I«anterner Q v-"- Attendre, faire 
attendre. « Il m'a lanteimé pen- 
dant six mois avant de se décider.» 
Du fr. lent, par j.d.m. sur lan- 
terne. 

Ijantiflère = Lafierotte # s.f. La 
Préfecture de Police. 

Liantimèche s.m. Père Lanli- 
mèchey allumeur de becs de gaz 
(Pour Vanti-mèche), 

Liantiponer % v.n. || 1. Attendre. 
Il 2. Bavarder. 

lianturlu O s.m. Hurluberlu. 

Laouth s.m. (ar.al.) Cheval. 

X«apinO s-m. Poaerun lapin^ ne pas 
aller à un rendez-vous. — Ne pas 
payer les faveurs d'une fille ga- 
lante. — # Lapin ferréy gendarme 
à cheval. — O^^ '"^^^ lapin, un 
homme fort, courageux. — Cest 
un fameux lapin (par iro.), c'est 
run homme de peu de valeur. — © 
Lapin de gouttière^ chat. — Etouf- 
fer un lapin, ne pas sonner l'en- 
trée d'un voyageur dans l'om- 
nibus. — Sentir le lapin, sentir 
des aisselles. — (Tvp.) Manger 
un lapin, aller à ^enterrement 
d'un camarade. — Un lapin, un 
pédéraste. 

Xarante 9s.f. Pièce de deux francs, 
corrup. de quarante (sous). 

Larantque # a.n. Quarante, m. 
déf. 

Xarbin s.m. || 1. Domestique. 
Il 2. Valet de caries. — Suce-lar- 
bins, bureau de placement. 

liarçon % s.m. Poche de pantalon. 

Ijarcottier0 s.m, =i Larguottiei\ 
Paillard, coureur de filles. 

Xard s.m. Q © ^^ f^^*'^ ^^ ^^^^y 
rester au lit. — Engraisser. - 
Perdre son lard, maigrir. — Faire 
son lard, se rengorger. — Sauver 
son lard, éviter un danger. % 
Manger du lard, trahir ses com- 
plices. — Un lard, une fille qui a 
un souteneur. « Mon lard est fait », 



« ma femme est arrêtée. » — 
Couenne de lard, brosse. 

Lardée (lyp.) s. et a.f. Composition 
lardée, composition faite de ca- 
ractères difi*érents. 

Larder O v.a. Larder quelqu'un, 
le percer d'un coup de pointe. — 
Se faire larder, recevoir un coup 
de couteau. 

Lardoire O s.f. Epée. 

Lardon # s.m. = Petit salé. En- 
fant. 

Large || 1 . O © »• Généreux. — // 
est large des épaules, il est avare. 

— Ne pas en mener large, être 
dans une position critique, mal à 
son aise. |f2. Dm large! place! 

Largonji s.m. Jargon, [m. déf.) 

— Le largonji, c'est le jargon à 
l'aide de mots déformés. Ex. : Le 
largonji des louchersbem, le jargon 
des bouchers. 

Largue % s.f. = Largue, Femme 
de voleur. — Largue d*altèque, 
jeune femme jolie. — Largue 
girofle, jolie femme. — Largue en 
panne, femme délaissée. — Lar- 
gue en vidange, femme en cou- 
che. — Largue capée, fille publi« 
que entretenant un voleur. Cor- 
ru pt. de Marque que l'on trouve 
dans Villon, m. s. 

Larguepè % s.f. Prostituée. 

Larguottier 9 s.m. Voy. Lar- 
cottier. 

Larme (typ.) s.f. Larme du compo- 
siteur, virgule. 

Larnac # s.m. = Arnache. Agent 
de police. 

Larque % s.f. Voy. Largue, 

Lartie = Lartif = Lartille = 
Larton # s.m. Pain. — Larton 
brutal, pain noir, (brut). Larton 
savonné, pain blanc. — Lartille à 
plafond, pâté, vol-au-vent. 

Lartin % s.m. Mendiant. [Grand- 
val.] 

Larton 9 s.m. Voy. Lartie, etc. 



LARTONNIER. 



— 162 — 



LÉGRË. 



Lartonnier % s.m. Boulanger. 

Voy. Larlie, etc. 
Lascailler 9 v.n. = Lansquailler, 

Pisser. [Grandval.] 
Lascar (mil.) s.m. || 1.0 Fantassin. 

Il 2. Homme rusé, malin. — De Par. 

el askaVf mol plus ou moins cor- 
rompu, rapporté d'Afrique par 

nos soldats. 
Latif 9 s.m. = Laitife, Linge 

propre. Il attifFe, il parc. 
Latin % s.m. Argot. — Parler la- 

Hn^ parler argot. 
Latte (mil.) s.f. Sabre de cavalerie. 
Lattife 9 s.m. Voy. Latif, 
Laumir % v.a. Perdre. — Ang. 

to losCf m. s. 
Laure 9 s.f. Lupanar. Du bas lat. 

laurdy monastère. 
Lavabe s.m. Billet de théâtre, 

contremarque. 
Lavage s.m. = Lessivage = 

Lessive, Vente au rabais, en solde. 

— Faire un lavage, se débarrasser 
de marchandises ou d'objets en- 
combrants ou inutiles. 

Lavasse s.f. || 1. Mauvaise bois- 
son. « C'est de la lavasse. » 
Il 2. Soupe dans les prisons. — 
Lavasse ministérielle, sou^e grasse . 

Lavement s.m. Personnage 
ennuyeux. — Lavement au veire 
pilé, verre d'eau-de-vie. 

Laver v.a. = Lessiver. Ven- 
dre. — Laver ses flrusques, ven- 
dre ses vêtements. — Laver son 
linge, j)urger une condamnation. 

— Laver son linge sale en famille, 
se disputer ou se dire des choses 
désagréables chez soi, de façon 
qu'on ne les entende pas. — Allez 
vous lavei^ allez vous promener. 

— 9 v.pr. Se laver, se confesser; 
avouer. — # Se laver les pieds, 
aller à la Nouvelle-Calédonie, aux 
travaux forcés. — Se laver le 
tuyau^ boire. 

Laveter v.n. Bavarder. 



A_B 

on 

MN 



CD 
iJ 



DP 



EF 
KL 
ÛR 




Laveteur s.m. Bavard. 

Lavette s.f. Langue. — Quelle 
lavette! quelle langue, quel ba- 
vard! 

Lavoir s.m. Confessionnal. 

Lazagne 9 s.f. Lettre. Balancei* 
une lazagne, envoyer une lettre. 
— Holl. lezing, lecture [Timmer- 

MANS.] — La- 

zague à Ves- 
lorgne, lettre en 
cryptographie. 
Les malfaiteurs 
ontraillemoyens 
de correspondre 
secrètement. 
Voici un des plus 
simples ; deux 
traits horizon- 
taux traversés 

par deux traits verticaux, au-des- 
sous, deux traits en X. Dans 
chacune des figures formées deux 
lettres de l'alphabet en suivant 
leur ordre ordinaire. Ex. : la let- 
tre A, se trouve dans la figure _| 
la lettre B, dans la môme figure 
et pour la distinguer de l'A, on 
ajoute un pomt à l'intérieur .j y 
on écrira ainsi le mot ADIEU : 

JL!JDi_>. 

Lazare % s.m.. Saint-Lazare (pri- 
son.) 

Lazzi-loff % s.m. Maladie véné- 
rienne. [ViDOCO.] 

Leader Q s.m. || 1. Principal ora- 
teur d'un parti politique. || 2. 
Porte-parole. 

Léche-cul s.m. Vil flatteur. 

Lécher v.a. O IM- Peindre trop» 
minutieusement.[DELVAU.] Il 2. 
Il ne s'est pas engraissé à lécher 
les murs, il aime à bien se nourrir. 

Lécheur s.m. Embrasseur. 

Légitime Q s. 2 ^, Mon ou ma lé- 
gitime, mon mari ou ma femme. 
— Manger sa légitime, se ruiner. 

Légre # s.f. Voy. Laigre. 



LËGRIER. 



— 163 — 



LIE. 



liègrier s.m. Marchand forain. 

Légume s.m. (mil.) Gi^os légume, 
officier supérieur. — Etre dans 
les légumes, ôtre influent, être 
parmi les personnages de marque. 

Legnmiste s.m. Végétarien. 

Lemice-Terrieuz O n.pr.m. Nom 
donné au farceur anonyme qui 
adresse aux journaux de fausses 
nouvelles *à sensation dans le but 
de mystifier le public ou les inté- 
ressés, (j.d.m.) 

Lentille 9 s.f. || i. Volée de coups. 
[Larchey.] Il 2. Punaise. !| 3. Grosse 
lentille, la Lune. 

Léon % n.d.b. Président de la 
cour d'assises. 

Lermon % s.m. Etain. 

Lermoner % v. Etamer. 

Lesbienne O s.f. Voy. Gougnotte. 

Lésebombe = Lésée % s.f. Fille 

. publique. Voy. Laisée. 

Lésinage % s.m. Lésinerie, éco- 
nomie excessive. 

Lésiner0v.n. Hésiter.— Ext.du s.fr. 

Lésineur % s.m. Poltron. 

Lessivage Q s.m. Voy. Lavage, 

Lessive % s.f. jj 1. Plaidoyer. 
Il 2.0 Changement, amélioration, 

. rénovation. « M. Glovis Hugues 
nous en promet : Le battoir qu'il 
faut à la grande lessive est au 
lavoir. » || 3. = Lavage, v.c.m. 
Il 4. Lessive de Gascon, retourner 
son linge sale, s'emploie au fig. 
« Le gouvernement et la majorité 
viennent de retourner leur che- 
mise et de faire, comme on dit, 
la lessive du Gascon.n IFr. Coppkb.] 

Lessiver v.a. ||i. Vov. Lnver, 
Il 2. # Défendre. =3. Dévaliser. 
— Lessiver un pante, dévaliser un 
bourgeois. 

Lessiveur % s.m. Avocat. 

Lest O s.m. Jeter son lest, vomir. 

Leuxdé % a.n. Deux. — Leuxdé du 
wéme pieu, jumeaux, (m. à m. deux 
du môme lit.) 



Levage Q s.m. Liaison galante 
facilement contractée. « Faire un 
levage aux FoIies-Bcrgére. » 

Levée O s.f. Arrestation. 

Léve-pieds # s.m. Escalier, 
échelle. 

Lever % v.a. || 1 . Voler. — Lever 
un pante, voler un natf. || 2. = 
Faire un levage, v.c.m. || 3. Lever 
le pied, s'enfuir. || 4. Prendra 
possession d'une valeur cotée à 
Bourse. [Rigaud.] || 5.(Typ.) Lever 
les petits clous, levei' la lettre^ 
composer. |l 6. 9 Arrêter. — Etre 
levé, ôlrc découvert. || 7. Q s.m. 
Lever-de-rideau, pièce de peu d'im • 
portance que Ton joue au com- 
mencement d'un spectacle. 



Leveur (lyp.) |] i.Bon leveur, com- 
* habile, 
la tire. 



positeur 



Il 2. # Voleur à 



Levier s.m. Evier. 

Levure s.f. Fuite. — Pratiquer 
une levure, s'enfuir, (m. à m. lever 
le pied.) 

Lexicon s.m. Q Caniche, (j.d.m. 
obsc.) 

Lézard s.m. || 1. O Paresseux. — 
Faire le lézard, se coucher au so- 
leil. Il 2. % Voleur de chiens. 

Lézarder Qv-n. Paresser, flâner. 

Lézine % s.f. Tricherie. 

Léziner % v.a. et v.n. Tricher. 

Lians (B) % s.m. Bras. 

Lice 9 s.f. Bas de soie. 

Lichade s.f. || 1. Embrassade. 
Il 2. Régalade. 

Lichard0s.m.=:LicAeMr, buveur. 

Liche II 1. s.f. Etre tn lich»^, 
être en noce. | 2. 9 a. Ivre. 

Licber0v.n. | 1. Boire. || 2. v.pr. 
Se licher la pomme, s'embrasser. 

Lichette s.f. Petite quantité, 
petit morceau. 

Licheur s.m. = Lichard, bu- 
veur. 

Lie s f . Lie de froment, excré- 
ment. 



LIÈGE. 



— 164 — 



LINCEUL. 



Liège # s.m. Gendarme (celui qui 
ligotte.) 

liiettes (B) s.f.pl. Aiguilletlcs. 

liiévre s.m. Lièvre de goutlièrCy 
chat. 

lignante (B) Q s.f. La vie. 

liignard s.m. |{ 1. Soldat d'in- 
fanterie de la ligne. || 2. (Typ.) 
Compositeur qui ne fait que Mes 
lignes de texte, de la composi- 
tion courante. || 3. (Journ.) Repor- 
ter payé à la ligne. 

Ligne O s.f. Tirer à la ligne ^ al- 
longer à plaisir un article payé à 
la ligne; le rédacteur s'appelle 
pécheur à la ligne, — Pécher à la 
ligne d'argent ^ acheter du poisson 
et faire croire qu'on Ta péché. 
— Avoir la ligne, avoir un profil 
pur dans ses contours. — ^Tvp.) 
Lignes à voleur, lignes trop blan- 
chies à dessein, de façon qu'il ne 
reste qu'un mot pour terminer 
l'alinéa par une ligne nouvelle 
payée comme entière. 

Lignotte % s.f. Voy. Ligottante, 

liigore 9 s.f. Cour d'assises. 

liigorniau s.m. Homme qui sert 
les maçons. — Paysan, homme 
grossier: «Va donc,hé ! ligorniau ! » 

lâgots (B) % s.m. Jarretières. 

Ligottage O i>*in* Action de ligot- 
ter, 

Ligottante =: Ligotte 9 s.f. = 
Lignotte, || 1. Corde pour lier les 
poignets des malfaiteurs. ||2. Li- 
gotte ri/larde ou de rifle ^ camisole 
de force. 

Ligotter O # v.a. || 1. Attacher les 
mains. 112. Attacher, lier forte- 
ment. « Renard ordonna à ses 
complices de ligotter le concierge 
sur sa chaise. » 

Ligottenr O s*'"* Celui qui ligotte, 

Voy. Ligotter, 
Lillange 9 n.pr. Lille. 
Lillois % s.m. Fil à coudre. — 

On fabrique beaucoup de fil à 



. coudre à Lille ou aux environs. 

Limace % s.f. || 1. Chemise. 
« En faisant son affaire sans 
limace, on ne laisse pas do pièces 
à conviction près du machabèe, et 
on n'a pas de raisiné sur sa 
pelure » [VAssassin nu, J. Riche- 
pin.) Il 2. Prostituée de bas étage. 

Limacier s.m. Chemisier. 

Limande s.f. Femme maigre. — 
Faire la limande y s'aplatir de- 
vant q.q. 

Limans (B) % s.m.j)l. Linceuls ou 
draps de liL Voy. Linceul, 

Limasse 9 s.f. Voy. Limace = Lime 

Lime (B) % s.f. || 1. Voy. Limace 
(1). Du vx fr. lime, m. s. au xiv« s. 
lat. limus, cotte. = Limasse \\2, 
Lime sourde, sournois. 

Limer v.n. Opérer lentemenL 
(obsc.) 

Limeur s.m. Celui qui lime, 
Voy. Limer, 

Limogëre % s. f. Femme de cham- 
bre. 

Limonade s.f. || 1. Eau. — Se 
plaquer dans la limonade, se jeter 
à l'eau. — Il 2,Etre ou tomber dans 
la limonade, être ruiné, tomber 
dans la misère. || 3. % Assiette. 
Il 4. Gilet de flanelle; de lime. 

Limonadier s.m. Limonadia* 
de postérieurs, i n fi rm ier. 

Limousin s.m. Maçon, (beau- 
coup de maçons sont Limousins.) 

Limousine s.f .Plomb en feuilles. 

Limousineur % s.m. Ouvrier cou- 
vreur qui vole des feuilles de 
plomb et se les enroule autour 
du corps. 

Limousinier s.m. Entrepreneur 
de maçonnerie. 

Linceul 9 s.m. Drap de lit. = Li- 
mans, Du vx fr. linceux m. s. 

Disant cecy, toujours son lit elle hrassoit. 
Elles linceuls Irop courts par les pieds tiras* 

[soil. 

(M. RCgxieh, sal. xi.) 



LINGE. 



— 165 — 



LONGUE, 



liinge 9 s.m. || 1. Joueur de bonne- 
teau. Il 2. Prostituée élégante. — 
Avoir son linge lavé y être arrêté. 
— O Avoir du linge, avoir de la 
toilette. 

liingè O ^' ^^^^ linge, avoir de la 
toilette, être bien mis. 

Lingre # s.m.=r Lingrue, couteau. 
De Yingre (B), m. s. mot qui n'a 
aucun rapport avec Langres, ville 
où Ton fabrique de la coutellerie. 

Ijingrer^9 v.a. = Linguer. Donner 
dcscou'psde couteau. \oy, Lingre. 

Lingrerie % s.f. Fabrique de 
couteaux. Voy. Lingre. 

liingriot s.'m. Canif, (dim. de 
lingre,) 

Lingae # s.m. = lingre. Couteau. 

. — Jouer du lingue = Lingrer, 
v.c.m. De ingre (B), couteau. 

liinguer % v.a. Voy. Lingrer. 

Linquec # a.n. Cincj. (m. déf.] 

lilnspré 9 s.m. Prince, (m. aéf.) 

Unvè # s.m. Un franc; (pour 
linvé londrès, vingt ronds, m. déf.) 

Lion O s.m. Le lion du jour, 
riiomme dont le public s'occupe 
momentanément, qui a une noto- 
riété quelconque, même dans le 
crime. 

liionceau O s.m. Jeune élégant 
ridicule. 

Lipète © s.f. Prostituée gour- 
mande. 

liipette s.m. Maçon qui fait des 
ouvrages grossiers. 

liipper v.n. Manger et boire. 

liiqaette 9 s.f. Chemise. — Dé- 
cairer le centre des liquettes, dé- 
marquer les chemises. 

JAre v.n. Lire aux astres, béer 
aux corneilles. — % Savoir lire, 
être expérimenté dans le vol. 

Lisdrè # a.n. Dix. — Un lisdré 
s.m. dix sous. (m. déf.) 

Lisette II 1. O n.d.b.f. Pas de ça 

• Lisette, formule négative. || 2. # 
s.f. Gilet, veste. • 



Lit s.m. Etre sous le lit, se 
tromper. 

Litrée O s.f. Un litre de vin. 

Litrer % v.a. jj 1. Contenir. || 2. 
Posséder. (Larchey.) 

Litron s.m. Litre. 

Locadier % s.m. Portier, celui 
qui tire le loquet. 

Locandier % s.m. Voleur qui, 
sous prétexte de visiter un loge- 
ment pour le M louer », prend ce 
qu'il peut. 

Locatis O s.m. Mauvaise voiture 
de louage. 

Loche s.f. Il 1. 9 Oreille, (allus. de 
forme.) || 2. Paresseux, (mou 
comme une loche.) 

Locher || i. v.n. Chanceler* — 
Faire comme celui qui aurait une 
luxation. [Timmermatis.] |[ 2. % v.a. 
et v.n. Ecouter. — Ail. lauschen, 

m. s. [TiMMERMANS.] 

Lofât =: LofTe = Loffiat s.m. 
Il i . Apprenti. — Innocent. || 2. a. 
Niais. — Maladroit. || 3. % a. 
Faux, mauvais. = Lophe. 

LoCatude s.f. Naïveté. — Bo- 
nisseur ou soliceur de lof/itudes, 
saltimbanque qui fait le boni- 
ment. 

Loir 9 s.m. Prison. 

Loivre a. et s.m. # Saoul : «i/ est 
loivre ». Ivrogne, « Quel loivre! » 
Déf. de poivre, v.c.m. 

Lolo O s.m. Lait. 

Lone % s.m. Sergent de ville. 

Long % s.m. || 1. Niais, imbécile. 
Il 2. Dupe. (Grandval). 

Longe # s.f. = Longue. Année de 
prison. — Tirer une longe, faire 
un an de prison. 

Longé a. = Lougé. Vieux, an- 
cien, âgé. 

Longie • s.f. Femme noncha- 
lante. 

Longin =: Saint-Longin =Lon- 
gis s.m. Lent. 

Longae# s.f. Voy. Longe. 



LONGUETTE. 



— 166 — 



LOUP. 



Longuette 9 s.f. Longuette de trè- 
fle, tabac à chiquer. 

LontoQ 9 n.pr. Toulon, (ana- 
gramme.) 

liophe # a. Vov. Loffat (3). 

Lopin s. m. Crachat. 

Loques s.f.pL Boutons de pan- 
talon en cuivre. 

Loqnenr % s.m. Dénonciateur. 

Lordant 9 s.m. Portier. De lourde 
v.c.m. 

Lorette s.f. O Nom donné aux fem- 
mes galantes vers i840; le quar- 
tier de Notre-Dame -de-Lorette en 
logeait un grand nombre. 

Lorgne 9 s.m. || i. Borgne. || 2. 
As. (cartes). |[3. Anus. 

Lorgnette s.f. Trou de serrure. 

Lot s.m. Gros lot, mal vénérien. 

Lon O s.m. Voy. Loup. 

Louasve 9 a. et s.m. Ivrogne. 

— Faire un louasve, voler un 
ivrogne. — Aller, du mot saoul. 

Lonba # s.m. Enfant. 
Loubion 9 s.m. Bonnet. 
Lonbionnier 9. s.m. Bonnetier. 

Voy. Loubion, 
Louchants (B) 9 s.m. pi. Yeux. 
Louche s.f. Il i. = Luche, Main. 

— Serrer la loucfiCf serrer la main. 
Il 2. 9 Police. — La louche re- 
nifle, la police est sur la trace. 

Louchèe s.f. Cuillerée. 

Loucher v.n. Regarder de tra- 
vers, en dessous, avec dé- 
fiance, etc., reluquer, — Loucher 
de la bouche, faire la grimace en 
riant. — Loucher de l'épaule, être 
bossu. — Loucher de la jambe, 
boiter. — Faire loucher quelqu'un, 
attirer son attention. — Faire 
loucher, mécontenter. — Ça te fait 
loucher, ça te contrarie. 

Loacherbem s.m. Boucher ; 
mot de largonji, 

Louchettes (B)9 s.f. pi. Les étoiles. 

Louchon s.m. Individu qui louche. 

Louchonne s.f. jjl. La lune. 



Il 2. Cuillère, du fr. louche, cuil- 
lère à pot. 

Loudiére s.f. Paillarde, (vx.) 

Looffe s.f. Vesse. 

Lonffer v.n. Vesser. — Ail. 
Luft, air. 

Louf&at s.m. Grossier, goujat. 

Louflon (F.-M.) s.m. Voy. Louve- 
tenu, 

Louf-Louf s.m. Mon gros tout- 
louf, mot d'amitié. 

Loufoque a. Aliéné, fou. Mot 
déf. avec le suffixe oquê, — Ma- 
niaque, monomane. 

Eite se moque 
Et ril tout bas 
Du vieux loufoque 
\}ui suit ses pas. 
{Pariiienne^ Victor MccsY/. 

Louftot (F.-M.) S.m. Voy. Louve- 
teau. 

Lougé 9 a. Vov. Longé, 

Louis n.pr.f. ]| i . Maîtresse. || 2. 
Prostituée qui a un souteneur. 

J'veux pas ciriinguer la peinture. 
Quand j*9iic' la pomme à ma Louis, 

(Cheuaon deê GueuXy J. Hichitir.) 

Il 3. Fille publique. Abrév. de 
Louis XV ', <f souvent, dans les 
maisons publiques, les filles se 
poudrent la tête et se posent des 
mouches à la mode du siècle der- 
nier. » (J. RiCHEPIN.) 

Louisette = Petite Louison 

s.f. Guillotine. 

Loulou O s.m. Mol d'amitié. 

Louloutte O s.f. Première dent 
d'un enfant. 

Loup O © s.m. = Lou, || 1 . Bévue, 
faute, erreur. — Faire un loup, 
se tromper, faire une sottise. 2. 
Lacune dans un manuscrit. 3. 
Dans Targ. des tailleurs, pièce 
manquée ou mal faite. i| 4. Dette. 
— Créancier. || 5. (thé.) Froid de 
loup, moment où la scène est 
inoccupée. || 6. Avoir vu le loup, 
être initiée aux mystères de Ta- 
mour. — Voy. Louter. 



LOUPAGE. 



— 167 — 



LUNE. 



Lonpage0s.ni. Voy. Loupe, 
Loupate s. m. Pou. (m. déf.) 
liOope s.f. Il 1. Paresse, fainéan- 
lise. Flânerie. 

C'est noDS qu'est les cirvaliers d'ia loiqie^ 
Pour Dc rien fair' nous nous iiàlons. 

{Chanton deê Guettx.) 

Lioupel % s.m. || 1. Pouilleux, 
(m. déf.) Il 2. Avare; ext. du s. 
précéd. 

Loaper v.a. Flâner, (vaguer 
comme le loup.) 

Lioupeur = Loupiat s.m. || 1. 
Flâneur. Celui qui travaille len- 
tement comme 1 ouvrier qui tra- 
vaille à la « loupe.» [Littré.] || 2. 
Rôdeur. 

Loupiau = lioupiot a. et s.m. 
||i. Jeune. Il 2. Enfant. 

lioupion s.m. Chapeau 
d'homme. 

lioardaut 9 s.m. Voy. Lourdier, 

lioorde s.f. || 1. # PoVte. Ce mot 
doit remonter à Tépoque où les 
portes se levaient. [Ch. Toubin.] 
Il 2. Hôtel garni. 

Lourdeau s.m. Voy. Loustaud. 

Liourdier s.m., Lonrdière s.f. = 
Lourdaul % Portier, concierge. 
Voy. Lourde (1). 

Lousquè 9 Sou. (m. déf.) 

liousse 9 s.f. La gendarmerie; (elle 
louche, elle reluque,) 

Loustaud := liousteau = liOusto 
s.m. = Lourdeau, || 1. Le dia- 
ble. — Envoyer à loustaud, en- 
voyer au diable. || 2. Allei* à lous- 
taud, aller en prison. 

liouter v.a. Mal travailler. — 
lj)uter une pièce = Faire un loup, 
v.c.m., manquer une pièce. 

Louveteau (F.-M.) s.m. = Louflon 
= Louftot = Louveton, Fils de 
franc-maçon. 

liouvetier s.m. Individu en- 
detté. 

LiOuvetonO s-ï^i* ^'oy- Louveteau. 
Luans (V, B) s.m.pl.*|| 1. Yeux. — 



De lucere, éclairer. || 2. Dés à 
jouer; par exL du sens précédent. 

Od polua des luans bas cl hault. 

(VlLLOR.) 

Ces luans étaient les des qu'on 
agitait de bas en haut avant de 
les jeter, et dont les points noirs 
ressemblent à des yeux. 

liUbre % a. Lugubre. (Richepin.) 

Luc s.m. En renversant le mot, on 
en trouve la traduction. « Bon" 
jour, Luc, » 

Lucarne s.f. = Monocle, Lor- 
gnon. — Crever sa lucarne, casser 
son lorgnon. 

Luche # s.f. Voy. Louche. 

Luchebem s.m. Boucher. 

Lncques # s.m. pi. Voy. Luques. 

Luctrème 9 s.m. Fausse clé. — 
Filer le luctrème, introduire une 
fausse clé dans une serrure. 

Luep (V) v.a. || 1. Eclairer. || 2. 
Voir. — Luer au bec, faire atten- 
tion. — Du lai. lucere, luire. 

Luire # s.m. et a. || l.Le cerveau. 
(Larchey.) Il 2. Joli. {Id.) 

Luis % s.m. Voy. Luisant (i). 

Luisant 9 s.m. || 1. = Luis = 
Luisard =z Luysard. Le soleil. || 2. 
Le jour. || 3. Luisants, sou- 
liers vernis, y 4. =:6owmeîix, élé- 
gant prétentieux. 

Luisante = Luisarde % s.f. || 1. 
La lune. || 2. Etoile. || 3. La nuit, 
(par antithèse.) || 4. Fenêtre. 

Luisard Voy. Luisant (1). 

Lumignon # s.m. Le grand lumi" 
gnon, le soleil. 

Lunch Os*ni. (angl.) Collation. 

Luncher O v.n. raire un lunch, 
v.c.m. 

Lundiste O s*'"* Critique de 
théâtres qui publie un article le 
lundi. 

Lune s.f. Derrière. — Avoir ses 
lujies, être de mauvaise humeur. 
— Pleine lune, figure bouffie. — 



LUNETTEU 



— 168 — 



mâghabée:. 



9 Lune à douze quartiers, la roue, 
instrument de supplice. — Q Faire 
un trou à la lune, faire faillite. 
Lunette © O s.f. Passer en lu- 
nette, tromper, nuire. — Etre 
Î>assé en lunette, avoir fait faillite. 
RiGAUD.) 

Laques = Luquets 9 s. m. pi. = 

Lucques. || 1. Faux papiers. || 2. 
Faux certificats. || 3. Images. 
(Grandval.) 

Larelure adv. Au hasard. 

Larette O s-^- U y cl belle lurette 
que, il y a longtemps que. 

Laron 9 s.m. Hostie. — Avaler 
le luron, communier. 

Lasie^ante s.f. Amante, maî- 
tresse. ^RlGAUD.) 

Lnsquin # s.m. Charbon. 



Lusquines 9 s.f.pl. Cendres. 

Lustre s.m. || 1. (th6.) O ^* c^e-r 
valiers du lustre, Isl claque. || 2. # 
Juge. 

Lustrer 9 v.a. et v.n. Ju^er. 

Lustucru s.m. Niais, imbécile. 
— J.d.m. : « UeusseS'tu cru? vi 

Luysard 9 s.m. Voy. Luisant (i)«. 

Lycée 9 s.m. Priaon. 

Lycéen 9 s.m. Détenu, prison- 
nier. 

Lyncher v.a. Appliquer la loi de 
Lynch, c'est-à-dire mettre à mort, 
sans jugement, un meurtrier pris 
sur le faiL 

Lyonnaise 9 s.f. Soierie. — Etre à 
la lyonnaise, porter une robe de 
£oie. 



M 



M désigne le pique dans Targ. 
des grecs. Voy. I. 

Maboul s.m. =: Loufoque, To- 
qué, fou, crétin. 

H&boulisme s.m. Crétinisme, 
imbécillité. 

Mao s.m. Abrév. de maquereau. 
Souteneur. 

Maca s.i. Mère maca, patronne 
de maison publique. — Maca suif- 
fée, riche maauerelle. 

Macabée. \oy. Machabée. 

Macabre (la) s.m. La mort. 

Macach int. == Zut, v.c.m. — 
Macach bono.\oy. Kifkifbourico. 
(Ar. Alg.) 

Macadam O s.m. Vin blanc 
doux, (allus. de couleur.) — Paire 
le macadam = Paire le boulevard, 
se dit des femmes galantes qui y 
exercent leur profession. 

Macaire Q °*pr- Filou affectant 
des manières distinguées = Ao- 



bert'Macaire, nom d'un person- 
nage créé par Frederick Lemaitre 
dans V Auberge des Adrets, 

Macaron # s.m. || 1. Délateur. || 2. 
Huissier.(allus.à ses panonceaux.) 

Macaronage # s.m. Délation. 

Macaroner 9 v.a. Trahir. — Se 
macaronerv.ur. Se sauver, (j.d.m. 
filer comme le macaroni.) 

Macaroni s.m.Q II i- Italien. || 2. 
La rente italienne : « Le macaroni 
a baissé. » 

Macédoine s.f. Combustible, 
briquettes, (arg. de mécan. de ch. 
de ter.) 

Mac-Farlane O s.m. Pardessus 
sans manches avec pèlerine, (mol 

ang-) . 
Machabée s.m. || i. Cadavre; 

(en général.) — Noyé ; (plus spé- 
cialement.) — Charogne. || 2. Juif. 
Il 3. Malade, (arg. des infirmiers 
miliL) Il 4. Souteneur. 



MACHABER. 



— 169 — 



MAIN. 



Macbaber v.n. Mourir. 

M&cber Q v.n. « Il ne l'a pas ma- 
chef » « il a dit cela crûment. » 

Machicot s.m. = Vieille mâ- 
choire, joueur maladroit. 

Mâchicoulis s.m. Subterfuges. 

Machin O s.m. Personne ou oojet 
dont on ne se rappelle pas le 
nom. — Monsieur Machin •= Mon- 
sieur Chose : « Passe-moi le ma- 
chi/L — Quel machin? — Tu sais 
bien, le chose. — Ahl oui,... le 
marteau. » 

Machine s.f.Q Œuvre dramatique. 

— Grande machine, pièce à spec- 
tacle, fc^erie. « Napoléon, cette 

. grande machine, décorée du nom 
pompeux d'épopée nationale. » 

— Machine à moulures, der- 
rière. 

Machinette Q s.f. Œuvre de peu 

• d'importance. 

Mâchoire O s.f. et a. Vieux, su- 
ranné. — Vieille mâchoire == Ma- 
chicot, incapable, imbécile. 

Maçon s.m. Pain de quatre 
livres. [Larcbey.] 

Maçonne s.f. Araignée. 

Macquart s.m. Voy. Maquart. 

Macque s.m. Voy. Mac, 

Macquiller (V) v*a. = Maquil- 
ler, v.c.m. Il 1. Manger. Du lat. 
maxilla, mâchoire. 

Où gtlremcnt on maquillait rifTauU. 

(ViLLOX, Jpbelinxv* siècle.) 

Le Jargon disait maquiller m. s. || 
. 2. Travailler. || 3. Faire.— Ail. 
. machen, faire. 
Macrotage s.m. Voy. Maque- 

reautage. 
Macroter v.n. et v.a. Voy. Ma- 

quereautei', 
Macrotin0s.m. Jeune souteneur. 

— Dim. de maquereau. 
Maculature s.f. Attraper une 

maculature, se soûler. 
Madeleine n.d.b. O Prostituée 



repentante. — (arg. des grecs). 
— Faire suer la Madeleine, tricher 
péniblement. [Larchet.] 

Mademoiselle s.f. Mademoiselle 
Manette, Voy. Manette. 

Madras # s,m. Cigare. 

Madrice # s.f. Malice. — Du fr. 
madré, rusé, adroit. 

Madrin # a. Malin« — Du fr. 
madré, rusé. 

Madrouillage # s.m. I| i. Du- 
perie. Il 2. Tricherie. 

Maestroquet O s.m. Compositeur 
de second ordre, (j.d.m.) — Dim. 
de maestro. 

Magasin s.m. Magasin de blanc, 
maison de prostitution. — Magasin 
de fesses, maison où il y a beau- 
coup de femmes. 

Magnée # s.f. Voy. Gougnotte, 

Magnes s.f. pi. Manières. « Faire 
des magnes, » 

Magnense = Magnuce = Mag- 
nasse s.f. = Manieuse, ëtc» 
= Gougnotte, v.c.m. 

Magot O s.m. Tas d'argent caché. 

Mahomet # s.m. Petit sac en 
cuir que les forçats portent sous 
leur chemise pour y cacher leur 
argent. 

Maigre % mi. Du maigre! Silence ! 

Maigrichon = Maigriot O s. et 
a.m. = Gringalet. Maigre, (dim.) 

Mail-coach O s.m. Voiture atte- 
lée à quatre chevaux en poste à 
grandes guides. 

Maillocher 9 v.n. || 1. Travailler. 
Il 2. (arg. des souteneurs) Sur- 
veiller une prostituée. [Rigaud.] 

Main 9 s.f. Voleur qui fouille les 
poches. — Mains de beurre, mains 
inhabiles. — Petite main, ap- 
prentie fleuriste. — Acheter à (a 
main, acheter au comptant. — Q 
Avoir la main, série de coups 
heureux au baccarat. — Passer sa 
main, passer son tour de donner 
les cartes. — Faire à la main. 



MAISON. 



— 170 



MANDARIN. 



(onanisme.) — Mains courantes, 
les pieds, (j.d.m.) 
liaison s.f. Pour maison de 
tolérance. « Femme ou fUle de 
inaison. Maison à parties. » — Les 
gens de maison, la domesticité. 

— {m\\.) Maison de campagne, tente 
de soldat. 

Maire 9 s.m. Ami (m. déf.) 

Maîtresse s.f. Maîtresse de 
piano, prostituée expérimentée. 

Major (mil.) s.m. || 1. Le chirur- 
gien. Il 2. Le tambour-major. 
Il 3. Le sergent-major. 

Majorer Q v.a. Augmenter : Ma- 
jorer un compte. 

Makach a. Yoy. Macach. 

MaJds 9 s.m. Vov. Maquis. 

Mal O et adv. Faire mal à 
quelqu'un, lui faire pitié. — Mal 
blanchi, nègre. — Mal embouché, 
homme grossier. — 9 Mal coiffé, 
gendarme. 

Malade a. et s. \\ {.% Prisonnier. 

— Malade à moque, condamné à 
perpétuité. — Etre malade, être 
en défaut. — Etre recherché par 
la police. || 2. O Malade du 
pouce, paresseux. 

Maladie s.f. || i. Maladie du 
/)OMce, avarice. — Paresse. ||2.Afa- 
tadie de neuf mois, grossesse. || 
3. 9 Emprisonnement. || 4. Ma- 
ladie! exclamation oui répond à 
une chose désagréaole qu'on ne 
veut pas exécuter. 

Malaisée # s.f. Faire danser la 
malaisée, rosser. 

Malandreux a. Souffreteux. 

Maldine Q s-^- Collège. [Michel.] 
(on y dine mal.) 

Mâle O s.m. Homme. — Beau 
mâle, bel homme. 

Malfk*at s.m. Vaurien. (J.d.m. 
mal fra.) 

Malheur adv. Ah! malheur, 
exclamation qui signiBe : Ahl pas 
de chance. — C'est fâcheux ! 



Malheureux a. O ^<^^ malheu- 
reux, cocu. 

Malingrer v.n. Souffrir. 

Malingreux a. Pour malingre, 
i. Malheureux. || 2. Souffreteux. 
3. Mendiant qui a de fausses* 
aies 

MaUe Q s.f. || 1. Salle de police. 
1 1 2. Faire sa malle, être à Tagonie. 

Malouse # s.f. Malle. 

Mal-rasè = Mal-sucré # s.m. 
Faux témoin. 

Maltaire # s.f. Voy. Maltaise. 

Maltais s.m. Gabaretier. 

Maltaise = Maltèse # s.f. = 
Maltaire, Pièce d'or. 

Maltouse = Maltouze # s.f. 
Contrebande. 

Maltousier # s.m. Contrebandier^ 

Maman s.f. || i . (arg. des bou- 
chers) Vache. || 2. Faire maman 
= Faire papa, apprendre le tam- 
bour, battre la caisse. 

Mamours Q s.f.pl. Faire des ma- 
mours, faire des caresses. 

Manche # s.f. || \. La manche, le 
monde des mendiants. — ® Faire 
la manche, faire la quête, men- 
dier. — Coup de manche, mendi- 
cité à domicile avec lettres de 
recommandation. |j 2. O Partie. 
— Etre manche à manche, se dit 
quand les joueurs ont gagné un 
égal nombre de parties ou de 
points; être ex aequo. \\ 3. Jambes 
en manches de veste, jambes ar- 
quées. Il 4. s.m. Le manche^ le 
patron, le directeur, le chef. 
Il 5. Se mettre du côté du manche, 
se mettre du côté du plus forL : 

Manchiëre O s.f. Couturière qui 
confectionne spécialement les 
manches. 

Manchon s.m. Cheveux longs 
et drus. — Avoir des vers dans 
son manchon, avoir le crâne dé^ 
nudé par places. 

Mluidarin O s*"^* Tuer le mandar 



k 



MANDAT. 



— 171 — 



MANNEZINGUE. 



rin, commcUre une mauvaise 
action par la pensée et avec la 
certiluac de Timpunité. [Delvau.] 

Mandat O ^•^' Ùéposeï' son man- 
dat, mourir. 

Mandibules Q s.f.pl. Mâchoires. 

— Jouer des mandihulcSf manger. 
Mandole s.f. Gifle. — Jeter 

une mandole, taper sur le museau. 

— Holl. mond. 

Mandolet # s.m. Pistolet, (le 

coup pour le pistolet.) 
Manestringue s.m. Voy. Man- 

nezingue. 
Manette n.pr.f. Mademoiselle 

Manette, malle, valise. — J.d.m. 

sur manne, panier. 
Mangeoire s.f. Restaurant. 

[Delvait.] 
Manger 9 v.a. et v.n. || 1. Avouer. 

Jl 2. Faire chanter. — Menacer 
e révélations. || 3. Partager le 
produit d'un vol. — # Manger le 
morceau, manger sur l'orgue, 
manger du lard, dénoncer. — 
Manger son nière, dénoncer son 
complice. — Q Manger à tous les 
râteliers, accepter dé tous côtés. 
[RiGALD.[ — Manger r herbe ou les 
pissenlits par la racine^ être en- 
terré. — Manger du lapin, du 
fromage, aller à Tenterrement. — 
MangerJebon Dieu, communier. — 
Manger le gibier, se dit d'une fille 
qui cache l'argent qu'on lui donne 
pour ne pas le remettre à son 
souteneur. — Q Manger du sucre, 
avoir du succès, être applaudi. — 
Se manger le sang, — s impatien- 
ter. — Se manger le nez, se 
battre. O Manger du prêtre, dire 
du mal de la religion.» Manger du 
prêtre est aujourd'hui, presque 
partout, Punique moyen d'entrer 
dans la carrière politique. » 
(François Coppée.) 
Mangeur s.m. || 1. Dissipateur. 
" 2. Celui qui extorque de 1 argent 



sous menaces de dénoncer. — 
Mangeur de blanc, homme qui vit 
aux dépens des filles. — Mangeut 
de galette, délateur qui vil de ses 
trahisons. — Mangeur de bon 
Dieu, dévot. — % Mangeur de 
choux, voleur qui ne fait partie 
d'aucune bande. 

Mangin s.m.O^l^^rlatan. — Ban- 
quiste. — Du nom d'un célèbre 
marchand de crayons, sur les 
places publiques. 

Manicle s.f. Pour manique, 
v.c.m. — Frère de la manide, 
filou. [Michel.] 

Manicon n.pr. composé. O Madame 
Manicon, sage-femme. 

Manières Q s.f.pl. Airs impor- 
tants, embarras. — Ne faites donc 
pas tant de manières, tant d'em- 
barras. 

Manieuse s.f. = Magnétise, 
etc. = Gougnotte, v.c.m. 

Manille # s.f. Anneau de forçat. 
— O ^^^ ^ manille, sorte de jeu 
de cartes ; la manille est le dix. 

Manillon O s.m. As au jeu de 
manille, 

Maniqne s.f. Métier. — Con- 
naître la manique, connaître le mé- 
tier. — Parler manique, parler 
de ce qui concerne le métier 
qu'on exerce. 

Manival # s.m. Charbonnier. 

Manivelle s.f. = Scie, v.c.m. 
Vis sans fin. 

Manne s.f. Manne de la fourrière 
=r Pahier à salade, Vov. Panier, 

Mannequin s.m. Individu qui 
n'est pas sérieux. — Femme mé- 
prisable. — Mannequin à mâcha- 
oees, corbillard. 

Mannesingue = Mannesinguin 
s.m. — Manestringue, Mar- 
chand de vin. — Formation fan- 
taisiste, des mots ail. trinken, 
boire, et Mann, homme; le zingue 
se substitue à trinque: homme qui 



MANNEZINGUEUR. 



— 172 — 



MARAILLE. 



vend à boire sur le zinc [Timmer- 

MANS], 

Mannezing^eur ^ s.m. Celui qui 
fréquente les marchands de vin. 

Manon O s.f. Femme galante. 

Manque (à la) 9 s.f. Laid, 
vilain, mauvais. — Affaire à la 
manque^ mauvaise affaire. — Tron- 
che à la manque, vilaine tête. — 
Etre à la manque y,,, ne pas être... 

— « Etre artiste à la manque, » 

— Avoir,., à la manque, ne pas 
avoir.- « Avoir de la galette à la 
manque, » 

Manqnesse 9 s.f. Mauvaise note. 

— Refiler la manquesse, ôlre mal 
noté. 

Manteau s.m. O Manteau d'arle- 
quin. Ouverture de la scène, si- 
mulant une draperie et qui en- 
toure le rideau. 

Manuelle s.f. (obsc.) Vieille 
prostituée qui pratique Tona- 
nisme. 

Manufacture s.t. Manufacture 
de tabacs, caserne. 

Mappemonde O ^-^^ ^^^ seins. 

Maqua s.f. Abrév. de Maque- 
relle = Maquecée, femme qui 
exploite les prostituées. — Proxé- 
nète. 

Maquart s.m. == il/ac9uar^0 Ros- 
se.— Vieux cheval* Voy.-Bt/ïccA. — 
Du nom d'un équarisseur parisien, 

• Macquart. 

Maque s.m. Voy. Mac. 

Maquecée % s.f. Voy. Maqua. 

Maquer (se) % v.pr. Se mettre en 
ménage. 

Maquer eaut âge s.m. = Ma- 
crotage= Maquignonnage. Action 
de maquereauter, v.c.m. 

Maquer eauter v.n. et v.a. = 
Macroter. Vivre aux dépens d'une 
ou de plusieurs femmes. — Vivre 
de la prostitution. — Maquereau- 
ter une affaire, servir d'intermé- 
diaire dans une affaire. 



Maqui # s.m. = Maki=: Maquis. 
Abrév. de Maquillage, v.c.m. — 
Mettre du maqui, z= (3) se maquil- 
la*. 

Maquignon s.m. Maquignon à 
bidoche, patron de lupanar. — Sou- 
teneur. 

Maquignonnage s.m. || i. Abus 
de confiance. || 2.= Maquereau- 
tage, v.c.m. 

Maquillage # s.m. || \. Travail. 
W 2. Moyen employé par le grec 
pour reconnaître les cartes. || 3. 
Action de se farder. || 4. Compo- 
sitions diverses pour se grimer ou 
« réparer des ans l'irréparable 
outrage ». 

Maquillé # s.m. et a. Fabriqué. 

Maquillée O ^-f- ^^ &• Fardée. 

Maquiller 9 v.a. = Macquilkr. 
Il i. Agir, faire. — Fausser, re- 
faire. « Un qui avait sûrement 
maquillé son état civil. (Rknè 
Maizeroy.) — Maquiller les brè- 
mes, jouer aux cartes, battre les 
caries. — Maquiller une cambriole, 
dévaliser une chambre. — Ma- 
quiller le papelard, fabriquer de 
faux papiers. || 2. Maquiller la 
banque, s'entendre entre escrocs. 
— Voler. — (V) Travailler : « les 
courtauds de boutanche sont des 
compagnons d'état dont les uns 
ne maquillent que pendant Thi- 
ver. » (Jarg. de Targ. réf.) De 
Tall. Machen, faire. — Maquiller 
un suage, préparer un assassinat. 
Il 3. Farder. — Se maquiller, 
v.pr., se farder. — Se déguiser. 

Maquilleur # s.m. Tricheur. — 
Maquilleur de gayets, celui qui 
cache les vices d'un cheval par 
toute espèce de moyens. 

Maquis #s.m. \\ \. Broussailles; 
mot Corse qui veut dire : endroit 
inaccessible. || 2. Voy. Maqui, 

Maraille # s.f. Monde.'— Badauds 
écoutant, regardant, la marmouse 



MARAUD. 



— 173 — 



MARGOT. 



bée, syn. de muflée, abadiej etc. 
lTimmermans.] 

Maraud # a. Intelligent. 

Marauder v.n. Prendre des 
voyageurs en évitant le contrôle au 
slalionnemenl. (arg. des cochers.) 

Maraudeur s. m. Cocher qui 
maraude. Voy. Marauder, 

Marbre (lyp.) s.m. Il 1. Table de 
mise en formes et où l'on dépose 
la composition bonne à tirer. — 
Etre sur le marbre^ avoir un arti- 
cle composé prêt à paraître. — 
Avoir du marbre, avoir de la copie 
composée d'avance. || 2.0 Femme, 
fille de marbre, Voy. Fille, 

Marcandier 9 s.m. || 1. Celui qui 
dit avoir été volé. (G.) || 2. Mar- 
chand. 

Marcassin s.m. Apprenti pein- 
tre d'enseignes. 

Ifarchand # s.m. Marchand de 
lacets, gendarme. — Q Marchand 
rf*eaiicAaM(ie,limonadier. — Direc- 
teur de café-concert. — Marchand 
de mort subite, maître d'armes. — 
Médecin. — Charlatan, marchand 
de morl-aux-rats. — (mil.) Mar- 
chand de marrons, officier qui 
porte mal les habits civils. — (mu.) 
Marchand de puces, préposé aux 
lits militaires. — Marchand de 
soupe, maître de pension. — Mar- 
chand de sommeil, logeur. 

Marchande s.f. Marchande de chair 
humaine, proxénète.— Marchande 
de sourireSy prostituée. 

Marchandise s.f. Excréments: 
«< Marcher dans la marchandise, 
ça porte bonheur. » 

Marche s.f. (mil.) Marche de flanc, 
repos sur le lit. Marches du 
palais, rides au front. — s.m. Mar- 
che'à-tetre, fantassin. 

Marché O s*i^- Marché des pieds 
humides, petite Bourse. 

Mar-chef (mil.) s.m. Abrév. de 
maréchal des logis chef. 



Marcher v.n. Marchei* sur la 
chrétienté, marcher pieds nus. — 
Marcher dedans, marcher dans la 
merde, avoir de la chance. — (thé.) 
Marcher sur sa longe, se dit d'un 
artiste qui continue à jouer maigri; 
son âge avancé. — Q Marcher au 
pas, être obéissant. — Marcher 
avec quelqu'un, être d'accord avec 
lui. — Je marche, je le veux bien. 

— Je ne marche pas, je ne veux 
pas, ça ne me convient pas. — 
Faire marcher quelqu'un au pas, 
le faire obéir. — Marcher dan$ 
les souliers d'un mort, avoir hé- 
rité. — Il marche tout seul, se 
dit d'un fromage ou d ua aliment 
corrompu qui contient des vers. 
9 Marcher dessus, travailler une 
affaire. — Préparer un vol. 

Marcheuse s.f. ||i. (thé.). Figu- 
rante du corps de ballet; cory- 
phée. Il 2.0 Prostituée qui racole. 
Il 3. Racoleuse pour les lupanars. 

Marchis (mil.^ s.m. = Margis. 
Maréchal des logis. 

Mare # s.m. Compte. 

Marécageux Q ^- ^^' maréca- 
geux, œil langoureux, larmoyant. 

— Colon marécageux, nom donné 
dans les colonies, par les soldats, 
aux civils qui font le commerce 
de détail. 

Marée s.f. Dégoût. (Larchey.) 
Marer v.n. Etre dégoûté, blasé. 

— Marez! assez! — 9 Rire. 
Mareux (V) s. m. pi. || i. Trom- 
peurs. Il 2. # Gueux. — A rappro- 
cher du mot fr. maraudeur. 

Margauder Q v.a. Dénigrer. — 
Poursuivre d'un rire sec et sac- 
cadé semblable au cri de la pie, 
qui en patois a le nom de margot. 

[TlMMERMANS.] 

Margis (mil.) s.m. Voy. Mar- 
chis. 

Margot = Margoton s.f.= 
Marguinchon. Fille débauchée. 



MARGOTIN. 



— 174 — 



MARLOU. 



Margotin 9 s.m.= Fagot, v.c.m. 
Détenu. 

Margouillat (mil.) m. Spahi. 

Mare^oulette © s.f. Bouche. — 
Rincer la margoulette à quelqu'un, 
lui oôrir à boire. — Dèboilei" li 
margoulette à quelqu'un, lui bri- 
ser la mAchoire : « Je te casse- 
rai la margoulette, » [Littré.] — 
De mar, phonème de la bouche 
comme dans marmowe et gueule, 
Mar est le nom naturel de Torgane 
qui maronne, marmotte, mur- 
mure, etc. [TiMMERMANS.] 

Margoulin O s.m. {| 1. Marchand. 

— Acheteur de province ; qui 
faitdumargouillis, des affaires qui 
causent de l'embarras. |{ 2. Mau- 
vais ouvrier ; qui fait du gâchis, 
du margouillis. 

Margoulinage O ^-^i- Il ^- Achats 
oui causent plus d'embarras que 
ae bénéfice au vendeur. || 2. Mau- 
vais travail. 

Margouliner Q v.n. Faire de 
petites affaires. 

Marfcoulis s.m. Rixe, bagarre. 

— Dispute. — Du fr. margouillis, 
gâchis, affaire pleine de confusion 
et d'embarras. 

Margouse # s.f. Action de mar- 
quer et de démarquer les caries 
au jeu du bonnet. 

Marguerites © s.f. pi. Margueri- 
tes de cimetière, cheveux ou poils 
blancs. 

Marguillier 9 s.m. Marguillierde 
bouiTache, juré, (il soigne les pré- 
venus, appelés en arg. malades.) 

Marguincbon s.f. Voy. Margot. 

Mari s.m. Fleur de mari, vierge. 

Mariage s.m. ||1. Mariage à 
l'anglaise, mariage après lequel 
chacun vit de son côté. — Mariage 
à la détrempe, managed'* Afrique, 
union libre. — Mariage à la ci*u- 
che cassée, mariage de garnison, 
relations qui durent peu. [j 2. # 



Le jugement, la pendaison. — Au 
xv« siècle on disait épouseï' un 
gibet,pour cire pendu; aujourd'hui 
épouser la veuve signifie en arg. 
être guillotiné. Faire un ma- 
riage voulait dire aussi enchaîner 
les prisonniers deux à deux. 

Marianne n.d.b.f. |j 1. La Ma- 
rianne, personnification de la 
Répubii(^ue. || 2. Avoir Marianne 
dans Vœil, être légèrement gris. 

Marie 9 n.d.b.f. Voy. Fleur. — 
Marin de la vierge Marie, marinier 
d'eau douce, batelier. — Vin de 
la vierge Marie, lait. — s.f. Marie- 
salope, bateau qui reçoit les or- 
dures enlevées par le cure-môle 
pour le nettoyage des rivières. 

Mariée O s.f* Voir si la mariée 
est belle, s'assurer si la future a 
des espérances d'héritage. — Se 
plaindre de ce que la mariée est 
trop belle, se plaindre sans raison. 

Marier 9 v.a. Enchaîner les pri- 
sonniers deux à deux. 

Marienx (V) s.m. Le bourreau. 
Voy. Mariage. (2.) 

Mariner v.n. Mariner dans, 
baigner dans. 

Maringotte s.f. Voilure de sal- 
timbanques. 

Mariol a. et s.m. Rusé, malin. 
(G.) — Faire le mariol, faire le 
malin. 

C'est donc mariol, c'est donc rupin. 
De s'placruer dans la limonade ! . 

{U Muse A Bibi.) 

— Mariole est le nom d'une 
femme dans la pièce intitulée le 
Coin de rue. L'artiste chargée de 
jouer ce rôle de soubrette effrontée 
fut pleine de gaîté cl d'entrain. 
Elle s'appelait M'>« Flore. Plus 
tard, dans les Saltimbanques, elle 
a prouvé qu'elle était encore ma- 
riole. 

Marionnette # s.f. Soldat. 

Marlou0 s.m. := Marlousier. {| i. 




MARLOUPATTE. 



10m ■• 
.0 — 



MARQUÉ. 



Souteneur. Voy. Marloupatle, \\ 
2. Malin, rusé. || 3. Front, fc'est 
sous le front que réside la malice.) 

— Composé des racines de ma- 
rauder et de celle de louper, 
vagabonder. [Timmermans.J 

Marloupatte = Marloupiat = 
Marloupin s.m. = Marlou, 
souteneur. 

Ce inarlou|>alte p&lo et mince, 
Se nommait siroplcmeiil Navet. 

{Chanson des Gueux.) 

Marlouserie s.f. Malice, ruse. 

Marlousier s.m. = MarloUy 
v.c.m. 

Marmier 9 s.m. Berger, pâtre. 

Marmite Qs.ï, \\ i . Femme nour- 
rissant un souteneur. — Marmite 
de tei're, de fer, de cuivre, suivant 
ce qu'elle rapporte. — Marmite 
fêlée, fille en prison. <* Un indivi- 
du'surnommé le « Roi des Soute- 
neurs » faisant sur une large 
échelle la traite des blanches et 
comptant des marmites dans la 
plupart des maisons de Paris, 
notamment rue de Chabanais, 
etc. » Il 2. = Marmotte, v.c.m. 

Marmonner # v.n. Ronchonner. 

— Var. de marmotter. 
Marmot # s.m. Nourrir le mar- 
mot = Nourrir le poupard, pré- 
parer un vol. 

Marmotte s.f. Boite de placier, 

ou de voyageur, qui renferme les 

échantillons. 
MarmottierO s.m. || {.Savoyard. 

Il 2. Fabricant de marmottes, 
Marmouse # s.f. La bouche, et 

par ext., la barbe. 
Marmouser v.n. Bouillir. — 

Bouillonner ce qui a lieu dans le 

marmouset (v.c.m.) 
Marmouset # s.m. Pot, marmite. 

— Pot au feu : « Le marmouset 
riffaude. » (J. de l'arg. réf.). Le 
marmouset est un chenet de 
fonte orné d'une figurine. 



Marne s.f. Faire la marne, 
exercer la prostitution le long^ 
des berges, généralement re- 
couvertes (le marne. =Afarner. 

Marner v.n. || 4. Travailler, 
peiner. || 'J. # Voler. || 3. Faire 
la marne, v.c.m. 

Marneuse s.f. Prostituée qui 
fait la marne, v.c.m. 

Marnois s.m. Soulier. (Arg. des 
débardeurs.) 

Maron (O.) 9 s.m. Sel ; produit 
marin. [Timmerma^s.] 

Marottier # s.m. Marchand am- 
bulant. 

Marpaud O #s.m. || i. Imbécile, 
niais. || 2. Paysan. — Marmouse 
ou gueule de pataud, patalot, 
homme pattu, grossier. [Timmer- 
mans.J 

Marpaux s.m. jj 1. Maître. || 2. 
Homme. 

Marquant 9 s.m. || i. Ivrogne. || 
2. Souteneur, amant de lumarque, 
v.c.m. (i). 

Marque (V) s.f. = Marquise, (C) \\ 
Fille, femme. — Prostituée. — 
Marque de ce, femme légitime de 
voleur. — Marque franche, maî- 
tresse de voleur. — De Tesp. 
marca, marcona, marquida, mar- 
quisa,. femme publique. De ces 
ihots dérivent marqué, mois, et 
marquis, menstrues. || 2. Vol à la 
marque, vol dans les voitures de 
blanchisseur. || 3. Personnage de 
T7iar«/ue,personnage remarquable, 
en vue, à la mode. — Vin ou li- 
queur de marque, qui provient 
d'une maison dont la marque est 
estimée. 

Marqué \\\, a. Être marqué, 
avoir le visage ridé, fatigué par 
Tâge. — Etre marqué de la petite 
vérole. — Marqué à la fesse^ 
maniaque, ennuyeux. (Delvau.) || 
2. 9 s.m. Mois.' Voy. Marque. — 
Pauvre. 



MARQUE-MAL. 



— 176 — 



MASSAGE. 



Jllfarque-mal0s.ni. || l.(ly|).) Re- 
ceveur de feuilles à la machine. 
Il 2. Individu de mauvaise mine, 
mal habillé. — Voyou. 

Jlf arquer 0v.n. etv.a. déplus mar- 
quer, ne plus avoir de menstrues. 
Voy. Marque, (i.)— Marquer à la 
fourchette, v.c.m. — Marquer le 
coupf trinquer. — Bien marquer^ 
être convenablement mis. — Mar- 
qucr mal, avoir une mauvaise 
allure. 

Varquet 9 s.m. = Marqué (2), 
v.c.m. 

Marquin # s.m. Couvre-chef. 

3Iarqui8 s.m. || 1. 9 Menstrues. 
« Lorsque la lune pour vacquer à 
ses purifications mensuelles fait 
marquer les logis féminins par 
son fourrier, lequel pour écusson 
n'a que son impression rouge. 
(Matinée IX, du Seigneur de Cho- 
lières.) Voy. Marque. || 2. Q ^o^' 
quis i'Argencourt, individu qui 
est prétentieux, orgueilleux, et 
qui n'a pas le sou. 

JUarquise (C) O s.f. \i. = Mar- 

Î me franche, v.c.m. |2. Q Mé- 
ange de vin blanc, sucre, citron 
et eau de Seltz. 

Marraine # s.f. || 1. Témoin, 
(femme.) |l 2. Protectrice. 

Marre aav. Assez ! 

Marrer (se) 9 v.pr. S'ennuyer. 

Marron O s.m. || i. Visage. — 
Man^on sculpté, visage cx)mique, 
grotesque. || 2. Coup.© Fiche un 
marron à quelqu'un, donner un 
coup sur la figure ou le marron. 
Il 3. Jeton. — (mil.) Marron de 
ro7ide, jeton en métal déposé dans 
un endroit déterminé et à heure 
fixe, pour le contrôle des rondes. — 
Procès-verbal des chefs de ronde. 
Il 4.Brochure clandestine. 5. llPau- 
mermarron=zMarronner, prendre 
«n flagrant délit. || 6. Cocher mar- 
ron, cocher en contravention. 



Marronner © || 1. v.n. Etre de 
mauvaise humeur. — Etre con- 
trarié. — Bouder. — Faire mar- 
ronner quelqu'un, le mettre de 
mauvaise humeur, le contrarier. 
Il 2. v.a. Prendre en flagrant 
délit. — Marronner un grinchis- 
sagp, manquer un vol. Voy, 
Marron. 

Marseillaise © s.f. Pipe en terre 
de Marseille. 

Marsouin ©s.m. || 1. Homme laid. 
(Delval.) Il 2. Contrebandier.fRi- 
GAUD.) Il 3. (mil. mar.). Soldat 
d'infanterie de marine. — Un 
vieux marsouin = Un vieux loup 
de mer, marin aguerri. 

Marteler 9 v.n. Mendier. * 

Martinet 9 s.m. Fer de correction 
au bagne, 

Martin-rouant # s.m. Gendarme. 

Martyr (mil.) s.m. Caporal. -(Del- 

VAU.) 

Mascotte Q s.f. \\ \. Fétiche 
de joueur. (Rigald.) || 2. Jeune 
fille innocente. — Vierge ; de 
mas, maison, et du ski, sku, pro- 
téger. 

Masque © s.f. || 1. Friponne. — 
Sorcière. — Petite masque, petite 
femme fausse. — Le sens est figure 
mvstérieuse, sinistre ou autre, 
selon le cas. || 2.0 s. m. Passe- 
port. 

Masquer 9 v.a. Tromper. Masquer 
en alezan, dissimuler les défauts 
d'un cheval sous une couche de 
peinture. fArg. des maquignons.) 

Massacre©s.m. Gâcheur. — Gas- 
pilleur. (Delvau.) — Jeu de mas- 
sacre, jeu forain qui consiste à 
abattre des poupées à bascule 
avec des balles de son. 

Massage © s.m. Travail. — Coup 
de massage, travail actif. — 
Comme maquiller et marner, yar, 
du son de Tall. machen, faire. 
[Timmermans.] 



MASSE. 



— 177 — 



MAUVIETTE. 



Masse © s.f. || 1. Travail. |i 2. 
Avoir masse complète j avoir la 
bourse bien garnie. 

Massé O ^'^' ^^ ^' ^aire un masséy 
un coup massé, 2iu jeu de billard, 
c'est donner un coup de queue 
perpendiculairement à la bille. 

Massepain 9 s. m. Valet de cartes. 

Masser v.n. Travailler beau- 
coup. 

Masseur s. m. Ouvrier labo- 
rieux. 

Mastaroufleur # s.m. Voleur de 
plomb. — De masloc, lourd et 
rafler, ravir. 

Mastic s.m. || i. (F.-M.) Affaire 
embrouillée. — (typ-) Désordre 
de mise en pa^e. — Faire un 
mastic, s'embrouiller en voulant 
s'expliquer. || 2. Aliments, 
nourriture. — S'endormir sur le 
mastic, faire une chose avec non- 
chalance. Il 3. Mystification. || 4. 
9 Homme. (RigÂud.) 

Mastiquer V. a. Il i. (F.-M.). Man- 
ger. || 2. Masquer les avaries 
d'une chaussure sans la rapiécer. 

Mastiqueur s.m. || 1. (F.-M.). 
Mangeur. || 2. Savetier. 

Mastoc s. et a.m. || \. Homme 
lourd et grossier ; rappelle Tall. 
Mastochs, bœuf gras. [Timmer- 
MANS.] Il 2. Pièce de dix centimes. 

Mastroc = Mastroquet s.m . 
Marchand devin; du holl. mees- 
terke, petit patron. 

M&t 9 s.m. ucuxmâts, guillotine. 

Mata s.m. Abrév. de matador. 
Fanfaron. 

Matagot O n.pr.m. Original. — 
Excentrique. — De Tital. matto, 
fou. 

Matassin O s.m. Individu ridi- 
cule. — De l'ilal. matto, fou. 

[TiMMERMANS.] 

Matatane (mil.) s.f. Salle de po- 
lice. 
Match O s.m. Pari, (ang.) 



Mate (V) % s.f. = Malte. Les en- 
fants de la Mate étaient des ban- 
dits qui s'assemblaient dans un 
lieu nommé la Mate. (Trévoux.) 

Bignez la mate sans targer. 

(Villon.) 

De Mate on a fait le mot fr. Ma- 
tois, rusé, habile. 

Matelasser (se) O v.pr. S'habiller 
chaudement. 

Matelot O s.m. Ami intime. — 
Holl. maat, ami, associé et mate- 
lot. [TiMMERMANS.] 

Maternelle O (écol.) s.f. Mère. 

Math O (écol.) s.f.pl. Mathémati- 
ques. 

Matburins s.m. pi. || i. Dés à 
jouer =zMaturbes.\\ 2. Mathurins 
plats, dominos. — jf.d.m. sur man- 
dibules, mâchoire, dû àl'allus. au 
moriil ou ivoire des dents, puis 
des dés et des dominos. FTimmer- 
MANS.] Il 3. (mar.) Matelots; du 
holl. maat, ami et matelot. 

Matignon 9 s.m. Messager. 

Maton 0s.m. Individu vaillant en 
amour : « Bon matou. » 

Matraque s.m. Individu qui a 
été battu. 

Matriculer (mil.) v.a. Voler; en- 
lever le numéro matricule indi- 
quant la propriété. — Se faire 
matriculer, s'attirer une punition. 

Matte # s.f. Voy. Mate. 

Matnrbes 9 s.m.pl. Voy. MathU' 
lins (1). 

Maub' n.pr. La place Maub\ 
place Maubert. 

Maugrée # s.m. Directeur de 
prison. 

Mauvaise O ^'^* ^^^ ^^^ mauvaise, 
je la trouve mauvaise, je ne suis 
pas content de ce qui arrive. 

Mauve s.f. Parapluie de coton. 

Mauviette s.f. Décoration aca- 
démique ; (à cause de la couleur 
mauve du ruban.) 

12 



MAYKH. 



— i78 — 



MÉGOTTIER. 



Mayer 9 s.m. Homme qui paye 
les filles. (Delvau.) 

May eux s.m. Bossu. 

Maz 9 n.pr.f. La A/az, abrév. de 
Mazas, (prison.) 

Mazagran O^-"^* ^^^^ ^cr\'\ dans 
un verre. Celte expression date 
de 4840, en l'honneur de la dé- 
fense du blockhaus de Mazagran 
qui eut lieu cette môme année. 

Mazaro (mil.) s.m. Prison mili- 
taire. 

Mazet O ^'^^' Maif^on de cam- 
pagne en Provence. 

Mazette (mil.) s.f. ||i. Inex- 
périmenté. || 2. Exclamation d'é- 
tonnement. « Mazette ! comme 
vous y allez. » — En ang. on 
trouve les correspondants maze, 
perplexité, amazcd, étonné. [Tim- 
MKRMANs.] De Tall. Matz, béte 
maladroit. (Ch. Toi:bin.) 

Mazille % s.f. Monnaie. 

Mec % s.m. = Meck = Meq = Meq, 
Il 1. Chef. — Le mec des mecs, 
Dieu. — Mec de la rousse, préfet 
de police. — Grand mec, chef de 
la police de sûreté. || 2. Soute- 
neur. =:z Mec de la guichc. — Mec 
à la colle forte, malfaiteur dange- 
reux. Il 3. Individu. — Mec à son- 
nettes, individu riche. — Mec de 
la camarde ou des gerbiers, bour- 
reau. — Mec à la manque, mau- 
vais camarade. — Mec à la re- 
dresse, bon camarade. — Du lai. 
magnus, grand. 

Mécanicien s.m. Aide du bour- 
reau. 

Mécanique # s.f. Chose quel- 
conque. 

Mécaniser 9 v.a. Mécaniser 
melqu'un, le taquiner, se moquer 
le lui. Tourmenter : De méca- 
nique. (LiTTRÉ.) 

Mécaniseur s.m. Taquin. 
Mécbe s.f. i/ j/ a mèche, il v a 
moyen. || Vendre la mèche, àé- 



l 



voiler une chose. |i Veux -tu 
prendre un bock ? — Et mOche, 
et même plus, jj (lyp.) Demander 
mèche, offrir ses services dans 
une imprimerie. 1 % Mèche, 
méchego, demi. — Linqce plombes 
et mct'he, cinq heures et demie. 
Etre de mèche, être de moitié. 
Etre de comj)licité. 

Mèchi # s.m. Malheur. 

Méebillon 9 s.m. Quart d*heure; 
(m. à m. demi-mécAc.) 

Meck 9 s.m. Voy. Mec. 

Mecque 9 s.l. Individu. — Faire 
un mecque à la dure, dévaliser 
q.q. en employant la violence. 

Médaillon s.m. Derrière. — 
Décrocher le médaillon, donner 
un coup de pied au derrière. — 
Médaillon de flac, cul-de-sac. 

Médecin s.m. || 1. Médecin d^s 
morts, ordonnateur des cortèges 
funèbres. || 2. # Avocat; (les ac- 
cusés sont les malades.) 

Médecine • s.f. || i. Etre en 
médecine, être h Thôpilal. || 2. Per- 
sonne ennuyeuse. || 3. Plaidoirie. 

— Médecine flambante, j)laidoirie 
chaleureuse. 

Médeciner # v.a. Empoisonner. 

Médianoche O ^•")- Iléveillon. 
Pour media-nox lat. 

Médium O ■•»"• D'après les en- 
seignements spirites les médiums 
sont des personnes jouissant de 
la faculté de voir et d'entendre les 
esprits et de converser avec 
eux : (c Médium auditif. Médium 
voyant. » 

Méfiant s.m. Fantassin. [Pal.\t.] 

Meg # s.m. Voy. Mec. 

Mée^ard 9 s.m.'Chef de bande. 

Mégo = Mégot s.m. Bout de 
cigare ou de cigarette; (pour mé- 
chego, demi.) 

Mégottier s.m. Ramasseur de 
bouts de cigares ou de cigarettes. 

— Un de ces industrieux disait 



MÉLASSE. 



— 179 — 



MEKDE. 



fitTcmcnt : « Je n'ai jamais fumé 
<jue la moitié de mes cigares» 
seulement aulrelois c'était la prc* 
mière. » 

Mélasse O s-^* Infortune, misère. 
— Tomber dans la mélasse ^ être 
dans la misère. 

Mélasson s.m. et a. Maladroit. 

Mêlé O s.m. Mélange d'eau-de-vie 
et d'autre liqueur. — Mélé'Cass=. 
Meulè-casSy eau-de-vie et cassis. 

Melet # s.m. et a. Petit. 

Méli-mélo s.m. Mélange, brouil- 
lamini. 

Mélo O s.m. Mélodrame, fabrév.) 

Melon (St-C.) s.m. |j 1. Elève de 
première année à l'Ecole Saint- 
Cyr. Il 2.0Imbécile. || 3. Chapeau 
rond et bas. 

Membre s.m. Membre de la ca- 
ravane = Chameau, v.c.m. 

Membrer (mil.) v.n. Travaillerdur. 

Même O s.m. Faire au même. 
Il 1. Rendre la pareille. || 2. Trom- 
per. 

Ménage 0s.m. Ménage à la colle, 
union libre. — Petit ménage, 
deux goiignottes, v.c.m. — Mé- 
nage à trois, le mari, la femme et 
l'amant, accord parfait. — Q F<iifc 
le ménage, mélanger les dominos. 

Mendiant s.m. Fourneau. 

Mendigo = Mendigoteur # s.m. 
Mendiant. — La faire au mendigo, 
mendier en faisant valoir une in- 
fortune imaginaire. Il existe des 
établissements où on enseigne Tart 
de mendier. 

Mendigo ter v.n. Mendier. 

Menée # s.f. Douzaine (G). — Une 
menée d'avergots, une douzaine 
d'oeufs. 

Mener O v.a. La métier (la vie) 
douce et joyeuse, vivre agréable- 
ment. — N'enpas mener large, être 
mal à son aise. — Mener en ba- 
teau, v.c.m. — (mil.) Mener pisser, 
forcer à un duel. [Delvau.] 



Menesse % s.f. Femme. — Formé 
du holl. man, homme, avec la 
terminaison romane esse, [Timmer- 

MANS.] 

Menestre # s.f. Soupe, potage (vx). 
« Mon docteur de menestre en sa 
mine altérée. » (Mat. Régmer. 
sat. X.) De Tital. minestra. 

Meneur 9 s.m. Meneur en bateau, 
v.c.m. 

Ménilmuche n.pr. Ménilmon- 
tant. De ménil vx.m. qui signifiait 
maison. 

Menonille s.f. Monnaie. 

Menteuse 9 s.f. || 1. Langue. 
Il 2. Affiche. 

Menu O s.m. Connaître le menu, 
savoir ce qui va arriver. 

Menuaille s.f. Monnaie. 

Menuisier s.m. Se promener en 
menuisier, se promener avec sa 
femme. 

Menuisiére O s.f. Redingote d'ou- 
vrier endimanché. [Rigaud.] 

Meq 9 s.m. Voy. Mec, 

Méquard 9 s.m. Commandant. De 
mec, chef. 

Méquer 9 v.a. Commander. 

MéquiUon s.m. Jeune souteneur. 

Mérangueuie s.f. Coup sur la 
figure. 

Mercadet Os.m. Agent d'affaires 
retors. 

Mercandier # s.m. Boucher 
de second ordre. 

MercantiQs.m. Marchand qui suit 
les troupes en expédition. 

Mercenaire O s.m. Mercenaire de 
Vimmobilité, modèle de peintre. 

Merdaille s.f. Troupe de mer- 
deux, v.c.m. 

Merdaillon s.m. Dim. de mer- 
deux, v.c.m. 

Merde! s.f. || i. = Cambronne, 
v.c.m. — Le mol de Cambronne 
dans sa crudité est extrêmement 
expressif, et suivant Tintonation 
avec laquelle on Témet, se prête 



MERDEUX. 



— 180 — 



METTRE. 



à rendre les émotions les plus 
variées. Il peut traduire égale- 
ment la colère, Tindignalion, la 
surprise, la tristesse, le découra- 
gement ; tout dépend de l'in- 
tlexion de voix qui l'accompagne. 
[Louis DE Gbamont.] Il 2. = Zut! 
=. Flûte ! — Cest de la merde de 
chien, ça ne vaut absolument rien. 

— Paire sa merde, faire des em- 
barras. 

Merdeax s. m. = Merdaillon, 
Enfant sale. — Voy. Bâton. 

Merdoyer (écol.) v.n. Piquer une 
sèche, avoir zéro dans un exa- 
men. 

Mère0 s.f. Logeuse ou aubergiste 
qui reçoit des ouvriers compa- 
gnons. — Mère abbesse, proxénète, 
tenancière de maison publique. 

— Mère à tom, vieille prostituée. 

— 9 Mère au bleu, guillotine. 
Mèrer # v. Jeter. 
MeriDgae s.f. En meringue, en 

décomposition. « Un vieil homme 
qui avait tant bu qu'il avait Tes- 
tomac en meringue. » [Huysmans.] 

Mérinos s. m. Laisser pisser le 
mérinos, voy. Laisser. 

Merlan s. m. Coiffeur, perru- 
quier, bûrbier ; à cause de la 
poudre dont les anciens perru- 
quiers s'enfarinaient comme des 
merlans prêts à frire. (Littré.) — 
Paire des yeux de nieilan fnt, 
lever les yeux de façon à ne 
laisser voir que le blanc. 

Merlander v.a. ColfTer. 

Merlificbe s.m. Saltimbanque. 
Vagabond. 

Du pain de son ! des dons de caÎTre ! 

C'est pour nous virre. 

Mais Ta-l'-fair'fiche ! 
Ou nous prend pour des mer li fiches, 
(Chans, des Gueux.) 

Merlin s.m. Jambe. 

r?eut se r'iever, mais j'IeredouiUo 
A coups d'fatsàfs dant les merlins. 



— Merlin de la dernière heure, hour- 
rcau. 

Merlousier 9 s.m. Pour Marlou- 
sier. Malin; (de marlou, v.c.m.) 

Merluche s.f. Cris de merluche, 
cris perçants. 

Merriflaaté % a.(^baudementvêtu. 

Mèracbé % s.f. Poêle à frire. 

Mérucbée % s.f. Plein une poélc. 

Méruchon % s.m. Poêlon. 

Me8iëre= Mesigo % pron. pers. 
Voy. Mezière. 

Mess (mil.) s.m. || 1. Cercle d'offi- 
ciers. Il 2. 9 Agents de police. 
— Ces mess, abrév. ces messieurs. 

Messe s.f. Etre à la messe, être 
en retard. — 9 Messe du diable, 
interrogatoire d'un accusé. — Dire 
une messe basse, parler tout bas. 

Messement(V)adv. Indécemment, 
d'une façon messéante. 



le 



1. Agent de la 

2. Les messiers. 



Messier 9 s.m. | 
olice de sûreté, 
es habitants. 

Messire s.m. Messire Luc, der- 
rière. 

Messiére # s.m. et f. || i. La po- 
lice. Il 2. Messièi'e franc, voleur 
bien mis. || 3. Le bourgeois qu'on 
veut voler. — Messiére de la haute^ 
homme de considération. 

Métal (F.-M.) s.m. Argent. 

Métier Q s.m. Paireun métier d'en- 
fer, faire un travail pénible. — 
Paire du métier, travailler pour le 
seul appât du gain. 

Mettre v.a. Mettre dedans, met- 
tre en prison, à la salle de police. 

— Mettre quelqu'un dedans [| 1 . Le 
griser. || 2. Le tromper. « C'est 
une canaille, il m'a mis dedans. » 

— Mettre sa main au feu, affir- 
mer. — Le mettre à quelqu'un, lut 
faire croire une chose, le gagner 
au jeu, le tromper. — Se mettre 
avec quelqu'un, vivre maritale- 
ment. — Mettre dans le mille, 
réussir. — Se mettre bien, ne 



MEUBLANT. 



— 181 — 



MIGNON. 



rien se refuser, en prendre à son 
aise. — Mettre ça dans sa poche ^ 
subir un affront. — % La mettre 
€n dedanSf forcer une porte. — Se 
mettre une gamelle, s'évader. — 
Se mettre à table, dénoncer ; — 
avouer. — Mettre la tête à la fe- 
nêtre, être guillotiné. 

Meublant O ^' Il i-Cest meublant, 
ça fait de Teffet. || 2. As.m. Sou- 
teneur. 

Meuble s.m. Individu gênant, 
encombrant. — Vieux meuble, 
vieillard insupportable. — Se 
mettre dans ses meubles, s'instal- 
ler un intérieur, acheter un mo- 
bilier. — Etre dans ses meubles, 
être propriétaire de son mobilier. 

MeablerQv.a. Meubler son corsage, 
mettre de faux seins. — Meubler 
ses bas, mettre de faux mollets. 

Mendon 9 s.m. Grand meudon, 
officier de paix, agent de la sû- 
reté. 

Mealan 9 n.pr.m. Artie de Meulan 
pain blanc. 

Meulard 9 s.m. Veau ; il meugle 
ou beugle, pour meuglard. [Tim- 

MERMANS.] 

Meale s.f. || 1. Meules de mou- 
lin, dents. — Graisser ses meules 
= Affûter ses meules, manger. 
Il 2. 9 Sans le sou. « J'étais 
meule, » 

Mealé-cass s.m. = Mêlé-cass» 
Voy. Mêlé, 

Meunier # s.m. Receleur achetant 
le plomb volé. 

Meure s.f. Mûre, (fruit.) 

Meurt -de-faim s.m. Pain d'un 
sou. [Michel.] 

Meute % s.f. Foule. 

Meziére = Mezis (B) = Mezig 
= Mezigo = Mezigue # 
Il 1. pron. pers. = Mesiére = Me- 
sigo. Moi. || 2. s.m. Homme naïf 
bon à voler.(G)— Acheteur crédule 
facile à tromper. 



Mib = Mibre s.m. Cest mon 
mib, c'est mon fait, c'est en cela 
que j'excelle. 

Michaud (typ.) s.m. || 1. Paire son 
micltaud, dormir.= 2. Télé. [Mi- 

CHEL 1 

Miche S.f. || 1. Dentelle. || 3. Mi- 
che de Saint-Etienne, pierre, cail- 
lou. Il 3. 9 Miche de profonde = 
Michon argent. || 4. La lune. 

Micbé = Micbé sérieuxQ s.m. 
= Michet = Micheton = Mikel. 
Il 1. Amant payant d'une courti- 
sane. Il 2. Imbécile, niais. — Dupe. 

— Selon Littré, altér. du n.d.b. 
Michel. — En ail. H ans Michel, 
Jean Michel, est le nom propre de 
l'imbécile. [Timmermâns. J 

Michelet = Michelin s.m. 
Paire le michelet, peloter (v.c.m.) 
les femmes dans une foule. 

Michet s.m. Voy. Miche. 

Micheton s.m. = Miche, (dim.) 
v.c.m. 

Souvent, lardé d'un coup de bince. 
Le micheton nu se saurait. 

(Charu. det Gueux.) 

Michon # s.m. Argent ; de miche, 

syn. de galette. 
Microbe 0s.m. Individu malingre, 

chétif. 
Midi s.m. // est midi, il est trop 

tard. 
Mie-de-pain 9 s.f. Vermine. 

— Brochet à la mie de pain, jeune 
souteneur. 

Miel s.m. C'est un miel, c'est 
délicieux ; ou, ironiquement: c'est 
désagréable. 

Miette s.f. Une miette, un peu, 
un rien. 

Mignard0s.m. Voy. Momignard. 

Mignoter v.a. Faire des ca- 
resses. 

Mignon (V) s.m. || 1. Compagnon. 

— Ce mot se prononçait minon. 

— 01. Chereau donne mion, 
v.c.m. « Le (irand Coesre de ces 



MIJOTEK. 



— i82 — 



MIROIR. 



mions. » (J. de l'A,R.)\\2. Maî- 
tresse. 
Mijoter© v.a. Préparer avec soin. 
— Mijoter un /itTe,bien préparer un 
ouvrage.. — Onomatopée du mur- 
mure, du mitonnement, du mar- 
monnage que fait entendre la 
soupe dans la marmite. [Timmer- 

MANS.] 

Mikel s. m. Voy. Miche, 
Milieu O s.m. Derrière. [Larchey.] 
Mille (B) s. m. Il 1. Femme. || 2. Lcri»' 
mille palteSy infanterie. || 3. Mettre 
dans le milles réussir. 
Mille-langues s. m. Bavard. 
Millerie # s.f. Loterie. — De 
rang, mt//, moulin, pour tourni- 
quet. [TlMMER.MA?iS.] 

MUlet s.m. Mille francs. 

Milliard # s.m. <iueux. —Pauvre 
à besace. 

Millogëre (B) s.f. Chambrière. 

Milloget (B) s.m. Valet. 

Milord s.m. Entreteneur riche. 

Mimi s.f. Faire mimi = Faire mi- 
nette, v.c.m. 

Minable Q ^' et s. 2 g. Misérable. 

— Individu qui a une mine pi- 
toyable. 

Mince © adv. || 1. Oui. — Certes. 

— Beaucoup. — Parbleu. — At- 
tends un peu. — Les significa- 
tions de ce mol sont innombrables, 
et il faut pratiquer largot à fond 
pour en saisir toutes les nuances 
souvent intraduisibles. [J. Riche- 
pin.] 

11 fail nuit, Tcicl est opaque 

Jf tnc'quo j'vas poisser dTauber. 

{Chans. des Gueux.) 

Il 2. Peu de chose. « Tu n'as ga- 
gné que vingt-cinq francs cette 
semaine, c'est mince, » jj 3. # Pa- 
pier à lettre. 

Mine (la) # n.pr. Le Mans. 

Mine s.f. Découvrir ou trouver 
une mine^ trouver des ressources. 



— Mine à poivre, caboulotoù l'on 
vend de Teau-de-vie. 

Minets © s.m. pi. Seins petits et 
fermes. 

Minette © s.f. = Mimi. Mot d'a- 
mitié. — Faire des minettes à 
quelqu'un, le caresser du regard, 
de la voix, etc. — (obsc.) Faire 
minette, lambcre inter feminalia. 

Mineur # s.m. Habitant le Mans. 

Mini s.m. (St-(].) Piquer le mini, 
avoir le minimum dans les notes, 
(abrév.) 

Ministre (mil.) © s.m. Mulet de 
l'armée d'Afriaue. — Q Ministre 
de l*intérieur, doigt médius. 

Minois (B) # s.m. Nez. 

Minsus Pilois (B) s. m. pi. Con- 
seillers. 

Minuit 9 s.m. Nègre. — Enfant 
de minuit, voleur. [Michel.] 

Minzingo, Minzingue, Minzin- 
guin © s.m. =:= Mannezingue. 
Marchand de vin. 

Mioche © s.m. Enfant. 

Mion 9 s.m. = Mioche, Voy. Mi- 
gnon. Mion de gonesse, jeune 
homme inexpérimenté. — Mion 
de boule, filou. (O.) 

Mipe # s.m. Provocation. — Faire 
un mipe à quelqu'un, le provo- 
quer. 

Miradou % s.m. Miroir. 

Mireconrt 9 s.m. Violon. (Michel.) 

Mire-laid © s.m. Miroir. — Pour 
dire, par ironie, celui qui se mire 
est laid, (j.d.m.) 

Mirette © s.f. Œil. fm.àm. petit 
miroir.) — Sans mirettes, aveugle. 

— Mirettes glacées, lunettes, lor- 
gnon. — Mirette en caouche, téles- 
cope, longue-vue, (qui s'allonge 
comme le caoutchouc.) 

Mireur © s.m. Observateur. 
Mirliton © s.m. Voix. Jouei* du 

mirliton, parler. 
Mirobolant Q ^* Merveilleux. 
Miroir © s.m. Faire le miroir. 



•• 



MIROTER. 



— 183 



MOCASSIN. 



ballre les caries de façon à les 
montrer à un compère. — Miroir 
à putains, miroir à grues f bellâtre. 

Miroter 9 v. Regarder. 

Mirquin 9 s. m. Bonnel. 

Mirzale 9 s.f. Boucle d'oreilles. 

Mise s.f. Mise à pied, suspension 
ou suppression d'emploi. — (typ-) 
Mise en Érain, première station 
chez le marchand de vin. — Faire 
sa misej payer sa patente. 

Mise-bas s.f. || 1. Vêtements 
défraîchis donnés par les maîtres 
aux domestiques. || 2. (typ.) Grève. 

Misérable s.m. Petit verre. 
(Larciiky.) 

Misërer v.n. Etre dîins la mi- 
sère. 

Miséreux s.m. Misérable, pau- 
vre. 

Miserere s.m. Plainte, jérémiade. 
Chanter le miserere, se plaindre, 

Misloque 9 s.f. Comédie. — Jouei* 
la misloque, jouer la comédie. 

Misloqueur = Misloquier s.m., 
Misloquiére s.f. % Acteur, ac- 
trice, (qui s'affuble de loques, 
d'oripeaux.) 

Mississîpi n.pr.m. Envoyer au 
Mississipi = Envoyei' au diable. 

Mistenflùte Q ^ '^^ Individu. 

Misti s.m. Abrév. de mistigris. 
Valet de trèfle. 

Mistich 9 s.m. = Mistick. Voleur 
étranger. 

Mlstiche 9 a. et s. Un mistichef 
un demi. 

Misticher 9 v.a. Exercer le vol 
en mistichj y. cm, 

Mistick 9 s.m. Vov. Mistich, 

Mistigris s.m. Voy. Misti. 

Mistole 9 s.f. Demoiselle. 

Mis ton 9 s.m. Allumer le miston, 
préparer un vol. = Notirrir un 
môme ou un poupon, 

Mistoufe = Mistoufle Q s.f. || 1. 
Misère. — Etre dans la mistoufle, 
être dans la misère. |1 2. Méchan- 



ceté. — Faire des mistoufles à 
quelqu'un, le tracasser, lui créer 
des ennuis. — Comme le m.fr. 
mystifier, ce mot vient du vx.m. 
mistanfluste, mistenflùte (de l'ail. 
Miste, excrément, et flûte), jeu 
grossier nommé le Musicien aveu- 
gle, qui consistait, entre polis- 
sons, à bander les yeux d'un ca- 
marade et à lui mettre àlabouche, 
en guise de flûte, un bâton sali. 

Mistouflé # a. et s. Pauvre. 

Mistoufler v.a. Faire des mé- 
chancetés. — Tracasser. — Chi- 
caner. 

Mistrillo s.m. Voy. Mistro. 

Mlstro s.m. Vent du Nord- 
Ouest; de Mistral m. s. 

Mistron s.m. Jeu du trente- 
et-un. 

Mistronner 0v.n. Jouerau trente- 

' et-un. 

Mitaine O s.f. Voleuse à la mitaine, 
femme qui vole dans les maga- 
sins, ayant une mitaine au pied; 
elle saisit adroitement les objets 
et les dissimule sous ses jupei. 

Mitan s.m. Milieu. 

Mitard = Mite s.f. l! 1 . • Cachot. 
Il 2. Avoir la mite au logis = 
Etre mitewr, v.c.m. 

Miteux a. Chassieux. 

Mitonner v.a. = Embêter. 

Mitraille s.f. Monnaie de cuivre. 

Mitrailleuse s.f. = Canon. 
Etouffer une mitrailleuse^ boire 
un verre de vin. 

Mitre • s.f. Il 1. Cachot. |l 2. Vov. 
Motte, (2.) 

Mitre • s.m. I| 1. Détenu. || 2. 
Evêque. 

Mitoullets (B) s.m pi. Gants.— 
A rapprocher du fr. mitaine et 
moufle. 

Mobilier % s.m. Dents. 

Mobile = Moblot s.m. Gardo 
mobile. (iSlO.) 

Mocassin s.m. Soulier. 



MOC-AUX-BEAUX. 



— 184 — 



MONACO. 



Moc-auz-Beanx © n.pr.f. Quar- 
tier de la place Maubert. 

Moche © a. Voy. Mouche, {6,) 

Modèle © s.m. *Les vieux modèles, 
les grands-parents. 

Modeleur % s.m. Danseur. 

Moderne © s.m. Elégant à la 
mode. 

Moderniste O s.m. Ecrivain qui 
a la prétention d'innover un genre. 

Modiste O S'Wi- Jeune reporter, 
v.c.m. 

Moelle O s.f. Energie, vigueur. — 
Avoir de la moelle, être coura- 
geux, vigoureux. 

Moelleux # s.m. || 1. Coton. (Mi- 
chel.) Il 2. Homme vigoureux ; 
qui a de la moelle. 

Moellonneuse © s.f. Prostituée 
qui exerce dans les maisons en 
construction. 

Moge8©s.f.pl.Nom que les Roche- 
lois donnent aux entrailles de 
morue. 

Moine (typ.) s.m. Tache blanche. 
— (mil.) Mettre le moine, attacher 
une ficelle à un orteil de cama- 
rade de chambrée et la tirer. — 
O Tête de moine, nom donné à 
un fromage du Cantal. — Bouil- 
lotte. 

Moineau © s.m. Individu. « Un 
vilain moineau, un drôle de moi- 
neau, » 

Moine-lai © s.m. Invalide gâteux. 

Moinette # s.f. Nonne. 

Mois Q s.m. Oublier les mois de 
nourrice, se dire plus jeune que 
Ton est. 

MoTse O n.pr.m. Cousin de Moïse, 
cocu. 

Moisir © v.n. Ne pas moisir dans 
. tin endroit, un emploi, ne pas res- 
ter longtemps. 

Moissonneur % s.m. Commis- 
saire de police. 

Moitié O s.f. Ma moitié, ma femme. 

Moka © s.m. Café. 



Molanche % s.f. Laine. 

Molard © s.m. Crachat. = Huître ; 
mollusque, du lat. mollis, mou. 

Molarder © v.n. Cracher, Voy. 
Molard, . 

Molécule (écol.) s.f. Petit enfant. 

Molette # s.f. Bouche. 

Mollasse © s.f. Mou, sans énergie. 

Mollusque O s.m. = Huître, Igno- 
rant. — Imbécile. 

Momaque # s.m. Voy. Môme, 

Momard © s.m. Voy. Môme. 

Môme © # s.m. == Momaque = 
Momard, \\ 1. Petit enfant. — 
Môme daltèque, jeune homme. 
— Môme noir, séminariste. || 2. 
Fille. « Parmi les réveillons 
les plus gais, signalons celui 
qu'avaient organisé les mômes Du 
Crocket. » (Coiirr. fr, 93.) || 3. • 
Mômesse, mômeresse s.f. Jeune 
maîtresse. ||4. Taper un môme, 
commettre un vol; — se faire 
avorter, commettre un infanti- 
cide. 

Momentanée O s.f. = Horizon- 
tale, Femme galante. 

Mômerie © s.f. Hypocrisie. — Par 
ext. du sens fr., acte de dévotion 
ridicule. 

Mômeuse # s.f. = Mômièrc, = 
tire-mômes. Sage-femme. 

Momie O s.f. Individu sans éner- 
gie, inerte, comme s'il était mo- 
mifié. 

Mômiére # s.f. Voy. Mômeuse. 

Momignard © s.m. = Mignard. 
Petit enfant. 

Momignardage © s.m. Accou- 
chement. — Momignardage à l'an- 
glaise, en purée, fausse couche. 

Mômir # v.n. Accoucher. — Mo- 
mir pour Vajf, couches prématu- 
rées. 

Mômon # s.f. Prostituée de douze 
à quinze ans. 

Monaco © s.m. Sou. — Avoir des 
monacos, avoir de l'argent. 



MONACOTER. 



— 185 — 



MONTJOYE. 



Monacoter 9 v.n. Jouer. 

Monant s. m. Ami. 

Monarque 0s.m. Roi. (j. de car- 
tes.) Pièce de cinq francs. (G.) — 
Argent: Avoir fait sonmonarquCf 
avoir gagné sa journée. 

Monde O © s.m. Monde renversé , 
guillotine. (Delvau.) — # Petit 
monde f lentilles. 

Monfier # v.a. Embrasser. 

Monnaie s.f. Paye}* en monnaie 
de singe, ne pas payer. 

Monologuer O v.n. Se livrer à To- 
nanisme. 

Monôme O(écol.) s.m. Promenade 
à la queue leu leu que font les 
étudiants à certaines époques 
dans le quartier des écoles,et par- 
fois même sur la rive droite ae la 
Seine, quand ils se rendent chez 
le liquoriste qui a pour enseigne 
A la Mère Moreau, ils défilent 
alors devant le comptoir. — Faire 
un monôme avec flanelle, entrer en 
monôme dans les cafés sans y 
rien dépenser. 

Monorgue 9 pron. pers. Moi. — 
Mon individu. 

Monseigneur Q s.m. Pince à ef- 
fraction; jeu de mots sur Monsei- 
gneur devant qui s'ouvrent toutes 
les portes et monseigneur qui les 
ouvre toutes. (Larchey.) 

Monsieur s.m. Entreteneur. — 
La femme galante dit : Mon mon- 
sieur, — Faire le monsieur, faire 
des embarras, faire Tim portant. 

— Monsieur de Paris, le bourreau. 

— Monsieur Vautour, proprié- 
taire. 

Monstre O ^-^^ ^^ ^* IM* Grand, 
énorme, colossal. « C'est un éta- 
blissement monstre, » || 2. Faire 
un monstre, sorte de canevas fait 
par un compositeur de musique, 
et sur lequel le parolier fait son 
libretlo. || 3. Monstre d'homme, 
épithète familière, comme bri- 



gand, coquin, canaille, etc., qui 
se dit en plaisanterie. = Mons- 
trico, 

Monstrico Q s.m. Dim. de mons- 
tre, v.c.m. (3). 

Montage s.m. = Montage de 
coup, mystification. 

Montfi^nard s.m. = Côtier^ 
cheval de renfort. 

Montant % s.m. = Grimpant. || 1. 
Pantalon. — Montante s.f., cu- 
lotte. Il 2. O I^OHner du montant, 
donner de la force. — Exciter les 
désirs. 

Montante # s.f. Echelle. 

Monte-à-regret n. pr. Voy. 
Abbaye, 

Monte-en-l'air # s.m. Voleur qui 
pénètre dans les chambres par 
les toits. 

Monter # v.a., v.n. et v.pr. Mon- 
ter un arcat. Voy. Arcasineur, — 
Monter un coup] monter un Cho- 
pin, préparer un vol ou un assas- 
sinat. — Monter la couleur, mon- 
ter un gandin, mentir, tromper, 
r— Monter sur la table, avouer, 
dénoncer. O Se monter v.pr., 
monter à Varbre, se mettre en co- 
lère. — Monter la tête, exciter. — 
Faire monter quelqu'un, le faire 
mettre en colère. — Monter une 
scie, ennuyer, mystifier. — Mon- 
ter, augmenter: « le beurre a 
monté ce matin au marché. » — 
Monter une gamme, gronder. 
— Se monter le coup, le job, le 
bourrichon, s'illusionner. — Mon- 
ter un bateau, préparer une sym- 
tification. 

Monteur O © s.m. Voy. Montei-, 
Monteur de coups, monteur de go- 
dans, mystificateur. 

Montjoyè (V) s.f. Le gibet. — 
Les montjoye étaient des tas de 
pierre qui indiquaient les routes 
comme de nos jours les poteaux. 
Le gibet de Montfaucon était 



MONTMORENCY. 



— i86 



MORT. 



dressé sur une énorme niasse de 
pierres. 

Montmorency Q s.f. Cerise. 

Montparno n.pr.m. Montpar- 
nasse. 

Montretout Q n.pr.m. Aller 
à Montretout y aller à la visite sa- 
nitaire, (arg. des filles.) 

Montreuil Q s.f. Pêche. 

Monument s.m. || i . Frapper au 
momimentf mourir. || 2. Personne 
de forle corpulence. 

Moquer (se) O v.pr. S'en moquer 
comme de ianiO, être indifférent. 

Moqueur 9 s.m. Président de tri- 
bunal. 

Moqueuse 9 s.f. Serrure. 

Morasse # s.f. || i. Ennui. — In- 
quiétude. — Avoir la morassCy 
être ennuyé. — Battre morasse, 
crier à l'assassin. || 2. Danger. — 
Remords. || 3. 0(tyP-) Dernière 
correction d'un journal. 

Morbaque = Morbec s.m. 
Vermine. — Mauvais gamin. — 

Morceau # s.m. Manger le mor- 
ceaUf avouer, dénoncer ses com- 
plices. — Morceaux de bois, ci- 
gares de cinq centimes. (Eclair, 
10 mai 91.) Quel morceau !=z 
Quel sale morceau! quelle sale 
fille! — Morceau de salé, enfant 
en bas Age. 

Mordante 9 s.f. Scie. — Lime. 

— Belle robe qui attire Tœil et 
fait mordre le client, (prost.) 

Mordre v.a. Se faire moindre, se 
faire prendre, attraper. — AUt'z 
donc vous y faire mordre, ne vous 
y fiez pas. — Ça ne mord pas, il 
n'y a pas moyen de me prendre, 
je ne me laisserai pas attraper. 

Moresque 9 s.f. Pour morasse, 
dans le sens de danger. 

Morfe # s.f. = Morfiage, Aliments. 

— Nourriture. — de morfer, man- 
ger goulûment ou de morfil, 
dent d'éléphant. (Littré.) 



Morfiage # s.m. Voy. Morfe, 
Morfiailler # v.a. Voy. Morfier, 
Morfiante # s.f. Assiette. (G.) 
Morfier = Morfigner := Morfi- 
1er 9 v.a. Manger. = Morfiailler. 

— Se morfier le dardant, s'inquié- 
ter, m. à m., se manger le cœur. 

— Voy. Morfe. 

Morgane # s.f. Sel : le truc de la 
morgane et de la lance, le bap- 
tême. 

Morganer 9 v.a. Mordre. — Voy. 
Morgane, — Déformation de mor- 
dre. Le sel mord, pique. [Timmer- 

MANS.] 

Moricaud s.m. =: Nêgriot. '! i. 
Nègre. || 2. Broc devin. || 3. Char- 
bon. (Larciiky.) 

MoriUo s.m. Chapeau à petits 
bords. (Larciiey.) 

Morlingue # s.f. Porte-monnaie. 

Mornante 9 s.f. Bergerie. 

Morne % s.f. Mouton. 

Mornée#s.f. = Mornos. Bouchée. 

— Bouche. 
Mornier 9 s.m. Berger. 
Morniffe = Mornifle s.f. = 

Morninque, \\ i. Monnaie. — We- 
filer de la fausse morniffe, écouler 
de la fausse monnaie. || 2. Gitle ; 
coup sur la mornée, 

Mornifleur % s.m. Morni fleur 
tarte, faux monnayeur. 

Morningue 9 s.f. Voy. Mwnifie. 

Mornos # s.m. Voy. Mornée, 

Morpion s.m. = Crampon. Im- 
portun tenace. 

Morpionner v.a. = Crampon- 
ntr, v.c.m. 

Mort O s.m, || {.Faire un mort, ex- 
pression du jeu de whist et de la 
manille k trois. Le mort est un jeu 
qu'on étale sur la table comme 
étant celui d'un partenaire imagi- 
naire. C'est aussi un jeu inconnu 
qui reste sur la table et qu'on 
peut échanger contre le sien, à 
son tour. || 2. # Mort, condamné. 



MORTIER. 



— 187 — 



MOUILLANTE. 



Il ^.[m'i\.)Se faire porter élève mort 
se faire porter malade. 

Mortier s. ni. (F.-M.) 9 Sun-eil- 
lance. Etre dumortiery Otre franc- 
maçon. 

Mortaliaer v.a. Tuer. 

Morue © s.f. Femme débauchée, 
prostituée de bas étage. 

Morviau = Morviot © s.m. 
Morve. 

DaoA les veines d'cos estropiés 
Au lieu d'sang il couP du morviot. 

(J. KicHEPiN, Chans. des Gueux.) 

Moscou (miL) n.pr.m. Faire brûler 
Moscou, préparer un punch 
monstre. 

Mot s.m. O Faire de$mot$, faire de 
Tesprit. — Avoir des mots avec 
quelqu'un, se disputer. — Mot de 
la fin, trait d'esprit. 

Motte © s.f. Il 1. (obsc.) La nature 
de la femme. || 2. Maison centrale. 
— 9 Dégringoler de la motte, sor- 
tir de prison. — Var. de mitre, 

[TlMMERMANS]. 

Mou © s.m. Se faire enfler le mou, 
avoir le mou enflé, être enceinte. 

Moucaire (ar. al.) © s.f. Voy. 
Moukère, 

Mouchailler©v.n. Regarder.(G.) 

Mouehailleur © s.m. Agent de 
police. 

Mouchard 9 s.m. Portrait. — 
Mouchard à bec, réverbère. — 
Le portrait dénonce les traits, il 
moucharde comme le réverbère 
qui gr>ne les malfaiteurs. 

Moucharde # s.f. || 1. La lune. 
Il 2. La police. 

Moucharder © v.n. et v.a. Es- 
pionner. 

Mouche O s< f • 6^ ^* Il ^ • Mouche à 
miel, candidat à TEcole centrale. 
Il 2. Mouchard, agent secret. — 
© La mouche, la police. || 3. Tuer 
les mouches, avoir mauvaise ha- 
leine. Il 4. Envoyer des coups de 
pied aux mouches, quitter toute 



retenue. || 5. Faire wîouc/ie, attein- 
dre son but. Il 6. # Laid. — Dé- 
bile. — Mauvais. = Moche = 
Mouchique. 

L'turbin c'est bon pour qui qu'est mouche. 
(J. RicuRiM.t. Chant, det Gueux.) 

— Etre mouche à la sec, être mal 
vu de la police. — Grimoire mou- 
che, code pénal. 

Mouchée © s.f. Raclée. 

Moucher © v.a. et v.pr. Morigé- 
ner, malmener, rembarrer. — 
Moucher quelqu'un, le battre, le 
tuer. — Se faire moucher, se faire 
rembarrer. — Moucher la chan- 
defle, pratiquer Tonanisme, en 
parlant des enfants. — Moucher 
leshommes, commerce charnel. — 
8e moucher d^un louis, voler un 
louis. — Il ne se mouche pas du 
pied, il ne se prive pas. 

Moucheron © s.m. Enfant. 

Mouchettes © s.f.pl. Des mouchet- 
tes! non. 

Moucheur © s.m. Moucheur de 
chandelle, individu qui pratique 
Tonanisme. 

Mouchique © a. Voy. Mouche, (5«) 

Mouchoir© s.m. Revolver, pisto- 
let, (de moucher, tuer.) — Mou- 
choir d* Adam, les doigts, le mou- 
choir primitif. — Mouchoir à 
bœufs, prairie. 

Moudre © v.n. et v.a. Moudre wi 
air, jouer de l'orgue de Barbarie. 

Mouf © n.pr.Abrév.Mouffetard. La 
rue Monf'Mouf,\a. rueMouiîetard. 

Moufllauté ©a. Chaudement velu. 

— Pour emmitouflé. 
MoufXlet © s.m. Enfant au maillot. 

— Au petit mufle rebondi, var. 
de mafflu. [Timmermans.] 

Moufionner© v.n. Se moucher. 
Mouflon © s.m. Mouchoir. (Il sert 

à nettoverle mufle.) 
Mouillante © s.f. |j 1. Soupe. || 

2. Morue. 



MOUILLÉ. 



— 188 — 



MOUSSINE. 



Mouillé a. Etre mouillé \\ 1. Être 
ivre. Il 2. Etre surveillé par la po- 
lice. 
Mouiller % v.a. Voler à la tire. — 

Se mouiller v.pr., se griser. 
Mouillette @ s.f. Tremper sa 

mouillette f obsc. 
Mouisse # s.f. Soupe. 
Moukala (ar. al.) s.m. Fusil. 
Moukère(mil.) (ar. al.) s.f. Moucai- 
re. = Femme — Maîtresse. — 
Prostituée. 
Moule © s.f. z= Huître. \\ i. Imbé- 
cile, niais. — Ignorant. || 2. Moule 
à pipes, =z Moule à Gambier, figure 
grossière. — Moule à gaufres ou 
à pastilles, visage grêlé. — Moule 
à melon, bossu. 
Moulin s.m. Magasin de rece- 
leur. — Moulin à café, \\ 1. (mil.) 
Mitrailleuse. 

Il 2. « C'est ainsi qu'au Palais 
on désigne couramment la Correc- 
tionnelle, la juridiction qui broie, 
qui u moud » en un clin d'œil, 
sans s'arrêter, d'un mouvement 
continu et monotone, l'honneur, 
Tavcnir des pauvres gens. 

« A la va-vite, on Tes condam- 
ne; dossiers tournés du bout des 
doigts, textes tombés du bout des 
dents. Et d'autres juges, après, 
s'arment de celte sentence, en 
font la base d'autres sévéri- 
tés... 
« Ah ! que Banville avait raison : 



Aux pauvres gens tout est peine et misère ! 

[Séverine.] 

Il 3. Moulin à tent. — Derrière. 

Moulinage0 s.m. Bavardage. (Mi- 
chel.) 

Mouliner v.n. Bavarder. 

Mouloir % s.m. Mâchoire. — Les 
molaires broient les aliments 
comme la meule le grain. 

Moulue (B) s.f. Excrément. 

Moulure © s.f. Excrément. Voy. 



Moulue. — Faire une moulure, 

faire ses besoins. 
Moumoute O s.f. Mot d'amitié. 
Mouniche s.f. Parties de la 

femme. 
Mounin s. m. Apprenti. (Delvau.) 

— Petit garçon, ae moure, v.c.m. 
Mouquette O s-f- Prostituée; (per- 
sonnage du roman Germinal de 
Zola.) 

Moure s.m. Figure gentille, 
jeune, éveillée. (Richepin.) 

Mourir v.n. S'en faire mourir, 
en demander trop. — Tu t'en fe- 
rais mourir, je ne veux pas; (ça te 
ferait mal.) 

Mouscaille # s.f. = Mousse = 
Moustille. Boue. — Excrément. 

— Gadoue. Allus.à la mousse, écu- 
me qui couvre les liquides en 
fermentation ou les eaux crou- 
pissantes. 

Mouscailler % v.n. Faire ses be- 
soins. Voy. Mouscaille. 
MouscaiUèur 9 s.m. Vidangeur. 
Mouscailloux s.m. Fantassin, 
(terme de mépris, par analogie 
avec pousse-cailloux.) 

Mousquetaire s.m. Mousque^ 
taire gris, pou. 

Moussante s.f. Bière. 

Mousse O s.f. Voy. mouscaille. — 
De la mousse ! non, rien. — Faire 
de la mousse, faire des embar- 
ras. 

Mousseline O s.f. jj i. Pièce 
d'argent. || 2. # Pain blanc jj 
3. # (iron.) Fers de prisonnier. 

Mousser Q© ^'•"« S'impatienter. 
— Faire mousser quelau*un. || 1. 
Le faire mettre en colère. || 2. 
Le faire valoir. 

Mousseuse # s.f. Prostituée. 

Mousserie s.f. Latrines. 

Mousseux Os. ni. Vin de Cham- 
pagne. 

Moussine s.f. Diarrhée. Voy, 
Mouscaille. 



MOUSSU. 



— 189 — 



MUSETTE. 



Moussu # s. m. Il 1. Riche, puis- 
sant. Il 2. Voy. Mouzu, 
Moussne 9 s.f. Châtaigne. 

Moustachu Q ^* ^^ s*"^- Q^^ ^ ^^ 
fortes moustaches. 

Moustille (mil.) s.f. Voy. Mous- 
caille, 

Moustique # s.m. Mauvais. — 
J.d.m. pour mouchique, Voy. 
Mouche. (6.) 

Moût a. Beau. — Du vx. m. 
moultf beaucoup. 

Moutard © s.m. Gamin. — Var. 
de moure, v.c.m. 

Moutarde s.f. Excrément. 

Moutardier s.m. Derrière. 

Mouton s.m. || 1. Matelas. — 
Mettre son mouton au c/ou, en- 
gager son matelas. || 2. Prison- 
nier qui espionne sescompagnons 
pour les dénoncer. Allus. au mou- 
ton, machine qui sert à enfoncer 
les pieux par j.d.m. sur enfon- 
cer, tromper en argot. 

Moutonner v.n. et v.a. Cher- 
cher à savoir les crimes ou délits 
commis par les détenus en se fai- 
sant leur ami. — Vov. mouton. 

Moutrot # s.m. Préfet de po- 
lice. 

Mouvement Q s'"- ^^^^ ^^^ ^^ 
mouvement, être au courant du 
progrès, suivre la mode du jour. 

Mouver v.a. Mouvoir. — Se 
mouver v.pr., se mouvoir. 

Mouvette % s.f. Dénonciateur. 

Mousu # s.m. =Mottôsii. Mamelle. 
— Le mot contient les sons qui 
dénotent la bouche, en suédois 
mun, et la succion. La bouche 
s'énonce par les sons mar^ moun, 
moût, mouch, mour, etc., selon 
que la diversité de ses actes en- 
traine telle ou telle phonation. 

[TlMMERMANS.] 

Muche a.2 g. et s.m. || 1. Ex- 
cellent, parfait. (Delvau.) || 2. 
Jeune homme timide. (Rigaud.) 



Mucher0v. Cacher; lat. mussare^ 
vx. fr. musser, m. s. 

Muette (la) # s.f. ||1. La cons- 
cience; (elle ne parle pas aux 
malfaiteurs.) — Avoir une puce à 
la muette, avoir des remords. — 
Il 2. O Maison de chasse où Ton 
conservait les mues, les bois de- 
cerf. 

Muf = Mufe s.m. z=Muffeton, 
etc. Il 1. Goujat. — Homme gros- 
sier et malappris. || 2. Maçon. — 
Pain de muf, pain fendu de qua- 
tre livres. 

MufTôe s.f. Ivresse. — En avoir 
une vraie muffée, être tout à fait 
ivre, m.à.m. en avoir plein le 
mufle. 

Muffetée s.f. Prise de tabac. (On 
Taspireparle mufle.) 

Muffeton s.m. = Mii/2e, Muffie^ 
Mufleman, Mu/leton. Voy. Muf. 

Muflée s.f. Quantité. «CTnemu/Zétf 
de plats. » — De quoi s'en fourrer 
plein le mufle. 

Muflerie s.f. Sottise. — Mau- 
vais procédé. — Méchanceté. 

Muitard s.f. Voy. Motte. (2.) 

Mulet0s.m. || 1. Diable. (Michel.) 
Il 2. (typ.) Compositeur aide-met- 
teur en page^. 

Mur # s.m. Compère de voleur à la 
tire. 

Murer va. Tuer. — Se murer 
v.pr., se battre. 

Murette s.f. Crotte. 

Muron s.m Sel. — Var. de ma-' 
ron. 

Muronner # v.a. Saler. 

Muronnier # s.m. Fabricant de 
sel. 

Muronnière # s.f. Salière. 

Musée # s.m. Musée des claqués^ 
la morgue. 

Muselé s.m. Imbécile, niais. 

Museler v.a. Museler le rousto, 
éteindre le gaz. 

Musette s.f. Le cou, la gorge. 



MUSICIEN. 



— 190 — 



NAVET. 



— Couper la musette à quelqu'un^ 
lui couper la gorge. — Cela n'est 
pas dans une musette, = dans un 
sac, c'est réel, cela se voit. 
Musicien s. m. ||i. Délateur. 
Il 2. Haricot. |I 3. Dictionnaire. 

(RiGAUD.) 

Musique s.f. || i.Q Plaintes, récri- 
minations. Il 2.0 Ruse, tricherie. 
I) 3. # Passe)* à la musique, &irc 



confronté avec les délateurs. 
Lot de bric-à-brac. (Rigaud.) 
Restes de verres que recueille 
marchand de vin. (Delvau.) 



4. 
5. 

le 



Musiquer#v. a. Marquer une carie 
d'un coup d'ongle. 

Mu8ser0v.n. Sentir. Voy. Mous- 
caille, 

Mynsse (V.) adj. Dépourvu ; (ce 
mot a fait le mot fr. mince.) 

Myste s.m. Hareng à frire. 

Mystère 9 s.m. Mystère caché, 
hure en pâté. 

Mystoufle s.f. Voy. Mistoufe. 

Mystérieux 9 s.m. Malfaiteur 
qui lance du vitriol à la dérobée 
sur les vêtements des passants 
dans le seul but de nuire. 



N 



Nageant = Nageoir # s.m. 
Poisson. 

Nageoires O0 s-^* P^* IM* Bras 
de souteneur; (le maquereau a des 
nageoires.) ||2. Favoris larges. 

Mage-pataud loc. adv. Etre à 
nage-pataudy être tombé dans 
l'eau et se débattre pour en 
sortir. 

Naïade s.f. Lâcher une naïa- 
de, pisser; pour une noyade. 

Naïf (typ.) s.m. Patron. 

Nanan O s*ni* Friandise « C'est 
du nanan. » 

Nap O s.m. Louis d'or; abrév. de 
Napoléon, 

Naquet # s.m. Valet d'un jeu de 
paume. 

Naqueter 9 v.n. Attendre. — Se 
morfondre; (attendre comme un 
valet.) 

Narquois s.m. Soldat déserteur, 
(qui nargue le service.) 

Nasalbor 0s.m .Onguent pour faire 
disparaître la couperose. — De 
l'ail. Nase, nez, et Salbe, on- 
guent. [TiMMERMANS.] 

Nase s.m. =zNaze,Nazarety Nez. 



— Friser' son nase || 1. Etre de 
mauvaise humeur. || 2. Renâcler. 

Nasée s.f. Prise de tabac. 

Nasi # s.m. =: Nazi. Mal véné- 
rien. 

Nasse # s.f. || 1. Rafle, jj 2. Etre 
dans la nasse, ôtre dans la misère, 
avoir des malheurs. 

Naturalisme Q ^'^' Ecole litté- 
raire, naturaliste. 

Naturaliste O s.m. et a. Littéra- 
ture basée sur l'étude de la nature 
dans l'homme, dont le promoteur 
Emile Zola, est le maître incon- 
testé. 

Nature O s.f. Naturel. — Comme 
c'est nature, c'est vrai. — Faire 
nature, dessiner ou peindre en 
donnant l'impression exacte de la 
nature. — Bœuf ou bifteck na- 
ture, sans autre chose avec. 

Navarin Q s.m. Ragoût de mou- 
ton aux pommes et aux navets. 

Navet s.m. || i. # Naif. — Dupe. — 
Le navet joue le rôle de compère 
dans la partie de bonneteau, c'est 
celui qui allume la partie et amè- 
ne la dupe aux bonneteurs ses 



NAVETTE. 



— 191 — 



NIB. 



coinpliccs. Il fait le naît. || 2. O 
Des n(iveti> =: Des nèfles, négaloin, 
expression de refus. « Te prêter 
cent sous, des navels ! » 

Navette # s.f. Voyageur de com- 
merce. 

Navuce s.f. Moutarde; (elle 
monte au nase.) 

Nazaret i- Naze s.m. Nez. 

Nazer 9 v.a. Haïr. 

Nazi # s.m. Voy. Nasi. 

Nazicot © s.m. Petit nez. 

Nazonant # s.m. Gros nez. (G.) 

Nèfle © s.f. Des nèfles := Du flan 
= Des 7mvetSf v.c m. (2.) 

Neg © s.m. Neg au petit croche y 
chifTonnier, m. à m, négociant au 
petit crochet. (Rigaud.) 

Nègre © s.m. Aide-chiffonnier. 

Négresse © s.f. |{ 1. Bouteille de 
vin rouge.— Étouffer y éreinter ou. 
éventrer une négresse^ boire une 
bouteille de vin. |i2. Punaise. — 
Puce. 

Négriot © s.m. Coff'ret ou petite 
armoire en bois d'ébène. 

Négro © s.m. Nègre. 

Nènais m Nènet © s.m. Sein. — 
Son de la succion chez les bébés. 
ITisiMGRMAKs.] — Néuais de veuvcy 
biberon. 

Nep 9 s.m. Voleur brocantant de 
faux bijoux. — Escroc qui vend 
des décorations étrangères. 

Nerf 9 s.m. Moyen ; «l'argent est 
le nerf de la guerre. » 

Nervi © s.m. Portefaix. 

Net © s.m. Atelier net, atelier dé- 
crié par les ouvriers. 

Nettoyé © a. Ruiné. — Dévalisé. 
— Etre nettoyé \\ i. Avoir perdu 
au jeu tout ce qu'on avait d'argent. 
Il 3. Etre condamné. 

Nettoyer © v.a. Dévaliser. — 
Ruiner. — Gagner au jeu. — 
Nettoyer un pante, tuer un bour- 
geois. 

Névrosé O s.f. Ce mol est du do- 



maine de la psychologie; il dési- 
gne, dans le langage familier, 
toutes les personnes dont le cer- 
veau est déséquilibré. 

Nez © s.m. Sez qui a coulé cher à 
mettre en couleur, nez enluminé 
par les excès de boisson. — 
Avoir quelqu'un dans le nez, le 
détester. — Faire son nez ou avoir 
le nez long, bouder. — Avoir du 
nez, avoir le nez creux, avoir Tin- 
tuition des bonnes aff'aires. — 
Mettre son nez dans le bleu, se 
piquer ou se salir le nez, se griser. 
— Laver le nez à quelquun, le 
réprimander, le morigéner. — 
Nez en bec à corbin, épaté, gros, 
large et court. — Nez en pied de 
marmite, nez en trompette, nez 
eus qu'il pleut dedans, nez relevé. 
« Mlle Kid était une petite drô- 
le tle, avec un nez où il pleut tie- 
dans » (Stop. Journal amusant, 
1870). Mener par le nez, le bout du 
nez, ifaire marcher qq. à sa guise. 

Niaire 9 s.m. Voy. Nière, 

Niais # s.m. Voleur qui s'amende. 
Ce mot s'écrivait autrefois niaiz 
et désignait les voleurs assez 
maladroits pour se laisser pren- 
dre ; (par ail. aux petits oiseaux 
pris au nid.) Du lat. nidus nid. 
.< Niaiz qui seront attrapez bien- 
tôt s^embroueront au hMe. » 
(Villon.) 

Niasse % s.m. Mon niasse, moi. 

Nib = Nibe # adv. = Mbergue, 
Niberte, Nif, Rien. — Non. — 
Absence de. — Silence ! — Tais- 
toi ! — Nlb de graisse, pas d'ar- 
gent. — Nibe au truc, ne rien 
dire sur un vol. — Paire un nib, 
commettre un vol adroitement, 
dans le genre du vol à Vépin- 
glette, le voleur opère générale- 
ment sur les champs de courses 
ou en chemin de fer ; il s'approche 
de la dupe dont il convoite Té- 



NIBÉ. 



— 192 — 



NIVETTE. 



pinglc enrichie de diamants, se 
lie avec lui, s'insinue habilement 
dans ses bonnes grâces, lui donne 
un « tuyau » et tout en parlant, 
jouant avec son programme, il 
soulève Tépingle qu'il dégage de 
la cravate et 1 escamote. Voy. Ro- 
manichel. — Propre à ni6, propre 
à rien. — Ça fait nib dans mes 
blots, ça ne tait pas mon affaire. 

Nibé # adv. Silence I 

Niber # v.a. Regarder. — « Nibe 
la gonzessCf » regarde la femme. 

Nibergue=:Nil>erte # adv. Vov. 
Nib =Bernique, m . déf. — En afl. 
bar nichts, rien tout nu. [Tihmer- 

MA!S'S.] 

Nicdouille s.m.== NiquedouillCf 
iYtV/au(/tnos,nigaud, niais, (m.déf.) 

Nice # s.m. Niais; du lat. nesciuSf 
qui ne sait pas. 

Niche s.f. A c'te niche ! va te 
coucher! — Avoir la niche et la 
pdtéCj être nourri et logé.^zNiche- 
à'SeinSy corset. 

Nichette = Niohonnette O s.f. 
Femme légère, à la mode. — Mot 
d'amitié comme Nini, Niniche, 
Ninette, (femme qui se niche, qui 
se plait au nid). 

Nichon O s.m. = NénaiSj sein; 
de nicher, faire son nid ; c'est 
sur le « sein » de sa mère que 
niche le bébé. 

Nid s.m. Nid d'hirondelle, cha- 
peau rond à bord très étroit. — 
Nid à poussière, nombril. — Nid 
à punaise, chambre d'hôtel garni 
de bas étage. 

Niente s m. Rien. 

Nière = Niert # s.m. = Niaire. 
Individu. — Complice. — Mon 
niert, moi. — Mon niert bobéchon, 
moi, ma tôte. — Nière, maladroit. 
(RiGAUD.) — Nière à l'estorgue, 
complice dont on n'est pas sûr. 

Niet # pr. in déf. Rien. 

Nif # adv. Vov. Nib. 



Nifer # v.n. Cesser. — Nifer de 

Vacré, faire attention. 
Nigaudinos s.m. Voy. Nie- 

tlouillc. 
Ninars (V.) s.m. pi. Niais. 
Niner (V.) v.a. || 1. Viser, quil- 

1er; au nom ang. du jeu de 

quilles, nine-play ou nine-pins. 

« Nineront très lout au fronti. » 

(Viixoîf.) 

Il 2. Endormir les enfants; du 
lat. nœnia, chanson de nourrice. 

Ninette # s.f. Voy. Nichette. 

Ningle s.f. Prostituée. 

N-i-Ni. C'est fini ! (formule néga- 
tive.) 

Nini = Niniche O s.f. Voy. Ni-- 
cheite. 

Niole s.m. =: Gnolle \\ 1. Cha- 
peau retapé. ||2. iVto//e s.f. In- 
dividu nul. — Objet sans valeur. 

Nioleur s m. =: Gnoleur jll. 
Marchandde vieux habits, de dï- 
belots sans valeur. 2. jl Ouvrier 
en chambre qui retape les vieux 
chapeaux pour les revendre 
comme neuis. 

Nielle s.f. Voy. Niole. 

Nion s.m. Voy. Gnon. 

Niert 9 n.pr. m. A//eràiVior(,nier. 
(j.d.m.) — Envoyer quelqu'un à 
Niort, lui refuser. 

Niorte # s. m. Viande. 

Nique # prép. Sans, exempt de. 
Etre nique de mèche, être sans 
complice. 

Niquedouille s.m. Voy. Nic^ 
douille. 

Kisco O ^^^'' = ^*^* ^^^' i^^^' 

mule négative.) — En ail. nichls, 

rien. 
Nisette # s.f. Olive. 
Kiveau O s.m. iYe pas trouver son 

niveau, être ivre. 
Nivet# s.m. || 1. Bénéfice illicite 

fait par un agent. || 2. Chanvre. 
Nivette # s.f. Filasse. — Etoupe. 



NIX. 



— 193 — 



NOUVELLE. 



Nix O adv. Voy. Nisco, 

Nobler = Nobrer # v.a. Con- 
naître. 

Noc s. m. Individu bôtc. 

Noce @ s.f. Débauche. — Faire la 
noce, se débaucher. « La fille qui 
se prostitue appelle cela faire la 
noce, alors môme que sa situation 
est misérable. » — Faire une 
noce de tailleur^ c'est aller se 
promener sans dépenser d'ar- 
gent, souvent parce qu'on n'en 
a pas. 

Nocer Q v.n. = Faire la noce, 
v.c.m. 

Noceur O ^'^' Individu qui aime 
à s'amuser. 

Nocher v.n. Sonner. — En ang. 
ta knock, frapper. [Timmermans.j 

Noctambule O s. m. Celui qui 
passe les nuits à se promener ou 
à s'amuser. 

NoctambulerO v.n. Se promener 
la nuit. 

Et j*ai noctambule, triste, hagard, crotté. 

Vêtu pendant l'hiver de jaquette» d'été 

Et d'ulslers poussiéreux pendant la canicule 

(N. DB VlLLARS.) 

Noctambulisme O s*"^* Action 
. de noctamhuler. 

Nocturne s.m. Vidangeur. 

Nœud s.m. Filer son nœud, s'en 
aller. — Monnœud! (obsc.) = du 
flan! 

Noir s.m. Plomb. [Rigaud.] — 
Un petit noir, une tasse de ca- 
fé. 

Noire- fontaine (St.-C), s.f. En- 
crier. 

Nom O s.m. JVom de D..., juron, 
blasphème. On l'atténue en di- 
sant: Nom de nom, Nom d*un 
chien, Nom d'une pipe, Nom d'un 
petit bonhomme. Nom d'un ton- 
nerre. Ces locutions s'emploient 
. à tort et à travers, à propos de 
tout ou de rien. 

Nombril s.m. Midi. — Nombril 



de religieuse, as (du jeu de cartes). 

Nommer v.a. Baptiser. 

Nonnant s.m. Ami. — Un fami- 
lier, q.q. qui est comme de la 
famille. La racine du mot est. 
congénère de celle de nourrir. Au • 
centre de la France on dit nénet, 
nénin, pour le grand-père, nonain 

t)Our le père, nonne pour la mère. 
TiMMERMANS.] 

Nonne # s.f. Faire nonne, provo- 
quer un rassemblement pour per- 
mettre à un acolyte de commettre 
un vol. 

Nonneur # s.m. = Noueur. Com- 
père de voleur. Voy. Nonne, 

Normalien O s.m. Elève ou an- 
cien élève de l'Ecole normale. 

Nosigues # pron.pers.pl. = Nou-- 
sailles, — Ifouzailles^ etc. Nos. 
— Nous. 

Notaire s.m. || i. Marchand de 
vin. [Rigaud.]— Notaire du coin, 
marchand de. vin du coin. ||2. 
Epicier qui fait crédit, J.d.m. sur 
noter. 

Note O s.f. Etre dans la note, être 
au courant des faits et des modes 
du jour. 

Noueur # s.m. Voy. Nonneur • 

Noujon 9 s.m.' Poisson. 

Noune # s.m. Receleur. 

Nounou O s.f. Nourrice. 

Nourrice # s.f. Receleur. 

Nourrir # v. a. Préparer mûre- 
ment. — Combiner. — Nourrir 
un môme, un poupon, combiner 
un vol. 

Nourrisseur 9 s.m. Voleur 
qui. prépare un mauvais coup. 

Nousailles # pron.pers.pl. Voy. 
Nosigues. 

Nouveauté s.f. Faire sa nou- 
veauté, changer de quartier ou de 
rue pour se livrer au raccrocAage. 
(arg. des filles.) 

Nouvelle (la) n.nr.f. Colonie 
pénitentiaire de la Nouvelle-Ca- 

13 



NOUVELLE-COUCHE. — 194 — 



ŒIL. 



lédonic. — Nouvelle-Calédonie, 
cimetière de Saint-Ouen. 

Nouvelle-conche O s.m. Démo- 
crate exagéré dans ses revendi- 
cations. — Voy. Couche, 

NouzaiUes = Nonzières := Nou- 
siergue = Nouzigo = Nouzi- 
gues # pron.pers.pl. Voy. No- 
sigues. 

Noyade # s.f. Baignade. 

Noyau O s.m. Nouveau venu.[DEL- 
VAU.] — Siège rembourré avec des 
noyaux de pêche, siège où Ton se 
trouve mal assis parce qu'il est 
mal garni. 

Noyé % s.m. Ivrogne. 

Nuage s.m. Tournure ; le nuage 
cache la lune. 



Nuageville Q n.pr.f. Utopie. — 
Pays imaginaire. 

Numéro Q s.m. Etre d'un bon nu- 
méro, être ridicule. — Numéro 
un, de premier ordre. — Connai- 
tre le numéro, connaître la valeur. 
— Aller au numéro 400, aller au 
cabinet d'aisances. — Maison à 
grand ou gros numéro, maison de 
tolérance. — Numéro 7, crochet de 
chiffonnier. 

Numéroter0v. a. «Il peut numéro- 
ter ses abattis, » « il peut se prépa- 
rer à recevoir une volée de coups. » 

Nymphe O s.f. Fille galante. — 
Nymphe de Guinée, négresse. — 
Nymphe potagère, cuisinière. — 
Nymphe verte, absinthe. 



O 



Obéliscal O a. Grand. — Superbe. 
Objet s.m. Amante. 

Depuis lors à i»OD sujet 
Mon c(Fur batUl la breloque, 
Quand j'appris que mon obj0t 
M'accordait la réciproque. 

(FUur de thé.) 

Observasse O s.f. Observation. 

Occase s.f. Occasion. — Objet 
de peu de valeur ou faux. — 06- 
. jet d' occase, objet d'occasion. — 
Châsse d'ocçase, œil en verre, œil 
louche. — Mère d'occase, fausse 
mère. — Œil d occase, monocle. 

Occasion # s.f. Chandelier, (vx.) 

Occis 9 a. = Épaté = Tué. Stu- 
péfait. 

Occuper fthé.] v.a. Occuper son 
numéro, se ait d'un artiste qui 
tient bien son emploi. 

Qche s. f. pour Loche. Oreille. 
— Voche me cloche, l'oreille me 
tinte. (Allus. à sa forme en coli- 
. maçon.) 



OcréasO St-C. s.m. pi. Souliers. — 
Bottes. (Lat. ocrea, botte). 

CBil. s.m. Avoir l'œil, avoir cré- 
dit. — Avoir Vœil, sun^eillcr. — 
Cela a de l'œil, c'est apparent. — Ne 
pas fermer lœil, ne pas dormir. 
— Ouvrir /'œi/, faire attention. — 
Se faire ouvrir l'œil, se faire ou- 
vrir un crédit. — Faire de Vœil, 
regarder amoureusement une per- 
sonne ou regarder une chose 
avec envie. — Se fourrer- le doigt 
dans Vœil, se tromper. — Mon 
œil! = Du flan, rien. — A Cœil, 
gratis. — Tirer Vœil, attirer les 
regards. — Mauvais œil, supers- 
tition qui attribue au seul regard 
de certains individus une influ- 
ence malfaisante, u Hier, M. 0. 
qui a décidément le mauvais œil 
pour les cabinets, a de nouveau 
précisé un point d'histoire. » Voy. 
Jettator. — Œil qui dit merde à 
Vautre, œil qui louche. — Taper 



ŒUF. 



— 195 — 



OMNIBUSARD. 



dans Vœil^ plaire. — Taper de 
i^œUy dormir. — Faire l'œil en 
coulisse^ regarder tendrement. — 
L'œi/, la police. — Qiuirt d'œil, 
■commissaire de police. — Avoir 
Vœil américain, voir clair. — 
Tourner de l'œil, mourir. — Œil 
au beurre noir, œil poché. — Œil 
en trou de vrille, œil perçant. — 
Œil de cochon, petit œil. — Œil 
de lapin blanc, œil rouge et cils 
blancs. — Œil de bœuf %, pièce 
de cinq francs en argent. 
Œuf © s.m. Tôtc — Casser son 
œuf, faire une fausse couche. — 
Un œuf sur le plat, louis d'or 
posé sur une pièce de cinq francs 
en argent. — Des œufs sur le plat, 
. seins de moyenne grosseur. 
Officier (mil.), s.m. Laveur de 
vaisselle (garçon d'office). — Offi- 
cier de guérite, simple soldat. — O 
Officier payeur, celui qui paye la 
dépense.— # Officier (fe tango ou 
de topo, tricheur. [Delvau.] — 
# Officier de la manicle, cheva- 
lier d'industrie. 
Offrir v.a. et v.pr. S'offrir une 
agonie d'eau douce, se noyer. 
— S'ofifre-à-tous, prostituée. — 
Abbaye de s' offre-à-tous, lupanar. 
Ogre (typ.) © s.m. Compositeur 
d'imprimerie qui travaille à la 
conscience, qui gagne une jour- 
née fixe. Il 2. Usurier. j| 3. Agent 
de remplacement militaire (il n'en 
existe plus en France). — Patron 
de maison publique. (Ils exploi- 
tent la chair humaine.) || 4. Chif- 
fonnier en gros. 
Ogresse © s.f. || 1. Marchande 
à la toilette. || 2. Patronne de 
maison publique; (elle aime la 
chair fraîche.) 
•Oignea © s.f. pour Oignons. Aius 
petites oignes = Aux petits oi- 
gnons, v.c.m. 
Oignon ©s.m. Montre. — il y a de 



l'oignon, il y a du chagrin, sujet de 
pleurs, de méconlenlemenl,elc. — 
Peler de'soignons, gronder q.q. jus- 
qu'à le faire pleurer. — Aux pe- 
tits oignons, soigné, soigneuse- 
ment. — Oignon brûlé, anus, fesse. 
[Ï-.ARCHEY.] — Chaîne d'oignons, dix 
de jeux de cartes. [Rigaud.] Etre 
vêtu comme un oignon, avoir plu- 
sieurs vêtements l'un sur l'autre. 

Oiseau O ^'^' Il ^' Individu. « Un 
bel oUeau. — Un sale oiseau. — 
Un drôle d'oiseau. » || 2. #Faussc 
clé =: Rossignol. \\ 3.©Auget pour 
porterie mortier; (perche sur Té- 
paule.) — Oiseau de cage, dé- 
tenu. — Oiseau fatal, corbeau. — 
Aux oiseaux, soigneusement, con- 
fortablement. — Se donner des 
noms d'oiseaux, des noms d'ami- 
tié, comme ma colombe, monpetit 
canard, ma poule. — Faire l'oi- 
seau = Faire la bête, l'imbécile. 

OiselerQ v.a. Cueillir. — Prendre. 
— Faire prisonnier. 

Oiim O S'"^* Académicien; (lat. 
olim. du vieux temps.) 

Olive © s.f. Changer sea olives 
d'eau, uriner. [Delvau.] — # Tête. 

Olivet # s.m. Oignon. 

Ombre © s.f. Etre à l'ombre, être 
en prison. — Mettre à l'ombre, 
mettre à l'abri; tuer. — Faire 
passera V ombre, faire disparaître, 
tuer. 

Omelette (mil.) s.f. Farce. — Faire 
omelette du sac, mettre le sac en 
désordre. 

Omettre {Le') # v.a. Le tuer. 

Omnibus ^ # s.m. || 1. Prosti- 
tuée, (qui se donne à tous.) |1 2. 
Garçon d'extra, (payé par tous les 
autres.) || 3. Verre de vin,(demi- 
setier.) || 4. Vin qui découle du 
comptoir de marchand de vin. # 
Omnibus de coni, corbillard. 

Omnibusard © s.m. Faux misé- 
rable exploitant la pitié publique 



OMNICROCHE. 



— 196 — 



ORPHELIN. 



dans les omnibus . [Larchey] . 

Omnicroche s.f. Omnibus, (il 
accroche.) 

Omnium Q (sport) s.m. Course de 
chevaux dont Tâ^c est différent. 

Oncle s.m. Usurier. — Mon on- 
cle du prêt = Ma tante^ monl- 
de-picH6. — # Portier de prison. 

Onclesse. # s.f. Femme du por- 
tier de prison. 

Ondoyense # s.f. Cuvette pour se 
laver. 

Ongle s.m. Avoir des ongles 
crochus, être avare, rapace. 

Onguent 9 s.m. Argent, (il calme 
bien des douleurs.; 

Onze adj. num. Le train onze, 
les jambes. 

Opérateur # s.m. Bourreau. 

Opérer 9 v.a. Opérer guelçû'un, 
ouvrir les yeux à q.q. — Guilloti- 
ner. 

Opineur s.m. Opineur hésitant, 
juré. 

Opportunisme O s.m. Partisan de 
réformes amenées proffressivc- 
mcnt et sans secousse. (Le mot a 
été créé par Gambetta.) 

Orange s.f. Sein. — Avoir des 
oranges sur son étagère, avoir des 
seins rebondis. — Payer des oran- 
ges, donner des coups de poing ; 
(allus. à la forme arrondie des 
poings). — # Orange à cochons, 
pomme de terre. 

Oranger # s.m. Oranger de save- 
tiei', basilic. [Rigaud.] 

Ord # a. Horrible; (lat. horridus, 
m.s.) 

Ordinaire s.m. Bouillon et 
bœuf. « Un ordinaire, » — Les 
ordinaires, menstrues. [Delvau.] 

Ordonnance (mil.) s.f. Papier qui 
n'est pas d'ordonnance^ chèque. 

Ordre (mil.) s.m. Copier l'ordre, 
balayer. 

Or-dur s.m. Cuivre. 

Oreillard. # s.m. Ane. 



Oreille O s.f. Avoir fait une oreille 
à Venfant, avoir contribué à la 
génération. — Fendre Voreille à 
quelqu*un, le déclarer impropre 
au service. — Mettre à la retraite. 

Orfèvre O s.m. Vous êtes orfèvre^ 
monsieur Josse? Cette phrase se 
dit à une personne qui conseille 
une chose à q.q. en ayant Tair 
de lui porter de l'intérêt et qui 
n'a qu'un but, celui d'en tirer 
profit. (Allus. au personnage de 
Molière dans V Amour médecin). 

Orgue s.m. || 1. Jouei' de l'or- 
gue, ronfler. || 2. Personnalité. 

— Monorgue, moi. — Je prends ça 
sur mon orgue, je prends ça sur 
moi, sous ma responsabilité. — 
Ton orgue, toi. — Son orgue, lui. 

— Notre orgue, nous. — Manger 
sur V orgue, dénoncer, (m. à m. 
causer sur lui ;) orgue est un suf- 
fixe très employé en arg. comme 
aille, oche, etc. 

Orient 9 s.m. Or. 
Orientaliste. O s.m. Celui qui 

connaît bien l'argot des voleurs* 

Il 2. Voleur juif. 
Orléans s. m. Vinaigre ; (on 

fabrique beaucoup de vinaigre à 

Orléans.) 
Orloge (r] (B|. s.m. Coq. 
Ormoire (mil.) s.f. pour Armoire. 

Sac du troupier = Ormoire à 

poils. 
Ornichon 9 s.m. Petit poulet. 

— Dim. du gr. opviÇ, oiseau, vo- 
laille. Le mot fr. ornithologie 
désigne l'histoire naturelle des 
oiseaux. 

Ornie fB) # s.f. Poule. — Ornie 
de balle, dinde. 

Ornière # s.f. Poulailler. — Basse- 
cour. 

Ornion (B) # s.m. Poulet. 

Ornioys (B) s.m. Chapon. 

Orphelin s.m. |j 1. Etron. = 
Orphelin de muraille, Senti» 



ORPHIE. 



— 197 — 



OUTSIDER. 



Tielle. Il 2. 0= Mégo, bout de ci- 
gare ou de cigaretle;(il est aban- 
donné.) Il 3. • Orfèvre. ||4. # 
Voleur. — Orphelins, bande de 
voleurs. 

Orphie # s.f. Oiseau chanteur. 

Os © s.m. Argent. — Monnaie. 
— Avoir de Vos, avoir de l'argent; 
avoir du courage, de Ténergie, de 
\SL force. — Os à moelle , membre 
viril. — Faire juter Vos à moelle, 
pratiquer Tonanisme. — Os de 
mouton, casse-tôte dont se servent 
les malfaiteurs pour assommer 
leur victime. C'est une arme ter- 
rible. — Ça vaut un os, un os à 
moelle, c'est bien, c'est bien dit. 

Osanore # s.m. Dent. [Larchey.] 

Oseille s.f. Argent. — Tu me la 
fais à Voseille, c'est raide I (pour 
aigre), c'est trop fort. — Avoir 
mangé de Voseille, être aigri. 

Ostac s.m. Vent d'Est. — (Celtique 
Ost, Orient. (Trévoux.) 

Ostio (mil.) s.m. =i4ws(o = Osto<. 
Prison. (Du vx mol ost ou host, 
armée. 

Osselet % s.m. Dent. [Delvau]. — 
Les osselets, les doigts. 

Ostot (mil.) s.m. Voy. Ostio, 

Othello O s.m. Mari jaloux. 

Otolondrer 9 v.a. Ennuyer ; [Ri- 
gaud] (agacer les oreilles.) 

Otolondreur 9 s.m. Homme en- 
nuyeux, agaçant. 

Ouater v.a. O Peindre trop flou. 
[Delvau.] 

Oublier O v.a. Oublier les mois de 
nourrice, Voy. Mois, 

Ouiche in t. Oui, (avec un sens 
négatif, par iro.). «Pensez-vous 
que la pièce réussira? — Ah oui- 
che! »> (abrév. de Ah oui, je t'en 
^che I) 

Ourler v.a. Ourler son bec, finir 
son travail; [arg. des graveurs 
sur bois.) 

Our8 s.m. Il 1. Oie. (La rue aux 



Ours, au xiii« siècle, était la rue 
aux dues, à cause des oies qu'y 
vendaient les rôtisseurs. De oûes 
on a fait ours,) |l 2. Salle de po- 
lice. Il 3. Bavaraagc ennuyeux. 
[Larchey.] ||4. Compagnon désa- 
gréable. — Poser un ours, en- 
nuyer, gêner. || 5. Pièce de théâ- 
tre. — Prenez mon ours. Dans 
une pièce des Variétés, VOurs et 
le Pacha, Odry jouait le montreur 
de bêtes et répétait à tout pro- 
pos : Prenez mon ours ! Ces trois 
mots eurent un tel succès, que 
les directeurs auxquels un au- 
teur apportait un manuscrit lui 
disaient : « Vous voulez m'amu- 
ser, vous m'apportez votre ours. 
— Cette pièce vous nlaira, j'en 
suis sûr, répondait l auteur. — 
C'est bien ce que je pensais, pre- 
nez mon ours! » — (thé.) Cages à 
ours, carions. || 6. Envoyer à 
l'ours, envoyer promener. 

Onr8er0 v.ii. || 1. Courtiser, (m. 
déf.) Il 2. Manquer au devoir 
matrimonial. 

Ourserie s.f. Insociabilité. — 
Sauvagerie. 

Oursin # s.m . Jeune voleur. 

Ourson s.m. Bonnet à poils 
d'ours. 

Oùs^que0adv. pour Où, — Oûs'que 
tu demeures? où demeures-tu? — 
Oùs'qu'est mon fusil ? où est mon 
fusil ! (que je le tue pour ce qu'il 
vient de dire ou de faire), se dit 
en -manière de plaisanterie. 

Ouste int. = Zut, — « Allons, 
ouste, caletez ! » allons, dehors, 
sortez ! 

Outil s.m. Maladroit, imbécile. 
Outil de besoin, prostituée ; (c'est 
souvent par nécessité qu'on les 
emploie.) 

Outsider (sport) s.m. Cheval que 
l'on considère comme n'ayant pas 
de chance de gagner la course. 



OUVRAGE. 



— 198 — 



PAILLE. 



Ouvrage ^ s. m. Vol. 
Ouvrier 9 & m. Voleur. 
Ouvrir v.a Ouvrir sa tabatière, 



vesser. — Ouvrir îœil et le bon, 
— Surveiller, faire altenlion. 
Ovale C s.m. Huile. 



Pacant 9 s.m. || 1. Paysan. 
Il 2. Passant. 

Paccin 9 s.m. zrzPacsin. Paquet, 
(m. déf.) 

Pacha s.m. Taureau. (arg. des bou- 
chers.) 

Paolin ^ s.m. Voy. Pacquelin. 

Pacquelin s.m.^ Paclin, Pays. 

— Lieu d'oriffine. — Ce mot*se 
trouve à lort (dans le vocabulaire 
de Grandval à la fin de son ou- 
vrage de Cartouche) traduit par 
en/iw*; c'est une erreur de Tédi- 
teur, qui a traduit cette phrase : 
Le Glier Ventrolle en son pacque^ 
lin, « le Diable t'emporte en en- 
fer ». La traduction est : en son 
pays, 

Pacquelinage 9 s.m. Voyage. 

Pacqueliner 9 v.n. Voyager. Du 
lat. pascha, Pftque fait de Thé- 
breu Paschah passage ; la seconde 
P&que juive avait été instituée en 
faveur des voyageurs qui n'au- 
raient pu être ce jour là à Jéru- 
salem. 

Pacquelineur s.m. Voyageur. 

— Nomade. 

Pacsin s.m. Voy. Paccin. 

Padoue s.f. Faveur rouge pour 
ficeler les sacs de bonbons. 

Paf s.m. Il 1. Ëau-de-vie. 

jl 2. ivre. Voy. Paffer. \\ 3. Se dit 

d'une chose qui arrive subitement 

(onomatopée). « Paf, ça y est! » 

Il 4. Membre viril. 

Pair = Paffe # s.m. Soulier. 
{pour Passe.) 

Paffer v.a. et v.pr. Boire. — 



Enivrer. — Etre ivre au point de 
tomber, de faire paf, (onomato- 
pée.) 

Paffler s.m. Soulier. 

Pagaie (mil.) s.f. Mettre en pagaie^ 
mettre en désordre; (mêler comme 
avec une pagaie.) 

Page (typ.)s.f. jl 1. Bon travailleur. 
jj 2. Page blanche, innocent, 
vierge. 

Pagne 9 s.m. || 1. Secours en ar- 
gent ou provisions pour les pri- 
sonniers. Il 2. Lit. (déf. de panier.) 

Pagnoter v.n. = Paniotter, 
Coucher. — Pagnoter avec quel- 
qu'un, coucher avec a.q. — 
v.pr. Se pagnoter, se coucner. 

Paillard s.m. Lftche, poltron. 

Paillasse s.f. || i. O Individu sans 
convictions, peu sérieux en toutes 
choses. Il 2. Ventre. — Se gar- 
nir la paillasse, manger. — Cre^ 
ver la paillasse, éxenVrer. \\ 3.(mil.) 
Etre de paillasse, être de garde. 

il 4. Paillasse à soldats ou de corps 
e garde, prostituée qui fré(juente 
les soldats. || 5. Brûler lapatllasse^ 
ne pas payer les services d'une 
femme galante. || 6. Paillasse à 
coups de poings, femme d*ivrogne 
brutal. Ij 7. (mil.) Manger sa pat/- 
lasse, s agenouiller pour prier au 
pied de son lit. 

Paillasson s.m. Débauché; (qui 
fréquente les prostituées; (pat(- 
lasses.) — Amant de cœur. 

PaiUe#s.f. Il i.Dentelle. || 2.Trom- 

Eerie au jeu. || 3. Q Paille de fer ,^ 
aïonnette, épée, fleuret, sabre. 



PAILLER. 



— 199 — 



PALMARÈS. 



Il 4. Homme de paille, prOto-nom, 
individu responsable d'une affaire. 

— Cest une paille, ce n'est rien. 
— Avoir la paille au cul, être mis 
de côlé, réformé. — Etre vendu 
où à vendre comme homme poli- 
tique. — Hacher de la paille, 
parler allemand . — Prendre une 
paille, se griser. — A toi, £a 
moi, la paille de fer, chacun à 
son. tour. — Ne plus avoir de 
paille sur le taboitret, n'avoir plus 
de cheveux sur la tête. 

Pailler v.n. Tricher aux cartes. 

Pailletée s.f. Prostituée attifée. 

Paillon s.m. Infidélité en 
amour. — Faire un paillon, faire 
une infidélité. 

PaiUot0 s.m. Paillasson. — Pla- 
quer la tournante sous le paillot, 
mettre la clé sous le paillasson. 

Paiii=Paiiig s.m. Coup. « Rece- 
voir ou foutre un paing. » — 
J.d.m. sur pan! pafî bruit du 
coup. 

Pain s.m. Pain ars, pain brûlé; 
(arg. des boulangers.) — Pain à 
grigne, pain fendillé, (id.) — Pain 
métourné, pain trop petit, (id.) — 
Pain polka, pain long et plat de 
4 livres. — Pain à trente-six trous, 
biscuit de soldat. —Pam à cache- 
ter, hostie. — Pleine lune. — Pain 
de graisse, femme maladroite, pe- 
tite et grosse. — Faire des petits 
pains, allécher, flatter. — Parler 
pour ne rien dire. — Chuchoter. 

— Manger du pain rouge, vivre de 
meurtre. — Ne pas manger de ce 
pain-là, ne pas employer des 
moyens malhonnêtes pour vivre. 

— Faire passer le goût du pain-, 
tuer. — Mettre du pain dam te sac 
à quelqu'un, le battre— Prendre un 
pain sur la fournée, prendre un 
acompte. — Sonpain, ^onpatn,rien 
du tout.— JBt du pain ? et le néces- 
saire. — Oter le pain de la bouche, 



faire perdre à q.q. son emploi, 
Tempôcher de réussir. — Avoir 
sonpain cuit, avoir de quoi vivre. 

Paire s.f. Se faire la paire, s'en- 
fuir, s'évader. — Faire des paires, 
faire des gestes désordonnés. — 
Cest une autre paire de manches, 
c'est bien différent. 

Pairs 9 s.m. pi. Chambre des pairs, 
section des condamnés aux tra- 
vaux forcés à perpétuité. 

Paix-là0s.m . Huissier audiencier. 

Palabre s.f. Discours long et 
ennuyeux. 

Paladier s.m. Voy. Pelardier. 

Palais-Royal s.ni. Carreau du 
Temple. 

Palanqnin 9 s.m Hôtel meublé. 

Palas a. Beau. 

Bon, tu chial ! Ah ! c'est pas palas. 

(Ch, det Gueux.) 

* 

Pâle O s.m. = Pâlichon. Blanc ; 
(au jeu de dominos.) 

Paleron s.m. Pied. 

Palet 0s.m. Pièce de cinq francs, 
(argent.) • 

Paletot 9 s.m. Cercueil. == Pale^ 
tôt de sapin. 

Palette s.f. || 1. Dent. || 2. Main. 

Il 3. Guitare. — Mot formé du 

radical pat qui veut dire plat 

comme la patte. Il en est de môme 

pour paleron et palet. 

Pâlichon O s.m. Voy. Pâle. 

Pallas s.m. || i. (typ.) Discours 
prétentieux. — Faiseur de pallas^ 
faiseur d'embarras. || 2. Boni- 
ment de bateleur. 

Pallas8er0 (typ.) v.n. Discourir, 
pérorer. 

Pallassenr (typ.) s.m. Bavard 
insupportable. — Orateur pré- 
tentieux. 

Palmarès O s.m. Liste des ré- 
compenses accordées aux élèves 
le jour de la distribution des prix; 
du lat. palma palme. 



PALME. 



— 200 — 



PANNE. 



Palmé, = Palmipède a. et s . m. 
Il 1, Imbécile. || 2. Officier d'aca- 
démie, (il a les palmes.) 

Pâlot (te) =Pallot (te) s. Paysan 
grossier. 

Pâlotte 9 s.f. La lune. 

Palper O v.n. Recevoir de Tar- 
gent. 

Palpeur # s. m. Juge d'instruc- 
tion. 

Palpitant 9 s.m. Cœur ; il s'agite, 
se contracte. 

Pâmer (se) v.pr. S'évanouir« 

PAmear # s.m. Poisson. 

PAmbisir # v.n. Se pâmer. 

Pampelache n.pr.f. Yoy. Pan- 
tin. 

Pampine • s.f. || 1. Sœur de 
charité. || 2. Viande de mauvaise 
qualité. || 3. Terme injurieux. 
= Charogne, 

Pamnre ^.f. Gifle violente, (un 
pain qui fait pâmer.) 

Pana ^ s.m. Homme âgé, avare et 
laid. — Gueux et sordide comme 
un panne ou loqueteux. 

Panache s.m. || i. Ivresse. — 

. Avoir le ou son panache ^ être 

ivre. — Voy. Pompon^ plumet. 

Il 2. Faire panache, tomber en 

passant par-dessus la tête de son 

cheval. 

.Panaché O &• Mélangé. — Un pa- 
naché s.m. Absinthe à Torgeat, à 
Tanisette, etc. 

Panade s.f. || 1. Mou. — Indi- 
vidu nonchalant. — Rappelle le 
brouet au pain. [Timmermans.] 
Il 2. Pauvreté, misère. || 3. Per- 
sonne ou chose délabrée. — Lat. 
pannuSf morceau d'étoffe, et en 
fr. loque. [Timmermans.] 

.Panalïlenz s.m. Marchand de 
bric-à-brac, de défroques; (de pan- 

. nus.) 

Panais s.m. = Panet, Etre en 
panais, être en chemise. — J.d.m. 
sur pan; {pannus). — Des panais 



(Rosalie) = Du flan! négation. 
Panama O s.m. Chapeau de 

paille. 
Panaris O s.m. Belle-mère. 
Panas © j| 1. a. Vieux, usé, 

sans valeur, jj 2. s.m.pl Bric-à- 

brac;(depannMS,morceau d'étoffe.) 
Pancarte (mil.) s.f. Se faire aligner 

sur la pancarte, être inscrit sur la 

liste des punitions. 
Pandore s.m. Gendarme, 

Brigadier, répondit Pandore^ 
Brigadier, vous avei raison. 

(G. Nadaco.) 

Pané a. Voy. Panne. 

Panet s.m. Voy. Panais. 

Panier © s.m. Lil. — Panier aux 
crottes, jupon. — Panier au pain, 
estomac. — Panier à salade, voi- 
ture cellulaire. 

Paniotter © v.n. et v.pr. Voy. Pa- 
gnoter. 

Paniquer 9 v.pr. Se paniquer, 
avoir peur. 

Panmuflisme O s.m. — Gouja- 
tisme, grossièreté. « ... et comme 
il répugne aux délicats, nous te- 
nons ici la cause de ce aue j'ap- 
pellerai, en empruntant le mot à 
Gustave Flaubert, le triomphe du 
panmuflisme. » (F. Goppée.) 

Panne © s.f. jj 1. Gêne. — Pau- 
vreté, misère. — Tomber dans la 
panne, n'avoir plus le sou, porter 
des vêtements usés. || 2. (thé.) 
Rôle de peu d'importance, ou 
rôle ingrat. . « 1/ ne joue que des 
pannes.» — Mauvais rôle. La panne 
était autrefois Tétoffe dont on ha- 
billait les domestiques à la ville 
comme au théâtre, et comme les 
rôles de domestiques sont géné- 
ralement insignifiants, on les dé- 
signa sous le nom de panne. || 3. 
Mauvais tableau. Du grec oicavi^, 
pauvreté. 

Panne © a. et s.m. = Pané. Pau- 
vre, misérable. — Panne comme 



PANNEAU. 



— 201 — 



PAPE. 



la hollande^ ôire 1res misérable. 
z= Être dans la purée (v.c.m.) 
comme la hollande, espèce de 
pomme de terre jaune, grosse et 
farineuse. O C/m6 des Pannes, 
réunion de promeneurs endi- 
manchés qui attendent le retour 
des courses aux Champs-Elysées. 

Lorsque le soleil sans voile 
Brille en U céleste toile, 
Un tas de gens pomponnas 
Viennent place de I^toile, 
Au Club de$ Pannes! 
{Soirée» S cms Géne^ Georges Gillkt.^ 

Panneaa Q s.m. Tomber dans le 

panneau, croire à un mensonge ; 

(tomber dans le piège.) 
Panneanture O s*^* Petit tableau 

sur bois n'ayant aucune valeur 

artistique. 
Panner v.a. Gagner au jeu. — 

G*est mettre les autres dans la 

misère ; (panne,) 
PaDnétellas O s.m. Cigare d'un 

sou. 
Panotear s.m. Braconnier ; (il 

tend des panneaux.) 
Paooulle s.f. || 1. Perruque. 

Il 2. Vieille femme. 
Panser v.a. Panser de la main, 

battre. 
Pantalon s.m. Donner dans le 

Îmntalon garance, aimer les mi- 
itaires. — (Arg. des litt.) Paire 
pantalon, ne pas remplir la page 
jusqu'au bas. 
Pantalzar s.m. Pantalon. — 
D'un débris de pantalon et de a/- 
zare, mot ital. qui veut dire his- 
ser, hausser. C'est une var. méta- 
phorique de grimpant, le vête- 
ment qui grimpe sur les jambes. 
C'est le cuU}Utant quand il dévale. 

[TlMMERHANS.] . 

Pante C s.m. = Pantre.Yoy, Pan- 
tin. Individu. Bourgeois. — Pol- 
tron, individu sans énergie. — 
Faire le pante, faire la bête. — 



Panle argoté, bête. — Pante dé- 
sargoté, individu malin. — Pante 
amau, individu qui s'aperçoit 
qu'il estvolé.(t7renaiide.)— Pan- 
tin se trouve dans la plaine St- 
Denis : le pante est l'habitant 
de la Plaine, le paysan. Le 
vocable est identique *^ au mot 
ital. pantano, bas-fond , marais. 

[TlMMERHANS. J 

Panthère s.f. Pousser sa pan- 
thère, aller de cabaret en cabaret. 
— O Faire sa panthère, aller et 
venir ; (comme une panthère en 
cage.) 

Pantière (B) # s.f. Pantière à 
miettes, la bouche. 

Pantin n.pr.m. = Pampeluche 
=z Pantruche. Paris. — Dans le 
goût de Pantin, à la mode pari- 
sienne. — Du skt Pattana, ville, 
propriétaire, citadin, bourgeois, 
individu. [Burnouf.I 

Pantinoia s.m. | 
Il 2. # Voleur de 
damné à Paris. 

Pantouflard Q s.m. Homme sans 
caractère, qui se laisse dominer 
par les femmes. 

Pantoufle s.m. Ouvrier tailleur; 
(il travaille en pantoufles.) 

Pantre 9 s.m. Voy. Pante, 

Pantriot s.m. Payeur. 

Pantruche n.prl Voy. Pantin. 

Pantruchois s.m. PaVisien. 

Pantorne 9 s.f. Prostituée. — 

Panuche 9 s.f. Prostituée de mai- 
son publique. || 2. Femme bien 
mise; (empanachée.) 

Panufe 9 s.f. Chaussette. 

Panorgiste O s.m. Imitateur ser- 
vile. 

Papa Qs.m. Bourgeois.— Bon papa, 
bourgeois paisible. — A la papa, 
tranquillement, doucement. 

Pape s.m. || 1. Imbécile. — 
Il 2. Verre de rhum, (j.d.m. sur 
Rome.) ' 



1. Parisien. 
Paris, con- 



PAPELARD. 



— 202 — 



PARFAIT. 



Papelard 9 s.m. Imprimés de 
toute nature, (pour papier.) 

Paper-hnnt s.m. = Rallie-paper. 
M.à m. chasse au papier. Variété 
de sport équestre. 

Papier s.m. Papier à chan- 
delle, mauvaise publication. — 
Papier à douleur^ billet protesté. 

— Papier gofudron, papier d'em- 
ballage. — Papier Joseph ou de 
soie^ billet de banque. — Parler 
papier, écrire. 

Papillon 9 s.m. Blanchisseur. — 
Papillon d'auberge^ assiette. — 
Papillon d'amour^ morpion. — 
Vieux papillon, vieillard galant et 
empressé auprès des femmes. 

Papillonne Os.f. Besoin de chan- 
gement en amour. [FouRiER.l 

Papillonner % v.a. et v.n. Voler 
du linge dans les voitures de blan- 
chisseurs. 

Papillonnenr % s.m. Voleur qui 
prend le linge dans les voitures 
de blanchisseurs. 

Papillotes O s.f.pl. Billets de 
banque. 

Papotai^eOs.m. Commérage inno- 
cent. — Bavardage. — Var.onoma- 
topéique de babiller [Timmermans]. 

Papoter O v.n. Bavarder. 

Papetier Q s*'"- Papotière s.f. 
Bavard. 

Paqnecin s.m. Voy. Vaccin. 

Paquolin % s.m. Flatteur ; (pour 
patelin), 

Paqneliner % v.a. et v.n. Flatter. 

Paqnemon % s.m. Paquet, (m. 
déf.) 

Paquet s.m. Homme sans valeur. 

— Imbécile. — Maladroit. 

Y a-t-i rien qui tous agace 
Comme ces espèces de paquets 
Qui soufn'ent dans des cors de chasse. 
A la porl' des mastroqucls 7 

(J. JOOT.) 

— Femme de forte tournure. 

— Paire son paquet, ou faire ses 



petits paquets, être moribond. — 
Paire le paqttet, tricher aux 
cartes. — Faire des paquets sur 
tout le monde, faire des cancans» 
médire. — Avoir son paquet, être 
ivre. — Lâcher le paquet, tout 
révéler; abandonner. — Recevotr 
son paquet, recevoir son congé. 

Parabole 9 s.f. Paradis. 

Parade s.f. (thé.) Faire la parade, 
jouer une pièce comme lever de 
rideau. — © Bénédiction de 
parade, coup de pied au derrière. 

— 9 Vov. Romanichel. 
Paradis © s.m. Infirmerie. (St-C.) 

— Une le portera pas en paradis ^ 
il payera ça avant sa mort. 

Paradouze© s.m. Paradis. 

Paralance © s.m. Parapluie. 

Parangonner (se) (typ.) v.pr. 
S'appuyer. 

Paraphe © s.m. Gifle. -— Souf- 
flet. — Détacher un paraphe à 
quelqu'un, donner un soufflet. 

Parapher © v.n. Gifler. -^ Souf- 
fleter. 

Parapluie ©s. m. |I i.Voy. Essence. 
Il 2. Mari. — (mil.) Envoyer quel^ 
qu'un, chercher le parapluie de V es- 
couade, se débarrasser d'un im- 
portun. Il 3. % Alibi. 

Parc 9 s.m. Parc aux huitr^Sy 
crachoir, mouchoir. 

Paré a. Etre paré, être prêt, 
être disposé. 

Pareil © a. Du pareil au même, 
identique. 

Parer O v.a. Remplir. — (arg. des^ 
bouch.) Parer un morceau, prépa- 
rer la viande pour la cuisson. — 
© Parer la coque, échapper par 
la fuite à une punition. — % La 
parer à un aminche, venir en 
aide à un ami. — Se parer, se 
créer un alibi. 

Parfait - amour © s.m. Parfait- 
amour de chiffonnier, mauvaise 
eau-de-vie. 



PARFAITE. 



— 203 — 



PAS. 



Parfaite © s.f. £.a parfaite. Voy. 
Consolation, 

Par fond 9 s. m. Pâté. 

Parfonde • s.f. \\i. Cave. || 2. Po- 
che ; (pour p'o fonde,) 

Parisrot0 s.m. Parisien. 

Paria n.pr.m. Q Tout-PariSf en- 
semble des personnalités connues 
dans toutes les classes de la so- 
ciété. — Monsieur de Paris, le 
bourreau. 

Parisien s.m. 1 1 1 . Mauvaise tétc, 
individu indiscipliné. || 2. Mauvais 
cheval. |{ 3. (pays.) Imbécile bon 
à duper. 

Parlement O s.m. Ouvrir le par- 
lement ou Faire Vouverture du par- 
lement, causer, parler, discourir. 

Parlementariame O s.m. Poli- 
tique qui consiste à soumettre 
tout au contrôle du Parlement. 
« Le Parlementarisme nous offre 
pourtant, selon sa vieille habi- 
tude, son joli petit scandale par 
semaine. » (Fr. Coppée.) 

Parler (thé.) v.n. Parler sur quel- 
qu'un, l'interrompre. © Parler 

. papier, voy. Papier. 

Parloir # s.m. Parloir des singes, 
parloir de prison. 

Parlotte O s.f. Lieu de réunion, 
(où Ton parle.) 

Parmezard© s.m. Pauvre. •— Dé- 
guenillé ; (râpé comme le parme- 
san.) 

Pamaase (litt.) n.pr.m. Chardon 
du Parnasse, mauvais écrivain. 

Paroiaae O s.f. Prêcher pour sa 
paroisse, défendre ses intérêts. 

Paroiaaien Q s.m. Individu. — 
Drôle de paroissien, individu d'al- 
lure singulière. — Paroissien de 
Saint - Pierre-auX'Bœufs, homme 
bête et grossier. 

Parole sA.QMa paro/e,je te le jure, 
(abrév. de « je te donne ma parole 
d'honneur. ») 

Parolier O s.m. Auteur de chan- 



sons ou de livrets de pièces où i\ 
y a de la musique. 

Paron 9 s.m. Palier dVscalier. 

Parouart (V) n.pr.m. Paris; (avec 
le suffixe ouart, souvent employé 
au xv« siècle). 

Paroufle 9 s.f. Paroisse. 

Parpaillot O s.m. Protestant. — 
Du nom de Jean Perrin, seigneur 
de Parpaille, qui fut décapité en 
1602 comme hérétique. 

Parrain % s.m. || 1. Témoin. — 
Parrain d'altéque, témoin à dé- 
charge. — Parrain fargueur, té- 
moin à charge. || 2. Avocat. || 3. 
Juge assesseur. 

Parrainage 9 s.m. Témoignage. 

Partageur = Partageux # 
s.m. Partisan du partage de tous 
les biens. 

Parterre O s.m. Prendre un 6î7- 
let de parterre, tomber. 

Parti O a. Il i. Endormi. || 2. Ivre. 
— Il est parti pour la gloire, il est 
endormi ; (il va rêver à la gloire) 
ou il est ivre; (il s'enthousiasme.) 

Particulier Q s.m. Individu 
quelconque. 

Particulière Os*f. || 1. Maîtresse. 
Il 2. Prostituée. 

Partie © s.f. Faire une partie, se 
battre entre camarades. Q Monter 
une partie, organiser une repré- 
sentation dramatique avec des 
artistes amateurs. — Partie fine, 
bonne fortune en cabinet parti- 
culier. — Fille à parties, prosti- 
tuée qui attire les clients dans les 
maisons à parties ou maisons de 
passes, y. cm, 

O s.m. et négation. Mettre quel- 
qu'un au pas^ le contraindre à 
obéir. — Pas grand'chose, per- 
sonne peu estimable. « Après 
tout (lui dit Forestier) vous dé- 
barrassez le pays de deux pas^ 
grand^chose. » (M. Barrés, Une 
jowmée parlementaire.) — Ça n'est 



PASCLIN. 



— 204 — 



PASSIONNÉ. 



pcLS méchant^ cela n'a pas d'impor- 
tance. — Pas de ça, Lisette, néga- 
tion. 

Pasclin = Pasqnelin # s.m. 
Voy. Pncquelin. 

Passaoailler 9 v.n. Devancer. — 
Supplanter. 

Passade (thé.) s.f. || 1. Change- 
ment de place des artistes en 
scène. — Régler une passade, ré- 
gler la façon dont les artistes doi- 
vent se placer en scène. || 2. 0= 
Passe (3). |I 3.# Soulier. || 4.(typ.) 
Secours d argent. — 9 Aumône 
faite en passant. || 5. Plongeon 
forcé. 

Passans (Y) (B] s.m .pi. = Passide, 
etc. Souliers. 

Brouez-moi sur ces gours passans. 

(Villon.) 

Passant 9 s.m Soulier. 

Passe 9 s.f. || i.Soulier.(abrév.de 
passans,) \\ 2. = Passade (1). || 3. 
Q Union passagère. — Faire une 
passe, contracter une union pas- 
sagère. — Maison de passe, maison 
de rendez- vous. |I 4. © Secours, 
aide. — Donner la passe à quel- 
qu'un, aider. || 5. 9 Guillotine. — 
Gerber à la passe, condamner à la 
^illotine. || d.QPfirn^isde circu- 
lation gratuite sur les lignes de 
chemin de fer. || 7. 9 Ecornifler 
à lapasse, tuer (faire passer de vie 
à trépas). || 8. O Jetons ou fiches 
qu'on met à chaque nouveau 
coup. || 9. Numéros au-dessus de 
dix-huità la roulette. || iO.^Passe 
à la rousse, espadrilles : leurs se- 
melles de corde permettent aux 
malfaiteurs de marcher sans être 
entendus de la rousse; (police.) 

Passe-orick 9 s.m. Passeport. 

Passe -de -cambre 9 s.f. Pan- 
toufle. 

Passe-lacet O s.m. || 1. Prosti- 
tuée. Il 2. Gendarme. 



s.m. Bateau, — 



Passe-lance | 

Canot. — Bac. 

Passe-passe s.m. Tricherie au 
jeu. — Joueur de passe-passe, tri- 
cheur. 

Passe-montaf^ne O s*'"* Sorte de 
capuchon en tricot de laine qui 
couvre la tête et le cou. 

Passer O v.a. etn. Passer au bleUj 
disparaître. — Ne pouvoir passer 
sous la porte Saint-Denis, être 
cocu. — Se la passer douce, vivre 
sans souci. — Passer devant la 
mairie, vivre maritalement. — 
Passer la jambe à Jules ou à Tho^ 
mas, mettre les barres de bois 
dans les anses de la tinette pour 
la vider. — Faire passer les yi- 
ques, harceler, tourmenter, faire 
souffrir; (de piquer.) — Passer à la 
plume ou à tabac, (v.c.m.) être 
roué de coups par les agents de 
police. — Passer à la sorgue, dor- 
mir. — Passer au gabarit, rogner, 
avoir une réduction de salaire. 

— Passer la mer Rouge, avoir ses 
menstrues. — Passer du vin en 
contrebande, rentrer ivre en ville. 

— Passer Carme à gauche ou y pas- 
ser, mourir. — Passer au dixième^ 
devenir fou. — Passer la motn, 
céder son tour. — Passer la main 
dans les cheveux, flatter. — % 
Passer à la fabrication, être volé. 
— Se passer de belle, ne pas recevoir 
sa part dans le produitd'un crime. 

Passe-sinf^e^ s.m. Individu rusé. 

Passeur O s.m. Individu payé 
pour passer des examens en se 
substituant à d'autres. 

Passe-vanterne 9 s.f. Echelle. 

Passide 9 s.f. =Passier= Pas- 
sif = Passille s.m. Soulier. — 
Tous ces mots dérivent du mot 
primitif passans, v.c.m. 

Passifleur s.m. Cordonnier. 

Passionné 9 s.m. Libertin. — 
Vil débauché. 



PASTILLE* 



— 205 — 



PATITO. 



Pastille s.f. Voy. Moule. — Pel. 

PassionsOs.f. pi. Homme ou Femme 
à passions, libertin. " Ces gens-là 
n'ont soif que d'une certaine eau, 
prise à une certaine fontaine et 
souvent croupie.» (Père Goriot, 
Balz.\c). 

Pastiquer 9 v.a. et n. Passer. — 
Pastiquant sur la placarde j'ai 
rembroqué un abadis du rabouin, 
passant sur la place, j'ai aperçu 
une foule du diable. — Pastiquer 
lamaltouse, passerla contrebande. 

Pastourelle (mil.) s.f. Signal pour 
les hommes punis. 

Patafloler v.a. Confondre. — 
Mettre dedans, enfoncer. — Que 
le diable vous pataAole ! que le dia- 
ble vous emporte 1 — Pour ne pas 
être un gnioîle qu'on pataflole ; (un 
niais qu'on metdedans).(J. Riche- 
pin.) 

Patagaeule || 1. a. Ennuyeux. 
(RiGALD.) Il 2. s.f. Faire sa pata- 
gueule, bégueule. 

Patapouf O s.m. Homme gros, 
obèse. — Pataud et bouffi. 

Pataquès O ^•^' Fautes grossiè- 
res en pariant que font souvent 
les personnes ignorantes et pré- 
tentieuses. Ex: «M™«Duca6o tient 
à bien parler, elle a toujours sur 
elle le dictionnaire de M. Poche; 
elle connaît les proverbes : « La 
p-esse est la mère de tous les 
vices ». « Dieu ne veut pas 
Vamorce du pêcheur. » u Oreiller 
du soir, espoir. » « Il faut vouloir 
ce qu'on ne peut empocher, » 
etc. etc. »> 

Patarasses % s.f. pi. Loques dont 
les prisonniers entourent leurs 
pieds pour éviter les meurtrissu- 
res des fers. 

Patard s.m. Pièce de deux 
sous. 

Patati-patata Q ii^^* Exprime le 
bavardage incessant. 



Patatrot s.m. Course. — Faire- 
patatrot, courir, (pas, au troL) 

Pâte s.m. Patron. 

Pâte 9 s.f. pour Patte, Lime. 

Pâte O s.f. Mettre enpâte, renverser 
des paquets de caractères compo- 
sés. — Tomber en pâle, se désa- 
gréger, en parlant de la compo- 
sition d'imprimerie. — Morceau 
de pdte fei'me, œuvre littéraire 
lourde et sans esprit. 

Pâté s.m. Mauvais travail. — 
Pâté d'ermite, noix; (nourriture - 
d'anachorète.) — (typ.) Faire du 
pâté, laisser toraber'les lettres ea 
pdte, v.c.m. 

Pâtée s.f. Correction, volée de 
coups. — Donner la pâtée à quel- 
qu'un, le battre. 

Patelin 9 s.m. = Paquelin = 
Pasclin, etc. \\ \, = Pacquelin, 
v.c.m. Il 2. Compatriote. 

Patente s.f. || 1. Casquette de 
soie, montante, portée par les 
souteneurs. || 2.0 Papiers d'iden- 
tité, comme la patente du com- 
merçant. 

Patenté s.m. Souteneur;(iI porte 
la patente, v.c.m.) 

Paternel (écol.) s.m. Père. 

Patinage s.m. Voy. Pelotage. 

Patiner v.a. et v.n.' = Patouil- 
1er, etc. Manier. — Patiner la 
dame de pique, manier les cartes, 
(jouer aux cartes.) — Patiner le 
carton, jouer aux cartes. — Pati- 
ner les trois brèmes, tenir un jeu 
de bonneteau, v.c.m. 

Patiner (se) v.pr. Se presser. — 
Courir = Se tirer les pattes. 

Patineur s.m. Bonneteur = 
Patineur de brèmes. 

Pâtiras Q s.m. = Patito. Souffre- 
douleur; (de pâtir.) 

Pâtissier O s.m. Sale pâtissier^ 
homme malpropre, au physique 
ou au moral. 

Patito O s.m. Voy. Pâtiras» 



PATOCUE. 



-r- 206 — 



PAVOISÉ. 



Patoche (enf.) s.f. Main gros- 
sière. 

Patouiller © v.a. = Patiner = 
Patrouiller = Peloter. Manier sa- 
lement, indiscrètement. — Tour- 
. ncr et retourner. 

Patouilleur s.m. Individu qui 
patouille. Voy. Patouiller, 

Patraque © s.f. || 1. Tête légère. 

Jl 2. Personne dont la santé est 
élabrée. || 3. Patrouille, (m. déf.) 

Paire # s.m. Voy. Pantre. 

Patron-minette © s.m. || 1. Dès 
le patron-minette, dès Taurore. || 
2. Association de malfaiteurs. 

Patronnet O s.m. Apprenti pâtis- 
sier. 

Patrouille © s.f. Etre en pa^ 
trouille, faire patrouille, aller de 
marchand de vins en marchand 
de vins. — Se mettre en patrouille, 
se griser. 

Patrouiller© v.n etv.a. || 1. Paire 
, patrouille, v.c.m. || 2. = Patouil- 
ler. 

Patte 9 s.f. = Pâte, \\i. Lime. 
2. Main. — Pied. — Avoir de 
patte, être adroit, habileté de 
main. — Se tirer les pattes = Se 
patinei*, s'en aller, s'enfuir. — 
Aller à pattes, aller à pied. — 
Faire des pattes d'araignée, cha- 
touiller. Il 3. Patte de lapin, favori 
court. Il 4. Patte de crapaud, ému- 
lette de gendarme. || o. Patte d oie, 
carrefour, (allus. de forme.) — 
Se casser lapatte, se faire prendre. 

— Avoir la patte cassée, être ar- 
rêté. — Coup de patte, médisance. 

— Pattes de mouche, écriture fine 
ou indéchiffrable. 

Paturon © s.m. Pied. — Se tirer 
les paturons = Se tirer les pattes, 
v.c.m. 

Paturot O s.m. Homme crédule. 

— D'après le nom de Jérôme Pa- 
turot, roman de Louis Reybaud. 

Pauln^er (V) # v.a. Prendre.— Yo- 



IL 



1er. — Lat. palmare, m. s. Voy. 
Paumer, 

Paume © s.f. Perte. — Insuccès. 
— Paire une paume, perdre, subir 
une perte. 

Paumer © 9 v.a. et v.n. ||1. 
Perdre. — Paumer son fade, dé- 
penser, perdre son argent. — 
Paumer Vatout, se décourager. 

— Paumé dans le dos, perdu. — 
Paumer ses plumes, perdre ses 
cheveux. — Paumer la sorbonne, 
perdre la tête. || 2. Arrêter. — Voy. 
Paulmer, — Se faire paumer, se 
faire prendre, arrêter. — Se pau- 
mer v.pr., s'égarer. 

Paupière O s. I* S* en battre la pau-- 
pière, s'en moquer, s'en fiche. 

Pause O s.f. Compter des pauses, 
dormir. ^ Ilaùto, reposer, et 
^auSdio), endormir, énoncent le 
souffle. Panser veut dire souffler, 
reposer. [Timmermans.] 

Pauvreté © s.f. Faire la pauvreté 
z= la bagatelle, coucher avec une 
femme. 

Pavé O s.m. C'est tout pavé, c'est 
très loin. — Pavé de l'ours, ser- 
vice amical qui produit un effet 
nuisible. — © Fusiller le pavé^ 
marcher vite. — Inspecter le pavé, 
être sans emploi. — Etre sur le 
pavé ou Gratter le pavé, être mal- 
heureux, misérable. 

Paver Q v.a. On pave, signifie : ie 
ne puis passer dans cette rue, j y 
ai un créancier qui pourrait 
m'apercevoir ; (la rue est obstruée 
quand on pave.) 

Pavillon ©s.m. || i. Extravagant. 

— Fou. I 2. Mensonge. 
Pavillonner © v.n. || i. Divaguer. 

— Déraisonner. [| 2. Mentir. — 
Eluder une question. 

Pavois © a. et s.m. z= Pavillon. 
Il 1. Fou. Il 2. Ivre. — J.d.m. sur 

paf, [TlMMERMANS.] 

Pavoisé © ^ Etre gris. 



PAVOISER. 



— 207 — 



PÉDÉ. 



Pavoiser (se) © v.pr. || i. S1ia- 
biller coqueltcment. |i 2. Se gri- 
ser. 

Payer 9 v.a. et v.pr. Etre con- 
damné. — Faire, accomplir. — 
Avoir payéj avoir subi des con- 
damnations. Tu vas me le payer 
ou Tu vas me payer ça, c'est trop 

- fort, lu devrais me payer pour 
m'avoir dit ou fait cela;. (se dit 
amicalement). — Faire payer^ con- 
damner. — Se payer, s'offrir. — 
(thé.) Payer la goutte à un acteur, 
le siffler. 

Payot# s.m. Cantinier. — Gomp-* 
table du bagne. 

Paysage O s.m. Cela fait bien 
dans le paysage ou dans le tableau, 
cela fait bon effet, c'est réussi. 

Pays-bas (les) s.m. pi. Les 
parties sexuelles. 

Payse © s.f. Maîtresse. — Compa- 
triote. — Bonne amie. 

Pchutt O s.m. Voy. Pschutt, 

Peau © s.f. Il 1. La peau! — Pour 
la peau, — Peau de balle! — Peau 
de balle et balai de crin ! — Peau 
de bite ou Peau de nceud (obsc), 
(négation) non, rien, pour rien, 
manque de, absence de. — Cest 
peau de balle, c'est manqué. — 
Faire peau de balle, ne rien faire, 
élrc bredouille. M 2. Peau de chien 
ou simplement Peau, prostituée. 
Il 3. En peau, nu, en toilette dé- 
colletée. IJ 4. Peau d'âne, tambour. 

— Faire ckanter la peau d'âne, bat- 
tre le tambour. || 5. Etre dans la 
peau de, être à la place de. J|6. 
Peau fine, jeune homme efféminé. 
^ Avoir la peau trop courte, péter. 

— Peau de lapin, ouvrière car- 
tonniére. — Faire la peau de la- 
pin, vendre des contremarques de 
théâtre. — Avoir quelqu'un dans 
la peau, avoir de l'affection pour 
q.q. - Faire peau neuve, changer 
d'amant ou de maltresse. — Traî- 



ner sa peau, flâner, aller et venir 

en flânant. 
Peaunoire ^ s.m. Vagabond. 
Peaufiner © v.a. Parfaire une 

chose. 
Peauser © v.n. Dormir. (Ed. 

FOUKMER.) 

Peauaser 9 v.a. jj 1. Coucher. — 
Loger; (pour Piausser,) || 2. Se 
peausser, se déguiser. 

Peaux hurô (B) s.m. Lit. 

Peccavi # s.m. Péché. 

Pêche p © s.f. Pèche à quinze sous, 
courtisane élégante. — Aller à la 
pèche, être congédié. 

Pécher O v-a» Pèchei* à la ligne 
d'argent, acheter du poisson, en 
revenant de la pèche, pour faire 
croire qu'on l'a pris. — Pécher 
une friture dans le Styx, mou- 
rir. 

Pécheur Q s.m. — Pécheur à la 
ligne, journaliste qui est payé à 
la ligne et qui allonge ses articles 
pour gagner plus. 

Péchon (B) © s.m. Enfant. — 
Apprenti voleur. — Peschon de 
Ruby, enfant éveillé. — En pro- 
vençal Pilchoun. 

Péchonner v.a. Voler. 

Péchonnerie s.f. Vol. 

Pécoreur s.m. Voleur de grand 
chemin. 

Pecque 9 s.f. Pimbêche. — 
Femme impertinente et sotte qui 
fait l'entendue. 

Pectoral Q s-m. S'humecter le pec- 
toral, boire. 

Pécune 9 s.f. Argent. Ce mot est 
fr. mais n'est usité que dans le 
monde des malfaiteurs; du lat. 
Pécunia m. s. (Acad.) 

Pédaler O ^'«n* S'adonner au 
sport vélocipédique. « Voulez- 
vous pédaler avec plaisir ? mon- 
tez les bicyclettes X. » 

Pédé =: Pédéro = Pédrean = 
Pedro ©s.m. Pédéraste, (abrév.) 



PÉDESOUILLE. 



— 208 — 



PELLE. 



Pédesouille == PedsoaiUe 

s.m. Paysan. 
Pégale = Pégole # s.m. Mettre 
au pégole, engagci" ses vêtements. 

— Ang. peçy pointe, piquet, 
syn. de clou. 

Pégoce s.m. Pou. — Ang. peg, 
pointe, qui pique. [Timmermans.] 

Péifocier = P6g088ier 9 s.m. 
Pouilleux. 

Pégrage 9 s.m. Vol. 

Pégraine % s.f. Voy. Pégrenne. 

Pègre 9 s.2g. Voleur. — La pègre^ 
les voleurs en général. — La basse 
pègre, les gueux. — Pègre à mar- 
teau^ voleur de peu d'importance. 

— Pègre de la grande vergne^ vo- 
leur de Paris. — La haute pègre, 
voleurs nomades et cosmopolites, 
tels que les grecs, les escrocs, les 
faussaires, les voleurs du ^rand 
monde. — Du bas latin picere, 
poisser et voler. (Ed. Fourrier.) 

PôgrenDe 9 s.f. == Pégraine, |{ 1. 
Malheur. — Misère. || 2. Faim. 

— Caner la pégrenne, mourir de 
faim. 

Pégrenner 9 v.n. Etre dans la 
misère. — Souffrir de la faim. 

Pégrer 9 v.a. Voler. — Congé- 
nère de pingre = pince-maille, 
grippe-sou, de empoigner, et du 
holl. pakken, prendre. [Timmer- 

MANS.] 

Pégriot S.m. Jeune voleur. — 
Apprenti voleur. — Voleur mal- 
adroit. — Brûler le pégriot, effa- 
cer la trace d'un vol. 

Peigne 9 s.m. == Penne. Clé. — 
Faire le peigne = Prendre la clé 
des champs, s'échapper. 

Peigne-cul © s.m. Paresseux. — 
Vaurien. 

Peignée s.f. Rixe où Ton se 
prend aux cheveux. — Se foutre 
une peignée, se battre. 

Peigner (se) v.pr. Se battre ; 
(m. à m. se prendre aux cheveux). 



Peinard s.m. || 1. Individu qui 
fait un travail pénible; (qui peine.) 
Il 2. Vieillard débile et souffre- 
teux. 

Peintre (mil.) s.m. Balayeur. 
Peintre sur macadam, balayeur 
de la voie publique. [Il se sert du 
pinceau; (balai.) 

Peintnrlure s.f. Peinture gros- 
sière. 

Peinturlnrer v.a. et v.n. Pein- 
dre grossièrement. 

Peintnrloreur s.m. Celui qui 
peint grossièrement. 

Pékin (mil.) s.m. Civil. — Pékin' 
de bahut, Saint-Cvrien qui sort de 
TEcole. 

Pélago 9 n.pr.m. Prison de Sainte- 
Pélagie. 

On Ta fourré dans la tir'lire 
Avec ies pègres d* Pélago. 

(Chans. des Gueux.) 

Pelard(B.)#s.m. =zPellard. Pe- 
louse. — Gazon. — Foin ; fpar 
ext.) — De pilus, poil, pris dans 
le sens d'herbe. 

Pelardier (B.) s.m. Pré. 

Pelé (V.)(B.)©s.m. = Pe//<f. Che- 
min. — La grande route. — Il 
n'y a aucune végétation : le che- 
min est de la terre pelée ; du lat. 
ptYii,"?, poil. 

Peler v.a. Dépouiller. — Peler 
quelqu'un, le voler. 

Pèlerin 9 s.m. || i. Homme résolu. 
Il 2. Individu de passage. — 
Etranger. 

Pèleriner Q v.n. Faire un pèleri- 
nage. 

Péleux s.m. Terre en friche. 
« Un arpent de vigne et un arpent 
de peleux ». 

Pélican 00 s.m. Paysan. 

Pellard 9 s.m. Voy. Pelard. 

Pellarde 9 s.f. Faux*; (à faucher le 
pelard.) 

Pelle (V.) s.m. Voy. Pelé. 

Pelle s.f. Insuccès. — Echec. — 



PELLO. 



— 209 — 



PERDRE. 



Ramasser une pelle^ échouer, tom- 
ber. — Rece%3oir la pelle au cul, 
ôtre congédié brutalement. 

Pello = Pelo = Pelot s.m. 
Sou. 

Péloponésien (litt.) s.m. Grec ; 
(tricheur.) 

Pelot 9 s.m. Paletot. 

Pelotage s,m,=Patinage \\ 1. 
Flagornerie. || 2. Caresse. — At- 
touchements indécents. — Il y a 
du pelotage, se dit d'une femme 
de forte poitrine. 

Pelote # s.f. Bourse bien garnie. 
^Peloter v.a. == Patouillery etc. 
Il 4. Flatter. — Flagorner. ||2. 
Manier. — Caresser. — Faire des 
attouchements indécents ; (assi- 
milation des seins à des pelo- 
tes). — Peloter la dame de pique, 
jouer aux cartes. — Peloter 
le carme, regarder les étalages 
des changeurs. 

Pelotear s.m. jl 1. Flatteur. — 
Flagorneur. || 2. Libertin. 

Peloton (mil.) s.m. Peloton de 
chasse, peloton de punition. 

Pelouette, 9 s. Loup, louve, 
(m. déf.) 

Pelure s.f. Vêtement. — Man- 
teau; (il couvre la peau.) — Pelure 
d*oignon, vêtement léger et râpé. 

Penard s.m. || 1. Libertin. — 
Nocer en père Penard, nocer tout 
seul. Il 2. 9 Paisible, tranquille. 

Pendante s.f. || 1. Boucle d'o- 
reille. Il 2. Chaîne de montre. 

Pendre v.n. Ça lui pend au nez, 
c*est imminent, ça va lui arriver. 

Pendu (St. C). s.m. Professeur de 
l'Ecole. — 9 Pendu glacé, réver- 
bère. 

Pendule s.f. Remonter sa pen- 
dule, battre sa femme; c'est la 
faire marcher. (Rigaud.) 

Péniche s.f. Sabot. — Galoche. 
— Il repousse des péniches, il sent 
mauvais des pieds» 



Penne ^ s.f. Voy. Peigne, 
Pensum Q s.m. Sergent de ville. 

— M.à m. pince-homme. (Lar- 

CHEY.) 

Pente 9 s.f. Poire. — Avoir une 
pente dans le gosier, avoir l'habi- 
tude de boire à l'excès. 

Pépè 9 s.f. Préfecture de police ; 
on devrait écrire P.P. initiales 
de ces mots. (Abrév.) 

Pépèe (enf.) s.f. Poupée. — De la 
môme origine que pupille, pou- 
pon, poupard. [Timmermans.] 

Pèpëte = Pépette s.f. Mon- 
naie. — Argent, — Avoir des pé- 
pettes, avoir de l'argent. — Pour 
pépite, d'or natif. 

Pépia © s.f. Avoir la pépie, avoir 
soif. — Du gr. Kteiv, boire. 

Pépin O© s.m. I|l. Parapluie. 

— Allus. au parapluie que portait 
toujours Pépin, 1 un des accusés 
du procès Fieschi. (Larcuet). jj 2. 
Caprice. — Passion. — Avoir un 
pépin pour quelqu^un, aimer pas- 
sionnément. Il 3. Avoir avalé le 
pépin, être enceinte. 

Perche © s.f. Personne grande et 
fluette. — Etre à la perche, crever 
de faim. (Rigaud.) — Tendre la 
perche, venir en aide, au secours. 

Percher ©v.n. Habiter. — Loger. 

Perdre © v.a. Perdre ses bas, ne 
plus savoir ce que l'on fait. — 
Perdre le goût du pain, mourir. 

— Perdre sa clef, avoir la diar- 
rhée. — Perdre ses légumes, s'ou- 
blier dans ses vêtements. — (arg. 
des tailleurs.) Perdre un quart, 
aller à l'enterrement. — Vavoir 
perdu, avoir perdu son innocence. 

— Perdre le Nord, perdre la tra- 
montane, devenir fou. — La tra- 
montane était l'étoile polaire sur 
laquelle les marins s'orientaient 
avant la découverte de la bous- 
sole ; quand ils avaient perdu de 
vue celte étoile, ils étaient déso- 

14 



PERDRIX. 



— 210 



PERRUQUE. 



rientés : ils avaient perdu le Xord; 
on dit perdre la boussole , pour 
perdre la raison. 
Perdrix Q s.f. Perdrix hollan- 
daise ^ pigeon domcslique. 
Père p © s.m. Père Caillou, 
individu qui ne se laisse pas du- 
per par les grecs. — Père Frap- 
jfiarty marteau. — (mil.) Pèi-e la 
CapolCj sergent dliabillcment. — 
Le père Douillard, riche cntrele- 
neur. — (polyt.) Père Système, le 
premier de sa promotion. — Le 
père Etemel à trois francs la 
séance, vieillard servant de mo- 
dèle. — Le père la Tuile, Dieu. — 
9 Le père la Reniflette, le chef 
de la sûreté. — Le père des reni- 
fleurs, le préfet de police. — Petit 
père noir, litre de vin. 
Performances (sport.) s.f. pi. Ré- 
sultats obtenus par un cheval dans 
ses différentes courses. 
Périsprit O s.m. D'après les en- 
seignements spirites le périsprit 
est l'enveloppe fluidique, légère, 
servant de lien et d'intermécnaire 
entre VEsvrit et le corps ; après 
la mort, c'est-à-dire quand VEs- 
prit s'est séparé du corps, il con- 
ser\'e le périsprit, qui constitue 
pour lui une sorte de corps élhéré, 
vaporeux, impondérable pour 
nous, et c'est à l'aide du périsprit 
que l'Esprit agit. 
Péritoine O ^'^- ^a^W^ à s'en 
faire éclater le péiiloine, manger 
goulûment. 
Perle s.f. Je ne suis pas venu 
pour enfllei* des perles, je ne suis 
pas venu pour ne rien faire. 
(C'est-à-dire je suis venu pour 
faire mieux que d'enfiler des 
perles). — Lâcher une perle, là- 
cher un vent. 
Perler Q v.a. Finir avec soin. — 
Un travail perlé, un travail soi- 
gné. — Perler sa conversation. 



employer des termes choisis; (bril- 
lants comme des perles.) 
Perlot 9 s.m. Tabac. 
Perlotte © s.f. Boutonnière. 
Permanence O s.f. Série de numé- 
ros sortants à la roulette ou au 
Iren te-et- quaran le. 
Pemianente# s.f. Prostituée qui 
stationne toujours au même en- 
droit. 
Permission O s-f» Permission de 
40 heures, bâton, gourdin, casse- 
téte, ou toute au t^e arme que Ton 
porte sur soi, en prévision d'une 
mauvaise rencontre. — (mil.) 
Avoir une permission de viîigt^ 
quatre heures, être de garde. 
Perpéte # s.f. Perpétuité. —Etre 
àperpète, condamné à perpétuité. 
Perpignan s.m. Manche de 

fouet. 
Perrette O n-^- b.f. Boiteà Perret- 
te, tire-lire. Ail. à la fable de La 
Fontaine. « La laitière et le pot 
au lait. » 
Perroquet O s.m. = Perruche. 
Absinthe à l'eau. — Etrangler ou 
étouffer un perroquet, boire une 
absinthe. — Perroquet de savetier, 
corbeau. 
Perruche O s.f. Voy. Perroquet. 
Permqne O s.f. et 'a. ||i. Su- 
ranné, démodé. — Le parti des 
perruques, parti réactionnaire et 
rétrograde. ||2. Vol au détriment 
de l'Etat. — Faire en perruque, 
fabriquer avec des matières pre- 
mières détournées.(Les perruques 
garnissent les tètes de cheveux 
pris à autrui). — Faire la perru- 
que, détourner de menus objets. 
— Voici, à propos de cette ex- 
pression, l'opinion d'un ouvrier 
de la maison C, où la grève avait 
éclaté, en 1893, à la suite de l'ar- 
restation de quelques ouvriers 
inculpés de vol : « Selon un usage 
tout à fait général, presque tous 



PERRUQUEMAR. 



— 2ii — 



PETÉE. 



les ouvriers s'appropriaient quel- 
ques menus objets, c'est ce que 
nous appelons faire la pfirruquc. 
Mais on n'appelle pas cela voler ; 
c'est pourquoi, on a conclu que 
M. C. devait retirer la plainte 
collective qu'il a déposée. » 

Perruqaemar s.m. Perruquier, 
(m. dé!.) 

Perruquier s.m. Fonctionnaire 
indélicat. — Minutes de perru- 
quier, attente interminable. — 
Alius. à la pose que Ton fait 
chez le perruquier en attendant 
son tour, ce dernier disant inva- 
riablement: « C'est à vous à l'ins- 
tant ». 

Perse O n.pr.f. Rideaux de Perse, 
rideaux troués, (percés.) j.d.m. 

Persiennes s.f. pi. Lunettes. 

Persigner v.a. Enfoncer. ~ Mal- 
traiter. — Persigner une lourde. 
Enfoncer une porte. — Persigner 
un client, enfoncer un client. 

Persil s.m. || i. Allée des Aca- 
cias, au bois de Boulogne, pro- 
menade du monde élégant et des 
filles galantes. || 2. Raccrochage 
des filles galantes. — Faù-e son 
persil =: Aller au persil, se livrer 
au raccrochage des passants. — 
Travailler dans le persil, se pros- 
tituer. Il 3. Il n'a plus de persil 
sur sa tête de veau, il n'a plus de 
cheveux sur la tête. « 

Pendllè O a. Parsemé. — Roquefort 
persillé, fromage de Roquefort 
parsemé de taches vertes. 

Persiller v.n. = Aller au per- 
sil, v.c.m. 

Persilleuse s,f. Prostituée. — 
Raccrocheuse. — Pédéraste. 

Perte 9 s.f. A perle de vue, à per- 
pétuité. 

Periuis s.m. Pertuis aux légu- 
mes, gosier. — Faire tourmort 
et demi-clef sur le pertuis aux lé- 
gumes, étrangler. 



Pesciller 9 v.a. = Pessiller, Pren- 
dre. — Congénère de pégrer, 
piger. [Timmermams.] — Pesciller 
d'esbroufe, saisir violemment. — 
Se pesciller, se fâcher. 

Pèse # = Pesé s.m. = Pésoclie 
= Pesse = Pèze s.f. Argent. — 
Par j.d.m. sur peser, de pesciller, 

[^rendre, piger, pégrer, pognon. 
TiMMERMANS.] 

Pessiguer 9 v.a. = Persigner 
v.c.m. Soulever; du prov. pessu- 
guer, pincer. 

Pessiller 9 v.a. Voy. Pesciller. 

Pestaille 9 s.f. Policée de sûreté. 

Pet s.m. ||1. Inconvénient, 
danger. — Il y a du pet ! prenez- 
garde! (Ça sent mauvais.) — // 
71 y a pas de pet ! il n'y a pas de 
danger. || 2. Plainte en justice = 
Pétage. — Pet honteux, vesse. — 
Pet à vingt ongles, nouveau-né. 
Pet de loup, universitaire. — 
Faire le ptit, bouder. — Ça ne vaut 
pas i/n pet de lapin, ça ne vaut 
rien. — Curieux comme un pet, 
très curieux. — Glorieux comme 
un pet, orgueilleux. — Lâcher 
quelqu'un comme un pet, aban- 
donner précipitamment. 

Pétage # s.m. Voy. Pet (*?). 

Pétarade s.f. Hôpital de la Sal- 

fiétrière. (Le salpêtre entre dans 
a composition de la poudre qui 
fait des pétarades.) 

Pétard O0s.m.=:Pe/yî. ||1. Der- 
rière. Il 2. Haricot, jj 3, Bruit, 
tumulte, scandale. « Faire du 
pétard.» Il 4. Soufflet. ||5. Sou. 
Il 6. Publicité sensationnelle. — 
Tirer un pétard, lancer une nou- 
velle à sensation ; faire un scan- 
dale. 

Pétarder v.n. Faire du bruit. 

Pétardier s.m. Tapageur. 

Pétasse s.f. Prostituée. 

Petée © s.f. (obsc.) Tirer une 
petée, forniquer. 



PÉTER. 



— 212 



PEU. 



Péter © v.n. Se plaindre en justice. 

— Faire péter la cMtaigne^ dé- 
puceler. — Tu Ven ferais peler 
le cylindrej tu ne voudrais pas! 
fTu irais trop loin, jusqu'à t'en 
taire crever.) — Péter de graisscj 
être très gros; (étouffer dans sa 
graisse.) =Pé(er dans sa peau. — 
réler dans le linge des autres, 
porter des vêtements empruntés. 

— Péter son lof, mourir. — Péter 
dans la main à quelqu'un, être 
trop familier avec q.q. — Péter 
sur le mastic, renoncer au travail. 

— (jeu) Péter au point, perdre 
faute d'un point. — Péter dans la 
soie, avoir des vêtements en soie. 

— Il faut que ça péte ou que ça 
dise pourquoi, ça doit arriver fa- 
talement. — Péter plus haut que 
le cul, faire des dépenses au delà 
de ses moyoïs, faire des embar- 
ras. 

Pètesec s.m. Individu méchant, 
grognon, de rapports difficiles. 

Pétear 9 s.m. Plaignant. -^ Dé- 
lateur. 

Péteux s.m. ||i. Individu ti- 
mide. — Lâche. — Poltron. — Qui 
se sent fautif. || 2. 9 Derrière. 

Petgi s.m. Voy. Pétard. 

Petit Os.m. et a. Amant de cœur. 

— Monpetit, motd amitié. — Faire 
son petit ou sa petite, uriner, 
(s-ent : besoin ou commission). — 
Petit monde, lentilles. — Petit 
Caporal ou Petit Tondu, Napo- 
léon I«'. — Petit manteau bleu, 
homme charitable et bienfaisant. 

— Petit homme noir, broc de vin. 

— Petit pot, maîtresse qui s'oc' 
cupe du ménage ; concubine. — 
Petit duc, petite voiture décou- 
verte à deux places. — Petit noir, 
café. — Paire des petits pains, 
flatter, cajoler. — Petit foumier, 
pâtissier. — Petit crevé ou PetU 
vidé •=. Petit vernis, jeune élé7 



gant, ridicule.. — Petit bleu, télé- 
gramme expédié par tube pneu- 
matique. 

Petite O0 s.f. et a. Ma petite \\ 
1. Ma maîtresse. ||2. Mot d'ami- 
tié. — Petite fille, demi-bouteille 
devin. — Chercher la petite bête, 
chercher des difficultés à plaisir, 
des défauts quand même. — Ce 
nest pas de la petite bière, ce 
n'est pas peu de chose ; c'est bon, 
c'est bien. — Petite main, ap- 
prentie fleuriste. — Petite dame, 
femme galante. — Petite église ou 
chapelle, coterie. 

Petit-salé # s.m. Enfant en bas- 
âge. 

Roupill*, roupiir, mon p'tit salé. 

Sans qu*lu t'arrêtes. 
Au loin ton dab s'en est allé ; 

Ferm' tes mirettes! 

{Berceuse, Eoc. Uftaos.) 

Péton (enf.) etQ s.m. Pied;(petit). 
— De jolis petits pétons, pieds 
mignons. 

Pétonze 9 s.m. Pistolet. 

Pétra s.m. Voy. Petzouille (1). 

Pétrin O s.m. Etre dans le pétrin^ 
être dans un embarras inextrica* 
ble. 

Pétrole s.m. Eau-de-\ie. 

Pétroler v.a. Incendier au pé- 
trole. 

Pétrolear, Pétroleuse s. || i. 
Individu qui incendie au pétrole. 
Il 2. Marchand de vin qui vend 
de mauvaise eau-de-vie. 

Pétronille0s.f. Se dévisser lapé- 
tronille, se tourmenter. 

Pétrousqain s.m. jji. Der- 
rière. Il 2. Badaud. 

Petan # s.m. Tabac. 

Pétuniére 9 s.f. Tabatière. 

Petzouille s.m. || 1 . Derrière = 
Pétrn. Il 2. Imbécile, badaud. 

Peu Q adv. Un peu, mon neveu^ 
certainement. — Excusez du peu, 
ne vous gênez pas ; (abrév de : 



à 



PEYOU. 



— 213 — 



PIAU. 



Excusez-vous du peu de façons 
que vous faites.) 

Peyou s. m. Savetier. 

Pèze 9 s.f. Voy. Pèse. 

Phalange s.f. Serrer les pha- 
langes, serrer la main. 

Pharaminenx a. Etonnant. — 
Extraordinaire. 

Phare (typ.) s.m. Lampe. 

Pharmaçonner 9 v.n. Inspecter. 
(Macé.) 

Pharos 9 s.m. Gouverneur. — 
Autorité quelconque. 

Phécy (mil.) s.m. Képi. 

Phénomène s.m. Individu ex- 
centrique, original. 

Philanthrope 9 s.m. Filou, (m. 
déf.) 

Philatéliste O s.m. Amateur, col- 
lectionneur de timbres-poste. «Les 
philatélistes devraient essayer 
d'entraver la falsification des tim- 
bres-poste. » Du gr. çiXo;, ami et 
xéXo;, fin, but. 

Philibert 9 s.m. Filou» (m. déf.) 

Philippe s.m. |)i. Pièce de 
cinq francs en argent. — L'effigie 
de Louis-Philippe existe encore 
sur beaucoup de ces pièces 
en argent. Le nom de Philippe 
désignait antérieurement : un écu 
de trois livres; une monnaie d'ar- 
gent de Milan, qui valait 5 fr. 95; 
une monnaie de Modène, qui va- 
Iait6fr.l3; et en remontant jus- 
qu'aux Macédoniens, nous trou- 
vons qu'ils avaient une monnaie 
de ce nom frappée au coin de 
Philippe le Grand ; on en ignore 
la valeur. || 2. Amandes jumelles. 
— Faire un Philippe : lorsque l'on 
a trouvé une de ces amandes, on 
la partage avec son voisin de 
table, et dès le lendemain le pre- 
mier qui dit à l'autre : Bonjour 
Philippe ou Philippine, a droit à 
un petit présent. Ce badinage in- 
nocent est un prétexte à rappro- 



chement entre jeunes garçons et 

jeunes filles. 
Philistin O© s.m. Bourgeois 

grossier et vulgaire. 
Philo O (écol.) s.f. Philosophie. 

(abrév.) 
Philosophe s.m. || 1. Tricheur. 

— Grec, jl 2. Gueux. — Chiffon- 
nier; (il possède une lanterne 
comme Diogène.) Il 3. Vieux sou- 
lier. 

Philosophie s.f. || 1. Art de 
tricher || 2. Pauvreté. — Misèpe. 

Phoqne.0s.m. Imbécile; (corrup. 
de loufoque, par abrév.). 

Photo © s.m. et f. Il 1. Photogra- 
phe. Il 2. Photographie. 

Photographier v.a. Allez vous 

faire phot ographier = Allez 

vous faire foutre, allez vous pro- 
mener. 

Piaf 9 s.m. Vanité. — Orgueil. — 
Par j.d.m. sur piaffer, faire 
paf sur le pavé, en parlant du 
pas du cheval, pour bouffi.* [Tm- 

MERMANS.] 

Piaffense # s.f. Femme qui se 
fait remarquer par ses toilettes 
tapageiees. 

Pianiste s.m. Valet de bour- 
reau. [RiGAUD.] 

Piano O © s.m. (arg. des ma- 
quignons.) Jouer du piano, trotter 
irrégulièrement. — Vendre son 
piano, être triste désespéré; (on ne 
veut plus faire de musique.) 

— Piano du pauvre, \es haricots. 
Pianotage O s.m. Action de pia- 
noter, v.c.m. 

Pianoter O ^«Q* Jouer mal du 
piano. 

Pianoteur, teuse O s. Personne 
qui joue mal du piano. 

Piarde (V) s.f. Boisson. — De pie, 
m. s. Le mot piarde en vx fr. si- 
gnifie pioche pour la vigne. 

Pian (typ.) s. 2 g. || i . Mensonge. — 
Farce. — C'est une sale piau, c'est 



PIAULE. 



— 214 — 



PIÈCE. 



UDC mauvaise farce. || 2. Lit. — # 
Pincer le piaUf garder le lit. 

Piaale • s.f. = Fiole =^ Piolle, 
Domicile. — Maison, logement, 
chambre. — Cabaret. — Piaule 
turbinante || 1. Montre, côncou, 
horloge, pendule. || 2. Bastrin- 
gue. — Piaule à machabées. ci- 
metière, tombeau, caveau Tuné- 
raire. — Piaule blindée, fort ; for- 
teresse. — Sous la piaule j la cave, 
sous-sol. 

Piauler # v.n. = Pioler. Habiter. 
— Loger. — Se piauler, rentrer 
chez soi. 

Piaalear 9 s.m. = Pto/etir. Pro- 
priétaire. — Logeur. 

PiauBser O v.n. et v.pr. Men- 
tir. — Se piausser, se coucher. 
Voy. Piau. 

Piansseur s.m. Menteur. 

Piaotre s.m. Vdurien ; (pour 
pleutre.) — Envoyer au piautre, 
envoyer se promener. 

Pibloque 9 s.m. = Pipelet, con- 
cierge. 

Pic O s.m. À pic, à point. « Arri- 
ver ou tomber à pic. » 

Picaillons s.m. pi. Argent mon- 
nayé. — Avoir despicailhns, avoir 
de l'argent. 

Picantis s.m. Pou de corps. 

Piecolet = Piceolo s.m. Vin 
léger et aigrelet. 

Piche s.m. Pique; (carte.) (m. 
déf.) 

Pichenet = Pichet s.m. 
Pot en grès dans lequel on sert le 
vin dans les cabarets de la cam- 
pagne (< Un pichet de bleu. Un 
pichet de picolo, » — Il y a des 
pichets de contenances" diffé- 
rentes. 

Pichon s.m. Enfant. — Petit 
garçon. — En prov. pitchoun, 
ni. s. 

Pick* pocket O s.m. Voleur qui 
fouille les poches. (Angl.) 



Picons (V) s.m. pi. Pics. — Cro- 
chets. 

Plantez aux burines vos picons. 

(VlLLOÎJ.) 

Picorage 9 s.m. Vol sur la grand - 
route. 

Picotin s.m. Repas. — Nourri- 
ture. 

Picoure = Piconse # s.f . Haie 
d'épines;(elle pique.) — Lapicoure 
est Hmriey la haie est couverte de 
linge. — Déflorer la picoure, voler 
du linge sur une haie. 

Picter v.n. et v.a. = Pictonner. 
Boire. — Se griser. 

Picton s.m. = Pi<^w«/on. Vin. 
(De piquer, parce qu'il pique la 
langue.) 

Pictonner v.a. et v.n. Voy. 
Picter, 

Pictooneur s.m. Buveur. — 
Ivrogne. 

Pie # s.f. Boisson. — (B) Pie 
fantùche, cidre. 

Pièce # s.f. Lentille.— (F--M.)Ptéce 
d'm*ekitecture, discours. — O P«^e 
de bœuf ou Pièce de résistance^ 
article de fond d*un journal sur 
l'actualité. —=- (iron.) Bonne pièce, 
Individu inuiWe,'^ Pièce à femmes, 
pièce de théâtre où Ton exhibe 
des demoiselles dont les cos- 
tumes sont aussi courts que leurs 
rôles. — Pièce à trucs, féerie, 
pièce où la machinerie est com- 
pliquée. — (mil.) Pièce grasse, 
cuisinier militaire. — Pièce hu- 
mide, seringue. — Pièce de dix 
nous, anus. — Pièce de résistance, 
mets le plus substantiel d'un re- 
pas. — Vol à la pièce forcée : un 
individu paye avec une pièce 
marquée d'un signe facilement 
reconnaissable; un compère vient 
après lui, prend de la marchan- 
dise et prétend avoir payé; le 
marchand se trouve confondu, en 



PIED. 



— 2io — 



PIGE. 



retrouvant dans sa caisse la pièce 
marquée. 
Pied©s.m. Il l.Sol (terre). || 2.B6te. 
« Etre pied, bête comme sespieds, » 
Il 3. (B| Denier. — Pieds à dor- 
mir debout f grands pieds. — 
(mil.) Pieds de banc, sergent. — 
Pied de cochon^ pistolet. — Pied 
de biche f outil pour forcer les 
portes. — Jouer un pied de cochon 
à quelqu'un, jouer un mauvais 
tour; quitter q.q. sans le prévenir. 

— Faire le pied de biche, faire la 
quête à domicile. — Tirer le pied 
de biche, (qui se trouve aux cor- 
dons de sonnettes), mendier à 
domicile. — Je vais donner un 
coup de pied jusque-là, je vais 
courir jusque-là. — Ne pas se don- 
ner de coups de pied, se vanter. 

— Etre mis à pied, être congé- 
dié ou avoir son service suspendu. 

— Pied bleu, conscrit. — Nez en 
pied de marmite, nez retroussé. 

— Pied plat, pleutre. — En avoir 
son pied, en avoir assez. — Avoir 
les pieds attachés, être dans Fim- 
possibilité de faire une chose. — 
A voir les pi^ds dans la râpe , [le dos . ) 
être poursuivi,recherché par la po- 
lice.— Avoir les pieds nattés, être 
forcé à rimynobilité. — Où quHu 

' mets tes pieds? de quoi te mêles- 
tu ? — Mettre les piedsdans le plat, 
agir délibérément, hardiment. — 
Se tirer des pieds, s'en aller, s'en- 
fuir. — Avoir bon pied,. bon ceil, 
être solide, d'aplomb. — # Mon 
pied ou je casse tout, ma part, ou 
je vous dénonce. — Avoir mangé 
ses pieds, avoir mauvaise ha- 
leine. 
Piep v.a. Boire. 

Pier de U plos gourde pie. 

( CoQUILLART.) 

— Pier de la lanre, boire de Teau. 

— Il a pié un corpault de pivots, 



il a bu un pot de vin. — Du gr. 
Tiîciv, boire. 

Pierre s.f. (F. -M.) Pierre brute, 
pain. — (arg. des bouchers) 
Pierre à affûter, pain. — 
Pierre de louche, confrontation. 

Pierreuse s.f. Prostituée qui 
exerce dans les chantiers, au mi- 
lieu des tas de pierres. 

Pierrot O © s.m. || i. Verre de 
vin blanc. — Asphyxier un pier- 
rot, boire un verre de vin blanc. 
Il 2. Imbécile, nigaud. — Individu 
quelconque =r Gogo. « Un drôle 
de pierrot. Qu'est-ce que cest que 
ce pierrot-là? » 

Piétiner y. n. Piétiner sur le cadavre- 
de quelqu'un, déblatérer sur le 
compte d'un défunt. — Piétiner 
sur place, ne pas avancer, perdre 
son temps à des riens. 

Piètre 9 s.m. Il 1. Faux estropié. 
Il 2. Compère du tireur de cartes. 

Pieu s.m. Lit. — Aller au pie^, 
aller se coucher. — Se coller dans 
le pieu, se mettre au lit. — Etre 
en route pour le pieu, s'endormir. 

— Rivé au pieu, être très amou* 
raché. — 9 Pieu de la venteme, 
châssis de fenêtre. 

Pieuvre O s.f. Femme galante 

3ui vide la bourse et la cervelle 
e ses adorateurs. — Femme exi- 
geante et insatiable. 
Pif© • s.m. Il i. Nez. — || 2. Vin. 

— Par j.d.m.sur pie, boisson. || 
3. Etre dans le pif comme ungrin- 
che, être connu comme voleur. 

Piffard s.m. Individu qui a un 
grand nez. 

Piirer0v.n. Bouder* — Etre en co 
1ère. = renâcler, — Sepiffer, v.pr. 
s'enivrer ; pour pa/fer, boire. 

Pige s.f. 9 = Hombe. \\ i. Heure. 
Il 2. Année || 3. Prison. (Ceux qui 
y sont se trouvent pi'^és.) || 4. Por- 
tefeuille. Il 5. Faire /a pigfe, allfer 
plus vite ou faire mieux. 



PIGÉ. 



— 216 — 



PÏMPER. 



Pigé a. Arrêté. Voy. Pigon, 

Pigeon Q s.m. Il 1. Duçc, crédule 

qui se laisse circonvenir, (plumer 

comme un pigeon.) — Elever des 

pigeonSj faire des dupes au jeu. 

— Avoir son pigeon, avoir <i.q. à 
duper. Il 2. Acompte. || 3. # Faire 
des pigeons, acheter ou gagner 
au jeu la portion de ses codéte- 
nus. Il 4. Pigeon voyageur, prosti- 
tuée qui cherche des clients en 
chemin de fer. 

Pigeonner Q v.a. Berner. — Du- 
per. — Tromper. 

Pigeonnier Q s*'"* Boudoir de 
femme galante. 

Piger v.a. || 1. Mesurer. || 2. Regar- 
der. — Admirer. — (typ.) Piger la 
vignette, regarder avec intérêt, 
avec plaisir. || 3. Prendre. — At- 
traper. — Voler. Voy. Pigon. 
«< Piger un rhume de cerveau. >» 

• — Se faire piger, se faire pren- 
dre. Il 4. Se piger, se battre. 
Il 5. = Faire la pige, v.c.m. 

Pigler 9 v.n. Sauter. 

Piget 9 s.m. Château. 

Pignard0s.m.Derrière.[LARCiiEr.] 

— Du vx m. pignè. 
Pignocher (se) ©v.pr. Se battre. 

— Var. de se peigner, v.c m. 
Pignour0 s.m. || 1. Apprenti cor- 
donnier. Il 2. Individu grossier, 
mal élevé, || 3. Avare. 

Pignouflard s. m. Voy. Pi- 
gnou r {2). 

Pigoche (écol.) s.f. Jeu de quilles. 

Pigon (V) 9 s.m. Pour pigeon, de- 
venu pige. Prisonnier. 

Pigut (écol.) s.m. Lieux d'aisances. 

Piguter v.n. Faire ses besoins. 

Pihouals (B) s.m. Vin. 

Pilche 9 s.m. Etui. 

Pile O s.f. Il 1. Raclée. — Correc- 
tion. — « Recevoir ou fiche une 
pile. » — De piler, battre, broyer. 
Il 2. Cent francs. 

Piler v.a. Piler quelqu'un, le 



battre. — Piler du poivre^ 
Il 1. Avoir le séant endolori par 
Téquitation. || 2. Marcher en 
ayant les pieds meurtris. || 3. At- 
tendre avec impatience en allant 
et venant, ou en se remuant sur 
son siège. 1 1 4. Dire du mal de quel- 
qu'un. || 5. (mil) Monter la garde. 
— Faire piler du poivre à quelqu'un,, 
le jeter à terre à plusieurs re- 
prises. — Piler le bitume = Po- 
lir Vasphalie, se promener sur le 
trottoir en allant et venant. — Se 
livrer au raccrochage. 

Pilier O s.m. |ll. Habitué d'un lieu.. 
Il 2. Patron ae maison publique. 
« Pilier du creux ou de ta boite. »• 
— Pilier de cour d'assises, repris 
de justice ; récidiviste. — # Pi- 
lier de boutanche, commis de ma- 
gasin. 

Pillard s.m. Mauvais compa- 
gnon qui vole ses camarades. 

Piller (lyp.) v.a. Prendre des ca- 
ractères dans la casse d'un autre. 

Plllerot s.m. Voleur. 

Pilleur (typ.) s.m. Pilleur de boites^ 
celui qui pille. Vov. Piller, 

Piloche (B) 9 s.f. Dent. 

Piloir # s.m. Voy. Pilon (2). 

Pilois-vain (B) s.m. Juge de vil- 
lage. 

Pilon O s.m. || 1. Partie inférieure- 
de la cuisse de volaille. || 2. ^i 
Doigt. — Pouce. Il 3. Vagabond. 

Pilonner v.n. Vagabonder. — 
Flâner. — Mendier ; le pouce en 
arg. s'appelle le pilon, et Ton 
dit d'un flâneur qu'il a la mala- 
die du pouce, d'où pilonner pour 
flâner. 

Pilote 9 s.m. Indicateur de voleur. 

Pilule s.f. Avaler la pilule^ croire-, 
à un mensonge. 

Pimpelotter (se) v.pr. Se réga- 
ler. — Boire. 

Pimper v.a. Pimper des pru- 
nelles, regarder effrontément ; dé- 




PIMPIONS. 



— 2t7 — 



PIONNE. 



visager. — Ang. to peep, m. s. 

Pimpions 9 s.m.pl. Argent mon- 
nayé. — Pour pépin, pépite. 

Pinard s.m. Père Pinardy 
adroit, rusé. 

Pinçants 9 s.m.pl. Ciseaux. 

Pinçard O s.m. Bon cavalier. 

Pince s.f. Poigne. 

Fort des flûtes et de la pince. 
Il était respecté, Naret. 

iChans. des Gueux.) 

. — Chaud de la pince y vaillant en 
amour. (Avec une lettre en moins, 
le mot devient obscène.) 

Pinceau s.m. || 1. Pied. — Dé- 
tacher un coup de pinceau à quel- 
qu'un, donner un coup de pied. 
Il 2. Balai. 

PInce-cul s.m. Bal public de 
dernier ordre. — Bastringue. 

Pince-dur s.m. Adjudant. 

Pince-loque 9 s.m. Aiguille. 

Pincer Q v.a. et v.n. Pren- 
dre. — Exécuter. — Arrêter. — 
Se faire pincer, se faire arrêter. 
— Je te la pince, je te serre la 
main. — Il en pince = 11 en tient, 
il en a le désir, cela lui plait. — 
Pincer un chahut, exécuter une 
danse échevelée. — Pincer de la 
harpe, être en prison. (Allus. aux 
barreaux des fenêtres.) 

Pince-sans-rire 9 s.m. Agent 
de police. [Rigaud.] 

Pincettes s.f.pl. Se tirer les 
pincettes, s'enfuir. — Ti*icoter des 
pincettes, courir. 

Pinoez-moi-ça O s.m. = Suivez- 
moi, jeune homme, très gros nœud 
de ruban, que les dames portent 
dans le dos. 

Pinchard (litt.) || i. a.Vulgaire. — 
Commun. || 2. s.m. Siège pliant 

Pine s.f. Membre viril. 

Pinet 9 s.m. = Pino. Denier. 

Pingaud O ^* Gentil, mignon. 

Pingouin (arg. des bateleurs) s.m. 
Public. — Pingouin maigre, public 



peu nombreux. — Pingouin gras^. 
public nombreux. 

Pingre s.m. || 1. Propriétaire. 
Il 2. Avare. (De pince). 

Pingrerie s.f. Avarice. 

Plno 9 s.m. Voy. Pinet. 

Pioche O s.m. Travail. — Se- 
mettre à la pioche, se mettre au 
travail. — Temps de pioche, der- 
niers jours avant Texamen. — 
Etre pioche, être stupide. — Vo- 
leur à la tire. [Rigaud.] 

Piocher O v.a. || i. Travailler. — 
Piocher son examen, préparer avec 
ardeur son examen. || 2. 9 Voler 
à la tire. || 3. Battre. |i 4. Piocher 
les larmes, plaider avec attendris- 
sement. 

Piocheur O s.m. Travailleur cou- 
rageux. 

Ploie = Piolle • s.f . z= Piaule. 
Cabaret. 

Pioler 9 v.n. = Piauler. Boire. — 
S'enivrer. 

Piolet # s.m. Gobelet ; (où Ton 
verse la pie, v.c.m.) 

Plolenr s.m. Voy. Piauleur. 

Pioller, ière # s. Cabaretier. 

— Tavemier; (qui vend la pie,, 
v.c.m.) 

Pion s.m. || i. # Ivre. Vov. Pier. 
||2. O Maître d'études. 

Pionçage s.m. == Plonce s.f. 
Sommeil. 

Pioneer v.n. Dormir. — De 
piru, lit. ~ Syn. de ronfler, rou- 
piller. Pionctr énonce le souffle 
du pif, ronfler et roupiller celui 
du gosier. [Timmermans.] 

Plonceur s.m. Dormeur. 

Piot s.m.. Vin (de pie, boisson.) 

Leur Toyant do piot la cerrcUe échauffée. 
(Mat. Régniu, sat X.) 

— Se trouve aussi dans Rabelais 
avec ce sens. 

Pionne O ^'^' Sous-maîlresse. [Ri- 
gaud.] 



PIOTE. 



— 218 — 



PIRENALLE. 



Piote (mil.) s.m. Fantassin. — Ital. 
pedone, soldat à pied, var. de pié- 
ton. [TlMMERMANS.l 

Pioupion Q s m. Fantassin. — Du 
gr. rouç, pied, et du ski. pi, aller. 

[BURNOUF.] 

Pipe © s.f. Casser sa pipe, mourir. 
— Moule à pipes, individu dont le 
visage est grotesque. — % Pipe 
à Thomas, jeu de hasard. 

Pipelet, lette O «• Portier. — 
Concierge. 

Piper 1 1 1 . v.n. Fumer la pipe. — 
Piper comme un Turc, ru mer 
beaucoup. || 2. # v.a. Arrêter. — 
Prendre. — Découvrir. — Piper 
un pègre, arrêter un voleur. — 
Pipé sur le tas, pris en flagrant 
délit. Il 3. Il n''a pas pipé, il n'a 
pas soufflé mot, il n'a pas bron- 
ché. 

Piperie Q s.f. Tromperie. — Ce 
mot est fr. dans le sens de trom- 
perie au jeu. 

Pipettr#s.m.= Pijx>n. Trompeur. 
Vx. 

J'avaU un jour un valet de Gascogne, 
Pipeur^ lat roo, jureur, bUsphémaleur. 

(Cl. Mabot.) 

Pipit s.m. Alouette huppée. 

(Nom qui énonce son cri.) 
Pipo O s-n™- Polytechnicien. 
Pipon 9 s.m. Voy. Pipeur, 
Piquage s.m. Faire un piquage, 

percer des fûts et en voler le con- 
tenu. 
Piquante • s.f. || i. Epingle. 

Il 2. Fourchette. 
Piquantine # s.f. Puce. 
Pique-&-terre s.m. Volaille. 
Pique-chien (polyt.) Concierge de 

TEcolc polytechnique. 
Pique-escoùanes 9 s.f. Boucle 

d'oreilles. 
Piquelard s.m. Charcutier. 
Pique-pou = Pique-prune 

s.m. Tailleur. 
Piquer v.a. et v.n. O Faire. — 



Avoir. — Etre. — Ce nest pas pi- 
qué des rers, c'est soigné, c'est 
bien appliqué. — Piquer le banc, 
attendre une bonne fortune sur 
un banc dans un endroit public. 

— Piquer une carte, la marquer 
d'un signe pour tricher. — Piquer 
un cinabre = Piquer son fard, 
un soleil, rougir. — Se piquer k 
nez, s'enivrer. — Piquer son ckien, 
dormir. — Dans une pièce inti- 
tulée : V Aveugle de Montmorency, 
le personnage qui joue l'aveugle 
tient A ne pas s'endormir, et pour 
cela il a mis des pointes de fer au 
bout du bâton sur lequel il 
s'appuie : lorsque le sommeil le 
gagne, son corps oscille et le bâ- 
ton vapigtier le chien, qui gro^e 
et réveille l'aveugle : celui-ci 
comprend qu'il allait s'endormir, 
car il a piqué son chien, — Piquer 
un renard, vomir. — Piquer une 
romance, dormir. — (ôcol.) Piquer 
une sèche = Piquer une merde, 
faire une bévue; rester court, ou 
avoir là note dans un examen. 

— Piquer une huitre, ne pas sa- 
voir répondre aux questions pré- 
paratoires à un examen. — Piquer 
sur quatre, à l'écarté, c'est n'avoir 
pas un point quand l'adversaire 
en a quatre. — Piquer une muette, 
se taire. — Piquer sa plaque, dor- 
mir le jour. — Piquer Vétrangère, 
être distrait. 

Piquet s.m. Livre de messe. 

— Juge de paix. 
PIqueton s.m. Voy. Picton. 
Piquette 9 s.f. Fourchette; (elle 

pique.) 

Piqueo8e0s.f. Piqueuse de trains,' 
prostituée qui cherche fortune 
dans les gares de chemin de 
fer. 

Pirenalle (V] s.f. La poire d'an- 
goisse. — Ang. pear, poire, et 
nail, pointe. 




PIS. 



— 219 — 



PI WASTE. 



Pis © s.m. Sein. 

Pissat s.m. = Pissin. Pissat 
ddne = Pissat de vache^ mauvaise 
boisson. 

Pisse-froid s.m. Homme froid, 
glacial. <c Pisse-frovl dans la cani- 
cule. » 

Pisse-huile (ccol.)s.m. Lampisle. 

Pissenlit Q ^-t"* Manger le pissen- 
lit par la racine, Otre inhumé. 

Pisser v.a. et v.n. Pisser sa cô- 
telette ou des os, accoucher. — 
Pisser des enfants, avoir beau- 
coup d'enfants. — Pisser à l'an- 
glaise, s*en aller clandestinement. 
— Pisser au cul de quelqu'un, le 
mépriser, dédaigner. — Pisser du 
vinaigre, élrc sévère dans le ser- 
vice. — Cest comme si tu pissais 
dans un violon ou une daiinette, 
c'est comme si tu ne faisais rien ; 
c'est inutile. — Pisser des yeux, 
pleurer. — Envoyez pisser, en- 
voyer promener. — x» Quand les 
poules pisseront, jamais. — Lais- 
ser pisser le mouton, le mérinos, 
attendre, ne pas se presser. — 
Pisser dessus, mépriser. — Pisser 
des lames de canif, avoir la go- 
norrhée. — Paire pisset^ des lames 
de rasoir en travers, agacer q.q. 
au. point de le faire soufifrir. — 
Pisser contre un mur pour le dé- 
molir, se donner une peine inu- 
tile. 

Pisse-trois-goattes O ^'^' ^^^^ 
trois çouttes dans quatre assiettes, 
individu qui se croit très malin 
et se vante de faire Timpossible. 

Pissenr s.m. Pisseur de copie, 
écrivain qui produit beaucoup. 

Pisseuse s.f. Jeune fille; fille 
ou femme. 

Pisse-verglas s.m. Homme 
froid, jglacial. 

Pissin s.m. Voy. Pissat. 

Pissottière s.f! Urinoir. 

Pistache O s-^* Ivresse. — Se 



flanquer une pistache, se griser. 

Pisteur O s.m. Individu qui suit 
les femmes. 

Pistole ^0 s.f. |!1. Dix francs. 
Il 2. Petite pistole, pièce de dix 
sous. Il 3. Cellule particulière 
donnée à des détenus qui peu- 
vent la paver; le détenu à la pis- 
tole jouit Je certaines faveurs, en- 
tre autres celle de recevoir sa 
nourriture du dehors. 

Pistolet O s.m. Individu quel- 
conque. « Drôle de pistolet. » 

Pistolette0 s.f. Cinquante centi- 
mes. 

Pistolier 9 s.m. Détenu à la pis- 
tôle, v.c.m. 

Piston O s.m. Il 1. Recommanda* 
tion. — Protection. — Avoir du 
piston, avoir des protections. 2. 
Celui qui a des protections. 3. 
Préparateur d'un cours de physi- 
que. Il 4. Importun. 

PistonnageQs.m. Recommanda- 
tions. — Protection. 

Pistonner O v.a. ||i. Recom- 
mander. — Protéger. — Piston- 
ner un potache, recommander un 
élève pour ses examens. || 2. En- 
nuyer. — Importuner. 

Pitancher v.n. Boire. — Man- 
ger. — A rapprocher du fr. pi- 
tance, ce qui est nécessaire à la 
subsistance. 

Pitancheur, cheuse s. Indi- 
vidu qui aime la bombance. 

Piton s.m. = Pif. Nez rond. 

Pitre O s.m. Boufifon de foire. — 
Pitre de comm...y voyageur de 
commerce. 

Pitroux 9 s.m. = Pétouze. Pisto- 
let. 

Piiuiter G) v.n. Déblatérer. — Mé- 
dire = Cracher son venin. 

Pi vase s.m. Pif. Grand nez. 

Pi vaste # s.m. Petit enfant. — 
Bébé à la mamelle, nom inspiré 
par pivc=> boisson. [Timmermans.] 



PIVE. 



— 220 — 



PLANCHER. 



Pive = Pivois 9 s.m. = Pivre. 
Vin. — Pivois de rougemont ^yin 
rouge. — Pivois savonné ou de 
blanchemont, vjn T)lanc. — Il a 
pié un corpauU de pivois, il a bu 
un pot de vin. — Pivois citron, 
vinaigre. 

Pivert s.m. Ressort dentelé ser- 
vant de scie aux prisonniers. (Le 
pivert troue Técorce des arbres 
avec son bec.) 

Pivoiner 0v.n. Rougir; (devenir 
rouge comme une pivoine.) 

Pivois 9 s.m. Voy. Pive. 

Pivot O • s.m. Plume ; (pour 
' écrire.) — (mil.) Pivot de conver- 
sion, soldat qui marque le pas 
pendant que 1 aile droite ou Taile 
gauche aune section fait un 
changement de direction. 

Pivoter © v.n. Travailler. — Faire 
pivoter quelqu'un, le forcer à 
obéir. 

Pivre 9 s.m . = Pivois, Voy. Pive. 

Placard s.m. Emplâtre. — Paire 
un placard, faire un emplâtre. 

Placarde 9 s.f. Place publique. 

— Bonir sur la placarde, faire le 
boniment sur la place. 

Place O s.f. Place d'armes, esto- 
mac. — Poitrine. 

Placé (sport) a. Etre placé, arriver 
second ou troisième dans une 
course. 

Plafond O s.m. ||1. Front. — 
Etre bas de plafond, avoir le 
front étroit. || 2. Crâne, cerveau. 

— Avoir une araignée dans le 
plafond, être toqué. ||3. (thé.) 
Plafond d'air , frise imitant le 
ciel. 

Plaider O v. n. Plaider la ficelle, 
éluder la question en plaidant. 

Plaine s.f. La plaine rouge, la 
place de la Roquette, où Ton exé- 
cute les condamnés à mort. 

Plamousse s.f. Coup. — La 
paume (palma) sur la mar^ 



mouse ou museau. [Timmermans.] 
Plan 0s.m. |J 1. Le mont-de-piété. 
Mettre au p(an=: Mettre au clou; 
plan^ue}\ \\ 2. Abandon. — Inter- 
ruption. — Etre en plan, être, 
interrompu, être en suspens. — 
Laisser quelqu'un en plan, Taban- 
donner. — Rester en plan, rester 
comme répondant d'une dépense 
impayée ; (planté là). — Laisser 
tout en plan, tout abandonner. 
Il 3. Moyen. — Il y a ou II n'y a 
pas plan, il y a ou il nV a pas 
moyen. I| 4. '0 Prison. — Tom- 
ber au plan, aller en prison. — 
Plan de couillé, prison préven- 
tive, ou prison subie pour un au- 
tre. (Couillé pour couillon.) || 5. 
Plan de couillet, hospice d'eafants 
trouvés. Il 6. Plan, étui de voleur. 
Planche O s.f. || 1. Femme plate 
et froide. « Une planche au phy- 
sique et une buse au moral, » 
Il 2. (mil.). Sabre = Latte || 3. 
(écol.J Tableau noir. — Aller à la 
planche, aller au tableau. ||4. 
Lit. — Planche à boudin, pros- 
tituée. — Faire sa planche, être 
raide, affecté. — # Planche à 
pain, tribunal ; banc des accusés. 

— Planche à sapement, tribunal 
correctionnel. — Planche à*gri» 
maces, autel. — Planche à lave- 
ment. Planche au chiquage, con- 
fessionnal. — Avoir fait les plan- 
ches, avoir été ouvrier tailleur. — 
Avoir été sur les planches, avoir 
joué sur un théâtre. — Brûler les 
planches, jouer un rôle avec en- 
train. 

Plancher 9 v.a. || 1. Condamner. 

— // e<( planché, il est condamné. . 
Il 2. Quitter = Laisser en plan. 

I 3. Se moquer. || 4. Ne pas 
plancher, tenir sa promesse. 
Flancher Q s.m. Débarrasser le 
plancher, s'en aller. — Fusiller le 
plancher, marcher vite. 



PLANCHERIE. 



— 221 — 



PLEIN. 



Plancherie s.f. Moquerie. — 

Plaisanterie. 
Planchear, chease s. Farceur. 

— Mauvais plaisant. 
Planque 9 s.f. Lieu. — Endroit. 

— Maison. — Enquillez à la plan- 
que, cacliez-vous. — Etre en plan- 
que , en observation. — Planque 
à corbeaux, couvent. — Planque 
à fafiots, bibliotlièque, archives. 

— Planque des gouapeurSy\i6\on. 
Planque à larbins, bureau de pla- 
cement. — Planque à plombes, 
pendule. — Planque à suif, tri- 
pot. — Planque à sergots, poste 
de police. — Planque à tortorer, 
restaurant. — Planque aux atigés, 
hôpital. 

Planquer v.a. et v.pr. ||i. 
Abandonner. || 2. Poser. — Met- 
Ire. — Placer. — Poster. || 3. 
Cacher. — Se planquer, se garer, 
se mettre à couvert. — Planquer 
le marmot, cacher le produit d*un 
vol. — Planquer ses frusques, 
mettre ses vôtement au mont-de- 
piété. 

Plant (V) s. m. Confrérie des 
Gueux. 

Planter (thé.) v.a. Planter un acte, 
le mettre en scène. — Planter la 
décoration, poser un décor. — 
(mar.) Planter le harpon, dire son 
intention. — Planter un chou 
à quelqu'un, se tromper. — Plan- 
ter son poireau, ou simplement, 
Planter, . (V) (obsc.) coïter. 

Allez alllours planter vos marques. 

(y. de l'Arg. réf.) 

Planteur (V) (obsc.) s.m. — Pail- 
lard. — Libertin. — Vaillant en 
amour. 

Princo planteur quand tous sauldres la bye. 

(Villon, bail. IX). 

Plaque (la). La Morgue. 
Plaque 0s.f. Pièce de cent francs. 

— Etre en plaque, avoir une mé- 



I 



daille de commissionnaire pu- 
blic. 
Plaquer (V) O v.a. || 1. Abattre. 
— Rembarrer. — Confondre. 

Pour rifler 
Et placquer • 
Les angets de mal tous ronx. 

iVlLLO!*.) 

Il 2. Abandonner. « Il mVnibé- 
tait, je Vai plaqué, » || 3. Se pla- 
quer, tomber. 

Oui, mais moi, v'ià aue j*me plaque 
C'est pas rigolo 1 hiver. 

{Chant, des Gueux.] 

C'est donc marier, c*est donc rypin 
De s'plaquer dans la limonade 

{La Muse à Bibi.) 

|4. Plaquer sa viande sotis Vé- 
Iredon, se coucher. 

Plaquette O s.f* Petite brochure. 

Plastron O s*^* ^^^^i qui sert de 
cible aux plaisanteries. 

PlastronneurOs*m. Elégant ridi- 
cule qui fait étalage d'un énorme 
plastron de chemise. 

Plat s.m. Plat à barbe. || I. 
Hausse-col d'officier. || 2. Grande 
oreille. — Faire du plat, cour- 
tiser, flatter = Filer le plato 
v.c.n. 

Platée s.f. Quantité. 

Platine s.f. Bavard. — Quelle 
vlatine ! quel bavard ! — Dans le 
blesche, le mot langue se tradui- 
sait par platue. 

Plato s.m. Abrév. de platoni- 
que. — Filet* le plato, aimer plato- 
niquement. Voy. Plat. 

Pl&tre O s.m. Argent. — Etre au 
plâtre, avoir de 1 argent. — L'ar- 
gent est blanc comme le plâtre et 
sert à pldtrtr (réparer) bien des 
misères» 

Platue (B) # s.f. J| 1 . Langue. 
Voy. Platine. \\ 2. Galette. — On 
dit*: Plat comme une galette. 

Plein 0.a. et s.m. Ivre. —Etre 
plein comme un œuf, comme un 



PLEINE. 



— 222 — 



PLUMET. 



boudin^ être ivre. — Avoir son 
plein, (Mrc repu. — Un gros plein 
de soupe, individu épais et gau- 
che. 

Pleine © s.f. Enceinle, grosse. 

Plette % s.f. Peau. 

Plmuraot % s.ni. Oignon. 

Pleurer % v.n. Paire pleurer, vo- 
ler. — © Fm*e pleurer son aveu- 
gle, pisser. 

Pleuvoir O © v.n. Comme s'il en 
pleuvait, il y en avait beaucoup. 
—Il pleut! (négation), -^11 pk^t! 
silence ! atlention ! 

Pli ^ s.m. Çtt ne fera pas un pli, 
ça ira Irùs bien. — Des plis! né- 
gation. 

Pliant 9 s.m. Couteau de poche. 
(Il se plie.) 

Plomb s.m. ||1. Orifice du 
tuyau par où Ton déverse les 
eaux sales à chaque étage d'une 
maison. ||-2. Gosier. (Par allus. au 
sens précédent). — Jeter dans le 
plomb, avaler. || 3. Mal vénérien. 
Il 4. Gaz délétère et foudroyant 
qui se dégage des fosses d'aiWn- 
ces. Il ilfa/i^er dup/om6,étre tué 
d'un coup de feu. 

Plombage s.m. || \. Couleur bla- 
farde. Il 2. Mal vénérien. 

Plombe À s.f. = Pige, Heure. — 
Année. 

Plomber© v.n. ||i. Donner la 
syphilis. (Littré.) — Etre plombé, 
— Avoir la syphilis. — Etre 
ivre. Il 2. Puer, sentir mauvais. 
Plomber de la gargoine ou du 
goulot, avoir mauvaise haleine. 
Il 3. Sonner. — La guimbarde ne 
plombe plus, rhorloge ne sonne 
plus. 

Plommeur (V) s.m. Pour Plom- 
beur. Soudeur. 

Plongeon © s.m. Faire le plon- 
geon, tomber dans la misère. 

Plongeur © s.m. || i. Laveur de 
vaisselle dans les restaurants et 



les cafés. |I 2. Malheureux, misé 
rable. (Il plonge dans la misère. 

Plotte 9 s.f. Bourse. {Pour pelote. ) 

Pieuse 9 s.f. Paille. 

Ployant = Ployé % s.m. Porte- 
feuille. — Paire le ployant, payer 
avec de mauvaise valeurs. 

Plue (V) % s.m. Pitance. — Ra- 
tion. — Butin. (F. MiCHEL.| — Le 
hoU. a plukken, piller, plumer, 
cueillir. [Timmermans.J 

Plumade % s.f. Paillasse. — Ma- 
telas. 

Plumard © (mil.) s.m. Lit. 

Plumarde % s.f. Paillasse. 

Pl««Arder (mil.) v.n. Rester cou- 
ché. 

Plume # si. |l 1. Pince à effrac- 
tion. Il 2. O Plumes s.f.pl., che- 
veux. — Perdre ses plumes = Se 
déplumer. — Paumir ses plumes 
ou Se faire des plumes = Se faire 
des cheveux, s ennuyer. 1 ** '^ 
Plume de Beauce, paille. { 
(obsc.)Tailler une plume, la 
lare. |l 5. Passer à la plume = 
Passer a tabac, v.c.m. 

Plumeau © s.m. Se faire donher 
un coup de plumeau par quel- 
qu'un^ coucher avec q.q. 

Plumée O s-^- Tromperie. — Vol 
au jeu. 

Plume-nigaud O s.m. Voy. Pick- 
pocket. 

Plomepatte (mil.) s.m. Envoyer à 
plume-patte, envover au diable. 

Plumer O © v.a. |1 i . Dépouiller. 
— Plumer l'oie du marché, tricher, 
duper. Il 2. Plumer un perroquet 
■=. Etouffer un perroquet, boire 
une absinthe. || 3. Se coucher. 
« Puis, vers deux heures du 
matin, on allait se plumer en 
chœur. » 

Plumet O s.m. ||1. Toupet. — 
Faux plumet, perruque. ||2. 
Ivresse. — Avoir son plumet, être 
ivre. Voy. Panacfie, Pompon, 



3. _ 
4.© 
. feU 



PLUMEUSE. 



— 223 — 



POIGNET. 



Plumeuse O s.f. Femme qui ex- 
ploile ses amants. 

Plare s.f. Voy. Pelure. 

Plus @ adv. N'en faut plus, en 
. voilà assez ; supprimez ! Des bor- 
geois, n'en faut plus ! » — Plus que 
ça de chic! guel chic! — Plus sou^ 
vent ! jamais! — Plus de réjouis- 
sance que de viande, se dit d'une 
personne maigre. 

Plus -fine © s.f. Excréments. 

Pneu O s.m. Abrév, de Pneuma- 
tique, v.c.m. 

Pneumatique O s.m. Bandage en 
caoutchouc pour roues de véloci- 
pèdes. « Le pneumatique X... est 
vraiment sans pareil. Hier, notre 
confrère D..., de Paris-Vélo, sl es- 
sayé de faire éclater un de ces 
pneus, il n'a pu réussir. » 

Poca 9 s.f. Jeu de hasard. 

Pochard s.m. = Poche. Ivro- 
gne. — Rempli comme une po- 
che. (LiTTRÉ.) — Le signe de la 
croix despochards se fait ainsi : En 
touchant le front, on dit : Mont- 
parno, l'estomac : Bagnolet; l'é- 
paule gauche : La Courtille ; Té- 
paule droite : Ménilmuche. Le mea 
culpa se fait en se frappant trois 
fois la poitrine et en disant : 
Lapin sauté, lapin sauté, etc. — 
Du saxon poch, sac ; on appelle 
aussi rivrogné sac-à-vin en arc. ; 
en fr. le mot poc/i^ signifie gonllé. 

Pocharder v.a. etv.pr. Enivrer. 

Pocharderie s.f. Ivrognerie. 

Poche s.f. Voy. Pochard. 

Poche-œil sim. Pochon. Con- 
tusion sous Tœil = Œil au 
beurre noir. 

Pbcheté s.m. Bétc. Niais. 

Pochetée s.f. || 1. Bélise. ||2. 
Quantité, beaucoup. — En avoir 
une pochetée, signifie m. à m. en 
avoir beaucoup, être ivre, être 
très hôte, etc., etc. 

Pochette # s.f. Porte-monnaie. 



Pochon s.m. = Poche-œil. Coui> 
de poing. — Lâcher en pochon,. 
donner un coup de poing. 

Pochooner v.a. Donner un coup 
de poing. Voy. Pochon. 

Pocker O s.nî. Jeu de cartes du 
même genre que la bouillotlc^ 
importé d'Amérique. 

Poêle s.f. Poêle à châtaignes ou 
à marrons, visage grêlé. — Ttnir 
la queue de lapoêle, être puissant, 
être chargé du soin principal 
d'yne affaire. 

Pogne s.f. =: Poigne. 1 1 1 . Avoir 
de la pogne ou une bonne pogne, 
avoir une main solide, un bon 
poignet qui empoigne bien. j| 2. 
Voleur (il empoigne et est lui- 
même souvent empoigné.) \\2. A 
poigne, énergique, fort, dur, sé- 
vère. « Un youvernemtnt à poi" 
gne. Un homme à poigne. » 

Pogne-main s.m. Ferme, so- 
lide, dur. — Lourd. 

Pognon s.m. = Poignon. Ar- 
gent. 

Pogois (V) s.m. = Pougois. Caba- 
ret. — Taverne. — Bouge. 

Spelicans Spoliateurs 

Oui en tous temps Qui en tous temps 
Arancei dedani le pogoit Buvez dedans le bouge 
Gourde piardc. Bonne boisson. 

(Villon, baU. lil). 

Pogonat (écol.) s.m. Constantin 
Pogonat, homme barbu. — Gr. 
TcaSycuv, poil. 

Poignard s.m. Retouche; (ars. 
des confectionneurs et des tail- 
leurs). 

Poignarder v.a. Poignarder le 
ciel, se dit en parlant des che- 
veux hérissés. 

Poigne s.f. Voyez Pogne. 

Poignée s.f. Fiche une poignée 
de viande ou une poignée de sal- 
sifis, volée de coups. 

Poignet s.m. Epouser la veuve 
poignet, se livrer à Tonanisme. 



POIGNON. 



— 224 — 



POISSOxN. 



'Poignon s.m. Voy. Pognon, 
Poigre 9 s.m. =: Poique. Poète. 

— Homme de lettres. — Ecri- 
vain. 

Poil O s.m. Il 1. Réprimande. 
u Recevoir ou foutre un poil. » 
1 1 2. Force. — Courage. — Va- 
leur. — EtreàpoiL f| 4. Avoir du 
talent. ||2. Etre déterminé. — 
Avoir du poil au cul, être brave. 

— Bougre à poils, homme éner- 
gique. Il 3. A poils, nu. — Se 
mettre à poils, se mettre nu. || 5. 
Avoir un poil dans la matn, être 
paresseux. \\^, , Tomber sur le 
jpoil à quelqu^un, battre pren- 
dre aux cheveux. ||6. Ne pas 
avoir un poil de sec, avoir peur ; 
(m. à m., être en sueur par suite 
de la peur.) ||7. Faire le poil à 
quelquun, surpasser (m. à m. 
le raser,) ||8. Monter à poils, 
monter un cheval sans selle. 

^oincelet 9 s.m. Clé, instrument 

d'effraction. 
JPoint. O s.m. Pièce d'un franc. — 
(polyt.) Point gamma, époque des 
examens de nn d'année. — ^us- 
qu'eau point M, jusqu'à une cer- 
taine mesure. — Point de côté. 
\, Agent des mœurs. (Rigaud.) 
2. Créanciers. ||3. Importun. 
4. Maître chanteur, (allus. à 
là gêne qu'ils causent.) — O 
• Point de Judas, le nombre treize. 

— O Point d'orgue, temps d'arrêt, 
suspension. 

Jointe O s.f. Ivresse légère. — 
Etre pointe ou Avoir sa pointe, 
être légèrement ivre. — Syn. de 
plumet. 

Pointé O »• -E're pointé, être gris. 

Pointeau s.m. Pointeur. (Qui 
pointe le temps des ouvriers à 
l'atelier.) 

Pointu s.m. Hargneux. 

Poique 9 s.m. Vov. Poigre. 

Poire © s.f. || i . tête. — Figure. 



— Tambouriner la poire à quel- 
qu'un, lui donner des coups sur 
la tête. — Paire sa poire = Faire 
sa tète, se donner de grands airs, 
faire le dédaigneux. || 2. Imbécile. 
« Quelle poire! » 

Poireau s.m. = Poreau.\\i. 
Sergent de ville de planton. — 
Faire le poireau, attendre. (Etre 
planté comme un poireau.) || 2. 
Piquer ou planter son poireau. 
Voy. Planter. || 3. Tête.(De poire.) 
Il 4. (St-C.) Surnom donné au 
général commandant l'Ecole, jj 5. 
Etre comme les poireaux, être vert 
et vigoureux avec les cheveux 
blancs. « Il est de la nature des 

Î)ourreaux esquels nous voyons 
a teste blanche et la queue verte, 
droite et vigoureuse. » (Rabelais, 
Pantagruel.) jj 6. Oindre du Poi- 
reau, décoration du Mérite agri- 
cole. 

Poireauter v.a. Attendre. Voy. 
Poireau. 

Poirette 9 s.f. Visage. — Laver la 
poirette, embrasser. 

Pois s.m. Vol. Voy. Poisser (1), 
Pour, etc. — Coucher dans le lit 
aux pois verts, coucher en plein 
air. 

Poison s.m. = Drogue. Mauvais. 
« Quel poison! » 

Poisse © s.m. || i. Crapule. — Vo- 
leur. Voy. Pois. H 2. s.f. La police 
de sûreté. 

Poisser © v.a. et y.pr. |l 1. Voler. 

— Du lat. pix, poix; allus. à 1b 
poix dont les voleurs s'enduisaient 
les mains pour mieux saisir les 
objets. Il 2. Arrêter. — Poisser sur 
le tas, arrêter en flagrant délit 
Voy. Pois, Poix, etc. || 3. Se pois- 
ser, s'enivrer. 

Poissenr © s.m. Voleur. — Trom- 
peur. 
Poisseux, euse © s. Voyou. 
Poisson © s.m. || 1. Souteneur. || 




POITOU. 



— 225 — 



POLLICEUR. 



2. Verre d'cau-de-vie. — Ckangei* 
5on poisson d'eau, uriner. — (obsc.) 
Faire le poisson souf/leur = Tail- 
ler une plume j fellare. 

Poitou # s.m. Il 1. Rien. — Non. 
Il 2. Précaution. — Epargner le 
poitoUj prendre des précautions ; 
faire attention. || 3. Public. 

Poitrine (mil.) s.f. Poitrine d' acier , 
cuirassier. — Poitrine de velours, 
soldat du ^cnie. 

Poivrade © s.f. Mal vénérien. 

Poivre s.m. || 1. Eau-de-vie. — 
Mine ou botte à poivre, établisse- 
ment de liquoriste. jj 2. Poison. 

— Mal vénérien. 

Jo Irouvay la poudre à la Idlc, 
Mais le {loivre était vcra le bas. 

(M. KacKieii, ttanees). 

Il 3. Ivre. Voy. ci-dessus (i) rr= 
Poivreau. \\ 4. Voy. Piler, j| 5. 
C/iier du poivte, s'enfuir. || 6. Poi- 
vre et sd, jçrisonnant. 

Poivreau Q s.m. =^ Poivrot, Ivro- 
gne. (L'eau-de-vie brûle comme le 
|)oivre.) 

Poivrement 9 s.m. ||1. Ivresse. 
I 2. Payement. 

Poivrer v.a. || 1 . Griser. — Etre 
poivréy être soûl, jj 2. =z Saler, 
vendre cher. || 3. Empoisonner. 

— Donner la syphilis. 
Poivreur 9 s.iii Payeur. 
Poivrier s.m. || 1. Individu 

ivre. Il 2. Voleur qui dévalise les 
ivrognes. — Faire le poivrier, 
dévaliser les ivrognes. — Vol au 
poivrier, vol dans les poches des 
ivropncs qui cuvent leur vin. || 3. 
Débit de mauvaise eau-de-vie. 
Voy. Poivre (1). 

Poivrière • s.f. || 1. Route. 
(Elle est |)oussiéreuse, poudreuse, 
comme couverte de poivre.) || 2. 
Ivrognesse. || 3. Femme atteinte 
du mal vénérien. || 4. Le Palais de 
Justice. 

Poivrot s.m. Voy. Poivreau. 



Poivrotter (8e)0 v.pr. S'enivrer. 
Poix (V) s.m. Voleur. 

ÀntoDDez poix et marques sis à six. 

(ViLLo:*). 

— s.f. Affurer la poix, se faire 
arrêter. Voy. Pois. 

Pokapiquer v.n. Sauter. 

Police s.f. Se mettre à la police 
= être en carte {\. cm,) 

Polichinelle s.m. || 1. Individu 
qui n'est pas sérieux. — Faire une 
vie de polichinelle, mener une vie 
désordonnée. — Faire saluer le 
polichinelle, réussir, avoir du suc- 
cès. Il 2. Nouveau-né. — Avoir un 
polichinelle dans le tiroir, être en- 
ceinte. Il 4. Grand verre d'eau-de- 
vie. — Demi-litre {chopine) en 
deux verres. || 5. Hostie. — Ava- 
ler k polichinelle, communier. 

— De pulcinello, un des person- 
nages de la comédie italienne; ce 
nom vient d'un certain paysan 
de Sorrente , contrefait et* de 
bonne humeur oui, au xvii" siècle, 
égayait le marché de Naples par 
ses saillies. 

Polir O v.a. Polir l'asphalte, le bi- 
tume = Faire le trottoir, || 1. 
Raccrocher. I| 2. Aller et venir, 
attendre sur le trottoir. 

Polisseuse (obsc.) s.f. Polisseuse 
de mâts de Cocagne en chambre, 
lat. fellatrix. 

Polisson O s.m. || 1. Tournure, 
faux derrière. Il 2. Mot d'amitié. 
Il 3. Malheureux qui va pres- 
que nu. 

Polissonne 9 s.f. Langue. 

Politesse s. f. (ohsc.) Faire une po- 
litesse à une femme --= Faire la 
chosette (v.c.m.) 

Polka # s.f. Marchand d'objets 
obscènes, photographies, cartes 
transparentes, etc. Q Faire danser 
la polka à quelqu'un, le battre. 

Polliceur (V) s.m. Voleur. — Du 
vx fr. pol, pouce, doigt. 

15 



POLLIR. 



— 226 — 



POMPONETTE. 



Pollip (V) v.a. Voler. 

Polochon 9 s.m. Traversin. 

Polonais s.m. Domestique de 
maison publique qui met les ta- 
pageurs à la porte. 

Polner (V) v.a. Corrompre. — Pi- 
per. 

Polyte0 s.m. Abrév. deHippolyte. 
Nom populaire du voyou : « Ohé! 
Polyte, Zidor, à moi les amun- 
ches! » 

Pomaquer 9 v.a. || i. Prendre. 

Si j'ai pas rond, mon surin bouge. 
Or, quand la poufTîaee a truqué, 
Ches moi son beurre est pomaqué. 
Mieux Taut bouffer du blanc qu'du rouge. 
(ChoHM. dêi Gueux.) 



2. Perdre au jeu. — Le pre- 
mier sens répond à empaumer, le 
deuxième à recevoir une pla- 
mousse, un coup asséné avec la 
paume. [Timmermans.] 
Pommade s.f. || i. Misère. — 
Besoin. — Etre dans la pommade , 
être dans la misère. || 2. Douceur. 

— Jeter de la pommade = Passer 
à la pommade, flatter, féliciter, 
encenser. || 2. Pommade de cockon, 
saindoux. 

Pommader v.a. et v.pr. Flat- 
ter. — Encenser. — Féliciter. — 
Se pommader, s'enivrer. 

Pommade ar s.m. Ni. Encen- 
seur. — Cajoleur. — Flatteur. — 
Flagorneur. {| 2. Brocanteur oui 
masque les défauts des meubles 
avec de la cire ou de la gomme 
laque. 

Pommadier s.m. Coiffeur. 

Pommadin s.m. || 1. Garçon 
coiffeur. || 2. Elégant. || 3. Ivro- 
gne. 

Pommard 9 s.m. Bière. 

Pomme s.f. Tète. — Tête en 
pomme de canne, vilaine figure. 

— Cest comme des pommes, non. 
= Il n'y a nen de fait, — Aiuc 
pommes! soigné, très bien. 



Pommé O ^'^^ Bath aius pommes. 
Soigné. — Réussi. — Il a reçu un 
atout pommé, il a reçu un coup 
bien appliqué. 

Pommer 9 v.a. Arrêter. — Em- 
prisonner. 

Enfin quéqu' fois quand on m'pomme, 
J 'couche an post ! C'est cbouett\ c'est chaud. 
Et c'est la qu'on trouve en somme, 
Les gens les plus comme il faut. 

(C'A. des Gueux.) 

Pommeax s.m. Déchargeur des 
bateaux de pommes. 

Pommkir &.m. P^tmnier en 
fleurs, seins d'une jeune fille. — 
Pommier stéiile, poitrine plate. 

Pompage s.m. Noce. 

Pompe O s.f. Il K(Sl-C.)Travail.— 
Corps de pompe, état-major de 
TEcole. Il 2. (typ.) Avoir de la 
pompe,avoir du travail. || 3.0 Ate- 
lier de tailleur. || 4. Pompe aspi- 
rante, semelle trouée. |i 5. (obsc.) 
Pompe funèbre = Polisseuse, 
fellatrix. || 6. % Faire les pompes 
au prix courant, voler les chaus- 
sures aux étalages. 

Pomper v n. et v.a. \\\. (St-C.) 
Travailler ferme et vite. || 2. 
Boire beaucoup. (Comme une 
pompe qui absorbe.) 

Pompette O »• Ivre.(Pctite pompe, 
de pomper (2), v.c.m.) 

Pompier Q s.i". Il *. Ouvrier tail- 
leur à la journée. || 2. Ivrogne. || 
3. (StC.) Travailleur assidu. || 4. 
Mouchoir. || 5. Piquer un pompier, 
faire du tapage . 

Pompon (mil.) Q s.m. Tôte. — Dé- 
visser le pompon à quelqu'un, lui 
casser la tète. — Avoir lepomponj 
avoir le premier rang, la supério- 
rité. — Avoir son pompon, être 
gris. — Boire se dit en arg. pom- 
per, pompette, petite pompe qui a 
bu, d'où pompon et par corr. plu- 
met qui conduit à panache. 

Pomponette s.f. Chanson à 



k. 



PONAiNTE. 



— 227 — 



POPOTE. 



boire. »< Chanter la pomponette, » 

Pendant qu'il filera 
Chantons la pomponnettê 
Qu'il file!... 

Ponante 9 s.f. = Ponife^ etc. 
Prostituée. (Le ponant est l'occi- 
dent, le couchant.) 

Poncer Q v-^- et v.pr. Battre. — 
Corriger. — Se poncer le créateur^ 
se livrer à Tonanisme. 

Poncif O &• S'in- Banal et préten- 
tieux. »« Style poncif. » 

Pondant (écol.) s.m. Pour «Cor- 
respondant,» personne chargée de 
faire sortir un pensionnaire d'une 
maison d'institution. 

Ponde a se Q ^«f* Femme qui a 
souvent des enfants. — Bonne 
pondeuse t femme féconde. 

Et puis tous les ans c'est un gosse ; 
Q}ié pondeuse ! Rn v'ia d'un négoce. 
C'est épatant ! A pond ! a pond ! 

(La Alute à Bibi.) 

Pondre v.a. et v.n. Accoucher. 
— Pondre dans le même nid, cou- 
cher avec la femme d'un autre. 

Poney s.m. Billet de cinq cents 
francs. (Arg. des courses.) 

Ponife = Ponisse 9 s.f. = Po- 
nante. Jeune prostituée. 

Et si la p'til' ponif triche 

Su' Tcompt' des rouleaux. 
Gare au biiaillon d'ia guiche ! 

C'est nous qu'est les ào*. 

{iJhan%un de» Gueux.) 

Ponifler 9 v.a. Courtiser une Po- 
tife, v.c.m. 

Pont O © s.m. Il 1. TroiS'poni, 
casquette de soie haute. — Ces 
messieurs à tfois-ponts, soute- 
neurs.(Ils portaientdes casquettes 
dites trois ponts.) || 2. Carte cin- 
trée, en forme de pont. — 9 
Donner un pont à faucher. || l. 
Faire couper un jeu de cartes à 
Tendroit où la carte est cintrée. 
Il 2. Tendre un piège. 



Pontanion (mar.) s.m. Prison des 

marins. 
Ponte O s.m. =PonfcMr. Il I. Joueur. 

Il 2. Individu qui dépense de Tar- 

§ent. Il 3. s.f. La ponte, réunion 
e ponteurs. — 9 Ponte pour Vaf, 
réunion de voleurs, de grecs. 

PontepQ v.n. Payer.— Jouer contre 
la banque, au baccarat. — Ponter 
dur, jouer gros jeu. — Panier sec, 
jouer de grosses sommes par in- 
tervalles. 

PonteurOs.ni.=:Pon^e. Joueur. — 
Bailleur de fonds. 

Pontife s.m. || 1. Cordonnier. 
— Souverain pontife, patron cor- 
donnier. Il 2. Homme qui fait l'im- 
portant. 

Pontifier O v.n. Se donner des airs 
importants. Poser pour essayer 
d'en imposer. «Plus ils pontt/ient, 
plus le comique s'accentue, invin- 
cible, sacerdotal oserais-je dire, 
tant le contraste est grand entre 
l'idée qu'ils se font d'eux-mêmes 
et l'idée qu'ils en donnent aux 
autres. » [Séverine.] 

Pont-Neuf © n.pr.m. Officier du 
Pont-Neuf, voleur, bandit. 

Pontoise n.pr.f. Revenir de Pan- 
toise, être étonné. — En i753, le 
parlement de Paris fut envoyé à 
Pontoise ; à leur retour, les ma- 
gistrats avaient perdu le courant 
lies affaires parisiennes et ne 
comprenaient plus rien à ce qui 
se passait en revenant de Pan- 
toise. 

Pontonnier O s.m. Grec. Voy.Pont 

(2). 
Pontonniére s.f. Prostituée. 

(Qui exerce sous les ponts.) 

Popote O s.f. Cuisine. — Table 

d'hôte. — Faire la popote, faire 

la cuisine. — Se mettre en popote, 

former un groupe pour lequel on 

fait la cuisine. — « Les offlciers 

se mettent en popotte. » 



POPOTER. 



— 228 — POSSÉDER. 



Popoter O v.n. = Faire la popote^ 
v.c.m. 

Populo O s.ni. Le populo^ le peu- 
ple, les travailleurs. « Que les 
' bénédictions des mamans soient 
avec vous! Marche à travers la 
ville, cavalcade joyeuse, sancti- 
fiée par le but; ébaubis les mou- 
tards, réjouis le populo, y> (Séve- 
rine.) 

Porc-épic % s.m. Saint-sacre- 
ment. 

Poreau s.m. Voy. Poireau, 

Pornos^raphe O s*^- Q^^ ^^^^^ ^^^ 
. obscénités. 

Pornographie O s.f. Publications 

- obscènes. 

Pornographique O &• Obscène. 

Port O s.m. Laisser (iuelqu*un au 
port iVarmeSj faire attendre q.q. 
et ne pas revenir. 

Portanche# s.m. Portière. (m. déf.) 

Portant (B) s.m. || i. Bras. || 2. 
(thé.) Supports de coulisses. 

Porte O s. t. Porte de prison, indi- 
vidu maussade, désagréable. 
« Gracieux comme une porte de 
prison. » 

Porte-aumuche ou aumusse 
s.m. Patron cordonnier. 

Porte-balle s.m. Bossu. 

Porte-chance s.m. Excrément. 

Porte-crème s.m. Vidangeur. 

Portée # s.f. Pac[uct de caries 
préparées pour tricher au jeu de 
baccarat. 

Portefeuille s.m. Lit. — Se 
fourrer dans le portefeuille, se 
. mettre au lit.. 

Porte-luque # s.m. Portefeuille. 

Porte-maillot O s.2g. Figurante 
de théâtre. — Danseuse. — Acro- 
bate. 

Portes-mince # s.m. Portefeuille. 

Porte-mornif # s.m. Porte-mon- 



naie. 
Porterpipe s.m. Bouche. 
rincer U porte-pipe^ boire. 



— Se 



Porte-poigne s.m. Gant. 

Forter0Ov.a., v.n., v.pr. Porter 
des cornes j élrc cocu; En faire 
porter, faire cocu. — Pointer à la 
peau, éveiller le désir charnel. — 
Use porte bien, il est gris. — Rece- 
voir un atout qui se porte bien, 
recevoir un coup violent. 

Porte-trèfle # s.m. Culotte. 

Porteur % s.m. Porteur de ca- 
moufle, souteneur. 

Porteuse % s.f. Main. 

Porte-veine O s.m. Cochon. 

Portier, ère O s. Cancanier. — 
Bavard. « Quelle portièi^el » 

Portion (mil.) s.f. Prostituée. — 
Tomber sur la portion, aller avec 
une prostituée. 

Portrait0s.m. Visage. —Endom- 
mager le portrait à quelqu^un, 
lui endommager le visage. 

Pose O S'f- Affectation. — Etre à 
la pose ou La faire à la pose, avoir 
des manières affectées, être pré- 
tentieux. — Faire des poses, 
avoir des attitudes prétentieuses. 
— A moi la pose, à mon 
tour. 

Poser v.a. Attendre. — Poser sa 
chique, se taire. — Poser culotte, 
faire ses besoins. — Paire poser, 
mystifier. — Poser un lapin à 
qùelquun. \\i. Donner un rendez- 
vous et ne pas y aller. || 2. Ne pas 
payer une fille' galante. — Poser 
pour le torse, faire valoir ses 
formes. — % Poser un gluau, arrê- 
ter, emprisonner. 

Poseur O s.m. Poseur de lapins, 
individu qui manque de pa- 
role, etc. Voy. Poser un lapin. 

Position 9 s.f. Malle. (Rigald.) — 
Position intéressante, état de gros- 
sesse. 

Possante (B) s.f. Arquebuse. 

Possédé # s.m. Eau-de-vic. (Mi- 
chel.) 

Posséder v.a. Posséder son em- 




POSTICHE. 



— 229 — 



POTIN. 



bouchure, avoir bonne langue; 
s'exprimer facilement. 
Postiche s.2g. 11^ Mensonge. 

— Plaisanterie. || 2. 9 Rassem- 
blement sur la voie publique = 
Postige, \ \ Les chanteurs des rues, 
ambulants et irréguliers, qui 
exercent leur métier en marge de 
la police, travaillent à lapostige; 
ils vont généralement par trois : 
Tun chante et vend les chansons, 
Tautre accompagne sur un instru- 
ment quelconque, guitare, man- 
doline, violon, accordéon. Quant 
au troisième, qui fait le guet à 
droite et à gauche, il fait enten- 
dre un léger sifflement dès qu'un 
sergent de ville apparaît au loin, 
et le chanteur, le musicien et le 
(jolfeur disparaissent, plantant là, 
au beau milieu d'un couplet, la 
foule qui les entoure. |j 3. Boni- 
ment de camelot ou de saltim- 
banque. — Faire la postiche |[ 1. 
(typ.) Faire des reproches. ;|2.# 
Rassembler la foule sur la voie 
publique rzz Postiger, 

Posticheur s.m» Trompeur. — 
Menteur. Voy. Postiche, 

Postier Q 's. m. Employé des 
postes. 

Postige # s.f. Vov. Postiche (2). 

Postis^er v.n. Vov. Faire la pos- 
tiche {2). 

Postille • s.f. Rot. 

Postillon O s. m. Boulette de pain 
renfermant un billet adressé à un 
détenu. Postillon d'eau chaude, 
infirmier, mécanicien de locomo- 
tive. — O Envoyer des postillons, 
projeter de la salive en parlant. 

— Paire postillon, faire une allu- 
sion indiscrète. 

Postillonner O v.n. Projeter de 
la salive en parlant ; elle est lan- 
cée en avant comme le postillon. 

Pot s. m. Avoir laissé le pot de 
chambre dans la commode, avoir 



mauvaise haleine. — Femmeau pe- 
tit pot, concubine. — O A//er ou 
fouiller au pot, prendre desdomi-* 
nos quand on n'a pas le point ioué. 

— # Vol au pot = Vol à l amé- 
ricaine, v.c.m. — Cuiller àpo(,ca- 
briolet. — Pot à colle, menuisier, 
ébéniste. — O Pot à tabac, per- 
sonnage gros et court. 

Potache (j s.m. = Potasse. Collé- 
gien, lycéen. Voy. Potasser, 

Potager s.m. Maison publique. 

Potard O s.m. I^harmacien. — 
Elève pharmacien. 

Potasse O s.f. Voy. Potache. — 
Faire de la potasse, attendre. 

Potasser O v.n. et v.a. || {.Travail- 
ler. — Etudier. — Potasser sa 
colle, préparer son examen. — 
Potasser- des x, faire des mathé- 
matiques. Il 2. S'impatienter. 

Pot-au-feu s.m. || <. Ménagère. 

— Cuisinière. || 2. Individu sé- 
dentaire, ignorant l'actualité. 
Il 3.#Creuset ou marmite de faux 
monnayeur. 

Pot-bouille s.f. Cuisine. — Paire 
la pot-bouille, faire la cuisine. — 
Un ou une pot-bouille, personne 
qui ne s'occupe que des petits 
détails du ménage ; de «pot» et 
«bouillir.» 

Pot-de-vin Q s.m. Gratification. 
« Des personnages intègres, des 
hommes désintéressés et absolu- 
ment incapables d'accepter un 
pot 'de-vin. » (Fr. Coppée.) 

Poteau % s.m. {|i. Ami très in- 
time. (Il soutient.) ||2. Avoir son 
poteau, être ivre. || 3. Jambe 
forte. 

Potée s.f. Litre de vin. — Enfi- 
ler sapotée, boire son litre. 

Potet a. et s.m. Radoteur. 

Potin O0s.m. \\\. Bavardage. — 
Cancan. — Commérage. — Paire 
des potins, cancaner. || 2. Bruit, 
tapage, protestation, scandale. — 



POTIN ER. 



— 230 — 



POUPOULE. 



Faire du potin , protester, faire 
du bruit. — Formé d'un débris de 
•papoter, pour bavarder, babiller. 

[TiMMERMANS.] — Du skt. |Xl/, 

parler. 

Potiner O v.n. Cancaner. — Ba- 
varder. — Médire. 

Potineur = Potinier Q ^'^^ ^^' 
dividu qui fait des potins^ v.c.m. 

Potiron © s.m. Derrière. # Po- 
tiron roulante cabriolet. 

Potot # s.m. Pédéraste. 

Poubelle O sf. Baquet à ordures. 
— Se vider des poubelles sur la 
tête, s'injurier, — Du nom d'un 
préfet de la Seine qui les imposa 
aux Parisiens par mesure de sa- 
lubrité. 

Pouce O s*i^* ^^ ^ pouce! da- 
vantage ! — Avoir le pouce rond, 
être habile à voler. — Donner fe 
coup de pouce || 1 .Q Faire pencher 
la balance avant que le poids 
exact ne s'y trouve. || 2. 9 Etran- 
gler. — ^Maladie au pouce, pa- 
resse. 

Poncer 9 v. a. = Donner le coup 
de pouce (2), v.c.m. 

Poucette # s.f. Poussette, Triche- 
rie des grecs, qui pour ce genre 
de filouterie s'appellent cousiiu. 
(L'argent s'avance avec le pouce.) 

Ponchon # s.m. Bourse. (De po- 
che.) 

Poudre (F.M) s.f. Publicité don- 
née à une affaire. — If avoir pas 
inventé la poudre, Hre bote. 

Poudrer O v.a. Poudrer quelqu'un 
à blanc, se moquer. 

Pouf s.m. zzzPuff. I| I. Annonce, 
réclame exagérée. || 2. Ruine. — 
Désastre. — Escroquerie. — Ban- 
queroute. — Faire pouf, quitter 
son logement sans payer. — Fai- 
seur Se poufs^ escroc, individu 
2ui fait des dupes. — Dans le sens 
e réclame, poti^ marque la bour- 
souflure des termes ; dans celui 



de ruines, etc. poti/'énoncelc bruit 
d'une arme à feu et suggère l'idée 
de coup, de craquement. [Tm- 

MKRMANS.]. 

Poufflace = Poufflasse sX 

Prostituée répugnante. 

Pous^non s.m. = Poignon. Ar- 
gent. 

Pousfois (V) s.m. Voy. Pogois. 

Poule # s.m. Peu. — Rien. 

Pouiffe # s.f. Vov. Ponife. — Ar- 
gent. 

Ponillard s.m. Dernier venu 
d'une couvée de perdreaux ou 
d'une nichée de lièvres. 

Ponilleox Q s.m. || i. Misérable. 
Il 2. Avare. 

PouiUis s.m. Mauvaise auberge. 

Poulailler s.m. = Paradis. — 
Dernière galerie d'un théâtre. 

Poulain s.m. Bubon. — Paire un 
poulain, tomber de cheval. 

Poulaine 9 s.f. Lieux d*aisances. 

Poulainte 9 s.f. Escroquerie à 
l'échange. 

Poularde O s.f. Jeune femme 
dodue. 

Poule s.f. Poule d*eau, blan- 
chisseuse. 

Poulet s-.m. Poulet de carême, 
hareng saur. — Poulet d'Inde^ 
cheval. 

Poulette O s.f. Jeune femme 
étourdie. 

Poupard 9 s.m. = Poupon. Vol 
organisé. — Nourrir un poupard, 
préparer un vol. 

Poupée # s.f. Il 1. Instrument 
pour prendre les empreintes de 
serrure. || 2. Prostituée. — On dit 
dans certains patois une catau 
pour une poupée; à rapprocher 
de catin. || 3. Soldat. (Il fait des 
mouvements automatiques.) 

Poupon 9 s.m. Voy. Poupard. 

Poupouille s.f. Voy. Popote. 

Poupoule O s.f. Mot*d*amitié. — 
Ma poupoule = Ma cocotte. 



POUR. 



— 231 — 



PRATIQUE. 



Pour © prép. // est là pour un 
coupf il est là pour quelque chose. 
(C'est-à-dire pour ôire utile, pour 
donner un coup de main.) 

Pourfendeur O s.m. Pourfendeur 
de Zéphir, hâbleur, fanfaron qui 
s'escrime dans le vide. 

Pourlécher (se) O ^«pr* Se réga- 
ler. — Se pourldcher les babines; 
(Théophile Gautier, Capitaine 
Fracasse,) se régaler jusqu'à s'en 
lécher les lèvres. 

Pourri O ^' Il *• Rempli. — H en 
est pourrif il en est rempli. — 
Etre pourri de c^tc, être très 
chic. Il 2. (fig.) Corrompu. « Il 
est pourri jusqu'à la moelle. » 

Pousqnln Q s.m. Voy. Pousse- 
caillou. 

Pousse (la) % s.f. La police. — 
La gendarmerie. — Ce qui se 
pousse, argent monnayé. — Don- 
ner une pousse^ battre. — Pousse 
au vice, cantharide. 

Pousse-Café O s.m. Petit verre 
d'eau-de-vie après le café. 

Pousse-Caillou O s.m . = Pous- 
quin. Fantassin . « Messieurs 
de la Sabretache. Je vous remer- 
cie de vous être souvenus d'un 
vieux fantassin, pousquin, pousse- 
caillou, — tout ce que vous vou- 
drez. » (U. d'Oaléans, duc d'An- 
maie, 28janv. i894.) 

Pousse-Cul # s.m. ||i. Bourreau. 
Il 2. © Petit individu. 

Poussée O s.f. = Coup de feu. — 
Travail pressé, précipité. — Af- 
tluence. — Il y a de la poussée, 
il y a beaucoup à faire, affluence 
de clients. — (iro.) Via une belle 
poussée, voilà un beau résultat. — 
Foutre une poussée, battre, bous- 
culer, réprimander. 

Pousse-Moulin % s.m. Eau. 

Pousse-Pousse s.m. Petite voi- 
ture réclame traînée par un 
homme et l'homme lui-même. 



Ce nom date de l'Exposition de 
i889, où il y avait des Annamites 

3ui traînaient les visiteurs dans 
e petites voilures légères sur 
l'esplanade des Invalides ; on les 
appelait pousse-pousses, les véhi- 
cules et ceux qui les traînaient. 

Pousser © v.a. Se pousser de /'atr, 
s'en aller. — Se pousser du col, 
se rengorger, se vanter. — S'en 
pousser dans le battant, avaler, 
Doire ou manger. — %Se pousser 
un excellent, manger l'ordinaire 
de la prison. — Q Pousser une 
blague, lancer un bon mot, une 
plaisanterie . — Pousser la goua- 
lante, chanter une chanson. — 
Pousser son glaire, parler. 

Poussette # s.f. Voy. Poucette, 

Poussier © s.m. || i .* Poudre. — 
Tabac à priser. (Pour poussière.) 
Il 2. Lit. (Pour pucier,) || 3. Mon- 
naie. (Ce qui se pousse.) 

Poussière O s . f. Eau-de-vie. (Elle 
gratte le gosier.) — Faire de la 
poussière, faire des embarras ; 
éclabousser. 

Poussin© s.m. Avaler son pous- 
sin, être congédié. 

Poussinière # s.f. Séminaire. 

Pouvoir O s.m. Canne en spirale 
des incroyables. 

Pou- volant © s.m. Carreau des 
chiffons et de la ferraille au Tem- 
ple. 

Prandion O ^-a. Déjeuner. — Lai. 
prandium m. s. 

Prat © s.f. Prostituée. 

Praticable (thé.) s.m. Planche ou 
toile peinte pour décor en éléva- 
tion sur la scène. 

Pratique © s.f. || 1. Mauvais su- 
jet. — Vaurien. « C'est une fa- 
meuse pratique / » || 2. Instrument 
formé de deux lamelles de fer- 
blanc qu'on se met dans la bou- 
che pour faire le cri de Polichi- 
nelle. 



PRE. 



— 232 



PROPRE. 



Pre © s. m. Premier, (abrév.) 

Pré 9 s.m. Bagne. — Aller au 
pré, aller au baffnc. — Pré au 
daby Mazas. — Pré des fagots, 
Caycnne. — Pré salé, la mer. 

Préfectance s.f . Préfecture de 
police. 

Préfec lancier # s.m. Employé 
de la préfecture. 

Première Q s.f. || 1. Première re- 
présentation. i( Etes-vous allé à la 
première des Français ?» || 2. 
Directrice de rayon dans les ma- 
gasins de nouveautés. 

Premier-Paris O s.m. Article de 
fond dans un journal. 

Prendre v.a. (thé.). Prendre au 
souffleur, attendre sa réplique du 
souffleur. — Q Pi'endre la vache 
et le veau, épouser une femme 
enceinte des œuvres d'un autre. 
— Se prendre aux cheveux, se 
battre. — Prendre sur son bonnet, 
prendre sous sa responsabilité, 
se porter garant. 

Prépondérance (mil.) s.f. Prépon- 
dérance à la culasse, derrière 
proéminent. 

Presse Q s.f. Avoir une bonne 
presse, avoir une opinion favora- 
ble de la presse sur une œuvre 
artistique ou littéraire. 

Mais c'qui n'devra pas l'étonner. 
Ça s'ra de so y on malmener 
Par ceux qu'il chine arec ivresse, 
Car s'il croit avoir un' bontC presse ^ 

Ah ! ah ! ah ! oui vraiment ! 
Monsieur Bnin'tière est bon enfant ! 
(EscopBTTm Gaulois ^ 1894). 

(obsc.) Etre sous presse, être en 
conversation intime. — Mettre 
sous presse, engager au monl-de- 
piété. — // n'y a pas de presse, 
inutile de se presser. 

Prêt s.m. Paye. — Argentqu'une 
fille donne à son souteneur. 

Prêter 9 v.a. Prêter Voche, écou- 
ler; (m. à m. prêter ror,eille.) 

Prêtre # s.m. Acteur. 



Pren © a. et s.m.=:P»*e, premier. 

(abrév.) — Paire le preu, faire le 

premier. 
Prévôt # s.m. Chef de chambrée. 

(de prison). — Domestique de 

prison. 
Priant 9 s.m. Chapelet. 
Priante # s.f. Eglise. — Messe. 

— Prière. 

Prie-Dieu # s.m. Code. (Il est di- 
visé en alinéas comme les livres 
de prières.) 

Primeur Q sf. Virginité. 

Prin (écol.i s.m. Principal, provi- 
seur, chef d'institution. (abrév.) 

Prince O s.m. Prince russe \\ 4. 
Homme riche. ||2. Enlreteneur. 

Prise © s.f. Odeur. — Prendre 
une pnse, respirer une mauvaise 
odeur. — Prise de bec, discussion, 
dispute. 

Prison O *-^' J^'*'^ ^^^* ^^ prison 
de saint Crépin, avoir des sou- 
liers troj» petits. 

Proais (B) s.m. DerritTe. Voy. 
Prouas, etc. 

Problème (écol.) s.m. Chaîne gile- 
tière. 

Probloque # s.m. Propriétaire. 

ProcureuseO s.f. Proxénète. 
Produisante # s.f. I^ terre. 
Profane (F.M) s.m. Non initié. 

Profonde O s-^- IM- Poche. ||2. 

Cave. 
Proie© s.f. Par!. — Kcot. 
Prolo © s.m. Prolétaire, (abrév.) 

— Homme du peuple. 
Prolons^e © s.f. Prolongation. 

(abrév.) 

Prometteux © a. Prometteur. 

Promoncerie # s.f. Procédure. 

Promont # s.m. Procès, (m. déf.) 

Promontoire (litt.) s.m. Promon- 
toire nasal, nez. 

Pronier s.m. Pronière s.f. % 
Père. — Mère. 

Propre O © »• (iro.)// estpropre, 
il est dégoûtant. — Le voilà propre. 




PUOPRIO. 



— 233 — PUDIBARD. 



il est dans une fâcheuse position. 

— Cest du propre, c'est vilain, 
c'est dégoûtant. — 9 Etre propre ^ 
être en prison. 

Proprio s.m. Propriétaire, 
(abrév.) 

Prose s.f. Derrière. 

ProsodienO s.ni. Versificateur. 

Prospectus Qs.m, Lancer son pros- 
pectus,---. Faire de l'œil, (v.c.m.) 

Proie (typ.) s.m. Prote à tablier y 
prote qui travaille comme un ou- 
vrier. — Prote aux gosses, le pre- 
mier des apprentis. 

Protecteur Q s.m. Enlrelcneur. 

— Amant sérieux. 
Protéger Q v.a. Protégea* une 

femm€f rentretcnir. 

Prouas s.m. Proue s.f. = 
Pronis =: Pi'oyey etc. Derrière. 

Prout O inl- Voy- Zm<. —Pet. 

Proute s.f. Plainte. — Alerte. 

Prouter v.a. et v n. Se plain- 
dre. — Grogner. — Renauder. 

Prouteur, euse s. Grognon. 

— Renaudeur. 

Proye = Proys (V) % s.m. 
= ProuaSy etc. Derrière. « Forcst 
du proys, » (Richbpin.) 

PrudhommeO'i'Pr- m. = Joseph 
Prudhomme = Monsieur Pru- 
dhommCj bourgeois banal et scn 
Icncieax. Ce type de Joseph Pru- 
dhomme a été créé par Henri 
Monnier, qui lui faisait dire des 
phrases comme celles-ci : « Si 
cela peut faire votre bonheur, 
soyez-le.» — «Ce sabre est le plus 
beau jour de ma vie ; il me ser- 
vira à défendre nos institutions, 
et îiu besoin à les combattre. » 

— Moraliste exagéré. « Nous vou- 
lons un carnaval. Les censeurs 
moroses nous le refusaient. Ah ! les 
Joseph Prudhomme^ comme si le 
rire était jamais malsain! Comme 
si la gallé n'était point bonne 
conseiliière. » {Eclair.) 



Prodhommesque O 3* Banale- 
ment prétentieilx, sans consis- 
tance ; à la façon de Joseph Pru- 
dhomme y v.c.m. 

Prune O ® s.f. Balle. — Projec- 
tile. — Gober la prune = Avaler 
la pilule, v.c.m. — Prune de mon- 
sieur, évoque. — Avoir sa prune, 
être gris. 

Pruneau s.m. = Prune, v.c.m. 
{{) \\i. Chique. || 2. Poser son 
pruneau, faire ses besoins. ||3. 
Œil. — Boucher ses pruneaux, 
dormir. (De prunelle.) 

Prussien s.m. Derrière. — 
Exhiber son prussien, tourner \c 
Jos, fuir. 

Pschutt O s.m. = Pchutt. Elé- 
gant. — Le monde pschuU, le 
monde élégant. — C'est bon, 
beau. On le hume avec un bruit 
qu'on a cherché à rendre par 
le phonème pschutt, [Timmei^- 

MANS.] 

Pschutteux = Pschuttard O 

s.m. Elégant ridicule. 

Puant a. et s.m. || i. Pédant. 
(Individu qu'on ne peut sentir.) 
Il 2. Bouc. 

Puce 0©s.f. Puce d'hôpital, pou. — 
Secouer les puces à quelquun, 
le gourmander, le réprimander. 
— Secouer ses puces, se lever du 
lit. — Chercher des puces à quel- 
qu'un, cliercher à le trouver en 
défaut, chicaner, ergoter = C/ter- 
cher la petite bête. — (obsc.) Puce 
travailleuse, fellatrix, tribade. — 
Puce à l'oreille, créancier. 

Puceau O »• Innocent. — Naïf. 

Pucelage O s.m. Avoir encore son 
pucelage y n'avoir pas encore 
étrenné. 

Pucier 0s.m. Lit. 

Pudeur O s.f.Pérc la Pudeur, 
homme dont la morale s'effarou- 
che facilement. 

Pudibard O &• ^^ux pudibond. 



PUDIBARDERIE. 



— 234 — 



QUARTIER. 



Pndibarderle O s.t. Pudibonde- 
rie exagérée. 

Puer © v.n. Sentir. — Puer bon. 
sentir bon. — Cela me pue au 
nez, cela me dégoûte, me répu- 
gne. 

Fuir © s.m. Voy. Pouf. 

Paffisme O s*"^* Réclame élion- 
tée. Voy. Pouf. 

Pufflate © s.m. Charlatan. Vov. 
Pouf. 

PniU O s.m. (thé.) Parler du 
puits, parler de projets irréalisa- 
bles. — Puits de Venise, prisons 
au-dessous du niveau des eaux. 

Pulvériadr © v.n. Se la pulvéri- 
ser, fuir. (Prendre de la poudre 
d*escampette). 

PuDaise © s.f. lll.Lentille. ||2. 
Fille publique. — Punaise dans le 
beun^, prostituée qui se fait ac- 
trice. 

Pupltrard (litt.)s.m. Député. — Al- 
lus. au tapage que font parfois 
les députés avec leur pupitre 
pour témoigner leur impatience. 

Pur O s.m. Homme qui met ses 



actes d'accord avec ses principes. 

Parée © s.f. Misère. — Purée de 
Corinthe, vin de raisin sec. — 
Purée de pois ou Une purée, ab- 
sinthe. — Faire de la purée de 
mairons, contusionner la figure. 

Porette © s.f. En purette, nu. 
(Corr. de : en pur être.) 

Pureuse ^ s.f. Détenue (}ui rend 
des services à Tadministration 
pénitentiaire. 

Pursatlon # s.f. Plaidoyer. 

Pnrser © v.a. Battre. — Purger la 
vaisselle, allonger les sauces. 

Purotin # s.m. Malheureux. — 
Misérable. 

Pur-sang Q s.m. Cheval de race* 

Put O s.f. Putain, (abrév.) 

Putain © s.f. et a. Avoir la main 
putain, serrer la main au premier 
venu. 

Pntipharder Q v»^- Violer. — 
Prendre de force. 

Pyep (V) v.a. Voy. Pier. 

Pyramidal O ». Énorme. — Co- 
lossal. 



Q 



Quai O s.m. Avoir Cair quai Jem- 
mapes, avoir Tair béte. 

Quand est-ce ?= Quantès (typ.) 
s.m. Payer son quantès, payer sa 
bienvenue. 

Quarante Q ^^n. Les quarante, 
les académiciens. 

Quart s.m. # Quart d'œil, com- 
missaire de police. — AUus. à 
l'ancienne robe noire des com- 
missaires, dite cardeuil. [F. Mi- 
chel. ] — QQuart d'agent de change, 
propriétaire du quart de la valeur 
d*une charge d'agent de change. 
— O Quart de monde, catégorie 



de femmes galantes dont la posi- 
tion est moins brillante que celle 
du demi-monde, v.c.m. — % 
Quart de marquet, semaine. — 
Faire le quart = Faire le trot" 
toir, v.c.m. — Battre son quart, 
être à Tagonic. — Quart des 
dégommés , commissaire des 
morts. 
Quartier © s.m. = Quartier latin^ 
le boulevard Saint-Michel et les 
rues avoisinantes, le quartier de 
la jeunesse des écoles. — Femme 
du quartier, femme galante du 
qiuirtier latin. 



QUASIMODO. 



— 233 — 



QUINQUET. 



QoasImodoOn.pr.m. Homme bos- 
su ou conirefait. 

Quaal-mort a. Etre quasi-mort, 
être au secret. 

Quatorzième Q ^«n. Celui qu'on 
invile à dincr pour ne pas être 
treize à table. (Il est là comme 
figurant.) — (thé.) Quatorzième 
écrevisse, figurante. 

Qnatre-arpents # s. m. Le ci- 
metière. 

Qaatre-coins % s.m. Mouchoir. 

Quatre s'yeux s.m. Dire une 
chose entre quatre z'yeux, en par- 
ticulier, tôte-à-téte. 

Quatrième (mil.) a.n. Quatrième 
cantine, salle de police. 

Quelpoique # adv. Rien. — Pour 
Quelpouic! v.c.m. 

Quelque part || 1. Cabinets 

d*aisances. « Aller quelque part, » 

Il 2. Derrière. — Avoir quelqu'un 

quelque part = En avoir plein 

le,., dos. 

Queniente # adv. Que nenni ; (né- 
gation.) 

Quenottier s.m. Dentiste. — 
Du fr. quenotte, dent d'enfant. — 
Holl. koon, joue, mâchoire. [Tim- 

MERMANS.] 

Qu*è8-aco ? O înter. Qu'est-ce ? 
(prov.) 

Question O sf. Devinette. — Jeu de 
casse-té te : La question romaine, 
« Demandez la nouvelle ques- 
tion du jour! » — Ces devinettes 
sont généralement vendues sur 
les boulevards au prix de dix 
centimes, pendant la période des 
fêtes de la Noël et du jour de Tan. 

Queue Q s.f. Couper la queue à 
son chien, se faire remarquer par 
une excentricité. — # Queue de 
cervelas, promenade à la file dans 
le préau des prisons. — O Q^euede 
morue =z Queue de pie, habit noir 
à queue. « Il était correct, queue 
de pie et cravate blanche. » — 



Queue de rat, tabatière de bois 
dont on lire le couvercle au 
moyen d'un petit cordon de cuir 
qui' ressemble à la queue du rat. 

— Finir en queue de poisson, finir 
mal, ou tristement. — Faire la 
queue. \\ i. Tromper; du skt. 
kuta, tromperie. (Burnouf.) || 2. 
Faire une infidélité. « Faire une 
queue à sa femme.*^— Queue dere- 
nard = Fusée, vomissement qui 
laisse une longue traînée. — (thé.) 
Queue-rouge, emploi de comique 
portant perruque,par cxt.de guetie- 
rouge, paillasse de foire qui s*affu- 
ble d'une perruque généralement 
rousse, dont la queue est nouée 
par un ruban rouge. — Je n'en ai 
pas vu la queue dlin, je n'en ai pas 
vu le momdre vestige. — Tenir 
la queue de la poêle, avoir la di- 
rection d'une affaire; être in- 
fluent, bien placé. 

« rboaloll'rais bien, j'aurais d'ia moClIe, 
Si j'pouvais l'nir la queu' d'ia poèl«. » 

Queuter v.a. Faire la queue, se 
mettre à la file. 

Quibus O s. m. Argent. — Mon- 
naie. 

Je fuis conducteur d'omnibus. 
Messieurs, passez^moi rotr' gutàus^ 

Quif-quif Voy. Kir-kif. 

Quiflre proys (la) (B) s.f. Testi- 
cules. 

Quiger v.a. = Aquiger. 

Quille (B) s.f. Jambe. « Gare 
les quilles! » u Poussez de la 
quille et brouez. » (Villon.) « Plus 
que ça de quilles! » (Gavarni.) 

Qniller v.n. et v.a. Quiller à 
Voie, lancer sa canne après q.q. 

Quimper # v.n. et v.a. Tomber. 

— Quimper la lance, uriner. 
Quinquet s.m. Œil. par ext. 

du mot quinquet, appareil qui 
donne la lumière. — Allumer 



QUINTE. 



— 230 — 



RâBIBOCOER. 



SCS quinquetSf regarder attentive- 
ment, curieusemeut. — Eteindre 
les quinquets. || 1. Aveugler. 
1 1 2. Dormir. — Quinquets de verre 
=2 Faux quinquets, lunettes, lor- 
gnon. 

Quinte s.f. Avoir quinte et qua- 
torzCf avoir la syphilis. 

Quinze a.n. 9 Quinze broquilles, 
quart d'heure; (m. à m. quinze 
minutes.) 

Quinze -centimes s.m.pl. An- 
ciens cabinets d'aisances. Aujour- 
d'hui les chalets de nécessité 
sont les cinq-centimes : c'est au 
rabais. 

Quinze- vin gis s. m. Aveugle. 
— Allus. à rétablissement de ce 
nom où Ton soijfçne les maladies 
des yeux et qui fut fondé pour 
trois cents chevaliers à qui les 
Sarrasins avaient crevé les yeux. 

Quipe s.m. Homme d'équipe, 
(abrév.) [IIigaud.] 

Quiqui0 s.m. || t. Cou. — Pomme 
d'Adam. — Couper le quiqui, 
guillotiner. |! 2. Os et restes de 



viande ramassés dans les restau- 
rants pour en faire du bouillon. 

Qnocter 9 v.a. Tromper. 

Quoi O pr. Avoir de quoi, être 
dans une position aisée, avoir de 
quoi vivre. 

Quoi 9 s.m. Masque. 

Quoquante # s.f. Armoire. — 
La coque, le coco ou boite crâ- 
nienne, le hoU. koker, étui, etc., 
marquent une enveloppe diverse- 
ment ménagée. [TiMMERMANS.] 

Quoquard % s.m. Arbre. — Il 
cache, il protège ; il sert aussi à 
faire les quoquantes, v.c.m. [Tim- 

MKRMANS.] 

Quoque 9 a. Tu quoque, toi aussi, 
(latinisme.; 

Quoqueret # s.m. Hideau ; (il ca- 
che.) Voy. Quoquante. 

Quoquille* # s.m. Pour Coquille. 
Bêle = Huître = Moule. 

Quorum O s.m. Nombre des mem- 
bres d'une assemblée nécessaire 
pour délibérer, par abrév. de : 
Quorum numcrus sufjicit. « At- 
teindre le quorum. » 



R 



Rabat O s.m. Manteau (xv« siècle). 

Rabateux 9 s.m. Rabateux de 
sorgue, voleur de nuit (pour ra- 
batteur, chasseur). 

Rabatteuse s.f. Entremetteuse. 
— Proxénète. 

Rabattre v.n. Aller en rabat- 
tant, décliner, vieillir. 

Rabiafi^e 9 s.m. Rente. 

Rabiau0 s.m. =i Rabiot. \\ 1. Con- 
valescent qui rend des services à 
ses compagnons d'hôpital. |[ 2. Ex- 
cédent, supplément. — (mil.) Pro- 
longation du service militaire, 
pour inconduite. — Faire du ra- 



biau, faire du supplément. 
Il 3. Avoir du rabiau, avoir un 
bénéfice illicite. || 4. Restes, re- 
liefs. — Ce qui reste dans le vase 
avec lequel on a fait la distribu- 
tion aux matelots. — Assonnancc 
à raboter, râper, gratter, racler 
ce qui reste au fond. [Timmermans.] 

Rabiauter (mil.) v.n. = Aa6to- 
ter. Faire du rabiau, v.c.m. 

Rabibochaf^e O s.m. Raccom- 
modement. — Réconciliation. 

Rabibocher O ^'A- = Rabobiner, 
Réparer. — Raccommoder. — 
Se rabibocher^ se réconcilier. — 




RABIOT. 



— 237 — 



RAFâLER. 



Var. de rebecter, échanger le 
baiser de la paix. [Timmkrmans.] 
Rabiot s.m. \ov. Rabiau, 
Rabioter v.n. Voy. Rabinuter, 

RâJïle O s-'ii* I^^s* — ^^ mettre 
quelqu'un sur le rable = Se 
mettre q,q. à dos^ se faire un en- 
nemi. — Se mettre mr le rdble^ 
prendre la responsabilité. 

Rabobiner v.a. Voy. Rabibo- 
cher, 

Raboin = Rabouin # s.m. Le 
Diable. 

Raboter © v.a. Voler. — Filouter. 
— Dépouiller. 

Raboteux a. Faire chanter un 
Te Deum raboteux ^ battre. 

Rabouler v.n. Revenir. 

Raccord O (thé.) s.m. Change- 
ment fait à. la mise en scène 
d'une pièce après une ou plusieurs 
représentations. 

Raccorder 9 v.a. Aviser. — Hap 
peler. — Prévenir. 

Raccourci s.m. Chemin de 
traverse. 

Raccourcir v.a. Guillotiner. 

Raccrochaflre s.m. Racolage. 

Rachevage s.m. Homme sde, 
répugnant. — Pédéraste. — Faire 
son rachevage, nettoyer la fosse 
d'aisances. (M.à m. achever le 
nettoyage). 

Racine Q s.f. Racine de buis. 
Il t. Bossu. Il 2. Dent jaune. 

Raclée O s.f. Correction.— Volée 
de coups. 

Racler O v.n. et v.a. || i. Respirer 
bruyamment. || 2. Prendre. — Je 
lui ai raclé son pognon^ je lui ai 
pris son argent. || 3. Racler du 
violon, jouer du violon. 

Raclette • s.f. || 1. Violon. || 2. Ra- 
moneur. Il 3. Agent de police. — 
La police. || 4. a. Mauvais. 

Raclure s.f. Raclure d'auber- 
- ginCy ruban académique; (allus. de 
couleur). 



Racontar O s.m. Cancan. « Au- 
tant de racontars, autant de men- 
songes. » 

Rade • s.m. || 1. Tiroir où Ton 

met de l'argent. — Paire le ra'ie, 

voler Targenl dans le tiroir d'un 

comptoir. (De radis, monnaie;. 

Il 2. Boutique. 

Radicon % s.m. Prêtre. (Pour ra- 
tichon.) 

Radicrer v.a. = Radurer. Re- 
passer, aiguiser. 

Radicrenr 9 s.m. = Radureur. 
Rémouleur. 

Radin % s.m. || 1. Gousset. — 
FiHser le radin, dévaliser le gous- 
set. — Radin fleuri, gousset bien 
garni. || 2. Argent monnayé. (De la 
racine rati, rond.) 

Radiner 9 v.n. Aller. — Arriver. 

via les fanaud's oui raffinent, 

(Chanton de* Gueux). 

— Radine^' à la condition y rentrer 
chez soi. 

Radie s.m. N*avoir pas un radis 
= Pas un rondj n'avoir pas d'ar- 
gent. (De la racine rad, rond.) — 
Radis noir, prêtre. 

Radouber # v.a. Raccommoder. 

— Réparer. 

Radurer % v.a. Vov. Radicrer. 

Radureur 9 s.m. Vov. Radicreur, 

Rafalaud s.m. banquier de 
tripot. 

Rafale O s.L Misère. — La rafale 
souffle dur, la misère est grande. 
Voy. RafaUy etc. 

Rafale O &• ^^ s.m. Misérable. 
(Pour affalé, abaissé.) — A rap- 
procher de rafle, v.c.m. Voy. Ra- 
fale, 

Rafalement0 s.m. Humiliation. — 
Misère dégradante. Voy. Rafale, 

Rafaler v.a. et v.pr.*Humilier. 

— Dégrader. — Se rafaler, tom- 
ber dans la misère dégradante. 
Vov. Rafale, 



RAFFE. 



— 238 — 



RALLIE-PAPER. 



Raffe ® s.f. Voy. Rafle. 

RafHirer # v.a*. Regagner. 

Raffat s.m. Bruit. — Criail- 
lerie. 

Rafiau s.m. Infirmier. — Garde- 
malade. 

Rafller # v.a. Donner. 

Rafistoler Q v.a. et v.pr. Rac- 
commoder. ~ Remettre à neuf. 

— Se rafistoler j se nettoyer, 
réparer le désordre de sa toi- 
lette. 

Raflstoleur Q s.m. Raccommo- 
deur. — Celm qui remet à neuf. 

— Rafistoleur de pommes de terre^ 
celui qui, par une manipulation 
habile, donne aux vieilles pommes 
de terre Taspect des pommes de 
terre nouvelles. 

Rafle s.f. = Ha^e. Prise. — 
Butin. 

Raflé a. et s.m. Ruiné. — Dé- 
valisé. Voy. Rafale, 

Rafler v'.a. = Rifler. Voler. — 
Du lat. rapere, voler, piller. Ra^ 
père aliquid privcUim ac publiée. 
[Salluste.] 

Pour rifler 

Et plaequer 

Les Angels de mal tous roni. 

(Villon). 

Raflear # s.m. Tenancier d'un jeu 
de roulette. 

Rafk*atohirv.a.etv.pr. Q Se faire 
rafraîchir y se faire tailler la barbe 
et les cheveux. — {mï\.) Se rafraî- 
chir d'un coup de sabre^ se battre 
en duel au sabre. 

Ra^o s.f. Rage de dents, appé- 
tit vorace. 

RafiTonner v.n. Murmurer. — 
Gronder. — Grogner. — Grom- 
meler. — Var. de ronchonner. 

Ragot s.m. Billevesée. — Ba- 
vardage. — Cancans. — Faire du 
ragot ou des ragots, faire des 
cancans. — Congénère de argot 
et de ragonner. Dans bavardage 



ce sont les lèvres qu'on entend 
agir, dans le ragot c est la gorge. 

[TiMMERMANS.] 

Ragousnasse s.f. Mauvais ra- 
goût. 

Ragoût s.m. Crainte. — Inquié- 
tude. — Appréhension. — Re- 
mords. — Avoir du ragoût de poi- 
trine sur VestomaCy avoir des seins 
rebondis. — # Faire du ragoût 
sur quelqu'un y faire soupçonner 
q.q. 

Raide0s.m. a. et adv. ||i. Radi- 
calement. — Brusquement. — O 
Raide comme balle , rapidement. 
Il 2. Eau-de-vie. — Ivre. — 
Raide comme la justice^ être 
ivre sans vouloir le paraître, y 3. 
Cest raide, c'est difficile a croire, 
à supporter, à subir. || 4. % Faux 
rouleaux d'or dont se servent les 
voleurs à l'américaine. 

Raideur s.f. % La faire à la rai- 
demr^ être orgueilleux, pédant. 

Raidir a et v.n. Raidir Ve^*got 
ou les ergots, mourir. 

Raie s.f. Gueule de raie^ vi* 
sage repoussant. 

Raiguieè a. \\ Trompé. j| 2. 
Dépouillé, ruiné, perdu. 

Raille # s.2g. La police. — A^ent 
de police. — Daron de la Raille, 
préfet de police. 

Raisin = Raisiné s.f. Raisiné 
9. s.m. Sang. — Pompe à rai^ 
sine, cœur. — Faire du raisitê^. 
\\ i. Saigner du nez. || 2. Répan- 
dre le sang. 

RAler Q v-"* Tromper. — 
Par j.d.m. pour racler, tromper, 
voler. 

RAleur, euse O s. ||i. Individu 
qui marchande. — Acheteur dif- 
ficile. Il 2. Femme du Temple 
Îui raccole les passants . || 3. 
rompeur. — Menteur. 

Rallie-paperQ s.m. Voy. Paper^ 
hunt. 



RAMâ. 



— 239 — 



RAMPEâU. 



Rama s.m. 9 Mettre au rama, en- 
chaîner. 

Ramamlchase s.m. = RamU 
chage. Réconciliation. (M. à m, 
redevenir ami.) 

Ramamioher v.a. et v.pr. = 
Ramichery etc. — Se ramamichery 
se réconcilier. Voy. Ramami- 
chage, 

Ramaase-crotin (mil.) s.m. Ca- 
valier. 

Ramaaaè # a. Condamné. 

Ramassée s.f. Voy. Boulewe. 

Ramasser v.a. et v.pr. || 1. Ré- 
primander. — Gronder. |[2. Ar- 
rêter. . — Prendre. — Saisir. — 
liamasser ses outils. \\ i. S*en 
aller. || 2. Mourir. — Se ramas- 
ser, tomber. — Ramasser une 
pelle. Il 1. Tomber. I| 2. Echouer. 
— 9 Ramasser un oidon, s'éva- 
der, s'échapper. — (obsc.) Ra- 
masser des épingles ou des mar- 
ronSf se livrer à la pédérastie. 

Ramasseur ^ s.m. Ramasseur de 
mégntSy celui qui ramasse des 
bouts de cigares. — Ramasseur 
de marrons, pédéraste. 

Ramastic # s.f. Vol à la ra- 
mastic, vol qui consiste à ramas- 
ser un bijou faux ou sans valeur 
perdu par un compère et à le 
vendre à un passant beaucoup 
plus cher qu'il ne vaut. 

Ram astiquer % v.a. Ramasser. 
Voy. Ramastic. 

Ramastlqaear s. m. Ramasseur. 
Voy. Ramastic. — Ramastiqueur 
d^orphelinSy ramasseur de bouts de 
cigares. 

Rambiner v.a. Raccommoder. 

Rambuteau O ^•'n* Urinoir pu- 
blic. — Du nom d'un préfet qui 
en a décidé 1 installation. 

Rame# s.f.Plume (d'oiseau). — Les 
rames sont des ailes qui font mar- 
cher le canot et elles ont la forme 
d'une plume. 



Ramenaflre O s.m. Action de ra- 
mener (v.c.m.) ses cheveux. 

Ramener O ^'^' Rassembler ses 
cheveux sur les tempes ou sur la 
tête pour dissimuler la calvitie. 

Rameneur O s.m. Voy. Ramener. 
Racoleur. 

Ramenense s.f. Raccrocheuse. 
— Prostituée qui racole. 

Ramichage s.m. Voy. Ramami- 
chage. 

Ramicher = Ramiter v.a. 
et v.pr. Voy. Ramamicher. 

Ramolli a. et s.m. Imbécile. — 
Gâteux. (Atteint de ramollissement 
du cerveau.) 

RamoUot O s.m. Type de mili- 
taire brutal et imbécile: créé par 
Charles Lerov. (Le Colonel Ramol- 
lot.) 

Ramon s.m. Balai. — Vx. fr. 
ruim, rameau; fr. ramoner, ba- 
layer. 

Ramona s.m. Petit ramoneur. 

Ramonage O s.m. || i. Grogne- 
ment. — Réprimande. || 2. Con- 
fession. 

Ramoner O ^«^^ Ramoner la che- 
minée, se purger. — Ramoner ses 
tuyaux. Il i . Se laver les pieds. 
Il 2. Se fourrer les doigts dans le 
nez. — Se faire ramoner la con- 
science, se confesser. 

RamonitschelO n*pr*^oy. Roma- 
ni cAe/. 

Ramor (arg. des juifs) s.m. Imbé- 
cile. — Ane. — Orthographe vi- 
cieuse pour chamor, mot hébreu 
qui veut dire âne. Le ch se pro- 
nonce gutturalement. De là la 
substitution de r à ch. [Timmer- 

MANS.J 

Rampe (thé.) s.f. Princesse de la 

rampe, actrice renommée. Voy. 

Vedette. — Lâcher la rampe, 

mourir. 
Rampeaa= Rampo O s«ni* E^re 

à points égaux au jeu, le coup est 



RAMPONEAU. 



— 2i0 — 



RASOIU. 



nul. « Cest rampo . -^ Faire 

rampo. — Etre rampo. » 
Ramponean0s.m.Jouet en moelle 

de sureau. 
Rancart O s.m. Mettre au rancart^ 

metlrc au rebut. 
Rantequé % a.n. Quarante. (M. 

déf.). 
Ranger v.a. et v.pr. Q Se ranget* 

des voitures^ régler sa conduite. 
Rapapillotage s.m. Héconci- 

liation. 
Rapapilloter v.a. Réconcilier. 

— Par j. d. m. pour rabibocher. 

[TiMMERMANS.] 

Rapapilloteur, euse s. Récon- 

cilialeur. 
Bapata # s.m. Pou. 
R&pe # s.f. jl 1. Avare. || 2. Dos. 

— Râpe d'Oreirity diamant. 
RApé O ^« fil s.m. Voy. Panrn^, — 

Mpé comme la hollande = Dam 
la purée, 

Ràpde s.f. (obse.) Tirer une 
râpée, rapports sexuels. 

Râper v.a. Chanter mal. — 
Enonce une voix rude et guttu- 
rale comme ragorincr, racler pour 
ronfler, ronchonner , etc. 

Rapetisser v.a. Battre. 

R&peur s.m. Individu qui vit 
d'expédients. Voy. Rasta, 

Rapiat a. et s.m. Il 1. O Avare, ra- 

- pacc. Il 2. # Auvergnat. — Sa- 
voyard. 

Rapiau # s.m. = R'tpiot || i. I.a 
fouille. Il 2. Raccommodage, ré- 
paration. 

Rapide Q s.m. Train rapide. 

Rapide s.f. Prostituée. 

Rapiot # s.m. Voy. Rapiau, 

Rapioter0 v.a. Réparer. — Rac- 
commoder. — Ravauder. 

Rapioteur, ease s. Raccommo- 
deur. — Ravaudeur. 

Rapiquer v.n. Voy. Rappli- 
quer, 

Rapointi s.m. || 1. Pédéraste. 



2. Vaurien. — Rapointi de fcr^ 
raillCj homme de rien. (Broche 
faite avec le déchet du fer). [Lar- 

CHEY.] 

Rappel O s.m. Rappel de Wafci'- 
loo •= Petit Grouchy, v.c.m. 

Rappliquer v.n. = Rapi- 
quer. Rentrer. — Revenir. — Re- 
venir. — Retourner. — Rappli- 
quer à la taule ou à la piaule, ren- 
trer à la maison ; (chez soi). 

Rapport (mil.) s.m. Siffner le rap- 
port =. Copier Vordre, faire la 
conéc du balayage. 

Rapporteuse % s.f. La police. 

Raquette s.f. Bavardage. — 
Du skt ragg, parler. 

Rasant O &• Ennuyeux. 

Rascal s.m. Vaurien. — Mot 
ang., de racaille, chose de rebut. 

Rase0 s.m. Bord. 

Du cidre il faut 
Jtisqu'au rase. 
Du cidre il Taut 
Jusqu'en haut. 

{Chanson des Gueux). 

Raser v.a. et v.n. IM. Impor- 
tuner. — Ennuyer. || 2. Dépouil- 
ler. — Rafler. — Ruiner. — Etre 
rasé, être sans le sou, ruiné, dé- 
pouille. 

Raseur O s.m. Importun. — 
M. Dormeuil, directeur du théâ- 
tre du Palais-Royal, était aux pri- 
ses avec un visiteur importun. Gil 
Pérès entra et dit : « Voici le 
blaireau, » en posant cet objet 
sur le bureau ; le raseur ne com- 
prit pas et persista. Cinq minu- 
tes après: « Voici le savon, » et 
ainsi de suite jusqu'à ce qu'il eût 
encombré le bureau d'objets pour 
faire la barbe, et alors saluant : 
« Monsieur, c'est à vous ». — 
« Vive Jeanne d'Arc, qui délivra 
la France ! A bas les raseurs qui 
l'asservissent ! » [Séverine.] 

Rasoir O ^•^» Chose ennuyeuse. 



RASSEMBLER. 



— 241 — 



RATlCHfi. 



taslidicuse, usée. « Une consulta- 
tion, dit M. de Vogué, vous ne le 
voudriez pas. Ce rasoir est ébré- 
ché; il a trop servi. »> — Faire ra- 
soir, rafler, dépouiller, raser. © 
lUisoir à Deibler = Rasoir de la 
Cigogne = Rasoir national ^ la 
guillotine. — Passeï* sous le ra- 
soir national, être guillotiné. 

Rassembler (mil.) v.a. Se faire 
rassemblei'f s'attirer une répri- 
mande. 

Rassis 9 s.m. Se coller un rassis, 
onanisme. 

Rasta = Rastaquouèra O s*"^* 
Aventurier = Chevalier d'indus- 
trie. — Individu cosmopolite qui 
se donne des airs de grand sei- 
gneur étranger et n'est qu'un vul- 
gaire filou. — C'est un râpé et un 
rdpeur; des mots espagnols ras- 
tar, ratisser, racler et c«ero,cuir, 

peau. [TlMMERMANS.] 

Rastaquoaérlsme O s-"^* ^^ ^ui 
sous des dehors pompeux cache 
la honte ou la misère. Voy. 
Rasta, etc. 

Rat O s.m. Il 1. Elève danseuse 
à l'Opéra. || 2. Avare (abrév. de 
rapiat), \\ 3. Voleur qui fouille 
les poches la nuit dans les cham- 
brées (en se faufilant). — Voleur 
de pain. — Jeune voleur qui se 
cache dans les boutiques pour 
ouvrir à des complices. — || 4. 
Mèche enveloppée de cire, en- 
roulée sur elle-même, dont on se 
sert pour s'éclairer un instant. 
Il 5. Rat de cave^ employé des 
contributions indirectes, obligé, 
par sa profession, à descendre 
dans les caves. ||6. Caprice. 
« Avoir des rats dans la tête. » — 
O Avoir un rat dans la trompe, 
être grognon, furieux. — (polyt.) 
Rat de ponts, élève de l'Ecole po- 
lytechnique qui à sa sortie n est 

. pas admis dans les ponts et 



chaussées. — Rat de soupc^ élève 
qui arrive en retard à table. 
Rat d'ègout, égoutier. — Mon 
rat, mot d'amitié. — Prendre des 
rats par la queue, voler des porte- 
monnaie et des montres. — 
Rat de prison, avocat. 

Rata s.m. Ordinaire du soldat. 
« Rata aux pommes. » — Abrév. 
de Ratatouille. 

Ratafia O s.m. Ratafia de gre-> 
nouilles, eau. 

Rataplaule = Ratapiole s.f. 
Raclée. — Volée de coups. — 
Après avoir reçu une raclée on a 
la peau ratissée, striée des mar- 
ques de la correction. 

Ratapoil O s.m. Vieux bonapar- 
tiste. 

Ratatouille s.f. jj 1. Mauvaise 
nourriture. || 2. Volée de coups. 

Ratatout Q s.m. Atout de nou- 
veau. — Jouer atout et ratatout^ 
jouer atout coup sur coup. 

Rate s.f. Ne pas se fouler larate. 
||1. Aller doucement. |j 2. Tra- 
vailler avec nonchalance. 

Raté s.m. Individu qui n'a pas 
réussi dans la carrière qu'il avait 
entreprise et qui ne réussit en 
rien. 

Rfi.teau0 s.m. Gendarme. — Agent 

de police. — Il racle, il ramasse, 

var. de raclfttte, agent de police. 

Il 2. Prêtre, pour ratichon, y. cm. 

Râtelier s.m. Restaurant. — 
Pension alimentaire. 

Ratiboisé O &• Ruiné. Voy. Raser 
(2). — Mort. 

Ratiboiser Q v.n. Ramasser. — 
Détruire. — Rafler. — Dévaliser. 
— Ruiner. — Dépouiller. — Se 
faire ratiboiser, se faire dépouil- 
ler. — Var. de raboter (le bois), 
pour ratisser, racler, etc., etc. 

Ratiche # s.f. Eglise. — Rlaireau 
de ratiche, goupillon. Voy. Rati- 
chon. 

i6 



RlTICHOxN. 



— 242 — 



REBEGTER. 



Raticlion0s.Tn. || l.Peijçnc (petit 
râteau). |i 2. Prôtre (il a la figure 
et une partie de la tête rasées, 
ratiss^es), 
Ratichonner v.a. Peigner. 
Ratlchonnière % s. t. Sémi- 
naire. — Collège tenu par des re- 
ligieux. — Couvent. — Eglise. 
Ratier s.m. || 1. Individu qui a 
des caprices, des rats (2), v.c.m. 
Il 2, Ouvrier tailleur qui emporte 
les pièces chez lui pour les finir 
la nuit. 
Ratière (la) s.f. Jeu de hasard. 
— Sur une table sont peintes 
trois couleurs ; dans une boite 
dite ratière, sont trois boules 
creuses et dans chacune d'elles 
est une bille de couleur corres- 
pondant à Tune de celles repré- 
sentées sur la table. On fait sortir 
par un petit trou de la ratière 
une boule, et si elle contient la 
bille de la couleur sur laquelle le 
joueur a misé, celui-ci a gagné le 
double de la mise. — Ce jeu se- 
rait loyal si souvent le teneur ne 
corrigeait le hasard parla renâcle 
(v.c.m.), truc qui consiste en un 
double fond pratiqué dans la ra- 
tière, et dans ce double fond se 
trouvent aussi trois boules de la 
même couleur, que le teneur fait 
sortir à sa volonté. 
Ratisser Q ^''^' Prendre. — Es- 
croquer. — Gagner tout l'argent 
au jeu. — Ruiner. — Raser. — 
Se faire ratisser la hure, se faire 
raser ou coiflFer. — H est ratissé, il 
est perdu. 
Ratisseuse # s.f. Ratisseuse de 

calabres, guillotine. 
RatoD s.m. Jeune voleur. Voy. 

Rat (3). 
Rattrapage O s.m. Compensa- 
lion. — (typ.) Signe qui marque la 
suite du texte quand on distribue 
la copie à différents compositeurs. 



Ravage # s.m. Ferraille. 

Ravager # v.n. jjl. Voler du 
linge dans les bateaux-lavoirs. 
Il 2. Recueillir les épaves de la 
Seine. 

Ravageur # s.m. || 1. Voleur de 
linge dans les bateaux-lavoirs. 
Il 2. Individu qui recueille les 
épaves de la Seine. « Uile des Ra- 
vageurs. » 

Ravaudage 9 s.m. Faire du ra- 
vaudage, chercher une bonne for- 
tune dans un bal public. 

Ravault (V) s.m. Perche, — Bâ- 
ton. 

Raverta (arg. des juifs), s.m. Do- 
mestique. — Valet de chambre. 
— Une faut pas dabérer devant Us 
ravertas, il ne faut pas causer de- 
vant les domestigues. 

Ravignole % s. t. Récidive. 

Ravigote s.f. A la ravigote, à la 
sauce piquante. 

Ravine s.f. Blessure. — Cica- 
trice. 

Rayon s.m. Rayon sur VœU, 
œil poché. — # Rayon de miel, 
dentelle. 

Raze== Rasi # s.m. =:Ratichon, 
v.c.m. Raze pour Caf, acteur (Ri- 
gaud) (il se rase pour la frime). 

RsLsibus n.pr.f. Voy. Veuve, 

Razis (B) s.m. Prêtre (il est rasé). 

Réac s.m. pour Réactionnaire. 
Partisan de la monarchie. 

RéaffUrer # v.a. Regagner. 

Rebabillarder v.a. Récrire. 

Rebâtir # v.a. Tuer. 

Rebecca Q n.pr.f. Faire sa Rebecca, 
faire sa prudfe = Faire sa Sophie. 
— Pour bouder, faire la moue, 
donner au bec l'expression dn 
mécontentement inarticulé. 

Rebectage # s.m. = Rabibo^ 
chage, \\ i. Recours en cassation. 

2. Entente. — Réconciliation. 

3. Médicament. 

Rebecter # v.n. etv. pr. Se pour- 




REBEGTEUR. 



— 243 — 



RECHIGNER. 



voir en cassation. — Se rebecter. 
Il i.Sc réconcilier. |( 2. Se récôn- 
forler. — M. à m., se refaire. 

Rebecteur s.m. Médecin. 

Rebéquer (se) (V) v.n. Se mé- 
tier. — Se détendre. — Se ven- 
ger. 

Bebecguez-vous de la Afontjoye. 
(MéQez-vous du gibel). 

(ViLLOH.) 

Rebiffe • s.f. || 1. Révolte. — 
Analogue à rebéquer ^ formé de 
pif. [TiMMERMANs] — Rebiffé au 
truc^ récidive, jj 2. A la rebiffe, à 
la rescousse. 

Rebiffer v.a. et v.pr. Répéter. 

— Recommencer. — Regimber. 

— Venir à la rescousse. — Se 
rebiffer, se défendre ; se révolter. 

— Rebiffer au truc, récidiver. 
Rebigner (V) v.a. Chasser. — 

Repousser. 

Rebondir v.a. Envoyer rebondir, 
envoyer promener. 

Rebonnetage s.m. Réconcilia- 
tion. — Flatterie. 

Rebonneter v.a. et v.pr. Flat- 
ter. — Confesser. — Confier. — 
Se rebonneter, se réconcilier; se 
confier; se confesser. — Rebon- 
neter pour Vaf, flatter q.a. pour 
se moquer de lui. (Abrév. ae pour 
la frime). 

Rebonneteur % s.m. Confident. 

— Confesseur. 

Rebonnir # v.a. Redire. — Con- 
fier. 

Reboacler % v.a. Refermer. 

Rebouis % a. et s.m. Cadavre. 

Rebouiser % v.a. || 1. Tuer. || 2. 
Regarder. — Remarquer. || 3. 
Réparer. — Raccommoder. — En 
fr. rebouiser signifie battre un 
chapeau et lui donner un nouveau 
lustre. Voy. Rebouiseur. 

Rebouiseur s.m. Raccommo- 
(leur. — Celui qui réparc, qui 
remet à neuf. Vov. Rcbouiw\ — 



Qui donne un nouvel aspect, une 
apparence du neuf à un objet. 

Rebours s.m. Déménagement 
clandestin. — Un individu, in- 
connu du concierge de la maison, 
se charge sur le dos la malle 
aueTon veut emporter et descend 
1 escalier à rebours, en faisant 
beaucoup de bruit. Le concierge 
rinterpelle et, croyant qu il 
monte, lui demande où il va : 
« Chez M. A..., » répond Thomme 
(naturellement A... est inconnu 
comme locataire). » Ce n^est pas 
ici! » L*individu fait demi-tour et 
s*en va avec la malle. 

Reboater v.a. Raccommoder. 

— Réparer. — Remettre un mem- 
bre cassé ou foulé. 

Rebouteux s.m. pour Rebou- 
teur. — Celui qui remettes mem- 
bres foulés ou cassés. 

Rebucher 9 v.a. et v.n. Renvoyer. 

Rebuter v.a. et v.n. Excuser. 

Récalcitrant s.m. Coffre-fort. 

Recaler v.a. et v.pr. Refuser. 

— Améliorer. — Se faire recaler, 
être refusé à un examen. — Se 
recaler, se réconforter ; se refaire 
une position. 

Recalure s.f. Bon repas. — 
Bombance. 

Recarrer (se) v.pr. Se redres- 
ser. — Faire l'important. 

Rechasser v.a. Apercevoir. — 
Regarder. — Remarquer. (De 
chasses, yeux). 

Rechauder0v.a. et v.n. Tromper. 

Réchauffante s.f. Perruque. 

— (mil.) Capote de garde. 
Réchauffé s.m. Du réchauffé, 

ce n'est pas nouveau, ça n'a plus 

la saveur de la nouveauté. 
Réchauffer 9 v.a. Ennuyer. 
Réche s.m. Sou. — Un reng, 

v.c.m., = un rond. 
Rechigner v.a. Refuser. (Par 

ext. de rechigner, faire une chose 



RÊCUU. 



— 244 — 



REFAIRE. 



de mauvaise grâce). — Syn. de 
rendclei\ se refuser à l'aire une 
chose. 

Hèchu a. et s.m. Bourru. 

Récidiviste O s.m. Peintre qui 
traite toujours les mômes sujets. 

Heçoit-tout s.m. Vase de nuit. 

Recollardé a. Réintégré en 
prison. 

Recoller (se) 0v.pr. Se remettre, 
être convalescent. 

Reconduire (thé.) v.a. Se faire re- 
conduire, être sifflé. 

Reconobrer # v.a. Reconnaître, 
(m. déf.) 

Recoquer v.a. et v.pr. Rendre. 
— Se recoquer \\{. Se remettre; 
reprendre des forces. || 2. S'ha- 
biller de neuf. 

Recoqueur 9 s.m. Délateur. Voy. 
Coqueur. 

Record O s.m. || 1. Concours. Dé- 
tenir un record, établir un record, 
être proclamé le plus fort, le plus 
habile dans un sport quelconque, 
et par ext., avoir la suprématie 
dans toute autre chose. « Le re- 
cord des hommes gras ou mai- 
gres, des mangeurs, des jeûneurs, 
des buveurs, des fumeurs, des 
marcheurs, etc., etc. ». || 2. Ac- 
tion extraordinaire. « Pendant un 
bal l'autre jour, à New-York, un 
jeune homme ayant été présenté à 
une jeune fille qu'il trouvait à son 
goût n'a pas hésité, la valse finie, 
a lui demander sa main. Séance 
tenante, miss X... acceptait, et 
comme le maître de la maison 
était pasteur protestant^le mariage 
put se faire aussitôten présence de 
tous les invités, une demi-heure 
juste après la demande ! Le soir 
même, à la fin du bal, les nou- 
veaux mariés partaient en voyage 
de noces. Tout le monde parfe de 
ce record vraiment extraordinaire, 
même pour l'Amérique. » 



Recorder v.a. et v.pr. || 1. Préve- 
nir. — O Recorder quelqu'un, lui 
donner des instructions. || 2. 
Se recorder, s'entendre ; se récon- 
cilier. Il 3. # Tuer. — Comploter. 

Recordman Q s.m. au fém. Re- 
cord^woman. Celui ou celle qui 
détient un record, ce mot est ang. 
et s'écrit au ni. recordman, c'est 
l'équivalent au m. fr. champion. 

Recourir O ^''^' Recourir à l'émé- 
tique, escompter de faux billets. 
(Fr. Michel) (Faire cracher do 
l'argent). 

Recta O adv. Net. — Payer recta, 
payer net, sans tergiverser. 

Récurer v.a. et v.pr. Se récuref\ 
se confesser. — Récurer aa casse- 
role, se purger. — Se faire récu- 
rer, se faire s»oigner pour la sy- 
philis. 

Récureuse s.f. Table de toi- 
lette. 

Redam s.f. Grâce; (de rédemp- 
tion.) 

Redin s.m. Voy. Radin. 

Redoublement # s.m. Redon^ 
blement de fièvre, réquisitoire du 
ministère public. 

Redoubler Q v.a. Cela redouble, 
cela s'aggrave. 

RedouiUer v.a. Riposter. 

Redoute O s.f. Bal. « Samedi, 
grande redoute masquée à l-OIynt- 
pia. » 

Redresse 9 s.f. Ruse. — Malice. 
' — Etre à la redresse, être malin, 
rusé. Chevalier de la redresse, 
aventurier, intrigant. 

Réduit 9 s.m. Bourse. 

Réemballer v.a. Réintégrer en 
prison. 

Refaire v.a. et v.pr. Tromper. — 
Duper. — Refaire au même, ren- 
dre la pareille après avoir clé 
joué. — O Se refaire, manger et 
boire. — O ^^ refaire le torae. 

Refaite # s.f. Repas. — Refaite 



É 



HEFA1TE. 



— 245 — RÉJOUISSANCE. 



du matois, déjeuner. — Refaite de 
sorgue^ dîner, souper. — Refaite 
de coni, extrême-onction. — fte- 
faite du séchoir, repas sommaire 
fait chez le marchand de vin en 
sortant du cimetière. Voy. Sé- 
choir, 

Refaiter v.n. Prendre sa nour- 
riture. 

Hefaitier s. m. Restaurateur. 

Réfect O s.m. Réfectoire (abrév.). 

Reffoler 9 v.a. Voler par sur- 
prise. 

Refilé s.m. Aller au refilé \\i. 
Vomir. || 2. Payer. — Ne pas 
aller au refilé, nier. 

Refiler v.a. || 1. Rendre. —Res- 
tituer. — Donner. — Refiler des 
teignes, donner des coups. || 2. 
Céder. — Passer. — Refiler la pâ- 
tée, mourir. — Refiler un hiffeton^ 
envoyer une lettre. || 3. Suivre. 

— Surveiller. — Rechercher. — 
RefUei' son asticot, se dit du sou- 
teneur qui surveille, qui suit sa 
femme. || 4. Repasser. — Je lui ai 
refilé les consommations, je lui ai 
repassé les consommations que 
j*avais prises ou déjà perdues. 

Refondante # s.f. Allumette. 

Refouler v.n. Refuser. — Re- 
culer. — Refoulei* au turbin, re- 
fuser de travailler, avoir peur du 
travail. 

Réfractaire Q s.m. Homme de 
talent qui se néglige. 

Réfréjon a. Bourru. 

Refroidi # s.m. Décédé. — As- 
sassiné. — Cadavre. — Le Musée 
des refroidis, la Morgue. 

Refroidir v.a. Assassiner. — 
Tuer. 

Refroidisseur s.m. Meurtrier. 

— Assassin. 

Régaler v.a. Régaler ses amis, 
se purger. — Régaler son cochon^ 
se régaler. — Régaler son suisse, 
payer sa part après une partie. 



Regatte s.f. Viande, (arg. des 

chiffonniers) (Rigaud) 
Regatter © v.a. Manger. Voy. Re- 
gatte. 
Régence O a. C'est régence l c'est 
distingué, de bon ton. — Mœurs 
régence, mœurs dissolues (comme 
sous la régence de Philippe, duc 
d'Orléans, pendant la minorité de 
Louis XV, i7lo-23). — Souper 
régence, souper galant. 
Régiment (mil.) s.m. S'engager 
dans le régiment des cocus, se ma- 
rier. 
Reginglade # s.f. Jouer à la re- 
ginglade = Regingler, v.c.m. 

Reginglard O s.m. Petit vin ai- 
grelet. 

Regingler O (enf.) v.n. Pousser 
devant soi celui qui vous précède 
au jeu de la glissade. 

Registre O (^yP-) s.m. Faire le re- 
gistre, partager un titre égale- 
ment. 

Régie de trois O s.f. Le mari, la 
femme et Tamant. 

Réglette O (typ.) s.f. Arroser la 
réglette, repas offert à ses collè- 
gues par un compositeur passé 
metteur en pages. 

Réglisse s.f. Jus de réglisse, 
nègre. 

Regon 9 s.m. Dette. 

Regonser v.a. || 1. Suivre. — 
Regonser quelqu'un, le suivre. |j 
2. Avoir des dettes. 

Regout 9 s.m. Voy. Ragoût. — 
Faire du regout, Hre arrêté. 

Régaisé a. Perdu. — Battu. -^ 
Dévalisé. — Ruiné. — Evincé. — 
Condamné à mort. 

Réguiser v.a. Dévaliser. — Rui- 
ner. — Evincer. — Condamner à 
mort. 

Rejaoquer # v.n. Crier. 

Rcjacter v.a. Redire. 

Réjonissance O s.f. Os ajoutés 
à la viande par les bouchers. — 



REUNGEUR. 



— 246 — 



REMPLUMER. 



u Elle a plus de réjouissance que 
de viande, » se dit d'une femme 
maigre. 
Relanceur # s.m. Relanceur de 

pleins, tricheur. 
Relevante s.f. Moutarde. 
Relève © s.f. Etre à la relève = 

Relever, v.c.m. 
Relever © v.n. et v.a. La relever 
ou Relever le chandeliei*, se faire 
entretenir par une fille. 
Releveur % s.m. Releveur de fu- 
meuse, souteneur. — Releveur lie 
pésoche, garçon de recettes. 
Relicher © v.a. et v.pr. Embras- 
ser. — Se relicher la frimousse, 
s^em brasser 
Relié © a. v'étu, habillé. c< Il était 

élégamment relié. » 
Religieuse © s.f. Nombril de reli- 
gieuse, as de cartes. 
Reluire © v.n. Reluire dans le 

ventre, éveiller Tappétit. 
Relait # s.m. || 1. Jour. — Chenu 
reluit, bonjour. || 2. CEil. — 
Chasser des reluits, pleurer. 
Reluquer © v.a. Regarder atten- 
tivement. — Examiner. — Ang. 
to look, voir. 
Reluqueur © s.m. Badaud. — 
Individu qui dévisage les femmes. 
Reluqueuse © s.f. Lorgnette. 
Remaquiller© v.a. Hefaire. 
Remballer O 'V-a. Voy. Recaler. 
Renvoyer. — Envoyer promener. 
Rembasle 9 s. m. Rentier. 
Rembiner © v.a. Rétracter une 

calomnie. 
Rembrocable # a. Reconnaissa- 

ble. 
Rembrocage # s.m. Rembrocage 

de parrain, confrontation. 
Rembroquant s.m. Miroir. 
Rembroquer # v.a. Regarder. — 
Examiner. — Reconnaître. — 
Apercevoir. 
Réme s.m. Abrév. de Duréme, 
v.c.m. 



Remède © s.m. Remède d'amour, 

visage repoussant. 
Remercier © v.a. Remercier son 

boucher ou son boulanger, mourir. 
Remettre O v.a. Remettre quel- 

qu'un à sa place, réprimander. 
Remiser © v.a. Mettre en prison. 

— Remiser son fiacre, mourir. — 
Remiser quelqu un, le remettre à 
sa place, le rembarrer. — Se faire 
remiser, se faire rembarrer. 

Remisier © s.m. Courtier à la 

Bourse. 
Remone © s.f. Faire de la remone, 

faire des embarras. 
Remonencq © s.m. Marchand 

d'habits. 
Remontée © s.f. Après-midi. 
Remonter © v.n. Remonter sur sa 

bête, être convalescent. — Remon- 

ter sa pendule, battre sa femme. 

— Remonta* le towmebroche, rap- 
peler à l'ordre. 

Remorque © s.f. Queue. 

Remorqueur s. m. Joueur. 

Remouchage s.m. Vengeance. 

Remoucher ©v.a. =zRemouquer. 
Il 1. Venger. || 2. Reconnaître. — 
Remarquer. — Admirer. — Ob- 
server. — Par j.d.m. sur mucus, 
de museau, var. de la racine de 
moure, maraoulette, mulet (pois- 
son aux grosses lèvres), mandole, 
coup sur le museau, mufle, etc. 

[TiMMERMANS]. 

Remouleur © s.m. Bemouleur de 
buffet, joueur d*orgue. 

Remouquer © v.a. Voy. Remou- 
cher. 

Rempardeuse % s.f. Prostituée 
qui fréquente les fortifications, 
les remparts. 

Remplie © a.f. Enceinte. 

Remplissage Q s*")* Longueurs 
dans un ouvrage littéraire. — 
Chose inutile, encombrante. 

Remplumer (se) © v.pr. Etre 
convalescent, reprendre des for- 




REMPORTEE. — 247 — RENGRACIEMENT. 



ces, de rembonpoinl. — Refaire 
une situation perdue. 

Remporter v.a. Voy. Veste. 

Remue-pouce 9*s.m. Argent 
monnayé. 

Remuer v.a. Remuer la casse- 
roley appartenir à la police. 

Renache © % s.f. Police. — Var. 
de renifle, formé de nase, nez. 

Renaché s. m. Fromage ; (Rigaud) 
(Son odeur monte au nez). 

Renâclant s. m. Nez. 

Renâcle s.f. Truc employé pour 
tricher au jeu. Voy. Ratière, 

Renâcler v.n. et v.a = Renifler. 
Reculer. — Avoir peur. — Hési- 
ter. — O Renâcler à quelque 
chose, faire une chose de mauvaise 
grâce. — Renâcler quelque chose^ 
la désirer. — Aspirer après. Voy. 
Renauder, 

Renâcleur s. m. Poltron. — 
Grognon. — Mécontent. 

Renaissance© s.f. Vieilles loques 
mises de côté. 

Renard s.m. || 1. Vomissement. 
« Faire un renard. » — Ecorcher le 
renard, vomir ou dégobiller, qui a 
suggéré goupil^ vx fr. renard, 
goupillon, queue de renard ser- 
vant d*aspersoir.[TiMMERMANs] Il 2. 
Mélange de vin dans le bouillon. 
Il 3. Second degré du compa- 
gnonnage. (Larchey) Il 4. Espion 
au bagne. 

Renarder0 v.n. || 1. Vomir. Vov. 
Renard (1). || 2. Trah.ir (allus. à la 
ruse du renard). 

Renaré O ^* ^^ s* Rusé. 

Renaud s.m. Chercher du re- 
naud, chercher noise, chicaner, 
quereller. — Etre à renaud, être 
grognon, en colère. — Faire du 
renaud, faire du bruit. 

Renauder Q v.n. = Reniquer. Se 
plaindre. — Grogner. 

Renaudeur s.m. Grognon. — 
Mécontent. 



Renchoir v.n. Récidiver. 

Rencontre 9 s.f. Vol à la ren- 
contre^ bousculer un passant et lui 
enlever prestement son porte- 
feuille ou sa montre en passant 
Tobjet à un complice, le voleur 
s'excuse et s'il est pris yn ne 
trouve rien sur lui. — Fuh*e à la 
rencontre, donner un coup de tête 
dans Testomac. 

Rende = Rendémi 9 s.m. Vol 
au rendémi, Voy. Rendez-moi, — 
Voy. Pièce. 

Rendève = Rendez s.m. Ren- 
dez-vous (abrév.). 

Rendez-moi # s.m. = Rendémi, 
Le vol au rendez-moi, c'est le 
vol à la pièce forcée. Voy. Pièce. 

Rendoublé # a. Plein. — Rempli. 

Rendre© v.a. Rendre ses comptes, 
vomir. — Rendre une fève pour un 
pois, rendre plus de coups au'on 
n'en a reçu. — Rendre le tablier, 
se dit du domestique qui donne 
congé. — (arg. des tailleurs) Ren- 
dre sa bûche, rapporter au maga- 
sin un vêtement terminé. 

Rendu s.m. (Arg. des employés de 
commerce) Faire un rendu, crédi- 
ter un client pour une marchan- 
dise rendue. 

Rêne O s.f. La troisième rêne, la 
crinière d'un cheval. — La qua- 
trième rêne, la queue d'un cheval. 

Renfoncement © s.m. Coup vio- 
lent. 

Renftrusquiner © v.a. et v.pr. Se 
renfrusquiner, s'habiller à neuf. 
— # Renfrusquiner pour la sèche, 
ensevelir. 

Reng 9 s.m. et a.n. Cent. 

Rengainer © v.a. Rentrer. — 
Rengainer son compliment, ne pas 
dire ce qu'on voulait. — Rengai- 
ner son chiffon, se taire. 

Rengracié a. Converti. 

Rengraciement s.m. Conver- 
sion. — Retour au bien. 



RENGRACIER. 



— 248 — 



RÉPONSE. 



Rengracier % v.n. || 1. S'arrêter, 
ne rien dire.JI 2. Renoncer au 
vol. Il 3. Se défier. — Rengi*aciez! 
attention, prenez garde ! 

Reniffe (la) s.f. La police. 

Reniflant s.m. Nez. 

Reniflante s.f. Chaussure per- 
cée. 



Renifler v.a. 
fier un litron. » 



i. Boire. M Reni- 
2. Pressentir. — 



Deviner. — Espionner. « Renifler 
une bonne aifaire. » || 3. Reculer. 

— Hésiter. — Refuser. — Renifler 
au turbin, travailler mollement. — 
Forme de renâcler, 

Reniflette # s.f. La police de sû- 
reté. — Le pà'e la Reniflette y le 
chef du service de la sûreté. 

Renifleur s.m. || i. Agent de la 
police de sûreté. — % Le père des 
renifleurSj le préfet de police. || 2. 
Renifleur de camelotiez voleur aux 
étalages. || 3. Pédéraste (qui re- 
cherclie les latrines publiques). 

Renifloir s.m. Le nez. — Se 
fourrer du poussier de mottes 
dans le renifloir y priser. 

Reniquer v.n. Voy. Renauder. 

Renoblance s.f.* Reconnais- 
sance de mont-de-piété. 

Renobler v.a. Reconnaître. 

Renquiller v.a. et v.pr. = Re- 
quilleTy etc. Rentrer. = Renquil- 
ler son compliment, Voy. Rengai- 
ner, — Renquiller au truc, renou- 
veler, recommencer = Repiquer, 

— Se renquillei'y se rétablir. — 
Se renquiller ou Etre renquilléy se 
remettre, se refaire, se réhabiliter. 

Renseignement s.m. Prendre 
un renseignement y prendre un 
verre sur le comptoir. 

Rentier s.m. Ouvrier sans tra- 
vail (iron.). — Rentier à tarlincs, 
bourgeois peu aisé. 

Rentiffer # v.n. Rentrer. 

Rentoiler (se) v.pr. Se remet- 
tre, se rétablir. 



Rentré a. Etre rentré, être sans 
argent. 

Rentrée O s.f. Faire une rentrée^ 
revenir en scène avec éclat. 

Rentrer Q © v.n. Voy. Rredouille, 

Renversant Q &• Etonnant. 

Renverser v.a. O Renverser la 
marmite, supprimer ses invita- 
tions à dîner. 

Repagnioter (se) v.pr. Se re- 
coucher. 

Répandre (se) v.pr. Tomber. 

— Mourir. 

Repas s.m. Faire le repas de 
Vâne, boire seulement à la fin du 
repas. 

Repasser v.a. || 1. Battre. « Re- 
passeï' le cuir. Repasser la che- 
mise de sa femme, » || 2. Voler, dé- 
pouiller. — Repasseï' quelqu'un, 
extorquer de Targent. 

Repanmer v.a. Reprendre. — 
Rattraper. 

Repérer v. Regarder. 

Repérir v.n. Retrouver. 

Repésigner # v.a. Repaumer. . 

Repiger = Repincer v.a. 
Rattraper. — Retrouver. — Pren- 
dre sa revanche. — « Je te repi- 
gérai ou Je saurai bien te repin- 
cer, » 

Repioncense 9 s.f. Paillasse. — - 
Matelas. 

Repiquage s.m. Relèvement. 

— Renouvellement. 
Repiquer v.n. et v.a. || i. Re- 
prendre l'avantage. || 2. Se ren- 
dormir. — Repiquer sur quatre, 
n'avoir pas un point à 1 écarté 
quand l'adversaire en a quatre et 
arriver ex sequo, — Repiquer au 
truc, revenir à la charge, recom- 
mencer. 

Réponse (Bourse) s.f. Réponse des 
primeSy à chaque liauidation, les 
acheteurs à prime déclarent s'ils 
abandonnent la prime, ou s'ilâ 
maintiennent leur marché ; cela 



REPORT. 



— 249 — 



RESTITUER. 



s'appelle donner sa réponse. 

Report (Bourse) s.m. Si vous êtes 
acheteur de rente et si la rente 
baisse, vous pouvez continuer 
votre opération en vous faisant 
reporter. On ajoute alors au cours 
le prix du report plus un nouveau 
courtage. 

Reportage O s.m. = Reporté- 
risme. Informations. — Senice 
des informations dans un journal. 

Reporter O s. m. Informateur. — 
Journaliste chargé des informa- 
tions, des faits-cîivers. Voy. Intei^- 
viewer. 

Reporter O v.a. Voy. Report, — 
Reporter son fusil, entrer dans la 
cinquantaine. 

Reportërisme s.m. = Reportage , 
v.c.m. 

Reportéromanie Q s*^* Manie 
d'informations à outrance. 

Reporteur (Bourse) s.m. Capita- 
liste (qui prête à ceux qui se font 
reporter). Voy. Report, 

Reposante 9*s.f. Chaise. 

Reposoir s.m. Hôtel garni. 

Repoussant s.m. Fusil (autre- 
fois le fusil faisait faire un mou- 
vement de recul à Tépaule). 

Repoussante # s.f. Poudre à 
canon. 

Repousser v.n. Repousser du 
corridor, du couloir, du fusil, du 
goulot ou du tiroir, avoir mau- 
vaise haleine. 

Repoussoir O s.m. Femme laide 
à côté d'une autre qui est jolie 
(elle repousse les galants). 

Reptile s.m. Journaliste payé sur 
les fonds du gouvernement prus- 
sien (il lance son venin comme la 
vipère). 

Requiem Q s.m* Pension bour- 
geoise à bon marché. 

Requlller Q v.a. = Retoquer = 
Renquiller, Remettre d'aplomb 
(m.à m sur ses quilles). 



Requin s.m. Douanier. — Requin 
de terre, huissier (qui touche le 
droit requéi'able), 

Requinquage O s.m. Ml. Con- 
valescence. [1 2. Renouvellement. 

— Rénovation. — Rétablisse- 
ment. — Remise à neuf. 

Requinquer Q v.a. Voy. Relu- 
quer, — De requinquer, V.pr. || 
i. Se remettre. — Se refaire, -r- 
Etre convalescent. |I2. S'habiller 
à neuf, redonner de l'œil, de l'ap- 
parence, de l'éclat. 

Reriffer v.a. Rallumer. — De 
riffer. 

Resaute # s.f. Flnncher à la re- 
saute, jouer à la balle. 

Réservoir s.m. Réserviste, (mot 
déf.) 

Resolir # v.a. Revendre. 

Respecter v. a. Respecter ses 
fleurs, conserver son innocence. 

Ressembler v. n. Se ressembler 
comme deux gouttes d'eau, être 
absolument semblable. 

Respirante s.f. Bouche. 

Ressort s.m. Poivre. — Le 
grand ressort, le cœur ; Ténergie, 
la volonté. — Casser le grand res- 
sort, se décourager. — Les res- 
sorts, la nature de la femme. 

— Crucifix à ressorts, revol- 
ver. 

Ressource s.f. Madame la Res- 
source, brocanteuse, marchanda 
d'habits. 

Restant s.m. Voilà le restant 
de mes énus l se dit en voyant ar- 
river q.q. lorsqu'on est en train 
d'offrir des consommations (m. à 
m., il ne manquait plus que lui 
pour me faire dépenser ce qui me 
reste d'argent). 

Restaurant s.m. Restaurant à 
Venvers, chalet de nécessité, 
latrines publiques. 

Restituer v.a. Vomir. — Rcsti- 
tuer sa doublure, mourir. 



RESUGÉ. 



250 — 



REVUE. 



Resucé Q ^- Habâché, ressassé, 
usé, flétri, fané. 

Resucée O s-^* Chose qui a déjà 
servi. — Cest de la troisième re- 
sucée, c'est la troisième fois que 
ça sert. 

Résurrection s.t. La résurrec- 
Oon^ la prison de Saint-Lazare 

iallus. à la résurrection de 
^azare). 

Retape s.f. Raccrochage. — 
Racolage. — AUer à la retape y 
aller s embusquer sur la grand' 
route pour dévaliser les passants. 
— Faire la retape = Faire le 
trottoir j racoler les passants 
(prosL). 

Retapé a. Refait. — Remis à 
neuf. — Convalescent. 

Retaper v.a. Se faire retaper 
les dominos, se faire arranger les 
dents. 

Retapeuse s.f. Prostituée qui 
racole. 

Retenir v.a. Je te retiens, je ne 
t'oublierai pas, je me souviendrai 
de toi. — Je te retiens pour la 
prochaine contredanse, je ne le 
perds pas de vue pour te battre 
à la prochaine occasion. 

Retiration (typ.) sX Impression 
au verso des reuilles. — Etre en 
retiration, entrer dans la cin- 
quantaine. 

Retirette s.f. Retirer son argent 
subrepticement quand on voit que 
la chance est contraire (arg. des 
joueurs). 

Retire s.m. Endroit retiré. — 
Buen^retiro, cabinet d'aisances. 

Rétorquer v.a. Voy. Recaler, 

Retourne s.f. Chevalier de la 
retourne, joueur passionné. 

Retourner Retourner sa veste 
ou son paletot ||i. Changer d'o- 

Ëinion. ||2. Faire faillite. || 3. 
iourir. — v.pr, Savoir se retour- 
ner, savoir se tirer d'affaires. — 



S*en retourner, devenir vieux. — 
v.imp. Savoir de quoi il retourne, 
être fixé sur une chose, au cou- 
rant de la situation. — De quoi 
retoume-t'il ? qu'y a-t-il de nou- 
veau ? 

Rétréci a. et s.m. Avare. 

Retrousser v. Recevoir. 

Retrousseur s.m. Souteneur. 

Réussi a. Beau. — Brillant. 
« C'était une brillante soirée, une 
fête tout à fait réussie. » 

Réye s.m. \\i. (Test un rêve, 
c'est idéal, extraordinaire; c'est 
exquis ; c'est délicieux. || 2. Cela 
n'existe pas ou ne se fera pas. 
« La direction des ballons, c'est 
un rêve ». 

Révéleur s.m. Empreinte en 
cire pour fabriquer les fausses clés. 

Ré vendre v.a. Dévoiler. — 

Réverbère s.m. Cerveau. 

Revers s.m. Le revers de la 
médaille, derrière. — Faire im 
revers, passer la main après avoir 
prépare les cartes pour un com- 
père (arg. des grecs). 

Revidage s.m. Voy. Revision. 

Revider v.a. Voy. Réviser, 

Re viser v.a. = Revider. Faire la 
revision, v.c.m. 

Revision s.f. = Revidage. Il 
existe des associations de bro- 
canteurs qui s'entendent pour 
faire adjuger les objets à l'un 
d'eux au-dessous de leur valeur, 
puis il font la revision de la vente 
en se réunissant et en procédant 
à de nouvetles enchères entre 
eux. Les complices touchent une 
prime. 

Revoir v.a. Revoir la carte, 
vomir. 

Re voyance =Revoyure =Re- 
vure s.f. A la revoyure 1 au 
revoir ! 

Revue (mil.) s.f. Revue de détail, 
revue d'habillement. — (caval.) 



RHUME. 



— 251 — 



RIFLARD. 



Revue de ferrure, cheval cjui 
tombe (les quatre fers en Tair). 

— Revue de pistolet de poche, 
revue sanitaire. 

Rhume s. m. Gonorrhée. 

Ribis s.m. Voy. Ribouis. 

Ribleur s.m. Vaurien. — Rat- 
leur de pavé. 

Riboais s.m. = Ribik = Re- 
bouiseur,\x,m, \\ \. Savetier. — 
Fripier. || 2. Soulier réparé (par 
ext.). 

Ribouit s.m. || 1. CËil. ||2. 
Anus. 

Ribouler v.n. Ribouler des ca- 
lots, regarder curieusement. 

Rie à rie adv. Peu à peu. — 
Petit à petit. — Payer rie à rie, 
payer par acomptes. 

Riche O a. Beau, bon. — Cest 
une riche naturcy c'est une bonne 
ou une belle personne. — Ce 
nest pas riche ! cela ne vaut pas 
grand'chose. — Etre liche en 
ivoire, avoir de jolies dents. — 
Riche en peinture, oui donne Til* 
lusion du beau, de la richesse. 

Richement Q ^^^' Beaucoup. — 
Extrêmement. — Très. — Fort. 

— C*est richement ennuyeux, c'est 
excessivement ennuyeux I 

Richelieu O n.or.m.* Fcure son Ri- 
chelieu, être galant avec les fem- 
mes. 

Richonner v.n. Rire. 

Rideau s.m. Grande blouse. 

Arec an rideau sur la croupe. 
Un grimpant et des ripalons. 

(C'A. deê Gueux). 

Ridicule O s.m. Sac (]ue les fem- 
mes portent à la main. — On a 
dit d'abord réticule, — (mil.) 
Endosser le ridicule, se mettre en 
tenue. 

Rien adv. || 1. Très. — Beau- 
coup. — Extrêmement. — Cest 
rien bath ! c'est très beau. || 2. 
# s.m. Garde-chiourme. 



Rif = Rife = Riir # s.m. = 
Riffez= Riflard (2) = Rifle. Voy. 
Riffauder, Rufe, etc. || i. Feu. — 
Flamme. — Coquer le rif, mettre 
le feu. Il 2. adv. De riff, violem- 
ment. — y aller de riff, faire une 
chose avec ardeur. — Prendre de 
riff, prendre de force. 

Riffaudant s.m. Cigare. 

RilTaudante % s f . [| \, Flamme. 
Il 2. Cigarette. — Pipe. 

Riffaudat % s.m. Incendie. 

Riffauder • v.a. = Rifftr = Riffo- 
der. Voy. Rif, Rufer, etc. ||1. 
Allumer. — Incendier. — Mettre 
le feu. — Brûler. — Ghauifer. Ij 
2. Cuire. — Paire riffauder la 
cnolle, faire cuire la viande. 1 3. 
Se riffauder, se chauffer. 1 4. 
Hiffau'ler un cheval, le fouetter. 

RilTaudeur # s.m. = Riffeur, Al- 
lumeur. — Incendiaire. — Riffau- 
deur à perpète, diable. 

Rlifoult s.m. Radis (patois du Poi- 
tou, signifie âpre). Vov. Riffort. 
— (V) Pot-au-feu. — be riffau- 
der, v.c.m. 

Rlffe • s.m. Voy. Rif. 

RilTer v.a. Voy. Riffauder. 

Riffeur # s.m. Voy. Riffaudeur, 

Riffle % s.m. Voy.' Rif. 

Riffler % v.n. Rifflev du gousset, 
sentir des aisselles. 

RifToder v.a. Vov. Riffauder. 

Riffort s.m. Raâis. — Riffage 
signifie àpreté dans le centre de la 
France, aujourd'hui raifort, rave 
(LiTTRÊ). Voy. Riffault. 

Riflard s.m. || 1. Parapluie. — 
Dans une pièce de Picard, la Pe- 
tite Ville, l'acteur chargé du rôle 
de Riflard portait un énorme pa- 
rapluie. (Scheler) Il 2. Le feu. — 
La criolle est sur le riflard, la 
viande est sur le feu. Voy. Rif. 
Il 3. Vieux soulier. || 4. Bour- 
geois imbécile. — Dupe. — Celui 
qui est volé. 



^ 
I 



RIFLARDISE. — 252 — 



RlPATliN. 



Biflardise s.f. SufOsance. — 
Bêtise. 

Rifle © s.m. Voy. Rif. Coup de 
rifle =: Coup de feu, — Avoir son 
coup de ripe, être gris. 

Rifler v.a. Frôler. — Saisir avec 
dextérité. — Dérober adroite- 
ment. — Voler. — Pour rafle^'y 
v.c.m. 

Rifolard O a- Voy. Rigolo (1). 

Rigadin = Rigodon s.m. 
Soulier. 

Rigolade % s.f. = Rigolbochade 
= Riole{\). Il 1. Joie. — Plaisir. 

— Elrc à la rigolade^ être tout à 
la joie. — Coup de rigolade, par- 
tie de plaisir. || 2. Plaisanterie. 

— C'est pour la rigolade, c'est 
pour rire. 

Rigolard O »• Voy. Rigolo (i). 

Rigolbochade s.f. Voy. Rigo- 
lade, 

Rigolboche ||1. s.f. Danseuse 
de bal public (surnom d'une fille 
galante renommée dans les bals 
publics). Il 2. a. Voy. Hiflfo/o (i). 

Rigolbocher v.n. *|| 1. Danser. 
Il 2. = Rigoler, 

Rigole 9 s.f.' Bonne nourriture. 

Rigoler v.n. |{ i. S'amuser. 
Il 2. Rire. « Et frère Jean de ri- 

■ gouller, jamais homme ne feut 
tant courtois ny gracieux. » (Ra- 

HELAIS) 

Rigolette s.f. Jeune fille qui aime 
le plaisir. — Ce mol a le même 
sens que gigolette, grisette qui 
fréquente les bals publics. 

Rigoleur s.m. Joyeux compa- 
gnon. 

Rigollot s.m. et a. Sinapisme 
(<lu nom d'un fabricant de ce 
genre d'emplâtre). 

Rigolo = Rigolot, Dite JM« 
a. Amusant. — Drôle = Rifolard 
=. Rigolard = Rigolboche a. = 
Robignol. — Etre rien rigolo, être 
très drôle. || 2.0 s.m. Faufi^se I 



clé. — Pince d'effraction. j| 3. 
Attaque nocturne. — La victime. 

— Faire un rigolo, attaquer un 
passant la nuit. || 4. Revolver. 

Rigri s.m. Avare. 

Rigne s.f. Abrév. de rigueur, 

sévérité. 
Rincé O a. Ruiné. — Dépouillé. 

— Rincé comme un verre à bière 
= Nettoyé, 

Rince-crochets (mil.), s.m. Ra- 
tion d'extra. — Café. 

Rince-pif (mar.). s.m. Mouchoir. 

Rincée O s.f. \\i. Correction, 
raclée. || 2. Pluie torrentielle. 

Rincer v.a. et v.pr. || i. Battre. 
Il 2. Dépouiller. — Se nncer ta- 
valoir, le bec, le bocal, la come^ 
la cornemuse, le cornet, la dalle, 
la lient, le fusil, la gargarousse, 
la gargoine, le siffl-t, hi trente- 
deuxième, boire. — Sf. faire rin- 
cer la dalle, se faire payer à boire. 

— Se rincer Vœil, admirer, con- 
templer. — Se faire lincer, se 
faire mouiller par la pluie. — Se 
rincer, se purger, se laver. — 
Rincer quelqu'un, le réprimander. 

Rincette O s.f. Eau-de-vie versée 
<lans la tasse où Ton a pris le 
café (elle la rince). 

Rlncleux a. Avare. 

Ring (sport) s.m. Ensemble des 
parieurs contre aux courses (Dict^ 
des courses), 

Ringre # s.m. Pain. 

Riole s.f. Voy. Rigolade, \\ i. 
Etre en noie, être gai. — Faire 
liole, ou Se mettre en riole, s'a- 
nuiser ; se débaucher. || 2. # 
Ruisseau. — Rivière. 

Ripa 9 s.m. Voy. Ripeur, 

Ripatin = Ripaton s.m 
Chaussure. Soulier rapiécé. — 
Jouer des ripatons, s'enfuir. — Le 
morceau est désigné ici comme 
plat, ce qui rend ce mol congé- 
nère de patalin ])atèire, povle 




HIPATONNE». — 2o3 — 



ROMAGNOL. 



{pntella), ski. pata^ morceau, 
ang. patchs de. plat comme la 
plante du pied. Timmermans.] 

Ripatonner Q ^'«a. Refaire. — 
H(iparcr. — Hcstaurer. — Rac- 
commoder. Voy. Ripatin, 

Hipatonneur s.m. Réparateur 
maladroit. 

Ripaudier (B) s.m. Gouverneur. 

— Hipaudiei* de la Vergncy gou- 
wrneur de la ville. — Hipaudier 
de l'i VironnCf gouverneur de la 
province. 

Ripault (B) s.m. Gentilhomme. 
Bipe (B) s.f. Dame. 
Riper © v.a. Embrasser. 
Ripeur s.m. = Ripa || t. Li- 
bertin. Il 2. Ecumeur de la Seine. 

(RlGAUD.) 

Ripioulement s.m. Chambre. 
Ripiouler % v.n. Dormir. 
Ripois (B) s.m. Prince. 
Ripopée s.f. Mauvaise boisson. 

— Toute chose mauvaise ou sans 
valeur. — Enonce comme j/te, 
papctte, polion, boisson, Taclc 
de boire [Timmermans]. 

Riquiqai 0s.m. et a. Eau-de-vie. 

— Chose mauvaise. Avoir Vair 
riquiquiy être mal habillé, ridicule 
-— Rococo, 

Risette O s.f. Sourire. — Faire 
une risette à quelqu'un^ lui sou- 
rire. 

Viv' la gaité! J*ai pas d'cbaussetles, 
A/e» rigudina font det rUettes. 

(Mes souliers sont (K^chiréK, m. à m., sourient 

aux |Nivés). 

{Ch. des Gueux). 

Ristorne % s.f. Restitution. — Du 
lai. ritornare, rendre. 

Rite s.m. Voy. Collège. 

Rivancher v.a. Vov. River. 

Rivard (B) s.m. Pailfard. — Li- 
bertin. 

Rivarde (B) s.f. Prostituée. 

River (B)v.a. Coïler. 

Rivet # s.m. Pédéraste. 



Rivette % s.f. Jeune prostituée. 

Riz-pain-sel (mil.) Q s.m. Soldat 
employé aux subsistances. 

Roastrè (V) s.m. Voy. Rouart. 

Robau % s.m. Gendarme. 

Rober 9 v.a. Dérober, (vx. fr.) 

Robert-Macaire Q n.pr.m. Es- 
croc. — Trompeur. 

Robignol # a. = Rigolo (i) (m. 
déf.). 

Robignole % s.f. Voy. Roubignole. 

Robignolenr s.m. Voy. Roubi- 
gnoleur. 

Robin % s.m. Taureau pour la re- 
production. 

Robinson O s.m. Parapluie. 

Rocambole O s.f. Vaine pro- 
messe. — Gasconnade — Cest de 
la rocambolcy ça ne vaut rien. 

Rocantin Q s.m. Vieux rocantin, 
vieux libertin. 

Rochet 9 s.m. Chanoine. — Eve- 
que. — Ils portent Taube courte 
ou rocheL 

Rococo O a. inv. = Pompadour. 
Vieux. — Suranné. — Ridicule. 

Rogate s.f. Rogatons. 

Rogne s.f. || 1. Mauvaise hu- 
meur. — Piquer la vraie rogne , 
se fâcher. || 2. Querelle. — Cher- 
cher rogne à quelqu'un^ lui cher- 
cher querelle. 

Rogner || i. v.n. Abrév. de 
/{Of/nonner, V. cm. || 2. v.a. Guil- 
lotiner. 

Rogneur (mil.) s.m. Fourrier (il 
rogne les portions). 

Rognon s.m. Testicule. 

Rognonner v.n. = Rogner (1). 
Grogner. — Var. de ronchonner. 

Rogomme m. s. Eau-de-vie ou 
autre liqueur forte. — En grat- 
tant le gosier elle excite un bruit 
rauque. Gomme est là par anti- 
phrase. [Timmermans.] — Voix de 
rogomme voix rauque et rude. 

Romagnol = Romagnon 9 s.m. 
Trésor enfoui. 



ROMAIN. 



— 254 — 



HONDELET. 



RomaÎB^Os.iTï-Claqueur. — L'o- 
rigine de l«L claque remonle-à Né- 
ron qui forçait des esclaves à 
l'applaudir ; d'où le nom de 
romains, qu'on donnait aux cla- 
qucurs. 

Romaine s.f. || 1. €oup. — 
Claque. Voy. Romain || â. Mé- 
lange de rhum et d'orgeat. 

Romamichel O i^* pi*< ^'oy. Roma* 
nickel. 

Romance s.f. Piquer une ro- 
mance, dormir. 

Romancier, clère O s. Qui 
chante la romance. 

Romanichel = Romanitschel 
= Romanigo ,n.p. Q Bohémien 
voleur, qui exploite les paysans 
et les badauds de toutes les fa- 
çons; il V en a dans toutes les 
fôtes foraines. « Les Romanichels 
étrangers sont ces bohémiens par- 
courant la province en roulotte, 
traînant toute une marmaille mo- 
ricaude, exerçant diverses indus- 
tries, mais vivant surtout de ra- 
pines. Les romanichels français, 
sont plusieurs milliers opérant 
dans les départements, il y en a 
qui sont propriétaires de' jolies 
maisons en province. Toujours 
bien mis, mais sans recherche, se 
donnant plutôt Tair d'honnC'tes 
rentiers ou de paysans cossus, 
pour mieux prendre leurs dupes 
que trop de luxe effarouche- 
rait, ils courent les fêtes, les 
foires, les marchés, les hippo- 
dromes, etc. Ils pratiquent le vol 
à Vesbrouffe, le vol à la tire, dit 
aussi à la fourchette; ils tirent au 
char, voy. charriage, pratiquent 
« Tépinglette », etc. 

Les femmes exercent le chinage, 
c'est-à-dire le colportage, et par- 
courent la province avec des pa- 
cotilles ou des bijoux de peu de 
valeur, marchandises achetées, 



facturées, payées. C'est ce qu'on 
appelle la parade. Le colportage 
sert à étudier les maisons, les 
types à duper, cela se dit encore 
chercher la poire. Si la gendar- 
merie intervient, on le prend de 
haut: on joue des factures, on est 
d'honnêtes commerçants et on se 
retire brûlé, il est vrai, mais in- 
demne. 

Lorsqu'un romanichel est puni, 
un autre donne l'éveil et tous dé- 
campent, car ils n'opèrent jamais 
seuK {Eclair, 4893.) 

En Qêrmania ou ar^. esp. ro- 
mani signifie « bohémien ». 

Rombière s.f. Femme. 

Romboiné s.m. Sou marqué. 

Rome n.pr.f. Aller ou passer 
à Rome, se faire battre. — Se 
faire réprimander. — % Chou s.m. 

Romill.y0n.pr m. Insurgé de IUh 
milly, étron. 

Rompre (mil.) v.n. Partir. — Al- 
lez, rompez I allez-vous-en ! 

Romsteck O s* i^i* Morceau de cu- 
lotte de bœuf. — Ang. rumpsteak, 
m. s. 

Romture s.f. Voy. Rousture. 

Roncbon0 s.m. Grognon. 

Roncbonner v.n. Grogner. — 
Murmurer. — Comme rogner, 
grogner, gronder, un bruit gut- 
tural qui énonce la colère. [Tim- 

MERMANS.] 

Roncbonnenr, ense. s. (tro- 
gnon. — Mécontent. 

Rond(B) s.m. et a. || 1. Sol ou 
sou = Ront. — Tournei" rond, 
ne plus avoir le sou. || 2. Faire 
rond, faire flou. || 3. Etre ronde 
bosse, avoir du relief. || 4. Ivre. 

Jl 5. O Rond tle cuir, employé 
e bureau. — S'endormir sur son 
rond de cuir, ne pas avoir d'avan- 
cemcnL 
Rondacbe s. f. Ba^ue. 
Rondelet # s.m. Sein. 



RONDIER. 



— 255 — 



ROUBLARDER. 



Rondier % s. m. Surveillant du 
bagne (il fait la ronde). 

Rondin #0 s.m. || 1. Pièce de 
monnaie. — Rondin jaune^ pièce 
dV. Il 2. Etron. || 3. Raton. 

Rondine s.f. || 1. Bague. || 
2. Canne. 

Rondiner v.a. et v.n. || 1. Bat- 
tre à coups de bâton. || 2. Ron- 
diner des yeux, faire de ^os 
yeux. Il 3. Faire ses besoins. 
'il 4 Boulonner (F. Michel). 

Rondinet s.m. Bague. 

Ronflant a. et s.m. Bien mis. 
— C'est ronflant, c'est très bien. 

Ronflant s.m. Poêle (foyer). 

Ronfle 9 s.f. Femme. — Prosti- 
tuée. 

Ronfler Q v.n. Faire ronfler le 
bowrelet ou Faire ronfler Thomas, 
faire ses besoins. — 9 Ronfler 
à cri, feindre de dormir. 

Rongeur Q s.m. Vovez Ver, 

Ronronner O v.n. Cajoler (faire 
des chatteries). 

Ront (V) s.m. Voy. Rond (1). 

Roquet O s.m. Individu petit et 
méchant. 

Rose s.f. Rose des vents, derrière. 

Rosette s.f. Chevalier de la ro- 
sette, pédéraste. 

Rosière s.f. Rosière de Saint- 
Lago, prostituée. 

Rossaille Q s.f. Rosse. 

Rossard, sarde C ^' ^^ s. Fai- 
néant. — Lâche. 

Rosse s.f. et a. Méchant. — Ca- 
naille. — M est rien rosse, il est 
très méchant. 

Rossée O s.f. Raclée. 

Rossignante s.f. Flûte. 

Rossignol s.m. || 1. Hautbois. 
Il 2. # Fausse clé. || 3. O Mar- 
chandise qui reste longtemps en 
magasin. — Article démodé. 

Rossignoler v.a. || 1. Ouvrir 
avec un rossignol, v.c.m. (2). || 
2. Chanter. 



Rosto (Polyt.) s.m. Bec à gaz. (du 
nom du général Rostolan). 

Roter v.n. J'en rote, j'en suis 
stupéfait. 

Rôti s.m. S*endormir sur le rôti^ 
faire une chose avec nonchalence. 
— Il ne s'endort pas sur le rôti, 
il ne perd pas de temps. 

Rotin s.m. || 1. Sou. — Ça ne 
vaut pas un rotin ! — ça ne vaut 
pas un sou. || 2. La corde.. 

Rouart s.m. = Roastre. Bourreau 
(qui met sur la roue, ou garuche), 

Rouâtre 9 s.m. Lard. 

Rouâtré # a. Lardé. 

Roubignole # s.t. = Robignole 
Il 1. Boule de liège servant au 
jeu de cocanges. \\ 2. Jeu de ha- 
sard comme le jeu des huit cou- 
leurs ou des huit villes. Sur un 
carton est tracé un rond divisé en 
huit cases, chacune des cases a 
une couleur différente ou porte le 
nom d'une ville ; au centre se 
trouve une flèche montée sur un 
pivot. Le joueur gagne lorsque la 
pointe de la flèche s'arrête sur la 
couleur qu'il a choisie. C'est 
quand la flèche est remplacée 



par une roue que ce jeu prend le 

nom d 

ticule. 



nom de roubignole 



;e jeu ] 
. fl 3. 



0Te8- 



Roubignoleur # s.m. = Robigno- 
leur. Celui qui tient un jeu de 
roubignole, v.c.m., ou un jeu de 
cocanges = Bonne teur, 

Roubion s.m. Prostituée laide. 

Ronblage 9 m. s. Témoignage. — 
Roublage à la manque, faux té- 
moignage. 

Roublard s.m. et a. || 1. Ma- 
lin. — Rusé. — Agent de police 
(du vx. fr. rihleux, aventurier). 
Il 2. Laid. — Corrompu. || 3. Ri- 
che. — Heureux (qui possède des 
roubles). 

Roublcu*der v.n. Ruser. — Etre 
malin, adroiL 



ROUBLARDERIE. — 256 — 



ROULOTTIER. 



Roublarderie = Roublardise 

® s.f. Adresse. — Huse. — Ma- 
lice. — Finesse. 

Roabler v.n. Se plaindre. — 
Témoijjncr. — Roubler à la man- 
que, faire une fausse déclaration. 

Roableur # s.m. Témoin. — Rou- 
bleur à il manque^ faux témoin. 

Rouchi, ie @ s. Laid. — Répu- 
gnant, dégoûtant. 

Roucoucou s.m. Lapin mort- 
né. 

Roue © s.f. Roue de derrière , 
pièce de cinq francs en argenU — 
Roue de devant, pièce de deux 
francs. 

Roué 9 s.m. Juge d'instruction. 

Rouen 9 s. et n.pr. Officier de 

gendarmerie. — Envoyer à Rouen, 

r ruiner. — (Arg. des emp. de 

comm.) Faire un rouen, manquer 

une vente ; J.d.m. sur ruine. 

|loufflon, ionne Q s, =^ Roupion, 
Apprenti commis de nouveauté. 

Rouflaquette s.f. = Accroche- 
cœura. Mèche de cheveux collée 
sur la tempe en forme d'accent 
V. c. m. 

Roufle 9 s.f. Coup. 

Rouflèe 9 s.f. Raclée. 

Rouge # a. Faire rouge, verser le 
sang. — Cest rouge de boudin, 
ça va mal. 

Rougemont n.pr. m. Pive ou 
pivois de Rouqemont, vin rouge. 

Rouget s.m. || i.# Cuivre rouge. 
Il 2. Individu aux cheveux 
roux. 

Rougoule % s.f. Vol au rendez- 
moi, v.c.m. 

Rouillarde = Rouille. % s.f. 
Il 1. Bouteille de vin vieux. 

Gjr, marpaux, gy, nous remouchons 
Tes rouillardet et la criole 
Qui parfume ta cambriole. 

(CA. dei Oueux), 

Il 2. Blouse. 
Rouiller (se) O v.pr. Vieillir. 



Roalaiice(lyp.). s.f. Roulement gé- 
néral que font les ouvriers typo- 

• graphes à coups de composteurs 
sur leurs casses, à la rentrée d'un 
confrère qu'ils viennent de mys- 
tifier. 

Roulant s.m. || 1. Voilure. — 
Fiacre. — Roulant vif, chemin 
de fer. || 2. Tambour. || 3. # 
Roulants (pi.), petits pois, jj 4. 
Voy. Chineur. 

Roulante s.f. || 1. Voilure. — 
Petite roulante, cabriolet. || 2. 
Tambour. || 3. Prostituée. 

Rouleau s.m. Testicule. O ^^^^ 
au bout de son rouleau^ avoir 
épuisé ses ressources. 

Roulée s.f. Raclée. 

Roulement Q s.m. Ardeur au 
travail. — (mil.) Roulement de la 
gueule, sonnerie pour le repas. 

— 9 Roulement de tambour, aboie- 
ment. 

Rouler O v.a. et v.n. || 1. Battre. 

il 2. Tromper. — Mystifier. — 
e faire rouler, être trompé. || 3. 
Marcher. — Aller. — Voyager. 

— Ça roule, ça va bien. — Rou- 
ler sa bosse, changer de place, 
aller et venir. || 4. Se rouler = 
Se tordre, rire aux éclats. 

Rouleur s.m. || 1. Trompeur. 

— Escroc. Il 2. Chiffonnier. 
Rouleuse s.f. {j 1. Prostituée. 

Il 2. Lettre. 

Roulis (mar.) m. s. Avoir du roulis, 
être ivre. 

Roulotage # m. s. Vol au roulo- 
tage, vol dans les voitures. 

Roûlotin 9 s.m. Boulier. — 
Charretier. 

Roulotte 9 s.f. Voiture. — Grin- 
chir une roulotte en salade, voler 
sur une voiture. [Miciifx.] — Rou- 
lotte à trèpe, omnibus. — Rou- 
lotte du grand trimar, chemin de 
fer. 

Roulottier # s.m. Voleur qui 



HOULUHE. 



257 — 



ROUSTISSURE. 



vole les voitures ou qui les déva- 
lise. — Roulottier en cambrouse, 
voleur de campagne. 

'Roulure © s.f. Prostituée. 

Koumard 9 s.m. Libertin. — 
Débauché. 

Koumi (mil.) s.m. Soldat nouvel- 
lement débarqué dans l'armée 
d'Afrique. — Le mot Houmi en 
ar. al., signifie chrétien, Euro- 
péen. 

Roumie s.f. (arg. des chiff.) 
Vieille croûte de pain. 

Roupané a. Ruiné. 

Roupie s.f. Punaise (allas, de 
forme et de couleur à la roupie 
du priseur). — 9 Roupie de singe, 
mauvais café; rien; chose sans 
valeur. 

Rofipillade s.f. Battre la rou- 
pillade, faire semblant de dormir. 

Roupiller v.n. Dormir. — Rou- 
piller dans le grand, ôtre mort. 

— Var. de ronfler et d'autres 
bruits gutturaux énonçant des 
actes et des sens divers. [Timmer- 

MANS.] 

Roupilleur, euse. = Roupillon 

s.m. Dormeur. — Chatouiller 
un roupillon, dévaliser un indi- 
vidu endormi. 

Roupiner v.a. Voler (pour ra- 
piner). 

Roupion O s.m. Voy. Rouffion, 

Roupiou s.m. Etudiant en mé- 
decine. 

Roupis s.m. Vieillard qui prise 
(il a la roupie). 

Rouquin, ine. s. et a. Rouge. 

— Houx. — Individu aux che- 
veux roux. 

Rouscaillante % s.f. Langue. — 
Formé du lat. ruscus, rouge. 
L'arg. ang. dit de même, red rag, 
loque rouge. [Timmermans.] 

Rouscailler # v. n. || i. Dire. 

— Parler. — Rouscailler bigorne, 
parler argot. || 2. Coïler. 



Rouscailleur, euse. s.f. Dé- 
bauché. — Libertin. — Prosti- 
tuée. 

Rouspant (obsc). s.m. =r Rous- 
pont. Souteneur du pédéraste : il 
se fait passer pour agent des 
mœurs pour faire chanter ces li- 
bertins ignobles. 

Rouspétance s.f. || 1. Résis- 
tance. — Mauvaise humeur. — 
Faire de la rouspétance, répugner 
à faire une chose ; être de mau- 
vaise humeur. || 2 ^: Agent des 
mœurs. 

Rouspéter v.n. Rechigner. — 
Résister. — Ne pa.% rouspéter, ne 
pas répliquer, ne rien dire. 

Rouspettan # s.m. Bruit. 

Rouspont s.m. Voy. Rouspant, 

Rousse s.f. La Rousse, la po- 
lice. — Rousse à l'amache, pofice 
de sûreté. 

Roussi s.m. et a. Mouchard. 
Voy. Mouton, — Etre roussi^ être 
découvert, perdu ; (m. à m. pris par 
la Rousse, v.c.m.) 

Ronssin s.m. Agent de police 
(de la Rousse), 

Roussiner v.n. et v.a. Faire le 
jeu de la police (de la Rousse), — 
Faire arrêter. 

RouBtamponne = Roustempoi- 
gne. # s.f. La police, et, par 
déduction, tout ce qui ne vaut 
rien. « C'est de la roustamponne. » 

— J.d.m. La Rousse V empoigne 
ou tamponne (frappe). 

Ronsti a. Pris. — Perdu. — 
Usé. — Dévalisé. — Trompé. — 
Coup rousti, coup manqué. 

Roustir % v.a. Dérober. — Trom- 
per. — Escroquer. 

Roustisseur, euse. % 0,s. Vo- 
leur. — Trompeur. — Mendiant. 

— Parasite. — Emprunteur qui 
ne rend jamais. 

Roustissure O s.f. Chose sans 
valeur. 

17 



ROUSTO. 



— 258 — 



RUTIÊRB. 



Rousto # s.m. Dénonciateur. 

Roustons s.m. pi. Testicules. 

Rousture # s.f. = Romture. 
Individu en surveillance. 

Rontier Q s*^* Coureur véloci- 
pédiste qui court sur route. 

Routière s.f. Prostituée de bas 
étage. Voy. Rutière. 

Routonner # v.n. Voler les colis 
sur les voitures (en route). 

Routonnier # s.m. Voleur de co- 
lis sur les voitures. Voy. Rou- 
tonner, 

Roveau # s.m. Gendarme. 

Royaume O s. m. Aller dans le 
royaume des taupes, mourir. 

Ru # s.m. Ruisseau. 

Rub # s.m. Rub de rif Ruban 
de feu, le chemin de fer. (Grison.) 

Ruban O s.m. Voy. Rub, — Buban 
de queue, la grandVoute. 

La grand' rouie comme un mhan 
Doucement m déroule. 

{Chanson du Boulier.) 

— Faire le ruban = Faire la queue, 
tromper. 

Rubi80s.m. Rubis sur pieu, argent 
comptant. — Faire une chose rubis 
sur V ongle, faire une chose com- 
plètement et avec ponctualité. — 
Cette expression* vient de Tusage 
populaire qiui consiste à vider un 
verre de vm et à en verser la 
dernière goutte, offrant l'appa- 
rence d'un rubis, sur Tongle de 
son pouce : cela s'appelle faire 
rubis sur l'ongle. 

Rude O ^ Fameux.— Remarqua- 
ble. « C'est un rude artiste. » — 
S'emploie souvent ironiquement. 

Rudement O ^d^* Beaucoup. — 
Très. — Cest rudemtnt chouette! 
c'est très beau. 



Rue O s.f. Rue barrées Rue ou 
ron pave, rue où l'on craint de 
passer, parce qu'on y a un créan* 
cier. — Rue du bec^ bouche. — 
Se faire repaver la rue du bec, se 
faire mettre de fausses dents. — 
Rue au pain, gosier. — Rue de Ri- 
voli, six de jeu de cartes. — (Thé.) 
Espace libre entre deux coulisses. 
Ruelle s.f. Ruelle aux vesses, 

anus. 
Ruer v.n. Ruer à la botte, être 

susceptible. 
Ruette s.f. Gosier. 
Rnf # s.m. Geôlier. 
Rnfe (B) s.m. Feu. Voy. Rif, etc. 
Rufer # v.n. Brûler. Voy. Riffau- 

der, etc. 

Ruffant # a. Chaud. — Abbaye 

ruffante, four chaud. — Lat. ru- 

fare^ roussir. Voy. Riffauder, etc. 

Ruflle (V) s.m. Vent d'orage. 

Ruisselant O &• ^*^^^ ruisselant 

dHnouïsme, c'est inimaginable. 
Ruolz O s. m. Du ruolz, faux. — Fro- 
cédé Ruolz, procédé qui consiste à 
donner à une chose une appa- 
rence de valeur. — Q Prince en 
ruolz, faux prince. 
Rup =: Rapart = Rupin, ine 
= Rupin8kof a. et s.m. Elé- 
gant. 
Rupiole (B) s.f. Demoiselle. 
Rural O s.m. Député de province. 
Rusquin (B) # s.m. Ecu. 
Rusquiner # v.n. Gagner de l'ar- 
gent. — Voler au jeu. 
Rustique s.m. || 1 . (Thé.) Décor de 

campagne. ||2. # Greffier. 
Rustu % s.m. Greffe (du tribunal). 
Rutière # s.f. Prostituée (qui 
raccroche dans la rue). Voy. Rou- 
tière. 



SABACBE. 



259 — 



SAC. 



8 s.m. O IM« Faire des S, faire des 
zigzags, comme lorsqu'on a Irop 
bu (allus. à la forme de cette 
lettre]. || 2. 8 désigne le trèfle 
dans l'argot des grecs, 

8abache # a. Simple. (Larchey) 
(pour saboche, v.c.m.) 

8abir (mil.), s.m. Sorte d'argot 
arabe employé par nos soldats 
d'Afrique, en rapports constants 
avec les indigènes. *< Parler 
aabir. » Ex. : — Di dou VArbi qui 
fech un ta maboul? — Macache 
inabouU — Dis donc, l'Arabe, que 
fais-tu? es-tu fou? — Je ne suis 
pas fou ! 

Sable # s.m. Sucre. — Boisa brûler. 

— Estomac. — Q 11 a du sable 
dans les yeux, = Le marchand de 
sable a passée il a sommeil. — 
F. M. Sable blanc, sel. — Sable 
jaune, poivre. — © Etre sur le 
sable, être dans la misère; (se dit 
d'un souteneur sans femme) = 
Etre à la côte = Etre à sec, — 
# pi. Sables, cellules de prison. 

Sablenant s.m. Voy. Sabrenas, 

Sabler # v.a. Sabler quelqu'un, 
l'assommer avec une peau d'an- 
guille remplie de sable. 

Sablon s.m. Cassonade. 

Saboche s.f. Voy. Sabache, In- 
dividu déplaisant. — Imbécile. 

— Mauvais ouvrier, voy. sa6o^ 
Sabord (mar.) s.m. Jeter un coup 

de sabord, donner le coup d'œil 
du maître, vérifier l'ouvrage. 
Sabot s.m. \\i. Ce oui est mau- 
vais en général. — Mauvais ou- 
vrier. — Mauvais piano, violon, 
billard, etc. — Jouer comme un 
sabot, mal jouer. — Quel sabot! 



quel maladroit! Le sabot est une 
chaussure grossière. || 2. Voi- 
lure. — Bateau. || 3. Elle a cassé 
son sabot, elle a perdu son inno- 
cence. 

Saboter v.a. Mal travailler. 

Saboteur s.m. Mauvais ouvrier. 

Sabouler v.a. || 1. Maltraiter. || 
2. Laver. — Décrotter. || 3. Crier. 

Saboalenr s.m. Décrotteur. 

Sabouleax, ease s.f. Individu 
qui simule l'épilepsie. 

Saboarin s.m. Maladroit. 

Sabre s.m. Bâton. — Avoir un 
sabre, être ivre. — Coup de sabre, 
grande bouche. — Traineur de 
sabre, militaire fanfaron. 

Sabrenas = Sabrenot s.m. 
= Sablenaut, Cordonnier, save- 
tier, et, par ext., mauvais ou- 
vrier; (allus. au tranchet du cor- 
donnier.) 

Sabrenauder v.n. et v.a Tra- 
vailler grossièrement. 

Sabrer v.a. Travailler vite et 
grossièrement. 

Sabrenr Q s*ni. || 1. Celui qui fait 
du travail vivement et sans soins. 
Il 2. Militaire fanfaron. 

Sabri # s.m. Bois. — Forêt. — 
On s'abrite à sou ombre. (Lar- 
chey.) 

Sabrieux # s.m. Voleur de bois. 

Sac O© s.m. Avoir le sac ou être au 
sac, avoir de l'argent. — Homme 
au sac, capitaliste. — Avoir les ac 
plein, être ivre. — En avoir plein 
son sac, être enceinte ; avoir bien 
mangé. — Sac à vin, ivrogne. — 
ITavoir rien dans son sac, n'avoir 
ni esprit, ni talent. — Avoir une 
mauvaise pierre dans son sac, avoir 



SACANIÉ. 



— 260 — SAINT-CRÉPIN. 



une maladie dangereuse. — N'être 
pas dans son sac, ne pas être bien 
dans ses affaires, ou être malade. 

— Donner ou Recevoir son sac, son 
congé. Voy. Sacquer. — L'affaire 
est dans le sac, l'affaire est con- 
clue. — Quel sac! quelle verve! 
(Larchey.) — Cracher ou Etemuei* 
dans le sac, ôtre guillotiné. — Ça 
n'est pas dans un sac, ça se voit, 
c'est clair. — En avoir son sac = 
En avoir plein le dos, en avoir 
assez. 

J'en ai mon «oc, moi, d*mon épouse. 

(La Mme à Bibi.) 

— Sac au lard, chemise. — Sac à 
os = Sacdos, individu maigre, 
décharné. 

Sacanié # s.m. Sacoche. -^ Cou- 
teau très affilé dont se servent les 
voleurs pour couper la courroie 
des sacoches. — M. à. m., sac à 
niais. 

Sac à papier Q ^^^' Juron fami- 
lier. 

Sacard a. et s.m. Personne 
riche; (qui a le sac, v.c.m.} 

Sacdos s.m. Voy. Sac à os. 

Sachet s.m. Chaussette. 

Sacquer v.a. Renvoyer. — Con- 
gédier. — Le singe l'a sacqué, le ■ 
patron Ta renvoyé. — (Arg. des 
tailleurs) Sacquer un bœuf, ren- 
voyer un ouvrier. — M.à.m., don- 
ner son sac ou son paquet à q.q. 
pour qu'il s'en aille. 

Sacre # s.m. || 1. Argent. || 2. 
Agent de police. || 3. Celui qui 
s'approprie tout ce qu'il peut. 

Sacré Qsl. Sacré chien, eau-de-vie. 

— Sacré mdlin. Sacré nom, Sacré 
tonnerre, jurons familiers. 

Sacrebleu =: Sacredien ='Sa- 
crelotte O = Sacristi. Jurons 

3ui se disent à propos de tout et 
e rien. 
Sacrement s.m. Mariage. — 



Offrir le sacrement, demander en 
mariage. 

Sacrer # v.a. Affirmer. 

Sacristain s.m. Mari d'une 
femme qui tient une maison pu- 
blique. 

Sacristi int. Voy. Saa'cbleu. 

Sacristie # s.f. Cabinet d'aisan- 
ces. 

Sadiqne a. et s.m. Un sadique, 
écrivain ou libertin pour qui la 
volupté n'existe, ne se comprend 
et ne s'éprouve que mêlée à la 
cruauté la plus atroce. — Elucu^ 
bration sadique, théorie et apolo- 
gie de la luxure sanguinaire. 

Sadisme Q s.m. Forme de dépra- 
vation particulière et stupéfiante 
dont était atteint le marquis de 
Sade, qui a écrit sur la luxure 
sanguinaire et qui a laissé son 
nom à ce genre de débauche in- 
fâme. 

Saffre s.m. Gourmand. — Le 
son énonce une var. de l'acte de 
humer : sf. Il siffle verre sur 
verre, et du bon ! [Timmermans.] 

SafranQs.m. Jaunisse. — Accom- 
moder quelqu'unau safran, le faire 
cocu. — Aller au safran, dissiper 
son bien. 

Saignement # s.m. Saignement de 
nez, interrogatoire. 

Saigner # v.a. et v.n. Assassiner. 
— Tuer avec une arme tranchante. 
Faire saignei* du nez, interroger. 
— Faire saigner, faire de la peine. 

Saindom # s.m. Tabac. — Refiler 
un saindom = Passer à tabac, 
v.c.m. — Pistolet à saindom, cro- 
chet dti ramasscur de mégots, 
v.c.m. — Abrév.de Saint-Domingue 
en Haïti, pays qui produit beau- 
coup de tabac. 

Saint-ciboire s.m. Cœur. 

Saint-Grépin s.m. et n.pr. = 
Saint-frusquin =z Saint-jean. Ce 
qu'on possède. — Argent, outils, 



SAINTE-ESPÉRANCE. — 26i — 



SAISISSEMENT. 



meubles, etc. « Il est parli en 
emportant tout son saint-crépin ». 
— Prendre la voiture de saint Cré- 
pin, marcher; (saint Crépin est le 
patron des cordonniers). 

Sainte-Espérance O s-^* ^^ 
veille de la Sainte-Touche, v.c.m. 

Sainte-Liongie s.f. Femme pa- 
resseuse et nonchalante. 

Sainte-Mousseline O s.f. Simple 
robe en mousseline blanche. « Les 
jeunes filles du Conservatoire de 
musique ont abandonné la sainte- 
mousseline, pour la distribution 
des prix. » 

Sainte-Nitoache s.f. Jeune fille 
qui fait l'innocente et ne veut pas 
goûter des distractions monaai- 
nes (elle n'y touche pas). 

Saint Etienne n.pr.m. Miche 
de saint Etienne, pierre ; (allus. à 
la lapidation de saint Etienne). 

Sainte-Touehe O s.f. Le jour de 
la paye. 

Saint-Frusquin s.m.= Saint- 
Jean. Voy. Saint'Crépin, 

Saint-Georges O s. m. Brillant 
escrimeur et cavalier de premier 
ordre. 

Saint Hubert Q n.pr.m. Médaille 
de saint Hubert, pièce de cinq 
francs en argent. 

Saint-Jacques O (^^PO n*pr* ^^ 
s.m. Aller à Saint- Jacques, faire 
une coquille; (allus. à la coquille 
de ce nom). — Prendre son saint- 
Jacques ou son saint-Jean, quitter 
Tatelier. 

Saint-Jean (typ.) s. et n.p.m. Ou- 
tillage d'un compositeur. — Pren- 
dre son saint 'Jean = Prendre son 
saint- Jacques, v.c.m. — Ca n'est 
que de la saint- Jean, ça n*est rien. 
(allus. à la nudité de saint Jean- 
Baptiste). — Vous êtes bien de la 
saint Jean, vous êtes bien naïf, 
innocent. — Saint -Jean le rond, 
derrière. — # Faire le saint Jean, 



faire un signal qui consiste ^ 
lever l'index et le médius, pour 
avertir un complice. — Tout son 
saint-Jean = Tout son saint-Prus- 
quin. Voy. Saint-Crépin, — Faire 
son petit saint- Jean, faire lïnno- 
cent. — Saint- Jean- lia ptiste, limo- 
nadier qui baptise le vin. — # 
Jour de la Saint-Jean-Baptiste, 
jour d'une exécution capitale 
(allus. à la décapitation de saint 
Jean). — O Saint- Jean Bouche 
d'Or, bavard indiscret. 

Saint-LiAche O s.m. Paresseux. — 
Réciter la prière de saint-Lâche^ 
dormir. 

Saint-Lago = Saint-I*aze == 
Saint-Lazo s.m. Prison de 
Saint-Lazare, spécialement affec- 
tée aux prostituées. — La confré- 
rie de Saint-Laze, le monde de la 
prostitution. 

Saint-IiOngin s.m. Individu 
nonchalant. 

Saint-Lundi s.f. Fêter la saint- 
Lundi, se reposer ou s'amuser le 
lundi (beaucoup d'ouvriers tra- 
vaillent le dimanche et se repo- 
sent le lundi). 

Saint-Père s.m. z=Semper. Ta- 
bac. — Traduction de saindom, 
v.c.m., Saint-Domingue, Sanctus 
Dominus, 

Saint-Pierre s.m. Abbaye de 
Saint-Pierre (cinq pierres), l'em- 
placement de la guillotine (il est 
indiqué sur la place de la Ro- 
(]uette par cinq grosses pierres, 
intercalées dans les pavés devant 
la porte de la prison). 

Saint- Pierre aux Bœufs Oi>*pr* 
m. Paroissien de Saint-Pierre aux 
Bœufs, homme grossier. 

Saint-Pris s.m. Entrer dans la 
confrérie de saint-Pris, se marier. 

Saisissement # s.m. Cordes qui 
sen'ent à ligoter les condamnés 
à mort. 



SALADE. 



— 262 — 



SANG. 



Salade s.f. || I. Mélancrc. — 
Pôle-môle. — Rixe. — Mêlée. — 
Donner la salade à quelqu'un, le 
battre, le fouetter. — Panier à 
salade, voiture cellulaire. — Met- 
tre en salade, enfouir; cacher. || 2. 
# Réponse. — J.d.m. sur raiponce, 
plante dont on mange en snlade 
tes racines et les jeunes feuilles. 

Salader (mil.) v.a. Salader les go- 
dillots, mélanger les chaussures 
des nouveaux venus au régiment. 

Baladeur s.m. Joueur oui oat les 
cartes pour contrarier les triche- 
ries des grecs (arg. des joueurs). 

Saladier s.m. vin chaud servi 
dans un saladier. 

Salaire # s.m. Soulier. 

Salamalecs O s.m. pi. Salutations. 
— Derar.Sa/ama/«&,salulsurtoi! 

Saibin # s.m. Serment. 

Salbiner # v.n. Prêter serment. 

Salbinet (polyt.) inter. Ce mot 
signifie : Rendez-vous au cabinet 
de Tofficier de service pour pren- 
dre communication d'un ordre du 
commandant de TEcole. 

Salbrenaud # s.m. Yoy. Sabre- 
nas. 

Sale a. Sale coup pour la fan- 
fare, mauvaise affaire. 

Salé (Typ.) s.m. Travail payé d'a- 
vance (pour salaire). — Demander 
du salé à la banque, demander de 
l'argent d'avance. © Petit sat&-=. 
Morceau de salé, enfant nouveau- 
né. — (Mar.) Le grand salé, l'O- 
céan. 

Saler O v-^- II *• Réprimander. — 
Saler quelqu un, le gronder. || 2. 
Faire payer trop cher. — Saler 
une note, exagérer les prix. || 3. 
Donner le mal vénérien. — Se 
faire stder, attraper la syphilis. 

Salière Q s.f. Seins. — Montrer 
ses salières, se décolleter. — Elle 
a deux salières et cinq plats, se 
dit d'une femme maigre. — Répan- 



dre la salière dessus =■ Saler 
v.c.m. (2). 

Salin # a. Jaune. 

Salir (se) v.pr. Se salir le nez, 
s'enivrer. 

Salive O s.f. Dépenser sa salive, 
parler. — Perdre sa salive, parler 
en vain. 

Salivererne # s.f. || 1. Ecuelle. || 
2. Salade. 

Salle s.f. Salle à manger, bou- 
che. — N'avoir plus de tubourets 
dans la salle à manger, manquer 
de dents. — Sa salle à manger se 
démeuble, il perd ses dents. — 
(thé.) Salle de papier, salle de 
théâtre remplie ctûcc aux billets 
de faveur. — Salle de danse, der- 
rière. (RiGAUD.) 

Salonnler O s.m. Critique des 
expositions artistiques dites Sa- 
lons, 

Salop s.m. Pour salaud. 

Saloper v.a. Travailler mal. 
(m. à m. salement). 

Salopète s.f. Petite veste de 
toile que mettent les ouvriers pour 
leur travail. 

Salopiat = Salopiaod s.m . Sa- 
laud. 

Salsifis s.m. Doigts. 

Saltimbe s.m. Abrév. de sal- 
timbanque. 

Saluer v.a. et v.n. Baisser la 
tête en entendant siffler les balles. 
— Saluer k pu6/ic, mourir. 

Salutation s.f. Salutations à cul 
ouvert, plates courbettes. 

Sandixrich Qs, m. Homme-sandwich 
individu qui se promène sur la 
voie publique avec une affiche sur 
le dos et une sur la poitrine, il est 
comme la tranche de jambon dans 
un sandwich. 

Sang s.m. Avoir quelqu'tm dans 
le sang, avoir pour lui de Testime, 
de l'amitié ou de l'aflfection. — 
Se faire du mauvais sang, se 



^ 



SANGLER. 



— 263 — 



SAPIN. 



tourmenler. — Se manger les 
sangSy s'impatienter. — Bon sang 
de bon Dieu! juron familier. — 
Sang de bœuf, saladier de vin 
chaud. 90 Safi<7(/6 poisson, huile. 

Sangler O v.a. et v.pr. Sangler 
quelqu^un, le réprimander verte- 
ment. — Se sangler, se priver; 
S m. à m., se serrer le ventre). — 
ître sanglé =z Elreseiré^Hrc sans 
le sou. 

Sanglier 0s. m. I| I.Prêtre(j.d.m.: 
sent-glier ; le gliei* est le Diable, 
le prêtre sent et reconnaît Tin- 
fluence du Diable). || 2. Individu 
brave et vigoureux. || 3. Individu 
solitaire. 

Sangsue (typ.) s.f. Celui qui tire 
de Targent par cupidité. — Poser 
une sangsue, faire la correction à 
la place d'un collègue absent. 

Sans-beurre s.m. Chiffonnier 
en gros, celui qui ne porte pas le 
terri (la hotte). 

Sans-bout # s.m. Cerceau. 

Sans-camelotte # s.m. Escroc. 
— Qui vend une marchandise 
qu'il n'a pas et ne livre jamais 
après s'être fait donner des 
acomptes. 

Sans-chagrin # s.m. Voy.Sa6ou- 
leux. 

Sans-châsses % s.m. Aveugle. 

Sans-cœur Q s.m. Usurier. 

Sans-condè adv. Sans permis- 
sion. — Clandestinement. 

Sans-dabe # s.m. Orphelin. 

Sans-dos s.m. Tabouret. 

Sans-fade 90 Celui qui n'a pas 
eu sa part. 

Sans-feulUe # s.m. Le gibet. 

Sans-le-sou Q s.m. Misérable. 

Sans-loches # a. Sourd. — De 
oche, oreille. 

Sans-mirettes a. et s.m. Aveu- 
gle. 

Sansonnet s.m. || 1. Gendarme. 
Il 2. Membre viril. 



Santache s.f. =: Santu, La santé 
(m. déf.). 

Santallle s.f. Prison de la Santé, 
(m. déf.) 

Santarelle (arg. des joueurs) s.f. 
Faire une santarelle, donner les 
cartes de façon à les regarder 
en dessous pour connaître le jeu 
de son adversaire. 

Santu s.f. voy. Santache. 

SaoQlle # s.f. Vaurien. — Mot in- 
jurieux en usage dans les pri- 
sons. 

Sap s.m. Cercueil de sapin. — 
Taper dans le sap, être mis en 
bière. 

Sapajou s.m. Vieux sapajou, 
vieux libertin. 

Sape O s.f. Abrév. de sapeur. — 
Soldat du génie. 

Sapement # s.m. Condani nation. 

— Sapement à cinq longes de dure, 
condamnation à cinq ans de tra- 
vaux forcés. 

Saper#v.a Arrêter. — Condamner. 

— Saper au glaive, condamner à 
mort. 

Saperlipopette! O int. Juron fa- 
milier. 

Sapeur0s.m. || 1. Juge. Voy. saper. 
Il 2. Cigare déjà fumé *et plus 
ffrand que le niégot, v.c.m. jf 3. 
Une histoire qui a une barbe de 
sapeur, histoire très vieille et très 
connue. || 4. La nature de la 
femme. 

Sapin s.m. || 1. Fiacre. (Ce mot 
se trouve déjà avec ce sens dans le 
glossaire du Vice puni de Grand- 
val.) Il 2. Cercueil; (généralement 
en sapin). — Sentir le sapm, 
être en danger de mort. — Redin- 
gote de sapin, cercueil. || 3. Plan- 
cher. — Planche. — Sapm des 
cornants = Plancher des vaches, 
la terre. || 4. Soldat. (Larchet.) 
% Gendarme II .H. Grenier. — Sa^ 
pin de muron, grenier au sel. 



sapinière:. 



— 264 — SAUTE-RUISSEAU. 



Sapinière s.f. Fosse commune. 
Voy. Sapin (2). 

Ôaqôer (typ.) v.a. voy. Sacquer, — 
a. Etre sacqué^ être riche; (avoir 
le sac, v.c.m.) 

Saquet s.m. Coup. — Choc. 

Sardine (mil.) s.f. || 1. (îalon de 
sous-officier. M 2. Doigt. — O Ser- 
rer les cinq sarair»es,serrer la main. 

Sardine (mil.) s.m.Ciradé. Voy. Sar- 
dine (1). 

Sarrasin (typ.) s.m. Ouvrier typo- 
graphe noh syndiqué. 

Satin s.f. =z Lesbienne, voy. Gou- 
gnotte. 

Satisfaire (Se) v.fr. O- Faire ses 
besoins. 

Satisfait O s.m. Bourgeois qui 
trouve que tout est pour le mieux. 

Saton s.m. Matériel de saltim- 
banque. (Larchet.) 

Satonnade # s.f. Bastonnade ; (de 
satou, bâton). 

Saton % s.m. = Satte, Bois. — 
Forêt. — Bois (matière). — BAlon. 

Satonsier % s.m. Menuisier. 

Satte # s.f. Voy. Satou. 

Saoce O s.f. Il 1. Réprimande. 
« Donner, recevoir une sauce. » 
— A ccommoder à la sauce piquan te . 
i. Battre. — 2. Se moquer avec 
esprit. — Sauce poivrade^ verte 
correction. || 2. Association. — 
Bande. — « Faire partie de la 
sauce, pour Vassoce.» \\ 3. Forte 
pluie. — Gare à la sauce! = il va 
tomber de la sauce! il va pleuvoir. 

— Gober la sauce, payer les pots 
cassés. — Sauce tomate, mens- 
trues. 

Saucé O p&rt.p. Etre saucé, être 

mouillé par la pluie. 
Saucée s.f. |] 1. Averse || 2. 

Correction. 
Saucisse O s.f. Prostituée; (elle fait 

partie de Vassoce). Voy. Sauce (2). 

— « Moi saucisse, » moi aussi, 
(m.déf.). 



Saucisson O s.m. Saucisson de 
Bologne == Saucisson à pattes, 
personne grosse et replète. 

Saumon s.m. Personne riche 
décédée, (arg. des croque-morts). 

Sanmurien O s.m. Elève de TEcole 
de cavalerie de Saumur. 

Saupicqnets (V) s. m. pi. Gens 
subtils. 

Saut s.m. O P(iire le saut = Sauter 
(v.c.m.) le pns. % Faire le saut y 
voy. Sauterie). 

Saut-de-lit Q s. m. Veston d'appar- 
tement. 

Sauter O v.n. et v.a. || 1. Suspen- 
dre ses payements. « Sauter à la 
Bourse. >* « Le gros Ghipmann pré- 
tend que lorsqu'il saute à la Bourse, 
ça ne lui cause aucune émotion. » 
{La Petite Comédie, A. Capus.) 
Il 2. Puer. Il 3. Dérober, cacher 
une part de vol pour se l'appro- 
prier. — - Faire le saut. — Sautei^ 
à la capahut, assassiner un com- 
plice pour prendre sa part de vol. 

— Sautei* dessus, assaillir. — 
Faire sautei* la banque, forcer une 
banque de jeu à cesser faute de 
fonds. — Sauter le pas, mourir ; 
faire faillite; perdre son inno- 
cence, etc., etc. = Faire le saut. 

— Sauter à la perche, être misé- 
rable, mourir de faim. — Faire 
sauter, faire éclater; filouter. — 
Faire sauter la coupe, faire passer 
la carte qui se trouve au-dessous, 
dans le milieu du jeu. — Se faire 
sauter la cervelle, onanisme. — 
(mil.) Sauter le bas-flanc, passer 
par-dessus le mur de la caserne 
pour aller passer la nuit dehors. 

Sauterelle s.f. Puce. — Exé- 
cuter une sauterelle, se débarrasser 
d'une cliente ennuyeuse. 

Sauterie s.f. Petit bal intime. 

Sauteron =: Sauterondolles # 
s.m. Banquier. 

Saute- ruisseau O s.m. Apprenti 



SAUTEUU. 



— 205 — SCHPaOUM. 



qui fait les courses, dans le com- 
merce ou les bureaux. 
Sauteur O s. m. Individu qui n'offre 

aucune garantie morale, qui n'est 

pas sérieux. 
Sauteuse O s*f* Il ^- Danseuse de 

théâtre. || 2. Puce. 
Sauvage O s*"^« Habillé en sau- 

vage, tout à fait nu. 
Sauver O v.a. Sauver la caisse, 

emporter la caisse. — Sauvei' la 

mise à quelqu'un^ le tirer d'un 

mauvais pas. 
Sauvette s.f. || i. Monnaie. 

Il 2. Petite hotte || 3. (enf.). Jouer 

à la sauvette, jouer à courir Tun 

après Tautre. 
Savate © s.f. Ouvrage mal fait. — 

Individu bon à rien. — Maladroit. 

— Svn. de saboté et de sabache, 
avec lesquels il est congénère. — 
Jouei' comme une savate, mal jouer. 

— Traîner la savate, être dans la 
misère. — La savate, correction 
infligée par les soldats à celui qui 
commet une indélicatesse. — 
Tirer la savate, c'est la boxe fran 
çaise qui consiste ^ savoir se 
servir de ses pieds soit pour se 
défendre, soit pour attaquer. 

Savater =Saveter v. a. Gâter 
un ouvrage en le faisant ou en le 
raccommodant. 

Savetier s.m. Mauvais ouvrier. 

Savoir v.a. QJene veuxrien savoir, 
je ne veux pas m'occuper de cela. 

— # Savoir /trc= Etre à la coule, 
être rusé, malin; habile à voler. 

Savon O s*^* Il ^* Réprimande. 

— Attraper un savon = Se faire 
laver la tête, être réprimandé. 
Il 2. # Honoraires de l'avocat 
(il sert à se faire blanchir). 

Savonné # a. Blanc (pourblanchi). 

— Artie savonné, pain blanc. — 
Pivois savonné, vin olanc. 

Savonner O v.a. || i. Répri- 
mander. Il 2. # Voler. — Sa- 



vonner une cambuse, dévaliser un 
logement; (pour laver, nettoyer). 

Savoyard Q s.m. Individu gros- 
sier. 

•Savoyarde s.f. Malle. 

Saxophone (St.-G.) s.m. Surveil- 
lant de l'Ecole. 

Sbire O sm. Agent de police. 

Scarabombe # s.f. Etonnement. 

Scarabomber # v.a. Etonner. 

Schako (mil.) s.m. Tête. — Se 
fourrer une idée dans le shako, so 
mettre une idée en tête. 

Schelinguer v.n. Voy. Chelin- 
(fuer, 

Schlagne s.f. Correction. — 
Coups. 

Schlaguer v.a. Battre. 

Schlingoter = Schling^er 
v.n. Schelinguer = Chelinguer, 
v.c.m. 

SchloirOs.m. Lit. « Aller au 5cA/o/f.» 
— De fall. schlafen, dormir. 

Schloffer Q v.n. Dormir. — D'une 
racine formée de l'ail. Luft, air, 
respiration, au moyen de s, mar- 
que du sifflement.* Il est coftgé- 
nère de roupiller par sa forme gut- 
turale. [TlMMERMANS] 

SchnappsO s*ni. = Schnick, Eau- 
de-vie. 

Schness # s.m. Physionomie. — 
Corr. de l'ail. Schnauze, mufle, 
^roin. (Larchet) — Schnauze est 
formé ae Nase, et de s, marque 
du sifflement. [Timmkrmans.] 

Schnick Q s.m. Voy. Schnapps, 

Schniqaer0v.n. Boire du scAmcAr, 
v.c.m. 

Schniqueur s.m. Buveur de 
schnik, v.c.m. 

Schpill a. Bien fait, réussi. 

Schpiler v.n. Réussir. 

Schpromme # s.m. Résistance. 

Schpronm # s.m. Pousser des 
schproums, s'ébrouer ; manifester 
son admiration. — Onomatopée 
énonçant l'éclat d'un rire qui 



SCHPUSEK. 



— 266 — 



SELECT. 



confle les joues oulrc mesure. 

[TlMMERMANS.j 

Schpuser # v.n. Puer, 

Sohtard # s.m. Voy. Jettard. 
Schtard des poivrots, violon. — 
Schtard aux frusques, monl-de- 
piété. — Schtard des lascars, pri- 
son de la Roquette. 

Schtardier % s.m. Prisonnier. 
Voy. Scktard, 

Schtoaer (Se) % v.pr. S'enivrer. 

Sciant a. Ennuveux. 

ScleQ s.f. Rengaine. — Ennui. — 
Cest une scie, c'est une chose 
ennuyeuse. — Monter une scie 
contre quelqu'un, mystifier. — 
Porter sa scie, sortir avec sa 
femme. 

Scier Q v.a. Ennuyer. — Fatiguer. 
— Scier des boyaux de chat avec 
une queue de cheval, jouer du 
violon. — Scier du bois, jouer du 
violoncelle. — Scier le dos à quel- 
qu'un, Tennuyer. 

Scieur O s.m. Scieur de bois, vio- 
loncelliste. 

Scîon s.m. Couteau ou toute 
autre arme tranchante, canif, 
tranchet, etc. — % Coup de sdon, 
coup de couteau. 

Scionner 09 v.a. Tuer avec un 
scion, v.c.m. 

Scionneur # s.m. Meurtrier. — 
Assassin. — Celui qui tue avec un 
sdon v.c.m. 

Scrupule O s.m. Un scrupule = 
Une idée = Un soupçon, un peu. 

Scrutin Q s.m. Assister au scrutin 
de ballottage, plonger ses regards 
dans le corsage d'une femme dé- 
colletée. 

Séant s.m. Derrière. 

Seau s.m. — Etre dans le seau, 
être dans l'embarras. — Coup dans 
le seau, coup manqué. 

Sec 0O a. et s.m. || iMoTi.—Ufait 
sec, il y a du danger || 2. Net. — 
En cinq sec, en cinq points net. 



I — (mil.) Eirc sec de, être privé de. 

— Fruit sec, individu qui, après 
avoir fait des éludes, ne réussit 
en rien de ce qu'il entreprend. 

— Etre à sec, ne plus avoir d'ar- 
gent ; n'avoir rien à boire. 

Seccot s.m. Voy. Sécot. 

Sèche s.f. Il 1. Cigarette. || 2. 
# La sèche, la mort. || 3. 
Voy. Piquer, 

Sécher O v.a. |l 1 Boire. « Sécher 
un litre, une absinthe, etc. » || 2. 
Etre en prison. — Sécher quel- 
qu'un, l'importuner. — Sécher un 
devoir, ne pas le faire. — Sécher 
Vécole, ne pas y aller. — Sécher 
un élève, le refuser à l'examen. 

— Etre séché \\ 1. Echouer dans 
un examen = Piquer (v.c.m.) une 
sèche. Il 2. Etre dégrisé, m. à.m., 
ne plus être mouillé, \\ 3. Subir 
une punition. 

Séchoir s.m. Cimetière. Vov. 
Sec (1) et Sèche (2). 

Sécot s.m = Seccot. Maigre. 

Secouer v.a. Arrêter. — Q Se- 
couer quelqu'un, le réprimander; 
le maltraiter; le battre. — Secouer 
la commode, jouer de l'orgue de 
Barbarie. — Secouer le petit 
homme, onanisme. — # Voler. 

Secousse s.f. La faire à la se- 
cousse, faire vite et mal. — Don- 
ner une secousse, mettre de l'ar- 
deur au travail. — // ncn a pas 
foutu une secousse, il n'a rien fait. 

— # Prendre sa secousse, mourir. 
(Michel) 

Secrète # s.f. Lettre. 

Seigneur # s.m. Seigneur à mu- 
sique, assassin. — J.d.m. sur 
saigner. 

Seize O ^•^' Souliers seize, souliers 
très étroits.— J.d.m. 13et3 = 16. 

— Sur seize ! attention 1 
Select O a- Choisi. — Distingué. 

— Le monde sélect, le grand 
monde. (Anglomanie.) 




SEMAINE. 



— 267 — 



SERINETTE. 



Semaine s.f. Je ne suis pas de 
semaine = Je ne marche pas = Je 
ne vevxrien savoir, refus de faire 
une chose. — La semaine des 
quatre jeudis, jamais. 

Semainier (th<^.) s. m. Arlisle du 
Théâtre-Français qui est chargé 
delà régie pendant, une semaine. 

Semelle s.f. Battre la semelle, 
vagabonder. — Chevaux à doubU 
semelle, jambes. 

Semer v.a. — Jeter à terre. — 
Terrasser. — Semer quelqu'un, se 
débarrasser de lui. « Cest un ra- 
seur, se me 'le, » 

Séminaire % s.m. || 1. Bagne. 

Il 2. Gage à poulets. — Du lai. 

semen, seminis, graine : on met 

au bagne la mauvaise graine (fig.), 

et le grain dans la cage à poulets. 

Semper = Semperlot (mil.) — 

s.m. Voy. Saint-Pèi^e. 

Sènaqui % s.m. Pièce d'or; (déf. 
du mot sequin). 

Sénat s. m. Cabaret de bas 
étage. 

Sénateur s.m. Se dit par ironie 
d'un bourgeois bien mis ou d'un 
pauvre déguenillé. Il existe un 
marchand de vin, faubourg du 
Temple, qu'on appelle le Sénat : 
c'est le rendez-vous des sénateurs, 
mendiants, faux estropiés, etc., 
etc. A proximité se trouve un éta- 
blissement du même genre appelé 
la Chambre des députés (1894). 

Sens s.m. Sens devant dimanche, 
sens dessus-dessous. 

Sensiblerie O s. f. Sensibilité mal 
placée. 

Sentinelle O s-^- E)lron. = Senti- 
nelle perdue = Factionnaire. — 
Poser une sentinelle, faire ses be- 
soins en plein air. — (typ.) pi. 
Sentinelles, caractères tombés de 
la forme qui restent debout. 

Sentir v.a. et v.n. O ^^ P^^ pou- 
voir sentir quelqun, le détester. 



— Sentir le coude à gauche, 
s'entendre ; être en communion 
d'idées ; marcher d'accord. — Se 
sentir les coudes, se soutenir mu- 
tuellement, s'appuyer, .s'enl'rai- 
der. — Ne plus le sentir, être 
gâteux. 

Sept O s.m. Crochet de chiffon- 
nier (allus. de forme). 

Sept-à-neaf O s.m. Vêlement du 
matin pour la promenade à che- 
val. 

Séquence s.f. Cartes disposées dans 
un certain ordre pour faire gagner 
le banquier (arg. des joueurs). 

Séqnencer v.n. Préparer les sé- 
quences, v.c.m 

Séquencier s.m. Tricheur. Voy. 
Séquence, 

Ser # s.m. = Sert, Signal entre 
voleurs et tricheurs. — Faire le 
sei\ faire le guet; cligner de 
l'œil. 

Séraphins (St.-C.) s.m. pi. Elèves 
malades. 

Serard (B) s.m. Notaire. 

Serge s.m. Voy. Sergot, 

Sergent s.m. Sergent irhiver^ 
soldat de i ■•• classe. — Sergent- 
major d'hiver, caporal. (Ils por- 
tent des galons de laine.) — Ser- 
gent de vieux, surveillant dliô- 
pital. — Sergent de crottin, sous- 
officier de cavalerie. 

Sergolle # s.f. Ceinture. 

Sergot s.m. = Serge, Sergent 
de ville (abrév.). 

Sérieux # s.m. Médecin. 

Serin Q s.m. || i. Gendarme. || 2. 
Niais. — Imbécile. 

Seriner v.a. # Divulguer. — O Se- 
riner quelqu'un Il 1. L'ennuyer de 
paroles. || 2. Le faire cocu== Se- 
riniser. 

Serinette # s.f. = Chanteur^ 
v.c.m. Enfant (]ui a plus de mé- 
moire que d'intelligence (Lar- 
chey) (il récite comme une seri- 



SERINGUE. 



268 — 



SEZIS. 



nette fait entendre un air quand 
on la met en mouvement). 

Seringue s.f. Machine à va- 
peur. — Seringue à rallonges^ té- 
lescope. — Chanter comme une 
seringue y chanter faux. 

SeringQinos s.m. Apothicaire. 

Serioiser Q v.a. Seriniser quel- 
qu'un, le faire cocu ^ Seriner, 

âerpent s.m. (écol.) || i. Faire un 
serpent y courir les uns derrière les 
autres et évoluer en une longue 
file oui serpente. || 2. Sergent 
dans les lycées (m. déf.), |! 3. Cra- 
chat. (Michel) 

Serpentins # s.m. || i. Matelas. 
Il 2. O Bande de papier enroulée 
sur elle-même, qui se fait en 
couleurs variées et se lance dans 
la rue pendant les fêtes du car- 
naval (1893). Voy. Confetti, « Pour 
que le gras carnaval, avec sa pan- 
tagruélique bedaine, réapparaisse 
aux yeux enchantés de ses sujets, 
il a sufn de la chaîne légère des 
souples serpentins. Ce sont les 
rênes qu'il tient en ses mains 
puissantes.. . >». Edatr^ 3 mars 94.) 

Serpette (mil.) s.f. Jambe courte 
et arquée. 

Serpillière s.f. Robe commune. 

— Serpillière à ratichoa, soutane. 
La serpillière est une sorte de 
toile d'emballage. 

Serrante # s.T. ||i. Serrure. 

Il 2. Armoire. || 3. Ceinture. 
Serre # s.f. Prison. 
Serré O a- IM- Avare.- j] 2. Gôné. 

— Pauvrç. 

Serrepogne s.m. Bracelet. — 
Menottes. 

Serrer # v.a. || i. Voler. || 2. Met- 
tre en prison. — O '^^ serrer = 
Serrer le brancard^ la cuiller, les 

Î)halangesy la pince, etc., donner 
a main. — Serrei' la croupière, 
surveiller, tenir sévèrement. — 
Serrer les fesses, avoir peur. — 



Serrer le nœud, se marier — Ser^ 
rer la vis, la gar gamelle ou le 
quiquiy étrangler. — Se serrer la 
vis, se pendre, se restreindre ; se 
priver. 

Serrure O s.f. Avoir la serrure 
brouillée, avoir Télocution con- 
fuse. — Laisser la clef à la ser- 
rure, avoir un enfant par surpri- 
se. — Mettre un cadenas à la 
seiTure, s'abstenir de l'amour. 

Sert % s.m. Voy S«\ 

Servatoire Q ïi,\iT. La petite Sei*- 
vatoire est fille de concierge ; 
elle a de la voix et de Tambition ; 
elle pianote dans la loge et finit 
par pénétrer au Conservatoire ; 
elle devient maniérée, préten- 
tieuse ; elle sait tout, elle connaît 
tout, arrive à ses examens à peine 
dégrossie, empoche un prix ou 
un accessit si elle a des qualités 
naturelles ; et un tiers d'entre 
elles se fiche de Tart pour se lan- 
cer dans la galanterie. (Guillaume 

Serviette O S.f. || 1. Portefeuille 

Il 2. # Canne en jonc. 
Servir #v.n. || 1. Arrêter. — Saisir. 

Il 2. Dénoncer. — Trahir. — 

Servir de belle, dénoncer à faux. 

Il 3. Servir le trépe, faire ranger 

la foule. Il 4. Frapper. — Tuer. 

— Servir un pante à la dure, tuer 

un bourgeois. 
Séaière = Sésigne # pron. pers. 

Voy. Sezis, Lui. — Elle. 
Seal (écol.) a. Faire le seul homme 

= Monôme, v.c.m. 
Sévère # s.m. Propriétaire — Q 

adj. En voilà une s&vère! c'est ini- 
maginable. 
Sèvres # n.pr.m. Passera Sèvres^ 

ne rien recevoir; (être sevré). 
Sexe s.m. Individu du troisième 

sexe, pédéraste. 
Sezis (B) pron. pers. Voy. Sésière. 

Lui. 



SHAMPOOING. — 269 — 



SIROTEUR. 



Shampooing Q ^-i"- Levage et 
friclion de la tête. 

Shocking Q ^- ^'^^^ shocking ! 
c*est choquant, révoltant. 

Shockiner (se) v.pr. y oy. Shocking, 
Se révolter. — Se frofsser. — Se 
formaliser. 

Shooter (sport) s.m. Membre 
d'une société de tir aux pigeons. 

Shootinc^ (sport) s.m. Tir aux pi- 
geons. 

Siam 9 s.m. Boutiquier. 

Siamois (les) % s.m. pi. Les tes- 
ticules. 

Siante % s.f. Chaise. 

Sibiche = Sibigeoise= Sibije 
s.f. Cigarette. 

Siester O v.n. Faire la sieste. 

Sieors(V) s.m.pl. || 1. Seigneurs. 
Il 2. Les pendus (iron.). 

Siffle # s.f. Voy. Si/fleL 

Siffler v.n. et v.a. Siffler au 
disque, \\i. Demander de l'ar- 
gent. Il 2. Faire un appel. — Tu 
peux siffler! = Tu peux te fouil- 
ler, v.c.m. — Siffler un venv, 
boire un verre (l'envoyer dans le 
sifflet y v.c.m.). voy. Disque, 

Sifflet s.m. Gorge = Siffle. — 
S* affûter ou se rincer le sifflet, 
boire. — Couper le sifflet à quel- 
qu'un, lui couper la gorge. — O 
Sifflet d'ébéne, habit noir de cé- 
rémonie (allus. de forme). 

Sigle = Sigolle = Sigue % s.m. 
Pour Cigale, pièce de vingt 
francs. 

Silence s.m. Huissier audien- 
cier. (Il crie : Silence !) 

Silo (mil.) s.m. Mettre au silo, 
punition barbare, autrefois en 
usage dans l'armée d'Afrique. 
Elle consistait à enterrer le pa- 
tient jusqu'au cou en laissant la 
tôte exposée aux ardeurs du so- 
leil. 

Sime # s.f. La patrouille. 

Simonner 9 v.n. Tromper. — Es- 



croquer. — Mendier. (Allus. à 
Simon, Tusuiier de l'évangile.) 

Simonneur # s.m. Trompeur. — 
Escroc. — Mendiant. 

Simper % s.m. voy. Saint-Père, 

Simple # s.m. Voy. Sinve, 

Sinade # s.f. Tabac à priser. — 
Siner est un son nasal, congénère 
de celui de sentir. On aspire le 
tabac, acte semblable à celui de 
respirer un parfum. [Timmermans] 

Sindom # s.m. voy. Saindom. 

Singe, esse s.m'. (| i. Chef. — 
Maître. — Patron. — Mari. — 
Protecteur d'une femme entre- 
tenue. — Le grand singe, le chef 
de l'Etat. % Singe à rabat, prrtre. 
— # Singe de la rousse, chef de 
la police. || 2. Compositeur d'im- 
primerie. — Paire le singe, at- 
tendre en allant et venant. — Q 
Singe botté, farceur, individu 
drôle, amusant. — Payer en mon- 
naie de singe, promettre de payer, 
avec des paroles et des gestes 
persuasifs. 

Sinve 9 s.m. Simple, — Naïf. — 
Niais. —Innocent. — Bon à voler. 
— Affranchir un sinve, déniaiser; 
mettre au courant du métier de 
voleur. — Paire le sinve, avoir 
peur; faire l'innocenL 

Sinverie =-. Sinvinerle % s. t. 
Niaiserie. — Bêtise. 

Sinvine # s.f. Niaise. — Béte. 

Sionnerv.a. Voy. Scionner. 

Sire (V) s.m. Seigneur. 

Sirop s.m. Avoir un coup de 
sirop, être légèrement ivre. — 
Sirop de raiguière, de grenouille, 
eau. — Sirop de baromètre, mer- 
cure. — Sirop de crapule, eau- 
de-vie. 

Siroter O v.a. || 1. Savourer « Si- 
roter le bonheur. » || 2. Boire. — 
On va siroter une négresse, on va 
boire une bouteille de vin. 

Sirotenr, ense s. Buveur. 



SISYPHE. 



— 2Î0 — 



SŒUR. 



Sisyphe s.f. Araignée qui se 
met dans les corniches, 

Sit nomen s.m. Argent mon- 
nayé. — Abrév. de Sit nomen Do- 
mini benedictumy inscription qui 
se trouvait sur les écus à Teffigie 
de Louis XV et de Louis XVL 

Sitrin # a. Noir (Michel). 

Sitron # a. Sur, acide. (Pour 
citron.) 

Situation Q s*^- Situation ou posi- 
tion intéressantCf état de gros- 
sesse. 

Sivage 9 s.m. Voleur au sivagç=^ 
Siveuff dévaliseur de poulaillers, 
(voleur de sives^ v.c.m.) 

Sive # s.f. Poulet. — Volaille. 
— Pour cive; en hoU. kip, vo- 
laille, poule, à proprement par- 
ler, chapon, dont cive est une 
var. En holl. on dit kipper et 
kappen, couper. [Timmermans] 

Sivenr % s.m. Voy. Sivage. 

Six O a.n. Sue et trois font neuf=z 
Cinq et trois font huit, boiteux. — 
A la six-qualre-deuXf sans soins, 
mal fait. 

Six francs s.m. Passe-carreau, 
(arg. des tailleurs.) 

Sixième s.m. Haute casquette 
de soie noire dite à ponts, 

Skatinage O^-"^* Patinage à rou- 
lettes. 

Skatineur, euse s. Q Patineur à 
roulettes. 

Skatinif = Skatinf^ rings. O ")• 
Enceinte pour le patinage. — 
Motsang., skate, patin, et ring, 
cercle. 

Slasse % a. et s.f. Ivre = Slassi- 
jue, — Ivresse. — Pour soûlasse, 
le soûl. 

Slasser % v.a. Voy. Slassiquer, 
Soûler (abrév. desoulasser). 

Slassique 9 a. Voy. Slasse, 

Slassiquer % v.n. Voy. Slasser, 
S'enivrer. 

Smalah O s.f. Famille. — Il a dé- 



?; 



barque chez moi avec toute sa 
smalah, il est arrivé chez moi 
avec toute sa famille. 

Snob s.m. || 1. Individu van- 
tard et arrogant qui se croit une 
valeur qu'il n'a pas. — Celui qui 
slllusionne et dont les idées sont 
étroites. || 2. a. Excellent = Sno- 
boye, v.c.m. « Pas un snob — oh ! 
non ! — mais tout de même un 
bon zig ! » (Séverine.* ||3. Elé- 
gant excentrique ou ridicule. 
« Cela ne peut manquer de réjouir 
nos snobs, instinctivement fanati- 
liques des modes et coutumes 
importées d'outre-Manche. » 

Snobisme s.m. Voy. Snob (1). 
Elroitesse d'esprit. 

Snoboye0a. Chocnosoff=:Snob{2) 
Excellent. — Du skt snih, ai- 
mer. 

Soc s.m. Voy. Démoc, Abrév. 
de socialiste. 

Soce s.f. Abrév. de société. 

Sociale (la) s.f. La République 
socialiste. 

Société O s.f. Etre de la Société 
du doigt dans l'œil, s'illusionner 
sur sa valeur personnelle. — So- 
ciété ^admiration mutuelle, cote- 
rie littéraire ou artistique. 

Sœur s.f. Maîtresse. — Steur de 
maîtresse d'un homme marié (elle 
est la sœur de Ht de sa femme). 

— Sœurs (B) pi. Cuisses, fesses. 

— 9 Sœurs blanches, Dents. — 
Sœur de charité, voleuse qui auôle 
à domicile pour de fausses bon- 
nes œuvres. — Et ta sœur ? Cette 
phrase a d'abord été une réponse 
à une grossièreté populaire gui 
se disait même sans intention 
malveillante. <« Bougre d'enfant de 
garce / » — Et ta sœur ? et le dia- 
logue continuait sur ce ton pour 
dégénérer quelquefois en rixe. 
Peu à peu cette réponse : Et ta 
sœur ? s'est faite à propos de tout 




SOIE. 



— 271 — 



SON. 



et de rien et n'a plus aujourd'hui 
qu'un sens banal. 
Sole s.f. Habillé de soie, co- 
chon. — # Fil de soie^ voleur. 
Soif s.f. il fait soif, nous avons 
soif. — Boire jusqu'à plus soif, 
boire à discrétion. 
Soiffard, arde0s. Voy. Soiffeur, 
Soiffer v.n. Boire beaucoup. 
Soiffenr, euse s. = Soiffard, 
Buveur, (en ail. Sâufer, m. s. Ce 
mot semble plutôt dériver de 
soif). 
Boigné O ^* ^ soigné y bien fait ; 
bien appliqué. — Tu vas payer 
une tournée soignée, tu vas réga- 
ler sérieusement. 
Soigner O y*^* Soigner quel- 
qu'un, le battre, le corriger. — 
(thé.) Soigner un acteur, se dit 
en parlant de la claque qui Tap- 
plaudit. — Soigner les entrées, 
applaudir à rentrée en scène. — 
Soigner Venfant, applaudir une 
pièce nouvelle. 
Soireux O s.m. vov. Cercleux. 
Soiriste O s*^* Celui qui fait les 
comptes rendus des soirées théâ- 
trales. 
Soissonnais #s.m. Haricot. 
Soizante-neaf O Double contre- 
sens qu\i omis de signaler Dorât 
dans son poème des Baisers. (Ri- 
caod) 
Soldat s.m. Soldat du pape, 
mauvais soldat. — % Des soldats, 
de Targent. — Faire soldat, as- 
sister au partage d'un vol sans v 
participer. « Le Rouquin voulaft 
me faire soldat, mais comme il 
saitaue j'en connais long sur lui, 
il ma donné un vêtement qu'il 
venait d'acheter et cinq francs. » 
(Le crime de Maisons-Laffltte, 
1893. Interrogatoire du Petit- 
Chariot.) 
Solde O s.m. Marchandise démo- 
dée, hors de saison, avariée. — 



Chose de peu de valeur ou de 
mauvaise qualité. 

Solder Q v.a. Acheter ou vendre 
au rabais. 

Soldeur O s.m. Individu qui ach^»e 
les soldes (v.c.m.) et revend au 
rabais. 

Soleil O s-i^- Avoir un coup de 
s 'leil, être gris. — Recevoir un 
coup de soleil, devenir subite- 
ment amoureux. — Piquer un so- 
leil, rougir. , 

Soliçage # s.m. Vente. 

Solicer # v.a. Il 1. Vendre. Il 2. 
Voler. 

Soliceur, eo8e# s. Marchand. — 
Soliceur au tnmard, marchand 
ambulant. — Soliceur à la pogne, 
marchand qui vend des objeCs 
qu'il tient dans la main, anneaux 
b'-isés, lacets, boutons, papier à 
lettres, cirage, etc., etc., à deux 
sous la poignée. — Soliceur à la 
goure^ marchand qui trompe. — 
Soliceur de zif, escroc qui se fait 
donner un acompte sur une mar- 
chandise fictive qu'il ne livre ja- 
mais. — Soliceur de pognon^ ban- 
quier. — Soliceur de Uicets, gen- 
darme. — Soliceur de lofttudes^ 
journaliste. 

Solir # v.a. Vendre. — Solir 
sur le verbe, vendre à crédit. 

Solitaire O (thé.) s.m. Claqueur 
isolé. 

Sombre (la) # s.f. La préfecture 
de police. 

Sombriole # s.f. Nuit très som- 
bre. 

Sommeil s.m. Marchand de 
sommeil, logeur à la nuit. 

Sommier s.m. Sommier de ca- 
serne, prostituée qui fréquente 
les soldats. 

Somno # s.m. Chambre à cou- 
cher. 

Son s.m. Boule de son, visage 
couvert de taches de rousseur. — 



SONDE. 



— 272 — 



SOHTIU. 



Eternuer dans le son, être guil- 
lotiné. 

Sonde % s.f. Médecin. — Etre à 
la sonde ^ être rusé, malin. 

Sonder © v.a. Fouiller. — Obser- 
ver. — Espionner. 

Sondeur ® Q a. s.m. || 1. Ob- 
senateur. — Chercheur. — Agir 
en sondeur j aller aux rensei- 
gnements; faire une chose avec 
prudence ; s'enquérir. — Pure 
sondeur f juge d instruction. — 
# Avocat sondeur, procureur de 
la Uépublique. — Les sondeurs, 
les agents ae la police de sûreté. 
Il 2. Employé d octroi (il sonde 
les voitures et les tonneaux). 

Sonne (la) # s.f. La police. 

Où qu'vous in'vmm*nez, messieurs dia sonne 
Quoi ? vrai I vous allez m'ramasser ? 

{Chans. des Gueux.) 

Sonner # v.n. v. a. et v. pr. As- 
sommer. — (bgner la tête contre 
le mur ou les pavés (la tc^tc fait 
alors comme le battant d'une clo- 
che). — Mendier — Se la sonner, 
bien, manger. 

Sonnette s.f. || 1. Argent mon- 
nayé (il sonne). || 2. Gardienne 
de Saint-Lazare. || 3 (lyp.) Ca- 
ractères tombés de la forme el 
qui restent debout. 

Sonniaire % pron. pers. Lui. — 
Cest pour son niaire, c'est pour 
lui. 

Sophie O n.d.b.f. Faire sa Sophie, 
faire la prude. — Voir Sophie, 
avoir ses menstrues. — Sophie de 
carton, femme qui pose à tort 
pour la vertu. 

Soque s.m. Ouvrier qui devient 
chitîbnnier par nécessité. 

Sorbonne 0# s.f. Tôle. — Cer- 
veau. 

Sorbonner # v.n. Penser. — Rai- 
sonner. 

Sorgabon # int. Bonsoir (déform. 
de bonne sorgue, v.c.m.). 



Sorgue # s.f. La nuit. — Le soir. 

— La brune. — Refaire de sor- 
gue, souper. — On écrivait sor- 
gue au moyen âge et Ton pro- 
nonçait sorne (v.c.m.) qui se 
trouve dans le dict. de Nicot : Le 
vrai ihrésor de la langue fran- 
çoise (Paris, 1606, in-fol. B.N.^. 

— Du préfixe privatif s et du ski. 
çLrka, soleil (Bi'rxoif). 

Sorguer#v.n. [11. Dormir. ||2. 
Passer la nuit, veiller. || 3.Sorguer 
à la paire^ coucher dans un hôtel 
garni et s'en aller sans payer. 

Sorgueor % s.m. Voleur de nuit. 

Sorio (polyt.) s.m. Pot de chambre. 

Sorlot 9 s.m. Soulier. — Sorlet, 
m. s. en patois du Nord. 

Sorne # (V) s.f. = Sorgue, v.c.m. 
Il 1. La nuit. — Le soir. — La 
brune. 

Sur la sorgue que sires soûl rassis. 

(VlLLOX.) 

Il 2. Noir (par ext. du sens pré- 
cédent). — Nous avons en fr. le 
mot saur, brun, sombre ; cheval 
saur, cheval brun; hareng saur, 
harengfumé qu'on appelle sauret 
dans le patois du Nord. Enfin le 
mot sournois désigne un individu 
qui agit dans Tombre. 

Sorniller (V) v.n. Voler la nuit. 

Sort O s.m. Faire un sort, em- 
ployer, utiliser ; prendre, saisir. 
« Tu joues la manille de carreau ? 

— Je lui fais un sort, je coupe. » 
Sorti O a» ^^'*^ sorti, êlrc distrait 

(la pensée est absente). 

Sortie O© s.f. Faire une sortie, 
diatribe, critique amère, ré- 
ponse violente. <( Il in a fait une 
sortie dont je me souviendrai,)^ — 
Sortie de guinche, canapé, divan 
(on va sur les divans en sortant 
du bal). 

Sortir v.n. II est à l'hôpital, il 
n'en sortira que les pieds devant, il 



SOUCHE. 



— 273 — 



SOUPÇON. 



n'échappera pas à la mort, il sor- 
tira dans un cercueil. — Je sors 
iTen p-endre, j'ai déjà vu cela, 
j'en ai assez ; j'en ai essayé. 

Souche s.f. Fumer une souchn, 
être enterré. 

Soudard (l^il.) s.m. Vieitx sou- 
'dardy vieux soldat. 

SoudriUard # a. et s.m. Libertin. 

Soudrille (mil.) s.f. Soldat libertin 
ou fripon. 

Soue (V) s.f. Elable à porcs. 

Dans la sooe aux cochoas 
Il m'a tant bousculée. 

{Cham. du Maine.) 

Soufflant # ^.m. || 1. Pistolet. 
Il 2. Cor de chasse. 

Soufflante 9 s.f. Trompette. 

Souffler v.a. et v.n. O Souf/ler des 
poiSj faire l'important (se gonfler 
d'orgueil et en lancer des bouf- 
fées). — Souffler dans des vessies 
trouéeSy se donner beaucoup de 
peine inutilement. — Souffler sa 
veilleuse, mourir. — Souffler son 
copeaUy travailler. — Souffler 
quelqu'un^ Tarréter, l'enfermer. 
uLa police Va soufflé , » — (Obsc.) 
Souffler dans le poireau, lat. 
fellare, — # Souffler mal, avoir 
de mauvaises intentions. 

Soufflet Derrière. — Donner 
un soufflet d sa pelure, retourner 
son vêtement. 

Souffleur s.m. (thé.) Prendre au 
souffleur, attendre sa réplique du 
souffleur. — Souffleur ae bou- 
din, individu qui a le visage 
rouge et bouffi. — Souffleur de 
poireau, musicien. 

Souffrante 9 s.f. Allumette chi- 
mique (elle est soufrée). =: Souf- 
frante perlée. 

Souflard (B) s.m. Maréchal. 

Souillarde 9 s.l. Blouse de tra- 
vail (que Ton souille). 

Souillon O s. 2g. = Sousouille. 
Individu malpropre. 



Soûl Qa, Soûl comme un Polonais^ 
complètement ivre. — Allus. au 
goût d'un roi de Pologne, Au- 
guste III, pour les liqueurs fortes : 

Quand Auguste avait bu la Pologne était ivre. 

— Compartiment des femmes soû- 
les, soûles est ici employé pour 
seules (iro.). 

Soulager % v.a. Débarrasser. • 
Dévaliser. — Soulager quelqu'un 
de son porte-monnaie, lui voler 
son porte-monnaie. 

Soûlasse 9 s.f. ||1. La grande 
soûlasse, assassinat. — Maquiller 
la grande soûlasse sur le trimar, 
assassiner sur lagrandVoute. || 2. 
Filou. — Tricheur. [| 3. Traître. 

Soulever v.a. Dérober. 

Soulier s.m. Soulier seize, soulier 
très élroit(j.d.m. : 13 et 3 = 16). 

— Soulier vingt-cinq, soulier 
neuf et très étroit (j.d.m. : 9 et 13 
et 3 = 25. 

Souligner O v.a. Faire remarquer. 

— (thé) Souligner un effet, ac- 
centuer une phrase, un mot avec 
l'intention de le faire remar- 
quer. 

Soulographe s.m. = Soûlot" 
leur. Ivrogne. Celui qui a l'habi- 
tude de s'enivrer. 

Soulographie s.f. Orgie. — 
Ivrognerie. 

Soulographier (se) v.pr. Se 
griser, s'adonner à la boisson. 

Souloir 9 s.m. Verre. — Souloir 
des ratichons, calice. 

Soulouque O s-"^- Cinq-six au jeu 
de dominos (il est très noir, 
comme l'empereur nègre de ce 
nom). 

Soulotteur s.m. Voy. Soulo- 
graphe. 

Soupape s.f. Serrer la soupape, 
chercher à étrangler. -- Faire 
cracher ses sâupapes, s'enivrer. 

Soupçon O s.m. Voy. Scrupule. 

18 



SOUPE. 



— 274 — 



SOUVENT. 



Soupe 00 s*^- Soupe au lait, in- 
dividu qui s'emporte facilement. 
Soupe de perroquet^ pain trempé 
dans le vin. — Faire manger à 
quelqu'un la soupe au poireau^ le 
laire attendre. Voy. Poireauter. — 
Manger une soupe aux herbe$, 
dormir sur l'herbe. — Tremper 
une soupe à quelqu'^un^ le battre. 
— La soupe et le bœuf y bourgeoi- 
sement, modestement. — % Fin 
de la soupe, exécution capitale. 

Soupe adv. Assez 1 — fen ai 
soupe f j'en ai assez. — J'ai soupe 
de ta fiole^ de ta tronche^ j'ai 
assez de ta figure, je t'ai assez vu 
(le souper est le dernier repas du 
jour). 

SoupeDte0s.f. Ventre. — Vieille 
soupente^ vieille prostituée. 

Soupe - sept - heures s.m. 
Homme régulier dans ses habi- 
tudes. — Maniaque. 

Soupeser Q v.a. Se faire soupeser, 
se faire réprimander. 

Soupir O s.m. Soupir de BMchuSf 
rot, hoquet. 

Soupirer O ^«i^* Laisser échapper 
un vent. 

Souple # a. Bleu. 

Souquer. v.a. Battre. — Se- 
couer. 

Sourde # s.f. Prison. 

Sourdelle % s.f. La potence. 

Sourdine s.f. En sourdine, à la 
sourdine, en cachette. — 9 Voler 
à la sourdine, endormir la victime 
à l'aide d^un narcotique avant de 
la dévaliser. 

Sourdoche # s.f. Lanterne. 

Souricière O s.f. || i. Endroit sur- 
veillé parla police, qui y tend des 
pièges aux malfaiteurs, y établit 
des souricières. || 2. Dépôt de la 
préfecture de police. 

Souris s.f. Baiser sur l'œil. — 
Faire la souris, voler adroitement 
dans les poches. — Faire la souris 



le long de la jambe = Voy. Pe- 
loter. 
Sous-dern (écol.) s.m. Avant-der- 
nier. 
Sous-lieutenant s.m. Faux der- 
rière, tournure. 
Sous-maitresse s.f. Surveil- 
lante de maison publique. 
Sous-marin O a.Gend'/Aomme sous- 
marin, souteneur. 

Sous-merde s.m. Individu ou 
chose au-dessous de tout. 

Sous-off (mil.) s.m. Abrév. de 
sous-officier. 

Sons-officier O s.m. Tournure, 
faux derrière. 

Sous-pied s.m. Morceau de 
viande dur comme du cuir. 

Soussouille a. et s 2 g. := Souil- 
lon, v.c.m. (m. à. m., sous-souil- 
lon. 

Sous-ventrière s.f. Ceinture. 
— Echarpe. — Tu fen fei*ais péter 
la sous-ventrière = Tu Ven ferais 
craquer la ceinture, tu rirais trop, 
tu serais trop content. 

Sous-verge (cavab.> s.m. En 
sous-verge, en sous-ordre; com- 
mander en second. 

Soutados 9 s.m. ^=Soutellas. Ci- 
gare d*un sou (iro.). 

Soute s.f. Soute au patn, esto- 
mac. 

Soutellas s.m. == Voy. Souta- 
dos. 

Soutenante 9 s.f. || 1. Canne. || 2. 
Bretelle. 

Souteneur O s.m. Celui qui vit 
aux dépens des prostituées, et 
qu'on appelle ainsi parce qu'il est 
censé les soutenir quand elles sont 
insultées. 

Soutirantes s.f.pl. Bottes. 

Soutirer O v.a. Extorquer. — 
Soutirer au caramel, extorquer de 
l'argent par des moyens douce- 
reux. 

Souvent adv. Plus souvent, ja- 



f% 



SOYEUX. 



— 275 — 



SUAGE. 



mais (expression de refus). — 
Plus souvent que je casquerais, je 
ne veux pas paver. 
Soyeux O s.m. Employé à la vente 
de la soierie. — Chef soyeux , chef 
du rayon de soieries. 
Spade O s-f* E^éQ (vx mot qui a fait 
spadassin, terrailleur, traîneur 
d^épée). 
Speck % s. m. Lard (ail. m. s.). 
Spectre O s. m. Spectre de banco, 
joueur ruiné (j. d. m. sur banco). 
Speech O s.m. Allocution, discours 

(mot ang.). 
Spëlicans(V]s.m. pi. Spoliateurs. — 
Du lat. spUucarey éplucher, tour- 
menter. 
Sper s. m. Fer à repasser encore 

chaud, (ar^. des tailleurs). 
Spickel (polyt.) s.m.Epée de salon. 
Spirite O ^* et s. 2 g. Adepte du 
spiritismCy v.c.m. n Doctrine spi- 
rite. Revue spirite. » 
Spiritisme Q s*"^* ^^^ spiritisme 
est la doctrine fondée sur Texis- 
tence, les manifestations et ren- 
seignement des Esprits. 
Spispouf s. m. Polisson (de Tall. 

SpitzbubCf m. s.). 
Spleen O s.m. Ennui. — Mélan- 
colie. — Mot ang. qui signifie 
rate, bile, haine, dégoût; du gr. 
tcXtjv; les anciens croyaient que 
la rate était le siège de la bile 
noire ou mélancolie. 
Sport O s ")• I^c sport a d'abord 
désigné en France Tensemble des 
opérations concernant les courses 
de chevaux, puis ce mot a désigné 
tous les genres d'exercices physi- 
ques, canotage, vélocipcdic, 
chasse, etc. 
Sportif O a- Journal ou courrier 
sportif, qui s'occupe de sport, 
v.c.m. 
Sportsman Q s.m. Individu qui 

s'occupe de sport, v.c.m. 
Square O s.m. Jardin public. — 



De rang, square, place carrée. 
Stafer 9 v.a. Dire. 
Stalie (thé.) s.f. Fauteuil. — Place. 
Stand O s.m. Champ de tir. — De 

Tall. Stand, place. 
Staricles (V) s.m. pi. Gens de jus- 
tice. 
Starter (sport) s.m. Celui oui 
donne le signal pour le départ des 
chevaux. 
Statufier O v.a. Elever une statue. 
Steamer O s.m. Bateau à vapeur 

(mot. angl., de steam, vapeur). 
Stoppage (sport) s.m. Dressage 

d'un cheval de courses. 
StepperQs.m. Cheval de courses. 
Sterling a. De premier ordre. 

— Excellent. 
Stick O s.m. Canne très mince. 
Stock O s.m. Fonds considérable 
de marchandises. — Provision 
(mot ang. m. s.). 
Stoper O v.n. Arrêter. 
Store O s.m. Paupière. — Baisser 

les stores, baisser les yeux. 
Strapontin Q s.m. == Polisson. 

Tournure, faux derrière. 
Stroc # s.m. Selier. = Demi-stroc, 

demi-selier. 
Stropiat s.m. Estropié. — Men- 
diant estropié. 
Stuc 9 s.m. Part de vol. 
Stucquer 0va. et vn. Renseigner. 
— Commenter. — Documenter. 
Stuquer % v.a. Partager. 
Style s.m. Argent. — Avoir du 
style, être bien mis, avoir de la 
distinction. 
Stylé O a. Bien habillé. 
Styliste Q s.m. Ecrivain qui ne 

s'occupe que de la forme. 
Suage 9 s.m. Assassinat. — Ma- 
quillei' un suage, assassiner. — 
Le suage ou chauffage était une 
torture qui consistait à brûler les 
pieds du patient. Les Chauffeurs 
étaient des bandits de grand che- 
min qui employaient ce supplice 



SUAGEUR. 



276 — 



SUIVEZ-MOI. 



pour faire dire à leurs victimes où 
était leur argent. 
Suageur % s.m. Assassin. Voy. 

Suage. 
Sablime s.m. Ivro^c fieffé. — 
Allus. à Ta sublimation, sorte de 
distillation, (iro.) 
Sublimer O ^'-n. et v.pr. Travailler 
la nuit. — © Se sublimet\ s'élever 
au plus haut degré dans l'avilis- 
sement. 
Sublimear O s*i^- Elève studieux. 
SabtU # a. Dur. 
Subtiliser v.a. Dérober. — 
Subtiliser une femme^ la séduire. 
Suce-larbin % s.m. Bureau de 

placement. 
Sucer v.a. et v.pr. Sucer un 
verre, boire un verre. — Se sucer 
le caillou, la pomme ou le trognon, 
s'embrasser. 
Sucre 0O s.m. (Test un sucre, 
c'est bon. — (thé.) Manger du 
sucre = Boire du lait^ être 
applaudi, avoir du succès. — 
Sucre! int., merde! — Casser du 
sua'e, dénoncer; dire du mal. — 
Sucre à cochon, sel. — 9 Sucre 
de pomme, pince à effraction. 
Sucrée O s. f. Faire la sucrée, 
femme qui montre de l'affectation. 
Sucrer Q v.a. || 1. Maltraiter. || 2. 
Donner de l'argent. — Mettre de 
l'argent au jeu. 
Suée0 s.f. Réprimande. — Donner 
la suée, corriger, — Suéede monde, 
foule de monde. 
Suer v.n. et v.a. 9 Tuer. — Faire 
suer un chêne, tuer un homme ri- 
che. — Du skt. sud, tuer. — QEn 
suer une, (s. ent. valse, polka, etc.) 
en danser une. — O Faire suer 
quelqu'un, l'importuner, l'en- 
nuyer. — Tu me fais suer! tu 
m'èniTuies. — % Faire suer, faire 
donner de l'argent ; se faire donner 
sa part d'un vol. — Faire suer sur 
le grand irimar, voler sur la 



grand'route. — O Faire suer son 
argent, prêter à un taux usuraire. 
— Faire suer le bonhomme, souti- 
rer de Targcnl à un naïf. — (thé.) 
Faire suer le lustre, jouer très 
mal un rôle. — Faire suer Thémia^ 
donner de la peine aux gens de 
justice. 

Suerie (V) s.f. I| i. Action de tuer. 
Vov. Suer. 

A l'asMiil ! tost, sans suerie. 
Sans efTusion de sang. 

(Vu.toN.) 

Il 2. Action de suer, n J'ai achevé 
ma douche et ma suerie. » 

(M™« DE Sévicné, 4676.) 
Suffisance s.f. Avoir sa suffi- 
sance, avoir le nécessaire. 

Suie s.f. Jean de la Suie, ramo- 
neur. 

Suif s.m. Il 1. Réprimande. — 
Gober son suif, être réprimandé. 
Il 2. Etre tout en suif, être très 
gras. Il 3. Argent. || 4. Faire en 
suif, tricher au jeu. |j 5. Le suif, 
la Grèce, le monde des grecs 
(tricheurs) (j. d. m. sur graisse = 
suif). Il 6. Distingué. 

Suiffard = Suiffé a. et s.m. 
Il i . Distingué, élégant. — Femme 
suiffée, femme élégante. || 2. Grec, 
tricheur. 

Suiffée s.f. Raclée. 

Suifferie s.f. Tripot rempli de 
grecs; (par j.d.m. sur Grèce, 
graisse). 

Suisse O s.m. Faire suisse, boire 
seul. — Dans le corps des Cent- 
Suisses au service des rois de 
France chacun mangeait isolé- 
ment. 

Suissesse0 s.f.Absinthe mélangée 
avec de l'anisette. 

Suiveur s.m. Individu oui suit 
les femmes sur la voie publique, 
souvent il les précède; on le 
nomme mieux pu ^ct/r. 

Suivez-moi Jeune homme O s.m. 




SULTAN, 



— • 277 — 



TABAC. 



Longs rubans pendants sur ]f dos 
des dames. 

Sultan (Ihé.) s.m. Le public. 

Saperlificoqnentieax = Super- 
lifico^uentiel Q a- Superlalive- 
ment beau. — On trouve dans Ra- 
belais \c moi supercoquelicantieux. 

Supin # s.m. Soldat. (Michel) 

Sar O s.f. Voy. Surse, 

Surbin % s.m. Surveillant. — Ins- 
pecteur. 

Surbine # s.f. Recherche. — Sur- 
veillance. — Etre en surbinef être 
en surveillance. 

Surbiner % v.n. Surveiller. 

Snrclouer v.a. Renouveler une 
reconnaissance du mont-de-piété. 

Surcroit s.m. Avoir un surcroit 
de bagage, être enceinte. « H fa 
lâchée avec tes bâtards... et tu en 
as fait crever trois autres parce 

Sue tu ne voulais ])as de surcroît 
e 6a(/a(/c pour venir. »> (E. Zola.) 

Sûreté 9 s.f. Police de sûreté. 

Surette 9 s.f. Pomme. 

Surfine 9 s.f. = Sœur de charité, 
v.c.m. 

Surgerbement % s.m. Condam- 
nation en appel. 

Snrgerber # v.a. Condamner en 
appel. 

Surin # s.m. Couteau. 

Si j'ai pas l'rond, mon turin bouge. 

(Chan*onde$ Oueux.) 

— Double surin, couteau catalan. 

— Surin muet, coup-de-poing, 
casse-tête. Vov. Suriner, 

mé 



Suriner % v.a. Tuer à coups de 
couteau. — Du skt. oiri, couteau ; 
car, frapper. (Burnouf) 

Surineur % s.m. Assassin. Voy. 
surinei\ 

Surmouieur Q s-i"- Mauvais écri- 
vain ; (qui imite les défauts des 
autres en les exagérant). 

Surrincette O s.f. Verre de li- 
queur après la rincette, v.c.m. 

Surse O s.f. = Sur. Faire la surse, 
faire le guet. — Abrév. de sur 
seize l attention! 

Surtaille (la) % s.f. La police. 

Sydonie s.f. Tête de bois pour 
mettre les perruques. 

Sylphider (se) v.pr. S*échapper 
vivement et sans bruit. 

Symbole O s.m. || l.Tôte. || 2.Cha- 

» peau. I| 3. (typ.) Crédit (allus. au 
symbole des apôtres ou credo pour 
crédit). 

Ssrnagoi^ue O ^' Analogue. — Sy- 
nonyme. — Semblable. — Cest 
synagogue, c'est la môme chose. 

Syntax O n.pr.m. Docteur Syntax, 
professeur, (arg. ang.) 

Système s.m. (St-C.) Père Sj/«- 
tème, le premier de la promotion. 

— Agacer le système (s.-ent., ner- 
veux), ennuyer, énerver. — Ça 
me tape sur le système, çb. m'énerve. 

— Se faire sautei* le système, se 
tirer une balle dans la tête. — 
S*en faire péter le système, se 
fatiguer, s'énerver pour une 
chose. 



Tabac s.m. Passer à tabac, bour- 
rer, repousser brutalement, mal- 
traiter. (Bourrer une pipe, la 
remplir de tabac : de là l'expres- 



sion qui signifie être bourré de 
coups comme une pipe bourrée 
de tabac. D'après A.Timmermans, 
cette expression dériverait par 



TABAR. 



— 278 — 



TALBINÉ. 



j.d.m. de chiquer, frapper, chican, 
marle«u, avec chiquer, mâcher 
du tabac. — Tomber dans le ta- 
bac, être dans la détresse. (J.d.m. 
il esi à bas,) — Avoir du tabac = 
Avoir du coton, causer de la peine, 
susciter des embarras ; (c'est l'é- 
quivalent de l'expression acadé- 
mique : avoir du fil à retordre.) 
— Donner du tabac à quetquun, 
le battre. — Fourrer dans le tabac, 
mettre dans l'embarras. 

Tabar = Tabarin % s.m. Man- 
teau. — Anagramme de rabat, 
manteau du xv siècle. 

Tabatière © s.f. Derrière — Ou- 
vrir sa tabatière, lâcher un vent ; 
(offrir une prise.) (iro.) 

Table % s.r. Se wetlre à table, = 
Mettre les pieds sous la table. || 
1. Avouer. || 2. Dénoncer. = 
Manger le morceau, — Mettre 
quelqu'un à table, lui donner sa 
part. 

Tableau Q s*i^* Q^^^ iabhau ! 
quelle situation I — Tableau ! 
(s. — ent. quel,) 



Tu frais pas Unt l'élroite i c*t' 
Si j'taurais laissé* tToul' dans \\ 



heure 
eau. 



Allons! bon, c'est ma femm' ! Tableau! 

{La Musé à Bibi.) 

— Vieux tableau, personne vieille 
et fardée. 

Tableautin O s.m. Petit tableau 
sans valeur. 

Tablette # s.f. Brique. (Michel) 

Tablier Q s-"^» Rendre son tabliei\ 
se démettre. — Droit de tablier, 
bienvenue offerte par les appren- 
tis. — Tablier de cuir, cabriolet. 
— ® Le tablier lève, se dit d'une 
femme enceinte. — Lever le ta- 
blier, se laisser séduire, rendre 
enceinte. 

Tac # s.m. Habileté ; (pour tact). 

Tache O s.f. Tache d* huile, calom- 
nie, bruit, qui, se colportant, va 



toujours grandissant comme la 
tache d'huile. 

Taconnet s.m. (mil). Toque de 
chasseur d'Afrique. 

Taf. s.m. Peur. — Pour taffetas, 
mot onomatopéique fàrmé du 
bruit que fait celte étoffe, sorte 
de frou-frou, de frisson, qui a 
faitlemot/y*ou.ss«, m. s. — Avoir le 
taf, avoir peur =: Taffer, — Co- 
quer le taf, faire peur. 

Ab ! ouichc ! Et Vtaf des tribunaux ? 

{Chanson des Gueux.) 

Taffer ® v.n. = Avoir le taf, 
v.c.m. 

TafTeur, euse # s. Peureux. — 
Poltron. 

Taffouilleux s.m. Chiffonnier 
des bords de la Seine. fRiGAUD) 
(m.-àm. qui fouille dans les tas). 

Tailbin 9 s.m. Voy. Talbin, 

Taillage s.m. S'absenter de 
Tatelier, de Técole , faire une fu- 
gue. Voy. Tailler, 

Taille O s.f. Fournir les tailles de 
bavettes, faire naître les prétextes 
pour bavarder. Voy. Tailler, 

Tailler v.a. Tailler le collège ou 
Vécole, faire une fugue, un tail- 
lage, v.c.m. — Tailler une bor 
vctte, causer, bavarder. Voy. 
Taille, 

Tailleuse s.f. (obc.) Tailleuse 
de plumes, lat. Fellatrix, 

Taillis s.m. Voy. Happer. 

Tal s.m. Derrière. — (obsc.) 
Taper dans le tal, pédérastie. 

Talbin # s.m. Tailbin || 1. Billet 
à ordre. — Billet de banque. || 
2. Huissier. || 3. Portefeuille. — 
Talbin d'altèque ou de la carre, 
billet de banque. — (thé.) Talbin 
d'encarade, billet d'entrée. — 
Talbin de la sèche, faire-part de 
décès. 

Talbine 9 s.f. Halle. 

Talbinë # a. Riche. 



■ 



TALBINER. 



— 279 — 



TAPANCE. 



Talbiner % v.a. Assigner. 

Talbinier % s. m. Marchand de la 
halle. 

Talent @ s.m. Talents de sociétéy 
raffinements de volupté. 

Talentueux Q a. Qui a du ta- 
lent. 

Talmottse s.t. Coup. 

Talmouser0 v.a. Battre. 

Talocher v.a. Donner un coup, 
une taloche. 

Talon O s.m. Avoir les talons trop 
courts y ne pas savoir résister à la 
séduction. — Talon rouge, dis- 
tingué. — On appelait autrefois ta- 
lon rouge le seigneur de la cour 
qui portait des talons rouges, ce 
qui était un signe de noblesse. 

— Etre talon rouge, être débauché, 
libertin ; (allus. aux mœurs de la 
régence pendant la minorité de 
Louis XV.) — fmil.) Gros talon = 
Gros lolOf cavalier de réserve. 

Tambouille s.f. Ragoût. — 
Faire sa tambouille, faire sa cui- 
sine. 

Tambour 9 s.m. Chien. — Rou- 
lement de tambour, aboiement. 

— Battre du tambour, aboyer. 

Tambouriner O >'•»• Battre. 

Tamis 0s.m. Faire le tamis, opé- 
ration ^ui consiste à verser dans 
un tamis minuscule dont le fond 
est en crin, quelques gouttes 
d'eau et à tirer un horoscope de 
la façon dont les gouttes traver- 
sent les mailles serrées de l'ins- 
trument cabalistique. 

Tampon O s.m. Poing. — Foutre 
un coup de tampon, donner un 
coup de poing. — Se foutre un 
coup de tampon, se battre. — S'en 
fiche comme de Colin-Tampon, être 
indifférent à une chose, s'en mo- 
quer. 

Tamponner v.a. et v.pr. Frap- 
per à coup de tampon v.c.m. — Se 
tamponner le coquillard, le co- 



quard. = S'en battre Vœil, se mo- 
quer, se fiche. 

Tamtam Q s.m. Bruit. — Publi- 
cité. — Ça fera du tam-tam, ça 
fera du bruit. 

Tandem O s.m. Vélocipède sur le- 
quel montent deux ou plusieurs 
personnes les unes derrière les au- 
tres. — Bi-tandem, tandem k deux 
places. — Conduire en tandem, 
monter à cheval en en conduisant 
un autre devant soi. — Atteler en 
tandem, atteler deux chevaux 
Tun devant l'autre. 

Tangente O f- Il *• Epée. (Polyl.) 
Tangente au point (J épée. 
Il 2. Swxeillant de collège. \\ 3. 
Prendre la tangente, se détourner. 
S'échapper par la tangente, trou- 
ver un faux-fuvant. 

Tannant a. Ennuyeux. 

Tanner O v.a et v.pr. Ennuyer. 
— Assommer. — Tanner quel- 
qu'un, l'importuner. — Tanner la 
basane, le cuir ou le casaquin à 
quelqu'un, le battre, le frapper. — 
Se tanner les pognes, applaudir. 

Tante s.f. Pédéraste. — Dénon- 
ciateur. — Individu qui fait du 
chantage avec les pédérastes. — 
O Afa tante, le mont-de-piété. 
Cette expression se trouve avec 
le môme sens dans le glossaire du 
Vice puni (de Grandval, mort 
en i784). Le mont-de-piété de 
Paris n'a été établi que le i^'^jan-' 
vier 1778. 

Tap s.m. = Tappe. Exposition 
des criminels — Le pilori.. — 
Paire la parade au tap, être mis 
au pilori. 

Tapable a. Naïf. — Dupe. — 
Facile à taper, v. c. m. 

Tapage O s.m. Emprunt. Voy. 
Taper. 

Tapamort0 s.m. Tambour, (celui 
qui en bat). 

Tapance0s.f. Epouse.— Amante 



TAPE. 



— 280 — 



TAQUINER. 



— Tapancc du tneg, femme du 
patron, patronne. — Elle tape 
souvent h la caisse 

Tapé O a. Réussi. — C'est bien tapé^ 
c'est réussi. — Tapé à Cas = 
Bèussi au n° i, on ne peut mieux 
réussi. 

Tape-à-rœil s. m. Borgne. 

Tape-cal (mil.) s. m. Exercice qui 
consiste à monter un cheval nu. 

Tape-dur # s. m. Serrurier. 

Tapée @ s.f. Foule. — Quantité. 
Beaucoup. — Il y en avait une ta- 
pée, il y en avait beaucoup. 

Taper O v.a. v.n. et v.pr. Em- 
prunter. — Demander de Vargent. 

— Taper quelqu'un, lui emprun- 
ter de l'argent. ^ — Taper à la 
caisse, demander' de Targenl. — 
3 S'en taper. — Se taper de quel- 
que chose , s'en passer. — Tu 
peux te taper •— te fouiller, c'est 
inutile, non. — Taper sur la bous- 
tifaille, manger et boire copieu- 
sement. Taper de Vœil, dormir. 

— Taper sur la boule, enivrer. 
Taper dans le mille. = Mettre 
dans le mille, réussir. — Taper 
un môme, se faire avorter, com- 
mettre un infanticide. — Taper 
dans l'œil, plaire à quelau'un ; 
séduire. — Taper dans le tas, 
frapper ou prendre au hasard, 
dans le las. — Se taper sur la co- 
lonne, onanisme. 

Tapette © s.t. |j 4. Langue. — Ba- 
vard (par ext.). — Quelle tapette ! 
quelle langue I Quel bavard! || 
2. Pédéraste. = Tata. 

Tapeur s.m. Emprunteur. — 
Individu toujours en quête d'une 
dupe. « La plus pénible des an- 
goisses étrangle, dans la gorge 
les paroles prêtes à crever en 
sanglots de celui qui tablant sur 
d*ancctueux souvenirs fait appel 
à un familier. J'excepte, bien en- 
tendu, de ce cas, les « tapeurs » 



— ces mendigos de la Haute! 
Chaque situation, comme chaque 
profession, a ses tares... et ses 
exploiteurs ! « (Séverine). 

Tapeuse s.f . Tapeuse du tal, 
prostituée qui sait se retourner. 

Tapin Qs.m. Tambour ; (celui qui 
en bat). 

Tapiner = Tapiquer % v.n. Se 
cacher. — Se mettre à l'abri. 

Tapis # s.m. || i. Cabaret. — 
Taverne. — || 2. Table de jeu. — 
O Tapis franc, bouge. — Le ta- 
pis brûlel il attend les mises 
(arg. des joueurs). — Etre au ta- 
pis, rester spectateur du jeu après 
avoir tout perdu. — Tapis vert, 
Il i. Table de jeu. || 2. Pré, 
prairie, pelouse, gazon. — Jardi- 
ner sur le tapis vert, jouer. — 
Tapis bleu, ciel. — Tapis de 
pied, flatteur, flagorneur. — Ta- 
pis de dégelés, la Morgue. — Ta- 
pis d'endossé, châle, fichu. — Ta- 
pis de grives, cantine. — Tapis de 
malades, cantine de prisonniers- 

— Tapis de refaite, restaurant, 
table d'hôte. 

Tapisserie O s.t. Faire tapisserie, 
se dit des personnes qui dans un 
bal se contentent de regarder 
danser les autres. 

Tapissier, iére. 9 s. Cabaretier. 
Voy. Tapis (i). 

Tapoteur, euse Q s* Celui qui 
tapote du piano, qui en joue mal. 

Tapotoir s.m. Mauvais piano. 

Tappe # s.f. Voy Tap. 

Taq a. Haut. 

Taquer # v.a. Hausser. — Elever. 

Taqueté fchor.). s.m. || 1. Viva- 
cité. — Agilité. Il 2. Petits mou- 
vements exécutés sur la pointe 
des pieds. 

Taquine % a. et s.f. Haute. — 
Hauteur. 

Taquiner % v.a. Taquiner la dame 
de pique, jouer aux cartes. — 



TARASQUE. 



— 281 — 



TATOUILLE. 



Taquinei* les dents d'éléphantSy 
jouer du piano. 

Tarasque Q "•P''- ^^ s.f. Monstre 
qui fut enchaîné par sainte Marthe 
àTarascon. — La machine qui la 
représente. (Du grec téraSy té- 
ratos^ monstre.) 

Tarauder v.a. v.n. etv.pr. Bat- 
tre. — Tarabuster. — Tourmen- 
ter. — Se tarauder j se disputer. 

Tarde (V). s. f. La nuit. 

Et sur la larde 
Dcsboursçz les pauvres nyois. 

(Vuxorc.) 

— Sur le tard veut dire la nuit. 
Cette expression française était 
déjà usitée au xiv" siècle. 

Taroque 9 s.f. Marque ; (de tarots, 
marques sur les- cartes à jouer). 

Taroquer % v.a. Marquer. 

Tarre # s.f. Voy. Tire. 

Tartare Os.m. 'Apprenti tailleur. 
(Delvau) 

Tarte © s.f. Faux. -^ Mauvais. — 
Momi fleur tarte y fauxmonnayeur. 
Tarte bourbonnaise ^ bourbier. 

Tartempion O r. pr. m. Individu 
quelconque. « C'est M. de X..., un 
rupin ; s'il s'appelait seulement 
Tartempion on le foutrait de- 
dans. » 

Tarter v.n. = Tartir, faire ses 
besoins. 

Les ronfleurs, ça m'fail tarter, 

(Ch. des Gueux.) 

Tartier % s.m. Faux monnayeur. 

Voy. Tarte. 
Tartine O s.f. Article de journal. 

— Il y en a une vraie tartine, il 
y en a long. — Quelle tartine! 
mes enfants! que c'est long! — 
9 1)1. Tartines y souliers (les se- 
melles ont la forme d'une tar- 
tine). 

Tartiner O v.n. et v.a. Ecrire en 
allongeant son sujet pour que 



l'article payé à la ligne rapporte 
davantage à son auteur. 

Tartinier Q s.m. Ecrivain qui a 
Thabitude de tartinei^y v.c.m. 

Tartir % v.n. Voy. Tarter. 

Tartouse % s.f.' Menotte, (pour 
tortouse, v.c.m.). 

Tartuferie Q s.f. Mensonge. — 
Fausseté. — Lâcheté. — Hypo- 
crisie. 

Tas s.m. Individu nonchalant. 
— Prendre sur le tas, prendre sur 
le fait, en flagrant délit. — Faire 
son tas ou rester en tas, s'accrou- 
pir, se ramasser sur soi-même, 
se reposer. « Elle demandait son 
plaisir, rester en tas, tourner ses 
pouces, )> (E. Zola.) — % Tas de 
pierreSy Paris, — Prison. Voy. 
Taper. 

Tasse Q (tyP-)- s.f. La grande 
tasse, la mer, grande étendue 
d'eau. — Boire à la grande tasse, 
se noyer. 

Tasseau s.m. Le nez. — Se 
sécher le tasseau, se moucher. — 
Se piquer le tasseau = Se piquer 
le nez. 

Tassement O s.m. Fairettn tasse- 
ment, prendre un verre de cognac 
entre acux plats. 

Tata s.f. Abrév. de tapette, 
v.c.m. (2) — O Madame Tata, 
mijaurée. — Faire sa tata, faire 
l'importante. 

T&te-minette s.f. Sage-femme. 

Tâte-pouie Q s.m. Homme qui 
s'occupe de ce qui regarde ordi- 
nairement les femmes. 

Tâter O v.a. et v.n. Voy. Peloter. 

T&teur O s.m. Voy.' Peloteur 

Tâ.teuse 9 s. f. Fausse clé. 

Tâ.tez-y s.m. Petit bijou que les 
jeunes filles portent sur la gorge. 

Tatouille s.f. Raclée ; (pour ra- 
tatouille, bouillie). — Flanquer 
une tatouille^ battre, mettre en 
bouillie. 



TEXTE. 



— 28» — 



TIRE. 



Texte s.m. Colla tionnei* les textes, 
coïlcr (unification). 

Tëzig # ^:= Tëzis (B) pr. pers. 
Voy. Tésière. 

Thapsia © s.m. Voy. Emplâtre, 

Thomain (thé.) s.m.'Uôlc insigni- 
fiant. 

Thomas n.pr.m. Tinette. — 
Pot de nuit. — La mère ou la 
veuve Thomas, chaise percée. — 
Avoir avalé Thomas, avoir mau- 
vaise haleine. — Vasser la jambe à 
Thomas, vider la tinette aux ex- 
créments ou le pot de nuit. 

Thune 9 s.f. Pièce d'argent. — 
Thune de cinq balles, pièce de 
cinq francs en argent. — De la 
thune, de Targent. — Fader les 
thunes, partager Targent. 

Tiche # s.f. Bénéfice. — Profit. 

— Aubaine. 

Ticket O s.m. Petit morceau de 
carton, donnant le droit d'entrée 
ou à recevoir un pavement « Ti- 
cket de courses, de chemin de fer, 
d'exposition, etc., etc. » — Ce 
mot est ang.,nous dirions en fr. : 
billet ou carte. 

Tier^e 9 s.f. Classe. — Bande. — 
Société. — Tierces des pègres, 
bande de voleurs. — Pour tiers, 
le tiers état, le peuple. — Il y a 
de la tierce, la police est en nom- 
bre. (Rigaud) 

Tiffes s.f. pi. Cheveux. 

Tignasse O s.f. Chevelure touf- 
fue et en désordre. 

Tigne % s.f. La foule, le monde. 

— S'ébattre dans la tigue, voler 
dans la foule. — Multitude com- 
pacte. Suédois tung, serré, ang. 
tight, ail. dicht, m. s. [Timmermans]. 

Tigner % v.n. Tigner d'esbrouffe, 
voler dans la foule. 

Tigre O s.m. ||1. Danseuse du 
corps de ballet supérieure au rat 
v.c.m. Il 2.=: Groom, jeune valet. 

Timbale O s.f. Décrocher la tim- 



bale, arriver le premier ; rempor- 
ter le prix. 

Tinette s.f.* Chevalier de la «i- 
nette, vidangeur. — Fermer sa 
tinette, se taire. — #pl. Tinettes, 
bottes. 

Tinteur % (obsc.) s.m. Pédéraste. 

Tintillement Q s.m. Bruit de la 
monnaie qui sonne. 

TintillerQ v.n. Sonner, pour tin- 
ter, m. s. 

Tintinnabulant O ^- Qui sonne. 
« Il m'a payé en bonnes es- 
pèces sonnantes et tintinnabu- 
lantes, » 

Tintouin % s.m. Tintouin du re- 
naud, dispute. 

Tintouiner (se) O v-pr. Se tour- 
menter. 

Tipster (sport.) s.m. Individu qui 
donne avant la course les gagnants 
probables. 

Tiquante # s.f. = Têtue, Epin- 
gle. 

Tique 9 s.f. La tique, la terre. — 
Soûl comme une tique, complète- 
ment ivre ; (la tique boit le sang 
des animaux). 

Tiquer 0# v.n. ||i. Faire un 
signe* de tôle. — Hocher la télé. 
Il 2. Voler à la care, v.c.m. 

Tirades % s.f. Travaux forcés. — 
pi. Tirades, fers de forçat. 

Tirage s.m. Difficulté. — Il y 
aura du tirage, ce sera long, pé- 
nible, difficile. 

TiraiUon 9 s.m. Apprenti voleur. 

Tiranger 9v.a. Tir ang er la brème j 
tirer les caries. 

Tirangeur, euse 9 s. Tirangeur 
de brèmes, cartomancien. 

Tirant % s.m. || i. Fil. — Lacet. 
Il 2. Bas. — Tirants de filsange^ 
bas de soie écrus. — Tirants ra- 
doucis ou doux, bas de soie. — 
Tirants de trimilets, bas de coton. 

Tirante 9 s.f. Jarretière. 

Tire # s.f. =r Tarre, Faire la tire 




TIRE-BOGUES. — 285 — 



TIRER. 



= Voler à la h're, voler dans les 
poches. — Voleur à la iire=^Vick- 
itocket. — Grande tire, grandVoule. 

Tire-bogues 9 s. m. Voleur de 
montres. 

Tire-fiacre Q m. Viande coriace ; 
(comme la viande de cheval). 

Tire-gosse s.m. = Tirc-mom^, 
accoucheuse. — Sage-femme. 

Tire-Jus s.m. = Tire-moelle. 
Mouchoir. 

Tirejuter (se) v.pr. Se mou- 
cher. 

Tire-liard s.m. = Grippe-sou. 

— Avare qui fait de petits gains 
sordides. 

Tireligne s.m. Architecte. — 
Commis d'architecte. 

Tirelire s.f. \\i. Tête. — Avoir 
un cafard dans laiirelire, ôtre to- 
qué. Il 2. Derrière (par antithèse). 
Il 3. L'estomac. — Se coller un li- 
tron dans la tirelire, boire un litre. 
Il 4. Le ventre. — Avoir un petit 
salé dans la tirelire, être enceinte. 
Il 5. Prison. 

Mais faut croir'que ça doit pas s'dira 
Puisque, pour s'élr' fait mon écbo, 
On l'a fourré flans ta tir'lire 
Avec les pègrcn d'I'iMugo. 

(Chanson des Guevx.) 

Tlre-l'œil Os.m. Objet voyant qui 
attire Tatlention, le regard. 

Tire-moelle 0s.m. Vov. Tire- jus. 

Tire-môme s.m. "Voy. Tire- 
gosse. 

Tiremonde O n.pr. f. Madame Ti- 
remonde, sage-femme. 

Tire-point s.m. Pour tiers-point, 
alêne de cordonnier. 

Tire-poire s.m. Photographe. 

— Allus. à la poire en caoutchouc 
sur laquelle il appuie pour décou- 
vrir l'objectif. 

Tirer#v.n.,v.a. etv.pr. || i. Voler 
à la tire. || 2. Faire. — fai tiré 
deux berges à la bonde, j'ai fait 
deux ans à la prison centrale. 



Tirer du plan = Tirei' un ger be- 
rnent ou tin sapement, j)urger une 
condamnation. — Se tirer z=zSe la 
tire)' = Se tir^r des flûtes, des pieds, 
des pattes, c^tc. =1 Tirer le chaus- 
son, ses guêtres, s'enfuir. — A pré- 
sent on peut tirer l'échelle, c'est 
fini. — Tirer au cul, faire son pos- 
sible pour éviter le travail. — Ti- 
rer une dent, escroquer de l'argent. 
(Michel) — (obsc.) Ttrerson coup 
= Tirer une râpée, coïter. — Tirer 
sa coupe, nager, et par cxt., se 

fïromencl*.— Tire»* aux grenadiers, 
aisser faire aux autres les corvées 
et le travail pénible. Les grena- 
diers étaient autrefois exempts de 
certaines corvées. (Larchey) — Ti- 
rer la langue, attendre vainement ; 
souffrir dans l'attente d'une chose. 

— (lilt.) Tirera la ligne, allonger 
un récit, une chronique, un feuil- 
leton, dans le seul but de gagner 
plus d'argent, le travail étant payé 
à la li^e. — Tirer sa longe, traî- 
ner la jambe. — Tirer au mur, tra- 
vailler sans résultat. — Tirer une 
chose de longueur, aller la cher- 
cher très loin, employer des 
moyens détournés pour la faire 
réussir. — Tirer Vceil, attirer l'at- 
tention. — Tirei* des poires, faire 

, des contorsions. (Larcuet) — r # 
Tirer une coupe sur le grand fleuche 
aller à la Nouvelle-CUêdonie. — 
Tirer des plans, faire des projets. 

— Tirer des plans sur la comète, 
avoir des projets irréalisables, -r- 
Tirer une carotte, mentir. — Se 
tirer d'épaisseur, diminuer. — Le 
travail se tire d'épaisseur, il est 
bientôt terminé. — Tirer la ficelle 
= Baisser le ndeau, terminer une 
chose. — (obsc.) Se la tirer, ona- 
nisme. — Tirer au flanc, manquer 
de parole = Carottei* le service. 

— tirer un gosse, accoucher une 
femme. — Tirer à boulets rouges 



TIBETAINE. 



— 286 — 



TOMBER. 



sur quelqu'uriy le poursuivre de- 
vant les tribunaux. — Tirer à soi 
= Tirer toute la couverturey ac* 
caparer. 

Tiretaine # s. m. Voleur de cam- 
pagne. — J.d.m. sur tirer, voler, 
et sur tiretaine, étoffe grossière 
autrefois portée par les campa- 
gnards. (Larchet) 

Tireur s.m. Voleur à la tire, v.c.m. 

Timoles(B) s.f.pl. Les triquehou- 
zcs ou guêtres de drap. 

Tiroir © s.m. Voy. Polichinelle, — 
Filouterie de jeu ; elle consiste 
en Tenlèvement des trois as. 
(Larchet) 

Tiron # s.m. Route, chemin. 

Tisanier Q s.m. Garde-malade- 
Infirmier. 

Titi O s.m. = Gavroche. \\i. Ga- 
min de Paris. || 2. Typographe. || 
3. Volaille. 

Titine s.f. Bottine. 

Toast O s.m. = Toste Proposition, 
action de boire à quelque inten- 
tion particulière. « Porter un 
toast. » 

Toaster O v.n . = Toster, Proposer, 
exécuter un toast, v.c.m. 

Toc® s.m. ei^,=zToquasse=:Toque. 
I[l. Faux. — Faux bijoux, faux 
diamants. — Cest du toc, c'est du 
faux. Il 2. Laid. — Affreux. —-EUe 
est rien toc, elle est très laide. || 
3. Absurde, bote, stupide. - Cest 
toc, c'est absurde. j| 4. 9 Bour- 
reau de bagne. 

Tocandin, ine O s. Vieux libertin. 

— Vieille femme galante et co- 
quette. 

Tocard, arde O ^' Laid. — Vieux. 

— Usé. — Absurde. — Devenir 
tocard, devenir vieux. 

Tocasse # a.f. Laide, ridicule. 
Tocasserie % s.f. Méchanceté. 
Tocasson s.m. Laid. — Vilain. 

— Quel tocasson! quelle repous- 
soir I 



Toccange % s.f. Voy. Côcange, 

Toccante s.f. = Toquante. Mon- 
tre. 

Toc-toc a. et s.m. Abrév. de to- 
qué, v.c.m. 

Togae # a. Malin. 

Toil© O © s.f. (thé). Faire de la 
toile, improviser un passage de 
son rôle quand on a oublié le texte. 
— Les toiles sê touchent, plus d*ar- 
gent, plus rien dans les poches. — 
Etre dans la toile^ être en prison. 

Toilette O s.f. La tiklette pour les 
condamnés à mort consiste dans la 
coupe des cheveux et Téchancrure 
du col de la chemise. 

Toiser O v.a. Toiser quelquim^ le 
dévisager. — Regarder des pieds 
à la tète. — Il est toisé, il est jugé. 

Toison s.f. Chevelure abondante. 

Toiture s.f. Chapeau. 

Tôle # s.f. = Taule, v.c.m. Der- 
rière. — (mar.) Grosse tôle, pri- 
son. 

Tolède 0"'Pr* f* ^^ Tolède, de pre- 
mière force, de première qualité. 
« Prends ta bonne plume (le Tolède 
et réponds-lui vertement. » (Allus. 
à la renommée des lames de To- 
lède). 

Tollard # s.m. || i. Bourreau. j| 
2. Lit de camp des forçats. 

Tomate s.f. Faire la sauce to- 
mate = jEcroser des tomates, avoir 
ses menstrues. — Q Rester co'itme 
une tomate, rester ébahi ; (en deve- 
nir rouge comme une tomate). 

Tombale Q s.m. Action de dé- 
pouiller ou de mettre dans Tinfé- 
riorité. 

Tombeau s.m. Cest le tombeau 
des secrets, c'est une personne dis- 
crète. 

Tomber O v.n. Vaincre. — 9 Tom- 
ber en liiharge, être au secret 
(pour léthargie, sommeil prolon- 
é). — Tomber dans le bœuf, dans 
a débine, dans la limonade, dcvc- 



fÔ 



TOMBEUn. 



— 287 — 



TORCHÉ. 



nir misérable. — Tomber sur un 
coup de poing, recevoir un coup 
de poing. — Tomber sous la coupe 
de quelqu'un, devenir dépendant 
de quelqu'un. — Tomber sur quel- 
qu'un, le battre, l'éreinter, le mal- 
mener. — Tomber dessus, saisir, 
empoigner. — Tomber sur le dos 
et se casser le nez, ne réussir en 
rien. — Tomber sur le dos et se 
faire une bosse au ventre, perdre 
sa virginité et devenir enceinte — 
Tomber en frime, se rencontrer 
face à face. — Tomber à pic, arri- 
ver à point. — Tomber pile, tom- 
ber sur le dos. — 9 Tomber ma- 
lade, être arrêté. — (thé.). Tomber 
^n figure, entrer en scène. — © 
Ov.a. Tomber quelqu'un, le met- 
tre en état d'infériorité. 

Tombeur Q s.m. || i. Celui qui dé- 
truit une reiM)mmée ou une repu 
tation soit par sa supériorité, sou 
par ses critiques violentes. Il 2. Un 
tombeur de femmes, séducteur. || 
3. Mauvais acteur. 

Toxnbô (mill.) s.m. Fausse poche 

3ui orne la veste des zouaves et 
es tirailleurs algériens; la cou- 
leur du tomba varie selon le régi- 
ment. 

Tondeur 0s.m. Tondeur de nappes, 
pique-assiette. — Tondeur d*œufs, 
avare. 

Tondre O v.a. || i. Au jeu de car- 
tes, tondre se dit pour prendre. 
« Je joue carreau. — Et moi, ^e le 
tonds, » Il 2. Exploiter un naît. — 
Il se laisse tondre la laine sur le 
dos, il se laisse exploiter. 

Tondu s.m. Le petit tondu=zLe 
petit caporal, Napoléon I*'. 

Tonneau s.m. Acabit (bon ou 
mauvais). — Composition. — Etre 
d'un bon tonneau, être d'un bon 
acabit, de bonne composition. — 
Cest du même tonneau, de môme 
composition, c'est la même chose. 



— Etre d'un fort tonneau, être 
très bête. 

Tonnerre Os. m. Tonnetre depoche, 
pet. 

Tonnitruant Q s-"™- Bruyant. — 
Retentissant ; — Il avait une voix 
tonnitruante, il avait une voix re- 
tentissante (m. à m., comme le 
bruit du tonnerre). 

Tonton (enf.) s.m. Oncle. 

Topard (mil.) s.m. Voy. Topo. 

Toper v.n. Se frapper dans la 
main en signe de reconnaissance 
entre compagnons ; (pour taper). 
« Tope-là, t'es un frère. » 

Topiser va. Dévisager. — Re- 
connaître. 

Topo (mil., écol.) s.m. = Topard. 
Il 1. Officier d'état-major (il s'oc- 
cupe de topographie). || 2. Com- 
munication aux élèves, qu'on fait 
circuler dans les salles d étude. 

Toquade O s.f. jj i. Caprice « Cest 
une toquade, ça passera, » || 2. Ma- 
nie. — Avoir la toquade des bibe- 
lots, avoir la manie du bric-à-brac. 

Toquante s.f. Voy. Toccante. 

Toquasse s.m. et a. Voy. Toc. 

Toque s.m. et a. Voy. Toc. 

Toqué = Toquemann O A- ^^ s*^- 
= Toc- toc. Un peu fou. — Touché, 
frappé dans un sens flg., qui a le 
cerveau dérangé. « Cest un to- 
qué. » 

Toquer Q v.pr. et v.n. || 1. Tou- 
cher; frapper (vx. fr.). — Se to- 
quer de quelqu'un, de quelque 
chose, se frapper ; s'engouer. || 2. 
(typ.). Remplacer un compositeur 
dans une partie de son travail. 

Toquet s.m. En avoir dans le 
loquet, être ivre. 

Toqneur (typ.) s.m. Compositeur 
employé par un autre pour le rem- 
placer! 

Torché O P&rt. m. Fait. « Bien ou 
mal torché. » 

Torche-cul © O s.m. Ecrit ou 



TORCHÉE. 



— 288 — 



TOUCHE. 



imprimé sans valeur. (Rigaud) 

Torcnée © s.f. Raclée. — Correc- 
tion. 

Torcher v.a. et v.pr. Faire. — O 
Toi'cher le couplet^ faire des chan- 
sonnetles. —0 TorcAer la gueule, 
battre; frapper au visage. — Se 
torcher, se battre. — Il peut s'en 
torcher le nez, le bec, il s'en pas- 
sera. — Torcher un plat, vider un 
plat. — (mar.) Torcher de la toile, 
se hâter. 

Torchette Q s. t. Net comme tor- 
chette, propre, clair; limpide; 
soigne. 

Torchon s.m. Fille malpropre. 
— Prostituée de bas étage.— (mil). 
Coup de torchon, coup de sabre. 

— Se donner un coup de torchon, 
se battre. — Le torchon brûle, la 
discorde est dans le ménage. 

Torchonner v.a. Battre. 
Tordant a. Voy. Gondolant. 
Tord-boyaux *0 s.m. Mauvaise 

eau-de-vie. 
Tordre v.a. et v.pr. Tordre le 

cou à un lapin, manger un lapin. 

— Tordre le cou à une négresse, 
boire une bouteille de vin. — # 
Tordre la vis, Voy. Tortiller (6). 
-^ Se tordre Q v.pr. Voy. Se gon- 
doler. 

Tordu Oa-iï^-^'olé au jeu. « Lepi- 
geon est d'abord tordu, ensuite il 
est plumé. » 

Torgnole s.f. Coup. — Gifle. 

— Correction. — Allonger une 
torgnole, donner un coup. — 

Tomiquet s.m. Voy. Tourni- 
quet (1). 

Torpiaude s.f. Prostituée. 

Torpille Q s.f. Femme galante ; 
(très nerveuse). 

Torse O s.m. Le corps humain. — 
L'estomac. — Poser pour le torse, 
poser pour la carrure, la taille. 

— Se garnir le torse, manger et 
boire. 



Torseur s.m. Celui qui pose 
pour le toi'se, v.c.m. 

Tortillade # s.f. Nourriture. 

Tortillante # s.f. Vigne. 

Tortillard # s.m. || 1. Fil de fer 
ou de laiton. Il 2. (St-C.) Canon. 
Il 3. Boiteux. — Bancal. — Con- 
trefait. 

Tortillé s.m. et a. Mort. 

Tortiller Q v.a. et v.n. || i. Man- 
ger= Tortiller du bec. |l 2. Avouer 
= Manger le morceau. \\ 3. Tortil- 
ler le carton, jouer aux cartes. || 
4. Tergiverser. — Jl n'y a pas à 
tortiller, il n'y a pas à prendre de 
détours. Il 5. Tortiller de Veeil^ 
mourir. Il 6. 9 Tortiller la vis à 

. quelqu^un = Tordre, tourner la 
vis, étrangler. 

Tortillon O s.m. Gâteau en forme 
de couronne. — Du prov. tortillOf 
m. s. 

Tortorage 9 s.m. Aliments. — 
Nourriture. 

Tortore # s.f. Nourriture. — Pcm-^ 
ser à la tortore, manger. 

Tortorer % v.a. et v.n. Manger. 

Uuë qu' ^'y^ fouirai dans la tromp«Ue, 
A c*lancier*là, s'il vient vivant ? 
A moins qu'il sorte un jour que J'pète 
Et qu'il veuille tortorer du vent. 

{Ch. des Gueux). 

— Tortoi'er le pain à cacheter ^ com- 
munier. 

Tortouse 9 s.f. Voy. Tourtouse. 

Tortu 9 s.m. et à. Vin. — Bots 
tortu, \igne. 

Tortue # s.f. Prostituée. — 
Faire la tortue, jeûner. 

Toste O s.m. Voy. Toast. 

Tester Q v.n. Voy. Toaster. 

Toto (cnf.) s.m. Sein. 

Touche s.f. Allure. — Tournure. 
Attitude. — Mine. — Mise. — Avoir 
une bonne touche, une drôle de 
touche, être mal mis (iro.) — 
Touches de piano, dents. — Gare 
la touche ! çi^&re aux coups! 




TOUCHÉ. 



— 289 — 



TOURNEB. 



Touché O a. Bien fait. — Cest tou- 
che^ c'est bien fait. — Se dit d'un 
tableau, d'un article de journal, 
d'un discours bien faits. — Il est 
touché, il est sérieusement atteint. 

Toucher Q © v.a. et v.n. Frapper 
fort, (iro.) [Larciiey] — Toucher 
la cuillère^ donner la main [id). 
Toucher son prêt =^ Aller aux épi- 
nards, se dit du souteneur qui 
prend l'argent de sa maîtresse. — 
Toucher à la marchandise = Pelo- 
ter y v.c.m. — v.pr. Se toucher y 
pratiquer l'onanisme. 

Touillaud a. et s.m. || 1. Gai. — 
Gaillard. || 2. Franc luron. 

Touiller © v.a. et v.n. Môler. — 
Touiller les dominos, les cartes, les 
mêler. 

Toulabre = Toulmuche % n.pr. 
Toulon. 

Touloire (V) s.f. Voy. Couloire. 

Toupet © s.m. Audace. — Effron- 
terie. — Se foutre dans le toupet, 
se mettre en tête. — Toupet de 
commissaire •= Toupet bœuf, au- 
dace excessive. — Payer de toupet, 
paver d'audace. — Faux toupet, 
individu arriéré. 

Toupie ©s.f. Il 1. Tête. Il 2. Terme 
de méprisa l'adresse d'une femme. 

— Faire ronfler sa toupie, se dit 
du souteneur qui fait marcher sa 
maltresse. 

Toupin 9 s.m. Boisseau. 
Toupiner % v.a. Mesurer au bois- 
seau. 
Tour 9 s.f. Le Palais de Justice. 

— Le Dépôt de la préfecture de 
police = Tour pointue. 

Tour O s.m. A son tour de bête, 
avancer à l'ancienneté. — © Con- 
naître le tour, connaître la ma- 
nière de faire. — Faire voir le tour, 
tromper. — % Se donner un tour 
de clef, se reposer, rester chez 
soi. — Donner un tour de cravate, 
étrangler. 



Tourbe © s.f. Ennui. — Misère. 
Etre dans la tourbe, Ctire dans la 
misère. 

Tourier © s.m. Aide-pâtissier. 

Tourloure © s.m. Voy. Tourlou 
rou. 

Tourlonrer % v.a. Pour Fourlou- 
rer. Tuer. 

Tourlourou © s.m. = Tourloure, 
Fantassin. — Du vx mot turelureau, 
soldat de garnison ; au xiv« siècle, 
la turelure était une sorte de châ- 
teau flanqué de tourelles. (Larchey) 

Tourmente % s.f. Colique. 

Tour mort 9 s.m. Faire tourmort 
et d^mi-clé sur lepertuis aux légu- 
mes, étrangler. 

Tournant© s.m. Tournant de por- 
celaine, jeu de tourniquet, où les 
lots sont généralement des objets 
de porcelaine. — Ces jeux sont 
souvent truqués; le tenancier re- 
pousse les piquants enrubannés 
de rouge des gros lots, si bien que 
la lame d'acier ne peut s'y arrêter. 

Tournante © s.f. ij 1." Montre. 
Il 2. Clé. 

Tourné 9 a. Mou. 

Tonrne-à-gauche © s.m. = Sau- 
teur, Hurluberlu. — Etourdi. — 
Celui qui change aisément de 
parti. 

Tourne-autour © s.m. Tonne- 
lier. 

Tourne-broche O s.m. Remonter le 
toume-broche, rappeler à Tordre. 

Tourne-de-l'œil © n.pr.f. Sophie 
Tourne-de-Vceil, la Mort. 

Tournée ©s.f. || i. Tournée pas- 
torale, faire la noce, aller de ca- 
baret en cabaret, etc. — Offrir 
ou payer une tournée, offrir ou 
payera boire (à son tour|. Tour- 
née d'arrosage, celle que l'on boit 
sur le comptoir. || 2. Raclée. — 
Payer une tournée, battre. — Re- 
cevoir une tournée, être battu. 

Tourner © v.a. et v.n. Tourner 

19 



TOURNEVIS. 



— 290 — TRAINE-PAILLASSE. 



d'un gueuleton^ offrir un repas. — 
Faire tourner en bourrique^ abru- 
tir. — (obsc.) Tourner le feuillet , 
pédérastie. — © Tourner de VœiL 
Il 1. Dormir. || 2. Se pâmer. || 
3. Mourir. — Tourner au vinaigre ^ 
devenir misérable. — Tourner la 
vis. Voy. Tortiller (6). 

Tournevis s.m. |[ 1. Chapeau 
à cornes; (allus. à la forme), jj 2. 
Gendarme ; (il porte le chapeau à 
cornes). 

Tonmiqoet 9 s.m. || 1. Mou- 
lin = Torniquet. \\ 2. Chirur- 
gien de marine. [Delval] 

Tourte © s.f. || 1. Imbécile. — 
Avoir une écrevisse dans la tourte^ 
avoir le cerveau détraqué. || 2. 
Vieille coquette. 

Toartouse # s.f. = Tartouse = 

Tortouse. Corde. — Gambilleurde 

tourtouse \\ i. Danseur de corde. 

Il 2. Autrefois, le bourreau qui 

pendait. 

Tourtouser v.a. Attacher. — 
Lier. — Garrotter. 

Tourtouserie # s.f. Corderic. 

Tourtousier # s.m. Cordier. 

Tourtousine # s.f. Ficelle. — 
Liens. — Menottes. 

Touser # v.n. Faire ses besoins. 

Tousser ^ v.n. C est que je tousse j 
formule ironique pour dire : Ce 
n'est pas vrai, en réponse à une 
question négative. Ex. — Vous 

. n'aimez pas le Bourgogne ? — 
Non, c'est que je tousse. — Faire 
tousser, soutirer de l'argent. 

Tout # adv. Tout de ce, très 
bien. 

Tout (sport.) s.m.pron. Taout. In- 
dividu fréquentant les champs 
d'entraînement pour renseigner 
sur les chances probables des 
meilleurs chevaux de courses. 
[Parent] 

Toute-Ia-lyrè O s.m. Transport, 
enthousiasme, toute la lyre, c'est- 



à-dire emporter l'imagination dans 
des sphères supérieures. 

Toutime # a. Tout. 

Tout-Paris s.m. Le Tout-Paris des 
premières, Q le monde élégant, les 
personnalités littéraires, ou artis- 
tiques, enfin tous ceux qui ont 
quelque notoriété et que Ton ren- 
contre dans toutes les réunions 
mondaines. 

Trac O s.m. Crainte. — Peur. — 
Avoir le trac = Traquer, avoir 
peur, u J'étais certes très émue 
en entrant en scène, j*avais, 
comme la plupart des artistes à 
leur début, un trac énorme. » — 
Flanquer le trac, faire peur. — 
Pour Dreck, mot ail. qui veut 
dire excrément. 

Tractis # a. Doux. — Suave. 

Train Q s.m. Grand bruit. — 
Etre dans le train, être dans le 
goût du jour = Etre dans le mou- 
vement. — Etre en train, avoir de 
l'entrain (j.d.m.) — Etre en train 
de, être occupé à..., exécuter. — 
Manquer le train, manquer une 
occasion, arriver trop tard. — 
Du train! vivement. — Coup de 
pied dans le train, coup de pied 
dans le derrière. — Train 6uiitc, 
train express entre Nice et Monte- 
Carlo. — Train jaune = Train 
des maris, train que prennent les 
négociants mariés qui vont re- 
trouver leurs fçmmes aux bains 
de mer. 

Traine-Ia-patte O s.m. Miséra- 
ble. « Les malheureux mangeaient 
la soupe; en reprenaient; mais 
quand, pour dessert, les discours 
commençaient, ils filaient. Je l'ai 
vu ! Seuls demeuraient les tratne- 
la-patte, trop las, ou le cuir en- 
tamé. » (Séverine) 
Traînée s.f. Prostituée. 
Tratne-paillasse O (mil.) s.m. 
Fourrier. 




TRAINER. 



— 291 -— 



TRAVIOLE. 



Traîner v.a. Traîner le cheval | Transversale Q (joueurs) s.f. 
mortf avoir touclié son salaire à Jouer la transversale, jouer sur 



Tavance. — Traîner ses guêtres 
= Tiimballer, errer. — Traîner 
la savate y vivre misérablement. 

Tratneur © s. m. Traineur de sa- 
bre, fier-à-bras, bretleur, ferrail- 
leur. 

Tralneuse # s.f. Robe longue. 

Trainglot Q (n^il-) s.m. = Trin- 
glo = Trinylot. Soldat du train 
des équipages. 

Train-train O s.m. Aller son 
train-trainy son petit irain^train 
= Aller son petit bonhomme de 
chemin, aller tranquillement, tout 
doucement. 

Traisse (arg. des juifs) a. Etre 
traisse, être pris en flagrant délit. 

Trait Q s.m. Faire des traits à sa 
femme, lui faire des infidélités. 

Tralala s.m. Grand tralala, 

frande toilette, grand apparat. — 
e mettre sur son grand tralala, 
faire grand étalage de ce que 
Ton a. 

Tram s.m. abrév. de tramway, 
v.c.m. 

TramvT^ay Q s.m. = Tram. Omni- 
bus sur rail, (mot ang.) — Dans le 
Nord de la France on rappelle car. 

Tranche s.f. Tôte. — Visage. — 
J'ai soupe de ta tranche, j'ai assez j 
de toi. — En avoir une tranche, 
être sot. 

Tranche-ardent # s.m. Mou- 
chettes. 

Tranche-fromage (mil.) s.m. Sa- 
bre. — Sabre-baïonnette. 

Trancheur # s.m. Voleur. — Il 
coupe une vitre, passe la main et 
ouvre Tespagnolette en retenant 
le carreau ayec une boule de poix 
ou de mastic. [Larchey] 

Tranquille Q a. Tranquille comme 
Baptiste, calme, lent. 

Transparent # s.m. Personne 
délicate et mince. 



trois numéros à la roulette. 

Trappillon(thé.)s.m. Petite trappe. 

Traquer v.n. Avoir le trac, 
v.c.m. 

Traqueur0s.m. Poltron. — Peu- 
reux. 

Travail # s.m, = Turbin. Pour le 
malfaiteur le travail c'est le vol, 
l'assassinat, Tefifraction. — Pour 
le grec, c'est la tricherie. — Pour 
la prostituée, c'est le racolage. 

— C'est, pour chacun, ce qui le 
fait vivre. 

Travailler # v.n. et v.a. || 1. Voler. 

— Assassiner. « Vous me deman- 
dez ce que nous avons fait à 
Maisons -Laffitte, je vous assure 
que je n'ai pas travaillé avec le 
Rouquin et le Zouave. » (Le crime 
de Maisons-Laffitte, 1893. Interr. 
du Petit-Chariot.) || 2. Exercer 
la prostitution ou gagner sa vie 
par tout autre moyen inavouable. 

— Travailler pour la gloire le roi 
de Prusse, le grand Turc, gratis pro 
Deo, à Vœil^ travailler pour rien. 

— Travailler les côtes, le casa- 
quin, battre. — Travailler des 
mâchoires, manger. 

Travailleur, euse# s. || 1. Vo- 
leur. Il 2. Prostituée. 
Traverse # s.f. Travaux forcés. 

— En traverse à perte de vue, aux 
travaux forcés à perpétuité. 

Traversin s.m. Fantassin. (Ri- 
gaud) — Se fiche un coup de tra- 
versin, dormir. 

S'rait pas trop tôt que j'pionce un brin : 
C'que j'vas m fout un coup d'traoersiu ! 
{La Muae à Bibi). 

Travesti (thé.) s.m. Rôle de femme 
travesti en homme ou d'homme 
travesti en femme. « Les Ren- 
dez-vous bourgeois est une pièce 
qui se joue en travestis. » 

Tra viole # s.f. Avoir des tra- 



TRÉBUCHET. 



— 292 — 



TRICHER. 



violes, avoir des contrariétés; (des 
obstacles se mettent en travers). 
— adv. De travioley de travers. 

Trëbuchet # s. m. Guillotine. 

Tref © # s.m. Abrév. de Trèfle, 
v.c.m. 

Trèfle © # s.m. || i. Tabac = 
Trifois. — Passer au trèfle = Pas- 
ser à tabaCf v.c.m. || 2. Argent. 
Il 3. Anus. 

Trëflière = Trèfouine © # s.f. 
Tabatière. 

Tremblant © s.m. Lit. 

Tremblante # s.f. Fièvre. 

Tremblement © (mil.) s.m. J| i. 
Amas, rassemblement. — Tout 
le tremblement, Tensemble. || 2. 
La bataille, rengagement géné- 
ral, la mêlée. — Var. de turbin, 
travail, trouble, et de (our6edans 
le sens argotique, J.d.m. sur trem- 
blement, trépidation. [Timmer- 

MANS.] 

Trembleuse O s.f. Sonnerie élec- 
trique. 

Trempage O {*ypO s.m. Empoi- 
gner un fort trempage^ être ivre. 

Trempe = Trempée © s.f. Cor- 
rection. — Raclée. — Foutre une 
trempe, battre. 

Tremper © v.a. et v.n. Tremper 
une soupe, battre. — (mil.) Trem- 
per son pied dans Vencre, être aux 
arrêts. 

Trempette O s.f. Faire la trem- 
pette , tremper un biscuit ou 
du pain dans un verre de vin. 

Tremplin (thé.) s.m. || 1. La 
scène. — Se faire un tremplin 
d*une chose, s'en servir pour se 
mettre en évidence. || 2. Endroit 
où les prostituées racolent. 

Trente-et-un © s.m. Se mettre 
sur son trente-et-un^ sliabiller en 
grande toilette. 

Trente- six O ^-^^ ^' ^^^^ ^^^ 
trente-sûr du mois, jamais. — # 
Les trente-six carreaux, salle 



d'attente des détenus au Palais 
de Justice, avant l'instruction. 
Trente-six clous (mil.) s.m. Fan- 
tassin. 
Trente- sixième a.n.o. O Tomber 
dans le trente- sixième dessous^ 
être ruiné, misérable. 
Trépan # s.m. Bague creuse qui 
contient de rcncreelsertaux grecs 
pour marquer les cartes. 
Trépe # s. 2 g. Le peuple. — 

Foule. — Rassemblement. 
Trépeligour # s.m. Vagabond. 
Trépignard # s.m. \^leur qui 
opère dans la foule, celui qui pro- 
voque un rassemblement pour 
voler avec ses complices. Voy. 
Trépe. 
Trépignée © s.f. Raclée. — Cor- 
rection. 
Trépigner © v.a. Battre. 
Tresse # s.m. Cœur, (il tressaille). 
Tresser © v.a. Tresser des chaus- 
sons de lisière, être détenu dans 
une maison centrale; (où beau- 
coup de prisonniers sont em- 
ployés à ce travail). 
Tretôn # s.m. Rat. (m. déf.) 
Triangle© s.m. Clapoter du trian- 
gle, avoir mauvaise haleine. 
Tribu (mil.) s.f. Se mettre en tribu, 

= Faire la popote, v.c.m. 
Tribun Q s.m. Celui qui fait les 
factures dans les maisons de com- 
merce (il est généralement placé 
dans une tribune). 
Trie © ( typ.) s.m. Signe quePon fait 
pour quitter l'atelier et aller chez 
le marchand de vin. — Faire le 
trie, se rassembler. 
Tricard # s.m. Individu sous la 
surveillance de la police, qui a 
rompu son ban : Il a cassé sa 
canne (sa trique), v.c.m. (4). 
Trichard © s.m. Tricheur. — 

Trompeur. % Receleur. 
Tricher Q v.n. Eviter de pro*- 
créer. 




TRICHEUSE. 



— 293 — 



TRINGLO. 



Tricheuse O s.f. Femme qui évite 

. Li maternité. 

Trichine O s.f. Prostituée malade. 

— Avoir une trichine dans le 
jambonneau, être toqué. 

Tricorne © s. m. Gendarme. 

Tricoter v.a. et v.n. Tricoter 
les côtes, battre. — Tricoter des 
jambes ou des pincettes, \\ 1. Dan- 
ser. Il 2. S'enfuir. 

Tricoteuses Q s.f. pi. Femmes 
qui jouent à la Bourse et se tien- 
nent assises dans les environs. 

Tric-trac # s.m. Crime. 

Tricycle O s.m. Vélocipède à trois 
roues. 

Triffonnière O s.f. Tabatière. 

Trifouiller Q v.n. et v.a. Fouiller. 

— Chercher. 

Trifois # s.m. Voy. Trèfle. —Ta- 
bac. 

Trifoisière # s.f. Tabatière. 

Trifouilleur Q s.m. Individu 
brouillon. 

Trigo O (écol.) s.f. Pour trigono- 
métrie. 

Trimancher # v.n. Marcher. — 
Errer. 

Trimar = Trimard 9 s.m. = 
Trime, etc. || 1. Route. ~ Che- 
min. — Rue. — Aller sur le tri- 
mar, voyager. — Grand trimar, 
grand'route. || 2. Eventaire. — 
Balle. [Rigaud] — Aller au tri- 
mar, voler. — Travailler sur le 
grand trimar, dévaliser sur la 
grandVoute. — Faire son ou pa- 
tinei' le trimar, racoler les pas- 
sants. — Du fr. trimer, marcher 
vite et avec fatigue, (Acad.) — 
Congénère de trimekt, fil, en 
ang. thrum fil, toile ou chanvre 
tordus. Il est syn. de ruban, che- 
min. [TiMMERMANS.] 

Trimardant # s.m Voyageur. 
Trimarde # s.f. Rue. — Chaus- 
sée. 
Trimarder # v.n. Marcher. — 



Courir les grand'roules. — Voya- 
ger. Voy. Trimar. 

Trimardeur # s.m. Individu no- 
made. — Voyageur. — Qui va 
sur le trimar \\ cm. 

Trimballage O s.m. = Trimballe^ 
ment. — Transport. — Char- 
riage. — Transfèrement. 

Trimballée s.f. Quantité. — Une 
trimballée d'enfants = Tripotée, 

Trimbailement % Voy. Trimbal- 
lage. 

Trimballer # v.a. v.n. Trans- 
porter. — Transférer. — Char- 
rier. — Conduire. — Trimballer 
son cadavre = Se trimballer, al- 
ler se promener. — Trimballer 
soneramfpn, promener sa femme. 
— Trimballer un pante, promener 
un provincial. 

Trimballeur # s.m. Trimbal- 
leur de carne pour la sèche = 
Trimballeur de machabées, dé re- 
froidis ou de conis, cocher de 
corbillard, croque-mort. — 3Vtm- 
balleur d'indigents, cocher d'om- 
nibus. — Trimballeur de piliers de 
boutanche, voleur qui exploite les 
carçons de magasin. — Trimbal- 
leur derouchies, souteneur. 

Trime # s.f. := Trimar, v.c.m. = 
Trimin. Voy. Solliceur. Rue. — 
Chemin. 

Trimelé = Trimelet # s.m. = 
Trimilet. Fil. 

Trimer # v.n. || i. Travailler. — 
Peiner. — Faire trimer, donner 
de la peine. — Faire trimer les 
battoirs, applaudir. — Faire tri- 
mer les mathurins, manger. || 2. 
Racoler les passants. 

Trimé-Razis (B) s.m. Cordelier. 

Trimilet # s.m. Voy. Trimelé. 

Trimin # s.m. Voy. Trime. 

Trimoires # s.f. pi. Les jambes. 

Tringle adv. Rien. 

Tringlo =TringlotO (niil.) s.m. 
Voy. Trainglot. 



TRINGUELLE. 



— 294 — 



TROLER. 



Tringuelle O s. f. Pourboire. De 
Va\\.trinken,bo\reelgueld,aiTgeni, 

Trinkhalle O ^*^* Buvelte. 

Trinquer v.n. Recevoir des 
coups. — Etre arrêté, condamné. 

— Faire trinquer, battre, faire 
payer au jeu. — f ai rien fait trin- 
quer le gonse, il a écopéf c'est lui 
la victime. 

Tripasse s.f. Grosse femme 
vieille et laide. 

Tripatouillage O II i. Intri^e. — 
Tripotage. « Les tripatouillages 
du Panama (1892). » ]| 2. Rema- 
niement. 

Triper v.a. Donner le sein. 

Tripes s.f. pi. Seins tombants. 

— Secouer les tripes, battre. 
Tripette s.f. Cela ne vaut pas 

tripette, cela ne vaut rien. 

Tripière s.f. Femme dont la 
poitrine est tombante. 

Tripoli s.m. Mauvaise eau-de- 
vie (comparée à l'eau dont on se 
sert pour nettoyer les cuivres 
avec le tri poli). 

Tripot s.m. Garde municipal. 

Tripotée s.f. || 1. €k>rrection. 

— Raclée. — Se fiche une tripotée, 
se battre. Il 2. Quantité. —Beau- 
coup. — Foule. = Trimballée, — 
Il y in a une tripotée, il y en a 
beaucoup. — Une tripotée de 
gens, une foule de gens. 

Tripoteur O s.m. Agioteur véreux 
qui fait des tripotages à la Bourse 
= Capitaine', v.c.m. 

Tripotier, ière s. Celui Cfui 
tient un tripot; (maison de jeu 
clandestine). 

Triqaage s.m. Triage de chif- 

• fonnier. (Rigaud| 

Trique s.f. (mil.) ||1. Trique à 
gueule, cuiller. Ii 2. # Trique à 
larder, canne à épée. || 3. © Ra- 
clée. — (Correction. — Foutre une 
trique, battre. J|4. %Etreen tri- 
que, être sous la surveillance de 



la police. — Casser sa trique, rom- 
pre son ban. Vov. Tricard, \\ 5. 
• Dent. Il 6. • Cabriolet. 

Triquer0v.a. ||1. Battre. || 2. 
Trier des chiffons. || 3. Condam- 
ner à la surveillance de la police. 

Triquet # s.m. Mouchard. 

Triqueur, euse s. Chiffonnier 
en gros qui fait le triage. 

Trisser Q v.a. Demander qu^une 
chose soit répétée trois fois. 

Triturer # v.a. Triturer une 6a- 
billarde, écrire une lettre. 

Trognon s.m. Visage. — Joli 
petit trognon, jolie petite fille. — 
Af on petit trognon ! mot d'amitié. 

— Dévisser le trognon, étrangler. 

— Delà même famille que trompe 
trombine, ang. trunk, trompe, 
syn. de figure, visage. [Timmer- 

MANS] 

Trois-Étoiles O s-^^- ^^^g» Mon- 
sieur ou Madame Trois-Étoiles = 
Monsieur ou Madame X, personne 
dont on ne veut pas citer le nom. 

Troisième a.n.v. O Troisième 
rêne, crinière du cheval. — Troi» 
sièmesexe, les pédérastes. — Troi- 
sième lan'on, personne qui sur- 
vient au moment où deux autres 
se partagent une chose, et qui 
réclame sa part. — Tomber dans 
le troisième dessous, être ruiné 
misérable? 

Troi8-mftt8 (mil.) s.m. Soldat qui 
a trois chevrons. 

Trois-pont80s.m. || 1. Casquette 
de soie très haute, adoptée par les 
souteneurs. || 2. Le souteneur. 

Trois-six s.m. Eau-de-vie. 

Trôle s.f. Ouvrier à latrôle, celui 
qui fabrique des meubles et les 
colporte pour les vendre, (de l'ail. 
troïlen, rouler). 

Trôler v.a. et v n. || i. Prome- 
ner un objet pour le vendre. 
« L'ouvrier du faubourg Saint- 
Antoine, après avoir fabriqué un 



TROLEUR. 



— 295 — 



TROTTINE. 



meuble, le trô/e, c'csi-à-dire lepro- 
mène pour le vendre». i| 2. # Por- 
ter. Il 3. Rôder. (RiGAUD)Voy.Tr(5/e. 

Trôleur s.m. || i. Ouvrier qui 
fait la trôley v.c.m. || 2. Marchand 
de peaux de lapins. (Delvau) 3. 
Commissionnaire. (Rigaud) 4. 
Vagabond. (Id.) — De trôlery en 
ail. sich troUertf trotter, en ang. 
fostro// vagabonder. [Timmermans] 

Trombif # s.m. Médecin. 

Trombille # s.f. Bête. (Delvau) 

— Pour trompiUef trompe, organe 
du souffle vital. C'est une méto- 
nymie pour anima, animal, dont 
le sens primitif est: être qui res- 
pire. On a mis la trompe ou le 
nez à la place de Têtre oui res- 
pire, qui vit. [Timmermans] 

Trombine © s.f. Tôte. — Trom- 
bine en dèche, figure désagréable. 

— A rapprocher des mots Tron- 
che et Binette, 

Trombloii0aet. s.m. || i. Gosier. 
Il 2. Chapeau évasé. — Allus. au 
tromblon, fusil court à canon 
évasé. 

Tromboller # v.a. Aimer. 

Trombone (mil.) s.f. Paire trom- 
bone, mettre la main à la poche 
comme pour payer et ne pas Ten 
sortir ; (allus. au mouvement de 
va-et-vient du bras comme lors- 
qu'on joue du trombone à cou- 
lisses). 

Trompe s.f. || i. Nez. || 2. Avo- 
cat. 

Trompe-châsses # s.m. Tableau. 

Trompe-rœil # s.m. Décoration, 
(ordre). 

Trompette O s.f. || i. Visage. — 
Nez. — Jouer de la trompette, se 
moucher. — Nez en trompette, nez 
retroussé. || 2. Bavard. || 3. Bou- 
che. 

Que qu'j'y foutrai dans la trompette. 
K c'Iancier là, s'il vient vivant ? 

(CA. dei Gueux.) 



Trompeur s.m. Melon. 
Trompion (mil.) s.m. == Troufion, 

— Clairon. — Trompette. 
Tronche (B) © s.f. =z Tronque, 

Ce mol signifie simplement tétef 
et non pas comme on Ta dit tête 
tranchée : on le trouve bien anté- 
rieurement à la peine de la déca- 
pitation. — Pécnon de Ruby en 
1596 dit : « Les sujets du Grand 
Coesre s'approchèrent de leur 
souverain tronche nue. — Tron- 
che à la manque, sergent de ville. 

Tronctaar % v.a. Embrasser. 

Tronchinatte s.f. Jeune fille 
accorte. 

Trône s.m. Siège des cabinets 

. d^aisanccs. 

Tronflon (mil.) s.m. Pour trom- 
pion, v.c.m. 

Tronque # s.t. Pour tronche, 
v.c.m. 

Troquet s.m. Abrév. de mas- 
troquet, v.c.m. 

Trot O s.m. Au trotl vivement 1 

— Aller au trot = Faire le trot' 
toir, v.c.m. 

Trottant s.m. Rat. 

Trottante s.f. Souris. 

Trotter (se) v.pr. S'en aller. — 
Partir. — S'enfuir. — Se dépê- 
cher. 

Trotte-sec (mil.) s.m. Fantassin. 

Trotteur # s.m. Ecuyer. 

Trotteuse s.f. Prostituée qui 
racole. 

Trottignole s.f. Pied. 

Nous somm's rien bath ! Nous épatons 
Ou cabochard aux trottignolkt. 

{Ch, dee GtMux,) 

Trottin s.m. || 1. (B) Pied || 2. 
Cheval. || 3. Apprenti qui fait les 
courses. — Jeune fille qui fait les 
réassortiments dans les maisons 
de modes, couture, etc. 

Trottine s.f. Bottine. — Trot- 
tines feuilletées, bottines dont les 
semelles sont usées. 



TROTTINET. 



— 296 — 



TRUFFER. 



Trottinet0 s. m. Soulier. 

Trottoir O s. m. Faire le trottoir, 
racoler. — Femme de trottoir, 
prostituée qui racole. — (thé.) 
Grand trottoir, le grand réper- 
toire, c'est-à-dire les pièces clas- 
siques. — Petit trottoir, le réper- 
toire de drame, comédie, vaude- 
ville, etc. 

Trou O© s. m. Faire son trou, 
faire sa position. — être dans le 
trou, être enterré, ou être en 
prison. — Faire un trou, boire un 
verre de cognac entre deux plats. 
Il y a des trous, il y a des lacu- 
nes. — Avoir un trou sous le nez, 
aimer à boire. — Se démancher 
le trou du cul, se donner de la 
peine. — Trou du souffleur = 
Trou de balle = Trou d'Aix = 
Trou de bise, anus. — Trou d'o- 
gre^ bureau de placement. 

Troubade = Troubadour s.m. 
Fantassin. 

Trou-du-cul s.m. Imbécile. 

Trouée # s.f. Dentelle ; (elle est à 
jours). 

Trouflgnard = Trouflgnon 
s.m. Anus. — y vais f enlever le 
frpw/îgnon,jevais te battre (m.àm. 
te faire sauter). 

Tronillarde s.f. Pour souil- 
larde. Prostituée. — Souillon. 

Trouille s.f. Peur. — Lâcheté. 
— Poltronerie. « Tu n'as pas la 
trouille de me proposer ce pier- 
rot-là. » 

Trouiller v.a. et v.n. Voy. 
Touiller. 

Trouillotter v.n. Puer. — 
Trouillotter du corridor, avoir 
mauvaise haleine. 

Trousse % s.f. Anus. 

Troussequin0 s.m. Derrière. 

Trouvé O a- ^^*^ trouvé, c'est 
nouveau, original. 

Trouver v.a. et v.pr. Se trouver 
mal sur quelque chose, expression 



ironique qui signifie qu'on s'ap- 
proprie, qu'on accapare cette 
chose. — Trouver buisson creux^ 
visage de boi$,ne trouver personne. 

Troys (V) := Zuf/ Interjection 
pour exprimer que Ton se moque 
d'une chose. 

Truc s.m. ||1. Manière. — Avoir 
ou connaître le truc, la manière, 
le moyen. || 2. Métier. — Avoir 
du truc, avoir l'expérience de son 
métier. || 3. Ruse, tromperie. — 
Débiner le truc, dévoiler une 
ruse, un secret. — Maquiller son 
truc, exercer son talent pour faire 
le mal. — Faire le truc = Tru- 
quarder, racoler. — (thé.) Pièce à 
trucs, féerie, pièce ou la machi- 
nerie est compliquée. — % Grand 
truc, assassinat. — # Buuloiter le 
truc, oublier la consigne = Man- 
ger la consigne. — Donner le truc, 
donner la manière de faire. — Re- 
piquer au truc, revenir à la 
charge. 

Trucage s. m. Voy. Truquage, 

Trucageur s.m. Individu qui 
fabrique des objets pour les ven- 
dre comme antiquités. 

Trucard 0s.m. Habile. —Adroit. 
— Malin. 

Truche # s.f. La mendicité. — 
La faire à la truche, mendier. 

Trucher # v.n. Mendier. 

Trucheur, euse # s. Mendiant. 

Trucsin # s.m. Prostituée. 

Truculent Q a. Peint de vives et 
chaudes couleurs. (Larchey) 

Truelle O s-f- Cuillère. — Manier 
la truelle, manger. — (typ-) Les 
truelle:^, équerre. 

Truffard s.m. Vieux soldat. 

Truffe s.f. Nez tuberculeux. — 
Truffe de savetier, marron. — Aux 
truffes = Aux petits oignons, soi- 
gné, bien fait. 

Truffer v.a. Bourrer. — Rem- 
plir. — Truffé de chic, de galbe. 



TRUFFERIE. 



— 297 — 



TURF. 



bourré, rempli d'clégancc ; (com- 
me une oio bourrée de truffes). 

Trufferie s.f. Tromperie. 

Truffeur, euse © s. Trompeur. 

Truisme O s*"^- ^i^^ commun. 

Trumeau Q s.m. Prostituée. — 
Vieux trumeau, vieille catin. 

Trune# s.f. = Thune, v.c.m. 

Truquage 0O s.m. =r Trucage, 
Ruse. — Tromperie. — Fabri- 
cation de fausses antiquités. 

Truquarder v.n. = Faire le 
truc, v.c.m. 

Truquer O • v.n. Faire ducom - 
merce. — Tromper. — Ruser. — 
Racoler. — Truquer de la pogne, 
tendre la main, mendier. Voy. 
Truc. 

Truqueur s.m. ||i. Commer- 
çant. Il 2. Contrefacteur || 3. 
Trompeur, malin. || 4. Camelot. 

Truqueuse s.f. Prostituée. 

Truquigé # s.m. Jeu iruquigè, 
jeu préparé pour tricher. [Lar- 

CB£yJ 

Tuant O ^' Assommant. — En- 
nuyeux. 

Tub O s.m. Prononcez teub. Bas- 
sin pour prendre des douches, 
(motang.) 

Tube s.m. ||i. Chapeau haut de 
forme. ||2. Gosier. — Se coller 
quelque chose dans le tube, man- 
ger ou boire. — Se rincer le tube, 
boire. || 3. Nez. — Se piquer le 
<ti6e, se griser. || 4. Fusil. 

Tuber v.a. Fumer la pipe. 

Tubercule O s.m. Nez difforme. 

Tubéreuse s.f. Lâcher une tu- 
béreuse, vesser; (allus. à l'odeur 
asphyxiante de la fleur de ce 
nom). 

Tucker s.m. les tuckers de la 
Morgue, les dalles de la Morgue 
(allus. aux sommiers élastiques 
Tucker, nom du fabricant). 

Tué O 3' ^l^€ ^w^» ^tre stupéfait. 

Tuer 0O v.a. Tuer les mouches 



au vol ou à quinze pas, avoir 
mauvaise haleine. — Tuer le rer, 
on prend un l'erre à jeun pour 
tuer le ver, vieil usage populaire. 
Tuer le colimaçon, faire taire 
sa conscience. — Etre bon à tuer, 
être très gras; (comparaison avec 
l'animal de boucherie). 

Tuflfre # s.m. Tabac. 

Tuile s.f. Il i. Accident. —Obs- 
tacle imprévu. Il 2. Coiffure. 3. 
Carte cintrée (voy. Couper). 4. 
Assiette. 

Tuileau s.m. Casquette. 

Tuiler v.a. et v.pr. Toiser. — 
Dévisager. — Observer en se mé- 
fiant. — Se tuiler, s'enivrer. 

Tuileur (F.-M.) s.m. Frère tuileur, 
franc-maçon qui fait subir l'exa- 
men au néophvte. 

Tuite0 s.f. Voy. Cuite. 

Tulipe s.f. Danser le pas de la 
tulipe orageuse = Chahuter\, cm. 

Tumer v.a. Ennuyer. — Tu me 
la tûmes, tu m'ennuies. 

Tune # s.f. Voy. Thune. || 1 . Pri- 
son de Nanterre où se trouve le 
dépôt de mendicité. ||2. Bagne. 

Tuneçon # s.m. Prison. — Violon. 

Tnuer # v.n. Mendier. 

Tuneur # s.m. Mendiant à domi- 
cile. 

Tunnel Q s.m. Anus. 

Turbin s.m. Travail. — Occu- 
pation. — Emploi. Voy. Travail. 

— Aller au turbin, se dit d'une 
prostituée qui va racoler les pas- 
sants. 

Turbiner 90 (typ.) v.n. Travail- 
ler. — Gagner sa vie par tous les 
moyens. 

Turbinenr #0(typ.) s.m. Ouvrier. 

— Travailleur. 

Turc #0 s.m. Tourangeau. 
Turcan # n.pr.m. Tours. 
Turellement adv. Pour natu- 
rellement. 
Turf O s.m. Champ de courses. 



TURFISTE. 



— 298 — 



USINER. 



Turflste s.m. et a. = Sportsman 

(ang.). 

Turin # s.m. Pot de terre. 

Turlapiner Q v.a. Se moquer, 
taquiner. — De Turlupin, surnom 
de Tacteur Legrand dans la farce. 

Turlurette s.f. = Gigolette. 
Femme gaie, aimant le plaisir. 

Torlutalne O s.f. Poutade. — 
Tocade. 

Turlutine s.f. Nourriture du 
soldat en campagne. 

Turne s. t. Maison mal tenue. 
— Chambre. — Du lai. turris pi- 
geonnier. 

Turquie # n.pr.f. Touraine. 

Turturie (V) s.f. Le gibet, la po- 
tence. — Altér. de torture. — A 
rapprocher de Targot tortome, 

v.c.m. 

Tutoyer v.a. Fréquenter. — 
Tutoyer quelque chose, s'en em- 
parer. 

Tutu O s.m. Petit jupon court 
faufilé entre les jambes des dan- 
seuses de façon à former une es- 
pèce de caleçon. 

Tuyau O s.m. || i. Information 



confidentielle concernant les 
chances de gain à la Bourse, aux 
courses, etc. — Avoir un bon 
tuyau, avoir un bon renseigne- 
ment pour réussir. || 2. Botte. — 
Soulier percé. ||d. Tuyau de 
poêle, chapeau haut de forme. 
Il 4. Gosier. — Se rincer le tuyau, 
boire. || 5. Ramoner ses tuyaux. 
se mettre les doigts dans le nez. 
Il 6. Jambe. (Delvau) 

Type s.m. 1| 1. Individu. — Les 
filles galantes emploient fréquen- 
ment ce mot pour désigner leur 
amant : Tvais trouver mon type. 
je vais rejoindre mon amant. — 
Un bon type, un bon garçon. — 
Un rude type, un farceur. ||2. 
Excentrique. — Orignal. 

Typesse s.f. Femme quelcon- 
que. 

T3rpo O s.m. Ouvrier typographe 
(abrév.). 

Typote O s.f. Ouvrière typogra- 
phe. 

Tyran O s.m. || i. Roi. || 2. Eoi 
de cartes. 



U 



UlsterOs m.Sorte de houppelande 
à la mode vers 1876. 

Un a. ind. O Unpeu, oui, certaine- 
ment = Un peu, mon neveu. 
« Irons-nous passer la journée de 
dimanche à la compagne? — Un 
peu, mon neveu ! » 

Universelle O s. f. Prostituée. 

Urf a. Voy. Chk. « Ça, vois-tu, 
c'est épatant, c'est urf, — Son 
que produit dans la bouche le li- 
quide qu'on hume avec délices. 

voy. fiup. [TiMMERMANS] 

Urle # s.m. Parloir de prison. 



Urne s.f. Tête. — Avoir tm 
député dans lurne, être en- 
ceinte. 

Urpino a. Pour rupino = JRti- 
pin. Beau, bien, bon.« Ce^t ur- 
pino aux pommes. » — Métathèses 

de urf, [TlMMERMANS] 

User v.a. User ses bottes, se don- 
ner de la peine pour rien. — 
(mil.) User son matricule, faire 
son service militaire. — User la 
pierre ponce, subir la peine des 
travaux forcés. 

Usiner O v.a. Usiner un peintre^ 



USTENSILE. 



— 299 — VADROUILLER. 



exploiter commercialement un ar- 
tiste peintre. 

Ustensile © s. m. Voy. Marmite. 

Ustensilier (thé.) s.m. Chef d'ac- 
cessoires. 

Ustoches # s.m. pi. Ciseaux. — 
De etÂStachCy couteau. 



Usure O s.f. Usure atix fines her-' 
bes, saisie des enjeux dans une 
maison de jeu clandestine. 

Ut O (lyp-) ï"l- A ** santé. 

Utilité C) s-f- Artiste qui ne joue 
que de petits rôles. 



V 



V s.m. Désigne le .carreau dans 
. Targot des grecs. Vby. /. 
Vachapd©(St.-C.)s.nrl. Paresseux. 
Vache s.r. Mot injurieux et mé- 

Êrisanl : Prostituée . Délateur, 
ypocrite. Individu lâche ou pa- 
resseux. — Agent de police. « A 
bas les vaches!» — Vache à lait, 
prostituée exploitée par un sou- 

. teneur ; expression fr. pour dé- 
signer une personne ou une 
chose dont on tire un profit con- 
tinuel. — Manger de la vache en- 
ragéCy souffrir, endurer la misère. 
— Il pleut comme vache qui pisse, 
il pleut très fort. — Tirer la va- 
che, faire marcher le soufflet ; (à la 
forge). — Epouser la vache et le 
veau, épouser une fille enceinte 
de l'œuvre d'un autre. 

Vachemoutter (Sl.-C.) v.a. Des- 
siner. 

Vacher© v.n. Paresser. 

Vacherie 0©s-*- Il ^- Lâcheté. — 
Bestialité. || 2. Etablissement pu- 
blic fréquenté par les filles ga- 
lantes, qui racolent les clients. 

Vacquerie#s.f.=V(igMcn«. Alla' 
en vacquerie = Aller au vague, 
= Etre dans le vaque, v. ces m. 

Vade # s.f. Foule. — Rassemble- 
ment. (De va, impér. du verbe 
aller). 

Va-de-la-gaeule © s.m. Goulu, 
gourmand. 



Va-de-la-lance © s.m. Individu 

répugnant. 
Vadrouillant = Vadrouillard © 

O a. et s.m. = Vadrouilleur \\ 
Vadrouilletus . Qui vadrouille. 
Voy. Vadrouiller, « En tête mar- 
che un superbe héraut d'armes 
qui porte haut la bannière du 
quartier où, à côté d'une vivante 
allégorie, se lisent ces mots : Va- 
drouillor improbus omniavincit. » 

— En holl. vod, loque. Le son de 
ce mot est formé du bruit ft que 
fait un objet qui traverse l'air ra- 
pidement. La traduction holl. de 
vadrouille est zwabber, mot com- 
posé d'à peu près le même son que 
i'ang. to swecp ou to whipe, biffer, 
de celui des mots ail. wischer et 
fegen, effacer, der Schwiemel. 
la vadrouille, etc. [Timmermans]. 

Vadrouille © s.f. Prostituée qui 
traîne la rue et fréquente les bou- 
ges. — La vadrouille, réunion 
d'hommes et de femmes qui vont 
de 'bouge en bou^e. — Piquer 
une vaarouille, faire la noce, 
courir les bouges. — La vadrouille 
ou le faubert est un balai fait de 
vieux cordages, qui sert à net- 
toyer le pont des navires (il va 
et vient dans l'ordure). 

Vadrouiller © v.n. Aller flânant. 

— Traîner dans les bouges. Voy. 
Vadrouille. 



VADROUILLEUR. — 3( 

Vadroalllenr =: TadronUIeux 
@0 a. el s.m. Voy. Vadrouiilant. 

Vagabonde ^ s.f. Araignée. 

Vague O ^-i"- Flânerie. — 9 Aller 
au vague = Aller en vacquerie, 
rôder en cherchant à voler. Voy. 

— Vaque (prost.) Aller au vatjue 
= Faire le trottoir, v.c.m. — Se 
lâcher du vague, vagabonder. — 
Coup de vague, vol au hasard, 
dans la premitre maison venue. 

— Du vaque, non ; rien. 
Vaguer @ v.n. C'est l'ôquivalent 

du fr. vaquer b, s'occuper de, ou 
de vagabonder. Voy. Vague, Va- 
que. 

Vain # a. Mauvais. — (B) Vain 
guetter, mauvais lieu.(B)Z.aiNiine 
touchante, la lune. 

Vaisselle s.f. Décorations. — 
Croix. — Mettre sa vaisselle à 
l'air, meltre loulcs ses décora- 
tions. — Vaisselle de poche, ar- 
gent, monnaie. 

Valade # s.f. = Vandale. Poche 
de derrière d'un vètemenl. — 
Bourse. 

Valant 9 s.m. Pince à cfTracLion. 

Valence O ^'f- Orange, a La VO' 
lence, la belle valence ! ». 

Valet ® s.m. Valet de cœur, amant 
de cœur. 

Valoir O v.n. Valoir son pesant de 
moutarde, ne rien valoir du tout. 

Valser ® v.n. Voy. Vaner{i). — 
Faire vaUer quelqu'un, le battre. 

— VaUer du bec, sentir mauvais 
delà bouche. 

ValtrenSB« s.f. Valise, {m. déf.) 
Valtrensler # s.m. Voleur de 

vallreuMs. v.c.m. 
Vandale ® a.r. Dérormation de 

valade, v.c.m. 
Vane s.m. ||1. Aven. ||2. A 

droite ! (Indication du bonnetcur 

ù son compère : Cri! signifie à 

gauche!) 
Vaner v.n. ||1. S'en aller. — 



D — VAUTOUR. 

Partir. — Fuir = Valser. || 2. # 
Avouer. 

Vanoup#s.m. ||1. Poltron. ||2. 
Celui qui avoue un délit ou un 
crime. |] 3. CompIiee= Vanne. 

Vannage s.m. Embûche. — 
Pi^ge. — Maquiller un vannage, 
dresser un pii^gc; attirer dans une 
embûche. 

Vanne 9 s.m. Vov. Vaneur[3}. 

Vanné© a. || ). t'aligué- — Ha- 
rassé. Il 2. Ruine. — Perdu. 

Vanneaux© s.m.pl. Arliclesven- 
dus au rabais ou ù perte. 

Vanterne # s.f. ^ Venleme || 1. 
Lanterne, [m, déf.) — Vaitlerne 
sans loches, lanterne sourde. — 
Doubles uanlernes, binocle. || 2. 
Fenêtre. Voy. Ventouse. 

Vanternier s.m.^ Vetiternier. 
Voleur qui s'introduit par les 
vanlernes, v.c.m. (3). 

Vaqae # s.m. Pour vapue, v.c.m. - 
Etre dans le vaque, chercher un 
coup à faire. 

Vaqoerie s.f. Vov. Vacquerie. 

Vase • s.m. Eau (de l'ail. Wasser]. 
— O ^fl"* nocturne, pot de nuit. 

Vaser % v. impers. Pleuvoir. 

Vaseux 9 s.m. Paysan. 

Vasoter 9 v. impers. Pleuvoir. 

Vasistas s. m. Monocle. 

Va-te-laver s.m. Coup de re- 
vers de main dans la figure, n Je 
lui ai décroche un va-te-laver. « 

Vatrice # s.f. Grinchirà ta va- 
Irine, voler dans un restaurauL 

Va-tpop 9 s.m. Domestique. 

Vantonr Q s.m. || I. Individu 
avare el méchant. — Usuriersans 
scrupule. — Monsieur Vautour, 
propriétaire ; (par exl.] ||2. # 
Grec. Il 3. Haltaitcur. — Les vat4- 
tours sont des voleurs nomades 
tels que les grecs, les escrocs, les 
faussaires, les voleurs du ^and 
monde; ils sont cosmopolites et 
constituent la haute ptgre, v.c.m. 



VAUXIIALL. 



— 30i — 



VENDENGEUR. 



Vauxhall n.nr.m. Tivoli- Vauxkallj 
salle de bal et lieu de réunion, à 
Paris, rue de la Douane. Le Vaux- 
hall élaiUun jardin public de Lon- 
dres établi en 4830 par un Fran- 
çais nommé Vaux ou DevauXy de 
là : Vaux, et ang. hall, salle, lieu 
de réunion. 

Veaa s. m. || i. Jeune prostituée 
(future vache, v.c.m.) || 2. (Sl.-C.) 
Imbécile. — Larder son veau, 
faire un boniment pour amasser 
la foule ; (quand on larde un mor- 
ceau de veau, on le prépare, puis 
ensuite on l'accommode. — On 
dirait du veau, expression en 
usage constant en 1885, qui ne 
signifie rien, que Ton disait à 
propos de tout et de rien. C'était 
le mot à la mode. — Veau mort- 
né, femme ivre. 

Vécu O P-pas. et a. || 1. Une per- 
sonne qui a vécu est une personne 
Iui a de l'expérience, du savoir. 
I 2. Vne œuvre vécue, un roman 
vécu, c'est une œuvre vraie qui 
dépeint les scènes et les mœurs 
dans toute leur réalité contem- 
poraine. 

Vëcule © s.m. Pour véhicule. 
Voiture. (Larciiey) 

Vedette O s-f- I^a vedette est le 
privilt'jD;e accordé à certains artis- 
tes, d avoir leur nom imprimé 
sur les affiches ou programmes, 
en caractères beaucoup plus forts 
que ceux des autres. Cette faveur 
est tellement recherchée que cer- 
tains directeurs ont été obligés 
de disposer les noms en cercle 
pour ne pas être en but aux ré- 
clamations de chacun. « Etre en 
vedette. — Avoir son nom en ve- 
dette, » 

Végéter Ov.n.Exister(LARCiiEYj. — 
Ce mot est fr. comme vivoter, aans 
le sens de vivre médiocrement, 
misérablement. 



Veiller O v.n. Veiller au grain, 
faire attention, surveiller. 

Veilleuse O s.f. || 1. Estomac. 
(Rigaud) — Veilleuse à sec, esto- 
mac affamé. ||2. Pièce d'un 
franc ; (elle éclaire médiocrement). 
Voy. Boufjie, 

Veinard Q s.m. Individu qui a de 
la veine, v.c.m. (1). 

Veine O s-f- IM* Chance, bon- 
heur. — Veine de cocu, chance 
extraordinaire. — Veine! quelle 
chance 1 quel bonheur 1 — ||2. 
Trace, marque (m.fr.). — # Veine 
couchante, coucher du soleil; (le 
soleil veine le ciel de taches rou- 
ges quand il se couche). 

Veinne # s.f. Vieille femme. 

Vêler v.n. Accoucher. 

Velin s.m. Femme. (Rigaud) 

Vélo s.m. Il i.# Postillon. Voy. Vé- 
oze. Il 2. O Vélocipède (abrév.). 

Véloceman O s.m. Celui qui s'a- 
donne au sport vélocipédique. 
Vélocemen SLVL pi. 

Vélodrome Q s.m. Champ , de 
courses vélocipédiques. — Éta- 
blissement où l'on apprend à 
monter le vélocipède et où ont 
lieu les courses. 

Velours Os-ni. Cuir. — Jouer sur 
le velours, jouer en ne risquant 
que ce qu'on a déjà gagné. — 
Cest un velours, c'est bon, c'est 
doux. 

Véloze # s.f. Poste aux chevaux. 
Voy. Vélo M). 

Velu O a- ^^s< velu = Cest chic, 
v.c.m. (Larchët). 

Vendange s.f. = Vendenge (V) 
s.m. Récolte. — Butin. 

Vendanger = Vendenger (V) 
v.a. Récolter. — Butiner. — Ar- 
rêter. — Pendre. 

Vendengeur (V) s.m. Récolteur. 
— Voleur. — Maraudeur. 

...Vendanaeurt des ancM circoncis. (V1U.0M.) 
^Voiettra aux oreilles coupées). 



VENDOME. — 3 

Vendôme s. m. Jeu de cartes, 
qu'on joue dans les prisons. 

Vendre g» v.a. Trahir. — Vendre 
la mèche, ébruiter un secret. — 
Vendre dei guignes, loucher. 

Venelle #s.f. I>etjlcruc. — £n;!{er 
la venelle, s"cnfuir. 

Venne # s.f. Honte. — Var. de 
vent, vesse, et paraphrase de : 
honteux comme un pet. [Tihmer- 

H*NS.] 

Vent O s.m. Dm venl = Da flan, 
v.cm. — Vent el mousse, rien. 
— Il y a du venl dans les voiUs, 
il est Rris, il titube. 



Ventouse s.f. FcnËlrc (par 



mamiie, cela n'arrivera; (je n"y 
retournerai pas). — Ventre d'o- 
sùr, ivrogne. — Avoir quelque 
chose dans le ventre, avoir des ca- 
pacitâs, du savoir, du lalcnl. 

TentPée Q) s.f. Abondance de 
nourriture. — S'administrer une 
ventrée, manger abondamment. 

Ventridolent O s. m. et a. Voy. 
VcnlripotetU. 

Ventriloque ^ s. m. Pélcur. 

Ventripotent ®s.m. et a. = Ven- 

I tridolent = Ventrouillard. Vcn- 

. tni (qui a un gros ventre). Voy. 
Veniru. 

Ventronlllard ® s.m. cl a. Voy. 
Ventripotent. 

Ventroniller v.n. Peler. 

Ventru O ^■'''- Homme de gouver- 
nement. « Les centriers, les ven- 
trus el les satisfaits, c'est-à-dire 
celte espèce ruminante qui vit en 
tout temps à l'auge du bu^lgel. » 
(A.DuMA3.)Voy. Ven(r«po(m(, etc. 

Ver O s.m. Ver rongeur, cocher 
pris à l'heure ;(il ronge la bourse 



B — VÉROLE. 

du client pendant qu'il l'attend à 
ne rien faire). 

YBrbo^&.tn.AttriquerturUverbe, 
acheter à cn^dil; (suc parole). 

Vor-coqain © s.m. Avoir le ver- 
coquin, aire capricieux, fantasque. 
(Le ver-coquin est ie vertige des 
moutons causé par un ver dans le 
cerveau.) 

Verdet s.m. Le venl. 

Verdonee ^ Verdouze # s.f. || 
1 . Prairie.— Gazon. — Verdure. — 
Légumes verts. || 2. Pomme. 

Verdonaler=VerdonBler#s.m. 
I|). Jardin. — Jardinier. — Frui- 
tier. Il 2. Pommier. || 3. Voleur de 
légumes dans les jardins. 

TArenx O 9 a- Sous la surveil- 
lance de la police. 

Vergue # iV) (B) s.f. NI. Lieu 
de réunion des gueux. [| 2. Ville. 
— La grande vergne, Paris.— Vér- 
one de miséricm-de, ville où le vol 
esl d'un mauvais rapport. — Une 
ville est généralement entourée 
d'unmur, d'une défense, eu hoU. 
veer, de weren, défendre. [Tim- 



Vergogne 9 s.f. Coltrc. 
Vermeil 9 s.m.=^ Vermois. 3anf;. 
Vermicelle # s.m. Les veines. 
Vermillon s.m. Anglais; (les 

soldats anglais sont habillés de 

rouge). 
Verminttrd^TermlnenxÛs.m. 

Individu mal mis, sale, s'occupant 

d'alfaires véreuses. 
Vermine # s.f. Avocat. 
Vermois ©s.m. Voy. Vermeil. 
Vermolsé 9 a. Rouge. 
Verneanx Q = Vemots s.m. pi. 

Souliers vernis. 
Vernissage O s.m. Laioumiieâu 

vemisiage, c'est la veille de ron- 

verture du Salon, solennité arlis- 

tique où le public est admis par 

invitation. 
Vérole^s.r. Vérole noire =FiÈvrt 



VÉRONIQUE. 



— 303 



VIANDE. 



cérébrale^ accusation entraînant la 
peine de mort. 
V6roniqae0s.f. Lanterne. (Rigaud) 

— J.d.m. sur verre. 
Verrasse s.f. Petit verre. 
Verre @ s.m. Boire un verre, boire 

un verre de vin, etc. (le conte- 
nant pour le contenu). — Casser 
le verre de sa montre, tomber sur 
le derrière. — Se monter le vetre 
en fleurs, s'illusionner. — Faire le 
ven'e en /leurs = Voler à l'améri- 
caine. 

Verser v.n. = Vet^er. Pleurer. 

Verseur, euse O s. Garçon qui 
verse le café dans les établisse- 
ments publics ; (la verseuse est le 
récipient en métal blanc qui con- 
tient le café). — Verseuse, ser- 
vante de brasserie. 

Versigot # n.pr.m. Versailles. 

Vert O © a. et s.m. Se mettre au 
vert, aller à la campagne se sou- 
mettre à un régime rafraîchissant. 

— Se mettre au vert, jouer ; (allus. 
au tapis vert). (Rigaud) — Nymphe 
ve7*te, voy. Verte (1). 

Vert-de-gris s.m. || i. Com- 
mandant de place. — Officier sé- 
vère dans le service. || 2. Huissier. 
Il 3. Verre d'absinthe, (j.d.m. et 
allus. de couleur). 

Verte O s.f. || i. Absinthe =z Nym- 
phe verte « Une verte » — Heure 
de la verte^ heure à laquelle on a 
rhabitude de prendre rabsinthe. 
Il 2. Gonorrhée. (Rigaud) 

Verver # v.n. Voy. Verser, 

Vespasienne s.f. Urinoir public, 
(par ext.) — « La vespasienne était 
une chaise percée couverte et am- 
bulante. On s'en servait dans les 
rues de Paris vers i 840 ».(Larchet) 

Vesquer v.a. Pour vexer. 

Vessard @ s.m. Poltron. — Lâche. 

Vesse ©s.f. Voy. Vestige. \\ i. Peur 

— Avoir la vehe, avoir peur. || 2. 
Vesse ! les écoliers emploient ce. 



mot pour s'avertir de l'arrivée d'un 

surveillant. 
Vesser0 v.n. Vesser du bec, avoir 

mauvaise haleine. 
Vessie O © s.f. Femme éhontce. 

— Vessies dessoufflées, seins flas- 
ques et pendants. 

Vestale © s.f. Prostituée. 

Veste # s.f. = Pour. Echec. — 
Fiasco. — Remporter ou Ramasser 
sa veste, échouer piteusement. — • 
Retourner sa veste, changer d'opi- 
nion, de manière de voir. 

Vestiaire O s.m. Laisser au ves- 
tiaire, manquer de ; omettre ; ne 
pas faire ; ne pas dire. 

Vestige # s.m. Voy. Vesto, 
Vestes. Il 1. Vivacité. (Rigaud) || 
2. Peur. — Coquer le vestige, avoir 
peur; être dans des transes mor- 
telles. — Var. par j.d.m. de vesse, 
peur. [TiMMERMANSjll 3. Lentilles. 

— Pois, (ils produisent la vesse, 
j.d.m.) 

Vesto 0# s.m. Lentille. — Vesto 
de la cuisine, agent de la sûreté. 
(Rigaud.) 

Vestos s.m. pi. = Vestiges. Lé- 
gumes secs. (Larchet)— Haricots, 
flageolets et autres flatulents. 

Vésave O s.m. Faire son vésuve, 
faire des embarras. 

Veulerie O s.f. Procédés douteux, 
qui manquent de franchise. — Le 
hoU. vuil veut dire malpropre, 
qui sent la corruption. [Timmer- 

MANS] 

Veave s.f. La veuve Chapelle, dame 
de pique au jeu du baccarat. — 
Fréquenter la veuve Poignet, se 
livrer à l'onanisme. — La veuve =z 
La veuve Rasibus, guillotine. — 
Epouser la veuve, être guillotiné. 
VezoulUer© v.n. Puer; (de vesser.) 
Viande © s.f. Le corps humain.-— 
La chair. — Montrer sa viande, se 
décolleter. — Etre en viande, être 
râblé, bien bâti, bien musclé. — 



VIATIQUE. — 31 

Se coller lavianile dans le torchon, 
se coucher. — Ramasser sa viande, 
tomber, — Basse viande, femme 
avaclue. — Viande de morgue, 
homme imprudent. — Vagabond, 

— Viande â canon, militaire. 
Viatique O s.m. Indemnité de re- 
tour accordi^e aux joueurs décavés 

eir l'administration des jeux de 
onte-Carlo, 
Vlanper 9 v.n. Pleurer, [commeun 

veau). (Kigaub) 
Tlbrlon s.m. Ecrivain sans valeur. 

— (DuHÀS, l'Etrangère.) Du lai. tii- 
ùrare, s' agiter. 

Vice ® s m. La luxure. — Aller au 
vice, aller voir les filles. — Avoir 
du vice, <}tre astucieux. 

Vice-race 9 s.m. Vicaire. — Rare 
pour rasa ; ratiche, ratichon ont 
élè formés de la mCme racine. 

[TlMMERHANS] 

Vidange 9 S. f. Largue en vidange, 
Icmme en couches. 

Vid«-bonteillfl ® s. m. Petite 
maison avec jardin prËs de la 
ville. 

Vider O v.a. et v.pr. Etre vidé, Hrc 
affaibli, ne plus avoir d'idées; de- 
venir crétin. — Vider un homme, 
l'afTaiblirau moral et au physique. 

— ViJer ses pocAcs, jouer dupiano. 
(Lahchev) — Vider le plancher, 
s'en aller. — 9 Viiter quelqu'un, 
le tuer pour le dévaliser. 

Vie O s.r Friire lavie, se débaucher. 

— Mener une vie de Pulichinelte, 
de patachon, mener une vie diisor- 
donnée. 

Vledaser ®v.n. Traîner dans son 
travail. 

VieUle O ® 3f. Mt vieille = Ua 
vieille branche, mots d'amitié. — 
Un vieux de la vieille, un vieux 
soldat de la vieille garde ; par exl., 
un vieillard, un invalide. — 
Vieille, pour : vieille cau-de-vie. — 
Vieille barbe, vieillard; individu 



* — VINAIGRETTE. 

qui n'est plus au niveau du pro- 
grès. ^V(e)7/effardc,vioillefemme 
galante. 

VieUUseeor O $-">- Ouvrier gui 
donne unaspcctancienàun objet. 

VlellllBsense s.f. Femme qui 
atlit'e les jeunes ftlles mineures de 
façon aies faire paraître plus âgées 
par crainle de la police. 

Vieillot 9 s.m. Fauteuil. (siËge de 
vieillard] 

Vlenx O a. et s.m. Se faire vieux, 
se lourmenler; attendre long- 
temps ; m. b m. vieillir en atten- 
dant. — C'est vieu^c jeu, c'est connu, 
rabâché, usé. — Mon vieux, mot 
d'amitié qui se dit iri'-s bien à un 
jeune homme. — Avoir son vieux, 
avoir un entrelcneur â^é. (arg. des 
lillcs).— Vieujrtwdu, vieillard élé- 
gant ridicule. — Vietix pompon, 
vieil imbécile. — (mil.) Un t'inu 
de la vieille, v.c.m. 

Vif-argent 9 s.m. Argent comp- 
tant. 

Vlfcie 9 ^-f- Voleur à la vigie, vo- 
leur de bagages sur les voitures 
publiques. 

vigne9 3.f- Etreduits lesvignes^ 
Etre dans les viijnes du Seigneur, 
être ivre. — Jean de la Vigne, vi- 
gneron. 

Vignette (iy]i.) s.f. Piquer la vi- 
gnette, t^lrê distrait. 

Vigoureuse 9 ^•^- Locomotive. 

Vlgoter 9 v.n. Vivre. 

Vigouese® s.f. Vigueur. — Viva- 
cité. — Fougue. 

Viltola 9 s.m. Village. 

Vinaigre Q s.m. Vinn)!7re des 
quatre négociants =^ Vinaigre des 
quatre (ou des quarante) voleurs, 
mauvais vinaigre. — 9 Crier au 
vinaigre, crier au secours, se fi- 
cher. — ; 9 Tourner au vinaigre, 
devenir malheureux. — Du vinai- 
gre.' viiel 

Vinaigrette 9 s.f. || 1 . Voilure cel- 



VINASSE. 



— 305 — 



VOIR. 



lulaire = Panier à salade. — La 
vinaigrette , qui existait encore 
dans le nord de la France en 1869, 
était une chaise à porteurs montée 
sur roues et traînée par un hom- 
me. Il '2. (Correction vigoureuse. 

Vinasse s.f. De la vinasse, du 
vin. — Quelle vinasse! quel mau- 
vais vin! 

Vingt-deux © int. Ij i . Attention î 
=zIlpUut!\\ 2. Couteau-poignard, i 

Vingt-hait Q «-n. Un vingt-huit 
jours, réserviste qui fait une pé- 
riode de vingt-huit jours. 

Vinoche 9 s. t. Vin. 

Vioc= Viocqtie# a.ets.m. Vieux. 

— Age. Voy. Viogue. 
Viochard # s.m. Fauteuil, (siège 

de vieillard). 
Violette s.f. La violette! cri pour 

annoncer la vente des éperlans. 
Violon # s.m. i'rison provisoire. 

— Sentir le violon, devenir misé- 
rable. — Jouer du violon, scier ses 
fers avec un ressort de montre ou 
un cheveu trempé dans Tacide ni- 
trique. (Larciiey) 

Violonnè # a. Misérable. (Michel) 

Vioque # s.f. = Visque, la Vie. 
Voy. Vior. 

Virgule s.f. Cicatrice. 

Vire s. m. Etre viro, être ivre, 
(anagramme de ivro, abrév. d'i- 
vrogne). 

Vironne (la) (B) s.f. La province. 

Vis s.f. Cou, gorge. — Serrer la 
vis, étrangler. — On dit aussi ser- 
rer la vis à quelqu'un pour le trai- 
ter sévèrement, lui refuser des 
avances d'argent, le serrer de près. 

Visage O s.m. Trouver visage de 
hois, ne trouver personne; (se trou- 
ver devant une porte fermée). — 
Visage de constipé, figure p&le ou 
jaune. — Visage de campagne, 
derrière. 

Viscope s.f. Visière, et parexL, 
casquette. 



Vise-au-trèfle s.m. Infirmier 

Visque 9 s.f. Voy. Vioque. 

Visqueux s.m'. Souteneur. 

Vit # s.m. Membre viril. 

Vitelotte s.f. Nez rouge comme 
la pomme de terre d;» ce nom. 
(Lauchky) 

Vitre s.f. Monocle. — Carreaux, 
de vitres, verres de lorgnon ou de 
lunettes. 

Vitrier s.m. Chasseur de Vin- 
cennes. — Les vitriers, les carreaux 
au jeu de cartes. — Quinte man- 
geuse dans les vitriers, quinte ma- 
jeure à carreau. 

Vitriol s.m. Eau-de-vie. 

Vitrioler O v.a. Asperger de vi- 
triol. 

Vitrioleur, ease. O s. Qui jette du 
vitriol, pour aveugler ou défigurer 
par vengeance. 

Vivoter Qv.n. Vivre péniblement. 

Vlan O »• inv. Chic = Copurchic=z 
Pschutt. Néologismes pour dési- 
gner le comble de rélégance(l 867). 
Vlan semble venir de Tint, vian/ 
frapper. 

— Cest très vlan ! se dit d'une 
chose qui frappe par sa beauté. 
Svn. de Texpression : Cest tapé. 

[tlNMERMANS.J 

Voie s.f. Foutre une voie de 
bois à quelqu'un, le battre. 

Voile (F. -M.) s.m. Nappe. 

VoirO© v.av.n. et y.pr. En faire 
voir à quelqu'un, 1 agacer, le 
tourmenter. = Voir en dedans, 
dormir. — Voir la lune, perdre sa 
virgjinité. — Voir une femme, 
avoir des relations sexuelles. — 
Voir rouge, avoir des idées san- 
guinaires. — En voir la farce, 
s'en passer la fantaisie. — Voir 
Sophie, avoir ses menstrues. — 

— Voir trente-six chandelles, être 
ébloui, avoir des étourdissements. 

— # Se faire voir, se faire attra- 
per ; se faire duper. 

20 



VOIRIE. — 3 

Voirie Individu méprisahle. 
Toite © s.f. Voiture, (abrév.) 
Voiture © s.f. Voiture à talons, 

jambes. 

Volailles p s.f. Il l. Aspiranlà 

l'Ecolcniililaire de Saiot-CjT. || 

2. PrOBtiluéc voleuse, (j.d.m.) 

Volailler © O v.n. Voler ma- 

ladroiletnent. 
VoiaJllon 9 s.m. Voleur mala- 

droit. 
Volant 

leau. I) 2.Volaille. 

Volante « 3.r. I| 1. Plume. 1| 3. 

Dépêche. — TËlégrammc. Il 3. La 

Police. 
Volaptilt O ^f- Langue univer- 
selle. 
Vol-an-vent ^ s.m. Plume. — 

Girouetle. — O Avoir une tcre- 

viise dam lu V'rl-au-venl, dam ta 

tourte. Être loqué. 
Vol* © a. Etre voté, être déçu, 

désap|ioinl(<. 
Tolige s.f. Personne maigre et 

plate comme une latle. — Du fr. 

volige, laite ù ardoises. 
Voltigeante ® s.f. |{ 1. Pous- ' 

siôre. Il 2. Plume {à écrire). 
Voitigeur^s-m. Apprenli maçou. 
Vouer© v.a. Etre roué au blime, \ 

être paresseux. — Voué auyiune, \ 

être cocu. I 

Voulu O a- Subslitulion de la vo- 

loiiie de l'arlistc ou de l'écrivain i 

& l'obscrvalion de la nature ou \ 



des caractères. (Labcbet) « Cest 
voulu, ce n'est pas sincère. » 

(V. SARDOt). 

Vonsallle = Vonsigand # pr. 

pers. = \'oiière=. \oiigut. Vous. 

Voyage s m. Voyage au long 

cours, la déportalion. 
Voyante Q s.f. Femme qui vend 
des pronostics à la maison de 
jeu de Monte-Carlo. 
I Voyla © prdp. Voyla rage, éton- 
nant, surprenant. 

.... Ho: •vyla nnt. 
Ella comnwiKe <If 1ioaii« hnin. 
(Q. H.KOT. DiaJoçiàe di dt^e mmourtux). 

Voyou, onse, onte. Q s. Gamin 

qui traîne sur la voie pabliqne. 

— Individu qui se conduit crapu- 

leusemcQt. 
Voyoncrate Qsm. Quise conduit 

comme un voyou (v.c.m.) el en 

fréquente d'aulres. 
Voyoncratle Q s.f. Réunion de 

voyous, de vnyoui:ratp>, v.c.m. 
Voyontados © s.m. Cigare d'un 

son. 
Vosiftre == Voaigne pr. pers. 

Vo . Vouiaitle. 
Vrai O s ■"'■ tT'i vrai, un homme 

bonnéte, franc et loyal. 
Vrlgnole # s.f. Pour erignoU. 

Vrille ® s.f. Lesinenae = fiou- 

Vu • a! Elre vu, être dupé. 



■w 



IVagon © s.m. ^ Fourneau || i. 

Imbécik'. || S. Prostituée. || 3. 

Grand verre de vin. (Lahcbet) 
Wallece © s.f. Eau des fontaines 

publiques. — Du nom de sir Ri- 



chard Wallace, qui fit don d'na 

f^rand nombre de ces fontaines ft 
a ville de Paris. 
Vffaliacer © v.n. Boire de Vtta 
de la mafia», v.c.m. 



WATERLOO. 



— 307 — 



ZINC. 



"Waterloo O n.pr.m. Derrière. cercle où les grecs ont été surpris 
— Un cercle qui a son Wat(irloo, trichant. 



X 



X O s*^* Inconnu. 
Polytechnicien. - 



-Anonyme. — 
Fort en X. fort 



en mathématiques — Tête à X, 
tête de mathématicien. 



Y 



Yachting^ O s.m. Sport nautique. 

— Pêche. — Régates. — Natation, 

etc. 
Yachtsman O s*™* Individu qui 

s'adonne au yar.hting, v.c.m. 
Yeux s. m. pi. Voy. (EU. 
Youdi == Yeute = You tre © s . m . 



Juif. — De Thébreu Jehudhith. 
Youtrerie © s.f. Ladrerie. Voy. 
Yowli, 

s.m. Huis, porte. — L'orthogra- 
phe ancienne est uis. 

Et babignei toujours tux y$. 

(VuJLOli). 



Zanzibar Q s.m. Jeu de dés chez 
le marchand de vin. 

Zeph s.m. Vent (abrév. de zé- 
phir). 

Zéphir (mil.) s.m. Infanterie légère 
d'Afrique. 

Zeruart (B) s.m. Prédicateur. 

Zeruinois (B) s. m. pi. Procu- 
reurs. 

Zeruinoi8-gourd(B) s.m. Avocat. 

Zer ver© v.a. Pleurer (pour verset"). 

Ze-ze © s.m. Individu qui zézaie. 

Zichiuetta #s.f. Pron. squinelta. 
Jeu de hasard où le donneur fait 
sauter la coupe. — Se joue dans 
les quartiers habités par les 
Italiens, cela s'appelle *< rouler 
de bonnes pâtes d'Italie. » 

Zif 9 s.m. Marchandise imaginaire. 



— SoUiceur de zif, individu qui se 
fait donner de l'argent sur des 
marchandises qui n'existent pas. 
Zifç=Zigue©s.m. Camarade. -~ 
Compagnon, -r- Homme franc et 

§ai. — Bon zig^ bon ami. — Zig 
'attaque, ami sur lequel on peut 
compter. — Zig à la rebiffe , réci- 
diviste. —Du nom de lingari qu'on 
donne aux Bohémiens. 

Zigzag s.m. O © Bancal — 
Boiteux. 

Zigzaguer © v.n. Faire des zig- 
zags en marchant. 

Zinc -= Zingne © s.m. || 1. = 
CA»c,v.c.m. — Avoir du zinc, avoir 
de l'élégance. — C'est aussi avoir 
une voix bien timbrée. || 2. Ar- 
gent, monnaie. || 3. Comptoir de 



ZINGDBB. — 31 

marctiand de vin. <i Prendre un 

verre sur le zinc. » |[ 4. Zinc des 

ratichons, mallre-aïUel. 
Zingner © v.n. Boire sur le sine, 

v.c.m. (3). 
Zingueur s. m. Buveur habitué 

des iines, v.c.m. (3). 
Zingot O E.m. Harcliand de vin. 

Voy. Zinc (3). 
Zonas. f. Prosliluée (arg. desjuifs}. 
Zouxon s. m. Zouave. 
Zoze 9 a. Soucie io«c, pain bis. 
ZoBOtte s.f. Argent. — Mettre 

le doigt sur la toiotte, découvrir 

où se trouve l'argent qu'on veut 



16 — ZUnSTE. 

voler. — La toxotte à ia Louis, 
rainent d'une prostituée. — 
Formé de la forme abrâgée de 
petotte pour pesce, pèse, péit, le 
pognon. [TiMMEHHjk^s.j 

Zut Inlcrjectlon pour exprimer 
que l'on se moque d'une chose. 
— Siguiflc aussi Don. « Ah! zut 
alors! n Néologisme, du skt suth 
dédaigner, action de faire fût, 
sorte d'interjection exprimant im- 
patience ou aversion (BunnocF 
page 72fi, col. a). = Troys .' (V). 

Zatlste0s.m. ^JIfen/'oulûte;Voy. 



FIN DO DICT10>NAIRE ARGOT- FRANÇAIS. 



DICTIONNAIRE 



FRANÇAIS-ARGOT 



A 



Abaissement = Bassesse. Humi- 
liation. Humilité. Aplatissement. 

Abaisser = S'humilier. Ramper. 
Se ravaler. Voy. S'aplatir. 

Abandon = Désistement. Renon- 
ciation. Isolage. Lfîchage. 

Abandonné = Délaissé. Lâché. 
Voy. CuAMPi. 

Abandonner = Délaisser. Quit- 
ter, Renoncer. Voy. S enfuir, S'en 
aller. Balancer, Bloquer, Décar- 
rer, Gameler. Isoler. Lâcher. 
Laisser en plan^ en panne. Pla- 
quer, Poser un lapin. Renâcler, 
Se débarquer, Voy. Cran, Gamelle, 
Lâcheur. 

Abasourdi. Ahaf ointe, Abalobé, 
Voy. Baba. 

Abasourdir = Assourdir. Étour- 
dir. Casser la tétc, les oreilles. 
Aplomber. Basourdir, 

Abat-jour. Abat-reluit. 

Abattement =Accablcm en L Ané- 
antissement. Découragement. 
Affalement. Avachissement, 

Abattre = Renverser. Plaquer, 



Abattu = Accablé. Anéanti. Af^ 
falé. Assommé, Avachi, (Met.) 
Avoir la mort dans l'âme. Les 
bras m'en tombent. 

Abbaye. Voy. CouYent. 

Abbé. Voy. Prôtre. Goussé-Razis, 

Abbesse. La mère. Mère abbesse. 

Abdomen. Voy. Ventre. 

Abeille. Fille 'galante. 

Aberration. Voy. Folie. 

Abêtir. Voy. Abrutir. 

Abhorrer.* Voy. Détester. 

Abtme. Esquinte, 

Abject. Voy. Méprisable. 

Aboiement. Jaspinement. Roule^ 
ment de tambour. 

Abolir. Voy. Détruire. 

Abolition. Wov. Destruction. 

Abominable. Voy. Laid, Mauvais. 

Abondamment = Amplement. 
Considérablement. Copieuse- 
ment. Largement. Abouche que 
veux-tu. A foison. A bauge. A 
gogo, Gourdement, 

Abondance = Affluence. Aisance. 
Opulence . Quantité . Richesse. 



ABONDANT. 



— 310 — 



ACCROITRE. 



Aboulage. Gourderie, Voy. As- 
siette, Gras. 

Abondant = Opulent. Voy. Beau- 
coop. Crespinière. A chier par- 
tout. 

Aborder = Accoster. Approcher. 
Joindre. Accrocher, Aura/er. 
Amarrer, haccrochcr. Taper. 

Aboutir. Accoucher. 

Aboyer = Glabauder. Jaspiner. 

Abri (Être é, V). Etre blindé, cui- 
rassê. 

Abruti. Voy. Béte. 

Abrutir =* Abêtir. Ahurir. Etour- 
dir. Stupéfier. Aainver. Crelini- 

" sei\ Endormir. Huitrifiei\ Jvbar- 
der. (M6t.) Faire tourner en bour- 
rique. 

Abrutissement. Voy. Bêtise. 

Absence de = Manque de. Nib 
de.,. 

Absinthe (plante). Herbe sainte. 

Absinthe(Iiqueur).V.c. m.auDict. 
Arg. Fr. Abs. Bavaroise aux choux. 
Bleue. Bureau arabe. Correspon- 
dance pour Charenton. Douanier. 
Eau de moule. Eau de savon. Fée 
aux yeux verts. Génépi. Groseillt 
de zouavn. Hussarde. Pernod. 
Pen'oquet. Pure. Suissesse. Verte. 

Absoudre. Voy. Acquitter. 

Absurde. Vov*. Bête. 

Absurdité. Voy. Bêtise. 

Abus de confiance. Voy. Escro- 
querie. 

Abuser de = Exploiter. Echau- 
der. Ecorcher. 

Abuser (S') = S'illusionner. Voy. 
Se tromper. (Met.) Se dorer la 
pilule. Croire que c est anirt'. Se 
fourrer le doiyt dans Vœil. Se 
monter le bourrivhon, le job. Se 
monter le coup^ le verre en fleur. 

Académicien = Immortel. Les 
Quarante (pi.). Chybre. Coupo- 
lard. Fossile. 

Acariâtre Voy . Grogfnon. 

Accablé. Avoir plein le dos. 



Accablement = Anéantissement. 
Découragement. Voy. Abatte- 
ment. 

Accabler = Agonir. Voy. Abattu. 
Ennuyer. Voy. Agomser. 

Accaparer. Voy. Tirer. 

Accident. Voy. Malheur. 

Acclimater. Apascliner. 

Accommodant. Voy. Bois. 

Accommoder (S'). Acccerer. 

Accord (D'). Pareil. 

Accorder (S'). Voy. Sentendre. 
Corder. Marcher avec. 

Accoster. Voy. Aborder. 

Accouchée. Largue en vidange. 
Pondeuse. 

Accouchement = Enfantement. 
Aboulement. Débâcle. 

Accoucher = Enfanter. Engen- 
drer. Aboulcr, Casser son œuf. 
Débouler. Mômir. Pisser des os. 
Pisser sa côtelette. Pondre. Vê- 
ler. — Faire accoucher : Dé6ac^. 
Décrocher. Dépoter. 

Accoucheuse == Sage-femme. Dé- 
bdcleuse. Déballeuse de pelits-sa- 
lés. Gueltt'-au-irou. Madume Ma- 
nicon. Mômeuse. Mômière. Tire- 
môme. Tire monde. 

Accouplement. Voy. Coït. 

Accoupler (S'). Voy. Coïter. 

Accourir. A bouler. 

Accoutrement. Voy. Vêtement. 
Carnaval. 

Accoutrer (S'). Voy. S'habiller. 

Accréditer. Voy. Recommander. 

Accroc. Voy. Difficulté. 

Accroché. " Voy. Pendu. Grup, 
Grupfté. 

Accrocher. Voy. Pendre. .Agrafer, 
Brancher. Graffer. Grupper. 

Accroire (Faire). (Met.) Faire 
avaler la pilule. Fairt- couper^ 
coupt'r dans le pont. Faire gober. 

Accroissement. Voy. Augmenta- 
tion. 

Accroftre. Voy. Agrandir, Aug- 
menter, Economiser. 



ACCROUPIR. 



— 311 — 



AFFIRMER. 



Accroupir (S'). S'accoufler. S'ac- 
couver, S*accrouer. Se mettre à 
crou-croUf à croupetons y en chien 
de fusil. 

Acculer. Coller. Coller sous bande. 

Accumuler. Voy. Augmenter, 
Economiser. 

Accusation. Fargne. Voy. Dévi- 
dage. Fièvre.. 

Accusé = Inculpé. Ecorné. 

Acharnement. Obstination. Voy. 

ACHAR. 

Achat. Voy. Margoijlinage. 

Acheminer. Voy. Arranger, Pré- 
parer. 

Acheter. Abloquer. Abloquir. 
Abroquer. Attriquer. Biblotcr. 
Bloquir. Cameloter. 

Acheteur = Acquéreur. Ablo- 
queur. Attriqueur. Ribloteur. Voy. 
Margoulin. 

Achever. Voy. Finir. Chevir. 

Acolyte. Voy. Associé, Compa- 
gnon, Compère, Complice. 

Acompte. Arrosage. Voy. Arroser. 

Acquéreur. Voy. Acheteur. 

Acquiescer. Voy. Approuver. 

Acquit. Voy. Quittance. 

Acquitté. Ûé>ird. Uéf'irgité. Dévoya. 

Acquittement. Décarrade. bé- 
carre. Dccarremcnt. 

Acquitter nir Absoudre, (iracicr. 
Pardonner. Défanjuar. Dévoyer. 
Engracier. 

Acquitter (S'). Sf defisab r. 

Acrohate. Voy. Saltimbanque. 

Acte. Voy. Accusation. 

Acteur = Comédien. Cab. Cabo. 
Cabot. CaboUn. Mialoqueur. Mis- 
loquier. Voy. BuicuE-TRor, Chor, 
Cuéatelr, [)<>i rl( kk, Kgyptikn, 
Etoile, Kw;rKA\T, Kigi hvtion, 

HOGM HK, SaHOT, TOMUKIK, Ve- 

DE'rrE. 
Actif, b'attaque. 

Action = Fait. Exploit. Voy. C^este. 
Activer = l'rcsscr. Chauffir. (Met.) 

Donner un coup de collier. Donner 



les coups de poing de la fin. Etre 
à la cravache. 

Actrice = Comédienne. Voy. Ac- 
teur. Cabotine. Misloqucusè. Mis- 
loquière. 

Addition = Adjonction. Voy. Bé- 

QIJET. 

Adjoint. Voy. Condé. 

Adjonction.* Voy. Addition. 

Adjudant. Chien de régim^^nt. 

Administrera Donner rextréme- 
onction. Gi^aisser les bottes. 

Admirable. Voy. Beau. *Ca<apu/- 
tueux. Mirobolant. 

Admis à (Être) Engraxnei\ 

Admonester = liéprimander. 
Voy. Gronder. 

Adorer. Voy. Aimer. 

Adresse. Voy. Habileté, Ruse. 

Adresser. Voy. Envoyer. 

Adroit = Habile. Itusé. Voy. Malin. 
(Met.). Avoir le pouce rond. 

Adultère. Voy. Cocu. (Met.). Con- 
versation criminelle. Chasser sur 
les terres d'aulrni. Donner des 
coups de canif dans le contrat. 
Infortune conjugale. 

Adversité. Voy. Malheur. 

Affable. Voy. Aimable, Bienveil- 
lant. 

Affaibli. Vov. Aile, Lampe. 

Affaire. A/'f. Dalle. Mot Chopin. 
Flambeau. Flanche. Voy. Cocanti:»!, 
Fonts, Lanceir, Margouliner. 

Affamé ELre). Caner la Fcgrcnne. 

Affectation = l'édanlorio. l'réten- 
tion. Voy. Bégueule, Poser, 
Poseur. Vose. 

Affecter. Voy. Poser. 

Affection. Vôy. Amitié, Amour. 

Affectueusement. Amicabkmcnt, 

Affirhe. Mniteuse. 

Affilié. Voy. Associé, Compère, 
Complice. Voy. Franc (8). 

Afflquets = Ajustements. Affu- 
tiaxu:. Agios. 

Affirmation. Voy. Approbation. 

Affirmer = Assurer. Ccrlitier 



{ 



AFFLICTION. 



- 31Ï - 



AIMER. 



Bonjr. Voy. Billet, Phexdiie. 
(Hét.) HeltVe sa main au fcti. 

Ataictlon. Vof. Chagrin, Ennui, 
Sonlfrance. 

Affligé. Vay. Chagriné, Ennnyé. 

Affliger. Vov. Chagrinar.Ennnyer. 

Afflaance. Vov. Abondanca. 

Affluer. A bouler. 

Affoler (S') ^ Perdre la tramoa- 
tanc, le nord, l'erdrc la boule, 
la boussole, la carte. 

Affreux. Vov. Laid. 

Affï-oDt. Vov. Honte, Injure. 
Vov. Mkttbe. 

Affubler (S'). Voy. S'habUler. 
S'enearnavaler. 

Africain. Voy. Nègre. Arbko. 
Arbi. 

Agaçant. Voy. Ennnyenx, Impor- 
tun. 

Agacé. Voy. Ennnrâ. 

Agacer = Harceler. Irriter. Voy. 
Ennuyer, Exciter. Aslicoter. As- 
tiquer. BauroleT. Emboucanei'. 
Emmerder. Faite mal. Faire pisser 
des tames de rasoir en travers. 
Scier. 

Agé. Lonyï^. 

Agence. Voy. Bureau. 

Agencer. Voy. Ktjsccrktfr. 

Agent. Voy. Àsgk, Cocantin. Heh- 

UDET, SMITEROLLE, S*lTEBOM>. — 

Ag<^nt de police. Vov. Hoachard, 
Police, Sergent àt ville, Sû- 
reté. 

Aggraver. Vov. Augmenter. 

Agile. Voy. Alerte. 

Agioter. 'Capitaine!'. 

Agioteur. Capiliiine. Enfonceur. 
Tripolfur. 

Agir. Voy. Paire. (MÉl.) V aller 
gaiement. 

Agitateur. AsenI provocateur, 
Allameur. Diable. 



maneker. Se démantibuler. S'i- 

aourer. Se grouiller. 
Agneau. Voy. Monton. 
Agonie. Voy. Moribond. Canage. 

Crevaison. Fine pégrenne. Voy. 

Agonir. Vov. Accabler. 
Agoniser. Voy. Malado, Honrir. 

Voy. Article, Dêdike, L«mpe. 

Agrandir, ^'ov. Aagmenter. 

Agréable =^ 'Charmanl. PlaJsaoL 
Voy. Bean, Galant. 

Agrément. Voy. Bonheur, Plaiair. 

Agresaenr.Vov.ABaaaain. Su((eur. 

Agriculteur. Vov. Paysan. 

Agripper. Voy. âaiair. 

Agnerrl =: Solide. Intrépide. 
Voy. Brave. Dur à cuire. Bougre à 
potls. 

Aguerrir. Calai ter. Dégùurdir. 
Dita/fer. 

AguetB(Ktre anx). Vov. Guetter 

Aburi = Hébété. Vov. Bitt., 
Etonné. Ahuri de ChaiUot. 

Abnrlr. Voy. Abrutir. 

Aide. Voy.' Complice, Soutien. 
Voy. AiiiK-ciRGOT. Mecamcien. 

Aider ^ Secourir. (Mfl.) Douner 
un coup de main. 

Atenl. Vov. Grand-pire. 

Aiguille. Sairc. Chassue. CW. Pin- 
cehijue. 

AignlUetteB. lie t tes. 

Ail. Apic. Truffe de Marseille. 

Ailleurs. .Au diable. .Au diable 
Vmvci-t. 

Aimable = Ail'abte. Cordial. 
Cliarniunl. Voy. Galant. Amileax. 
Amour. Girofle. 

Aimé (Etre) = Etre la coqueluche 
de. Etre à la bonne. 

Aimer = .Adorer. S'éprendre, 
ItafTolcr. (Met.) .Aimer comme la 
prunelle de ses veux. Aimer 
comme ses petits lioyaux. Se coif- 
fer de. Faire son Dieu de. S'entl- 
clicr de. En tenir. Voir d'un bon 
(Cit. jliîoir à la bonne. Aroir dans 



AIMER. 



— 313 — 



AMANT. 



le sang. Avoir un hégnin. Engan- 
ter. Gobei\ Etre toqué de. Sentir. 
Se toquei\ Voy. Filer, Gatkau. 

Aimer (en parlant des choses). 
Ne pas cracher dessus. 

Ainsi = Sic. Comme aco. 

Air. Voy. Allurd. 

Air (élément). Voy. Fracraxce, 
Halle. 

Aisance. Voy. AbondaDce. 

Aisances. Voy. Lienz. 

Aisé Voy. Riche. Etre dans le grain. 

Ajustements = Âftiqucts. A/fu- 
tiaux. Agios. 

Alarme. Voy. Exclamation. Voy. 
Arçonner. 

Alarmiste = Pessimiste. (Met.) 
Docteur Tant Pis. Oiseau de 
mauvais augure. Prophète de 
malheur. 

Alcoolique. Voy. Ivre. Ivrogne. 

Alêne. Lance de saint Crétin. 

Alentour. Alentoir. 

Alerte. Voy. Exclamations, Signal. 

Alerte (adj.). Açile. Allègre. Dis- 
pos. Léger. Leste. Prompt. Vif. 
Démon. Diable. 

Algarade. Voy. Aventure. 

Alibi. Parade! Parapluie. Voy. Se 

PARER. 

Aliéné. Voy. Fou. 

Aligner (S'). Se porter' sur la base. 

Alimentation. Voy. Nourriture. 

Aliments. Voy. Nourriture. 

Alité. Sur le flnnc. 

Allécher = Amadouer. Voy. Atti- 
rer, Séduire. Voy. Acouilner. 
Vannage. 

Allègre. Voy. Alerte. 

Allemand. Alborhe. Boche. Bosch^ 
Choucroutman. Mangeur de chou- 
croute. Pj^usco. Prussien. THc de 
boche. 

Aller = Marcher. Voy. Va-et- 
vient. hiei\ Brouei'. Voy. Aller. 

Aller (S'en) = S'échapper. S es- 
quiver. Se retirer. Voy. Aban- 
donner, S'enfuir, Fuir, Partir. 



Se bairer. Se la briser. Se carapa- 
ter. Se cavalei\ Se a^iquer. Se dé- 
biner. Se dévissei\ Se la donnei'. 
Se donner de r air. S'écarbouillei'. 
S'esbigner. Se sylphidei\ Se trot- 
ter. Voy. Fourneaux. 

Alles-vôus-en = Aller vous pro- 
mener. Allez vous asseoir. Allez 
vous faire foutre. Allez vous faire 
hmlaire. Aller vous laver. Houste! 
Houste à la paille ! 

Alliance. Voy. Association, Ba- 
gue, Mariage. 

Allié = Aide. Voy. Complice. 

Allonger. Voy. Long. (Met.) Pren- 
dre le chemin des écoliers. 

Allumer. Voy. Enflammer, In- 
cendier. Coquer le ri Ile. 

Allumette. Bûche. Faibloche. Plom- 
bante. Souffrante perlée. Voy. 

FiDIBUS. 

Allumeur. Voy. Lantimèche. 

Allure = Air. Attitude. Mine. Mise. 
Tournure. Chic. Fion. Touche. 
Voy. Cheveu, Figlrant, Marquer. 

Altercation =1 Querelle. Voy. Dis- 
pute. Empoignade. 

Altéré. Voy. Soif. Assoiffé. Bec 
salé. 

Alternative (Etre dans T). (Met.) 
Avoir le cul entre deux selles. 

Amabilité =(jenlillesse. (iracieu- 
seté. Girojlerie. 

Amadou. Basane. Bois pourri. 

Amadouer = Allécher. Voy. At- 
tirer, Séduire. 

Amalgame. Voy. Mélange. 

Amande. Cassante. Princesse. Sul- 
tane. Voy. Flii»i»e, Paden, Phi- 
lippe. 

Amant ^payant) = Entreteneur. 
Ami. Banquier. BiHeàpain. Des- 
sus. Éclaireur. Époux. Milord. 
Mon homme. Monsieur. Monsieur 
un Tel. Mon vieux. Nabnb. Négo- 
ciant. Ponteur. Prince. Protecteur. 
Singe. Type. Voy. Effectif, Miche. 

Amant (de cœur) =r Céladon. 



AMANTE. 



— 314 — 



AMUSEMENT. 



Arthur, Caprice. Dessous. Gigolo. 
PaHlas,son, Petit, Poète, Voy. 
Amoureux, Desgrieux, Grelucdon, 
Illégitime, Tourtereaux. — Pour 
la catégorie des amants qui vi- 
vent de la prostitution, Voy. Sou- 

TEISEUR. 

Amante. Voy. Maîtresse. 

Amarre. Vov. Gable. 

Amas =: Bloc. Voy. Farracot, 
Magot, Mo:^t-joie, Pâté, Pile. 

Amasser. Voy. Angmenter, Eco- 
nomiser. 

Ame= Esprit. Vie. Affe. 

Amélioration. Lessive. 

Améliorer. (Met.) Mettre du beurre 
dans ses épinards. 

Amende. Calange. Calenge. Voy. 
EcROu, Pergée. 

Amender (S*). Acheter une con- 
duite. 

Amener. Voy. Attirer. 

Américain. Fré9*e Jonathan, Yan- 
kee. 

Ameublement. Voy. Mobilier. 

Ami. Voy. Amitié, Camarade, 
Compagnon. Arhate. Amache. 
Amary Amaivre, AminchCy Amun- 
che, Bisot. Copain. Copin. Fnnan- 
de. Ftinandel. Farnandel. Fran- 
gin. Frère. Goaselin. Maire. Ma- 
telot. Mignon. Minon. Mion. Mo- 
nant. Poteau. Zig. ligne. Voy. 
Ami. 

Amical. Amiteux. Girofle. 

Amicalement. Amicablement. 

Amie. Voy. Maîtresse. Monante. 
Sœur. 

Amitié 'Mots d*) à redresse d'un 
camarade. Ancien. Branche. Bii- 
gund. Canard, Canasson. Cher ou 
Excellctit bon. Chinois. Colon. Co- 
quin. Gueuaard. Gueux. Ma 
vieille. Mon bon. Mon bonhomme 
Mon fislon. Mon matelot. Mon pe- 
tit. Mon vieux Polisson. Voy. 

LOUF-LOUF. 

Amitié (Mots d') à l'adresse d'une 



femme. Bébé. Bibiche. Bichette. 
Bobonne. Coquine. Gueuse. Ma 
bonne. Ma cocotte. Ma mie. Ma 
petite. Mon ange. Nichette. Ni- 
chon. Nini. Polissonne. Poupoule. 

Amitié (mots d*) à l'adresse d'un 
enfant. Bébé. Bichon. Chat. Cha- 
ton. Chérubin. Chien. Chienrhien. 
Chou. Chouchou. Coco. Gueux- 
gueux. Loulou. Mon amour, ange, 
trésor. 

Amnistie = Grâce. Bedam. 

Amoindrir = Diminuer. Mitiger. 

Amollir (S'). S'aveulir. 

Amonceler. Voy. Augmenter. 

Amorce = Appât. Grainti de niais. 
Voy. GoBBE. 

Amour = Affection. Gobage. To- 
quade sérieuse. Plat. Plalo. 

Amour (L'j (mythologie). Le Dar- 
dant. Le petit Dardant. La Fée. 

Amouraché. Encoqueluchonné. 

Amourette. Béguin. Toquade. 

Amoureuse. Voy. Amante, Mal- 
tresse. Caille coiffée. Féesante. 
Moureuse. 

Amoureux m Entiché. Féru. Voy. 
Amant, Aimer, S'éprendre, Li- 
bertin, Vaillant. Chauffeur, Pée- 
sant. F'ju. Moureux. Toqué. * 

Amphithéâtre. Amphi. Voy. Pa- 
radis, POUILAILLER. 

Amplement. Voy. Abondamment. 

Amplifier. Vov. Exagérer. 

Ampoule =: Cloche. Cloque. 

Amputation 

Amputer. Voy. Couper. Charcuter. 

Amulette = Féliche. Corde de 
pendu. Gris-gris. Manitou. Mas- 
cotte. Porte-bonheur. Porte-veine. 

Amusant = Cocasse. Comique. 
Divertissant. Drôle. Voy. Bizarre. 
Crevant. Drolichon. Farce. Foli- 
chon. Gondolant. Rigolard. Rigol- 
boche. Rigolo. Rigouillard. Tor- 
dant. Voy. Encadrer. 

Amusement = Divertissement. 
Réjouissance. Gobichonnade , Go- 



AMUSER. 



— 315 — 



APPOINTEMENTS. 



bichonnage. Godaille. Godaillerie. 
Rigolade, Riolc. Riolle. 

Amuser = Divcriir. Flamber. 

Amuser (S' j =: Se divertir. Folâtrer. 
Folichonnrr. Se réjouir. Voy. 
Nocer, Rire. S'embrochifier. Faire 
la fête, Gaudrioler. Gobichonuer. 
Godailler. Se gondolet\ Rigol^ 
bâcher. Rigoler. Rigouiller. Se 
tordre. Voy. Bombe, Bordée, 
Jeune. — Pour S'amuser aux 
dépens de quelqu'un. Voy. Se 
moquer. 

Au = Année. Dergn. Rrisque, Lon- 
que. Fige. Voy. Feuille, Gerbe, 
Longe. 

Analogue. Voy. Semblable. Syna- 
gogue. 

Anarchiste. Anarcho. Compagnon. 
Dynamiteur. Partagetix. 

Ancien r= Suranné. Voy. Vétéran, 
Vieillard, Vieux. Aile de pigeon. 
Chevronné. Fossile. Longé. 

Ane = Aliboron. Baudet. Grison. 
Ignorant. Hossignol ou Roussin 
d'Arcadie. Aurillard. Auzard. 
Aze. Branque. Jéi'usalem -poney. 
Martin. Oreillard. 

Anéantir. Voy. Abattu, Détruire. 

Anéantissement = Accablement. 
Découragement. Voy. Abatte- 
ment. 

Anecdote. Apologue. Bourde. Fou- 
taise. Fotin. Hacontar. 

Anerie. Voyf Bêtise, Maladresse. 

Auges (Les). Les franclies volantes. 

Anglais. English. Englishman. Fils 
W Albion. Goddum. Goddem. Habit 
rouge. Iwjlichc, Inglickmann. Voy. 
John Blll. 

Angoisse. Voy. Chagrin, Ennui, 
Souffrance. 

Anicroche. Voy. Difficulté, Em- 
barras. 

Animal. Bébéle. 

Anneau. Voy. Bague. Voy.ARGANAU, 
(jiaussette, Manille. 

Année. Vov. An. 



Annonce (verbale). Boniment. Pal- 
las. 

Annoncer. Faire Pallas. 

Annuaire. Bottin. 

Antécédents. Avoir payé (avoir 
été condamné). Voy. Biffeton. 

Anthropométrie (salle de V). 
Bureau des pieds. 

Antipathique. Voy. Individu. 
brôle de paroissien. Drôle de coco. 

Anus. As. As de pique. Cyclope. 
Entrée des artistes. Fignard. Figne. 
Fignedé. Le Borgne. Le petit. 
Lorgne. Pièce de dix sous. Trèfle. 
Trou. Trou du cul. Trou de balle. 
Trou d'Aix. Trou de la fine. Trou- 
fignard. Troufignon. 

Anxieux = Inquiet. A cran. 

Apathie. Voy. Nonchalance, Pa- 
resse. 

Apathique. Voy. Nonchalant, Pa- 
resseux. 

Apercevoir =:t Découvrir. Dégotter. 
Gaffer. Rembroquer. 

Apéritif. Absinthe. 

Apitoyer = Attendrir. Toucher. 

Aplatir (S'). Se plaquer. Voy. Li- 
mande. 

Aplomb. Du chien. Du chien dans 
le ventre. Du vice. Toupet. 

Apostropher. Ai^çonner, 

Apothicaire. Voy. Pharmacien. 
Diafoirus. Fleurant. Flùtement. 
Insinuant. Potard. Purgon. Serin- 
guinos. Vise au trèfle. 

Appartement. Voy. Chambre, 
Domicile, Logement, Maison. 

Appât. Voy. Amorce. 

Appeler. Voy. Hisser. 

Appétit. Voy. Faim. Voy. Four- 
chette. 

Applaudir = Claquer. Chauffer. 
Voy. RoiRE, Entrée. Manger. 

Appîaudisseur. Voy. Glaqueur. 

Appliquer. Voy. Mettre. Voy. Dé- 
MOucni-n'E. 

Appointements = Paye. Galette. 
Sainte-Touche. 



APPORTER. 



— 316 — 



ARME. 



Apporter. Aboulei\ 

Apposer. Voy. Mettre. 

Apprécié = Avoir Toreille du 
public. Avoir à la bonne. Gobé. 
Mouillé. 

Apprendre. Entraver, 

Apprenti = Elève. Novice. Saute- 
ruisseau. Apprenti f. Arpête, Ar- 
pelte. Attrape-science, Bec-jaune, 
Ré jaune. Conscrit, Crapaud, Gali- 
fard. Lofât, Loffe. Loffiat, Mou- 
nin, Voy. Bistot, Guétif, Lapin, 
Marcassin, Potard, Rapin, Renard, 

RiCOCIION. 

Apprentie. Groulasse, Groule. 
Trottin, Voy. Main. 

Apprentissàfi^e. Voy. Entravage. 

Approbation = Affirmation. At- 
testation. Bien. Bravo. Certaine- 
ment. Voy. Oui. Gigot. Girole. 
Got, Jaspth. Je marche. Si fait. Si 
Ouiche, (iron.). 

Approcher. Voy. Aborder. 

Approfondir (tig.) = Creuser. Se 
creuser la cervelle. Creuser une 
idée. 

Approprier (S*). Voy. Esgard. 

Approuver = Acquiescer. Con- 
sentir. (Met.) Opiner du bonnel. 

Approvisionnement. Voy. Pro- 
vision. 

Appui. Voy. Soutien. 

Arabe. Arbi. Arbico, Bachi-Bou- 
souk. Voy. Sabir. 

Araignée^ Maçonne, Sisyphe, Ten- 
dense. Vagabonde, 

Arbitraire. Féodec. 

Arbre. Porte- feuille. Quoquard, 

Archevêque. Archipointu. Gourd- 
Razis, 

Architecte. Tire-ligne. 

Arctitude. Voy. R\rré. 

Ardent. Voy. Brave. 

Ardeur = Chaleur. Zèle. Graisse 
d'abattage. 

Argent (métal). Blanc, Ce. 

Argent (monnaie) = Nerf de la 
guerre. Pécune. Quibus. Voy. 



Pièces. Achetoir, Achetoire. Achf- 
toirs (pi.). Auber, Aubert, Bote, 
Bath, Batte, Bagafe, Beurre, Bis- 
cuit, Blanquette, Braise, Caire. 
Carie, Carme, Ce, Ce qui se pousse. 
Du blé. Du chènevis. De la cHn- 
quaille. Croix, Dole, Dalle. 
Douille, Etoffes. Face, Gaitte, 
Galette. Galletausse, Galiouse. 
Gibe. Grain. Graisse. Grisbis. 
Huile. Mazille. Menouille. Me- 
nuaille. Métal. Miche de pro- 
fonde. Michon. Momifie. Moules 
de bouton. Nerf. Noyaux. On- 
guent. Os. Oseille. Pèse. Pèxe. 
Picaillons (pi.). Pimpions (pi.). Du 
plâtre. Pognon, Poignon. Point 
Pouiffe. Poussier, Radin, Radis 
Ragots (pi.). Bond, Rondins (pi.) 
Ce (pi.). Roulants de Ce, SU nomen 
Delà tune. Vaisselle de poche. Zinc 
— Donnerde Targent. Voy. Payer 
Manquer d'argent. Voy. Malhen 
reux, Ruiné. Voy. Ëztorcpier- 
Voy. Arche, Casquette, Eclai- 
rage, Eléments, Estomac, Fourbi, 
Gras, Magot, Masse. 
Argenter. Blanqueter, 
Argenterie. Blanc. Blanquette, Ce, 
Argot. Arguche, Arlis, Bigorne. 
Jar, Jars. Langue verte, Lar- 
(jonji. Latin. — Argot allemand. 
iiothwalsch, .Argot anglais. Cant. 
Slang. Argot arabe. Arabe Sabir. 
Argot espagnol. Gei^iania. Argot 
hollandais. Dieventaal, Bargœnsch. 
Argot italien. Gergo. Voy. Argo- 
TER, Argoteur, Argotier, Chi- 
NoisKR, Enterver, Jarguer, Java- 

NAIS. 

Argotique. Bigorne, 
Aristocrate = Ci-devant. Noble. 

Talon rouge. Aristo. Blasonné, 

Réac, Régence, 
Aristocratie = Noblesse. La 

haute. Faubourg-Germain, 
Arme = Porte-respect. (Voir les 

noms des différentes armes.) 



ARMÉE. 



— 317 — 



ASSIETTE. 



Armée. Versaillais (1871). 

Armoire = Bahul. Garante. Quo- 
quante. Serrante. Voy. Bara- 
QUK (4), Double-face. 

ArpeOoi^ (S.-et-O.). Arpagar, 

Arquebuse. Passante. 

Arracher. Voy. Baume. 

Arranger = Acheminer. Combi- 
ner. Maquignonner. Mijoter. Ha- 
fisloler. Voy. Préparer. Accœrer. 
Afistolev. Camoufler. Maquiller. 
Rafuter. Ripatonner. 

Arranger (S') = Se débrouiller. 

Arrestation. Voy. Emprisonne- 
ment. Ballonnement. Bouclage. 
Levée. Voy. Enfilade, Enfilage. 

Arrêt = Suspension. Voy. Brisure. 

Arrêté. Ballonné. Bouclé. Coltigé. 
Enferrée Englué. Fabriqué. Faire 
du 7'egoùt. Fait. Ferré. Grimé. 
Incommodé. Levé. Pigé. Pincé. 
Pipé. Poissé. Hamassé. Roussi. 
Rousti. Soufflé. Tombé malade. 
Voy. Fabrication, Linge. 

Arrêter = Capturer. Voy. Empri- 
sonner, Flagrant délit, Saisir. 
Agrafer. Agricher. Agriffer. Ave- 
pincer. Attrimer. Ballonner. Cho- 
per. Coltiger. Cueillir. Enchetiber. 
Enfiler. Enfourailler. Engerber. 
Engluer. Emjrailler. Faire. Graffér. 
Grappiner. Grouper. Harponner. 
Lever. Mettre le grappin dessus. 
Paulmer. Piger. Pincer. Piper. 
Poisser. Poser un gluau. Rafler. 
Ramasser. — Se faire arrêter. Se 
faire cuire. Faire arn^ter. Voy. 
Dénoncer. 
Arrêter = Suspendre. Arrêter les 

frais. Poser un gluau. 
Arriéré =z En retard. Rétrograde. 
Antique. Bonnet de coton. Bour- 
geois. Boutiquier. Croûte. 4830. 
Pot-au-feu. Vieux jeu. 
Arriver. Abouler. Abrouer. Dé- 
bouler. Emplanquer. Engrainer. 
(Met.) Arriver comme marée en 
carême. Tomber à pic. 



Arrogant. Voy. Fanfaron, Or- 
gneilleux. 

Arrosage. Lnnsquinage. 

Arroseur. Cribleur de lance. Lan- 
ctqtùneur, Lansquineur. Voy. 
Lancier. 

Arrosoir. Mille-pcrtuis. 

Arsenic. Arsenal. 

Artichaut. Voy. Tendresse. 

Article = Chronique. Voy. Chien, 
Grouchy, Pièce, Premier-Paris, 
Tartine. 

Artifice = Combinaison. Ficelle. 
Mensonge. Uuse. Truc. Voy. Trom- 
perie. Carottage. Carotte. 

A rtificier= Pétard ier. Voy. Coupe- 
ficelle. 

.Artillerie. Bronze. 

Artilleur. Vov. Cavalier, Soldat. 
Bronze. Voy. (>)i:rt a pattes, Flam- 
bant, Hussard. 

Artisan. Voy. Ouvrier. 

Artiste. Voy. Acteur, Peintre. 

Voy. FORMISTE. 

As (carte). Borgne. Lorgne. ?iom- 
bril. Voy. Manillon. 

Assaillir. Voy. Attaquer. 

Assassin. Butteur. Chourineur. 
Escape. Escapoucke. Escapouckon. 
Fourloureur. Frianche. Soigneur 
à musique. Scionneur. Sionneur. 
Surineur. 

Assassinat. = Meurtre. Dégrin- 
golade. Dégringolage. Grand jeu. 
Grande soûlasse. Suage. 

Assassiner = Assommer. Voy. 
Tuer. 

Assemblée = Batelée. Meeting. 
Réunion. Voy. Foule, Parlement. 
Fourmillante. Frémillante. 

Assembler. Lairrer. 

Asseoir. Vov Asseoir. 

Asservir. Ésclavagei'. 

Assez. = Ça suffit. Arrêtez Us fraitf. 
Asseyez-vous dessus. Barca. Barka. 
Basta. Marre. Marez. Voy. Claque- 
compte. 

Assiette. CoquUle. CrolU. Crosle. 



ASSIGNATION. — 318 — 



ATTENDRIR. 



Ecuelle, Limonade, Mwfiante, Sa- 

livergne. Tuile. Voy. Plâtrée. 
Asslpiation. Chiffarde. 
Assis. Aponiché, 
Assises (Cour d*). La Bourrachp, 

La Juste. La Liyore, Planque de 

gerhen^ 
AssoclatlsB = Réunion. Société. 

Flotte. Voy. Bamde (4), Chapelle, 

PATRON-MINETre. 

Associé = Acolyte. Complice. 
Voy. Compagnon. Aminche d'aff. 
Assoce. Contre. 

Assommant. Voy. Ennnysox. En- 
dormant. 

Assommer. Voy. Battre, T«er. 
Envoyer dormir. 

Assommoir. Coup de poing. Per^ 
mission de minuit. Sortie de bal. 

Assoupir (S*). Somnoler. Tourner 
de l\Bil. 

Assurer = Certifier. Voy. Affir- 
mer. 

Astuce. Voy. Ruse. 

Astucieux.* Voy. Rusé. 

Atelier. Boite. Cage. Echoppe. Tur- 
bine. Vov. HiRONDEAU, Pompe. 

Attaché. Voy. Lier. Voy. Abraqué. 

Attachement = Attache. Voy. 
Amitié, Amour. 

Attacher. Voy. Lier. 

Attacher (S'). Voy. Aimer. Se 
chafrioler. Se toquer. 

Attaque. Voy. Attentat, Crime. 
Voy. Camisade. 

Attaquer = Assaillir. Harponna . 
Tomber sur la bosse , le poil. Voy. 

ËSTOURBIR. 

Atteindre. Aveindre. 

Atteint (Être) = Recevoir. Tou- 
ché. Voy Aganter, Ecoper, En- 
caisser, Etrenner. 

Attendre =: Espérer. Droguer. 
Languir. Lantermr. Lantiponer. 
Naqncter. Poireauter. Poser. Voy. 
Laisser. (Met.) Compter les clous 
de la porte. Croquer le marmot. 
Etre le bec dans l'eau. Etre sur 



des charbons, sur le gril. Faire le 
pied de grue. Faire queue. Faire 
sentinelle. Garder le mulet. Paire 
le poireau. Monter la garde. Tenir 
au filet. 
Attendrir. Voy. Apitoyer. 
Attentat. Voy. Attaque, Grima. 
Attente. Voy. Couillet. 
Attentif (être). Voy. Chaud. 
Attention (faire) = . Dresser To- 
reille. Voy. Exclamation. Ltier 
au bec. Ouvrir rœil. Voy. Deux. 
Attestation. Voy. Approbation, 

Oui. 
Attirer = Allécher. Amadouer. 
Amener. Captiver. Séduire. Aga- 
ter. Aguicher. Appachonner, En- 
grainei\ Voy. Aimant. Fenêtre, 
Lancer, Loucher, Cëil. 
Attitude. Voy. Allure. 
Attouchement. Voy. Caresse. 
Attraetion. Clou, drcat attraction. 
Attrait, Le clou. Great attraction. 
Attraits. Voy. Seins. 
Attraper. Voy. Saisir, Tromper. 
Attroupement. Voy. Foule. 
Attrouper = Faire foule. Ras- 
sembler. Faire wmne. 
Aubaine = ProfîL Bénéfice. Voy. 
Bonheur. Chopin. Oncle d'Amé- 
rique. Tuile. * 
Auberge. Voy. Cabaret. Alberge. 

Cosne. Coste. Voy. Pouilus. 
Aubergiste = (làrgotier. Tavcr- 

nier. Voy. Abkqueuse, Mère. 
Aucun. Voy. Négation. 
Audacieux = Téméraire. Voy. 

Brave. Voy. Toupet. 
Audiencier. Vov. Tailbin. 
Auge. Voy. Gamelle. 
Augmentation = Accroissement. 
Redoublement. (Met.) Compte 
d'apothicaire. Voy. Augmenter. 
Martingale . Majoration. 
Augmenter = Accroître. Accumu- 
ler. Aggraver. Agrandir. Amas- 
ser. Amonceler. Arrondir. Com- 
pléter. Entasser. Etendre. Monter. 



AUMONE. 



— 319 — 



AVOUER. 



Redoubler. Renforcer. Fortifier. 
Corser, Majort-r, Marliugater, 
(Met.) Allonger la sauce, la ficelle. 
De plus fort en plus fort comme 
chez Nicolet. Faire la boule de 
neige. Faire un compte d'apothi- 
caire. Monter une affaire sur un 
grand pied, sur une grande 
échelle. 

Aumône = Secours. Voy. Mendi- 
cité, Mendier. Caristàde. Voy. 
Passadk, Thune. 

Auprès. Juxte 

Aussi = Idem. Itou. Quoque, 

Automate. Voy. Marionnette. 

Automne. Impôt. 

Autoriser = Permettre. Débrider. 

Autoritaire (Etre). Faire de 
Vautor. 

Autorité (d'). D'autor. 

Auvergnat. Arveitiien. Auverpin. 
Bougri, Charabia, Fouchtra. Ga- 
vache. 

Auxiliaire = Bouche-trou. Dou- 
blure. Extra. 

Avaler = Absorber. S'empiffrer. 
Engloutir. Voy. Boire, Manger. 
Effacer. Estouffer. Etouffei'. Voy. 
An<;oul^.me. 

Avance. Voy. Bijouterie, Salé. 

Avancer Voy. Coup, Jambe. 

Avare = Arabe. Cancre. Chiche. 
Corsaire. Cupide. Grigou. Grippe- 
sou. Harpagon. Juif. Ladre. Lési- 
neur. Pingre. Voy. Usurier. 
Arco. Cugou. Caquedenier. Chic- 
graisse. Chien. Cochon, Grappil- 
leur. Grec. Loupel. Pleutre, liape. 
Rapia. Rapiat. Riit. Richurd. 
Tire-liard. Vampire. M. Vautour. 
Voy. CuiENNER, Ganter, Gobseck, 
Large. 

Avarice = Cupidité. Ladrerie. 



Lésinerie. Chiennerie. Cochonne^ 
rie. Maladie du pouce. 

Aventure = Algarade. Intrigue. 
Scandale. Ataro. Avatar, His- 
toire. Scène, 

Aventurier = Chevalier d'indus- 
trie. Faiseur. Intrigant. Ficelle, 
Rasta. Rnstaquouère. Trucqueur. 

Averse. Voy. Pluie. 

Avertir. Arçonner. Bonir. 

Avertissement. BonUsement. 

Aveu. Voy. Avouer. Credo. Vane, 

Aveugle = Quinze- Vingt. Berlu. 

Sam chasses. 
\ Aveuglé. Voy. Feu. 

Avidement. Giè^ement. Gitrement, 

Aviné. Voy. Ivre, Ivrogne. 

Avocat = Conseil. Défenseur. 
Blanchisseur. Bavard. Cnisiniei: 
Enjuponne. Lessiveur. Médecin. 
Médecine. Parrain, Puisatier. Rat 
de prison. Rubin. Vermine, Zérui- 
nois-gourd, Voy. Grosseur. Ger- 

BIER. 

Avoine = Aveine. Bègue, Civade, 
Coup de fouet. Grelu. Grenu, 
Grenurhe, 

Avoir (verbe) = Posséder. Itrer. 

Avorter. Voy. Décrocher, Fai- 
seuse. 

Avorton = Chétif. Gringalet. Mai- 
gre. Malingre. Astec. Chenille. 
Chenillon. Fabriqué au compte- 
gouttes. Fausse-couche. Foutiiot. 
Foutriquet. Minobe. 

Avoué (officier ministériel). Eponge 
d'or. 

Avouer. Accoucher. Casser, Cra- 
che^. Se déboutonner. Découvrir 
la peau. Dégorger. Dévider, Far- 
guer. Goualer. Se laver. Sf mettre 
à table. Tortiller, Voy. Cuisimer, 
Jardiner, Jardinbur, Manger. 



BABILLER. 



— 320 — 



BANC. 



Babiller = Bavarder. Caqueter. 
Causer. Babigner, Babillangier, 
Babiner, 

Baccalauréat. Bac, Bachot. Vov. 
Baciiotier. 

Baccarat. Bac. 

Bacchanal = Bruit. Tapage. 
Boucan, Chabannais, 

Badaad= Curieux. Flâneur. Niais. 
Oisif. Cockney, Pétrousquin. Voy. 
Asphaltais, Gobevr. 

Badauderie. Jobarderie. 

Badinage = Badincrie. Plaisan- 
terie. Voy. Flirt. 

Badine. Stick, 

Badinerie. Voy. Badinage, Bouf- 
fonnerie. 

Bafouer. Voy. Mépriser. Se mo- 
quer. 

Bagage = Bataclan. Malle. Balu- 
chon, Boutique. Tout le tremble- 
ment. 

Bagarre = Embarras. Encombre- 
ment! Voy. Bruit, Désordre, 
Foule. Margoulis'. 

Bagatelle = Brimborions. Affu- 
tiaux. Foutaise. 

Bagne = Galères. Travaux forcés. 
Là-bas, La Grotte. La Nouvelle. 
Le Dur. Le Pré. Perpète. Petite 
marine. Traverse. Voy. Bain, 
Château, Pair, Voyage. 

Bague -^Alliance. Anneau. Bijoux. 
Joyaux. Brobuante. Brocante. 
Brocquans, Broquille, Cercle. Di- 
gelette. Jonc, Rondache, Rondine, 
Rondinot. 

Baguenauder. Voy. Flâner. 

Baigner. Vov. DessÀller. Mariner. 

Baigneur. Voy. Grenouillard. 

Baignoire. Dessaloir. 

Bailler = Donner. Fouquer, 



Bâiller. Déficher. 

Bailleur de fonds. Coqueur de 
bille. Homme à sac. Ponteur, 

Bain. Flotte. Voy. Grenouillère. 

Baïonnette. Coupe-choux, Paille 
de fer. Coup de baïonnette. 
Bouillon pointu, 

Baisement. Voy. Embrassades. 

Baiser (s. m.). Baise, Bécot. Voy. 
Souris. 

Baiser. Voy. Embrasser. 

Baiseur =*Em brasseur. Bécotteur, 

Baisser. Voy. Chauvir. 

Bal = Bastringue. Redoute. Casse- 
gueule, Court Jheure. Guinche, 
Musette, Pince-cul, Voy. Bal. 
Flottant. 

Balafre. Estafe, Estaffion. 

Balai. Pinceau. Ramon, 

Balance. 

Balayeur. Artiste, Boueux, Bous- 
cailleur. Lancier. Lancier du 
préfet. 

Balcon. 

Baliverne. Voy. Conte, Mensonge. 

Balle (jeu). Resaute, Voy. Flancher. 

Balle = Ballot. Colis. Balandrin, 
Carge, Far dis. Fargue, La ho- 
quette. Voy. Caniche. 

Balle = Projectile. Dragée, Prune, 
Pruneau, 

Ballet = Danse. Balle. 

Ballot. Voy. Balle. 

Balourdise = Erreur. Sottise. 
Stupidité. Voy. Bêtise. 

Bambin. Voy. Enfant. 

Bambocberr Voy. Nocer. 

Ban. Voy. Canne. Surbine. 

Banal == Commun. Suranné. Tri- 
vial. Cliché, Poncif. 

Banc (des accusés). La planche 
au pain. 



BANCAL. 



— 321 — 



BATTRE. 



Bancal = Bancrochc. Dift'ormc. 
Banban. Voy. Italioi es, Jambe. 

Bande = Hôunion. Voy. Ga>ce, 
Orphelins, Tierce. 

Bandes de billard. Fortifications. 

Bandit =: Brigand. Voleur. A tri- 
mois ambiant, Bérard. Peilam- 
pier. Fei'landier, Frelampitr. 
Gandins. Godin. Voy. Mate. 

Banliene. La Cambvouse. 

Banni. Agualuro. 

Banque. Voy. Boulange, Carre, 
Débanquer. Enfoncier. 

Banqueroute = Faillite. Binelle. 

Fuff. 

Banqueroutier = Failli. Binel- 
lier, Puffiste. 

Baoquet = Festin. Gala .Hepas. 
Balthazar. Boulottage. Gueuleton. 
Lucullus. 

Banqueter. Voy. Nocer. Boulotter. 
Gueul€towi€i\ 

Banquier = Changeur. Banque- 
zinyue. Beurrier. Pafioteur. Sau- 
terolle. Sauteron. Sauterondolle. 

Banquiste. Dragueur. Lrogueur. 

Baptiser. ?iommer. 

Baquet. Bounicr. Poubelle. Voy. 
Baqlct. 

Baragouiner. Jargouiller, 

Baraque = Bicoque. Cambuse. 
Voy. Kntresort. 

Barbe. Filée. Marmouse. Voy. Bac- 
chante. Bouquine, Fer, Impériale. 

Barbier = Coiffeur. Barberot. 
Gratte-couenne. Merlan. Bâtisseur 
de hures. 

Barbifler == Raser. Gi^atter la 
couenne. Batisser la fiure. 

Barboter zz^ Farfouiller. Far- 
fouiller. 

Barbouillage. Gribouillage. 

Barbouiller. Gribouiller. 

Barbu. Sapeur. Voy. Pogonat. 

Barre. Voy. Barreaux. 

Barreaux* de fenêtres = Gril- 
lage. Grille. Arpes. Balançoirs. 
Gaules de jettard. Harpes. 



Bas. Bar de tire. Sachet. Tirant. 
Voy. Lice. 

Bas,*Basse {ad}.]. Franc. Franche. 

Bascule. 

Basse-cour. Ornière. 

Bastonnade. Satonnade. 

Bas-ventre = Membre. Nature. 
Temple pour Tempt». 

Bataille =: Batterie. Combat. Lutte. 
Rixe. Bûcheric. Chahut. Chambard. 
Chambardement. Cr^^page. Fou- 
treau. Peignée Tremblement. 

Bataillon (de discipline). Biiibi. 

B&tard. Coup de hasard. Enfant 
de l\imour. 

Bateau = Steamer. Cartel. Co- 
quille de noix. Passe-lance. Voy. 
Marie. 

Bateleur = Acrobate. Saltim- 
banque. Banquiste. 

Batelier. Amiral d'eau douce. Ca- 
rapata. 

Bft.tir^ Construire. 

Bft.ton = Gourdin. Houssine. Voy. 
Canne. Cadouille. Éventail à bour- 
rique. Jean de l'Houssine. Juge de 
paix. Ravault. Sabre. Saton. 

B&tonnet. Bistoquet. 

Batterie (cuisine). Voy. Les Cui- 
vres. 

Battoir. Batelier. 

Battre = Bourrer. Étriller. Frap- 
per. Maltraiter. Rouler. Sabouler. 
Voy. Raclée. Amochci\ Aquiger. 
Astiquer. Botter. Botter le cul. 
Bouchonner. Bouler. Brosser. Bu- 
chei\ Chiquer. Crever. Daudiner. 
Décarcasser. Démolir. Désosser. 
Ereinter. Esquinter. Estuquer. 
Flaupcr. Flopper. Fracasser. Gau- 
ler. Gratter. Maquiller. Moucher. 
Piocher. Rincer. Trt^igner. (Met.) 
Accentuer ses gestes. Accommoder 
au beurre noir. Casseï' la gueule. 
Enlever le cm/, le ballon. Faire 
chanter un Te Deum raboteux. 
Faire danser le cotillon, la malai- 
sée. Faire jouer les Danaïdes. 

21 



BATTRE (se). 



— 322 — 



BÉNÉFICE. 



Faire trinquer, danser. Foutre une 
danse, une peignée, une volée. 
Payer la goutte, linboter Cendosse. 
Tanw r le cuir, le casaquin. Tom- 
ber deastts. Tomber sur le poil. 
Tricoter les côtes. Tremper une 
soupe, une gamelle à q.q. Voy. Jus. 
— Baltrc à coups de poings.* Tam- 
ponner. Poutre un coup de tampon. 
Baltrc les cartes. Agniger les 
brèmes. Battre quelqu'un au jeu. 
Bross'r. Battre à coups de bâton. 
Romiincr. 

Battre (se) = Se prendre aux che- 
veux. S'timonher la gu'^ule. Se bû- 
cher. Se rhiquer. Se crt^per le 
chignon. Se crovher. Se donner 
un coup de torchon. Fumer, S»- 
htirpiuner. Se manger le nez. Se 
peigiier.Sepignoch*r. Se torcher. — 
Se battre en duel. S'aligwr. Aller 
sur le terrain. En dikowlre. Se ra- 
fraîchir d^un coup de sabre ou 
ddpèc. 

Battu ôtre. Voy. Battre. Voy. 
ExoPKR. KcopEUR. Matraque. 

Baudet. Voy. Ane. 

Bavard = Babillard. Causeur. 
Voy. Importun. Bagoidard. Ba- 
veux, tionisacur. Chambert. Cla- 
quette. Crachoir. D^vidcur. Uro^ 
gueur. Gazette. Grnnd Jwquot. 
Jaca'ise. Jacasseur. Jacleur. Ja<' 
pioear. Jnvntte. Laveteur. Lavette. 
Mille-langues. Platine, Voy. Avoni, 
Filet. 

Bavarda^^e = Babil. Caquetage. 
Bagoult. Bave, babh^age. Devi- 
d'ige. Jaetage. Jactance. Jai>pe. 
Ja<pin. Jaspinage. Potin. Ra- 
quette, 

Bavarder =i Causer. Discourir. 
Jacasser. Voy. Parler. Bagouler. 
bajotcr. Baver. Bouffeter. Dabérer. 
D'Vider. Jaspiner, Javotter. Lan- 
tip mer. (Met.) Dérider sonploton. 
Ptus^er sa g taire. Radouber la 
lanterne. Vov. Jappe. Layeter. 



Bazar. 

Beau (bel, belle) =r Admirable. 
Agréable. Bien. Bon. Brillant. 
Charmant. Eblouissant. Eclatant. 
Elégant. Gentil. Gracieux. Joli. 
Magnifique. Merveilleux. Mignon. 
Parfait. Plaisant. Ravissant. Sé- 
duisant. Splendide. Superbe. 
Altèque. Bâte. Batft. Batif. Ba- 
tiffonne. Battre. Chenastre. Che- 
nâtre. Chenu. Chomo^o. Chocno* 
sof. Chocnosogue. Chocnosophe. 
Chouettard. t'houettaud. Chouette, 
Choquottc. Délirant. Fignole. Fis- 
cal. Flambant. Flambard. Gal- 
bcux. Girofle. Girond. Gironde. 
Jiroble, Pharamincux. Rupart. 
Rupe. Ruper. Rupin. Rupiner. 
Svhpill. Snobnye. Sui/fer. Truffé 
de galbe. Voy. Chic. 

Beaucaire. Borari. 

Beaucoup = Abondamment. Bien. 
Copieusement. A foison. Voy. 
Excessivement. Besef. Beief. Bi- 
grement. Bougrement. Une bosse. 
Une charretée. Comme s'il en pleu- 
vait. Cresphiière. Uneftoitée. Des 
flottes. Gourdement. Hugrement. 
Mince. 

Beau-frère. Frangin d'atlèque. 

Beauté. Voy. Beau, BeilA.tre. 
Joliesse. 

Bébé. Gluant. Petit salé. 

Bedaine = Ventre. 

Bedeau r= Sacristain. Rat d'église. 

Béer. Lire aux aHres. 

Bégayer == Balbutier. Bafouiller. 

Bégueule = Mijaurée. Pimbêche. 
Poseur. Prude. Étroite. Gillette. 
Mme Honesta. Joséphine. Pecque. 
Faire sa patagueule. 

Bellft.tre.AW/itir. Miroir à putains. 

Bénéfice = Gain. Profit. Bénef. 
Rabiot, Bénéfice réalisé à la 
Bourse dans la même journée. 
Agrément de banque. Bénéfice il- 
licite. Affur. Affurage, Barbo^ 
tage. Fricotage. Frigousse. Gratte, 



BENÊT. 



— 323 — 



BIFTEK. 



Jubile, Tripotage. Tripatouillage, 
Voy. Fruge, Gants, (îuelte. 

Benêt = lUHe. Niais. Vov. Béte. 
Renurd, 

Bénir. 

Béquille. Gambette de satou. 

Berceau = Lit. 

Berge. 

Berger = Pasteur. Pu Ire. Mannier. 
Momie)*, 

Bergerie. M<^rnante, 

Berner. Voy. Se moquer, Souffre- 
douleur. Balancer Cowjonner, 

Besace = Bissac. Sac. Fuail de 
toile, Gueularde, Milliard. 

Besogne = Occupation. Travail. 
Turbin. 

Besoin = Indigence. Misère. Pau- 
vreté. 

Besoins. Vov. Garde-robe. 

Bestiaux. 

Béte = Abruti. Absurde. Benôt. 
Crédule. Crétin. Idiot. Imbécile. 
Inintelligent. Naif. Nigaud. Sot. 
Stupide. Voy. Maladroit, Niais. 
Ahuri de Chaillot. Arguche. balu- 
chon. Bas de plafond. Bénard. 
Béotien. Béribono. Bête comme 
chou. Bige. Bigeois. Bigeot, Bi- 
gois. Bouché. Bourrifhe. Bouni- 
que. Branque, Busard. Buse, Bu- 
son. C... (Uifouilleux. Câlin, Can- 
taloup. Cerveau barré. CUiuie. 
Comte, Comtois, Con, Coneau, Un 
coin sans i. con. Coquard. Co- 
quillfird. Cornichon. Couenne, 
Couillé, Couillon, Croûte, Croûton, 
Cruche. Cruchon, Cucurhitncé, 
Cul. Daim. Dénendeur d'andou /- 
les. Dnde. Dindon. Empaillé. 
Emplâtre. Fourue'iu. Gag i. Galet- 
te, Gâteux. Glaudc. Gnan-Gnan. 
Gnole. Gobe-mouche. Go iù:he, 
Godichnn. Gogo, G'titreux Gonze. 
Qourde. Gourde. Gourdtftot. G*»ye. 
Huttre. Jean- Jean. Job. Joba>d. 
Jocrisse. Lof fiât. Luc. Melon, Me- 
xière. Miche. Mollusque. Moule. 



Pantre, Vantre argnté. Paquet, 
ras fort. Philistin. Ramolli. Rw 
mollot. Serin. Sinvt*. Tourte. 
Voy. CoL'ciiE, Dose, Fil, Jeune, 

POCIIETÉE, l'oUDRE. 

Bêtise = Abrutissement. Absur- 
dité. Anerie. Crélinisme. Erreur. 
Idiotie. Idiotisme. Ignorance. Im- 
béciiité. Naiveté Niaiserie. Sot- 
tise. Stupidité. Voy. Maladresse. 
Conerie. Couyonnode. Fichaise. 
Foutaise, Gaffe. Gâtisme. Gruerie. 
Impair, Jobarderie. Joberie, Mou- 
Uri", roch' tée. 

Beurre. Fondant. 

Bévue = Méprise. Voy. Mala- 
dresse. Gaffr. Impair. Lou. Loup. 

Biais. Plun'he, 

Biaiser. Flam-her. 

Bibelots. Brocquans. 

Bibliothèque. Babilleuse. Bibli, 
Tendeuse. Voy. Enfer. 

Bicétre (prison de). Bibi. Biscaye. 

Bicétre (asile de). Tune hoye. 

Bien = Parfait. Voy. Beau. Bon, 
Ben, Bono. Chvnument. — Bienfait. 
Chiqué. Chiqurment. Gourdement, 
Torché. Touché. Pas déjeté. Bien 
faite. Girond*', Bien faire. Chiqwr, 
Très bien. Tout de ce. Il est bien 
fait. // a du torse. C'est bien. Ce 
nest pas piqué des vers, des han^ 
netons. C*est bien dit. Ça vaut un 
os, lin os à modk. C'est envoyé. 
Cest ça. Etre bien. Etre calé. 

Bienfai8.int. Vov. Charitable. 

Bienveillant = Affable. Voy. Bon. 
A miteux. 

Bienvenue. Voy. Régaler. — Payer 
sa bienvenue. Arroser, Graisser 
la mar otite, les ripatons. Payer 
son artv le quatre. 

Bière (boisson). Blonde. Cercueil. 
Mou saute. Pommard. — Mau- 
vaise bière. Pissat d'âne. 

Bière (cercueil). Boite aux domi- 
nos. 

Biltek. Voy. Horse-steak. 



BIGOT. 



~ 324 



BOIRE. 



Bigot rz: Cagot. Dévot, bomiieu- 
soi'd. Cafard. Calotin, Jésuite. 
Manfjeur de bon Dieu. 

Bijouterie. Vov. Bijonz. Bijoute- 
rie en doublé. Ferraille doran- 
chée. 

B^oux = Joyaux. Brocquans. Dé- 
cors. 

Billard. Les boulettes. Frolin. 
Frottin. Gibboque. Pimrie. Voy. 
Baraul'k, Casin. 

Bille. Boulette. Voy. Bloqiettk, 
1rij^>'DE. 

Billet = Contremarque. Lettre. 
Babillard. Hiffeton. Billemont. 
Fafiot. Billet prolesté. Papier à 
douleur. Billet de théâtre. Tailbin 
d'encarade. Billet de claque. La- 
vabe. Billet de complaisance. 
Tailbin. Billet mortuaire. Tailbin 
de la sèche. 

Billet de banque. Bleuet. De la 
dentelle. Faffe. Fafiot garaté. Fa- 
fiot mâle (iOOO;. Fafiot femelle' 
(500). Fafiot en bas âge (100 ou 50) | 
Talbin ou Tailbin d\iltèque ou de 
la carre. — Faux billet. Fafiot lof. 

Bisbille. Voy. Brouille. 

Biscuit. Cassant (marine;. Voy. I)k- 

JKIJNKH 1)K PERROQUET. 

Biseauter (les caries). Aiguiller 
la brrme. 

Bissac. Vov. Besace. 

Bistouri, baume iVarirr. 

Bitter (apéritif^. Amrr. 

Bitume. 

Bizarre. Drôle. Klraiige. Kxiraor- , 
dinaire. Impayable. Impossible. • 
Orij^inal. Sangnîuu. Voy. Dif- 
forme. Iroqwm. Tortue (dif- 
forme). 

Blafard — Bl«:'me. PiUe. Trompe- 
la-mori. 

Blaerue (à labac). Bulga (bourse de 
cuir). 

BlAme r- Ucurocbe. Affrv. 

Blft,mer := Désapprouver. Répri- 
mander. 



Blanc. Landier. Savonné. — Pain 
blanc. Larton savonné. Vin blane. 
Pivois savonné. Blanc au jeu de 
dominos. Albinos. Blanchinet. 
Pâle. Pâlichon. 

Blanchisseur. Papillon. Savon- 
! nier. 

Blanchisseuse. Baquet insolent. 
Branleuse de gemiarme. Poule 
d'eau. Savonnière. Vov. (iRaillon- 

NELSE. 

Blasé (élre). Marer. 

Blé. Grelu. Grenu. Grenuche. 

Blême = Blafard. Pâle. 

Blesser = Battre. Meurtrir. Affo- 
ler. Amocher. Aquiger. Attiger. 
Crever. Moucher. Voy. Larder. 

LlNGRER. Ll.NGlER. MARGOrLETTK. 

Blessure = Contusion. Coup. 
Fracture. Plaie. Atout. Bouton- 
nière. Corbuche, Décompte. Paing. 
— Blessure saignante. Abreuvoir 
à mouches. 

Bleu. Souple. 

Blond. Filasse. 

Blouse. Fourreau, liideau. — Blouse 
de roulier. bouillarde. Blouse de 
travail que l'on souille. Souil- 
larde. 

Bocage = Bosquet. Buisson. 

Bœuf -= Taureau. Coimant. Cor- 
neauii. Fourrhu. Voy. Château. 

CHATEArBRIA>D . GoBET . (iRAS- 

Bt*:LF. Ordinaire. 
Bohémien = Vagabond, bomami- 
chel. bomanitchel. 
Boire. Voy. Avaler, Bouche, Go* 
sier, Gorge. S*an'oser S'aiToser 
ravabnr, le bec, etc. Bidonner. 
Chopiner. Churluper. Écoper. En- 
fler. Entonner. Estrangouiller . 
Étrangler. Fioler. FliUer. Se gar- 
gariser. S'imbiber. Lofnper. Li- 
cher. Lipper. Picter. Pictonner. 
Picr. Pitancher. Pomper. Se rin- 
cer. Se rincer le cornet^ le fusil, 
etc. Voy. Bouche, Gosier, Gorge. 
Siffler. Siroter. Voy. Affûter, 



BOIS. 



325 — 



BOUCHK. 



Arrosoir, Asphyxikr, Barres, 
Battant, I^ockkr, Calkr, Carrous- 
SE, Chasser, Chai ffer, Cingler, 
Coi'DE, Croqier, Dessaler, Dou- 
leur, Ecraser, Kkfacer. Knfla- 
neller. Entonner, Grenouiller, 
CouLOT, Gueule, Guindal. Hu- 
ME<rrER, Jambe, Laver. A -la réga- 
lade. Faire suisse. Tuer le ver. 

Bois. Boes. Cuir de brouette. Sabir. 
Satou. Vov. Grem^is, Grume. 

Bois = Forôl. 

Boisson = Breuvage. Guable, 
Piarde. Pie. Pience. Pye. Voy. 
Lavasse. 

Botte. Boite (récliantillons. Mar- 
motte. Boîle à vers (pioche). Ca- 
lottée. Boltc d'un jeu de dominos. 
Bière. Voy. Marmottier. 

Boiter = Clocher. BéqulUer. Faire 
cinq et (rois font huit. Voy. Lou- 
cher. 

Boiteux. Banban. Béquillart. Bé- 
quilleur. Cinq et troi^ font huit. 
Tortillard. 

Boiteuse. Vov. Boiteux. Gambil- 
lotte. 

Bombance (faire). Etre en liche. 
Partir en bombe. 

Bombe = Boulet. Obus. Pruneau. 

Bon = Bien. (iOrdial. Excellent. 
Généreux. Juste. Loyal. Parfait. 
Voy. Beau. Altèque." Bono. Che- 
ndtre. Chenu. De la choquotte. 
Gourd. (lowrs. Snoboye. — Bonne 
personne. Béteaubon Dieu. Ami- 
teux, se. Etre bon. Aux pommes. 
Aux truffes. Aux petits oignons. 

Bonapartiste. Baaingateux. Ba- 
dinqouin. Badingueusard. Badin- 
guis te. 

Bonheur = Agrément. Aubaine. 
Chance. Contentement. Félicité. 
Fortune. Prospérité. Succès. 
Veine, — Avoirdu bonheur. ^roiV 
de l'atout. Etre de la batte. Etre 
bidnrd. 

Boni. Rabiau. Babiot. 



Bonjour. Chenu reluit. Vol an 

bonjour. Voy. Vol. 
Bonne (servante). Bobonne. 
Bonneteau (jeu de). V. c. m. A. 

Voy. Linge. 
Bonnet. Aubion. Béguin. Loubion. 

— Bonnet î\ poil. Omson. Bonnet de 
nuit). Casque à mèche. Éleignoir. 

Bonnetier. Bonnet de coton. Bon- 
ne ton. Loubionnier. 

Bonsoir. Chenu sorgue. 

Borborygmes (avoir des). Gar- 
gouiller, 

Bordel = Bouge. Lupanar. Maison 
publique, de tolérance ou de so- 
ciété Abbaye des s'offre à tous. 
Bazar. Boc. Bocard. Boccard. Boc- 
son. Boxon. Boite à pantes. Bou- 
can. Bouis-bouis. Carreaux brouil- 
lés. Claque. Claquebosse. Claque- 
dent. Chez ces dames. Gauldftuse. 
Laure. Maison Bancale. On disait 
autrefois : Bourdeau. Bordcau. 
Bordeaux. Voy. Bousin, Bousin- 
r.OT, Magasin, Maison. 

Borgne. Caliborgne. Calorgne. Gui- 
gne à gauche ou à droite. Lorgne. 

Bosquet = Bocage. Buisson. 

Bosse. Armoire à glace. Bombe. 
Caillou. Durillon. Grain de beauté. 

— Bosse à la té le. Cabochon. 
Bossu. Bobosse. Bombé. Boscot. 

Bossemar. Boulendos. Gob. Gobin. 
Lagardère. Mayeux. Quasimodo. 
Triboulet. Voy. Loucher. 

Bossuer. Crabosscr. 

Botte = Faisceau. — Botte de 
paille. Edredon de trois pieils. 

Botte=(ihaussure. Bobelins. Chti- 
bes. Houssette. Pompes. Trottines. 

Bottines. Bobelins. Trottines. Trot- 
tinettes. 

Bouche. Voy. Gosier. Affamée. 
Angouli'me. Bavarde. Bec. Bécot. 
Boquabelle. Caisse d* épargne. Cas- 
solette. La Dalle du cou. Egout. 
Gargoulette. Goinfrette. Goule. 
Goulot. Groin. Gueule. Margou- 



BOUCHÉE. 



— 326 - 



BOURSE. 



lette. Marmouse, Molette. Mor- 
née. Mornos. Mouloir. Pantière 
à miettes. Porte-pipe. Respirante. 
Yoy. Babouixe. 

Bouchée. Momée. 

Boncher. Ckevillard. CrignoUer. 
Criotlier. Fraudeur. Loucherbem. 
Luchebem. Mercandier. Voy. Gar- 

GOT. 

Bouchon. Gadin. Yoy. Galoche. 

Boude. Attache. Boucle d'oreille. 
Broquille. Gourde. Mirzale. Pen- 
dante. 

Bouder. Bisquer. Faire sa tête, sa 
gueule f son nez. Paire son aqui- 
lin. Marronner. — Bouder aux do- 
minos, Avoir des dents de moins. 

Boudin. 

Boudoi^. Foutoir. 

Boue. Bouscnilte. Dé/laque. 

Boueur. Boueux. Bouscailleur. 

Bouffi. Individu boufli, Bouffe la 
balle. 

Bouffon (siibs. m.) = Clown. His- 
trion. Pitre. Arlequin. Bobèche. 
Garguille. Gauthier. Paillanae. 
Piei'rot. Polichinelle. Scttpin. 
Scaramouche. Ttibarin. Triboulet. 
Tur lupin. — Bouffon de caserne, 
Loustic. Bouffon genre niais, 
Gilles. Gillotins. Jeannot. Jcnn- 
notin. Jocrisse. Jode/ot. Bouffon 
poi'te. Gringoire. Bouffon de co- 
médie, Pantalon. Bouffons dif- 
formes, Moriona (pi.). 

Bouffonnerie = Badinerie. Voy. 
Charge, Farce. Cascwte. Coion- 
nerie. Gaudriole. Singerie. Turlu- 
pinadc. 

Bouere :=: Galelas. Voy. Taudis. 
Ass'unmoir. Bagnole. Baraque. 
Baslriwjuc. Bouchon. Bouis-bouis. 
Bouaingot. Cagnnrd. Chenil. 
Fninc. Garou, Pougois. Tapis- 
franc. Vain gueliei'. 

Boufi^ie. L'Allemande. Ardente. 
Calbombe. Camoufle. Canne d'a- 
veugle. Luisante. 



Bouillir. Marmouser. 

Bouillon. Mauvais bouillon. Bouil- 
Um aveugle, Voy. G ras-boeuk, Or- 
dinaire. 

Bouillonner. Marmouser, 

Boulanerer Jocko. Lartonnier. 
Voy. Brigadier, Gringue. 

Boulangerie. Boulange. 

Bouledogue. Voy. Chien. Boule. 

Boulet =2 Bombe. Obus. Pi*uneau. 

Boulevard. Banc de Terre-Neuve. 
Estrade. 

Bouleversement. Voy. Bruit. 
Chambard. Chambardement. 

Bouleverser. Chahuttr. Cham- 
barder. Cbamberder. 

Bouquet. Fleurant. 

Bourdon (abeille). Fille galante. 

Bourgeois = Individu. Homme. 
Voy. Individu. Habit noir. Pante. 
Pantre. — Bourçeois riche, !}aim 
huppé. Bourgeois imbécile, Béo- 
tien. Philéstin. Cockney. Bour- 
geois banal el sentencieux, 
h'udhomme. Joseph Prudhommc. 
M. Prudhommc. Bourgeois dans 
l'argot des troupiers, Amateur. 
Biffard. Particuliei'. Pékin. Pé- 
trouaqîdn. 

Bourgeoise. Voy. Maîtresse» 
Patronne. Dabuche. 

Bourrade. Renfoncement. 

Bourré. Gavé. Gaviolé. Gavot, 
Gonflé. PiUri. 

Bourreau. Voy. Guillotine, Pen- 
daison, Roue. Accordeur de la 
camartie. Aricoteur. BthfuiUard. 
Béqnilleur. Brimard. LEmbon- 
reux. Haricot t(ur. Maricux. Hnas- 
Ire. Toile. Tollard. — Guillotine. 
Bingrc. Bingue. Batteur. Chariot. 
Faucheur. Voy. BovK, Mec, Mè- 

CAMCIE>, Toc' 

Bourrer. Vov. Kmpafff.h, Triffer. 

Bourse (palais de la\ Filoche 
du trèpe. Fourmilion au beurre. 
Voy. Battre le beurre, Boursi- 
coter, Boursicoteur, Boursier^ 



BOURSE. 



— 327 — 



BROUILLER. 



Exécuter, Exécution, Marché. 

Bourse = Sac. Voy. Poche. Bou- 
chon. Bovgette, Bouline, Fouille. 
Fouil'>use. Hane. Pilote, Pochon. 
Puuchnn. Radin. Voy. Crapaud, 
Crépinf, Fkiulle, Filoche. 

Bousculade . Voy. Encombre- 
ment, Fonle. 

Bousculer. Chalouper, 

Bout. Voy. Extinction, Mégo, Mè- 

GOTTIER .* 

Boute-en-train. Chauffeur. Foli- 
chonneur. 

Bouteille. Chandelle. Dame blanche. 
Goulotte. Fille. Flotteusp. Lam- 
pion. Nf^gresse. — Boulcille de vin 
blanc, Blonde. Routcille de vin 
vieux, Bouillarde. houille. Bou- 
teille de vin racheléc, Bouchon. 
Bouteille vide, dnlarye. Bouteille 
pleine, Demoiselle. 

Boutique. Boucard. Boutanche. 
Boulange. Bouloche. Boutoyue. 
Voy. Lan Di ERE. 

Boutiquier, lioucarditr (c'est aussi 
le voleur (jui opère dans les bou- 
tiques). Siam. 

Bouton, rrr Bourgeon. Voy. Babouin. 

Bouton. Voy. Loques. 

Bouvier. 

Boyau. 

Bracelet. 

Braconnier. 

Braguette = Brayette. 

Braillard — Voy. Fanfaron. 
Fort-en-gueule. 

Brailler. Crihltv. Gueuler. 

Brancard. 

Branche. 

Branle-bas = Bouleverseiuenl. 
Chahut. Chambard. Chambarde- 
ment. 

Bras. Abatis. Les ailerons. Les 
ailes. Anse. Les ballants. Les 
brancards. Demi-aune. Liant. 

Brasserie. 

Brave = Aguerri. Ardent. Coura- 
geux. Crâne. Hardi. Intrépide. 



I Téméraire. Vaillant. Voy. Au- 
dacieux. Aliètjue. Bon cheval de 
trompette. Bougre à poils. Dur à 
cuire. Franc du collier. Impavide, 
Avoir du cœur nu ventre. Voy. 
Chien, Couille, Froid, Lapin. 

Braver. Voy. Se moquer. Faire U 
crâne. Crânei\ 

Bredouillement. Bafouillage. 

Bredouiller = S embrouiller. Aa- 
fouiller. S*embarboter. S'embar- 
bouiller. 

Bredouilleur. Bafouilleur. 

Bretagne. Brutus. 

Bretelle. Soutenante. 

Breton. 

Brigand. Voy. Bandit. 

Brillant. Vov. Admirable, Beam. 

Briller. Faire flores. Flamber. 

Brigadier. Brigadier de prison. 
Grif/leur. 

Brimade. Séance des cotes. 

Brimborion. Bricole. Broquilk, 
Rouslissure. 

Brio = Entrain. Cassure (débit 
accentué). 

Briquette . Macédoine. 

Bris = Effraction. Esquinte. Es- 
quintement. 

Brisé. Voy. Cassé. 

Briser. Voy. Casser. Déformer. 
Es'iuinter. Mettre en bringues. 

Broc (de vin). Commissaire. Mo- 
ricaud. 

Brocantage. Brocante. 
' Brocanteur. Pnminadi'ur. 

Brochure. Vov. Publication. 
'■ Broder. Brodançher. 
I Broncher. Mouffeter. 
I Brosse. Couenne de lard. 

Brouette. Choucardr. 

Brouillamini. Voy. Désordre. 
: Brouillard. Abrownt. 
'■ Brouille = Bisbille. FAchcrie. 
Grabuge. Bupluro. 

Brouiller (se). Casser l'agrafe. 

Brouiller = Mêler. Voy. 
langer. 



BROUSSAILLES. 



— 328 — 



CACA. 



Broussailles. Voy. Mauhs. 

Bruit = Clameur. Scandale. Son. 
Tapage. Tumulte. Vacarme, liou- 
can. Bittisin. lirisacque^Chabanaia. 
Chahut . Chambard. Charivari. 
Criblarfc. Criblement. Pet, Pétard. 
•Potin. — Grand bruit, Train. Faire 
du bruit, Bahutei'. Bousiner. Cha- 
huter. Chambarder. Faire tîu foin. 
Voy. Frolfrol'ter, Frol-frou. 

Bruit (son) . Bruit sec de corps 
qui se brise ou qui se choque, 
Crac. CriC'Crac. Pan. Pif. Par» 
Pouf. Cela fait croc sous la dent, 
Croc. Son de cloche, Din-don. 
Drelin-drelin . Druil du fouot, 
FliC'fîac. Bruit d'une robe bouf- 
fante, Flou- flou. Bruit des vôle- 
ments et des feuilles en se 
frottant, Frou-frou. Bruit d'un 
liquide qu'on verso d'une bou- 
teille, Glouglou. Bruit des choses 
qui tombent avec fracas, Patatras. 
Bruit du chat qui se trouve bien 
quelque part, on dit alors qu'il 
file. Ronron. Bruit d'une pendule, 
Tiidac. Bruit d'un moulin, Tictac. 
Bruit qu'on fait en frappant. Toc. 

Brûler = Incendier. Riffauder. 
Riffer. Voy. Crkmer, Déménager 

PAR LA CHEMINÉE. 

Brune (la). La Sorne. 



Brunir. Sornillei'. 

Brusquement = Brutalement. 
Carrément. Franchement. Promp- 
tement. Rondement. Raitle comme 
balle. 

Brutal. — Brusque. Huluberlu. 
Cheval. Cosaque. 

Brutalement. Voy. Brusquement. 

Bruyant. A tout casser. 

Bubon. Poulain. 

Buffet. 

Bureau (de placement). Enfon- 
çoir. Êtou/foir. Suce-larbins. Trou 
d'ogre. 

Bureau (table). Burlin. Burlingue. 
Care à fafiots. 

Bureau (lieu de travail) . Boite. 

Bureaucrate. Buveur d'encre. 
Chieur d encre. Cul de plomb. 
Rond de cuir. 

Butin. Gaing. Vendenge (récolte). 

Butiner. Vendenger. 

Butor. Voy. Grossier. 

Buvette. Bar. Bibine. 

Buveur. Voy. Ivrogne. Adroit du 
coude. Bibard. Bibassier. Cam- 
phrier. Cheniqueur. Chculard. 
Entonneur. Entonnoir. Etouffeur. 
Fioleur. Lichard. Licheur. Pion, 
Siroteur. Soiffard. Soifjeur. Voy. 

(iRENOUlLLARD. 



dabane == Habitation. Maison. 

Cays. Turne. 
Cabanon. Voy. Cellule. 
Cabaret = Courtille. Cuinguette. 

Taverne. Voy. Auberge, Bouge. 

Aiisommoir. Abreuvoir. Bibine. 

Bouzin. Bouzingot. Cabermont. 

Cabermuche. Caboulot. Coxjs. s.m. 

Musico. Piault. Piaule. Piolle. Ta- 
pis. Tapis franc. 



Cabaretier. Maltais. 

Cabas. Voy. Panier. 

Cabine. 

Cabinets d^aisances. Buen-retiro. 

Chiotfes. Désert. Garde-manger. 

Goguenaus. Goguenots. Téléphone. 

Trône, (siège). Water-closet. 
Caboche =T6te. 
Cabriole. Voy. Saut. 
Caca = Ordure. Vov. Excréments. 



CACHE-CACHE. 



— 329 — 



CANCAN. 



Cache-Cache. Cnttcou. 

Cacher =z Couvrir. Dissimuler. 

Voiler. Cairer. Mettre à la carre. 

Mucher. l'ianqxier. Voy. E>oi'iL- 

LKR. 

Cacher (se). Aller à cachan. Se 
bostinguer. Se carrci\ Se [arguer. 
Se mucher. 

Cachette. Garante, Care. Carre. 
Musse, Planque, 

Cachot. Voy. Cabanon, Cellule, 
CuMe-basse-fosse, Prison. Ca- 
chemar, Cachemite, CaUjatle. Je- 
tard. Mitre. Voy. Abattoir, Cof- 

FRES-HASSIS. 

Cachotterie. Parler bas à To- 
reille, Dire une menue basse. 

Cadavre. Voy. Mort, Moribond. 
Artiste. Palourde engourdie. Ma» 
chabée, 

Cadeau=Don. Présent. Bouquet. 
m. (pop.). 

Cadenas. Crapaud, 

Cadet. Benjamin. 

Caen (vol). Canelle, 

Cafard. Voy. Hypocrite. 

Cafarder, battre Vantifjle. 

Café (établissement). Cabaret, Ta- 
verne. Beuglant (café concert). 
Boc. Bocard, Bocard panne (pe- 
tit café). Bouisbouis (café- con- 
cert de dernier ordre). Voy. Eta- 
gère. 

Café (boisson). Cafiot, Cahua, 
Kaondji, Demi-deuil, Moka. Noir. 
Petit noir. Café sans cognac. 
Grand deuil. Café avec cognac. 
Maza, mazagran. Café servi dans 
un verre. Boupie de singe. Mau- 
vais café. Voy. Jrs. (3). 

Cafetier. Chiiwis. 

Cage. 

Cagnard= Paresseux. Poltron. 

Cagneux =: Difforme. Tortillard, 

Cagot = Cafard. Bigot. 

Caboter ie s.f. 

Cagotisme s. m. 

Cahoter = Secouer. Chahuter. 



Cahute = llabilalion. Hutte. .Mai- 
son. Voy. Cabane. 

Cailleter. Voy. Babiller. 

Caillette s.f. Femme frivole et 
bavarde. 

Caillou. Caillasse, Miche de Saint- 
Etienne. 

Caisse, (irenouille (où Ton met 
Targent). Quantum (où Ton met 
Pargent). 

Caissier. 

Cajoler. Voy. Choyer, Flat- 
ter. 

Caleçon. Braillande. Braillarde, 
Caneçon, Dalzar. Voy. TtTr. 

Caler. Requiller. 

Calice =: Ciboire. Baignoire à bon 
Dieu, Gobbe, Gobelot, 

Calme, subs. Tranquillité. 

Calme = Paisible. Tranquille. 
Béard, 

Calmer. 

Calomniateur. Voy. Médisant. 

Calomnie. Voy. Médisance. 

Calomnier. Vôv. Médire. 

Calotte. Voy. aille. 

Calotter. Voy. Gifler. 

Calvitie. Voy. Chauve. 

Camarade. Voy. Ami, Compa- 
gnon. Camarluche. Camcrluche. 
iyamaro. Fagot. Faisant. Bisot. 
Voy. Branche, Lame, Mec 

Camelot. Araignée de trottoir. 
Goualeur. Truqueur. 

Camelote = Marchandise. 

Camisole de force. Ligotte riflar- 
de. Ligot tante de rifle. 

Camouflet. Voy. Affront. 
Campagnard. Voy. Paysan. 
Campagne. Cambrouse. Campe. 

Lampagne du cam. Verdet. 
Camper (se). Voy. Hanciier. 
Canaille. Voy. Malfaiteur, Vau- 
rien. 
Canapé. Barbottier. Sw'tic de 

guinche. 
Canard. Barbet. 
Cancan. Voy. Danse. Chahut, 



CANCAN. 



— 330 — 



CKS9KR, 



Cancan = Commérage. Voy. Men- 
songe. Potin. 

GancuDer. Patiner, 

GancMnier. Polinier. 

Candide = Innocent. Naïf. Pur. 
Cest un bon jeune homme. 

Caniche. Lexicon. 

Canif. Lingriot. 

Canne = Gourdin. Voy. Bâton. 
Bougie. Soutenante. Voy. Bambou, 

FOUATAISON, FOURGAINE, JeT, StICK. 

Canon. Brûlai. Phlte, Tortillard. 

Canot =1 Barque. Bateau. 

Canotage. 

Canoter. 

Canotier. Flambard. 

Cantatrice. Diva. Divetle. 

Cantine = Buvette. Cambuse. Ta- 
pis (le malades y cantine de pri- 
sonniers. Tapis de gnveSy canti- 
ne de soldats. 

Cantinier. Cnrgot. Gargot. Tapis- 
sier. Voy. Fourgon NIER. 

Capable == Apte. Droit. Voy. Avoir, 
Boule. 

Capable (de) = Susceptible de. 
Voy. Fichu, Foutu. 

Capacité. Vov. Talent. 

Capitaine, tupislon, Franc-foi- 
gnart. 

Capitaliste = Commanditaire. 
Voy. Coqueur. 

Capon. Voy. Lâche, Poltron. 

Caporal. Cabot. Martyr. 

Capote. Voy. Berri. 

Caprice. Béguin. Fantasia. To- 
quade. 

Capricieux Bntier. 

Capron — Fraise. 

Capter. Voy. Prendre, Séduire, 
S'éprendre. 

Captif. Voy. Prisonnier. 

Captiver. Voy. Attirer. 

Captivité. Vùy. Détention. 

Capturer. Voy. Arrêter, Saisir. 

Capucin. Barbichon. Cornet d't^pi- 
ces. 

Caquetaiçe. Voy. Bavardage. 



Caractère = Acabit. Humeur. 
Tempérament. 

Caractère (d'imprimerie). Tête de 
clou (typ.), caractère usé. 

Caréme-prenant. Chienlit. 

Caressant = Doux. Voy. Aima- 
ble. Amiteux. 

Caresse. Mamours. 

Care8ser= Cajoler. Flatter. Blan- 
dir. Fourrager, Mignoier. Peloter, 
Voy. Genou, Miciielet. 

Caricature = Charge. 

Carillon. Branlezine. 

Carotte. 

Carpe. Camuse. 

Carré. Palier. Paron. 

Carreau (du Temple). Forêt-Noire. 

Carreaux (vitres). Glacis. 

Carrefour =: Place. Empavé. 
Voy. Carreau, La patte d*oie. 
Fourche. 

Carrer (se). Se gourer. 

Carte. Brème. \. c. m. Voy. Carte- 
Encarter. 

Carte à payer. Addition. Carte. 
Douloureuse. 

Cartes à jouer. Voy. Jeu, Tri- 
cher. Brèmes. Voy. Aiguille (3), 
Bergère, Bœuf, Br^.me, Br^.mer, 
Brémeur, Brémier, Carton, Car- 

T0>NER, CaRTONNEUR, ChEVAL, 

Courtiser, Deux, Egalier, Egout, 
Emplâtre (4), Herbe, Juge, Vi- 
triers. 

Cartomancie. Voy. Jeu. 

Carton. Voy. Chemise. 

Caser. Voy. Mettre. 

Caserne. Manufacture de tabacs. 

Casier judiciaire. Grimoire mou- 
chique. 

Casquette. Bùrhc. Biscop. Ci/i- 
tlème. Couvrante. Defou, Dcsfoux. 
Patente. Soupape. 

Cassation. Voy. Carrée. 

Casse. Voy. Bardeau. 

GaHsè = Brisé. Eclaté. FouiUonné. 

Casser = Rompre. Briser. Défor- 
mer. Franyiv. Mettre en bringues. 



CATÉGORIQUE. 



— 331 — CHAMBRIÈRE. 



Catégorique =r Clair. Net. Précis. 

Net comme tarrhette, 
Gatin. Voy. Prostituée. Catau, 

Catiche, 
Cause = Motif. Le hic. 
Causer = Bavarder. Discourir. 

Voy. Parler. Jaspincr, Voy. 

Flirter. 
Causerie. Voy. Flirter, Flirt, 

FURTATION. 

Causeur. Voy. Bavard. Jacteur, 
Voy. Flirter, Flirteur. 

Caution == Garant. Cayon, 

Cavalerie. Gagerie, 

Cavalier (mil.). Voy. Soldat. 
Fourche à faner. Gros frères. Ta- 
lons, Lotos. Voy. Sabrei'r, Trai- 

NEUR DE SABRE. 

Cave. Par fonde. Profonde, Rincer 

la profonde. Vider une cave. La 

fraîche. 
Céder. Passer la main. Céder sa 

place. Dé f arguer. 
Ceinture. Anguille. Bezouilh, 

Estregnante. Ficeleuse. Sergolle. 

Tournante f celle qu'on enroule 

autour du corps. 
Célibataire. Ribon. Coiffer Sainte- 
Catherine, (se dit d'une femme). 
Cellier. Coys. s. m. 
Cellule. Voy. Cabanon, Cachot. 

Voy. Abattoir, Condice, Hurme, 

La forme. 
Celui. Cti. 
Cendres. Ltisquines. 
Censé r^Mélnirio. Vov. Ferme. 
Censier rrr Métayer. Voy. Fermier. 
Censure (la). Anastasie. 
Cent. Heng. Pile. Cent francs. 
Geotiëme. Broque. lirobèrhe. Bic- 

doche. 
Centime, lircdoche. Broc. Fainin. 

Ftnin. 
Cercle. Voy. Claquedent, Mess (4). 
Cercueil. Etui. Boite auxdomnios. 

Boite a viande. Robe de chambre. 

Voy. Sap. 
Cerise. Montmorency, 



Cerné. Embarbé, 

Certainement, f te crois, Ttécoute, 

Certes. Mince, 

Certificat. Babillard, Fafioi à 
parer. Vov. Luques. 

Certifier. Voy. Affirmer. 

Cerveau. Boussole. Luire, Sor- 
bonne. 

Cesser. Fermer boutique. 

Chafouin = Petit. Maigre. Ma- 
lingre. 

Chagrin = Angoisse. Affliction. 
Peine. Tristesse. Ennui. Douleur. 
Souci. Désolation. Tourment. 
Voy. Ennui. Crève-cœur. Cheveu, 
Haire. Murasse, Vei' rongeur, 
chagrin secret, S'épitonner, Avoir 
du chagrin. Battre morasse, id. 

Chagriné. Voy. Ennuyé. Affligé. 
Peiné. Trisiè. Désolé. Morne. 
Battre morasse. Etre chagriné. 
Mécanisé. Blusté. 

Chagriner. Voy. Ennuyer. Bluster, 
Mécanisei\ Faire saigner. 

Chaîne = Fers. Bride, Cadène, 
Voy. Chapelet, Décadener, Guir- 
lande. 

Chaîne de montre. Rridanhil, 
Cadette. Cordelette. Giletière. Jar- 
retière. Niais. Pendante. 

Chair = Viande. Cric. Crigne. 

Chaire = Tribune. Egnigtoir. 

Chaise. Dossière de sittte. Dossièrc. 
Séante. Voy. Fla>ei:s^:, Eudoxie, 

Fl'MEL'SE. 

Châle. Btnvard. Blard. Ternaux, 

Chaleur. Voy. Etoiffoir. 

( hamailler. Haricauder. 

Chambre = Voy. Atelier, Domi- 
cile, Garni, càiiriok. Cambriole. 
Cambriott*'. Cambuse. Canfouine. 
Carre. Carré. Cnnée. Colbasse. 
Condition. Planque. Taule. 

Chambre correctionnelle. Car- 
rùe des petites gerbes. 

Chambre des Députés. Aqua- 
num. 

Chambrière. Millogère. 



CHAMP. 



— 332 — 



CHASSER. 



Champ = Campagne. 

Champagne (vin). Coco èpilep- 
tique. 

Chance = Succès. Voy. Bonhenr. 
Veine, Voy. As, Assiettk, Atout, 
HiDARi), Main, Marcher. 

Chanceler. Caficader. Locher. 

Chandelier. Camouflet. 

Chandelle. Ardente. Bornette. Bou- 
gie grasse. Cabande. Camoufle. 
Plambarde. 

Changement = Rénovation. Les- 
sive. 

Changer = Trooucr. Biguer. Voy. 
Bosse, Casser, Fi sil, Giroiette, 
Clissade. 

Changeur =i Banquier. Balanceur 
de braise. Sauterelle. Sauteron. 

Chanson. Flon-flons. Goualante. 

Chansons. Voy. Mensonge. 

Chantage = Extorsion. Charriage. 
Serinette. Vov. Fileuse. 

Chanter (faire). Voy. Extorquer. 
CharHer, Manger. 

Chanter. Beugler. Canter. Dé- 

?loiser. Déyosiller. Goualer. Goua- 
eren dame. Galouser. Gazouiller. 
Rossignoler. Voy. Gargariser, 
Gt'Et'LE, Hurler.' 
Chanteur. Goualeur. Voy. Brail- 
lard, POSTIGE. 

Chanteuse. Cigale, Goualeuse. 

Voy. DiVETTE. 

Chantre. Goinfre. 

Chaos = FouiHis. Voy. Embarras, 
Imbroglio. 

Chanvre. Sivet. 

Chapeau. Album. Blockhaus. Bois- 
spau. Boston. Bolivar. Bloum. 
liosselard. Cylindre. Capsule. Ca- 
dratin. Tube. Tuyau de poêle. 
Tromblon. Dt^calitre. Chapeau 
liaul de forme. Lampion. Loupion. 
Etre en fumiste. Galure, Galurin. 
Cabochard. Capet. Caloffuct. Cam- 
brion. Carbeluche galiaU Êtei- 
gnoir. Cambre. Combrieu. Com- 
ble. Corniche. Toiture. Epicéphale. 



Boite à cornes. Gibe. Morillo, 
Chapeau à petits bords. Melon ^ 
Chapeau rond. Panama, Chapeau 
de paille. Frégate (mar.). Cha- 
peau bicorne. Accordéon. Gibus, 
Chapeau de soirée. Voy. Accor- 
déon, Gadin, Niolle. 

Chapeaux (de femme). Bonnichon. 
Baigneuse. Bibi. Cabas. Cabasson. 
Cabriolet. Caloquet. Casquette. 
Décrochez^moi ra, Chapeau d'oc- 
casion. 

Chapelet. 

Chapelier. Combrier. Castorin. 
Couvreur. Voy. Gnoleur. 

Chapon. Castrez. Catrot. Esta f on, 
Ornioys. Ornion. 

Charbon. Lusquin. 

Charbonnier. Manival. Boulanger. 
Fouchtra. 

Charcutier. Graoudjem. 

Charge. Voy. Fardeau. 

Charge = Mystification. Voy. 
BoiiÎEonnerie. Balançoire. Fumis- 
terie. Escarpolette. Blague. 

Charger. Farguei\ 

Chargeur. Fargueur. 

Charitable = Bienfaisant. Petit 
manteau bleu, personne charita- 
ble. 

Charité = Secours. Caristade. 

Charnel (acte). Voy. Coiter. 

Charlatan. Marchand de mort su- 
bite. Charrieur. Mangin. 

Charger. Farguer. 

Charmes. Voy. Seins. 

Charogne. Carne. Machabée. 

Charpente. Carcasse. 

Charpentier. Voy. (iacheux. Car- 

CASSIER. 

Charretier. Roulottin. Roulottier. 

Tnmballeur. m. (vol). 
Charrette. Balla'ieuse pour les 

marchands des quatre saisons. 

Boulotte. 
Chasse. Muette. Maison de chasse 

où Ton conservait les mues. 
Chasser r= Gibover. Canarder. 



CHASSER. 



— 333 — 



. CHEVAL. 



Chasser ^=: Congédier. Expulser. 
He|>oussor. Mettre à porte. Voy. 
Renvoyer. Poutre la pelle au cul. 
Dépoi'ter, Voy. Fairk la conduite. 

Chasseur. Voy. Soldat, Cavalier. 
Chassemar. Fusil. 

Chasseur à pied (de Vincennes). 
Vilrier, 

Chasseur d'Afrique. Ckass (TAf. 

Chassie. Mite. Cire à l'œil. 
. Chassieux . Cireux. Miteux. 

Chaste = Innocent. Puceau. Pu- 
cellc. Voy. Vierge. Coquebin. 
Blanc comme neige. Joseph. 

Cbasublier. Bondieusard. 

Chat. EMaf/iei'. FMaffion. Gai. 
Gaspard. Gibelotte de gouttièi^e. 
Greffier. Griffard. Grippard. La- 
pin. Liùire. Minet. Minou. Minon. 
Mistigri. Mistriquc. 

Châtaigne. Moussue. 

Château. Pige t. Pipe t. m. (vol). 

Chatouillement. Pattes d'arai- 
gnée . 

Chatouiller. Faire des chatouilles^ 
des pattes d\iraignée. 

Châtrer = Mutiler. Abclardiser 
(pop). Affranchir. Couper, l)é- 
satiUer. 

Chaud (avoir). Cuire dans son jus. 

Chaudron. Voy. Marmitte. Coque- 
mari. (Patois lyonnais, petite 
bouillotte}. 

Chaudronnier. Jalo. 

Chauffer. Biffauder. Biffer. 

Chauffer (se). Se riffaudcr. Se dé- 
figcr. 

Chaufferette. Gueux. 

Chaussette. Sachet, m. (vol). 

Chaussure. Voy. Bottes, Bottines, 
Sabots, Souliers. 

Chauve = Calvitie. Déplumé. Se 
déplumer. Se d^gazonner. Ne plus 
avoir de paille sur le tabouret, 
de fil sur la bobincy de chapelure 
sur le jambonneau, de persil sur 
la tête de veau, de gazon sur la 
terrasse j de cresson sur la fon- 



I tainCy demoubscsur le caillou. De- 

I venir chauve. Avoir le front dans 

I le cou. Etre chauve. Avoir des vers 
dans son manchon. Avoir le crâne 
dénudé par places. Acajou. Bille 
de billard. Caillou drplumé. Ge- 
nou. Skating à mouches. CrAne 

I chauve. 

Chef. Voy. Maitre. Mec. Meck. Meg. 
Meq. Singe. Coesre. Coire. Can. 
Dab. Duc. Voy. Kkbir, Lkadkr, 
Megard. 

I Chemin = Route. Sentier. Pelé. 

' Pelle. Trimard. Trimar. Tiron. 

Estrade. Antif. 
Chemin de fer. Boulant vif. Le 

' Dur. Le Dur mort. 

\ Cheminée. Commode. Bouffardière. 

\ Cheminer. Bouler sa bosse. Tri- 

marder. 
Chemise. Lime. Limace. Limasse, 
Epiploon. Liquette. Sac. Victoire. 

, Voy. Banmere, Chemise. 

, Chemisette. Dimfjsine. 

i Chemisier. Limacier. 

Cher rrr Coûteux. Chaud. Epicé, 
Salé. Chérot. 

Chercher. Balader. Busquer. Bus- 
quer fortune. Cafouiller. Dégoter. 
Fouiner. Fouinarder. Farfouiller. 
Sonder. Balader. Charrier, Cher- 
cher à savoir. Aller à iarcUc, 
chercher de l'argent. Trouver 
des puceSj chercher querelle. 
Endroguer. Arracher du chien- 
dent, Chercher un coup à faire, 
une dupe. 

Chercheur. Sondeur. Fouinard. 
Farfouillard. Farfouilleur. 

Chère (bonne). Chéi\ince. 

Chéri. Vov. Aimé. 

Chétif = Maigre. Petit. Voy. Ma- 
lingre. Astec. Astèque. Aztique. 
Fausse-couche Fait au compte- 
gouttes. 

Cheval :— Monture. Voy. Rosse, 
Jument. Cngne. Gail. Gaille. Gaye. 
Gayard. Gaillard. Gailler. Gail- 



CHEVELU. 



— 334 — 



CIGARE. 



Ion. Galier. Bêllier, Gaget. Grès. 
Coco. Bucéphah% Pégase. Poulet 
(Tlnde. Canarii. Hmiois. Voy. Co- 
TiER, Darkhorse. Clieval inconnu. 
DuFFER. Cheval de course engagé 
et retiré après bénéfice. Favori, 
Ficelle, Forme, Hunter, Pursano. 
Cheval de race. 

Chevelu. Ahmlon. 

Chevelure. Douillure. Filasse. Che- 
velure blanche ou blonde, Tigne. 
Tignasse. Chevelure en désor- 
dre. 

Cheveux. Erigeants. Brigands. 
FHols. Guicfies. Gazon. DouH- 
lards. Tiffes. Tifs. Crins. Alfa. 
Plumes. Voy. Crépon, Douilles, 
Manchon, Marguerites. 

Chèvre = Cabri. 

Chevron. Baraque. Brisgue. 

Chic adj. et s.m. = Kléganl. Voy. 
ce mot au Dict. Arg.-Fr. Galbeux. 
Galbe. Ha ! Pschutt ! Urf ! llurf. 
Vlan. 

Chicane = Discussion. Dispute. 
Difficulté. Avocnsstric. 

Chicanerez: Epiloguer. A\)ocasser. 
Chifwter. Dtsputailler. Ergotei'. 
Faire des histoires. 

Chicaner (se). Avoir des mots. 

Chicanier = Processif. Ergoteur. 
Taquin. Mauvais coucheur. Chi- 
poteur. Logomachiste. 

Chiche = Avare. Maigre. Petit. 

Chien. Azor. Cah. Cabe. Cabja. 
Cnbo. Cabot. Cador. Cleb. Habin. 
Happin. llubin. Jaspineur. Tou- 
tou. Voy. Alarmiste, Boule (3), 
Guette, Havane, Tambour. 

Chienne. Cagne. Happine. 

Chier. Voy. Garde-robe. 

Chiiron== Loque. Biffe. Chiffe. Fer- 
loques. 

Chiffonner. Déglinguer. 

Chiffonnier. Graffin. Ogre, Riffln. 
Cupidon. Amour. Chevalier du 
a-ochet. Philosophe» Hotteriau. 
Chifferton. 



Chiffonnage. La biffe^ travail du 

chiffonnier. La chiffe, métier du 

chiffonnier. Zig de la chiffe. Voy. 

Grafigner. 
Chiffonnière. Chocaillon. 
Chignon (faux). Catogan. Kilo. 
Chiper = Prendre. Voy. Voler. 

Chfiparder. Chapper. Chopper, 
Chique = Tabac. Pruneau. 
Chiquer. 
Chirurgien. Charcutier. Boucher. 

Voy. Major. 
Choô. Carambolage. 
Chocolat. 
Choisir. Balader. 
Chômage. Ballot. Calance. Calence. 
Chômer. BtUlotter. Barrer le boulon. 

Caler. Envoyer à la comédie, faire 

chômer. 
Chopine. Cholettt. Tenante. Demi- 
kilo. 
Chose = Peu. Voy. Peu de chose. 

Pas grand'chosè. Voy. Fifreu!« 

(id.). 
Chou. Rome. 
Choyer = Dorloter. Voy. flatter. 

Chouchouter. 
Chrétien. Voy. Goi, Goye, Gotm. 
Christ (le). Hariadan-Barberousse. 
Chuchottement. Messe basse. 
Chuchotter. Farfouiller dans le 

tympan. 
Chuchotteur. Farfouillard. Par- 

fouilleur. 
Chut 1 = Silence. Acre! 
Chute = Echec. Faute. Loup. 

Veste. Four. Fiasco. Glissade. 

Tape. 
Chute = Culbute. Carambolage. 
Ciboire. Voy. Calice. 
Cicatrice. Apostrophe. Virgule. 
Cidre. Pic fantoche. Gaulé. Purée. 
Ciel. Le Plafond. Le ciel plumant 

ses poules f nuageux). 
Cierge. Araent. 
Cigare. Crapulos. Voyoutellas. 

Madi^as. Morceau de bois. Gen- 

dai'me. Infectados, Cigare d'an 



CIGARETTE. 



335 — 



COITER. 



sou. Vov. H A VAN K, Inséparables, 
Mégot, iylK(iOTTiKR. 

Cigarette. Sibiche, Cibige, Cibi- 
che. Sèche, Cibi<jeoise. Grillante. 
Voy. Mégot, Mégottikr. 

Cimetière. Ciyenne. Champ de 
navets. Jardin des claqués. 

Cinq. Linquec. 

Circoncire. Guinaliser, Baptiser 
au sécateur, 

Gircon venir. Accaparer quel- 
qu'un. Entortiller. 

Ciseaux. Fauchants, Faucheux. 

Citron. 

Citrouille. Voy. Potiron. 

Civière. Voy. Comctk. 

Clair = Liinpide. Guiff. 

Clairon = Trom|)elle. Corne, 

Clameur. Voy. Bruit. 

Clandestinement. Sans Condé, 
sans permission. 

Claque. Les Romains, Lavabe, bil- 
let de claque. 

Claquer des dents. Battre la gé- 
nérale, 

Claqueur =r Applaudisscur. Ro- 
main, Chevalier duLubtre. Intime. 

Clé. Aiguille. Crochette. Tournant**, 
Débridoir. Penne, Carouble, Bibi. 
Fausse clé, Luctrème, 

Clerc = Commis de bureau. Grat- 
te-papier. Cul de plomb. 

Clergé. La calotte. 

Client. Voy. Margoulin, Electeur, 
Figaro. 

Cligner. Bicler. 

Clique. Cance La gouape. 

Clitoris. Voy, Nature. 

Cloaque. Forêt de Mont-Rubin. 

Cloche = Sonnelle. Carillon. Cre- 
lot. Dandille, Branddlante. Bran- 
lante, Brandilleuse, Battante. 
Dandillon. 

Cloître = Abbaye. Couvent. Mo- 
nastère. 

Cloîtrer. Voy. Enfermer. 

Closerie. Voy. Ferme. 

Clôture. 



Clou. Clarin. Diamant, 

Clown. Voy. Bouffon. Galipeteur, 

Clystére. Voy. Lavement. 

Cocasse. Voy. Drôle. 

Cocher. Cocht-mar. Cochpmuche, 
Collignon. Tiimballeur, Triitibal- 
leur de carne pour la sèche, 
Trimbaihur de conis^ de mâcha- 
bées, Trimbaleur de refroidis, 
cocher de corbillard. Voy. Ma- 
rauder, Maraudeur, Marron. 

Cochon = Pourceau. Porc. Gro- 
hant. Bacon. Bncrun. Bouant, 

Cocu. Voy. Âdultôre. Bélier, Bnuc. 
Cornard, Cornette, Boisé, Bonjean, 
Chauffe la couche, i'ow.nn, Joseph, 

Voy. COCUFIER, (>)IFFER, CROISSANT, 

Encornailler, Etre Jaune, Jon- 
quille, Malheureux, Porter. 

Gode pénal. Bourreur de ptgres. 
Grimoire, 

Cœur. Palpitant, BiVant, Frap- 
pant, Chouan, Brûlant, Grani- 
ressort. Fressure. 

Coffre. Voy. Malle. Bauge. Arche, 

CoCTre-forc. Arque, Arche. Diable, 
Impén,étrable, Grasse. Récalci- 
trant. Indompté, 

Cognac. Voy. Eau-de-vie. Cogngi. 

Cogner. Passer à tabac. 

Coiffer. Merlander. 

Coiffeur = Perruquier. Merlan, 
Echellier. 

Coiffure = Couvre chef. Boite à 
cornes. Couvre-amour, Marquin, 

Coït = (acte ch<nrnel). Accouple- 
ment. Devoir conjugal. Carambo- 
lage. Crampe, Desduit. La Baga- 
telle . La chosette, Cricon-Cri- 
quette, 

ColTier = S'accoupler. Forniquer. 
Engendrer. Procréer. Biser, 
Cramper, Enterrer, B'iter. River. 
Bistoquer. Bouinquer, DécroUr, 
Le faire. Fournir, Foumiller, 
Foutre, Bricoll'T, Encnnner. Ilor- 
nangier. Cogner une femme. Ilyer. 
Mettre la cheville dans le trou. 



COITEUR. 



336 — 



COMPLAlSAiNCK. 



Abreuvei' le courtaud. Donner Tau- 
bade. Déiouiller son braquemard. 
Dire bonjour à sa moitié. Faire 
la cabriole. S'escrimer du derrière. 
Caramboler. Faire la bagatelle. 
Faire ça. Frotter la couenne. 
Planter. Connaître un homme^ ou 
une femme. Faire la chosette. Jouer 
de la croupe. Dégorger sa sang- 
sue, Juuei' de la croupe. Faire la 
Cricon-Criquette. Manger de la 
chair crue. Mettre au chaud. Se 
jucherait crud.Homangier. Hyer. 
Houscailler. Abreuver le cour- 
taud. Tirer sa crampe, son coup, 
sa chique. Faire Camour. Voir la 
feuille à l'envers. Y'enstr. Voy. 
Jambe, Limkr. 

Colteur. Planteur. 

Colère. Voy. S'emporter. Colère 
bleue, (irantlc colère. Fumer, 
Elrc en colère. Être dans tous ses 
états. Avoir son bœuf, (id.) Etre 
emballé. Fjurharibotlé. Dérager, 
Cesser d'êlre en colère. Faire 
mellre en colère. Voy. Excitkr. 

Colifichet. Chinfreniau. S'Encoli- 
flucheter, mellre des coliticliels. 

Colique. Voy. Diarrhée. 

Collaborateur. Cullabo. 

Collation. Lunch. Vov. LuNCiiF.n. 

Collecte. Hoidine. 

Collectionner. Hibeloter. 

Collectionneur, tiibeloteur. Bri- 
cnbracologue. 

Collège. Voy. Ecole. Maldine. 

Collégien. Potache. 

Collier. 

CoUoquer. Voy. Mettre. 

Colon. Voy. M\rk(:\(;ki x. 

Colonel. Colo. Kibir. Artif. Mec des 
mas (par exlens.). 

Colporteur. Boucardier gamfâl- 
leur. 

Combat. Voy. Bataillé. 

Combinaison. Voy. Artifice. 

Combiner. Voy. Arranger, Pré- 
parer. 



Combustible. Macédoine. 
Comédie (Jouer la). Cahotiner. 

Flamber. Pluber. Voy. Enlever, 

Essayer, Lâcher. 
Comédien. Voy. Acteur. Actrice. 
Comique. Voy.* Drôle. 
Commandant. Méquard. 
Commander.. Mequer. 

Commanditaire. Voy. Capita- 
liste. 

Comme. Kif-kif (arabe, algérien). 

Commencer. 

Commérage. Daberage. 

Commerce. Voy. Affaire. Fourbis. 
Voy. (iRos. 

Commis. Voy. Employé, Voya- 
geur. 

Commissaire. Quart d'œil, com- 
missaire do police. Curieux, (id.) 
Ho'là. (id.) Ferblantier, commis- 
saire de la marine. 

Commissariat (de police). But- 
lingeu du quart. 

Commissionnaire public. Pouch- 
tra. Galifard. 

Commode micuble). Tireuse. Ca- 
vcuse. Comine. 

Commuer. Gracier. Défarguer. 
Dévoyer. 

Communier. Avaler le luron, V Au- 
vergnat ou le polichinelle. Faite 
Son bonjour. Voy. Manger. 

Compagnie. Voy.' Gance. 

Compagnon = Acolyle. Asso- 
cié. Complice. Compère. Insépa- 
rables. Vov. Ami, Camarade. 
Aller ego. Com^ming. Contre. Co- 
pain. Frère. Gaveau. Gavot, Mi- 
gnon. Orphelins (pi.), réunion de 
voleurs. St lioch et son chien 
(inséparables). St Antoine et son 
rochon (id.) 

Comparaître. 

CoDipère. Battre comtois. Voy. 
Complice. Voy. Allimelr, Eclai- 
REiK, faire le compère. Ciiic, 

(^iHOCOI.AT, EmÉCHEUR, EnOIILLEIR. 

Complaisance. Comblance. 



COMPLÉTER. 



— 337 



COxNSlDÉRBR. 



Compléter. Voy. Augmenter. 
Corser, 

Complice. Voy. Associé, Compa- 
gnon, Compère. Amincke dCaff. 
Auseignot. Fanaufie, Fanandcl. 
Faire nonnc^ ôlre complice. 

Complicité. Voy. Mèchk. 

Complimenter.* Voy. Féliciter. 

Complot. Voy. Intrigue. Latraînée. 

Composer (typographie). Voy. 
Lever. 

Compositeur. Voy. Typographe. 
Canardier, qui compose les jour- 
naux. 

Compositeur (musicien). Voy. 
Maestroqiet. 

Comprendre. Enterver, Entraver, 
Enterver hUjome^ comprendre 
l'argot. 

Comprimer. 

Compromettre (se). Se galvauder. 

Comptant. Voy. Main. 

Compter. Combergei\ 

Comptoir. Rad, Radin. Radeau, Le 
zinc. 

Comte. 

Concert. 

Concierge. Voy. Portier. Pipelet, 
Cloporte, Huissitr, Lourdiei*. 

Conciergerie. 

Concubinage. Mariage à Van- 
glaise, S'acoquiner, vivre en con- 
cubinage. 

Condamnation. Sapement, Ger be- 
rnent, Voy. Faitré. Fi.EiR. Jeter. 

Condamné. Cuit. Frit, Pricasst*. 
Gerbe. Incurable. Sapé. Voy. Sur- 
(;ebé, condamné à mort. FrÎaltjie. 
EcoPER, rtre condamné. Malaue. 

Conducteur d^omnibus, Gaule ou 
echalas d'omnicroche. 

Condamner. Enflaquei\ Saper. 
Voy. Etamer. Gerbër. Jeter. 

Condisciple. Vov. Camarade. 
Cocon. Faisant. Voy. Labadens. 

Conduire = Diriger. Voy. Mener. 
Remiser, conduire en prison. 

Confesser (se). Bonir au ratichon. 



Aller à comberge, Comberger. 
Ecurer le chaudron. Se laver. 
Confesseur. Babillard, 
Confession. Comberge, Comber- 
géante. Aller à combeiye, se con- 
fesser. 
Confessionnal. Comberge, Dépo^ 

toir, Guéi'Heà calotin. Lavoir. 
Confidence. Jai-village, 

Confier. Jarviller. 

Confiture. 

Confondre = Confuler. Réfuter. 
Aplatir. 

Confrérie. Le Plant, confrérie des 
gueux. Les enfants de la Mate. 

Confrontation. Rembrocage de par* ■ 
rnins. Passer à la musique. Pierre 
de touche. Primage. 

Confronté (élre). Frimager. 

Congé = Destitution. Dégommade.. 
Dégommage. 

Congé = Vacance. Campas. 

Congédier. Voy. Renvoyer, En- 
voyer. 

Connaître. Conobrer. Savoir lirey 
connaître toutes les ruses. Con" 
naître le numéro, connaître la va- 
leur. Etre calé en histoire, en 
chimie, etc., bien connaître l'his- 
toire, etc. 

Connu. Colombe. 

Conquête = Séduction. Caprice. 
Faire un . homme. Faire une 
femme. 

Conscience. La muette. 

Conscrit r= Recrue. Bleu. Pierrot. 
Blaireau. Gallipoteur. Godillot. 

Conseil. Voy. Avocat. 

Conseillers. Minsus pilois.